Le bruxellois: journal quotidien indépendant

472 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 14 Juni. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 15 augustus 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/g15t72885p/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B ^Bruxelles - Province - Etranger '3 mois : Fr. 4.50. - Mk» 3.60 Les bureaux de poète en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillet I Octob. On peut s'abonner toutefois pour les ceux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr 3.00-Mk 2.40 Fr 1.50-Mk. 1.20 TIRAGE rfSO.OOO PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières... 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne 1-00 TIRAGE :IIO.OOO PAR JOUR Rédacteur en Chef : René Armand Journal fgssfldl&n Indspsndant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS Derniers Commanioaés Officiels ALLEMANDS BERLIN, 13 juin. — Officiel de midi : Theâtre de ia guerre a l'Ouest. Groupe d'armée du feld-maréchal prince héritier Rupprecht de Bavière: Les artilleries se sont combattues en vigoureuses vagues de feu dans 1 a boucle d'Ypres et au sud de la Douve. A l'ouest de Warneton, une attaque anglaise prononcée vers midi n'a pu déboucher des tranchées qu'en quelques endroits, par suite de notre feu de destruction. Les vagues d'assaut, qui se sont élancées, ont dû rebrousser chemin, avec des pertes, dans notre défense combinée de l'infanterie et de l'artillerie. Au cours de la soirée, une nouvelle attaque des Anglais y a échoué de la même manière. A t'ouest de la rouie Arras-Lens, nos positions ont clé exposées dans la matinée à un violent feu. Des effectifs importants anglais, qui ont attaqué sur la rive nord du ruissemu de Souchez et qui ont pénétré dans nos tranchées, ont été battus par une énergique contre-poussée. Au cours de luttes acharnées à coups de grenades à m:in qui suivirent, nos détachements spéciaux de choc ont resserré un endroit d'invasion encore resté intact. Groupe d'armée du fironprinz allemand: Par moments, vive action dans quelques secteurs isolés du front de l'Aisne, en Champagne et sur la Meuse. Groupe d'armée du duc Albrecht: Rien de nouveau. Théâtre de- la guerre à l'Est. et Front en Macédoine: Pas d'opérations d'envergure. La guerre sous-marine. BERLIN, 13 juin. — Officiel : 1) Nos sous marins ont anéanti récemment dans la Manche occidentale et dons l'océan Atlantique, les navires suivants : le vapeur armé anglais «Clan. Murray», chargé de 6,500 tonnes de céréales; trois officiers du vapeur jurant faits prisonniers; un grand vapeur armé anglais, de nom inconnu. Par des torpii.ages ultérieurs, 9,000 fûts d'huile de graissage, 10,000 sacs de cire, à destination de la France, et 15,000 tonnes de céréales ont été per dus. 2) Nos sous marins ont coulé récemment dans la Méditerranée, outre sept vapeurs anglais, 10 voiliers italiens formant un total de 33,370 tonnes, notamment les vapeurs armés « Don Diego » (3,632 tonnes), chargé de marchandises diverses, de Car-diff à Alexandrie; « Ampleforth » (3,873 tonnes), chargé de charbon, de Cardiff pour Alexandrie; « Engtand » (3,796 tonnes), transportant du charbon de Cardiff à Malte; « Manchester Trader » (3,938 tonnes); « Elmoor » (3,744 tonnes), chargé de 5,700 tonnes de céréales, de Kurrachee à Li-vourne; le vapeur vU maria» (5,317 tonnes), se rendant de Calcutta à Marseille, avec un chargement inconnu, et le navire-hôpital uDover-Castie» (8,271 tonnes), qui formait convoi avec deux grands vapeurs de f « Union Castle Line »,escorté de deux destroyers; les vapeurs italiens coulés sont ; le « Yebronia Maria Antonia », le « Vincenzino », le « Rosina », le « Natale Monaco », le « San Antonio di Padua », le « Diego Ruszo », le « Angelo Pa-du », le « Luigi », le « Maria Ciuseppa » et le « Rosa M. M. ». BERLIN, 12 juin — Officiel du soir : En Flandre le feu d'artillerie a été plus animé de temps à autre. Au sud-ouest de Lens deux attaques anglaises ont échoué au cours d'un corps à corps. AUTRICHiEN VIENNE, 12 juin ; Théâtre do la guerre à l'est. En Ga.icie orientale l'activité d'artillerie et d a-viation ennemies a augmenté ces derniers jours. Théâtre de ia guerre italien. Les combats ont pout suivi leur cours dans les Sept Communes. Les attaques ont été principalement dirigées contre le Monte F or no,le Monte Chie-sa et les frontières septentrionales y attenantes. Dans la partie suc! de cette région, elles se sont écroulées dès l'après-midi sous le feu de nos canons. Sur la crête frontière, nos troupes ont tenu en échec des poussées ennemies à la baïonnette et pJr des combats de grenades à main. Vers minuit l'adversaire s'est lancé de nouveau à l'assaut, avec des forces considérables, entre le Monte Forno et la crête-frontière, mais ses eljorts demeurèrent vains. A part cela rien de nouveau au front italien. Théâtre de la guerre au Sud-Est. Une escadri le d'aviens ennemis a bombardé Du-tazzo. Plusieurs Albanais '..lit été tués. TURCS CONSTANT1NOPLE, 11 juin : Sur aucun des fronts il n'y a d'événements parti-ailiers à signaler; BULGARES SOFIA, 11 juin. — Officiel : Front en Xâscodoine: A il nord de Bitolia, vers midi, violent feu roulant ennemi. Au centre du secteur de la boucle de la Czerna, canonnade assez violente. Sur la rive droite du Vardar, grande activité d'artillerie la nuit. A proximité du vitlage d Altschalc Mahle, des détachements de reconnaissance ennemis ont été repoussés par noire feu. Au sud de Gewgeli, nos écltiireurs ont ramené des prisonniers. Sur le reste du front, assez faible canonnade. Dans la plaine de Sérès, des détachements de reconnaissance ennemis ont été mis en fuite la nuit par notre feu. Front en Roumanie: Près de Tulcea,. faible canonnade. FRÂNiÇAla PARIS, 12 iuin. — Officiel de 3 h. p. m. : Duel d'artillerie assez violent dins la région du plateau de Ca.ijornie et au sud-est de Corbeny.En Champagne, le bombardement de nos positions du Mont Blond et du Comillet a été assez vif vers le milieu de la nuit. Nous avons aisément repoussé en divers points du front des reconnaissances ennemies et fait des prisonniers. PARIS, 16 juin. — Officiel de 11 h- p. m. : Activité moyenne des deux artilleries sur la p!v grande partie du front. Au cours d'incursions dans les tranchées ennemies vers la Buite du Mesnil et vers la Haute Chevauchée, nous avons effectué des destructions nombreuses et ramené une dizaine de prisonniers. Un avion ennemi a été abattu en Lorraine par nos canons spéciaux. Les deux aviateurs ont été faits prisonniers. PARIS, 12 juin. — Officiel de t Armée d'Orient : Sur la rive droite du Vardar, les Français ont repoussé plusieurs coups de main des Bulgaro-Al-lenumds. Dans la boucle de la Czerna, lutte d'artillerie au cours de laquelle les Français ont incendié une batterie allemande. Activité de l'aviation de part et d'autre. Les avions britanniques ont bombardé Pétrie; au cours d'un combat aérien, un avion allemand a dû atterrir. Les troupes chargées du contrôle des récoltes en Thessalie ont pénétré dans cette province sans difficultés, jusque dans la région d'Ehssona. 11 AulEl* ROME, 11 juin. — Officiel ; Dans toute la région montagneuse et surtout entre l'Ad'ge et la Brenta, les opérations ont été plus actives hier que d'habitude. La nuit dernière sur le col du Tonale, dans la va.lée supéiieur'ede la Cttie-se, sur les versants du Dosso-Casina et dans la vallée de la Posina, nous avons repoussé et poursuivi des détach ments ennemis. Sur le haut plateau d'Asiago, à de nombreux endroits, noire artillerie a bombardé et détruit des ouvrages de défense ennemis. Nos troupes ont ensuite prononcé d'énergiques attaques entre le Zebio et le Forno. et aprsè des combats acharnés, elles se sont emparées du col d'Agnelia et d'une grande partie du Monte Ortigara, situé à l'est de la Cirna Undici. A différentes reprises, nous avons pénétré par surprise dans les positions ennemies et en avons î amené 512 prisonniers, parmi lesquels 7 officiers. Dans la région des va.lées supérieures de l'Astico et de l'Assa, nos aviateurs ont bombardé le terrain situé à l'arrière des positions ennemies et les nombreuses batteries autrichiennes postées à cet endroit; ils sont rentrés indemnes dans nos lignes. Sur le reste du front, à divers endroits, notre artillerie a répondu au feu concentrique de l'ennemi. Sur le Carso, nous avons repoussé des tentatives d'attaque ennemies dirigées contre nos lignes établies au sud de Costagnevica: nous avons fait quelques prisonniers. RUSSE PETROGRAD, 10 juin : Front à l'Ouest: Un détachement composé d'éclaireurs et de volontaires, sous le commandement de l'enseigne Korkowiky, a effectué une brihante reconnaissance nocturne. Malgré les fougasses ennemies, qui ont fait explosion, le détachement a traversé les réseaux de fil de fer barbelé, a attaqué à la baionette et a repoussé un poste de campagne ennemi. Le vaillant enseigne Korkowiky a été grièvement blessé.Front en Roumanie : Fusillade habituelle. Front du Caucas9: Pas de modification. anglais LONDRES, 11 juin : Notre artillerie ainsi que celle de l'ennemi se sont montrées très actives au ■sud d'Y près. Nous avons de nouveau avancé quelque peu notre ligne au sud de Messines. Au sud-est de Messines, nous avons tait de nouveaux picgics. Le matin de bonne heure, nous nous sommes emparés d'un système de tranchées ennemies, près de la poteiie, sur une longueur d'environ un mille. Durant la journée nous avons gagné encore du terrain dans cette région et avons capturé plusieurs canons de campagnê. Nous avons fait quelques prisonniers. Dernières Dépêches Démission du Cabinet italien Berne, 13 juin. — On annonce de Rome à l'Ag. Tél. Suisse Tous les membres du ministère italien ont remis leur démission au 'président du conseil. La politique intérieure serait la cause de la ©ri9e ministérielle en Italie. Un journal qui dit la vérité. Berlin, 11 juin. — Dans un comirusoîaire sur l'attaque aérienne allemande du 25 mai contre la côte sud-est anglaise,'le journal professionnel «Aéroplane» écrit : « Naturellement, wi entendra de nouveau les lamentations habituelles au sujet des jets de bombes par les Huns, sur les femmes et lies enfants. Mais ne nous laissons pas égarer pair ce verbiage hypocrite. Les femmes et les enfants n,; peuvent pas rester dans la zone militaire, quand l'ennemi est à même d'atteindre ia zone militaire, soit par l'emploi dre canons de longue portée ou de dirigeables perfectionnés (et aussi par les sous-marins ?). Et quand on ne sait pas l'empêcher d'user de cette arme perfectionnée, c'est uniquement son avantage et notre guignon. » Une conférence des puissances alliées à Paris. Londres, 13 juin. — Le « Daily News » annonce aise, sur l'invitation de la Russie, les Puissances alliées se réuniront en une conférence de guerre à Paiis, le 24 juin. M. Asquith ambassadeur à Paris? Les journaux suisses assurent que M. Bertie,ambassadeur britannique à Paris, qui va rentrer dans la vie privée pour moïils de santé, sera remplacé par M. Asquith, ancien président du conseil. Un attroupement à Dublin. Amsterdam, 11 juin. — La nuit dernière, un inspecteur de police a*.jté tué dans un attroupement à Dublin. Cet attroupement était occasionné p®r l'arrestation du cornu Piunkett, le politicien irlandais, qui a éflé élu réetemment membre de la Chambre des Communes, mais qui n'y fut ps® admis. Plunkett avait essayé tte prendre la parole dans une réunion défendue. Dans le parti socialiste anglais. La Haye, 13 juin. — On annonce de Londres que le parti socialiste anglais a exclu du parti, M. Rus-0ell, actuellement en mission en Russie, parce qu'il s'est déclaré en faveur de la guerre. Défense d'exportation aux Etats-Unis. Amsterdam, 13 juin. — Le « Hoilaaidseh - Nie uv/s Bureau » apprend de New-York que l'exportation du cuivre, du nickt; et aes produits chimiques a été dé ue ... ■ . v Vote d'un impôt sur le tabac en Suisse. L'Agence Télégraphique Suisse mande de Berne que le Couseil National a définitivement adopté par 105 voix contre 13, le projet de loi établissant sutr 'e tabac un impôt dont le produit sera affecté à couvrir partiellement les intérêts des emprunts de mobilisation. Restriction du trafic des marchandises en Italie. La « Neue Zurcher Zeituflg » r.sstare que les chemins de fer italiens sont forcés, par suite du manque de matériel roulant, de ne plus accepter les envois de marchandises venant d- La Suisse, qui ne forment par une charge complète. Pour être acceptés au transport, les envois suisses, destinés à des gares situées au delà de Chiasso, Luino et Domodcs-sola, doivent constituer des charges complè'es. Les Italiens en Grèce, On mande de Zurich que les troupes italien,nés, après avoir occupé janina, continuent leur marche en avant sur Prevesa dans le but d'occuper le sud de l'Epire. Rotterdam, 13 juin. — Des navires transportant des troupes des Ailiés sont arrivés dans le golfe de Corinthe et les on! débarquées à Itca. Rotterdam, 13 juin. — Du « Nieuwe RoU^rdam-sche Courant » : A Athènes, chacun est convaincu que l'occupation de la ville de Janina par les Italiens n'est que le début d'une action ayant pour but de réduire la puissance de la Grèce. Il est notoire que plusieurs officiers élaboraient des plans la nuit pour briser la résistance d'une attaque militaire des Alliés. La nomination de M. Jonnart. Berne, 12 juin. — Le « Progrès » de Lyon écrit : Il se confirme que M. Jonnart vient d'être nommé commissaire supérieur pour la Grèce. On avait choisi d'abord M. Jonnart comme ambassadeur français à Athènes; mais les fonctions de commissaire supérieur de la police le mettaient en mesure d'agir avec plus de fermeté au nom de tous les Alliés. Rotterdam, 13 juin. — D'Athènes au «Ttmca» ; Des mesuras radicales ont été prises pour solutionner la question grecque. Si la mission Jonnart démontre qu'une intervention militaire es^ inévitable, non seulement l'ambassadeur fiançais, mais aussi les ambassadeurs grec et russe quitteront la ville. La situation en Russie. D'après une nouvelle de Péucgrad envoyée au « Corriere délia Sera », en Russie la situation a; rapproche de plus en plus de l'anarchie complète. Les organes extrêmes du paru socialiste sont distribués en mass.; parmi ia population et dans les tranchées. Un arrêté du gouvern.ment défend 1 envoi d'argent à l'étranger s'jus n'importe quel prétexte. Un membre du Comité des ouvriers e. soldats a été jeté dans la Neva par des extrémistes. Dans piuskurs districts de Pétrcgrad, les médecins se sont mis en grève. Un grève d'ouvriers du port menace d écider à Arckhangel. La Ligue de tempérance a exhorté le gouvernement à détruire tous les stocks de vins et d'alcools, pour éviter que lors de troubles éventuels, le peuple ne puisse s'en rendre maître et ne soit entrainé ainsi à des excès plus graves. L anarchie dans la fiotio russe. Le « Petit Parisien » apprend de I V' ; grad que les unîtes de la flotte de la Baltique, mouillées de vant Bjôrkô, ont reconnu l'autorité du département révolutionnaire de la marine à Cronstadt. Pas de succès contre les sous-marins. Berlin, 11 juin. — Le «Times» contient un article de son collaborateur maritime, qui a réuni les listes de l'Amirauté au sujet des pertes et des attaques malheureuses contre des navires anglais, à partir du 18 février jusqu'au 3 juin. Il énumàre la matière en trois chapitres de 5 semaines chacun, et il arrive à la conclusion que les résultats dans la troisième période de 5 semaines sont identiques à ceux de la première semaine ; il écrit : Les chiffres analysés ne donnent pas la preuve que nous combattons avec succès le danger des sous-marins. LA GUERRE SOUS-MARINE. Rotterdam, 13 juin. — Du « Maasbode » : Le voilier «Holon» (brut 150 tonnes), de Rockl&nd, a chaviré. Le voilier «Samslick», de Boston, a sombré. Le vapeur anglais «Trentham Hall» (4,173 tonnes) s'est échoué et est considéré comme perdu. Le voilier anglais «Elma» (338 tonnes) a sombré; le voilier «Elsie Birdett », d; Terre-Neuve, a été rencontré à l'état d'épave flottante. Le voilier anglais « Mark A. Tobin » s'est échoué et a été brûlé. Le vapeur français «Colonia» est entré en collision avec un vapeur anglais et a sombré. Le voiîtor «Phii-lis», de Londres, gravement avarié, a été abandonné par son équipage. Le vapeur américain «Case» a été brûlé. Le vapeur «Mac », de Christian-sund, s'est échoué et se trouve en passe de sombrer. Le vapeur russe «Algol», jaiugeant brut 2,223 tonnes,.se rendant. d'Angleterre en Russie avec du charbon et des automobiles; le vapeur «Sorland» (brut 2,473 tonnes), de Haugesund, se rendant de France en Amérique ; le voilier norvégien «Jura» (brut 469 tonnes), et le cotre de pêche «Scherre II» de Tromsoë, ont été coulés. Berlin, 13 juin. — Le « Stockholms Tidningen » écrit ce qui suit au sujet du torpillage des trois navires «.Argo», «Inez» et «Thor», retournant en Scandinavie, dont les deux premiers furent coulés au large de Stornoway ; « On avait prié les autorités anglaises de bien vouloir permettre aux navires de faire le voyage aller et retour d'un port Scandinave vers l'Islande et viee-versa sans être obligé» d'accoster un port anglais endéans la zone de barrage. Cette demande a néanmoins été refusée par l'Angleterre. Renseignements pris, l'on nous informe de l'exactitude du fait. » Le « Journal de Suède » fait remarquer à ce sujet que cette manière d'agir n'a rien de nouveau et s'adapte complètement au système anglais. DÉPÊCHES (Reproduites ae l'édition précédente.) L'Abdication du Roi de Orées Athènes, 13 juin. — L'agence Havae annonce : Le Roi Constantin de Grèce a abdiqué en faveur de son fils le prince Alexandre. Les attaques ennemies à l'ouest. Berlin, 12 juin. — En Flandre, l'activité combat-tive habituelle a été interrompue d'ui« façon subite par ies attaques de cavalerie anglaise à l'est de Messines. Les escadrons de cavaliers anglais dévalèrent en trois vagues par les terrains en entonnoirs. Ce qui ne s'empêtra pas dans les débris de fil barbelé ou tomba dans les entonnoirs et tranchées, s'écroula sous le tir rapide des Allemands. En quelques minutes tout fut fini. Le terrain devant les tranchées allemandes était couvert de cavaliers et de chevaux agonisants, tandis que les restes minimes des survivants cherchaient à se sauver dans une course échevelée. Au nord de la Douve les Anglais, tentèrent une forte poussée d'infanterie.Un minime succès de début de ces derniers fut neutralisé immédiatement par une contre-aivaque immédiate. Au sud de la Douve, deux poussées anglaises furent repeussées. Au front d'Artois l'activité d'artillerie a été modérée par suite du mauvais temps. Ce n'est que vers le soir que le feu ennemi augmenta d'intensité dans la partie sud de ia boucle de Lens au point de dégénérer en feu destructeur. Des patrouilles an-g aises qui cherchaient à prendre contact en plusieurs endroits ont été repoussées partout. Une patrouille allemande a ramené des prisonniers portugais au sud de Neuve-Chapelle. Au front de l'Aisne, les Français ont fait des efforts désespérés pour reconquérir les tranchées perdues à i'ouest de Cerny, le 10 juin. Le matin du 11 juin, les positions conquises furent exposées à un lourd feu d'artillerie et de mines. En corrélation avec cette action les Français ne tentèrent pas moins de cinq attaques durant ia journée. De ceiles-ci deux avortèrent dans l'œuf par le feu destructeur des Allemands contre les tranchées combles. Trois fois, les Français réussirent à faire avancer leurs troupes d'assaut épuisées, mais elles furent repoussées chaque fois avec de lourdes put s au cours de corps à corps acharnés. Au nord de Reims, ncus avons repoussé des attaques ennemies des deux côtés de la route Ripont-Tahure, ainsi que dans la région de la hauteur de Combres, tandis que quelques-unes de nos patrouilles, ramenaient des prisonniers hors des tranchées françaises aiussi bi» n près du Bois de Soudains qu'à i'ouest de Nivrey. Le gaspillage des munitions pïès d'Ypres. Rotterdam, 12 juin, — De Londres fu « Nîeuwe Rotterdamsche Courant » : Le correspondant de guerre Gibbs, drt que lors de l'offensive près d'Ypres, une seule division a lancé plus de 180,000 grenades au moyen de ses batteries rie campagne et plus de 46,000 grenades au moyen de canons lourds. Crise ministérielle en Argentine. Londres, 12 juin. — L'Agence Havas apprend de Buenos-Ayres, que le ministre de l'intérieur, M-Go-mez, a démissionné. Rappel de l'ambassadeur français à JLadrid Baie, 12 juin. — De Paris au « Basler Nachrich-ten » : La « Victoire » annonce que l'ambassadeur français à Madrid, Geoffray, retourne à Paris. On ignore s'il s'agit d'un rappel définitif. L'occupation de Janina. Berne, 12 juin (Stefani). — On msede d'Athènes que l'occupation de Janina a provoqué partout une impression profonde, mais principalement dans les miîiieux épirot:s; l'occupa tien me changura pourtant rien à l'orientation de la politique de Zaïmis. line note américaine à la Uhine. Amsterdam, 12 juin (Reuter). — Les Etats-Unis ont envoyé aux alliés et à la Chine une note, exprimant leurs rtgrets de la situation troublée à l'intérieur de la Chine et démontrant la nécessité d'une unité nationale. Us proposent d'envoyer une note collective à la Chine. L'attitude des autres alliés n'est pas encore connue et jusqu'ici aucune réponse n'a été donnée. Le japon prend ombrage de l'Améiique. Tokio, 12 juin (Reuter). — La noie ameiicauie au gouvernement chinois a provoqué une certaine sensation dans la presse et 1"opinion publique. Des politiciens modérés et bien informés esiimmt que la note ne fera qu'exaspérer les contradictions existant entre les divers groupes en Chine, excitera peut-êj-e les éléments xénophobes et aura probablement un effet diamétralement opposé à celui qu'on souhaite. Quelques Japonais modérés se montrent vexés de la note et la considèrent comme une im mixtion de l'Amérique dans la politique intérieure de la Chine. Les traités secrets. Genève, 10 juin. — Derlacroz, de Paris, communique ce qui suit au journal « Suisse » de cotte vue, au sujet des documents secrets retrouvés a Pétro-grad : L'affaire qui a été traitée dans la derniere séance secrète, concerne principalement un document apporté par Dournergue conc eant les buts militaires annexionnistes de la France, dont Bnana est responsable, Ceiui-ci a déclaré dans la séance secrète, sous l'approbation générale, que la sécurité et la prospérité futures de la France, exigent l'annexion de l'Alsace et une Lorraine agrandie, le bassin du Saar et presque toute la rive gauche du Rhin. ' Un député l'ayant interpellé au sujet de la Syrie, Briand répondit : Assurément, la Syrie également, parce qu'elle aime la France et veut devenir française. Stéphan Pichon a défendu le document au Sénat, déclarant que les buts militaires de Dournergue étaient justifiés. Malheureusement, le document a été présenté trop tard; le tsarisme était-déjà ébranlé. Delacroz dit ensuite que les Français comptent sur l'éventualité que la Russie pourra encore leur continuer son aide. Cet espoir doit leur échapper maintenant, attendu que même les tribu® du Caucase jusqu'au mur chinois, réclament leur autonomie. L'Angleterre vole des traites secrets a Saint-Pétersbourg. Hambourg, 12 juin, — On mande d>e Stockholm au « Hamburger Fremdenblatt » : Dans les cercles de la Conférence de Stockholm, on discute vivement la nouvelle de St-Pét Jrabourg au sujet de :a disparition, sans laisser de traces, des traités secrets conclus depuis 1913 entre la Russie et l'Entente.Les journaux russes s'attendaient à la publication immédiate des traités après l'entree des ministres socialistes dans le gouvernement provisoire. Au lieu de cela, on signale que Tsiretelli, autant que Sko-belew, malgré le droit qu'ils ont, comme membre du gouvernement, de prendre connaissance de tous les traités de l'Etat et malgré les demandes formelles, tendant à obtenir communication des documents ayant rapport aux faits qui ont précédé ia guerre, ces traités ne leur ont pas encore été soumis. Au lieu de cela, le bruit courut tout à coup à St-Péter?bourg que les documents avaient été éloignés fin avril du dépôt où ils étaient à l'abri, donc du temps de l'ancien ministre des affaires étrangères Miljukow et ont disparu peu après. L'incident est mis en rapport avec une effraction commise à cette époque au domicile d'un diplomate. De l'avis des socialistes russes, il s'agit de l'incident très singulier, encore peu éc'airci, d'une intervention audacieuse à St-Pétsrsbourg de la part d'une grande puissance alliée qui ne recule devant rien pour empêcher définitivement la nouvelle Russie de publier les documents extrêmement significatifs pour la politique militaire de la France, de l'Angleterre et du parti militaire russe et de démasquer l'Entente devant le monde, comme étant la provocatrice de la guerre mondiale. EEVOLUÎIOH RUb„E Nouvelle crise ministérielle en perspective. Lugano, 12 juin. — De St-Pétersbouig au « Corriere del.a Sera » : On peut s'attendre encore cette semaine à un nouveau changement de minisè.re ; un grand nombre de troupes sont déjà rassemblées à St Pétersbourg pour réprimer au p.us tôt l'-s émeutes des partis extrêmes ; Moscou serait déjà gagné à la nouvelle cause. Berlin, 12 juin. — On mande dt St-Pétersbourg au « Berliner Lokal Anz.'iger » qu'une nouvelle et violence lutte se prépare entre les ouvriers et le gouvernement .Des mesures ont été prises pour évacuer les fabriques à Sî-Pétersbourg. probable ment à cause des grandes difficultés de transport. Le Conseil des ouvriers y voit une mesure politique et est d'avis que le gouvernement veut déporter les ouvriers afin de se débarrasser d'un contrôle gênant. On accuse surtout Kerenski d'être l'auteur de la mesure. Les ministres socialistes s'y refusent d'ailleurs de la façon la plus énergique. Tscherncw, Skobeleff et Tserotelii se refusant à faire plus longtemps partie du ministère en compagnie de Kerenski, si cette mesure n'est pas rapportée. Le parti ouvrier socialiste se tient naturelle, ment derrière les socialis.es .Les ouvriers ont organisé des manifestations monstres à St-Péters- 4me Année - N. 972 - Ed. B CflHQ ClHTlfSlS Jeudi 14 Juin 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes