Le bruxellois: journal quotidien indépendant

349 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 01 Maart. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 24 januari 2021, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/wp9t14wh45/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3* Année. - N° 513. Edition B ABONNEMENT POSIAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 'S.60 Lt& burta ,\ (Je po>.tç cji Belgique ft A iTlr.:,! t n'acceptent flfcc ces ibo. uei.io i. i RI.viLSi ;<ili,Lb; ccu.vu pren!K »it ours les lJv>v. 1 .* vr:i. 1 JtjiLEr 1 Ocïob. Ou peut Abonner toutefois pour les deii k tle 1 ier ; ?n'»!s ou même pour le icrpuT i.. ,r, Ue C!,.-:i e trimestre au prix de . 2 Mois 1 Mois Fr 3.00 Mk-2.40 Fr 1.50-v>!; 1.20 Tk'KAQE : 75.0C0 PAR JOUI! CINQ CENTIMES Le Bruxellois Rldactcijr en Chef : j Maro d<a SAlvM liiraal liMfin Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : g BRUXELLES, 45, RUE HENRI- MAUS | MERCREDI I" IV!ARS I9IE ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos fr. 2.00 Nécrologie. 1.00 Annonces commerciales . 1.00 > financières. . . 0..r'0 PETITES ANNONCES I l petite ligne 0.20 La grande ligne 0.10 - o — TIRAGE ; 75-G00 ' PAR. JOUR La SITUATION à VERDUN Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 29 février. (Communiqué de mi di.) —« L'action renforcée de Vartillerie < continué en beaucoup d'endroits. A i'est d, la Meuse, flous avons pris d'assaut un peli ouvrage blindé au nord-ouest à pro.vimit immédiate du village de Douaumont. Le tentatives d'attaque que l'ennemi a renouvelées dans cette région, ont été écrasées ai ssi tût eiquissécs. Dans la 11 oevre nos troupe ont dépassé Dieppe, Abaucourt et Blâmée Elles ont fait disparaître les derniers en c mis de la vaste région boisée qui s'étend ai nord-est de Watronvillc et d'Hovdiomont e ont enlevé Manlteftlles, ainsi que Champloi avec un élan plein de bravoure. Jusqu'à hic, soir, le nombre des prisonniers non blessé était de 228 officiers et 16,675 soldats. Et outre, Vinventaire du butin capturé donnai "tS canons, dont beaucoup de gros calibr< dernier modèle, S6 mitrailleuses et un maté riel immense. Près de la maison forestière d< ThiavUle (au nord-est de Badonvillcr) u> ■saillant de la position française a été attei que et pris. Un nombre assez considérable di ■prisonniers sont restés entre nos /nains. Théâtres de la guerre de l'Est et des Balkan; La si t uat ion n'a pas changé. AUTRICHIENS Théâtres de la guerre russe et italien Vienne, 29 février (d'Iuer). — Rien dt particulier fi annoncer. Théâtre de la guerre Sud Est Nos troupes ont fait, jusqu'à présent, <: -Dut ai -.o, le biiiin suivant : 23 canons, don 6 canons de côte, 10,000 fn ils, beaucoup eh munition d'artillerie, de grandes provision de vivres, 17 navires voiliers et vapeurs. Sut vaut tous les indices, la fuite des Italien, sur h urs navires de guerre s'est passée dan le plu grand désordre et précipitation. ITALIENS Rome, 29 février. —Comrn. off. du 27 fé vrier. •— Activité efficace de notre art Hier it sur les chaussées de la haute vallée du Rien et du Seebach, où des mouvements de trou pes ennemies ont été constatés. Au front d< l'isonzo, combat d'artillerie, surtout • oleti dans le bassin de Fiitsch. Sur le Monte Kul (dans la région de Plaira), une de nos balte ries a détruit par un tir bien visé des retrait chements ennemis obligea les défenseurs t prendre la fuite. Actions de combat de no troupes dans la région de Montencro et su le Karst. L'ennemi a laissé quelques rrison niers en notre pouvoir. FRANÇAIS Paris, 27 février (15 heuresj. — Vans la régio, au nord de l'crelun, nos troupes ont continue < renforcer Ifurs positions au cours ctc la nuit. Au cun changement sur te front d'attaque à l'est d la Meuse où la neige tombe avec abondance. O ne signale aucune tentative nouvelle de l'Cnnem ni sur ta cote du Talon ni sur la eût ' du Poivre Hier, en fin de journéel une forte attaque enne mie déclenchée dans la .i de lu ferme Hardaa mont (à l'est de la c Ole du, Poivre) a été br&é ;par les feux de notre artillerie, de nos mitrail teuses et par nos contre-attaques. Une autre ten tative non moins violente dans lu région du boi d'IIardauniont n'a pus eu plus de succès. En \Y oevre, le r'pli ordonné de nos avant poste s'est effectué sans la moindre 'jêne de la pirt d l'ennemi. A l'ouest de la Meuse, aucun actio d'infanterie. Dans les Vosges, après une prépara tion d'artillerie, l'ennemi a tenté hier, à la tom bée de la nuit, une forte, attaque su, un fiOnt d ï kilomètres au sud-est <- Celles, r i ! de t Pleine; l'attaque a complètement échoué. Ce ma tin une action de nos batteries contre l s d pût du ravitaillement ennemis de Slosi-weier (noid d MunsterJ a donné de bons résultats. Paris, 27 février (23 heuresJ. — Entre Soisson et l'eims, tirs de destruction sur 1rs ouvrages en ne mis en face de Venizel et à l'est de 'l'royon. Dan la région au nord de Verdun, après la viol 'nce de actions engagées les jours précédents, on signa1 un certain ralentissement des efforts de l'enntm a . coui'3 de la journée, sauf ire la hauteur d Doitauih' :it et le plateau au nord du village d Vaux où une forte attaque menée sur nos position a été repoussée. A l'est et à l'ouest de la positio de Douaumont, nos troupes ens rrent éiroitemcn les fractions ennemies qui ont pu y prendre pie et qui s'y maintiennent difficilement. Aux dei niers renseignements, la cote de Talon, rendue in tenable aussi bien pour nous que pour l'cnnc-rr par le bombardement des deux art llerics, n'est oi cupée par aucun des adversaires. Dans les 1 osge; duel d'artillerie à l'Hartmannsweilerkopf. Nov avons pris sous notre feu et dispersé un détachi ment ennemi dans la légion de Sennones. Paris, 28 février (15 heuresJ. — En Bdgiqui nos batteries ont bombardé les organisations «r, nenvies en face de Ste"nstraate. En Champagne dans la région de la ferme Savarin, au, nord d Souain, l'ennemi a réussi à pénétrer peu un cou de main dans quelques éléments de notre ligne avancée et de notre tranchée de soutien. Dans la région au nord de Verdun, le bombar- - dément a continué avec intensité, surtout dans U i secteur du centre et xers notre droite. Aucune ■' tentative nouvelle sur la cote du Poivre. Hier, en t fin de journée, l'ennemi a tenté à plusieurs re- prises d'enlever le village de Douaumont. Ses ej-s forts se sont brisés contre la résistance de no* troupes que ies assauts les plus furieux n'ont pv. ébranler. Situation sans changement au fort de Douaumont qui demeure étroitement encerclé. La lutte est moins vice sur le plateau au nord • du village de Vaux. En TYo^vre, l'ennemi a prit, ' hier soir et au cours de la nuit une attitude pl." l active. La station du chemin de fer d Eix, prise l et reprise par les attaques et les contre-attaques i des deux adversaires, est restée en notre posses-sien. Toutes les tentatives contre la cote 255 (sud. 5 est d'EixJ ont été impuissantes à nous en déloger. , Plus au sud, une attaque ennemie contre Man-f heulles a complètement échoué. Notre artillerie contre-bat énergiquement le bombardement ennemi sur tout l'ensemble du front. Dans les Vosges, nous avons bombardé plusieurs cantonnements ' dans la région du Han-dc-Sapt. » Paris, 28 février (23 heures). — En Argonm, - nos batteries lourdes ainsi que nos batteri.es de » campagne ont exécuté des tirs sur les voies d'accès de l'ennemi, en particulier dans la région du ; bois de Gh.eppy.Ce matin, à la côte 285, nous avons fait sauter une mine dont nous avons occupé l'entonnoir.Dans la région au nord de Verdun, l'activité des deux artilleries est toujours très vive, sauf dans le sccteur à l'ouest de la Meuse.L'ennemi, au cours de la journée, a tenté plusieurs attaques partielles qui ont été refo ilées par notre feu et par i nos coritre-alt'iqucs. A l'ouest du fort de Douau- 1 mont notamment, nos troupes ont engagé un com-; tat '-orp. à corps avec Vadversalre qui a été > < . jeté d'une petite redoute où il avait réussi à s'installer. En Woeurc, deux attaques de l'ennemi Fresncs ont complètement échoué. En Lorraine, notre artillerie s'est montrée très active dans V' secteurs de Heillon, Domcvre et Badonvil er. ANGLAIS Londres, 20 février. — Cpmm. off. élu quartier ' général britannique en France sous la date du .'o ' février. : Au cours de la nuit dernière nou„ avons repous- - se une faible attaque contre nos tranchées au nord > est du canal d'Yprcs vers Comines. A Huli-uch, f Ypres et Armentières, l'artillerie a été aujour-, d'hui active dcs deux côtés. RUSSES Pétrograde, 29 février. — Cotnm. off. du •t 27 févr. 7 h. 40. — Vifs feux d'artillerie et s d'infanterie dans le secteur de Riga. On an-nonce une bonne efficacité de notre a ri'lie-rie. A Lee,de, à 11.6 fan. au sud-est de Fricd-ricJistadt, nos patrouilles ont fait une poussée cri avant de reconnaissance bien réussir; t elles ont attaqué, sans tirer un coup de fu-) sil, les sentinelles allemandes et en tuèrent . un certain nombre. A Ilhixt, le combat opi- 2 niâtre autour de la possession d'un élément t de tranchée continue. i TURCS Constantinople, 29 février. — Au front de: " l'Irak une tentative ennemie d'avancer à Vimproviste, dans la nuit du 22 février, vers notre position près de Felbahie a été repoussée sans peine. Le 23 février l'ennemi a essayé de débarquer dans des chaloupes environ un bataillon à notre aile gauche, mais il s en a été empêché par notre feu. e Au front du Caucase aucun événement ini-^ portant. Aux Dardanelles des navires ennemis ont - bombardé pendant plusieurs heures avec in-'' tervaUes, au cours des journées du 22 au 24 ' février des parties de la côte de VAnatolie et de la Iioumélie. Ils ont été forcés chaque foit par nos batteries de la côte à arrêter leur fa et à s'éloigner ; leur bombardement n'a occa-s sionné aucun dégât. Un aviateur ennemi qu* _ survolait les détroits a été attaqué et chasse s par un de nos aviateurs. I, ————— -<ɧP* <5- ■ ■ : Dernières Dépêches ! La Situation à Verdun " Berne. 29 février. — Dans une considération ai ^ sujet de La situation actuelle da la guerre, u 'l Bund écrit entre autres : Tout le système do 1; fortification permanente de Verdun a é.é ébrii - lé; lorsque les régiments du Brandebourg euren' i pris d'assaut J.e pilier de Douaumont et lors}m l'artillerie lourde a pris sous son feu destructif di côté de Lougemontj le vallon de route dans la di •f reetion de Bras. Maintenant, 1 articulation e^sen tielle du front entier français est complètemeir paralysée, cel'e-ci étant enfermée de droite i , gauche par une grande armée ; elle aurait pi - servir de base un jour à une offensive français* ; et de point d'appui contre le Rhin. Un rétablis-ie e mont de la situation de Verdun exige une accu P mu! a tion énorme de forces dans la position d< l'angle sur la rive gauche de la Meuse. En îésu-mant, St?gemann dit : En tout cas, a situation militaire à l'ouest e»t telle, que la Suisse es; obligée do maintenir dans une.étondue aua'ogua, des mesures militaires, afin do satisfaire à la situation et de pouvoii remplir c-n cas d'un f ranch sse-ment do frontière ses d'-voirs pour la s-iuwgarde de sa neutralité. Berne, '29 février. — Camp 'ongln, écrit d«n, k-Secolo qu" Verdun, quoique n'étant pas p ur le Français d'une importance décisive a pour les Allemand-. une vakur extraordina re. E.i ra on de fait, il est nature jem nt compréh n. b!e que tout Paris vit dans l'anxiété et dans l'inquiétude. I^es ruée sont dé-xrtxs, les ambulances toutefois se suivent sens ces.se depuis quelque, jours; les cafés sont \ .des, les théâtres tristes. Toute l'âm de Par s est étreinte par Verdun, car presqu toutes les fainii es ont qutlçju'tiu au fio.it ; quelque issue qu'ait l'affaire, la Fiance subira de grands sacrifices ! » Grand quartier général, 29 février. — L • correspondant mirtairc de la Kvlnische % itung annonce ; J'ai séjourné hier sur le terrain d.> combat devant Verdun. La vallée de la Meuse est inondée en maints endroits, formant de grands lacs. Les forêts, parsemées d'obutao'.Cj en fils de fer, ^oiit tracassées par le^ combats d'artillerie. Le sol est creusé par les explosion-*. Les tranchées fra-nçakei conquiees. puissamment dé-trultes, permet! nt de reconnaître une grande variété avec cependant beaucoup moins do soins et de perfection dans leur construction que ce'lcs des Allemands. Les épaisse"1 tourmentes de n .ge n'ont j as air." té un moment le progrès de la bataille, malgré la prétention du contraire de 1 adversaire. L'art J-lerie allemand» a canonné saris interruption. Vers midi, le ciel s'est écla'rei, Da po ut d vue trt>^ iU-tué ni'i jp. me trouvais, j'ai \u dc.vjuii mxu vouto la chaîne d. haut uri du fort Sciianinont jusqu'à la côte de Froide, ia ligne princ i«le de» fortifications ati nord do Verdun. C'est ici que .la bataille principale est déchaînée. C'est sur ces hauteurs que l'art llorie lourd ■ alkniar.de donna sans intermittence. On a pu distinguer au-dessus de ia ligne des crêtes d -, nuages noirs gigantesques des portées dos obus de gros oa'ibrés qu; s'éic-vai&iit comme d s arbres immenses au-des-us de la terre. On a pu distinctement reconnaître le tii de lourdes grenades allemandes et la place où elles firent explosion. Le développement continue.' de fumées fit supposer des incendies. Egalement d-Trière Douaumont, de; colonnes de filmées ont la ssé l'impre-sion du progrès de la bataille d*.wière cette hauteur maintenue solidement dans notre pouvoir. Devant la lis ère des hauteurs à l'ouest do Douaumont, on put distinguer de nombreux éclairs de** sdirapnells do l'adversaire, ce qui fit supposer un commencement d'attaque d'infanterie prononcée de notre côté. Tout autour de moi dos obus de tous oalibres crépltaiant, d autres tomba'ent également vers le sud-ouest, en face, sur l'autre côté de la Meuse contre les fortifica' ion, situé:s dans la direction de Vacher-au-Vil'e. Le feu d'artillerie de l'adversaire s'est apparemment occupé presque uniquement de la ligne de combat la plus avancée. Contre l'artillerie allemande qui lirait de plus en arrière, lo feu français semblait impuissant. Pendant mon séjour de longue durée dans cette partie, pas un seul obus n'est tombé. J'ai vu Verdun à l'oeil nu ; avec l'aide de jumelles je pouvais y distinguer un incendie. Les inquiétudes à Paris Genève, 29 février. — L'émotion qui s'était emparée samedi du monde politique de Paris a été provoqué© par le fait que le contenu du communiqué allemand, relatif à la prise du fort de Douaumont, s'était répandu. On ne s'est aucunement fait illusion au sujet de l'importance de cet événement. Ceux qui connaissent la s.tuation de Verdun savent que ce fort domine la feïteresse elle-même. On a su également que la population civile de Verdun a dû déjà quitter la ville depuis lundi sur l'ordre du commandement suprême. Sous ces conditions on comptait déjà sur la chute de la forteresse et dans las rédactions des grands journaux on travaillait déjà à diminuer l'im jortance d'un tel événement. D'après des récits de fuyards de Verdun aux journaux de Paris jusqu'à dimanche matin environ 1-50 maisons de la ville étaient déjà détruites par le bombardement allemand. Le bombardement de Verdun s commencé le lundi 21 février à 8 heures du matin. Environ 30 obus sont tombés lundi dans la ville. Mardi 56 obus tombèrent et mercredi 7. Environ 4,000 habitants se trouvaient encore mercredi dans l'enceinte de 1s ville. Dans la nuit de mercredi à jeudi commençait alors le bombardement de Verdur sans intermittence. Genève, 29 février. — D'après le Figaro Briand a raconté dimanche dans les couloir.' de la Chambre que lors de la vaine tentative de reprendre le fort de Douaumont, un nouveau corps d'armée, jusqu'à présent tenu er réserve, par la défense française, avait ét* mis en activité. te désastre de la malle-oos'g ang^se " ittiM „ Londres, 29 février (.Télégr. de l'Agence Uêultrj. — La ligne P. et O. annonce que d'après des nouvelles reçues jusqu'à présent, de 119 passagers; qui se trouvaient sur ia Maloja, 61 ont été sauvés. Lo nombre total des naufragés sauvés s'élève à 260: on espère toutefois que le nombre s'accroîtra -encore au cou es de la matinée. En tout, il y avait 411 [i i -«unes à bo; d. Londres, 29 lévrier. — Le Times annonce qu'on évalue le nombre des victimes, péries lors du naufrage de ia Maloja, à 147. Amsterdam, 29 février. — Un annonce de Douvres à Ileuter : A partir de 10 h. 1/2 du >oir, 44 cadavres de Ja Maloja ont encore été débarqués. On croyait que le nombre de victimes serait minime,quand, toutefois, la marée descendant, de nouveaux cadavres ont dérivé contre toute attente au rivage. Londres, 28 février. (Reuter.) — La Com-pagire Peninstijar 'and Oriental pu! lie : La plupart -.1 s 119 passagers de la Maloja paraissent avoir été sauvés. Le navire a été touché par une mire à l'arrière du nav.re entre Douvres et Eolkestone. La mer était démontée. Le capitaine essaya vainement de faire échouer ie navire, mais la chambre des machines était inondée. Les pfertes navales russes dans 1a Mer Noire Budapest, 29 février. — Le Rester Lloyd annonce de la frontière russo-roumaine : A Ode--a et dans d'autres villes situées à la mer Nuire, on sait que le nombre Je vapeurs russes soinbrés dans la mer Noire p augmenté dans ces derniers temps. Les mines flottantes et les sous-marins- sont la cause de ces pertes. Le trafic naval entre le- ports à ia \" i >.'> fe. xiA i"v<vvi:c <_L»i Û, L souffert dans ce» dernier- fëïBpi?. Choses d'Italie Rome, 29 février. — Le- événements d'Albanie et l'imminence de la rentrée (le - Chambres obligent ies ministres à st réunir tous les jours. Dimanche M. Corsi. ministre de la Marine, a fourni des explications au sujeit du tran-'poi t à Valona de ia gain.son de Duraa-zo, a nsi que des mesures prises pour la dé-fen-e de la côte adriatique de l'Italie. Le parti républicain, après avoir entendu constater par le député Pirolini que la miV on de M. Briand avait échoué, a voté un ordre du jour dans lequel on se plaint de l'insouciance montrée par les alliés dans leur façon de faire la guerre. Pour les ouvriers serbes Belgrade, 29 février. — On a l'intention de créer pour les ouvriers industriels serbes des caisses de secours en ea- de maladie sur le modèle des caisses hongroises. En vue de i'institut ion de ces caisses plusieurs directeurs de caisses hongroises ont été appelés à Belgrade. Guerre sous-marine New-York, 29 février. — M. Cari W. Ackermann, correspondant berlinois de l'U-nited Press de New-York, rapporte ceci dans une information au sujet du début de la guerre sous-marine : « li est vrai, que l'Allemagne possède de nouveaux sous-marins qui sont capables d'aller jusqu'à New-York et d'en revenir sans être obligés de renouveler leur combustible en route. 11 faut faire ressortir que les commandants des son—marin1; allemands ne passeront pas outre aux instructions données au sujet du traitement des paquebots à voyageurs ; qu'ils ne coin promettront ras les vies humaines, pour autant que le navire ennemi n'essaiera pas de fuir, d'éperonner le sous-marin ou de lui tirer des coups de feu. La décision prise en Allemagne au sujet de la guerre sous-marine ne doit, par conséquent, pas provoquer des appréhensions exagérées dans aucun pays-neutre, exception faite pour les gens qui délibérément se décident à voyager sur des navires de commerce armés. La seul différence entre la guerre sous-marine ancienne et celle qui va commencer consiste en ceci, qu'à l'avenir des vapeurs armés ne seront plus, considérés comme des paisibles navires de commerce. L'Allemagne est décidée à en finir avec la guerre. Londres, 29 février. — Lloyd annonce . Le vapeur russe Petshonga (1647 t.) a été coulé. 15 personnes ont été sauvées. Les Etats-Unis et l'Allemagne Washington, 28 février. — L'Allemagne a chargé Berndorff d'informer les Etats-Unis que les assurances données lors de l'incident du Lusitania et de l'Arabie sont toujours valables, mais qu'elles ne concernera pas les vapeurs marchands pacifiques. Comme on l'annonce l'Allemagne vise les navires marchands armés qui restent exposés de sa part à la destruction sans avertissemen préalable, quel que soit l'armement qu'ils portent. En Roumanie B n ra m - r. 29 lévrier. - \j'Indépendance Itou-maine apprend que la session de la Chambre qui devait être clôturée fin févriei conl'erraément a la Constitution, sera prorogée jusqu'au 15 mars 1U1G. Le u Mecklenburg » Bott i'dam 29 février. .— Le Lloyd de Butter-dam annonce que .te vapeur Samar' ntlr en dot-'nation de New-York, a passé hier le Gailoper avec trois passagers c-t 12 honnies d, l'équipage du Mclclemburg. Le Meddcmburg jaugea t 2,8^ô tonnes brutes et 1,133. t. nettes; -il avait, été construit en 1909 à Glasgow par t i-qicFairheid et. C". 11 avait d us hélices, une installation do télégraphie sans fil et des clocli s de signaux sous-nmrin-. L'occupation de la Crète psr les Alliés Athènes, 29 février. — L'Embros annonce que les puissances de 1 Entente ont notifié qu elles ne peuvent prendre en considération ia protestation de la Grèce contre l'occupation de la Crète. Cette île servira de base pour la flotte. La Grèce et l'Entente Budapest, 29 février. — L'Entente a exprimé au gouvernement grec le désir qu'il lui cède d'autre.» territoires pour l'exécution de s- - opérations stratégiques. Ce désir soumis par ie général Surrail au Roi Constantin n'a pa> reçu satisfaction jusqu'ici. Aux Etats-Unis La Haye, 29 février. — Rcosevelt a entrepris avec sa famille un voyage à ïrinidad, île anglaise aux Petites Antilles. Le.» bruits de sa réconciliation avec Taft et sa entrée dans le vieux parti républicain sont une nouvelle tentative pour reconquéiéi 1a présidence, et sont donc considérés comme infondes.Nc-iy-ycfk, 29 février. — (Du repré-i-niant du bureau Wo'rf"). — Oa anneniv de li'asliinjrtjv, à "i .is'soeaiiid Press : La nouvelle aetivte d - membres de la Chambre (ies repiéeentaUts, qui iiis-s-tont qu'on prenne une ré oliu'on recommandant aux Aniéi cain; de ne pas utiliser dos navires marchands armé , a provoqué une grande inquiétude parmi les chefs du paiti démocratique. Une délégation de députés d' I Etat du M ssonri ai: Congrès a piié le sénateur Stone et ont insi; é dans leur entretien pour que les Améiicn n, soient prévenus. -Ja» député Hacker a déclaré plus taid : J'ai d t à S-'ino que j'étais partisan du voie immédiat d'me pauv-ille résolution ; je cra-ns quo nous ne'sw- ns soi le point d'être impliqués dans une gueir,- et nous vou'ons l'éviter si c'est possible./ iicun démocrate plus que moi n'est d tposé à -outeuii le Président, mais je crois que cette démarche doit être faite sans égard à se., opinions. La nouvelle au sujet de la visite d s dépuiés du Missouri a provoqué une grande sensation dans la sa.de dis séances. Les représentants se réunirent dans les antichambres et discutèrent à fond la s -iuation Après l'entretien des députés du Missouri avec le sénateur Stone, on d sait que celui-ci réglerait sa conduite dan, sa décision d'après la vo'on.é de la majorité du Sénat. La conim ss on des affaires étrangères de la Chambre des représentants s'est réunie plus tard et a décidé de s'as-tirer d'abord de l'opinion de la Chambre au sujet do :»a décision prémentionnée. Lo présidant Flcod ■în a délibéré pus tard par téléphone avec le président Wilson et lui a affirme que la commission n'avait pas encore décider de recommander le voto de la ré-o.'ution et qu'il ne croyait pas que cela sa, ferait. Pertes italiennes Vienne, 29 février — On annonce de Ge-nèv< au \ eue Wiener Journal .- Comme l'apprend la Tribuna, l'évacuation de Durazzo a c-té décidée après que les défenseurs eurent reconnu que 1a défense exigerait plus de victimes qu'on ne s'y attendait. Les premiers jours de la défense ont coûté au corps d'expédition italien, 3,000 morts et 7,000 à 8,000 blessés. L-i nouveau drapeau chinois Avec le nouveau changement- du régime de l'Etat, qui toutefois 3st encore bien chancelant, la Chine' a reçu encore une fois un nouveau drapeau, dont la composition a déjà été approuvée par Yuanchikai. Dans ce nouveau drapeau de l'Empire, on a réuni les trois drapeaux que l'Empiré chinois a arborés dans les cinq dernières années. Sur le champ -jaune — Je jaune était la couleur da la Dynastie Mandchoue — on voit cinq bandes horizontales : rouge, bleu, blanc et noir, le drapeau républicain. Au milieu, le nouveau drapeau porte une grande étoile qui. représente le drapeau des révolutionnaires. Par la réunion des différentes couleurs, on veut caractériser les différents courants politiques qui ont participé à la formation de ia Chine actuelle. Perte d'un vapeur hollandais On mande de Elessingue, que le paquebot-poste Mecklemburg,' de la ligne Zeeland, : jaugeant 2,885 tonnes, a touché une mine en faisant route vers Flessingiu. Il a som-. bré. La Compagnie Zeeland a reçu un télc-i gramme d'après lequel les passagers et l'équipage se trouvent à bord du vapeur hol-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes