Le soir

1997 0
04 augustus 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 04 Augustus. Le soir. Geraadpleegd op 22 mei 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/hd7np1x802/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

LE SOIR ABONNEMENTS LE SOIR est distribue dans toute l'agglomération bruxelloise (rez-de-chaussée) contre fr. 0.30 par mois, Abonnement d'étage : fr. 0.60 par mois POUR TOUTE LA BELGIQUE : 3 mois, fr. 2.25, 6 mois, fr 4,25, 1 an, 8 fr. On s'abonne à tous les bureaux de poste et r jx fadeurs en tournée GRAND-DUCHÉ : 3 mois, fr. 4.50. 6 mois, fr. 8.50 ; 1 an, 18 fr. HOLLANDE s 3 mois, fr. 3.00; 6 mois, fr. 11.50, 1 an, 22 fr. UNION POSTALE : 3 mois, fr. 7.50; 6 mois. fr. 14.50. 1 an. 28 îr. TIRAGE : 180,000 EXEMPLAIRES INSERTIONS. AGENCE ROSSEL, 29, plaoe de Louvain (Trcurenfaarg] 8uoouraale : 68, Marohé-aux-Herbe» Petites annonces (1 à 3 lignes). • . .fr. 1.0G La petite ligne .. Q «...«*• . 0.4G Faits divers(1™ partie), la ligne. . • , 6.0C (2n"> partie), 4.00; (3m« partie) . . » 3^00 Sport et Réparations Judiciaires. . « . 3.0Q Nécrologies, la ligne . 2.00 Réclames après les Nécrologies . . . . Î.50 f Annonces : A 591 TELEPHONES { Administration : A 4738 ' Rédaction: A 196 et A 3549 Pour la France, l'Angleterre et les Etats-Unis, les annonces sont reçues exclusivement à la Soolétô Européenne de Publicité, 10, rue de la Victoire, Paris, et 1, Snow Hill. Londres, E.C. Chaque jour de 8 à 16 pages BUREAUX : PLACE DE LOUVAIN, 23-25, BRUXELLES Deux éditions : AB à 3 h. et B à 6 h. n-"—r km rin— llll 11 'I il '■ lin I Il 'WHtjUUMBEEglf I I iHl'HMaaiail MaSgtT^'lgg'gi^-aHIMMiaMaiKM3EECaMIMI^WHI n br.i'iJ'WWMW—— L'ALLEMAGNE VIOLE LA NEUTRALITÉ BELGE L'Ultimatum allemand - La Belgique se défendra par tous les moyens 7oir plus loin nos Dernières nouvelh — *TWT**TTT»TV*^ TTTVVVV TVVVYY TV TT W SÏV7 V Vf V Y 7 TTTfVY TV YYVYTV v TV YYYV fV JVTl vTTTVV ÏÏVJVV YTVY >77 IV 7 T fvVvWç , /fr A VVÎ k* tYt YT77 V V 7VyVYTI L'Allemagne adresse us ulttmatnin à 1® Belgique j Le ministre d'Allemagne à Bruxelles a I Plusieurs membres du gouvernement, Le ministre d'Allemagne à Bruxelles a remis dimanche, à 7 heures du soir, à M. Davignon, ministre des affaires étrangères, un ultimatum au nom de son gouvernement.Cet ultimatum propose à la Belgique une entente pour faciliter les opérations de l'Allemagne. La Belgique a jusqu'à lundi, à 7 heures du matin, pour donner sa réponse. Dès que le gouvernement fut en possession de cet ultimatum, le Roi a été prévenu. Immédiatement, un conseil des ministres a été convoqué; les ministres d'Etat furent priés d'y assister. Ce conseil s'est tenu au Palais de Bruxelles. Y assistaient également : le général de Selliers de Moranvîlie, chef de l'état-major général de l'armée; le général de Ryckel, sous-chef, et le général Hanoteau, aide de camp du Rci. Ce conseil des ministres a duré plusieurs heures : il n'a pris fin que vers minuit. Li Ull Hffl LITIiTDI iLLEMl La Defgique se défendra par tous les moyens en son pouvoir. Bruxelles, 3 août. Hier soir, à 7 heures, le ministre d'Allemagne à Bruxelles a remis au nom de son gouvernement au gouvernement belge un ultimatum l'informant que l'Allemagne ayant appris que des masses françaises importantes se disposaient à opérer sur Givet et Namur, il se considérait dans l'obligation de prendre des mesures défensives et que, par conséquent, il priait le gouvernement beige de faire connaître, dans les sept heures, si la Belgique était disposée à lui faciliter les opérations militaires. Le gouvernement belge a répondu qu'il était très surpris Plusieurs membres du gouvernement, M. Paul Hymans et M. Van den Heuvel, ministres d'Etat, se rendirent immédiatement au département des affaires étrangères, afin de rédiger un projet de réponse. Celui-ci a été soumis à un nouveau conseil des ministres, qui s'est tenu sous la présidence du Roi, au Palais de Bruxelles. Commencé à 1 heure du matin, il n'a pris fin qu'à 4 heures. M. de Broqueville, ministre de la guerre, est rentré immédiatement à son hôtel de la rue de !a Loi, où il a conféré avec le colonel V/ielemans, chef de son cabinet militaire, et avec M, De Pauw, chef de son cabinet civil. Le général de Selliers de Moranville, qui était rentré à son cabinet à l'état-major général, avenue de Cortenberg, arrivait bientôt à l'hôtel du ministre de la guerre, avec lequel il eut une longue conférence. La réponse de la Belgique sera com- ments de l'armée française, ayant reçu au sujet de la neutralité de la Belgique les assurances les plus formelles de la Friice, que, d'aftleurs, ia Belgique avait, trop le sentiment de sa dignité et de ses intérêts, qu'elle s'appliquait à sauvegarder depuis 1830, pour accéder à pareille mise en demeure, que la Belgique se refusait donc nettement à faciliter les opérations allemandes, protestant contre toute violation de son territoire, et qu'elle était résolue, par tous les moyens en son pouvoir, à défendre énergiquement sa neutralité, formellement garantie par les traités et, notamment, par S. M. le roi ne ces arnrmaijons au sujet ces mouve- | ae crusse. LES PRETERIONS ALLEMANDES Bruxelles, 3 août. La demande de l'ambassadeur d'Allemagne ne tendait à rien moins qu'à la mise à la disposition des Allemands des forts de Namur. . LA GARANTIE DES PUISSANCES Le gouvernement belge n'y fait pas appel Le gouvernement belge a fait savoir au ministre de France à Bruxelles « qu'il ne croyait pas, dans la circonstance, devoir faire appel à la garantie des Puissances.» Si les événements se précipitaient, il verra ce qu'il y a lieu de faire ». On dit que le gouvernement belge aurait déclaré qu'il considérerait comme ennemie toute armée étrangère entrant en Belgique, même les Français, si ceux-ci entraient en Belgique sans y être appelés. CONSEILTDËS MINISTRES Ste territoire M§@ n'a pas été ©nvahi Depuis hier soir, à 7 heures, moment dura de 10 heures à midi. où arriva à Bruxelles la fâcheuse nouvelle Le ministre de la guerre a déclaré offi- de l'ultimatum allemand, trois conseils ciellement au conseil qu'à l'heure actuel- de ministres ont eu lieu, sous la prési- le — et contrairement à toutes les nou- dence du Roi. velles colportées — LE TERRITOIRE Le deuxième s'est tenu ce matin. Il BELGE N'A PAS ÉTÉ ENVAHI. ON NEGOCIE A la suite de la note belge en réponse à l'ultimatum, une note allemande est parvenue au gouvernement belge et des négociations se sont engagées. Elles continuaient à l'heure de mettre sous presse. Plus que jamais il faut avoir du calme et du sang-froid L'Allemagne vient de commettre un acte qui la déshonore devant le monde civilisé. En dépit des traités et des promesses les plus'formelles, elle a adressé à la Belgique un ultimatum inacceptable, lui demandant de faciliter ses opérations militaires contre la France. Cet ultimatum équivaut donc à une déclaration de guerre. Les troupes allemandes auraient d'ailleurs franchi nos frontières. On doit donc s'attendre aux événements les plus graves. Haut les cœurs donc ! Pas de défaillance, pas d'affolement surtout. Faisons preuve de calme et de sang-froid. Le bon droit est de notre côté, et les garants de notre neutralité nous aideront à le faire triompher. LES FAUSSES NOUVELLES Il faut à tout prix se méfier des fausses nouvelles, et nous avons l'espoir gue l'appel fait ce matin à cet égard par le commandant Cha-beau aux membres de la Presse sera entend». On parlait ce matin de l'envahissement de Visé par les Allemands. A 10 heures du matin, l'état-major général démèntait formellement cette nouvelle. Visé est occupé, oui, mais par îiosjroufies»/ • .es oomleafioiis au " Mer fôouvesyx ministres d'Etat 5 Moniteur publié les "arrêtés suivants ; Albert, roi des Belges, A tous présents et à venir, Salut, e l'avis de notre Conseil des ministres, nous ns arrêté et arrêtons : M. le comte Goblet d'AÎviella, vice-président Sénat,, et P Hymans, membre de la Chum-des représentants, sont nommés ministres tat. Le Roi commande l'armée e Roi a pris le commandement en chef de mée mise sur le pied de guerre, e lieutenant-général E.Hanoteau, inspecteur léral de l'artillerie, est nommé aide de camp Roi. dre de LéopoEd 11.- Nominations Albert, roi des Belges, 1 A tous présents et à ve^iir, Salut. oulant reconnaître les services exception-s rendus par le lieutenant-colonel EUgène-rie-Michel De Mey, du service de la fortifl-ion de la position fortifiée d'Anvers, com-ndant. du génie du lor secteur, daris la di-tion des travaux d'extension du camp de tsschaét, .il est nommé commandeur de Torde Léopold II ; ,e major A.-V. Deltenre est nommé officier l'ordre de Léopold II ; e capitaine commandant C.-E.-J, Schooîs et capitaine en second H.E.-S.G. Breuer sont nmés chevaliers de l'ordre de Léopold II. Nominations dans l'armée îs officiers pensionnés dont les noms suivent sont àis dans le cadre des officiers de réserve: Dans les secrétaires d'état-major b capitaine en premier Timmermans, F. Dans l'Infanterie b colonel Van Overstraeten. E.-E. Dans l'artillerie es colonels Frans, J.-B.-F., et de Bernard de Fau-val de Deuken, L.-C.-M.-G.; le capitaine comman-it Ippersiel, G.-E:-A.*J. Dans les. services administratifs e capitaine en premier quartier-maître Bra»-r- ^ / gd _ ar arrêté royal du 1er août 1914 sont adrK jadre des officiers de réserve: les capitairr®f®Tlc,< ndants pensionnés Dufour, L. Jar^sens Sus ei : (tenant;- ren.s.oi}"^ TV~..-p J -B et Li, j Dans l'état-major général énéraux-majors: Les colonels: Frans, J.-B.F.; de •nard de Fauconval de Deuken, L.-C.-M.-G'. et Van 5rstraeten, E.-E. Dans l'artillerie [ajor: Le capitaine commandant Ippersiel, G.- Dans les services administratifs ajor ordonnateur: Le capitaine en premier quar-'-maître Brasseur, N.-J.-J. ar arrêté royal du 1er août 1914 sont nommés : Dans l'Infanterie ajor de réserve: Le capitaine de réserve Jans-s, A. apitaine en second de réserve: Le lieutenant de îrve Béguin, J.-B. Dans l'artillerie ajor de réserve: Le capitaine commandant de er-ve Dufour, L. ar arrêté royal du 1er août 1914 ont été nommés : ieutenant-major pensionné Stappaerts, L.-A.-J. aj°r : Le capitaine commandant pensionné Clé- ar arrêté royal du 1er aoû tl914 ont été nommés: Dans l'Infanterie Dus-lieutenant : Lo premier sergent Lalande, L.-?., du 12e régiment de ligne. Dans les comptables du matériel ieutenant: Le sous-lieutenant Ghys, A.-F.-J.-H..P., parc divisionnaire de cavalerie. Dus-lieutenant: L'adjudant secrétaire d'état-major lin, E.-C.-J., des troûpes d'administration. Sous-lieutenants ont nommés sous-lieutenants à l'école d'applica-a les élèves de la 78* promotion de l'école mili-re : onthier, P.-L.-G.; Baudelet, E.-J.; Herbillon, V.-J.-Leyder, P.-J. J. ; Boschmans, L.-H.-R. ; Antoine, G.-Notté, F.-G.-L. ; Vandenberghe, G.-E.-J.-B.; Jan-, J.-E.-P.-M.-E. ; Morel, P.-V.-G. ; Vincent, V.; Mar-int, R.-T. A.-M.; Coppin, M.-C. ; Verstooken, G.-F.-Bonnet. P.-J.-F. ; De Ceuninck, G.-C. ; Sartiaux, L. ; ton, M.-J.-E.; Delecourt, G.-E.-R. ; Mouson, M.-L.-y.-G. ; Ravet, N.-E.-J. ; Nisot, F.-M.-L. ; Marée, M.-J.-G. ; de Smet, L.-V. ; Légat, J.-M.-A. ; Costier, J.-M.-A.-L. ; Vandamme, J.-M.-L. ; van Treel, J.-M.-L. ; ,es, J.; Steppé, M.; Fontaine, C.-S.; Duchateau. M.-de Schaepdrijver, J.-L.-J.-R. ; Verbist, A.-J.-J.; lert, C.-A. ; Lambert, H.-V.-E. ; Becquet, A.-H.-E. A.« tf.; Suetens, E.-A.-G. ; Radelet, E.-G.-G.; Lamort, H.-G.-E. ; Boeraven, H. ; Hanck, F.-C.-E. ; Reclercq, A.. ous-lieutenants d'infanterie, les élèves de la 63° >motion de l'école militaire : lerousseaux, P.-J.-L. ; Remy, F.-L.-J.-E. ; Jooris, J.-J.-M. (Ecuyer); Compère, H.-J.-L. ; Declercq, A.M-5. ; Mahieux, R.-T.-L. ; Lamotte, R. ; Claude, G.-M. ; îget, P.-A.-J.-H. ; Coomans, C.-C.-J. ; Baron de Ker-î de Lettenhove, J.-M.-A.-R.-B. ;De Maerschalck, J. ; neux, J.-F.-J. ; Cornette, G.-B. ; Danneels, J -M.-G. ; Bubber, L.-A.; Jacquemin, E.-A.-G.; De Clerok, J.-A.. ; Logie, A.-N.-J.-A.-A.-Z. ; de Bray, M.-H.-A.-D.-A.; mte de Hemricourt de Grunne, F.-X.-H.-F.-M. ; Ra-isiaux, H.-J. ; Leleu, O.-P.-E.; d'Hespel, E.-F.-M.-J. ; ysschaert, R.-J.-E.-L. ; Créteur, R.-P.-A.; Reding, A.-C.-M.; Genonceaux, F.; Wousseu, J.-A.-C. ; Ba-l de Negri, J.-P.-L.-G.-M.-P.-G. ; Grégoire, L.-I.-J.-: Devijvere, A.-L. ; Van Alstein, A.-F -J. : Vandaele, C.-M.-J. ; Michaux, J.-C.-G.; Comte d'Oultremont, F.-M.-G. : Gérard, C.-F.-C.-J.; L'Allemand, M.-E.; ,hieu, F.-D.-M.-G. ; Marquet, G.; Pierre, G.-J.-C.; rcenier, P.-A.-R.; Neuville, P.-J.; Dubuisson, H.-L.; yssen, R.-P.-A. Dans l'infanterie .ngé, C.-J., sergent, 2" chasseurs à pied; Arnal-en. R., id., 2e de ligne; Arnould, E.-L., id., 12e id.; pigny, A.-J.-C.-F.-L.-G-, id., 2e chasseurs à pied; ret, D.-F.-L., id., 6e de ligne; Bayet, J.-A.-A., id., id.; Blanquart, G.-T.-L., 9e id., Bohez, U-A.-G.-A., , 1er id. ; Bonté, G.-F.-M., id., 3e id. ; Brichard, F.-P.-G.-L.-M., id., grenadiers; Cammarets, J., id., 1er •abiniers; Capel, R.-D.-G.. id., 1er de ligne; Chate-n, A.-J.-G., id., 13e id.; Chère, R.-P.-A, id., 1er isseurs à pied: Christiaens, R.-A.-J., id., 2e de li-e; Clercx, A.-J.-I id., 12e id.; Collin, C.-L.-J., id., id.; Cornelissen, G.-J., id., 10e id.; Coumans, L.-A.-id., 3e chasseurs à pied ; Couvreur. C.-E., id., 7e ligne; Currinckx, L.-H., id., 4e id.; Debaisieux, E., , 3e chasseurs à pied; De Brabandère. R.-M.-J.-I., , grenadiers; Defresne, J.-J., id., 5e de ligne; De-ere, R.-P.-A.-G., id., 9e id. ; Delmeire, A., id., 2e id. ; neckere, R.-A.» id. 4e id. ; De Neunheuser, L.-H.-E.-id., grenadiers; Denis, M.-E., id., id.; Deschrijyer, B.. sergent, 4e de ligne; Deseck, G.-L.-P., id. 3e id. ; Smet, F.-A., id., 8e id. ; Devos, P.-G.-H., id., 2e isseurs à pied; Dewancker, A.-J.-C., id., 3e id.; De isch, A.-L., id.. 7e de ligne; Dewolf, F.-F.-P.. id., 2e ; Dieperinck, L.-M.-J., id., 2e id. ; Dromelet, L.-J.. 4e id. ; Dubrule, V.-A., sergent, 2e chasseurs à :d; Du jardin, R.-J., id. 12e de ligne; Dupont, F.-D., 14e id.; Faliy. .T.-B., id.. 5e id. : Faniel, J.-J.-F., id., id.; Fauoonnier, L.-C.-L.-E.-C., id.. Ile id.; Flesch. id., grenadiers: Fonteyne, O.-A.-D., id., 3e de ne; Gilles, H.-F., id., 14e id.; Gillet, M., id., 2e id.; dfurnon, J.-J., id., 9e id.; Goffart, G.-R-J., id., ■ chasseura à- pied; Gour^inne, O.-J.-G., 8© de parues ce matin sitar „ I ligne; Guyaux J.-A.-X.. id., 7e id. ; Hary, M.-J.-J.-P., id. Ile id.; Inghelbrecht, R.-A., id. 2e id.; Jacobs, R.-E.-M.-A.-A.-J., id. 7e id.; Jacoby, A.-J., id. 6e id.; Jansséns, A-A. id lie id.; Javaux, A.-J.-A., id 9e id.; Javaux, A.-A.-A.-A., id. 14e id.; Joris, M.-F., id. 3e chasseurs à pied; Labeye, A.-V.-J., id. 2e carabiniers; Lambert, L., id., 13e de ligne: Lambert, M., id., 1er id.; Lebrun, A.-E.-E.-A., id., 3e chasseurs à pied; Le-keu, R.-E.-D., id., 13e de ligne; Lemmens, J.-H., id., 13e id ; Leroy, J.-G., id., 13e id.; Liénard, G.-E., id., 3e id.; Lousberg, J.-J.-M., id., 12e id. : Marchau, M., id, 4e id. ; Marlier, L.-G., id., 1er carabiniers; Men-diaux, S.-C.-P.. id 6e de ligne; Navez, H.-J -G., id., 4e id.; Nelissen, L.-M.-I., id.', 13e id.: Pardoen, A.-F.-J.- , G , id., 1er chasseurs à pied; Paternotte, E.-E.-J., id., 2e carabiniers; Petit, L.-J.-G., id., 10e de ligne; Peyns-haert, W.-II.-H., id., id.. 7e id. ; Philippet. M.-A.-A., id., 1er chasseurs à pied; Philips, .-G., id., 9e de li- i gne; Pickaer, M.-J.-Â., id., 9e id.; Piérard, G.-G.-G., ( id., 9e id. ; Piton, H.-J.-B., id. 13e id ; Plusquin, A.-M., id 8e id ; Rolland, J.-I.-V.-M., id. grenadiers; Rus-tin, S.-A.-O., id. 3e chasseurs à pied; Sallence, G.-D., id., 2e de ligne; Sancke, G.-A.-P., id. 1er carabiniers; Saquet, J.-M.-A., id. 3e chasseurs à pied; Scmit, G.-J.. id. 7e de ligne; Scouvemont, J.-E.-M., id. 2e id.; Servais, L, id.. Ile id.; Simon, E.-J., id. 14e id.; Smelcher, A., id. Ile id.; Speybrouck, A.-R , id., 4e id.; Strumelle, .-J-, id. 13e id. ; Terryn, F.-A., id. 3e id.; Theunissen, A.-F., id., 1er chasseurs à pied; Timper-man, R -E.-C., id. 2e de ligne; Tock, A.-L., id. 12e id.; Torreele, G.-J.. id 3e id. : Van Damme, G -C.-L., id., 5e id. ; Vandevelde, V., id., 9e id.; Van Gysel, F.-L., id., 5e id : Van Aens, M.-A.-A., id. ; Vincent, J., sergent, 5e de ligne; Vincent, M.-J.-A.-G., id., 8e id.; Waltener, F.-L., id., 2e carabiniers. Dans {'artillerie Bogaerts, V.-C.-P., maréchal des logis, 16e brigade mixte; Debry, J.-G.-F , 20e id.; De Chambre. C-V.-J., id., 4e régiment; Devraede, H.-A,, id., 4e brigade mixte; Mayat, A.-J., id., 8e id.; Noirot, J.-P., id., 3e régiment; Peere. J.-F.-J .-A., id., 8e brigade mixte; Van Geluwe, J -E., id., 8e id. Le classement, on leur rang et ancienneté, des officiers prénommés sera déterminé ultérieurement. Dans l'infanterie Henry, M.-J.-P.-O., sergent-fourrier, du 13e régiment do ligne; Legros, F. .premier sergent, du 9e id. ; Callens. J.-B.-C., sergent-major, moniteur général, du 3e id.; Gilliaert, A.-E., sergent. 3e id.; De Rreyne, A.-J.. premier sergent, 3e id.; Geniesse, _M.-B-G., sergent. 6e id.; Wanty, E.-L., id., Ile id.; Kicq, N.-A., id., 2e chasseurs; Mouvet, G.-M.-E., premier sergent, 3e id..; Coulon. L.-F.. premier sergentr major, 14e de ligne; Lambert, L.-L.-J., premier sergent, 9e id. ; Devijver, R.-H.-G., id., 6e id.; Mathieu, G.-L., sergent-major, 10e id.; Gaillard. O.-O.-J.-G., premier sergent-major, 8e id. ; Wenùer F., sergent-fourrier, des grenadiers; Van Biesen, J.-F., premier-sergent 5e de ligne; Degauquier, M., id., 6e id.; Vanden Bossche. V.-A.-I., sergent-fourrier. 1er id.; Lamotte, O., sergent, 10e id.; Cossey, D.-J.-C, premier sergent, 6e id.; Lhoir, C-0., sergent, 1er id.; De Smet M.-E.-A.-F.. id., 5e id.; Nannan, F.-E-A., id., 13e id. ; Férir, G.-J.-J.. id., 5e id.; Styczynski, M.-T.-J-A., lieutenant de réserve, grenadiers; Wolf, E.-J.-N., sergent-fourrier, 12e de ligne; Patemostre, R.-L.-F-G.-L.. sergent, 13e id.; Millet, L.-J., sergent-major. 9e id.; Belîeter. O.-A.-E.-J., sergent, 3e id. ; Verschueren, J., id., ^e id. ; Wilmet, J.-T.-M., sergent-major. 2e chasseurs; Fronville, E -P.-A.-J, id,. gre-•"''liers; Tihon, J.-M.-J.. sergent lie de ligne; Motz, t j<î . I0o id ; Boeyen E.-T -L., id.. 3o id.; Beckhaus, G.-C., premier sergent, 1er carabiniers. Garray. J.-E.-G., sergent-major moniteur général, 8e de ligne; François, L.-A.-C.. sergent, 12e id.; George, R.-J., sergent-fourrier. 7e id. Dans l'artillerie Simon, F.-C., maréchal des logis de l'artillerie de forteresse de Liège-, Johann, N.-P., id., id.; Jorris-sen. J., marchai des logis fourrier, du groupe de la 5e brigade mixte; De Mal. R.-A.-M.-L., marchai des logis, id., !7e id,; Devos, R.-R., maréchal des logis fourrier, id.. 12e id.; Jottrand, R.-G.-F., maréchal des logis, du régiment de place; Colsoulle, F.-J.-E.-M., id., id. ; Keismaekers, J.-D., id., id. ; Engelmann, C.-L.-D., maréchal des logis chef, du groupe de la 19e brigade mixte; Dardenne, M--A.-J., maréchal des logis de l'artillerie de forteresse de Namur; Van-huysse, O.-R.-G., 1er maréchal des logis du régiment de plaoe; de Wouters de Bouchout, P.-M.-W.-F., maréchal des logis, du groupe de la 8e brigade mixte; Rousseau, R., maréchal des logis fourrier, du groupe de la 5e id.; Lemaire, L.-F., maréchal des logis, id. 18e id; Novant M.-G.-C., 1er maréchal des logis, du régiment de siège. Nicolet, J.-G.«A., maréchal des logis de l'artillerie de forteresse de Liège. Dans le génie François, L.-A.-F., sergent, du régiment. Dans les comptables des oorps de troupe Sous-lieutenant payeur : Hombert, R.-J;, sergent, des grenadiers. Dans les troupes d'administration Sous-lieutenant d'administration: Gielen, M.-E.-A.- F., sergent, du magasin des fourrages, à Bruxelles. Dans les corps des transports Donvil, L.-P.-M., maréchal des logis chef, moniteur général, du 4e lanciers; Chômé. M.-G.-C.. maréchal des logis chef, du corps des transports de la 2e division d'armée: Parot, M.-J., maréchal des logis fourrier, du id. 4e division d'armée. Le classement, en leur rang et anoienneté, des officiers prénommés, sera déterminé ultérieurement. Le moratorium Sur la proposition de nos ministres de la justice et des finances, Nous avons arrêté et arrêtons : Art. 1er. — Les délais pendant lesquels doivent être faits les protêts et tous actes conservant les recours, pour toute valeur négociable souscrite avant la publication du présent arrêté sont prorogés jusque et y compris le 31 août. Le remboursement ne pourra être demandé aux endosseurs et autres obligés pendant ce délai. Les intérêts seront dus depuis l'échéance jusqu'au payement. Art. 2. — Le présent arrêté sera obligatoire le jour même de sa publication. Notre ministre de la justice est chargé de l'exécution du présent arrêté. Donné à Bruxelles, le 2 août 1914. (Signé) ALBERT. Par le Roi : Le ministre de la justice, H. CARTON DE WIART. Le ministre d'es finances, A. VAN DE VYVERE. Le cours forcé des billets La Banque Nationale de Belgique est dispensée, jusqu'à nouvel ordre, de l'obligation de rembourser ses billets en espèces. Les billets doivent être reçus comme monnaie légale par les caisses publiques et par les particuliers, nonobstant toute convention contraire. Le présent arrêté est obligatoire à partir de ce jour. Prohibition provisoire de l'exportation de divers produits Un arrêté royal : Est provisoirement prohibée, par toutes les frontières de terre et de mer, l'exportation du pain, des pommes de terre, des céréales et des denrées alimentaires de toute espèce. Lés mines sous-marines en Hollande Le gouvernement néerlandais a fait savoir au gouvernement belge, conformément à l'article 4 de la Convention de La Haye de 1907 relative à la pose de mines sous-marines automatiques de contact, que la passe de mer de Goeree et les passes de mer septentrionales des Pays-Bas. ont été barrée?, p.ar des mines sous-mjarines» • y ta réunies d'urgence Séance solennelle sous la présidence du Roi Le conseil des ministres a décidé de convoquer télégraphiquement les Chambres pour demain mardi, à 10 heures. Le roi Albert présidera lui-même la séance d'ouverture et prononcera un discours. Le 8 août 1870, Léopold II présida également la séance de la Chambre belge,lors de la guerre franco-allemande. ■- Il avait par devers lui une lettre personnelle le Napoléon III et de Guillaume Ier lui assu-rant la neutralité de la Belgique. Nous n'en sommes plus là, hélas ! Les nouveaux ministres d'Etat v Nous croyons rendre hommage à la vérité en 0 isar/t qu'il n'avait pas fallu l'angoissante nou-elle de l'ultimatum allemand pour déterminer i nomination de MM. Paul Hymans et le umte Goblet d'AIviella au poste de ministre ^ 'Etat. éi Hier matin alors que le ministre d'Allemagne u Bruxelles, suivant l'exemple imjpudejnt de son p Dllègue de Paris, essayait de rassurer les relges et affirmait (!) le respect de son gouver-ement pour notre neutralité, un membre du n ouvemement nous avisait de la décision prise n ar le conseil des ministres de nommer les n eux membres de la gauche en qualité de mi-istres d'Etat. t LES DÉPUTÉS SOCIALISTES r Une délégation de députés socialistes com- q •osée de MM. Vandervelde, Louis Bertrand, loyer, Emile Brunet et Wauters, s'est rendue n e matin au département de la guerre à l'effet a e s'entendre avec M. de Broqueville sur divers •oints de l'ordre du jour de la Chambre, qu'ils taient désireux de préparer. En présence de la situation nouvelle créée tar l'ultimatum prussien, ces messieurs ont irié le chef du cabinet civil du ministre de c ui dire en leur nom qu'en ce moment il n'y c ,vait plus qu'un cœur et qu'une âme pour la t iéfense de nos libertés. « Il n'y a plus que des Belges en présence de. t a tyrannie », nous a dit M. Vandervelde. 1 Le leader de la gauche socialiste se rencon- c rera dans l'après-midi avec le chef du cabinet s it lui fera part des patriotiques décisions de la ï jauche socialiste. Le mouvement au ministère de la guerre A minuit M. le ministre de Broqueville a fait ►révenir par télégramme tout le personnel de f on département qu'il devait entrer immédiate- j nent à ses bureaux. On a commencé immédia- <; ement les préparatifs pour le départ du minis- e ère de la guerre pour Anvers. r A 7 heures du matin tout était prêt et on l'artitehd plus que les ordres de départ. i Le départ des régiments j extraordinaire animation 1 dans le quartier des casernes. !■ Dès les premières heures de la journée l'ani- ] nation était extraordinaire dans le quartier s lies casernes. ] A 7 heures, un régiment de chasseurs défilait 1 lans les rues et avenues du quartier du Gin- t [uanfenaire. Des gendarmes à cheval les précé- r Laient. s A 8 heures le régiment des grenadiers 'avance, musique en tête, dans la rue du c frône. L'entrain des troupes est admirable. Des T oldats sifflent des airs, martiaux. r Aux énvirons de la caserne d'Etterbeek l'ani- ] nation est extraordinaire. f La vaste plaine des manœuvres est pleine de natériaux de guerre. A chaque instant des T roupes sortent des casernes. c La foule des curieux encombre les avenues c [voisinantes. Une file d'automobiles réquisitionnées station-ie.Il est impossible de décrire l'animation qui ègne dans le quartier. L'élan national En présence de l'abominable forfait perpétré c :ontre la Belgique, les offres de service pour a défense se présentent par milliers. Pour juger de l'élan national, donnons cette e ettre, parmi des centaines, qui nous viennent : Monsieur le rédacteur en cihef, j" Je suis né en 1865. Je s>uis engagé volontaire le 1884 et ex-sous-officier. J'ai bon pied, bon œil et le plus vif désir de servir ma patrie.Malheureusement,on n'accepte es engagements que jusqu'à 45 ans. Que faire donc? J Aurons-nous ici, comme en 1870 en France, \ les francs-tireurs? Alors je suis sauvé. A. CHATEL, r 8, square de l'Avènement. c Notre armée c L'état moral de nos troupes est tout à fait re- a narquable. C'est avec un entrain magnifique r rue ce matin nos régiments passaient par \ 'avienue de Tervueren. La plupart de nos sol- Lats cihantant à pleine gorge des refrains mi- d itaires. j Nos soldats, à l'idée d'aller à la bataille, pa- aissaient plus enthousiastes et plus joyeux f lue jamais, et sur les routes la foule des mvr'iers et des bourgeois ne cessait de les r bcclamer. 1> Les rappels p Toute la journée, le consulat d'Allemagne de a rue du Congrès a été envahi par une foule le militaires rappelés venant procéder aux for-nalités de leur inscription. Trois trains pour 'Allemagne, remplis de conscrits sont passés lujourd'hui. Le consul a fait apporter de la iterie en consulat où il compte passer la nuit. Les rappelés français sont plus exhubérants. ë ls se rendent en groupes précédés du drapeau r rançais au consulat de France de la rue Du- r ;ale en chantant la Marseillaise et en criant : b ; Vive la Belgique ! » p Quant aux rappelés belges, ils sont tous ren-rés, et en ce moment ils sont tous armés et u ■egagnent leurs régiments. g Les engagements volontaires Les engagements volontaires affluent depuis ti ;e matin au ministère de la guerre. a Parmi les engagés, signalons MM. Max Pas- b ur, député de Nivelles, Devèze, député de Bru- b :elles, Edmond Carton de Wiart, directeur à a a Société Générale, Franz Thys et des Cres- et onnières. c NOS AÉROSTIERS c L'Aéro Mutuelle Belge vient de porter à la ^ :onnaissance de M. de Broqueville, ministre le la guerre que cette société mettait à la dis-tosition de son département trois ballons sphé-iques pour le service d'observation des places ortes de campagne. d Ces trois ballons, respectivement de 600, de h ,000 et de 2,200 m. c., constituent un outillage lf le tout premier ordre et en parfait état, appli- L styles çonnge basons captjfs ou libres ' ""*.4 ues pnoies ae ce ciud se sont engages en vue de piloter ces ballons ou de.servir comme observateurs. UNE SCÈNE ÉMOUVANTE Ce matin, à 9 heures, dans le cabinet d'attente du département de la guerre, un homme de haute taille, à la belle barbe blanche, l'air énergique, fait les cent pas, va, vient, montrant une extrême agitation. C'est M. Léon Gérard, président de la Société des aérostiers. — Qu'y a-t-il donc ? lui disons-nous. — Il y a que je demande à partir pour me* mettre à la disposition d'un chef de corps d'armée, comme aérostier, et que j'ai peur qu'on ne ; m'accepte pas, à cause de mon âge !... Et voici qu'arrive le commandant Biaise,por-teur d'un pli : M. Léon Gérard est désigné en qualité d'aé-rostier attaché à la place fortifiée d'Anvers, en qualité de capitaine. - 1 Des larmes de bonheur perlent aux yeux de notre vaillant concitoyen, qui donne l'accolade : au commandant Biaise et disparait, fou de joie. La garde civique fait le service de garnison Une compagnie de chasseurs éclaireurs garde, depuis samedi soir, une usine à essence d'automobile dont le gouvernement a réquisi- > tionné la fabrication pour son usage. Dimanche à 4 h. 1/2 de l'après-midi, le bataillon des chasseurs éclaireurs s'est réuni boulevard de la Senne et s'est rendu de là à la caserne de la drève Sainte-Anne pour faire le service de garnison au palais de Laeken.ïl remplace un bataillon du 9^° de ligné. Un appel de mères de famille Nous recevons cette lettre, que tout le monde approuvera : Monsieur le directeur du Soir, Nous nous adressons au Soir, qui est le défenseur de toutes les causes nobles et justes, pour qu'il prenne en main celle des femmes et des enfants malheureux dont l'époux et le père est appelé sous les drapeaux par suite de 1» mobilisation générale. Il serait naturel qu'on ne parlât pas de charité dans des moments comme ceux-ci. et quf l'on soutînt les femmes et les enfants de ceux qui vont, défendre la patrie. Pourquoi r.e î"ait-™i comme pd Franep^^^^ où les épouses touchent 1 fr. 25 et les enfants 50 centimes par jour? Oh dépense des milliards pour des fusils et des canons, et l'on s'adresse à la charité pour nourrir ceux que lés défenseurs doivent laisser sans pain. Et lorsqu'on aura souscrit des sommes qui sembleront énormes, il y aura une croûte de pain pour chacun, sans compter que ces secours sont toujours tardivement distribués. Pourquoi n'instituerait-on pas dans chaque commune, qui connaît les besogneux, des bureaux où l'épouse irait toucher chaque semaine la somme indiquée pour la famille sur le pied indiqué plus haut? Mais il s'agit de faire vite. Nous espérons. Monsieur le Directeur, que notre idée sera promptement mise en pratique, et vous prions de croire à nos meilleurs sentiments. Des mères de famille. La Croix-Rouge Les dames qui désireraient, faire partie du service de la Croix-Rouge et les personnes qui voudraient, adresser des objets de pansement ipour la guerre sont priées de s'adresser aux comités locaux. Toutes les voitures existant dans les sous-comités sont prêtes. A l'heure actuelle, la Croix-Rouge a repris les services dans les principaux hôpitaux militaires, notamment ceux de Gand, 1-îrugos, Os-tende. Tournai, Mpns, Arl'on, etc. L'armée est mobilisée, là Croix-Rouge prend ses dispositions pour assister le service sanitaire de l'armée de campagne. iMais il faut prévoir toutes les conséquences de cette situation.Le comité de Schaerbeek fait appel à la générosité de tous les habitants de cette importante cité pour recueillir tous les dons volontaires consistant, en argent, linge, vêtements, literie», draps de lits, couvertures, objets de pansement. / appareils de chirurgie, médicaments, etc.. etc.. / nécessaires à l'établissement, d'hôpitaux impro" / visés et à l'usage des ambulances. f Ces dons peuvent être adressés ail président / dudit comité, général Wouters, au local de la justice de paix, rue Brichaut, à Schaerbeek. MM. les médecins chirurgiens qui désirent faire partie de l'ambulance et. des hôpitaux volants sont priés d'assister, mardi soir. 4 courant, à 8 h. 1/2, à la justice de paix précitée, à la réunion plénière dés membres dudit comité à laquelle sont convoqués tous les membres diplômés. ambulanciers et infirmières. Les manifestations DEFENDONS-NOUS ! Sous ce titre le Peuple dit : • On a lu, d'autre part, la réponse de la Belgique à l'incroyable ultimatum du gouvernement impérial. Elle est, calme et forte, comme il convenait, et nous vo.ulons déclarer tout d'abord qu'en cette occasion tous les citoyens approuveront le gouvernement. • Nous sommes entraînés malgré nous dans un conflit que nous avons de toute notre énergie cherché à éviter. Nous sommes de la façon la plus incontestable en état de légitime défense. Un gouvernement étranger veut nous dicter ses ordres, on veut passer chez nous pour attaquer la France, on veut détruire notre liberté pour mieux combattre la cause de la liberté dans le monde. Soit! nous lutterons donc au premier rang pour la cause de l'indépendance des peuples et nous saurons hausser nos courages ét nos enthousiasmes à la hauteur des circonstances. » L'indignation de la foule. — On chante la « Marseillaise »; on crie: « Vive la France ! » A 10 h. 1/2, des manifestations se sont pro« duites dans les galeries Saint-Hubert, devant les bureaux de la Chronique, où l'on affiche les dépêches.'Un télégramme annonçant que les Belges ont fait des Allemands prisonniers A Visé provoque des acclamations sans fliu r MARDI 4 AOUT 1914. ÉDITION A B 216

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes