L'indépendance belge

398 0
16 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 16 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 26 februari 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/jm23b5xf2w/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

lifte «Mie- No 271 L'INDÉPENDANCE I ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT: 15 CENTIMES (HOLLANDE : 6 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION: DANE STR., HIGH HOLBORN, W.C. 1. lELEPHONE: HOLBOEN 1773-4 jjLiitiSAU A fAKIS : 11, PLACE DE LA BOURSE. TELEPH. : VENDREDI 16 NOVEMBRE 1917 En vente à Londres à 3 h. le jeudi 15 novembre {3 JIOIS, 9 SHILLINGS. "| 6 MOIS, 17 SHILLINGS, j- CONSERVATION PAR LE PROGRES. 1 AN, 32 SHILLINGS. J LA SITUATION Jeudi midi. La pression austro-allemande sur 1< avé se l'ait de jour en jour plus vive, ennemi occupe toujours la tête de pon1 Zenson, d'où il n'a pu être délogé; plus au sud, à Grisolera, des détache ;nts isolés sont parvenus à s'infiltre! la région marécageuse} du Pi ave îérieur et de la Vecehia. Cette der-ère menace vise plus particulièrement ■aise, mais nos alliés annoncent qm s progrès ennemis dang cette région nt enrayés. Sur toute la ligne du Piave, le dueî ■artillerie est devenu très violent-, el s Centraux se préparent évidemment s toi' une attaque générale sur un ou lusieurs points de la nouvelle ligne aipée provisoirement par nos alliés, isui-ci doivent disposer de troupes en jmbre suffisant pour défendre et main-air lSur front nouveau, considérable-»nt réduit, et sauf au point de vue de irtillerie, l'armée du général Lias est certainement inférieure en lien à le du général von Below. Celui-ci ivertue, pour le moment, à ébranler et •ompre le front trentinois de nos alliés, des engagements très violents sont si-idlés dans la région d'Asiago, sur le liteau des Sept- Communes. Les opérations qui se déroulent dans secteur ont pour objet de tourner k m gauohe italien par les vallées de la ■enzela et de la Brenta, maïs nos amis sistent victorieusement aux assauts en-pis.M'est du côté de Gallio que l'adver-ire s'eet montré le plus entreprenant, depuis lors, trois ta furent déolanchées, dont la der-;re détermina nos alliés à évacuer ts positions avancées sur le Mont Lon-ra. Une attaque contre les positions Mont Sisemol échoua, mais Berlin si-ale l'occupation, après assaut, du Mont sser, dans la vallée de la Brenta (Val îgana) ainsi que des villages de Pri-jolwo, également dans la vallée de la renia, et de Feltre, sur le Piave su-srieur. Il s'ensuit que depuis l'envoi | dernier communiqué de Rome l'en-mi a progressé vers le sud, et que "sur Piave supérieur les lignes italiennes it dû rétrograder légèrement. En Flandre, la oontre-attaquâ alle-ande, dont le violetit bombardement 8 derniers jours était le prélude, s'est oduito mardi soir. Les vagues enne-ies avancèrent le long de la route de estroosebeke contre les positions bri-iniques, mais un feu de barrage, comité par un feu d'infanterie nourri, eut te raison des assaillants, qui durent |replier'én hâte sans avoir reconquis 1 pouce de terrain. Ce sont nos. alliés contraire qui, pendant la nuit, avan-rent légèrement leurs lignes. kur la Meuse, le duel d'artillerie qui s est point ralenti ces derniers jours, atteint une très grande intensité, mais Paris ni Berlin ne signalent une acte d'infanterie de ce côté. En Palestine, la retraite turque se «Suit, et les troupes du général A'1-py ont délogé l'ennemi des positions jujelles qu'il occupait sur le Wadi Su-ïier, c'est-à-dire à hauteur de Jéru-fem.t'.'âce à une action combinée de l'in-Dterie et de la cavalerie, les Turcs fu-r'r' ^traints de battre en retraite, et dernier rapport les signale sur le at'i Surar, au nord-ouest de Jérusa-^os alliés ont fait, au cours de cette [«ration, 1,100 prisonniers et il est ^W®^]v^nsnel<ûsseroi^pasfni^ Turcs le temps de se reformer et de i : maintenir sur. le Wadi Surar, où 1' Turcs disposent, pour leur ravitàill . ment, d'une ligne de chemin de fer lat raie (embranchement de Jérusalem), doi le général Allenby ne tient certainemei pas à leur laisser longtemps la joui sa-nce. L'avance des troupes britanniqu s'effectue, comme on voit, avec une tri grande rapidité le long de la côte, où flotte des Alliés est'en mesure de coop rer très efficacement. Le commandant en chef du corps exp ditionnaire britannique estime avec ra son qu'une fois en possession des voii ferrées, il est maître de la Palestine, il ne se soucie guère de laisser éparpi lées dans les régions inhospitalières ■ désertiques de l'est, des groupes épars c Turcs qui ne pourront, en aucun ca devenir dangereux pour le développ< ment futur des opérations. Les cojpmi nications de nos alliés sont assurées < tout indique qu'avant longtemps ils s< ront en possession d'un port sur la cô syrienne qui leur permettra d'envisage avec équanimité toutes les éventualité puisque l'armée de Syrie pourra êti ravitaillée par terre et par mer. Les opérations du général Allent sont, nous l'avons dit déjà, des plus in portantes, et elles- le sont à plusieu; points de vue. Il suffit de jeter un cou d'œil sur la carte pour se rendre comp de la connexité entre les fronts de Pi lestine et de Mésopotamie, et on peut i demander jusqu'à quel moment les Tun assisteront, sans se tourner contre leui , alliés austro-allemands, à l'effritemei de leur empire asiatique. Les soldats turcs faits prisonniei ignoraient, paraît-il, la chute de Baj dad, et grande fut leur surprise d'ei tendre que le croissant ne flottait pli sur la capitale de la Mésopotamie. Ma il ne sera pas possible de cacher, indél ninient, à la""population turque les su< ces de nos alliés. II est certain que 1< hommes d'Etat turcs, qui savent qu'i jouent leur tête dans l'aventure, ont r< clamé de leuts "séducteurs" al'lemanc des renforts immédiats, mais tout ce qt les Puissances Centrales ont pu leur pr< mettre, c'est l'envoi de quelques sous-nn rins dans les eaux syriennes, où leu présence a été marquée par la destrui tion d'un contre-torpilleur et d'un nï< niteur britanniques. Malheureusement pour nos ennemi: leurs ressources diminuent à tel poir qu'ils ne peuvent prélever impunémer aucune de leurs unités de combat — su terre ou sur mer — sans affaiblir l'u ou l'autre front de bataille. C'est ainsi qu'à l'envoi de sous-marir supplémentaires dans les eaux de Syri correspond une diminution sensible d< navires marchands coulés dans le coi rant de la semaine. Les pertes, cette foi; ont été les plus faibles qui aient été enri gistrées depuis que l'Amirauté publi les chiffres hebdomadaires, et il sera: puéril, à notre avis, d'y voir un e£t'< du hasard. . Les opérations en Palestine et en Itj lia rendent nécessaire la présence d< sous-marins ennemis dans la Méditerr* née, et nous ne serions pas autremer surpris de voir les Puissances Centrale changer bientôt de tactique et lenonce à couler des navires de commerce dont 1 perte affecte non seulement les 'Puissar ces Alliées, mais qui est fatale aux nei très aujourd'hui comme elle le sera de main aux Puissances Centrales elles mêmes qui, après la guerre, manque ront, plus que nous, du tonnage nécef saire à la reconstruction économique La guerre sous-marine a fait faillite e les Allemands le savent, mais l'aveu leu coûte. ^ LE FRONT OCCIDENTAL Inant au début de la matinée du 13 ne j » ivembre, par un bombardement d'un allemand devant Passchendaelc gr ande violence concentré sur les pos Depuis la capture le Passchendaele, tions avancées britanniques. L'arti ! 6 novembre dernier, une grande ac- lerie britannique répondit efficacemen F» d'artillerie ennemie a augmenté mais la violente canonnade ennemi Logiquement en intensité dans toute continua, | région importante, le feu étant A 4 h. 30 du matin, le bombai K ialenaent • dirigé contre le village et dement ennemi devint plus intense, i F Parties de la crête principale tenue une attaque d'infanterie fut lancéi troupes britanniques dans ces pour tenter d'avancer le long de 1 attcigtytgrt son point culmi-route de Westroosebekei Le feu d'à: . tillerie britannique combiné avec le tir de l'infanterie brisa complètement cette attaque. La ligne britannique est 5e intacte. ;s L'artillerie ennemie est restée active 3_ toute la journée sur le front de bataille. Les Britons ont amélioré leur ligne lt pendant la nuit, au nord-ejuest de Pass-)t chendaele. EN MARGE DU COMMUNIQUE £ Le RAID de la FERME TERSTILLE ,a (D'un témoin occulaire) La ferme Terstille est située avec la 3- 'ferme Violette en avant de Mannekens-i- vere, entre la rive ouest de l'Yser et le canal du nord. 3t Le 12 novembre, à 3 heures clu matin, 1- le lieutenant Balteau s'est mis en route jt swvec ■ un groupe de volontaires et une le poignée de volontaires du Génie. Avec 3 un calme absolu la petite troupe s'était rapprochée des lignes allemandes mal-igré tous les obstacles à travers l'inon-I dation et la boue gluante. Au moment où nos braves franchissaient le dernier 'e fossé, les mitrailleurs allemands de la ferme Violette mirent en action leurs ^ pièces, A * ]' L'artillerie 'belge ouvrit un violent-feu de barrage contre Terstille. Le lieutenant Balteau s'élance suivi de la - troupe et franchit d'un élan lès trente 1_ mètres, qui le séparent d'un abri bé-s tonné où l'on distingue des lumières. P Ses quarantes hommes sont à ses côtés. :e L'abri est assailli à coups de grenades. l" Les Allemands se défendent; deux sont !e capturés, quatre sont tués. Le lieute-:s nant allemand accouru sur ces entre-'s faites est abattu d'un coup de pistolet. Le détachement d'assaut se sépare en groupes. Les uns neuoient tl'ois poste» 's d'écoute où cinq Allemands sont tués. Le restant de la garnison boche a eu le i- temps de fermer la lourde porte en fer et is refuse de se rendre. On les fera sauter is aivec l'abri. Les 'hommes du génie pré-1- parent les charges d'explosifs ; un autre î- groupe de fantassins attaque le troi-« sième abri allemand. Un vif combat se ls livre à coups de grenades et de pistolets, j- Trois Boches sont faits prisonniers, et [s six: abattus. Le détachement attaque e ensuite le quatrième abri où la lutte >- s'engage également violente. Entretemps le Génie a terminé les r préparatifs pour faire sauter l'abri. Un explosion formida/ble retentit; tout saute avec quinze Allemands enfermés dans leur réduit blindé. Les nôtres re-, prennent le chemin des lignes belges j. emmenant cinq prisonniers après avoir j. occis une trentaine d'ennemis dont un ' officier, détruit des travaux, et planté n en signe dé victoire le drapeau belge sur les ruines de Terstille. e EN AFRIQUE ORIENTALE •s • l- L'ennemi se disperse s. Le corps principal des forces alle-i- mandes, abandonnant mitrailleuses et e fusils, s'est réfugié dans les montagnes ■t à quelques kilomètres au nord de la frontière portugaise. Plus à l'ouest, un petit détachement de Mahenge, réduit de i- moitié dans les opérations' récentes, s'est :s efforcé de se créer .un passage vers le sud à travers là route do Songea à Livale. ,+ ;! EN PALESTINE a Une nouvelle victoire l" Londres, mercredi. — Le général Al-lenby signale qu'après un vif combat i_ livré le 12 novembre contre les forces turques qui avaient tenté de prendre une nouvelle position sur le Wadi Suke-'■ reir, à 19 kilomètres au nord d'Ascaltfn, ^ l'ennemi fut refoulé, le 13, par une at-r taque combinée exécutée par nos troupes montées et notre infanterie et forcé de ; se retirer «tir une distance de 8 kilomè-i- très, jusqu'au Wadi Surar, à 12j kilo-e mètres de Jaffa. [. Nos troupes capturèrent des postes en-[ neniis fortement retranchés à Mesmiyeh, Katrah et à Mughar, et occupent à pré-g sent une ligne allant d'El Tineh vers l'est jusqu'à la mer, en traversant Ka-.. trah et Yebua. Les détails des captures ît ne sont pas encore connus, mais une i seule de nos divisions montées a fait a 1,100 prisonniers et pris deux canons et quatorze mitrailleuses.: □I MESOPOTAMIE Les Turcs se retirent vers le nord Les forces britanniques, après des actions absolument victorieuses à Tekrit. le 5 et 6 novembre, restèrent en -cet endroit jusqu'au S novembre, toutes les forces' turques opposées ayant été retirées de 48 à 80 kilomètres vers le nord, à l'exception d'un petit détachement à Sharaimje (44 kilomètres au nord de Tekrit). Le déblaiement du cliamp de bataille et l'enlèvement ou la destruction de tout ce qui pouvait avoir une valeur militaire"ayant été accomplis, nos troupes retournèrent à leurs positions originales conformément aux plans élaborés antérieurement à leur avance. OPERATIONS NAVALES Deux navires de guerre britanniques coulés Londres, 'mercredi soir.—Un destroyer et un petit monitor de la flotte britannique ont été coulés par un sous-marin ennemi, pendant qu'ils coopéraient à l'action de l'armée britannique en Palestine. Sept hommes du destroyer et 26.hommes du monitor sont manquants. Utilisation de tonnage neutre Oïl mande de New-York que les négociations entreprises aivec les Etats de l'Europe septentrionale et avec 1^ Japon pour augmenter de plusieurs centaines de milliers de tonnes la flotte de transport américaine, sont arrivées à leur phase finale. Le Japon a consenti à vendre immédiatement un grand nombre de bateaux se trouvant actuellement dans le Pacifique, et l'Amérique a consenti de son côté, à vendre au Japon les plaques d'acier dont il a besoin pour compléter son propre programmé ,naval. Au cours des négociations avec les pays Scandinaves et la Hollande, les Etats-Unis avaient maintenu fermement le point de vue qu'aucun des produits alimentaires que,, ces pays reçoivent d'Amérique ne pouvait être exporté soit directement, soit -indirectement en Allemagne. Xa'Norvège et la Suède ont souscrit à cette condition; m&is la Hollande jusqu'à présent a refusé de s'y conformer, et c'est la raison pour laquelle les Etats-Unis continueront à mettre l'embargo sur tous les fourrages pour les Pays-Bas. En principe, l'exportation de produits alimentaires absolument indispensables semble cependant avoir été accordée. En échange, les Etats-Unis seront autorisés à employer des bateaux Scandinaves et néerlandais jaugeant ensemble environ 500,000 tonnes. La plupart des bateaux néerlandais seront utilisés au transport d'approvisionnements d'Argentine, d'Australie et d'ailleurs aux Etats-Unis; le reste des bateaux néerlandais sera employé * au trafic entre l'Amérique et la HollaneTe. Cependant, avant que ces divers accords soient mis à exécution, plusieurs questions secondaires doivent encore être solutionnées. Une de ces questions est relative à l'exportation du minerai de Ter de Suède en Allemagne. Les pertes sur mer Arrivées et- départs de navires marchands de toute nationalité et dépassant 100 tonnes (non compris les bateaux de pêche et locaux) dans les ports du Royaume-Uni poûr la semaine finissant le 11 novembre-1917, à 3 heures après-midi : Arrivées, 2,125; départs, 2,307; contre 2,384 et 2,379 la semaine précédente. Navires marchands britanniques coulés par .sous-marin ou par mîfres: çle plu# de 1,600 tonnes," 1 ; de moins de 1,600 toilnes,.5; contre 8 et 4 la semaine pré-cé'dente.Navires marchands britanniques attaqués sans succès par sous-marins : 8, contre 6 la semaine précédente. Un bateau de pêche britannique a été coulé. * a « Les statistiques des porte français pour la semaine finissant le 11 novembre 1917, donnent 883 entrées et 839 sorties, contre 925 et 859 la semaine précédente. Deux navires marchands français de plus ele 1,600 tonnes ont été coulés, contre un la semaine précédente. . Quatre navires marchands français ont été attaqués sans succès. Aucun bateau de pêche français n'a été coulé. La statistjque hebdomadaire italienne renseigne pour la semaine finissant le 11 novembre 1917, 384 entrées et 333 sorties, contre 352 et 312 la semaine précédente.Un bateau à voiles italien de plus de 100 tonnes a été coulé contre deux navires marchands de moins de 1,500 tonnes et trois petits bateaux à voiles de moins de 100 tonnes la semaine précédente/ VERS L'UNITE » A la Chambre des Communes En réponse à certaines questions po-sées^par M. Asquith au sujet du fonctionnement du Conseil Suprême de Guerre, M. Lloyd George a communiqué à la Chambre des Communes le texte de l'accord conclu à ce sujet entre les gouvernements français, italien et britannique. Nous en avons indiqué les grandes 'lignes. "De ce texte, a dit M. Lloyd George, résulte "clairement que le Conseil n'a pas dé pouvoir exécutif en ce qui concerne eles décisions officielles en matière de stratégie. La direction et les mouvements des armées sur de champ de bataille resteront soumis aux divers gouvernements " des Alliés. Il n'y aura donc pas de département d'opérations attaché au Conseil. Les représentants militaires permanents recueilleront des services de renseignements existants les informations nécessaires pour leur permettre de soumettre leur avis au Conseil Suprême des Alliés. Le but poursuivi est de créer un " organisme simple chargé de surveiller constamment l'ensemble du camp des opérations à la lumière, des informations reçues des divers, fronts et des divers états-majors, de coordonner les plans préparés par les différents états-majors généraux et, si nécessaire, de soumettre des propositions pour une meilleure conduite ele la guerre.". LES EVESEHEWTS EN RUSSIE Kerensky serait à Pétrograd Il n'y a pas de nouvelles directes au sujet des événements de Russie. Force nous est donc d'enregistrer sous réserve les télégrammes venus de Stockholm et de Copenhague, qui manquent de cohésion.De Stockholnipon annonce que M. Kerensky est actuellement à Pétrograd et que presque toute la ville est en son pouvoir ; le télégraphe serait à présent sous son contrôle. Moscou est- le siège du Gouvernement provisoire. M. Kereasky a donné, de Moscou, des ordres qui sont publiés par les journaux de Pétrograd. La presse anti-léniniste de la capitale ainsi que les journaux de Helsingfors annoncent en gros caractères que le mouvement Bol-shevik est près d'être terrassé. Toute la Russie; à l'exception d'une petite partie ele Pétrograd, est actuellement aux mains du Gouvernement provisoire. Le général Kaledin a été nommé dictateur de la Russie méridionale. - J Des voyageurs arrivant de Pétrograd disent que lorsqu'ils ont quitté cette' ville il y avait des combats dans les rues entve le peuple et les léninistes. Les am- _ bassades alliées sont à présent en contact avec M. Kerensky. Les cosaques ont détruit la Garde Rouge, le principal ré- ' giment- Bolshevik. D'autre part on mande de Ifaparanda à Stockholm, que dans le combat autour de Tsarskoe Selo, M. Kerensky disposait d'artillerie et de cavalerie qui assura son succès. .Le premier ministre est rentre à Pétrograd et a repris la direction des affaires. - Le télégraphe de Pétrograd est actuellement dans les mains de ses partisans, aussi bien peut on s'attendre à ce que des nouvelles authentiques soient bientôt publiées. Une dépêche ultérieure dit:i L'administration des télégraphes de Stockholm annonce que les communia cations aveo Pétrograd ont été intert rompues depuis hier, à 2 H.-20 l'après-midi.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes