L'indépendance belge

340 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 06 Juni. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 04 april 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/1r6n010h5p/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

LINDÉPENDANCE ANGLETERRE : ONE PENNY BELGE CONTINENT : 15 CENTIMES <^B<Administration^etJ^édacdon^^udorJHouse^judo^Streetj^^C^^^^^^ONDX.ES, MERCREDI 6 JUIN 1917 Conservation par le Progrès. Ce numéro manquait à la collection et a été réimprimé à Bruxelles. La Situation Mardi, midi. La journée d'hier, sur le front britan-nque, a été la journée des raids. L'ennemi en a exécuté au sud-ouest de La Bassée et du côté de Neuve-Capelle; nos Alliés au nord d'Armentières et au sud de Wytschaete. Ces derniers semblent avoir eu pour but de vérifier l'effet du tir de destruction que l'artillerie britannique dirige depuis quelques jours contre les positions allemandes dans ce secteur. Il y a lieu de croire que le résultat n'est pas jugé satisfaisant, puisque le duel d'artillerie a recommencé. Le communiqué de Berlin dit que le bombardement dans ce secteur a atteint une violence extrême et s'est prolongé pendant toute la nuit et l'après-midi. L'artillerie britannique aussi bien que l'allemande a fait preuve également d'une grande activité au sud d>- Lens, dans le secteur de Vimy. C'est ici, autour de Lens, que pondant les dernières quarante-huit heures les Canadiens se sont distingués dans une lutte sanglante avec la 56° division bavaroise, qui occupait la rive sud de la Souchez à l'ouest et au sud-ouest d'Avion. Les Canadiens attaquèrent l'ennemi pendant la nuit. Ils s'emparèrent d'abord de tout un réseau de tranchées et de boyaux, puis de la centrale électrique transformée en ouvrage puissamment fortifié, et finalement d'une brasserie sur la route d'Arras à Lens. Mais leur succès fut de courte durée*. Des batteries allemandes bien défilées rendirent la position intenable et les contre-attaques allemandes obligèrent, comme nous l'avons dit, les Canadiens d'évacuer graduellement le terrain gagné.C'est à recommencer. Mais la leçon n'est pas perdue. Nos Alliés ont pu se rendre compte de l'étendue exacte et de l'aménagement des ouvrages défensifs ennemis dans ce secteur du front. Tout le terrain est, paraît-il, semé de nids à mitrailleuses et creusé de couloirs souterrains, dont la plupart possèdent trois issues, aboutissant en arrière des lignes allemandes, ce qui permet l'envoi rapide de renforts en cas de contre-attaque. Dans le secteur de Chérisy, les Tom-mies ont repris le poste avancé dont l'ennemi s'était emparé. Sur le front français, les Allemands, après leurs échecs successifs au nord de l'Aisne sur le plateau de Craonne, n ont pas renouvelé, hier du moins, leurs tentatives.Mais le dueï d'artillerie a repris de plus belle. Le seul point où l'adversaire ait attaqué est au nord-ouest de la Ferme de Froidmont, sur le Chemin des Dames, où ils ont réussi à prendre pied, pour employer le terme consacré, dans un élément de tranchée. Berlin assure qu au cours de ce coup de main, les troupes silésiennes ont capturé 100 prisonniers et 15 mitrailleuses. De leur côté, les Français, dans un coup de main heureux à l'est du Mont-Têton, ont capturé trois mitrailleuses, pinsi que des prisonniers. M i Dans la région du plateau de Californie, les Allemands disent avoir pris également 150 prisonniers et 15 mitrailleuses.Au total, Berlin annonce la capture, ' en mai, de 12,500 hommes, 237 officiers, 1 dont un général, 3 canons, 211 mitrailleuses, 434 fusils et 18 mortiers. Mais ses chiffes sont contestés, le total avoué par les Alliés n'étant que de 4,000 on j chiffres ronds, dont 2,300 Français. Le total allemand s'applique probablement à toute la période de l'offensive pendant laquelle les troupes alliées ont fait pri- 1 sonniers 52,000 Allemands, dont plus de ' 1,000 officiers, tout en capturant 446 ca- j ions, 1,000 mitrailleuses et 400 mortiers -îe tranchée! Sur le front belge, l'artillerie ennemie oombarde toujours le secteur de Dix-mude et la rive sud de l'Yser. Nos batteries répondent en contre-battant l'artillerie allemande du côté de Beschoote. ' Sur le front italien, le duel d'artil- '' lerie est vigoureux dans tous les sec- ^ teurs. 1 Dans un seul, celui de San Marco, le ' bombardement fut suivi par une atta- ' jue. L'ennemi atteignit les positions de ^ nos Alliés, mais ne put s'y maintenir. Une contre-attaque rendit aux Italiens i leurs positions et laissa entre leurs mains ' 32 prisonniers. J Pétrograd signale, en fait d'attaques, un raid russe dans les lignes allemandes (secteur de Kovel) et dans les lignes au- î fcrichiennes (Carpathes). ; A Cronstadt, la situation tourne au < vaudeville, mais pourra bien finir par i une tragédie. Un étudiant en chimie, 1 Lamanoff, orateur éloquent, a pris ri 1 mains les destinées de la ville et agit si ] souverain-maître de la religion. Il se re- i fuse à reconnaître l'autorité du Gouver- 1 nement Provisoire et préconise la créa- i tion, dans toute la Russie, de républi- i ques autonomes n 'ayant que des attaches très libres avec le pouvoir central. Il dit que la défense du port est assurée mieux que jamais et qu'il attend de pied ferci • l'ennemi. Comme «Capitole», il a choisi le croiseur «Alexandre II». Le Gouvernement Provisoire le Pé trograd a l'intention de déclarer Cronstadt traître à la Révolution et entend : l'isoler, le boycotter. 1 Le concours militaire des Etats-Unis commence à prendre forme. Suivant une information de Washington au «Times», le corps expéditionnaire américain ic-tuellement formé sous la direction du général Pershing, sera suivi en automne par 100,000 à 120,000 hommes de la Garde Nationale, troupes correspondant à l'armée territoriale et qui, en temps ordinaire, étaient exemptes de faire du service hors des Etats-Unis. Une loi récemment votée permet au président de puiser dans ces réserves, si nécessaire. Il est probable que 250,000 Américains seront en France avant le printemps prochain. C'est aujourd'hui qu'a lieu aux Etats-Unis l'enregistrement public qui permettra d'établir exactement le chiffre d'hommes d'âge militaire. On s'attend généralement à arriver à un total de huit à neuf millions! L'attitude nouvelle adoptée par Je Brésil, révoquant sa neutralité, équivaut, dit l'Agence Reuter, à la déclaration de l'existence de l'état de guerre entre l'Allemagne et le Brésil. Des informations de la même source affirment que tout indique que le Brésil, comme les Etats-Unis, mettra toutes ses ressources au service de la cause des Alliés. Comme entrée en jeu, le Brésil a saisi les 42 navires allemands internés dans les points brésiliens et dont la plupart, intacts, peuvent immédiatement entrer en service. , Le Brésil, avec sa population de 26 millions d'habitants, pourrait, s'il le fallait, mettre sur pied une armée des plus respectables. La question albanaise vient de rece-vir une solution imprévue par la proclamation — par l'Italie — de l'indépei dance et de l'autonomie de cet Etat qui, avant la guerre, se trouvait placé sous le protectorat de l'Italie et de l'Autriche. Une proclamation dans ce sens a été lue à Argyrocastro par le général Ferrero, commandant en chef des troupes d'occupation italiennes. La Chine a voulu, elle aussi, mettre à profit ces temps troublés pour procéder à un coup d'Etat. Au cours d'une conférence tenue à Sanghaï, le groupe des militaristes a nommé un gouvernement provisoire, dont Hsu-Shih-Chang, ex-clief d'état-major, a été nommé dictateur.Le gouvernement de Pékin est, paraît-il, complètement isolé, les militaristes exercent une censure sévère sur les télégrammes.Le président de la République, Li-Yuan-Hung, a mandé à Pékin le général Chang-Hsun, pour conférer avec lui sur la situation. Ce général, lui-même en désaccord avec Pékin, occupe depuis quelque temps, avec ses troupes, la position stratégique de Hsu-Chow-i1 u, sur la ligne de Tsien-Tsin-Pukow. U passe pour être l'instigateur du mouvement actuel, mais s'est tenu suffisamment à l'écart pour pouvoir jouer le rôle de médiateur et arriver à ses fins sans devoir combattre. Les opérations aériennes Le bombardement de Bruges. Amirauté, lundi. — Un bombardement a été exécuté sur les docks et le canal de Bruges au cours de la nuit dernière, donnant de bons résultats. * * * Amsterdam, lundi. — Les dernières dépêches reçues de la frontière disent que pendant presque toute la nuit der-. nière des bombes ont été jetées sur Zee-, brugge et Bruges, causant de grands dégâts. Les canons anti-aériens allemands maintinrent un feu constant contre les 1 aviateurs alliés, mais, semble-t-ii, sans ! succès Des attaques ont été dirigées [ contre Saint-Denis, Gand, Vvfwegen, près de Bambeke, et Ghistelles, près du front de l'Yser, ainsi que contre les dé-1 fenses de la côte. Les explosions furent , très violentes et ont été entendues dans ) toute la Flandre. î ***■ Autour de la Guerre i ALLEMAGNE i ~— ••*—" — Et le mark tombait toujours! Nou veau record lundi en Hollande: 36.15 fl * pour 100 mark contre 59.25 fl. avant h - guerre. e — La « Basler Zeitung » croit savoi: - qu'environ 15 sous-marins allemands n< e sont pas rentrés à leurs bases depuis 1< commencement de la guerre sous-marin( intensive. Les autorités navales alleman s des, ajoute ce journal, considèrent ce; pertes comme relativement légères comparées aux dommages énormes infligés aux flottes marchandes alliées. —• Le Kronprinz de Bavière, s'adressant à la 35e division de l'est prussien, qui a subi les premiers assauts des troupes britanniques sur le front d'Arras, a dit, suivant le « Lokalanzeiger » : « L'ennemi fait actuellement ses derniers efforts. U doit finir la lutte parce qu'il ne peut pas résister plus longtemps à cause de ses pertes et à cause de la détresse où se trouve l'Angleterre, grâce à nos sous-marins héroïques (sic). Nous voulons tenir et nous tiendrons jusqu'à la victoire. Grâce à l'abondance des munitions dont le revitaille le moîide entier, l'ennemi a pu détruire nos tranchées et y pénétrer par-ci, par-là, mais "ela no veut pas dire que nous sommes vaincus ». lie Kaiser lui-même ne se serait pas exprimé avec plus d'aplomb. BRÉSIL — Le président a signé la loi adoptée par la Chambre le 29 mai, et par le Sénat, le 1er juin, révoquant la neutralité du Brésil dans la guerre entre les Etats-Unis et l'Allemagne. U a également signé un décret autorisant l'utilisation des bateaux allemands dans les ports brésiliens. — La saisie des bateaux allemands dans les ports brésiliens a déjà commencé. Les équipages sont envoyés dans dans l'île Florés et des équipages brésiliens sont placés à bord des bateaux saisis. — M. Ruy Barbosa a demandé au pré-dent de prendre des mesures pour faciliter le transport de vivres en Belgique. ÉTATS-UNIS -— U est annoncé par le département de la guerre que des dispositions ont été prises pour l'envoi en Europe pour l'automne prochain de cinq divisions d'armée, équivalant à 125,000 hommes. — Des arrangements définitifs ont été faits pour l'inscription d'environ 10 millions d'Américains âgés de 21 à 31 ans inclus, dont un million sera choisi pour combattre aux côtés des Alliés contre l'autocratie prussienne. —- Trois hommes soupçonnés d'avoir envoyé à Berlin des informations relatives à l'envoi de destroyers américains en Angleterre ont été arrêtés à New-York. — FRANCE — A la suite de la séance secrète, a Chambre des Députés, par 453 voi." contre 55 voix socialistes, a voté un ordre du jour saluant la démocratie russe et les autres démocraties alliées ; ratifiant la protestation unanime faite en 1871 par les représentants d Alsace-Lorraine à l'assemblée nationale; lécla rant espérer que la guerre imposée à l'Europe par l'agression de l'Allc-magne impérialiste ne sa terminera pas sar-s la libération des territoires envahis, le retour de l'Alsact-Lorraine à la France, 1 et la juste réparation des dommages, 1 tout en écartant toute pensée de conquête et de domination sur les peuples étrangers. L'ordre du jour considère que les efforts des armées de la République et de ses Alliés, permettront de i briser le militarisme prussien et d'obtenir des garanties durables pour la paix et l'indépendance des peuples, petits et grands, dans une organisation qui préparera la société des nations, confiant dans le gouvernement pour assurer ces résultats par l'action militaire et diplo-- matique de tous les Alliés, l'ordre du . jour rejette toute addition. 1 — Une série d'explosions suivies d'incendie ont détruit hier matin un groupe f de petites usines à munitions à Auber-î villiers, près de Paris. U n'y a pas d'ac-î cident de personnes, mais les dommages 3 sont estimés à 750,000 fr. — Les grèves, qui s'étaient récemment 3 développées en France d'une manière inquiétante, ont une tendance marquée à l'amélioration. Un grand nombre d'ouvriers de diverses catégories ont repris le travail. GRANDE BRETAGNE — La campagne britannique en Mésopotamie se poursuit sans amener aucun événement militaire important. La situation sanitaire pour la première quinzaine de mai comparée à celle pour la même époque de l'année dernière, se traduit par une diminution de 59.61 p. c. dans le nombre des malades. — L'ex-contrôleur des vivres, lord Devonport, qui est un des trois barons promis vicomtes à l'occasion de l'anniversaire du roi George, figure sur la liste des nominations et promotions fait *s Cette liste comprend la création de trois vicomtes, de cinq barons, dont le colonel Lockwood, président depuis de nombreuses années du Comité de l'Intendance à la Chambre des Communes; de huit conseillers privés, de deux conseillers privés irlandais, d'un chevalier de l'ordre de St-Patrick — le maréchal vicomte French — de 25 baronets, dont M. Steel Maitland, sous-secrétaire au département des Colonies, M. T. W. Rus-sell, vice-président du département de l'Agriculture irlandais, et sir Willianm Dunn, lord-maire de Londres, et de 46 chevaliers, dont l'avocat Marshall Hall, le poète William Watson, les journalistes John Foster Fraser et Alfred Rob-bins, les chirurgiens M. H. F. Water-liouse et M. R. Jones, et le sculpteur M. W. II. Thorneycroft. — M. Havelock Wilson, président de la « Sailors and Firemen's Union », a dit hier, au cours d'une réunion de cette association, qu'il sera demandé à tous ses membres de ne pas admettre à bord d'aucun bateau, tout délégué se rendant soit à Stockholm, soit en Russie, s'il ne donne un engagement par écrit par lequel il déclare qu'il exigera la restitution des bateaux coulés par les sous-marins allemands avant de prendre en considération n'importe quelle condition de paix. NORVEGE — En mai, 49 navires norvégiens (75,397 t.) ont été coul^g. RUSSIE — Les extrémistes socialistes commencent une agitation ouverte contre M. Kerensky, ministre de la guerre et de la marine. — M. Chernoff, ministre de l'agriculture, vient en tête de la liste des candidats élus au conseil des délégués paysans avec 810 voix; la grand'mère de la révolution, Mme Breshkovskaya, deuxième, avec 809; M. Kerensky, troisième avec 804. Parmi les non-élus figurent le prince Kropotkine et le ministre des vivres. M. Pieshekonoff Le fai&eux extrémiste germanophile, Lenin, n'a obtenu que 20 voix, le ministre du travail, Al Skobeleff, 11, et Maxime Gorky 8. — Répondant aux discours prononcés par différents délégués militaires, M. Kerensky, ministre de la guerre, a dit : « Après avoir visité toute la Russie et le front, je puis affirmer que ce qui a été considéré comme l'agonie de notre armée n'était rien d'autre que la gestation laborieuse du nouvel Etat russe, Je puis affirmer de l'ancienne discipline, la puis-sance de l'armée russe augmente journellement, basée comme elle l'est sur une discipline nouvelle et intelligente. Je puis affirmer une fois pour toutes, que la fraternisation avec l'ennemi a complètement cessé ». M. Kerenskv*a passé ensuite la revue de nombreuses troupes en dehors de la ville. Ces troupes défilèrent devant lui au son de la « Marseillaise » et en l'acclamant avec enthousiasme. — Cronstadt sera moralement boycotté, déclaré hors la loi et coupé du reste de la Russie, à moins qu'il ne cesse immédiatement de défier le Gouvernement Provisoire. Cette déclaration aurait 88e année. N° 132

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes