Le bruxellois: journal quotidien indépendant

757 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 12 Juli. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Geraadpleegd op 13 november 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/183416vh8h/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3mo Année - N. 645 Ed. B - * ^crao centime* Mercredi 12 Juillet 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. Q Bruxelles - Province • Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les # IJànv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr. 3.00-M 2.40 Frl.50-MM .20 TIRAGE : 75.000 par jour Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr, .''.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales ; 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0..X) La grande ligne 0. >0 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR Rédacteur en Chef : Maro cl o S AI,M Journal Quotidien Indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS 'BERLIN, 11 juillet. — Communiqué d> tn idi : Théâtre de la guerre à l'Ouest Entre l'Ancre et la Somme, des deux côtéi rde la roule de Bapaume à Albert, les Anglak ont, au cours de l'après-midi et de la nuit at taquê avec de gros effectifs et sur une grandi étendue de front. Au nord-ouest de la route, ils ont été décimés par nos feux, avantd'avoit $5 nous aborder. A l'est de la route, des combats violents se sont engagés sur la lisière rua du village de Gontalmaison et du, bois de Ma-reprendre le bois de Trônes, ont iclioué avec metz. Les tentatives réitérées de l'ennemi de de grosses pertes sanglantes pour les assaillanti qui ont lahsé entre nos mains une centaine environ de prisonniers. Au sud de la Sommeuun (hsaut tenté par des Français nègres contre la hauteur de la Maisonnette a été reçu par un feu écrasant. Quelques nègres, qui avaient pu arriver jusqu'à nos lignes, sont tombés sous les 'baïonnettes allemandes ou ont été faits pri-ttnniers. A la suite de notre contre-attaque de Barleux, mentionnée dans notre communiqué d'hier, 6 officiers et 1$7 soldats français sont restés entre nos mains. L'artillerie s'est montrée très active dans tous les secteurs de l'bf-ferisive.Nos feux de barrage ont paralysé toutes les velléités d'offensive manifestées par l'ennemi entre Belloy et Soyécourt. Dans la région de la Meuse, luttes d'artillerie des plus violentes.Sur le restant du front, par endroits, recrudescence de canonnade et, de la part de l'ennemi, plusieurs tentatives manquées de nous attaquer à l'aide d'émission de gaz. Les patrouilles ti les détachements d'éclaireurs de nos adversaires ont déployé une grande activité, partout, ils ont été repoussés. Tris de Lt'mtrey (Lorraine), un détachement allemand, pénétrant dans la position française fortement ravagée par une importante explosion de mines, y a fait prisonniers 60 hommes. Au sud de Lusse également, une de nos patrouilles a ramené des prisonniers. L'activité des aviateurs a été très intense. Dans les nombreux combats aériens qu'ils ont engagés, l'ennemi a perdu quatre appareils, dont deux sur la Somme et deux à l'ouest de Vouziera, en outre, un biplan anglais a, été descendu près de Courcelette (sur la route de Bapaume à Albert), par leTfeu de notre défense spéciale. Théâtre de la guerre à l'Est Sur le front, du littoral à Pinsk, pas d'événements particuliers. Le calme règne autour de Pinsk. Les Eusses annoncent que nous avons évacué cette ville, c'est là une nouvelle inventée de toutes pièces. Contre la ligne du Stochod, l'ennemi a lancé, en beaucoup d'endroits, des forces considérables, surtout près de Czereviszcze, Eulevicze, Korsyni,Ianovka et des deux côtés du chemin de fer de Eovel à Rovno. Près de Eulevicze, une vigoureuse contre-attaque l'a rejeté jusqu'au de là de ses positions. Dans ces combats, il a perdu plus de 700 prisonniers et S mitrailleuses. Nos escadrilles d'aviateurs ont intensivement bombardé des débarquements de troupes près d'IIorodzieje (sur la voie ferrée de Baranovitschi à Minsk) et renouvelé leurs attaques contre des cantonnements russes à l'est du Stochod. Deux avions ennemis ont été Or battus en combat aérien, l'un près de Voront-tcha (à l'ouest de Zirin),l'autre près d'Okonsk. Sur le front de l'armée du général comte von Bothmcr, un détachement de chasseurs a livré un heureux comb'at au sud de la forêt de Bur-kanov, d'olf il a ramené quelques douzaines de prisonniers. Dans les Balkans La situation n'a pas changé. AUTRICHIENS TIENNE, 10 juillet. Théâtre de la guerre russe Journée relativement calme hier. Des atta-£u?s isolées de l'ennemi ont été repoussées. Théâtre de la guerre Italien Au front de l'isonzo, l'activité combattive t'est limitée au feu d'artillerie et aux combatt aériens. Nos hydroavions ont de nouveau jeté des bombes sur les chantiers Adria. Entre la Brfynta et l'Adige, des combats acharnéi o-nt eu lieu en plusieurs endroits. De forts contingents d'alpins ont exécuté, au sud-est de h Cima Dieci, plusieurs attaques qui, avec lei plus lourdes pertes ennemies, ont été repoussées par des détachements de notre 17e et dt notre 60e régiment d'infanterie ; plus de 80C cadavres italiens se trouvent devant nos tranchées. Une poussée ennemie tentée durant le nuit échoua dans la région du mont Interrotto Dans le secteur à l'est de la vallée de Brand des détachements alpins attaquèrent le va, Morbia et le mont Corno, puis prirent posses tion de la montagne, mais la reperdirent grâci 'à la contre-attaque de nos vaillants fusilier, tyroliens, auxquels J/jû Italiens durent se ren dre en cet endroit. Théâtre de la guerre Sud-Est. t 'Aucun changement. - Evénements sur mer. A la levée du, jour, notre croiseur «Novara: a rencontré dans le détroit d'Olrante un group, de^quatre — ou bien, selon les avis unanime des prisonniers capturés par nous, — de cint tapeurs anglais de surveillance qui étaient ar mes, mais ont été tous détruits par le feu d pos c&nont. Tous ccs valeurs ont sojnorè a flamm.es, trois d'entre eux après explosion de , leurs chaudièrej. Le «Novara» ne put sauver que neuf Anglais de tous leurs équipages. TURCS ' CONSTANTINOPLE, - 11 juillet. — Du, grand quartier général, -r- Aucun changement au front de l'Irak. Dans le secteur de Felahie, un détachement de cavalerie ennemie en reconnaissance sur la rive droite du Tigre, a été attaqué par notre détachement de reconnais-lance, qui l'a mis en fuite et lui a prit plusieurs chevaux. Du front de Perse, aucune nouvelle. Au front du Caucase, rien d'important à l'aile droite. Au sud du Tschoruk, la totalité des contre-attaques entreprises avant-hier par l'ennemi dans tout le secteur ont été repous-tées. Les troupes ennemies, qui étaient parvenues à pénétrer dans nos tranchées avancées de quelques secteurs, ont été chassées dans la direction de l'est après notre contre-attaque, qui avait abouti à de sanglants corps-à-corps. Au nord du Tschoruk, quelques escarmouches à l'aile gauche. Sinon, rien d'important. ANGLAIS LONDEES, 10 juillet. — Peu avant minuit, des aviateurs ennemis ont survolé la côte tud-est. Il semble qu'ils ont jeté cinq bombes environ; les canons de défense ont bien riposté. LONDEES, 9 juillet. — Eapport officiel du général tir Douglas Haig : Entre l'Ancre et la Somme, l'activité combattive a été beaucoup moindre, la nuit dernière, que les deux derniers jours. Nous avons -continué à progresser aux environs d'Ovillers. , Dans un autre secteur, nous avons enlevé un groupe de bâtisses fortifiées. Les Allemands n'ont plus essayé de nous reprendre les posi- , tions tenues par nos troupes au nord de Given- t chy. Après une violente canonnade des secteurs occupés par des troupes de Nouvelle-Zélande, l'ennemi, après une forte attaque locale, a < réussi à pénétrer dans nos tranchées en un en- \ droit; toutefois, au bout d'une demi-heure de i combat, il en a été rejeté par les troupes de < tués 'c trouvant âaiis nos 'irant-nces? i LONDEES, 10 juillet. — Communiqué de dimanche : L'artillerie enenmie a été active. Combats d'artillerie dans différents secteurs.Nous avons continué à progresser régulièrement vis-à-vis de Stubbcrn et dans le voisinage d'Ovillers. L'ennemi a tenté l'après-midi deux furieuses i contre-attaques tur nos nouvelles positions dans la forêt de Trônes, l'efforçant de rattraper ses pertes de la semaine passée; mais ces deux attaques se sont complètement écroulées sous notre canonnade. FRANÇAIS PARIS, 10 juillet. — S h., P. M. : Au sud de la Somme, poursuivant nos progrès pendant la nuit dans la région de Barleux, nous avons enlevé une ligne de tranchées ennemies situées entre le village et la Maisonnette. Les prisojiniers valides capturés por nous dans ce secteur pendant la journée d'hier et au cours de la nuit atteignent actuellement le chiffre de neuf cent cinquante. Nuit calme au nord de la Sommé. En Champagne deux coups de main réussi s'ont ête~cxecutés par nous au sud-est et à l'ouest de Tahure. A l'ouest de la Butte-dv^ Mesnil nous avons lancé dRux attaques sur les tranchées ennemies que nous avons enlevées et oTgâîuséeTsur un, front de cinq cents mètres environ. Nous avons fait une dizaine de prisonniers.En Argonne une de nos reconnaissances a pénétré au Four-de-Paris dans une tranchée ennemie qu'elle a nettoyée à la grenade. Sur le front nord de Verdun, bombardement continu des régions dé CJiiattancourt, Fleury et de la Laufée. Une forte patrouille ennemie a été dispersée à la grenade au nord-ouest de Fleury. Dans les Vosges des détachements ennemis ont attaqué nos positions de la région de la Chaplotte, tur cinq points à la fois. Pris en écharpe par les feux de nos mitrailleuses, l'ennemi n'a pas pu pénétrer et a été complètement repoussé. PAEIS, 10 juillet. — 11 h., P. M. : Au nord de la Somme journée calme. Au sud de la Somme nous avons fait quelques progrès au cours de la journée dans la région comprise entre Biaches et Barleux et 1 aux abords de ce dernier village. Aux lisières de Biaclies, nous avons enlevé un~Jbrtin oà > ~îïn détachement ennemi se maintient encore. Nous avons fait cent treize prisonniers, dont dix officiers. Au sud-est 3e Biaches une bril-'■ lante attaque Tancée par nous sur la côte 97 qui domine la rivière, nous a permis de con-' quérir cette hauteur fortement tenue par l'en-' nemi, ainsi que la'fëfnvt cCt la Maisonnette située au sommet. Noys nous sommes également emparés d'un 'peji.t. h ois situé au nord de la Maisonnette. Quelques fractions ennemies ré-^4 sistent encore dans un réduit établi vers l'extrémité de ce bois. * Sur le front nord de VjuLuxlJ'artillerie en-? nemie contre-attaquée énergiquement par la ï nôtre, a bonlbardé avec une extrême violence l les régiom~de Froide-Terre, de Fleury et du, • jMois Fumin. i 5 ÏJZ,Aucun événement "important à fiçmaler tur' i le reste du front»* RUSSES PETEOGEAD, 9 juillet. — Au front i l'ouest, continuation de l'offensive des vailla: tes troupes du général Lebscha dans la dire tion du Stochod inférieur; l'ennemi s'est r plié en gTâiuTdésordre. Au sûJdu chemib t Jir S'arny-K'owel, n?*is avons pris, après u combat, les localités c<. Ktâciinczé et Kazowki Plus loin au sud, dams la région des villag< d'Arsenouvici, Ivano'wka, Dujeczn, de vi< clnts incendies ont éclaté. Hier, après un con bat acharné, les troup s du général Letchinsk ont occupé Delatyn qui, en Galicie méridionali etl le point de jonction du chemin de fer \ plus important (à l'ouest de Kolomea). Au endroits abandonnés par l'ennemi, nous avor, capturé des dépôts de munitions, du matérii de guerre, particulièrement des cuirasses c acier, des grenades à main, des cartouches t du fil de fer. Dans le secteur situé d l'est-nord est de Baranowitschi, continuation des com bats acharnés contre l'ennemi, qui résiste ave une furieuse obstination. ITALIENS EOME, 9 juillet. — Dans le bassin de l'Ai tico supérieur, on signale une progression d notre infanterie dans bassin de Molino et l 'ong de la direction dt la vallée de l'Astico. à Forni, nous avons rassemblé des armes, de munitions et du matériel de guerre abandon 'iés par l'ennemi. Sur le plateau des Sept-Gom nuncs, le brouilard épais d'hier a entravé l ftr de l'artillerie. Dans le secteur du front si '■ué plus au nord, nous avons pris d'assaut de "ctranchements cnncm.s au nord du mont Chic ta,et nous nous sommes emparés du col Agnella Nous avons fait J{0 prisonniers. Dans la vallé< supérieure de Campclle, nos troupes ont occupa 'e col San Giovanni. Le long du front de l'I ionzo, activité de l'artillerie ennemie, prind paiement dans les secteurs de l'olmein et di Plava, ainsi que sur les hauteurs au nord-oues\ le Gôrz; partout, notre artillerie lui a donnt a réplique. Dans la région de Monfalcone tous avons repoussé, la nuit du 7 au 8 juillet. leux nouvelles tentatives d'attaque de l'ennem ïôiïs7~^~ Dernières Dépêches Un voyage de Jules Verne réalisé. Berlin, 11 juillet. — Ee président de 1; IJhambre des députés d© Prusse a reçu au jourd'hui le télégramme suivant : « premier sous-marin commercial alleimaiw t Deutschland » appartenant à notre arme ment, d'après un radiotélégrammo, a attein ;n bon état l'Amérique, avec un ohargemen 3e matières colorantes pour entreprendre bien tôt le voyage de retour avec des matières prs mièrea : Alfred Lobmann, président du Comi té de direction de la deutschen Ozeanreedere ie Brème. » Voici la réponse qui a été faite à c® télé gramme : « Je vous envoie en mon nom et ai nom de la Chambre des députés de Prusse ei réponse à la nouvelle amicale du triomphe d la construction navale allemande que l « deutsehe Ozeanreederei » vient d'emporte mes félicitations les plus cordiales. Puisse® non seulement « Deutschland » et « Brème revenir en bon état, mais puissent encore êfcr réservés à ces récentfs oonqueteg de l'espri d'invention allemand, de nouveaux et brillant succès. Docteur comte Schwerin-Lowits,prc aident de la Chambre des Députés de Prusse. Brème, 11 juillet. — A l'occasion de l'heu reuse arrivcetdu premier sous-marin comme] cial en Amérique ; la Chambre de commerce d Brème a adressé à son ancien président A fred Lohmann qui réside actuellement à Bel lin, le télégramme de félicitations qui suit La Chambre de commerce exprime ses oordi; les félicitations à celui qui s'est montré ohf expérimenté dans cette période de guerre i difficile, à l'homme qui, avec abnégation, mis jusqu'à l'extrême à la disposition de n< tre patrie, énergie et santé, qui a fait flan boyer le nom de Brème à travers les sombr< nuages de la guerre pour le succès et pour l'a te qu'il a osé en créant et en envoyant ui flotte sous-marine commerciale à travers l'< céan. La population de Brème se joindra la Chambre de commerce dans ses remerc ments. Le peuple allemand peut regarder dai l'entreprise des sous-marins commerciaux l'ai rore d'une ère nouvelle d'indépendance si mer qu'elle doit tout d'abord à votre entr prise. Ed. Achelis, président de la Chamb du commerce. Le sous-marin « Deutschland » Baltimore, 11 juillet (Ag. Reuter). — ] sous-marin allemand « Deutschland », arri etn notre pert, revendique le droit d'être ttai comme navire de commerce non armé et pc tant de la marchandise; celle-ci, consignée l'ordre de la firme Schumacher et Cb, à B; timoré, se composait de matières colorantes pharmacsutiques. M. Cake, caissier de la La Torpédo Go, à Bridgcport (Connecticut), a c claré avoir l'intention de protester contre 1 gissement du « Deutschland » comme conti vention au brevet de la Lake Company. I officiers du « Deutschland » nient que le sous-marin ait été poursuivi par dea vaissea »de guerre ennemis, et certifient n'avoir vu s Fcun navire de guerre, ni anglais-, ni frança Un cutter garde-côtes a suivi le «Deutsahlan dans son trajet vers la baie de Ohesapeake. On le n'en indique pas le motif, mais il paraît que i- le sous-marin restera surveillé. La firme Schu- mâcher est agent du Norddeutscher Lloyd. t- Bombardement de ports anglais. le Berlin, 11 juillet. — Officiel. — Deux a-n vions de marine allemands, dans la nuit du 9 i. au 10 juillet, ont bombardé les installations de 's ports et les ouvrages de défense côtière à Har-i- wich et à Douvres. <■- Les pêcheurs et l'Angleterre. y Copenhague, 11 juillet. — « Nationaltidien-', de » annonce de Christiania t Les pêcheurs se « plaignent des difficultés causées par l'Angle-x terre à la pêche norvégienne près de l'Islande. s Pour tous les articles indispensables, dea dé-'l clarations doivent être dressées. La pêche doit » être fournie à un prix fixé d'avance, sans que t les pêcheurs aient l'assurance que le produit de leur pêche 6era vendu. A Coperwiok les pêcheurs ont tenu une réunion dans Laquelle ils c "ont décidé de demander au gouvernement, d'apporter une amélioration, à la situation, de la pêche. Dans les circonstances incertaines actuelles, lea pêcheurs aous aucunes conditions ~ ne voudraient reprendre la pêche. [ L'Angleterre et la navigation neutre f Amsterdam, 11 juillet. Le vapeur « Maar-tensdyk » allant à New-York, a dû laisser son courrier aux Anglais à Kirkwail. Le k Times » et l'offensive anglaise , Londres, 11 juillet. — Le reporter du « Times » mande du grand quartier général en France : « U y a, dans le secteur nord de notre front, des points où l'ennemi a concentré d'énormes ' masses d'artillerie. Le double feu de barrage ; qu'il a dirigé, au début de nos attaques, contre notre première ligne de tranchées et contre le terrain situé derrière, a peut être été aussi terrible que le feu de ses mitrailleuses et de son [ infanterie qui a dû être traversé par nos sol-| data pour franchir les zones d'intervalle des positions ennemies. Il semble que l'ennemi aura été bien renseigné sur le moment de no- • tre offensive, mais n'aura pas eu connaissance disposer ses canons. D'autre part, on a pu constater que la proportions entre nos pertes attri-buables au feu d'infanterie lors du début de la bataille, eet très petite en regard des pertes causées par mitrailleuses et canons. La. oon-1 centration des canons ennemis et les postes de mitrailleuses cachés, nous ont empêché de pro-" gresser beaucoup au nord du front. Il y a lieu ^ de se demander si nous ne nous trouvons pas au début d'une phase de la bataille où la fu-b sillade n'aurait qu'un rôle subalterne, et qui " se traduirait par un duel d'une part entre des postes die* mitrailleuses actuellement! impre-" nables, d'autre part des pièces d'artillerie plus ; lourde que œil© employée jusqu'à présent, et 1 qui auraient pour mission d© mettre ces mitrailleuses hors combat. Déclaration d'un grand économiste anglais. 1 Dans le numéro du 8 juillet, de 1' « Econo-1 mist », M. Francis W. Hirst, qui fut pendant 3 7 ans le rédacteur en chef de cette revue, 1 prend congé de ses lecteurs. De sa déclaration, £ il faut retenir cet intéressant passage : « Pour moi, le système financier de lîEurope ocedden-" taie est directement menacé et dans quelques f mois, il n© sera plus possible de cacher que plusieurs grands pays se trouvent acculés à 9 la banqueroute. » Dans le dernier para,graphe de son article d'adieu, M. Hirst déclare être " un ami de la Paix et il termine par ces mots : « Le tirage de 1' « Economist » a atteint pendant la dernière semaine son point culminant, ° œ qui permet de conclure aux sentiments pacifique du monde des affaires. » L'administration municipale de Verdun transférée à Paris. j! D'après le « Petit Parisien », l'administra-tion municipale de Verdun, qui avait son siè-o© à Bar-le-Duc jusqu'ici, s'est transporté© à * Paris. Le fils d'un ministre français tué à l'ennemi. L'Agence Havas annonce que le capitaine Auguste Cochin, 1© fils aîné du ministre De-j nys-Cochin, est tombé au cours des récentes ^ batailles de la, Somme. M. Denys-Cochin avait déjà perdu précédemment son fils puîné.. L'attentat contre le Président do la République Argentine x~ Buenos-Ayres, 11 juillet. — L'agence Ha-lr vas mande que l'auteur de la tentative d'assas-e" sinat sur le président d© la République Ar-r0 gentine est l'anarchiste argentin Jean Man-dxini.Aviateur italien survolant la Suisse je Berne, 11 juillet. — Le bureau de presse de ré l'état-major général suisse annonce qu'un bi-t4 plan de nationalité italienne venant de Côme, r" a survolé dimanche matin 1© territoire suisse, à L'avion, constamment bombardé par les ca-il- nons suisses, s'est tenu à une grand© hauteur, et La « Berner Tageblatt » s'étonne de ces fré-Ice quentes erreurs d'avions italiens, et trouve que lé- Côme est suffisamment éloigné du théâtre de a" k? guerre pour permettre d'éviter ces violations a- de frontière. ,es Soldats grecs optant pour la Bulgarie ur Berne,11 juillet. — Le « Secolo » est infor-ax mé par son correspondant spécial de Salonique u- qu'un grand nombre de soldats grecs ont is. franchi la frontière macédonienne à Doi-d» 'rail çoux aller s'enrôler dans l'année bulgare. Ouragan à Vienn?. Vienne, 11 juillet. — D'après des informa* tions de press© de Vienne, hier après-midi,uni ouragan a causé de grands ravages dans le faubourg d© Josefstadt. Des toits d© maieJns et d© dépôts d© fabrique ont été complètement arrachés par la violence de l'ouragan, quelques constructions plus légères complètement détruites. Toutes les fenêtres ont été. brisées et d© nombreuses personnes ont été soulevées de' terre; beaucoup ont été bissées. Le musée commercial autrichien. Vienne, 11 juillet. — Sous la présidence du docteur Bàrnreiter, a eu lieu, ces derniers • jours, l'assemblée inaugurale de la section. Balkan-Orient du Musée commercial autrichien dont le but principal est l'avancement ' de l'étude scientifique et culturelle des pays balkaniques y compris celle de la Roumanie et d© l'Orient, ainsi qu© l'entretien et l'extension des rapports économiques en ces pays. L'assemblée était honorée de la présence du docteur von Spitzmiiller, ministre du oommer-oe, de nombreux anciens ministres, députés de Reichstag et de Landstag, de professeurs d'université, de délégués des autorités, de la grande industrie et du commerce, etc. ' Combat dans la mer du Nord Londres, 11 juillet. — Les équipages die navires arrivés à Bergen, par la mer du Nord1,* racontent avoir rencontré dans celle-ci un grand nombre de sous-marins de grande et petite dimensions et avoir vu flotter de nombreuses épaves. ' DEPECHES (Eeproduites de l'édition précédente.) QUI EST LE MAITRE SUR MER? Genève, 11 juillet. ■—- L'expert naval de l'« Information » de Paris, l'amiral X..., soulève la question, relative à la domination sut mer. Qui en est le maître? Dans la mer du Nord, ainsi que dans la Méditerranée, les tor-pillages et des saisies d© vapeurs continuent^ d» plus belle. U semble qu© les torpilleurs d« arrêtant et visitant, sans être gênés, la malle-poste faisant le service entre la Hollande et l'Angleterre. Et dans la mer Baltique! Est-c© qu'on n© dit pas qu© les Allemands y ont eu une rencontre heureuse «t qu'ils y effectuent une concentration de vaisseaux de ligne à Dan-zig/ Quelques-uns parlent même de monitors allemands qui paraîtraient, — destinés pour des opérations côtières — probablement devant la Cour lande ou l'Estlionie, comme en son temps, en 1915, d'ailleurs trop tard, les monitors anglais devant les Dardanelles. A-tous les points de vue, il est difficile de répondre à ces questions. Les quatre lignes suivantes ont été coupées par la censure, mais on peut deviner par la suite c© qu'elles ont voulu dire : L'inactivité complète de la flotte anglais© depuis 1© 31 mai surprend beaucoup de personnes d'une manière fâcheuse. On s'attendait à toute autre choser et même ceux qui eurent des espérances les plus modestes, ont-ils cru le moins du monde qu'une, flottille considérable allemand© irait 20 jours après la victoire navale de nos alliés, à Zee-brugge pour y prendre ses quartiers d'été etf pour nous causer des dégâte les plus grands possibles 1 Un sous-marin allemand traverse l'Atlantique. Londres, 10 juillet. — Les journaux sont informés de New-York qu un sous-maiin allemand, portant un chargement de matières c<* lorantes de grand© valeur, vient d'arriver à Baltimore, après un retard d© quatre jours du^ fait d'avoir été poursuivi, à 20 milles de la' côte américaine, par des croiseurs français et anglais. Le premier sous-marin allemand en Amérique. Berlin, 11 juillet. — La traversée du premier, sous-marin allemand de commerce « Deutschland » à travers Focéan et son heuraise arrivée en Amérique procurent l'occasion aux journaux qui relatent cet événement sensationnel de faire ressortir que, de cette manière, la légende du blocus anglais est du coup complètement détruite. La « Vossische Zeitung » apporte encore quelques détails concernant la traversée du premier sous-marin allemand de commerce. A l'automne de l'année dernière, on a fondé' à Brème, à l'initiative de M. Alfred Lehmann, président de la Chambre de commerce de Brème, un armement particulier, qui devait' installer des communications d'outremer par des sous-marins de commerce. D'après ce que nous apprenons, différents sous-marins se trouvent en construction. Les deux premiers : « Deutschland » et « Bremen » se balladent déjà sur l'océan. La capacité des navires est d'environ 2,000 tonnes. Le « Deutschlad » a été construit sur les chantiers « Gennania », à Kiel. Son capitaine s'appelle Konig. L'offensive anglo-française. Du grand quartier général, 9 juillet. — Le ^line a régné hier dans tout le secteur situé au nord de l'Ancre. Par contre, entre l'Ancre et la Somme, les tentatives de progression par attaques d'artillerie et d'infanterie continuent avec beaucoup d'opiniâtreté. La plus fort© poussée de l'adversaire s'est opérée ici dans le secteur d'Ovillers jusqu'à la forêt de Marne,tz, située de 2 à 3 kilomètres au nord du • village de même nom, et de Longueval, par delà Hardccourt, jusque Curlu (rive droit© d© la Somme). Dans le premier'secteur, les attaques anglaises ont échoué avec des perte» «an-(.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Periodes