Le bruxellois: journal quotidien indépendant

905 0
26 januari 1915
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 26 Januari. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 10 juli 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/0z70v8bc5m/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Benxièmo anné«, N* XîBO Mardi 26 Janvier 191® ABONNEMENTS î «lOUFIial QllOtlcUe** IndfêpeildCHfct ANNONCES] B ta ÏSSr*n*«, — 8mois 7francs* —S moi* 4 fouies Rédaction, AdmlnlRtrwtlan, PubRctté i i*Ur®o3 francs.NétroloflsI« lijacïfîràjiâ 1 moi. 2 fcrsnc*. 4S> ^Dfî HENRI MAH5, 45, BROXBLLES Petite «mon*», la ligna £0 «mtimM LA GUERRE yr# -Tau ira is «-33 Allemands Une Bataille navale Berlin, 24 janvier. — Lors d'une sortie dans la mer du Nord des croiseurs cuirassés « Seydlitz », (( Derfflinger », « Moltke » et « Blucher », accompagnés par quatre petits croiseurs et de deux flottilles de torpilleurs, un combat naval s'est livré avec des forces de combat anglaises, composées de cinq croiseurs de bataille, de plusieurs petits croiseurs et de vin,gt-six contre-torpilleurs (destroyers). L'adversaire cessa le combat après trois heures, à 70 milles à l'Ouest-Nord-Ouest de Heli-goland et se retira aussitôt. D'après le rapport arrivé jusqu'à présent, du côté anglais, un croiseur de bataille a sombré ; de notre côté, le croiseur cuirassé « Blucher ». Tous les autres vaisseaux allemands sont rentrés au port. Berlin, 24 janvier (hier après-midi).—' Sur le théâtre de la guerre à l'Ouest, le 24 janvier s'est passé, en général, sans événement particulier. Dans la forêt de l'Argonne, deux attaques françaises furent repoussées aisément. Dans les Vosges, nous avons fait des progrès et avons fait 50 chasseurs alpins français prisonniers. En Prusse orientale, sur le théâtre de la guerre à l'Est, ainsi qu'en Pologne septentrionale, la situation n'a pas subi de changement. Notre attaque contre le secteur de la Sucha, près de Barzimow, a été couronnée de succès. Des contre-attaques de l'ennemi furent repoussées avec de grandes pertes pour les Russes. Les attaques russes dans la région, au Nord-Ouest d'Opozno, ont échoué. Vienne, 24 janvier. — Sur le front galicien polonais, aucun changement. Dans quelques secteurs il y a eu des combats d'artillerie et des escarmouches. Forcé par notre feu d'artillerie, l'ennemi a _ abandonné encore plusieurs tranchées. 1 Également daiSS iës CarpSllies, la sicttktlon est, " en général, inchangée. Les Russes sont repoussés de plusieurs positions avancées au Sud des hauteurs des défilés. Dans la Bukovine, le calme règne depuis les der-niers combats, qui étaient favorables pour nous. Au théâtre de la guerre du Sud, aucun événement à annoncer. Vienne, 24 janvier. — Les correspondants de guerre des journaux annoncent : Dans la Bukovine méridionale, une tentative de l'ennemi de contourner le flanc de notre aile droite a échoué et l'ennemi fut battu à la frontière près de Kirlibaba. Nous avons fait des prisonniers et conquis du matériel de guerre. La retraite de l'ennemi s'accomplissait en déroute. Avec cela, l'offensive russe en Bukovine, qui semblait avoir comme but Liebenburgen, a définitivement échoué. Berlin, 25 janvier. — Depuis hier, le trafic des voyageurs de Ostrowa à Lodz a recommencé ; on peut dès maintenant voyager sur les chemins de ï-<ê&® O JLÉ® fer allemands de Lodz, en Russie, à Lille, en France occupée. Berlin, 25 janvier (après-midi). — Dans la région de Nieuport et d'Ypres il y a eu des combats d'artillerie.Au Sud-Ouest de Berry-au-Bac, nous avons perdu une des tranchées prises aux Français il y a quelques jours. Tandis que hier, au Nord du camp de Châlons il n'y eut qu'un combat d'artillerie, il y a eu aujourd'hui des combats d'infanterie qui durent encore. Dans la forêt des Argonnes, au Nord de Verdun et au Nord de Toul, l'artillerie travaille activement.Toutes les attaques françaises contre Hartmann-sweiler Kopf furent repoussées. Les combats dans la forêt causent des pertes terribles aux Français; on n'y trouva pas moins de 400 chasseurs alpins morts. Le nombre des prisonniers français augmente.En Prusse orientale, combat d'artillerie sur le front Lotzen, à l'Est de Gurnbinnen et au Nord. L'ennemi fut obligé par notre feu d'évacuer quelques positions au Sud-Est de Gurnbinnen. Au Nord-Est de Gurnbinnen, les attaques ennemies furent repoussées avec de grosses pertes pour les Russes. En Pologne septentrionale, aucun changement ; à l'Est de la Pilica, rien d'essentiel à annoncer. Français Paris, 23 janvier (15 heures). — Sur presque tout le front, notre infanterie a été occupée à réparer les dégâts causés par le temps exécrable des derniers jours à nos ouvrages de retranchement. Dans la région de Lombartzyde, nous avons gagné environ 100 mètres de terrain. Sur le front, à Ypres, à Arras, à Albert, à Roye et à Soissons, des combats d'artillerie se sont livrés; sur différents points nous avons bombardé les retranchements ennemis. Berry-au-Bac a été bombardé par les Allemands av.ec grande violence. / Au Nord-Ouest de Beau-Sejour, 1 énnemi a "etf-trepris quelques attaques sans résultat. Gomme déjà annoncé hier soir, les attaques des Allemands à Fontaine-Madame, en Argonne, n'ont eu aucun résultat. Une attaque des Allemands à Saint-Hubert s'est développée en un combat d'infanterie qui perdure encore. D'après les dernières nouvelles, nous avons gardé partout nos anciennes positions. Sur la Meuse, le feu de notre artillerie a obligé l'ennemi à évacuer un dépôt de munitions; son pont en bois construit non loin de Saint-Mihiel a été endommagé. En Alsace, le combat d'infanterie dans la région du Hartmannsweiler-Kopf continue. Ici, dans les bois, nous sommes continuellement en contact par des combats continuels avec l'ennemi. A Cerney (Sennheim), l'ennemi a attaqué en vain la hauteur 425. Un peu plus au Sud, nous avons gagné un peu de terrain dans la direstion du Petit Kahlberg et, au Nord, près du pont d'Anspach. DÉPÊCHES FRANCE. — Par crainte des bombes aériennes. ^ Le Havre, 25 janvier. — Le gouvernement mili- ' taire a ordonné que l'éclairage intérieur des maisons privées au Havre et dans les communes environnantes ne doit plus être visible de l'extérieur pendant la nuit et que l'éclairage des édifices publics, ateliers et locaux commerciaux devra être restreint au minimum. Les étalages 'devront éga-Jement être voilés. FRANCE. — Un combat aérien. — D'après les nouvelles de Paris, huit à dix aviateurs allemands entreprirent, hier matin, une attaque efficace contre Dunkerque. De nombreuses bombes y furent ; jetées. Un grand dépôt militaire rempli de provisions de vivres pour les troupes belges et anglaises a été touché plusieurs fois ; il prit feu et fut détruit. D'autres dégâts sérieux ont été causés. Environ 20 personnes furent touchées et 8 tuées. Les aviateurs furent poursuivis par un grand nombre d'aviateurs français et anglais. Ceux-ci réussirent à obliger un aéroplane allemand à descendre. Les deux aviateurs allemands furent faits prisonniers'. ANGLETERRE. — Les Zeppelins iraient-ils à Londres — Copenhague, 23 janvier. — La « National Tidende » apprend de Londres que le collaborateur naval du « Times » démontre qu il n y a pas de raison d'admettre que des dirigeables alle-aiaitds n* puissent atteindre Londres en venant de Cuxhaven. Les Zeppelins sont suffisamment ra- < pides et ont à bord de la benzine et des provisions f suffisantes. Les Zeppelins du dernier modèle peu- 1 vent emporter un chargement de 15,000 livres, doat t 2 tonnes d'explosifs. £ ANGLETERRE.— Sur mer. — Madrid, 25 jan- < vier. — D'après des nouvelles d'Algésiras, le croi- j seur cuirassé « Invincible », qui a combattu l'esca- 1 dre allemande aux îles Falkland, est entré à Gibraltar pour y faire réparer les dégâts considéra- 1 bles de sa coque. On attend encore trois autres . croiseurs à Gibraltar ayant participé à ce combat. , L'Ecluse, 25 janvier. — On mande de New-York , en date de ce jour, que le vapeur américain j « Wilhelmina » est amarré prêt au départ pour Hambourg. Il a un chargement de vivres qu'une j firme américaine expédie à un citoyen américain , en Allemagne. Le secrétaire d'Etat Bryan refuse ! de dire ce que le gouvernement fera si le charge-ment était saisi. , Berlin, 25 janvier. — Le vapeur anglais « Glen-mor V », parti le 8 de Newcastle avec un charge- ment de charbon et qui devait arriver à Livourne le . 7 ou le 8 janvier, n'a pas encore touché ce port. On craint qu'il n'ait subi des avaries ou qu'il ait été coulé par un sous-marin allemand. ANGLETERRE. — Sous-marins canadiens. — , New-York, 24 janvier. — D'après un télégramme , de Montréal, le département de la milice du Canada annonce que huit sous-marins sont en construction à la Société canadienne Vickers. RUSSIE. — Les cruautés contre les juifs. — Vienna, 25 janvier. — Il a été établi par le» révêla-i tions officielles que les Russes ont, après l'occu» pition de GaifeiSch-DoIIopSl, assassiné tin habî-tfcnt et crucifié un autre; ils furent attachés à des arbres. Ils ont posté une sentinelle pendant trois ji,urs devant le malheureux jusqu'à ce qu'il expi-r;H. Une j'.ùve malade et alitée fut abattue et son riari fusillé. A Dechfinetz, les. Russes brûlèrent maisons et parmi celles-ci toutes les maisons (les juifs, l'école populaire et la maison communie. Les habitants des maisoms furent jeftés à la o|ô presque nus. 'RUSSIE. — Sévérité excessive. — Le professeur "/nauer, professeur de langues comparatives à l'Université de Kiew, a été emprisonné. On lui reproche que sa famille séjourne actueUement en Allemagne, que ses deux fils sont naturalisés allemands depuis deux ans et combattent dans l'armée allemande. L'avoir de Knauer, à la Banque de Kiew, a été confisqué et sa perfsion de 4,200 roubles supprimée. Quoique Knauer soit malade et qu'il a été admis ï. la retraite il y a quelques temps p»ur cette rai-;on, il sera transféré comme prisonnier dans> le gouvernement de Tomsk, en Sibérie. RUSSIE. — Y aurait-il conflit entre le* tzar et le grand-duc généralissime ? — Solfia, 25 janvier. — On a reçu ici des nouvelles sérieuses de Saint-Pétersbourg, d'après lesquelles le conflit latent entre le tzar et le généralissime Nicolas Nicolajevitch s'est beaucoup aggravé en ces dal-niers temps, au point que la démission du généralissime est déjà envisagée. Le parti de la paix russe gagne taus !ps jours du terradn.il n'y a pas, toutefois d'indices de troubles intérieurs, mais des Indices d'une révolution à date éloignée. Celle-ci ne sera pas provoquée par les unions ouvrières, mais par les populations rurales et prendra, si elle éclate,, une extension considérable. On rapproche ici ces bruits des efforts des Russes et des Anglais en vue de décider tous les Etats neutres à se joindre à la Triple I2ntente. < EN POLOGNE.— Violentes attaques des Russes. I — Bucarest, 25 janvier. — Le journal roumain « Adverul » apprend de Pétrograde que les Allemands exercent une pression violente sur les positions russes à l'Ouest de Varsovie. Ils renouvel-/ lent toujours leurs assauts. Les cercles militaires ■ .'.-"n m ri o nue les Russe» .éorr>nvent, des llifficultés, attendu que "Tes nouvelles munitions n'arrivent que difficilement au front. ALLEMAGNE. — Le raid des Zeppelins en Angleterre. — Rotterdam, 25 janvier. — La « Guerre moderne » considère l'attaque aérienne contre la côte anglaise comme une brillante répétition des Zeppelins, attendu qu'après un voyage de 200 kilomètres les dirigeables soat rentrés sains et saufs à leur port d'attache. PORTUGAL. — Un éehec portugais à Angola. — Londres, 24 janvier. — On mande de Lisbonne au « Times » : Les pertes dans le récent combat près de Naulila se sont élevées à 58 morts, 53 disparus, 34 blessés et 2 prisonniers. EGYPTE. — Renforts nègres. — Rotterdam, 25 janvier. — On mande de Johannesburg au « Daily News », qu'il y a, dans les milieux boers, un projet de mettre sur pied 5,000 nègres Bazutos pour le service de l'Egypte, où ils pourraient callaborer avec les volontaires égyptiens de la colonie du Cap. Le projet ajoute que si ces guerriers revenaient... de l'Egypte, on leur enlèvera leurs armes. ALBANIE. — L'imbroglio s'épaissit encore. — On mande de Rome au « Morning Post » que la 1 situation en Albanie devient plus menaçante en raison de l'apparition de bandes de Malissores soutenues par des agents autrichiens. Ces Malissores ont tenté d'enlever les marchandises déposées à San Giovanni di Medua et destinées au Monténégro et ont enlevé leur argent aux voyageurs qui se rendaient de Medua à Scutari. AUTRICHE. — Une importante entrevue. — Vienne, 24 janvier. — M. de Burian, ministre des affaires étrangères, est parti ce soir avec le conseiller de légation Hoyos pour le quartier général : allemand, viâ Berlin, où il sera reçu en audience 1 par l'empereur d'Allemagne. SERBIE. — Les Autrichiens sur le Danube. — 3 D'après des nouvelles de Semlin, des monitors 1 austro-hongrois, naviguant sur le Danube et la j 3 Save, inquiètent les positions serbes près de Be1-grade. Peu de troupes seraient casernées dans la capitale, ETATS-UNIS. — Le commerce des neutres. — Le cas du « Dacia ». — Washington, 25 janvier — Le département de l'intérieur a fait savoir aux é propriétaires du « Dacia » que l'Angleterre a décidé de saisir le navire s'il partait. Les propriétaires ont répondu qu'il partira quand même afin de provoquer, pour ce cas, une décision de la cour e des prises. On mande à ce sujet de New-York au « Times », que les propriétaires du « Dacia » déclarent qu'ils ont assuré le navire chez des assureurs particu-- lieras. L'agent du Lloyd à New-York télégraphie : 1- On dit que le « Dacia » est parti de Galveston pour 1» Norfolk et qu'il a navigué flanS la zone de trois milles. Le propriétaire Breitung accompagnera 1« navire dans! son voyage. Etranger FRANCE, s,-* Troupes auxiliaires 'de eoùleur. — Paris, 24 janvier. — Le ministre da la Guerre, M. Millerand, a, soumis au président do la République un décret autorisant le piinistre de la Guerre, pendant la durée de la guerre, à déterminer le nombre de bataillons de tirailleurs sénégalais au Maroc, selon les ressources auxiliaires du recrutement, c'est-à-dire d'appeler autant d'indigènes du Sénégal que possible. Les nouveaux bataillons créés trouveront, si possible, leur emploi sur le théâtre de la guerre européen. FRANCE. — Pourquoi le » colonel » Caïllaux a filé à l'anglaise en Amérique. — L'Ecluse, 20 janvier. — On a appris il' y a quelques jours que l'ancien ministre des Finances, Joseph Caillaux, accompagné de sa femme qui, comme on se le rappelle, a tué l'année dernière, le rédacteur en chef du Figar», M. Calmette, était arrivé à Montevideo, où il était envoyé en mission dans l'intérêt de la République Française. Le Figaro, qui poursuit sa campagne de vengeance contre le père de l'impôt sur le revenu, ainsi que contre la meurtrière de son directeur, M'. Gaston Calmette, demande insidieusement pourquoi M. Caillaux a dû quitter la France. Una lettre privée nous raconte ce qui suit à ce sujet : <c Comme financier habile, on avait eonfié à M. Caillaux une direction importante de l'intendance au front. Il était entré en service comme volontaire militaire et fut bientôt promu colonel. D« temps et temps, et même assez souvent, il parut à Paris, ou il avait oonservé un bureau depuis son départ du ministère, et ce au grand mécontentement de son successeur au ministère. Sa dernière visite, au point de vue des affaires non militaires, a joué un rôle dans cette divulgation. Comme le gouvernement voulait se débarrasser d'une manière discrète de ca colonel compromettant, il lui confia il y » deux mois une mission économique en Amérique méridionale. » « A Paris, en novembre dernier, il no put s'empêcher de parader, en uniforme, son épouse au bras, et se montra dans des établissements à la mode. Les officiels fréquentant ces établissements prirent da mauvaise part que ce nouveau colonel d'opérette t. .. '.. 1. .. w îlt dite personne et ils jetèrent à la tête du couple les objets qu'ils avaient sous la main, des serviettes, de» morceaux de pain, même, je crois, un verre de vin ou une terrine de sauce. Cet incident fut caché soigneusement par la censure française, mais celle-ci ne pouvait toutefois empêcher certaines allusions incompréhensibles pour les non-initiés, ni empêcher qu'une feuille de la France méridionale chercha a trouver quelques indications plus compréhensibles, lequelles furent alors réimprimées à Paris, prouvant ainsi que la censure est différente selon les localités. En tous cas. la censure donne lieu à des discussions mystérieuses entre parlementaires, ministres et journalistes. » ANGLETERRE. — Les vapeurs charbonniers. Le Gouvernement anglais a décidé de disposer de 34 vapeurs qui ont appartenu à des Allemands ou à des Autrichiens pour le transport de charbon. ALLEMAGNE. — Le nouveau ministre 'de la, ; guerre. — Berlin, 25 janvier. — Le nouveau ministre de la Guerre allemand, Wild von Hohendorn, était, peu de temps avant la guerre, directeur du département général de la Guerre, au ministère de la Guerre prussien. Pendant la plus grand» parti» de sa carrière militaire, il a été attaché à l'état-major général. Les habitués des séances du Reichs-tag se 1 appellent 1 autant» qu'il y avait acquise à la tribume. ITALIE. — Une interview 'du cardinal (h,spart. — La Perseveranza de Milan publiait le 16 janvier le récit d'un entretien qu'un de ses collaborateur* avait eu avec le secrétaire d'Etat, le cardinal Gaspa-ri,qui a déclaré,en ce qui concerne l'attitude de l'Italie dans la guerre actuelle,que ceux qui essayent d'entraîner l'Italie dans la guerre, sont à blâmer. Si la guerre est inévitable, chaque Italien fera son devoir. L'Eglise possède également l'amour de la Patrie, mais commencer une guerre aussi longtemps qu'aucune violation du territoire italie* n'a eu lieu, ce serait non seulement antip&trioti^ue, mais encore criminel. Si la Perseveranza de Milaa a exact<u»e»t rapjer-« les paroles du secrétaire d'Etat du cardinal, mous 1 apprendrons bientêt en raison da l'importance do l'incident. TURQUIE ET ROUMANIE. — Amitié réciproque. — Constantinople, 24 janvier. — L'ambassadeur roumain, M. Mana a remis hier au Sultan, en audience solennelle, ses nouvelles lettres l'accréditant à l'occasion du changement de règne en Roumanie Les deux discours échangés sortaient du cadre des banales formules usuelles. Dans son allocution au Sultan, l'ambassadeur rappelle qu'au cours dos 3eux dernières années, il avait toujours fait ton» ses efforts pour maintenir les relations amioalea entre le» deux peuples. ïl ajouta qu'il continuerait à se consacrer au même but, Bans sa réponse, 1© Sultan insista sur la cordialité dw relations entre les deux pays, sous le règne du Souverain décédé, et qui se maintiendront sous te règne du roi Ferdinand. VTou« GfffQ o "mmnrwmoÊsm «DX¥ZON 3^

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le bruxellois: journal quotidien indépendant behorende tot de categorie Gecensureerde pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes