L'indépendance belge

270 0
08 februari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 08 Februari. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 31 mei 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/js9h41kn0c/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION: BUREAU A PARIS: * V 5" IM Dl S-? EE DI S FEVRIER 1918 f® MOIS, 9 SHILLINGS. TUDOR HOUSEl TUDOR ST.. E C. 4. 11. PLACE DE LA BOURSE. <awr*EL* » ... AB6NNEMENTS :-j 6 MOIS. 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. TELEPHONE: CITY 3360 TELE,: 311-57 et 238-75 E" V6tlte à Londres à 3 h. le jGUdl 7 feVPÎeP * Il AN, 32 SHILLINGS LA SITUATION Jeudi, midi. Le canon a de nouveau tonné violemment dans la région de Verdun, et on aurait pu croire à la lecture du communiqué français d'hier après-midi, que les Allemands allaient lancer une grande attaque sur la rive droite de la Meuse. Telle était peut-être l'intention de l'Etat-rr.a jor ennemi, mais malgré un emploi inconsidéré d'obus de tous calibres, les tentatives allemandes durent se borner à deux coups de mains dans la région du bois des Fosses, qui d'ailleurs échouèrent lamentablement. Evidemment le Kron-prinz se garde bien de signaler ce nouvel échec. Entretemps les- patrouilles fiançaises firent des prisonniers en \\ oevre, et l'arlillerie fut active en Champagne, dans la région d'Auberive. v Sur le front britannique l'activité se borne toujours à des opérations secondaires. Nos amis ont repoussé mardi soir des raids ennemis dans -les environs de Méricourt et d'Avion, près de Lens, ainsi que non loin de Neuve Chapelle. Un quatrième coup de main ennemi a été moins malheureux à l'ouest de Zand-voorde, au sud-est d'Ypres. L'artillerie a été active en Flandre, et l'on annonce de source néerlandaise qu'Ôstende a de nouveau été copieusement bombardée de la mer par des unités britanniques. De nombreux soldats allemands et quelques civils belges contraints de travailler pour l'ennemis de leur pays ont été tués. Qui nous dira combien de nos malheureux compatriotes sont déjà tombés victimes de. ces contraintes opposées' aux lois de, la guerre et au droit des gens. Mais les A1 lemands'n'ont cure de pareilles ooBagd&fatif.'îto et l'on .vu nonce qu'ils ont de nouveau déporté un grand nojnbre de civils de la région de Termonde et qu'ils obligent les fenjmes et les jeunes filles à se présenter au contrôle. De plus, l'échevin Straus, d'Anvers, a été condamné à neuf mois de prison, sans considération pour son grand âge. La guerre sous-marine n'a pas donné des résultats bien brillants pour les pirates teutons au cours de cette dernière huitaine, les pertes alliées sur toutes les mers se traduisant par 13 navires jaugeant plus de 1,600 tonnes et 6 d'un tcnnage inférieur. En Italie, l'activité combative s'est encore limitée aux opérations aériennes, nos amis s'assurant touiours la maîtrise de l'air. Outre la destruction de cinq avions ennemis, on signale de nombreux bombardements d'objectifs militaires par le« pilotes italiens et britanniques. L'ennemi a de son côté attaqué des villes ouvertes et Vénise, Mestre et Trévise furent ses principaux objectifs. Les aviateurs alliés n'ont pas été moins actifs sur le front occidental; des pilotes français ont survolé Saarebruck, jetant plus de trois tonnes et demi d'explosifs sur cette importante jonction de chemin do fer et abattant, trois appareils allemands qui tentaien^ de les attaquer sans subir la moindre perte. A Paris, c'est l'affaire Bolo jai retient l'attention du puolic. L'audience d'Hier devant le Conseil de Guerre de Taris a fortifié considérablement les accusations portées contre Bolo. En réalité, il a reçu douze millions de l'Allemagne, deux millions par la Suisse et l'entremise du Khédive, dix millions par l'Amérique, envoi de la Deutsoh Bank. La déposition de M. Daru, commissaire spécial de polioe, qui a dirigé l'enquête en Suisse, a été formelle. Il a reçu de Saddiks, l'un des intermédiaires de Bolo, des déclarations formelles. Il en résulte que le prévend reçut du Khédive 2 millions de francs pour l'achat d'une part de capital du "Journal." Dès cette époque — 1916 — C— . la police fra îç: ise découvrit des traces de cette opération,. Comment ne poursuivit-elle pas Bolo immédiatement ? Cette question ayant été posée à un témoin, M. l'inspecteur de police France, il répondit que, ne voulant pas prendre une telle initiative, il s'était borné à en référer au directeur de la Sûreté Générale. De la déposition de M. Doyen, l'expert financier, il résulte que les chèques remis à Bolo aux Etats-Unis, chèqueè d'une totalité de dix millions de francs, portaient la mention: "Order of the Deutsche Bank." Le prévenu avait mis en avant le prétexte d'affaires financières. Or, la Deutsche Bank ne possédait à New-York qu'un bureau de renseignements. C'est la maison de Berlin qui lui adressait directement l'argent voulu pour la propagande allemande. D'après M. Doyen, des douze millions •awursé:; par l'Allemagne il ne reste plus a l'accusé que 400,000 francs. Le Parlement britannique prit hier une résolution de la plus haute importance. A la Chambre des Lords, après le rejet de la R. P. qu'elle avait proposée, le projet de - loi électorale primitif de la Chambre des Communes a été adopté. Réunie ensuite, la Chambre des Communes, après des discours de MM. Austin Chamberlain et Balfotiv, a décidé, par 224 voix contre 114, d'accepter la solution proposée par les Lords.- La crise est d'jnc finie Et le nouveau bill, d'un grand ésprit démocratique, accorde le droit de vote à 6 millions de femmes —- c'est le f "ioTiphe des suffragettes en récompense des services rendus par les\femmes dé pi.; ,1a guerre—et à 2 millions d'Jiomme*. Lè*oorps électoral du Royaume-Uni est donc augmenté de 8 millions d'électeurs des deux sexes. Quelques détails parviennent d'Allemagne sur la mise en jugement du député socialiste Dittmann. Le correspondant du "Times" ,à Amsterdam lès donne d'après le journal allemand "Dia Postj" qui a été suspendu pour les avoir publiés. Herr Dittmann déclara devant ses jugç,s que la grève avait été une grève momentanée, grève de démonstration, pour protester contre le maintien de l'état de siège et contre la politique du Parti National et des Pangermanistes, les travailleurs espéraient par là encourager le courant de paix en Angleterre et en France. Herr H^se, leader des socialistes indépendants au Reichstag, était le défenseur de Dittmann. Scheide-mann (socialiste majoritaire) en réponse à une question de Haase, déclara que le mécontentement des ouvriers était dû à l'insuffisance de nourriture, l'abolition du droit de réunion, les abus de_la censure et la crainte de voir la guerre durer indéfiniment, à moins que le gouvernement n'adopte une position nette au sujet des négociations de paix. • R'âppelons à ce propos que le "Vor-waerts," qui a reparu le 1er février, se prononce contre un mouvement révolutionnaire. Il dit: "Les socialistes allemands ne veulent ni le morcellement de l'Allemagne, ni la guerre civile; ils demandent seulement que le .gouvernement comprenne le point de vue des prolétaires. Le parti socialiste ne s'est point mêlé au mouvement des grèves ; les syndicats et les chefs des syndicats se sont abstenus de prendre part au conflit." Peut-être le gouvernement allerfiand oomprendra-t-il un jour le point de vue des prolétaires, mais il lui faudra du temps; et il est peu probable, en tous cas, qu'il comprenne jamais le point de vue de ses adversaires. Le "Petit Journal" vient de publier le mémorandum secret adressé par l'ex-chanqeli(ir Mi-■chaelis au gouvernement autrichien, et qui exprime les vues réelles de l'empire allemand. Nous en donnons d'autre part auelaues détails significatifs. OPERATIONS NAVALES Les pertes sur mer Arrivée et départs des navires marchands de toute nationalité et de plus de 100 tonnes (non compris les bateaux de pêche et locaux), dans les ports du Royaume-Uni pour la semaine finissant le 2 février 1918, à minuit : Arrivées, 2,339; départs, 2,373; contre 2,352 et 2,309 la semaine précédente. Navires marchands britanniques cou- léç par sous-marins ou par mines : de plus de 1,600 tonnes, 10; de moins de 1,600 tonnes, 5; contre 9 et 6 la semaine précédente. Navires marchands britanniques attaqués sans succès 13, contre 8 la semaine précédente. Quatre bateaux de pêche britanniques orçt été coulés, contre un la semaine précédente.* * * Les statistiques des ports français i pour la semaine finissant le 2 février 1918 donnent 968 entrées et 897 sorties, cbntre 731 et 863 ia semaine précédente. Deux navires marchands français de e plus de 1,600 tonnes et un de moins de r 1,600 tonnes ont été coulés, contre trois e de plus de 1,600 tonnes la semaine précédente.Aucun bateau de pêche français n'a été e coulé, contre un la sëmaine précédente. Deux bateaux de pêche, français ont été , attaqués sans succès. * ♦ * La statistique hebdomadaire italienne renseigne pour la semaine finissant le 2 s février 1918, 444 entrées et 413 sorties, r contre 446 et 430 la semaine précédente, t Lhi navire marchand italien de plus de 1,500 tonnes, neuf bateaux à voiles de !- plus de lOO^onnes et six de moins de 100 i- tonnes ont été coulés, contre deux navi-0 res marchands de plus de 1,500 tonnes t et deux bateaux à voiles, la semaine précédente. De plus, quatre bateaux s à voiles italiens ont été endommagés, a Deux navires marchands italiens ont été attaqués sans succès. " OPERATIONS AERIENNES ■t —♦— - Disparition d'un " As " belge a Le sous-lieutenant René Vertongen, '■ aviateur belge bien connu, vient d'être porté à l'ordre du jour comme disparu. 0 Vendredi dernier il avait quitté Calais r pour convoyer un nouvel appareil au front, en même temps que l'adjudant j George. L'adjudant George est arrivé à destination ; il n'a plus revu Verton-e gen. Il régnait un épais brouillard. Qn l" suppose que Vertongen s'est perdu en g "mer. Il était un des plus anciens pilotes bel-ges. Avant la gi." m - il ctaii déjà professeur de nombreux officiers à l'âéro-s drome de Saint-Job, près d'Anvers. En août 1914'il s'engagea. Le 14 mai 1915 ■- il fut cité à l'ordre du jour de l'armée i- pour une reconnaissance aérienne ac-.- complie dans des conditions très péril-:s leusM. Le 5 mars 1916 il reçut la Croix a de Guerre. Quand la^navigation fut in-r terrompue dans la Pas de Calais-, Ver-t tongen transportait à Londres les mis-e sivës du Roi. Il ramena à La Fanne le , Ministre Vandervelde, qui devait assis-e ter au conseil, sous la présidence du Roi. a Au cours d'une mission sa boussole dut , détraquée ; il se perdit dans le brouillard et attérit en Hollande, où il fut interné e avec son passager, le sous-lieutenant >- Jones. En novembre dernier il s'échappa avec l'adjudant aviateur français Fail-lard, fut primu sous-lieutenant et- reçut ® la Croix de la Légion d'Honneur. e HMMHjawnWMBBWIIII !■—1^—■M—■ a A LA CHAMBRE DE COMMUNES .1 ; UN DISCOURS DU TRONE t Le parlement britannique s'est séparé hier pour reprendre ses travaux dans la •- session qui s'ouvrira jeudi prochain, e A la clôture de la séance a été prononcé :- le discours royal que voici : "Mes Seigneurs, Messieurs, 0 ■ "Depuis la dernière fois où je me suis' k adressé à vous, de grands événements se . sont déroulés. Quelques semaines à peine ^ après cette époque, les Etats-Unis d'Amérique décidèrent de se placer au k côtés de notre pays et de nos Alliés pour la défense des principes de liberté et de ^ «justice. Leur participation à la guerre, suivie par celle d'autres Etats neutres, a matériellement uni tout l'univeçs civilisé dans une, ligue de nations contre des attaques sans scrupules, a donné une force plus grande à nos armes, et nous inspire une confiance nouvelle dans le triomphe final de notre cause. ^ "D'un autre côté, la Russie, troublée par des dissensions intérieures, n'a pas ~ été à même de perséverer dans la lutte jusqu'au moment où les fruits de ses m grands racrifices pourraient se réaliser; et peur le moment, la Russie a cessé de e prendre sa part dans la tâche des Alliés. e Les négociations entamées par elle nvec e l'ennemi, servent, toutefois, à confirmer que les ambitions qui ont provoqué cette ~ malheureuse-guerre ne se ^ont pas encore c apaisées. "Ces circonstances tragiques ont aug-s m enté les charges des Alliés, mais n'ont - en rien entamé leur énergie ni leur courage qui les anime tous pourra poursuite de l'effort commun. Au milieu de la con- s fusion des événements si variables, ' e r dresse plus clairement la détermination des démocraties du monde d'arriver à une paix juste et durable. "Sur tous les théâtres de la guerre, ma flotte et mon armée ont déployé pendant cette année un noble courage, une constance sublime et une détermination ferme, qui leur a acquis l'admiration de mon peuple. En France, l'ennemi a été à maintes reprises repoussé avec succès, et j'attends avec confiance les développements futurs de la lutte. "En Palestine et en Mésopotamie, les villes les plus vénérées et les plus célèbres de l'Orient ont été enlevées aux Turcs; et en A-frique l'ennemi a perdu la dernière parcelle de ses possessions coloniales. Sur tous ces terrains, les forces de mes Dominions et de l'Empire des Indes ont pris une large part du labeur et de la gloire de oette époque. "Pendant l'année, les représentants de mes Dominions et de l'Empire des Indes pnt été invités pour la première fois à assister aux séances du Cabinet Impérial de la Guerre. "Messieurs les Membres du Parlement,"Je vous remercie pour la générosité avec laquelle vous avez assuré les ressources pour les fortes dépenses de la guerre. "Mes Seigneurs, Messieurs, "J'aj été heureux d'accorder mon consentement à vos propositions pour une Représentation électorale plus large du Peuple. J'espère que cette mesure amènera un nombre glus élevé de mes sujets dans le Royaume-Uni à une participation plus efficace dans le gouvernement -du pays, et permettra à l'Unité Nationale, qui s'est manifestée d'une manière si caractéristique durant la guerre, d'aborder la tâche plus lourde encore de la reconstruction après la guerre. "Le règlement à l'amiable de cette question difficile me permet d'espérer que malgré toutes les complexités du problème, une solution est également possible dans la question de l'établissement d'un gouvernement en l'Irlande, solution qui fait actuellement l'objet des délibérations d'une assemblée de reoréser-tants de mon peuple irlandais. "La poursuite victorieuse de la guerre constitue toujours notre but principal et nous y appliquons tous nos efforts. J 'ai observé d'un cœur fier et reconnaissant l'enthousiasme invariable avec lequel toutes Tes sections de mon peuple ont répondu à chacun des appels qui leu,r a été adressé à cette fin, et, puisqu'il faut faire face aux luttes finales indispensables pour la réalisation de nos efforts, je prie le Seigneur Tout-Puissant pour qu'il nous donne sa bénédiction. LES EVENEMENTS EN RUSSIE Lénine et ses amis à >a solde de l'Allemagne Le "Petit Journal" publie le texte de documents allemands donnant des détails sur les tentatives faites pour acheter les représentants des Puissances de l'Entente chargés de la réception et de l'ex-péîition des matériaux de guerre, des anarchistes et des criminels étant chargés de ces missions. 'D'autres documents traitent de la propagande défaitiste et de l'organisation des grèves et des mouvements révolutionnaires. La direction de oette propagande était oenfiée au prince Hoehenlohe Bjcernson, au prince Furstenberg et à Parvue, l'ami de Lénine. A l'effet de détruire l'armée russe, l'Allemagne se servit de Zinovieff et de Lunatcharsky, tous les deux des amis ma-ximalistes de Lénine, chargés de poursuivre l'agitation en Russie. La Banque Impériale Allemande et le Syndicat des Mines Rheinisch-Westpha-lien leur procuraient les fonds nécessaires à la propagand! dans l'armée russe. Le "Petit Parisien" déclare que la circulaire prouvant ces faits a été saisie dans la correspondance du prince Bue-low.Les maximalistes et l'église La guerre civile en Russie est maintenant sêntrée dans une phase religieuse et. le 3 février, toutes les églises de Pétro-grad ont fait sortir leurs "processions de la Croix," avec leurs prêtres et choristes en grand apparat, leurs bannières î*t leurs icônes, qui se sont toutes dirigées vers le monastère Alexandre Nowsky pour protester contre l'attaque de ce monastère, vendredi dernier, par une bande de Gardes Rouges et de marins s conduite par un Commissaire du Peuple Un des moines blessés au cours de cettje i échauffourée est mort depuis. Rupture probable à Brest=Litovsk [ Le "Berliner Tageblatt" dit que de . l'ensemble du cours ;ies événements à ; Brest-Litovsk, on peut supposer qu'une rupture des négociations est imminente. . Le "Lokal Anzeiger" dit qu'on peut s'attendre sous peu à des décisions impor-; tentes au sujet du front oriental, dans une toute autre direction que les soi-di-; sant négociations de paix à Brest-Li-[ tovsk. Pourtant, von Kuhlmann et Czer-. nin sont repartis pour Brest-Litovsk. 5 Le sort de Kieff ' Un sans-fil du gouvernement maxima-liste russe dit que les troupes des Soviets entrèrent à Kieff le 29 janvier; toute là ^ garnison de Kieff, avec toute son artillerie, passa du côté des troupes maxima-J listes. Le secrétariat général de la Rada aurait été abandonné par tous et ses membres durent prendre la fuite. Le ' Comité central exécutif des Soviets de l'Ukraine, aussi appelé Secrétariat du ! Peuple à Kharkoff, a été déclaré autorité ' suprême dans l'Ukraine. LES CRIMES ALLEMANDS i Il semble que les Allemands s'effor-; cent d'empêcher qu'on connaisse au de-' hors le nombre, sans cesse grandiss&nt, ' des Belges que, pour des motifs le plus souvent illusoires, leurs conseils de guerre envoient à la mort. Chez les Alliés et ' chez les neutres, on ne saura pas exac-. tement, avant la fin de la guerre, les 'noms de tous les héros obscurs qui tombèrent sous les balles du peloton d'exé-i cution. Les îèuilles à la solde de l'erine-, mi évitent, en effet, très soigneusement de publier la liste, qui s'allonge chaque . semaine, de ces martyrs innocents, victimes d'une erreur ou de ,1a délation,' . auand ce n'est pas tout simplement de . l'aveugle fureur des Boches. Il convient de combler cette lacune. Et, pour aujourd'hui nous publions, d'a-, près 1' "Echo Belge," les noms des deux ; derniers Bruxellois qui ont été fusillés i par les Allemands sous le prétexte, d'âil-; leurs absolument faux, qu'ils entrete-[ naient des intelligences avec les Alliés. Ces deux modestes héros- s'appelaient ; Gaston Hayette, habitant Chaussée de ; Gand, à Molenbeek, et Charles De . Poerk, rue du Tilleul, à Schaerbeek. D'autre part, "Les Nouvelles" an-- ncncent que M. Florent De Tilleu, domicilié rue des Armuriers, à Liège, a été condamné à mort par les Allemands. M. Pêcheur, employé au chemin de , fer de l'Etat, et sa sœur, ont été 'arrêtés à la gare de Rivage et emprisonnés. M. Bastien Delandtsheere, patron du bateau "Emile," a été arrêté en Cam-, pine, il y a quelques jours. i M. Louis Straus condamné ' M. Louis Straus, premier échevin de la ville d'Anvers, a été condamné à neuf ' mois d'emprisonnement par les Aile-/ ' rnands pour avoir refusé l'autorisation d'ériger au cimetière communal un monument à la mémoire des soldats ennemis, tombés autour d'Anvers pendant 1 le siège. M. Louis Straus, dont l'œuvre fut ' considérable, surtout depuis l'occupa-! tion, a près de 80 ans. Malgré son grand ' âge, il a toujours eu une attitude énergique vis-à-vis de l'ennemi, qui a saisi 1 l'occasion pour se débarrasser d'une opposition gênante. Le premier échevin ' d'Anvers s'honorera de cette condamnation qui le place aux côtés de nos grands magistrats, communaux patriotes. ni*wm«uiyn ni fcii'iwi wiiwn«i■ niiwAawnii' iimum» wiiiiuiirg ^ AUTOUR DE LA GUERRE ; ETATS-UNIS — Une dizaine de Boches, dont l'espion Rintelen, ont été condamnés à des peines diverses pour avoir comploté en vue du placement de bombes dans des navires quittant New-York avec des vivres pour les Alliés. En rendant son j'igement le magistrat a déclaré regretter que la législation des Etats-Unis" avant l'entrée de ceux-ci en guerre, ne permit pas la condamnation à mort pour des crimes de ce genre. FRANCE — M. Mourier a été nommé sous-secrétaire d'Etat pour le service de santé. 80e annee 4 Wo 34

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes