L'indépendance belge

1079 0
20 oktober 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 20 Oktober. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 06 december 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/pn8x922j68/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDEPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE ; 5 CENTS) I J8ème année. No 248 ADMINISTRATION et redaction: pur?AnpAraARnriT?qiii SAMED! 20 OCTOBHE 1917. ( 3 mois, g shillings. ") „ t nfvB STR., hiqh holborn, w.c.i. p^ale de^la bourse. f° ' abonnements■ \ a mois, 17 shillings. [Conservation;par le Progrès. teueph°ne : holborn 1773-4 teleph.: { 23a"? s. En vente a Lorl(Jres a 3 h-le vendredi 19 octobre. ( ! ANi 32 shillings. J LA SITUATION Vendredi, midi. i La flotte russe dè la Baltique, dont la £ passivité donnait lieu aux plus graves ,ppréf|sions, est, à ce qu'il paraît, « embouteillée dans le Golfe de lîiga, dont 1 ! les Allemands commandent, selon les der- ; nières nouvelles, les deux issues. Pétrograd annonce qu'après avéir for- ' I ie Détroit- d'Irben (entrée sud du Golfe « 1,1e Riga), les navires de guerre allemands ' pénétrèrent, pendant la nuit, dans lé Golfe, où elles furent découvertes à < I j'aube par les navires-patrouilles russes. Ceux-ci furent refoulés par l'ennemi dans ie Détroit de Moon, où eut lieu un en- ' .-■aïement naval auquel prirent part les cuirassés "Grazlidanin" et "Slava, | ainsi que le croiseur "Bayan." Les navires do guerre russes repoussé- 1 rent l'avant-garde allemande, mais ils ! se heurtèrent bientôt aux dreadnoughts Iallemands de la classe "Kurfurst" qui, . [supérieurs en armement et en déplace- , [ment (25,400 tonnes contre 13,500) eai- ' [gagèrent les cuirassés russes à longue [distance. Le résultat fut que le "Slava," | atteint plusieurs fois au-dessous de la ligne de flottaison, coula. La plus grande partie de l'équipage fut sauvée, mais l'escadre russe, dont Berlin dit qu'elle se composait de vingt unités, fut obligée de battre en retraite et d'abandonner la" défense de l'entrée sud du Détroit de Moon. Les dreadnoughts allemands dirigèrent aussitôt leur tir,toujours à grande listance, contre les .batteries delà côte et "lles-ci furent rapidement mises hors de combat. Tue autre partie de nos forces navales ibvns le DéU'oit de Moon est parvenue à contenir, ajoute le communiqué de Pétrograd, de violentes attaques livrées par l'ennemi à l'autre bout (septentrional) du Détroit "en arrière, de nos unités de combat," et cet aveu signifie que le sort de la flotte russe de la Baltique <4 scellé. A moins qu'elle 11e parvienne, globalement ou individuellement, à forer le cordon allemand qui barre'la route vers le Golfe de Finlande, elle est condamnée, soit à périr dans une lutte inégale, soit à être capturée, car le* Allemands ont concentré dans les eaux russes la plus grande partie de leurs forces navales, puisque les Russes ont compté jusque 55 unités à la fois dans les parages des îles d'Oesel Qt Dago. Etant donné l'immense avantage que les vaisseaux allemands possèdent sur les navires rîVsses, tant en ce qui ponce rue la vitesse que l'armement, il est douteux Que la flotte de nos alliés, à supposer qu'elle se force un passage vers le nord, puisse atteindre la base navale de Reval, qui constitue sans doute l'objectif subséquent.Quant aux îles russes^ elles sont, évidemment, perdues, et le dernier commu-' nique de Berlin signale l'occupation de l'île de Moon (située entre l'île d'Oesel et la côte e.sthonienne) capturée à la suite d'une attaque simultanée ,par terre et par mer. Une tentative d.> débarquement sur l'He de Dago a été frustrée, mais privée de l'appui de là flotte, la garnison ne pourra guère résister longtemps.- Nos ennemis annoncent qu'ils.ont capture un total de 10,000 prisonniers au [Cours des opérations dans l'île d'Oesel, et que le butin comprend 50 canons, dontj plusieurs batteries de campagne, ainsi que des pièces 'lourdes de la défense des côtes, "intactes." Ce dernier détail, ainsi que .la reddition de la presque totalité de la garnison semblé indiquer que l'esprit de dé-j composition qui sévit dans l'armée ré- .oiuiumiittiiit;, a LUUUUUA11& vi'-j janisnies de la défense nationale. 1 La situation générale chez nos alliés ] îst incontestablement grave (la lettre de j îotre correspondant de Russie publiee 1 tvant-hier est éloquente à ce sujet) et le ( Comité exécutif central des délégués ou- t mers et soldats de Pétrograd commence 1 i s'opercevoir, un peu tard, semble-t-il, que ce n'est pas avec des résolutions pla- , :oniques ni avec une armée désorganisée > ît indisciplinée qu'on parvient à chasser 1 /envahisseur. - f Le Comité exécutif reconnaît que l'épidémie de désordres qui sévit un peu partout dans le pays, "conduit 1 Etat à l'anarchie et le désorganise d'une fa.çon ' irréparable," et il demande aux comités locaux de supprimer ces dé-ordres, "au ' besoin en ayant recours à la force. ] C'est ce que le général Korniloff comp- ! tait fai]çè, et malgré toute notre sympa- 1 tliie pour lè régime démocratique révo-lutionaire, nous préférerions une dicta- ' bure militaire, à cette heure de crise, aux démagogues irresponsables qui mè- f lient la Russie vers l'abîme. La cause sacrée des Alliés triomphera malgré les actes de trahison des extrémistes russes, mais le régime démocratique en Russie supportera difficilement les terribles épreuves que' l'avenir réserve à notre alliée orientale si celle-ci ne se ressaisit pas promptement. La Russie doit se sauver elle-même, et celui qui, après les leçons de ces derniers mois, garde encore la moindre illusion ; sur la capacité des extrémistes de gouverner la Russie et de faire"triomphe" les principes démocratiques e.^'t un naïf., Les opérations sur le front occidental^ sont ton jours, contrariées par le mauvais " temps, et le maréchal Haig 11e signale que des raids locaux exécutés avec succès contre les positions allemandes en Artois et en Flandre. L'artillerie reste très active dans le secteur.sd'Ypres et le bombardement est particulièrement- intense dans la région de Poelcapelle et de la Forêt d'Ilout-hulst.Sur l'Aisne et sur la Meuse, le duel d'artillerie continue sans que l'infanterie soit intervenue. Les Allemands font] des efforts désespérés, mais restés infructueux jusqu'à présent, pour reconquérir la Côte 344 (Verdun) et le Plateau de Yauclercd'où en cas de retraite en Flandre, ils craignent une offensive française dont les effets pourraient être -gros de conséquences. Les aviateurs alliés ont fait, malgré l'inclémence du temps, , d'excellente besogne. De nombreux appareils ennemis ont été mis hors de combat et des bombes' ont. été lancées awc succès sur d'importants centres allemands. Francfort-sur-le-Main a reçu, entre autre, la visite des aviateurs, qui ont lancé des explosifs à titre de représailles pour le bombardement allemand des villes ouvertes françaises et anglaises. Sur le front italien, des attaques autrichiennes sur le Carso ont été repoussées, et à Roipe 011 discute la possibilité d'une contre-offensive ennemie soit dans le Trentin ou sur l'Isonzo. Il est question de concentrations autrichiennes, mais celles-ci sont destinées plutôt à faire face a une nouvelle offensive italienne, que les Autrichiens ont tout lieu de redouter. Du front macédonien 011 signale un bombardement de Monastir par les Bulgares, et du front syrien un raid arabe contre le chemin de fer (turc) du Hedjaz. Signalons encore, en fait d'opérations navales, le torpillage d'un contre-torpilleur américain. Celui-ci, malgré ses blessures, put atteindre la côte sans couler. OPERATIONS NAVALES Révoltes dans la marine autrichienne Des dépêches diplomatiques officielles leçues de Berne à Washington signalent des commencements de mutinerie (dans flotte autrichienne et une collision en-''ie les marins autrichiens et les équi-pages de la flottille de sous-marins al-e®ands à Pola. Au cours de cette rencontre, quelques officiers ont été tués part et d'autre. " a été ;décidé de changer la base de flottille des sous-marins allemands. Les pertes sur mer Les statistiques des ports français -pour la semaine finissant le 14 octobre ! 1917 donnent 855 entrées et 849 départs, contre 900 et 811 la semaine précédente. U11'navire marchand français de plus , de 1,G00 tonnes et un de moins de 1,60,0 ' tonnes ont été coulés, contre trois et deux la semaine précédente. Cjnq navires marchands français ont été attaqués sans succès, contre huit la semaine précédente. Aucun bateau de pêche français n'a ' été coulé, contre huit la semaine précé- t dente. , g Une mutinerie à d'Ostende ^ Suivant le "Belgisehe Dagblad," une . mutinerie" s'est produite la semaine der- . nière à O.stende parmi les marins aile- ^ mands, qui refusèrent de se rendre à bord des sous-marins. Tjn officier aurait été jeté à la mer. Une trentaine de mutins furent arrêtés et envoyés à Bruges, menottes aux poignets. Un télégramme d'Amsterdam annonce, d'autre part, que les prisons d'Anvers < sont bondées de marins et de soldats al- , ' lemands ayant tenté soit de se mutiner, < soit de désertcu. 1 Un destroyer américain torpillé Le vice-amiral Sims signale qu'un i , destroyer américain en patrouille dans , les eaux européennes, a été torpillé par 1 un sous-marin ennemi le 16 octobre der-■ nier. Le bateau 11e coula pas et parvint . à gagner un port, ayant un tué et cinq . hommes légèrement blessés à bord. C'est le premier navire de guerre amé-. ricain touché par les Allemands depuis l'entrée des Etats-Unis dans la grande . guerre. Des navires de guerre à Montevidéo On mande de Montevidéo à la date du 18 octobre qu'une escadre de l'a flotte des Etats-Unis, sous le commandement de l'amiral Caperton est arrivée dans ce (port. Sous-marin allemand à New-York t Un sous-marin allemand est arrivé à New-York, mais pas de son propre»gré; j il avait été capturé et battait pavillon britannique. L'annonce de l'arrivée du submersible a été faite par la Commission de| j l'emprunt de la liberté, qui invite le s public à visiter l'instrument "de la pi-., raterie sans restriction rjui fut la cause de notre entrée en guerre." 5 La présence du sous-marin allemand à New-York a<®lérefa sans aucun doute , les . souscriptions à l'emprunt ; cellçs-ci (■ passèrent brusquement, hier, à environ , Fr. 7,500,000,000. Un cargo italien fait explosion I Quarante-cinq survivants du cargo italien "Capréra" sont arrivés à Las , Palmas à bord du bateau espagnol 1 "Ernesto." Le "Caprera" (6,232 tonnes) transportant une importante car-1 gaisori d'explosifs, avait pris feu et e «pilla après avoir fait explosion, au large de la côte marocaine. 0. , " Les marins espagnols et la guerre sous-marine s On mande de Barcelone que les so- - ciétés de marins ont publié une protes- ' s tation contre la réquisition des bateaux s1 par le gouvernement espagnol, pour faire - le commerce dans les zones bloquées. Les hommes déclarent qu'ils ne se r$n- j dront pas à bord jusqu'au moment où lé! t gouvernement aura fexé les conditions 1 s auxquelles ils devront naviguer. Le tonnage allié % On annonce que les Pays-Bas ont soumis aux Etats-Unis des propositions ji i tendant à mettre à leur disposition le5 s 'bateaux hollandais actuellement dans les1 .j ports des Etats-Unis, a condition qu'au-icun de ces bateaux ne soit utilisé dans la zone de guerre. Le tonnage de ces ■bateaux s'élèverait à environ un demi-million de tonnes, et la combinaison 1 rendrait disponible un .tonnage correspondant de navires américains. La 1 Hollande demande en échange des com- : pensafions monétaires et économiques. i : OPERATIONS AERIENNES : ' é ( Francfort bombardé U11 télégramme ^le Francfort à Amsterdam dit qu'un aviateur allié est ap-5 paru au-dessus de -Francfort, mercredi 3 vers 1 h. de l'après-midi, et a jeté plu-' sieurs Bombes, qui explosèrent dans des ' terrains vagues et ne firent aucun dé-® gât. K Nouveau raid sur Nancy Dans la soirée de mercredi, des aviateurs ennemis ont exécuté un nouveau raid sur Nancy et ont lancé quelques 1 bombes, causant des victimes parmi la population civile. Jeudi, six aéroplanes i allemands ont été détruits et cinq au tres ont été forcés d'atterrir endommagés dans leurs propr.es lignes. Les aviateurs français ont bombardé les gares de Courcelles (à l'est de-Metz), de Thionville, de Mézières, de Novéant (au sud-ouest de Metz) et de Wavrille (à 16 kilomètres" au nord de Verdun), les usines de Hagondange et de nombreux dépôts de munitions et bivouacs entremis.En l'honneur de Guynemer L'aéroplane sur lequel le capitaine Guynemer a abattu dix-huit appareils allemands sera exposé à partir d'aujourd'hui dans la cour d'honneur des Invalidas, à Paris. LA SiTOfilïOH MINISTERIELLE EN FRANGE Le Cabinet s'est réuni mercredi soir et hier matin, à l'Elysée, dans le but d'examiner la situation du ministère à la suite des débats de mardi et de la faible majorité obtenue par le .gouvernement à l'issue de ceux-ci. Le Cabinet a décidé de demander aujourdhui à la Chambre un vote net sur sa politique générale. Quel que puisse être "le résultat de ce débat, quelques changements dans la composition actuelle du Cabinet semblent inévitables. Hier, au début de la séance de la Chambre, une demande d'interpellation sur la politique générale du gouverne-'ment a été déposée, il. Chaumet-^tait seul présent au banc ministériel. Il fit remarquer que M. Painlevé avait été retenu hors de la Chambre par ses occupations, et demanda que la discussion fut remise au lendemain. Les mauvaises dispositions de l'opposition se manifestèrent par les cris : "Non," "Tout de suite," etc. Le gouvernement obtint néanmoins, par 125 voix de majorité, que la discussion de l'interpellation sur sa politique générale fut ajournée à aujourd'hui. i LES imûUES ALLEMANDES Le sous-seo'rétaire d'Etat allemand pour les affaires étrangères ayant opposé un démenti aux déclarations de M. Ribot, aux termes desquelles l'Allemagne avait "offert de discuter la question de restitution de KAlsace-Lorraine, le "Matin" de Paris dit à ce sujet: "Ce démenti étonnera toutr le monde. 11 semblera étrange à l'Angleterre, à laquelle, par l'intermédiaire d'une Puissance neutre, une solution tout-à-fait satisfaisante de la question belge avait été offerte, étant entendu que la question d'Alsace-Lorraine pourrait aisément être réglée avec la France. Il étonnera aussi la France, qu'un diplomate, autorisé par les signatures du Kaiser et du chancelier, avait invité à commence!; des négociations en territoire suisse. Il semblera aussi étrange à'la Russie, à laquelle Jtierr von Lucius, ministre'd'Allemagne à Stockholm,avait demandé de formuler ses demandés, tout en affirmant que la France et l'Angleterre étaient toutes prêtes à faire une paix séparée." Cîs bons socialistes allemands Herr David, membre socialiste du Reichstag, parlant à la Conférence socialiste de Wurzburg au sujet de l'attitude du parti envers la guerre, a déclaré que l'Allemagne doit écraser ses ennemis entre deux paires de tenailles, le^ tenailles militaires et les tenailles pacifistes. Les armées allemandes doivent continuer à combattre vigoureusement pendant que les socialistes allemands encourageront et stimuleront le pacifisme parmi les ennemis de l'Allemagne. LE ROLE DES TANKS A BRGOQSE^DE Dans la bataille de Broodseinde, on a peu parlé des tanks, ces béliers de fer qu'aucun obstacle 11'arrête, qui ont des yeux partout et sont la terreur de l'ennemi. Les tanks ont cependant joué un rôle important, voire glorieux. C'est à eux que l'on doit, en partie, l'avance rapide sur Poelcapelle, la prise de l'église et d'une partie du village. Dès la veille 'de l'attaque, au nombre de onze, ils s'étaient mis en route, déblayant le terrain, aplatissant les réseaux de fils de fer et écrasant, comme une galette, toutes les ""'boîtes à pilules," dont la plaine flamande était jalonnée. Les "boîtes à pilules" sont ces abris en ciment que les soldats allemands ont construits sur le polder pour remplacer les tranchées impossibles en raison dej'liumidité du terrain. Dt Saint-Julien à Poelcapelle, la plaine n'était qu'un chaos, fait de trous d'obus énormes et d'arbres abattus, Les tanks enjambèrent tout cela et passèrent sans s'ipquiéter des balles qui* venaient frapper leur carapace, sans l'entamer. Les "tankeurs"#attaquèrent Terrier-Farm et Glochester, deux fermes que les Allemands avaient fortifiées en avant cle Poelcapelle, et s'en emparèrent. Dans l'action, un tank, atteint d'un coup de canon sur l'un cle ses rouleaux de marche, fut immobilisé et l'homme qui le ,conduisait, fut tué. Mais la voie était déblayée des mitrailleuses. Les officiers ''tankeurs" qui ont traversé Poelcapelle ont constaté qu'il y avait deux cimetières : l'un, qui se trouve actuellement dans les lignes anglaises, n'a pas trop souffert ; peu de tombes sont démolies et la plupart des croix sont encore debout. L'autre," qui est situé au delà du bourg, est encore aux mains des Allemands, et c'est là, sans doute, que reposent les restes de Guynemer, si toutefois 1a. version qui a été donnée de la découverte de son corps et de ses obsèques est exacte. — Petit Parisien. AUTOUR de là GUERRE belgique -— Dernièrement, des prisonniers britanniques traversaient Iseghem (près de Roulers) lorsque les habitants, sortant de leurs portes, leur apportèrent ce qui leur restait de vivres et des fruits. Des femmes et des jeunes filles couraient vers les prisonniers et glissèrent des pommes dans leurs mains et dans leurs sacs. Les Allemands, voyant cela, menacèrent les civils de leurs baïonnettes, ce qui força le peuple à jeter les •fruits de loin aux prisonniers. Après cet incident, les Allemands ont obligé les habitants des rues traversées par les* prisonniers à faire leurs courses avant 9 heures du matin et de se tenir le reste de la journée à l'intérieur, portes et feiïêtres^fermées. Des affiches défendent aussi strictement la moindre manifestation lorsque passent des prisonniers. ETATS-UNIS — Deux Allemands George von See-beck et Fritz Kiihn, qui au début de la guerre étaient attachés à la succursale de la Deutsche Bank à Londres et avaient réussi à gagner l'Amérique, ont été internés à New-York. Us y étaient devenus fonctionnaires de la Guaranty Trust Company, et y avaient pris part comme tels aux transactions de Bolo. — Le gouvernement des Etats-Unis examine sérieusement le projet cîe réquisitionner les immenses quantités de cuivre, acier, zinc, plomb, aluminium et autres matières premières détenues par des agents neutres ou pour compte de négociants neutres ou ennemis. On évalue à plus d'un .million de tonnes les quantités détenues pour des firmes hollandaises, suédoises, norvégiennes et danoises. Elles sont immédiatement disponibles et sont cependant retirées du marché. G H ANDK-BRET A G N E — Le War Office publie un démenti à une affirmation allemande, disant que les pertes moyennes d'officiers britanniques en août ont été de 511 par jour, le chiffre le plus élevé de la guerre". En réalité les pertes moyennes én août ont été de 183 par jour et en septembre de 106; ces chiffres comprennent toutes les pertes, y compris les ''légèrement blessés." ï1a me — Il sêmblè nue le cabinet Boselli s'af-faiblit de jour en jj>ur. Les raisons du mécontentement sont, d'une part, l'insuffisance du ravitaillement de la population civile et, d'autre part, la trop ' grande liberté accordée ajix propagandistes de "la paix à tout prix,"-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes