Le messager de Bruxelles

983 0
27 oktober 1915
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1915, 27 Oktober. Le messager de Bruxelles. Geraadpleegd op 19 september 2019, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/db7vm4456d/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

3» * MERCREDI ^4CT(IXE ltU (Édition P. L. C.) — N° 345 <•> Numéro te rend exceptionnellement iO CENTIMES ^ >1" ANNEE. — H* 295 LE MESSAGER DE BRUXELLES I Bruxelles et Faubourgs î r,„ t ATV"'i a ■ 1 /-» ■ -r- c ABftNNPMPim Pr. '.îîis Yîï* \7os li.ïï Administration et Rédaction : 45, rue du Marché-aux-Poulets, 45, BRUXELLfcS lpuBLIcn •=■ AOUfllUBDll lù S Qgniieue ef provins (serv. y la poste)] *lConsulter2notreïtarif*;enrdemière page) j [ Fr. 1.5© 4 50 8.50 'û.00 f ■ ■ Bureaux de Vente : 1, Quai du Chantier, 1, BRUXELLES ■ ■ - . LE FRONT ITALIEN - JUPICARIE I cfA "''■?%&i)éLdRz^m»'<.r.nfâiriv*tcr° f/f* ^©^//©r/o> m Z f " & Afg }Vh * "jT^rjS:''. 'X^vJ'7^ -4' \ /lrs/e~\ \ ='i*é ~ -t- ' J - -r Vu" 'àU?6'.6** '^^0K■>m^étl¥dr?ne''wSËr*' -'""*-1 .^'ss}r ^'<**71 ^'"'*vw^iw?1 ,»"*V - * M %-$* z. S1.y£\ri/tft+n9 <3 $ J: ° roAvoiv^o « /rA /«Aern^AI vcKdnd s ; f /030L'/>, >v z\fl 7om et ne o f\/*! ( ç>se n < ^ - \ .n v\vn - \'y • ^ f - t j s -jWoàfO "ftonx*.> f i M \ - a *»»*V ,, --, uJ/r/o r\\\y^ jf sJ* Pi ç f~r o \ :S«%Î > ^'%J. CpP"' *£T ^Fnrs re coX. '■"/)- O !/-^v°yi^ X--' 'faji^bpc, *^tf/cïo£'<>rte jjjf ^ ê*^oh»oày*l Cop/^^o ^ ^ "-^'<^3 ' t'-So,9n0--^ lareno. ^ 03 ^ ^ D?L/('/-vc? i~. <' :s e P^No V^ // * ' ^ %\\^> ^ /V - , ^ * ^ /2 J^' v Tj \ / f C-^^T>Jcy ^ >-s/S y F \ n< V///oA«</ ^ 1 K<'"x,^'£ffio •' ^ U n'03 y- \ <vV'>^ X "7 | â Sptno Hocj'^<cy /V\ f)c>}lun&-v£: sô,n'ï-' - , "Poct*^"--'*?■*,< ? ^v 5.^ 7 ( \f<jt<x ] hVove \ (? >l^ \ \ / / / \ ^ / \V_ J ;- i s^y. ^ \ X ' 1 os^°X,- XJ^"° v'T'"' p ' •=> «.«'.^^\&- ,,V ^ "/ ..-- ■• ~a îtf/ / C.'Aeyuiqr/.-O .f > tor*?KZ~„r« -v l _ \ \ ftfW,?/«TO l CJ^eHtfThCp' IstKina Tl*r.A. \ ■ ?- *s 5 ^ /4 f'j-;1 ^T^0,A j 1 j X> \ . . /s^la JrqyÂse^rbonep "' -~/ Cdprino-f^l'^' '{,-fre.-' ■ ^/!??,»<!!^ Vd/cktqnO \i /\_ \ \ \ Q\^es^nd /vd Ë ^/o ^v—^—^rorr/ «J:'oViVo ,• 0 ''^Tl \) A X çw^ol \ A—Qt , ^ ^0 • .•■'î ï5^'(W'V ' 0 ' Al R I .v\\„.Éo/-n«"<a/o -S V N 1 \ V \ I No P> j_ 7 J 7 ^ ^ - , So/co O A ] ) V \ \ ) ioLeo^Z rr'b/no \ ?-S fii/nele\ \^4 ~ h>r V -•' Cerr° ' y ? = r Coc/afJ^Âo fouir, to X/ \ Lero &nà,nco l ^faw^o £■_ ^rdxyf*\A?-->i y 1,J ;\ /"',%"e' *?] \ >\ x->> X ° 1 \ J> X narcin0 -\S^~ f„ , . SAonr<"«ll£] {Gros™ ^Vp / ^J!—^'e'»\A \ syfKon \S i X ° • c^'"0 j^ y^/Vx C^m/se/tvC f 0> Y :0 —V fV^'V "f^C 7~r-çq noejo /I Crfj'Jd nno ((Bl,,0/„ ^ /^~\ ^^é== Il r^TK -jA"'r">9° o W ^/5^/V£ ^ o .^3| // V \ / \X^ U i ^Lnova 8""°/",î°Lt 'ï^ """""" Alonrrïeflo^~^ OcXna T è^XX* Jv~' 1 I '°'J^nr^yT \\^//C Cast'v/'one ( \l/l^/r^r^C î . 0,°*,?^ ôahb&Kiwé X^ r7\Z~ \ ^ /. - *C-—Â /fî7^0— H ^ " 'r^X^ ^.Jtvf^ae ^ /?°<r/°" ^-JBAooue Y°%>* /a--.-S^/^^I *o/Ta <T j \ ^ Albetrone Xbdnoy/ ^ 0 l Cajft/ çS /VoJ^WP Buttap<Q.r<j. o C_ S</ "° ferey/'a ^Alb/fnci te 'A *p / ^ ~ " ' |t j ^\Auu*,<,no / A/da/drole\ Vpeano 3i\ <^6«a A^vy/set-o /Carrera { Bru°<* n° \ L-^p ^Xt^~J/1" ——|p î I c„v.«. 1 r-^.ysë^ > ^kxK ^7 x-- V ; X^ 1 J Wa^ £ f~<£j^9 r :. a%"sa >5^—X'—£ X/^cry 7 < "* ! B'qZrçtro / f ^ UrbcnJ^ < <«r*e C*n i .'• P | '«?•'-«« ^^Esm\ ° câc-ce\ sJ/esmo o&a^noti ° ^ £^1q ; /Vocg^w^x-' ' ' KfWTpxà^ _ ^ ^ C T \. /o'o 9 „ J*\, ^ '"/rt/'ra//7 \ ^ nartin°ra"*"0 Cavdnere ■- - A^j^7?7.7;X7^] " 1 3o»<jofl-re Os^q/a [ ^ ^°crta */ DI 1 ^ ,///^\ ^ Ben? dette C^xT^~~ w[ S \ ^g rn? V'z2^<\/<~; I AVV X^__ r / _^\ C«n~Jf* g l^g/o7 0 \ )/C°8™r°"° ^R^ne. Cette ^-AX^Wr A- 1/ y* \ v^ \ f V^? x^Ytr ry° L~ ^r' *n o^Xlv^ î_ Porto lollt %---- Crye?Jf0//0 Reqq'vtyç fî/rd ndolo x_. 7 J) Fr<incolino Bmbroyio —\ =w_~ 1 Srescez/o t ° ramena Copparo /1e;zoq°r<f^1<?'SOk\ £Xj yT£t/?/7/P£ '°i::'W/ v3r*xi*oJo /—^ ^ 1 ^ Le J G no! <t Correyia"^' ' Tres^nfo Co ^^ <^~~~~ O Villes t X" /v^y?'® \ oPvcento/* X^^rXX" ^^zsîr l.n.resdïtors çj Cenro /^^en^hco X MwP9^/ H y ° / —\ X ^X (£^\&w/7~T*~>occ,>d*^ Ê>'<*»C-Q— 1 ^ ^ Lr^A 1"^^^'°— I t?~852. //"et/fs \:'.~ ,'V'.'/—-/-) fo ^ J f ^ ^ ^ ' H ë^i.nl'.a^ lo '~ . ^ 1!?C i:iû i-é^5 ' ÎS<? 'kiiom Q t~reS La Judicarie et je lac de Garde Les combats à la frontière tyrolienne onit eu depuis huiit jours un renouveau d'activité : on signale des engagements au Monte Melino, au Monte Pini et sur le Tirano inférieur. L'ensemble des massifs montagneux qui s'étend du lac de Garde aux massifs suisses se .nomme Judioarie, on ne sait ïrop pou rquoi ; si les sommets y sont no'.ns élevés que dans les Alpes Car-aiques, les opérations y sont tout aussi malaisées, les chaînes de montagnes i'étageanit en gradins depuis la plaine ■talienne jusqu'aux hauteurs du Tyrol. Le lac de Garde, le lacus Benacus les Romains, est le plus grand de ous les lacs italiens; il a environ 55 kilomètres de long, 5 à 18 kilomètres le large et 36,600 hectares de super-icie ; sa profondeur atteint jusqu'à J46 mètres. IJ est sur le territoire ita lien à l'exception de l'extrémité nor avec Riva qui appartient au Tyrol; c lac est rarement calme et il est trè dangereux à l'heure de midi qiuain. souffle du sud le vent dit Ora. Les rives du lac, hautes et escai pées au mord, s'abaissent vers le sud où commence la grandie plaine di Lombardie. Dezenzaino est la localité la plus mé ridionale du lac de Garde et une sta tion importante de la ligne de Mi la: à Vérone; la presqu'île qu'on aper çoit au sud du lac est nommée Sir mione, du inom d'une petite statioi balnéaire qui n'est autre que le Sirmi< du poète Catulle, une grotte pittones que tout au bout de la presqu'île est dit-on, l'endroit où venait rêver l'é mule et le contemporain de Propero et de Tibulle. ijes .raves au «c deviennent ae plus en plus tourmentées jusqu'à Salo, sk tué dans ttin site charmant que domine le Monte Bartolomeo; Salo est tête de voie ferrée vers Brescia et vers Ma-1 derno; c'est également à Salo que e commence la célèbre « R i viera» du lac s de Garde, la partie la plus chaude du i nord de l'Italie; plus haut, Gairdone est une station d'hiver et d'automne - très fréquentée, la végétation y est , tout à fait semblable à celle du Midi ; î les montagnes y sont on .ne peut plus pittoresques ; au loiin se d resse la cime - du Mont San Michele, où se livrèrent - plusieurs combats. 1 Fasano, Maderno, Toscolano sont également trois lieux de villégiatures situés sur la rive occidentale du Luc; 1 f iles sont dominées par le Mont Pizzo-> colo et situées sur une langue de terre - formée par les alluvions du Toscola-, no; le lac se rétrécit vers Gargagno, - où commence l'enclave diu territoire 5 italien dans 1e Tyrol; les rives du lac deviennent de plus en plus abruptes; Tre Mosine est le d'ernîer village italien, il est situé sur une hauteur; sut l'autre rive, on aperçoit au fond d'un< baie le village de Limone, qui est entouré de plantations d'oliviers et de citronniers ; la frontière autrichienne commence un peu au-delà de l'aiguille du rocher du Monte Corno. Bientôt on arrive aux deux vallées désormais célèbres : celles du Ledro et celle du Ponate. Riva, ville tyrolienne de 7,000 habitants et port animé, est bâtie dans un site ravissant à l'angle -nord-ouest du lac qui se termine à cet endroit comme un fjord et au pied d'une montagne esciairpée : la Kochetta ; elle fst dominée par une tour blanche en ruines, reste d'un château des Scaliger de Vérone ; près d u lac se trouve également la citadelle. La route du Ponale passe à une grande hauteur par des galeries et des demi-galeries hérissées aujourd'hui de pièces d'artillerie; elle conduit à Arco, ancienne place-forte, qui fut ravagée pendant la guerre de la succetssior d'Espagne. Plus loin que Riva, après Torbole, la frontière passe par les hauts som-.mets des Monts Baldo (2218) et Altis-simo (2070) ; Malcesi.ne, lie premiei village .italien, a on vieux château pittoresque transformé en caserne d< douaniers; plus bas, le cap San Vigi-lio s'avance à une .très grande distance dans le lac; c'est la partie la plus pittoresque de toute la région. Dans une baie se trouve la petite ville ele Garda, qui a donné son nom au lac. Après les stations de Bardolino ert de Lazize, .nous arrivons à l'ancienne place-forte de Peschiera, aujourd'hui démantelée. On se souvient que jusqu'au second Empire lie fameux qua-d ri latère Peschiera-Véronie-Legnago-Mantoue joua un rôle considérable dans toutes les guerres qui eurent pour théâtre le nord de l'Italie. Les massifs principaux de la Judicarie sont le Bruffione (2666), le Val di Lago (2282), le Casetta ( 1854) ; en Autriche, le Listino (2750), le Spi.no (1485) et le Pizzocolo (1583) en Italie.Du côté oriental du lac de Garde, la chaîne du Monte Baldo délimite les vallées du Mo.ncio et celte de l'Adige; son point culminant est le Monte Mag-giore (2206) ; 1e front s'étend sur une horizontale passant un peu au nord d'Ala; l'endroit qui offre te plus d'intérêt, vu les événements actuels, est le plateau de Lavarone, qui figure régulièrement dans les communiqués. Toute la région-frontière figurée sur notre carte est extrêmement accidentée et n'offre guère de moyen de pénétration que les vallées de l'Adige et du Mincio; sans, parler de Peschiera, les villes italiennes les plus proches de la frontière sont Vérone, Vicence et Trévise. Vérone, chef-lieu de province, est une ville de 60,000 habitants, au pied des Alpes et sur l'Adige; c'est, après Venise, la ville la plus intéressante de lia Vénétie. Au VI* siècle, elle était la

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Le messager de Bruxelles behorende tot de categorie Financieel-economische pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1895 tot 1946.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes