L'indépendance belge

324 0
30 november 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 30 November. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 08 juli 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/2804x55d95/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ggiint aaaée. No 283 L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PEMNY BELGE CONTINENT: 15 CEFJTI^ES * (HOLLANDE : 5 CENTS-) ADMINISTRATION ET REDACTION: !' 5, DANS STR., HIGH HOLBORN, W.O. 1. TELEPHONE: SOLEOBN 1773-4 BUREAU A PARIS » 11, PLACE DE LA BOURSE. TEIEPH. : { VENDREDI 30 NOVEMBRE 1917 En vente à Londres à 3 h. le jeudi 29 novembre '3 MOIS, 9 SHILLINGS. ") ABONNEMENTS : . g MOIS, 17 SHILLINGS. J-CONSERVATION PAR LE PROGRES. .1 AN, 32 SHILLINGS. J AVIS A NOS LECTEURS ; Un dîffereod ayant surgi entre deux groupes de Trade, Unions a propos de notre déménagement, la publication du Journal est suspendue. Nous esperons cependant que le résultat de l'arbitrage nous permettra de reprendre notre publication avant peu. LA SITUATION Jeudi midi. L.; diminution du nombre des navire jamais coules, constatée il y a quinz jours et qui coïncidait avec une augmen tatioii des sous-marins ennemis coulés oi ils 'hors- d'état de nuire', ne s'est pa -maintenue. La dernière statistique heb domadaire accuse, en effet, 14 navires d plus de 1,G00 tonnes et 7-<de moins d 1,600 tonnes coulés, ce qui constitue un moyenne d'autant plus élevée que (le nom bre des arrivages et des départs a ât inférieur • à celui des semaines precé fentes. Il y a,donc lieu de supposer que l'Aile uagne parvient à construire des sous naiiiis «frime allure plus rapide que cell ivos laquelle elle en perd, et cette con itatation doit être, pour les Alliés, un sti nulant puissant en. vue de hâter 3a oon ;truction du tannage destiné à rempla eer celui qui disparaît hebdomadaire ment. Il faudrait, pour que la situatioi çuisse- être considérée 'comme satisfai note, que les Alliés construisissent plu rie navires par mois que les Allemands n leuï ®à coulent, mais comme les st-atis tiques à ce sujet font défaut et qu'a1 surplus nous ignorons le tonnage exac des victimes des sous-marins, il nous es impossible' de juger exactement la situa tion et ses perspectives d'avenir. Pour le moment, (les Alliés bénéficien encore de l'accroissement de tonnag qu'ils ont pu s'assurer par-4e fait de 1 mise en service d'une partie de la flott marchande austro-allemande saisie dan les ports de l'Amérique du Nor-d et d l'Amérique du Sud, mais^cette "réserve' sera rapidement épuisée, et îe jour ap proche où nous devrons compter unique ment*sur la production nouvelle pou remplacer le tonnage que les Allemand flét-ruisent. Etant donné que le ravitaillement de pays alliés dépend en grande partie d la- sécurité des voies maritimes et qu l'afflux des armées américaines va néces siter un tonnage supplémentaire consi d'érable, la question dgs sous-marin prend, comme 'on le voit, un aspect de plus sérieux. Elle l'est pour les Alliés aussi bien qu pour les neutres et pour nos ennemis eux memes, car nulle aruiê n'appauvrit 1< monde autant que le sous-marin. Plu nos adversaires coulent de navires mar chands et de bateaux de pêche, plus l'hu inanité est appelée à souffrir, au jour il hui et demain. La reconstruction des pays dévastés > alimentation des populations continen taies, la -reprise industrielle, commet' Çiale e| agricole sont toutes des question intimement "liées à la question du ton "âge disponible après la guerre, et il y ; Heu se demander si le moment- n'es pas venu de s'occuper, des deux côtés, ui l'eu de l'avenir. sous-marin et le blocus sont de; U'mes à double tranchant, et lorsaue ipres la guerre, pn dressera le bilan de profits et pertes, on constatera très pro 'ableinent que pertes et profits sont à pci près également partagés. Les bilans hebdomadaires français e ^ 'liens accusent respectivement trois ba ■eaux de plus de 1,G00 tonnes e leux de moins de 1,600 tonnes cou ■es. On annonce, d'autre part, qu< ■e Gouvernement français vient d< -ondure^ un accord avec le Gouverne 1 ut brésilien en vertu duquel cederiiiei à la disposition de nos alliés trent< •es^ quarante navires Allemands qu plient internés dans les ports du Brésil «tte flotte, représentant un tonnage d, -•>0.000 tonneaux, naviguera soin pavil brésilien et servira au ravitailfemeir ^ pays alliés. « ' 1' est probable d'ailleurs que la Confé ' rence inter-alliée qui vient de commence, s ses travaux à Paris aura à s'occuper di e la question des transports maritimes qu - sera, avec celle de la crise- rtwe,. une de. .1 plus délicates qui se trouve à l'ordre ib s jour. Le premier moment de mauvaise hu e meur passé, on recommence, dans les mi e lieux .alliés, à envisager avec une mode e ration et une pondération plus grandes - la situation créée en Russie par les i\é é> centes convulsions. C'est, en somme, 1< - parti de plus sage à prendre, et si la Rus sie nous a donné d'amples, motifs à mé - contentement, en ces derniers temps, c< - n'est pas, après tout, une raison pou; ai jeter le manche après le balai. D'abord la justice nous commande di - laisser les Russes arranger leurs affaire - personnelles comme ils -l'entendent, e - s'ils optent pour l'expérience anarchiste - c'est-à-dire si la 'majorité du peupdi î russe er. décide ainsi, nous n'avons qu'; - nous incliner, en nous consolant à l'idéi s qu'il vaut mieux que cette expérience à intéressante mais coûteuse, ait lieu ei - Russie î - • t t - La seule chose qui doit nous importe) maintenant est de sauver du naufrage t russe ce qu'il y a moyen de sauver e e d'empêcher que nos ennemis s'assuren a, tous les bénéfices de l'aventure que nou; é avons, au surplus, été les premiers à ap s plauclir — parce qu'elle devait nous ga s rântir contre la paix séparée dont nouj ' menaçait le régime monarchique russe Or, on estime qu'il y a actuellemen - en Russie environ 1,700,000 prisonnier i' de guerre autrichiens et allemands, et i s ne saurait nous être indifférent de voii l'échange des prisonniers russes et au's s tro-allemands se faire au moment où no: e adversaires ont un si pressant besoir 9 d'hommes au front, dans les .usines d< - guerre et dans les champs. 11 s'agit donc de manœuvrer avec pru 5 dence et de ne pAs se laisser dominer pai 3 ses nerfs. Les représentants diplomatique; des Puissances Alliées ont refusé jusqu'È s présent'd'entrer en relations avec le goit - vernement léniniste, mais le m-inistr< ; d'Espagne, agissant évidemment sur île; 3 instructions du gouvernement du roi Al - plionse, -a officiellement pris possessior - de la note de M. Trotsky proposant l'ar - misfcice et la paix. Dans San accusé dt réception, le ministre déclare qu'il traiis , mettra la note afin qu'elle puisse exerce) - une influence sur le peuple espagnol, dan--le sens'd'une conclusion rapide de If 3 guerre, comme c'est le désir de tous ! Le Conseil Fédéral suisse, en posses-i sion lui aussi de la note, a demandé des t détails complémentaires et communica-i tion des propositions soumises, aux ambassadeurs alliés. 5 Pendant ce temps, les opérations sui , les différents fronts ne chôment pas. Sur la frontière persane, 134 officiel^ - et 1,600 hommes de l'armée turque se i sont rendus aux Russes ; dans -le secteur . de Baranovitcli (secteur de Kovel), le? Russes, au cours d'une offensive alle- - mande, ont perdu une tranchée de pre-nière ligne et 1,000 hommes. Dans l'Est- Africain, une des deux co-lo-nnes allemandes qui résistaient encow -:'est- rendue à la garnison britannique de Nevala a^ec 120 blancs, dont 12 offi ' ciers et 6 médecins, 1,212 combattant; ■t 1,200 porteurs indigènes. Depuis le commencement de-ce mois, 1; total des portes allemandes dans ce thé!-1 tre d la guerre a été de 6,800. En Italie, l'effort austro-allemand sem ''le, momentanément, brisé. L'ennemi n' uas renouvelé vos- attaques mardi et l'air" i leri'e italienne, coopérant avec le. aviateurs, soumet les pesitions de l'adversaire, dans les montagnes, à un bombardement intense. La situation, -pour nos vaillants alliés;,s'améliore d'heui'<. en heure, et le,s divisions qui luttèrent si héroïquement pendant quinze jours, ouï enfin pu être relevées. Dans le secteur de Cambrai, les trou pés britanniques, après avoir occupé Bourlon et Fontaine," oi, dù rétrograder un peu, sans cependant, devoir abandonner aucun des points .dominants qu'ellu venaient de conquérir. Dana le secteur' d'Ypres et de Pas-schendaele, le duel d'artillerie a atteint une grande intensité,, et dans l'attaque de Juvincourt, no- aïliés ont capturé 476 prisonniers et 13 mitrailleuses. SjUih tlîisïiî i &L Le tunnel Hindenburg Du correspondant au front du "Daily Telegraph" : De. nouveaux détails que j'ai cueillis aujourd'hui au sujet du fameux tunnel de -support .Hindenburg. feront comprendre mieux ce que la troisième armée a accompli dans sa- récente victoire. Creusé et construit entièrement par des prisonniers lusses, ce tinjriel s'étend sous terre à une profondeur moyenne de 13 mètres et- sur une longueur de 20 kilomètres. 11 est presqu'entièrement en notre possession. Ali grand désappointement et à l'a rage amère des Boches qui veillaient à l'aitrière, les mines placées en divers endroits du tunnel ne firent pas explosion 5 la manière dont les fils qui devaient les faire sauter furent découverts et coupés ne peut être racontée pour le moment. Environ .tous les trente mètres se n ouvem>,"" aan le toit bétonné de cette galerie, éclairée à l'électricité, des sorties si habilement imaginées qu'elle sont presqu'à l'abri des bombes-Les conditions d'habitation d'innombrables chambres/construites un peu partout et bien meublées, sont excellentes, et nous-continuons à y trouver de grandes quantités de -nourriture, de boisson et de tabac. Il n'est pas étonnant qtie les Allemands se soient vantés que leur ligne de défense était imprénable. en mmm ori^t&le Les troupes allemandes de Mahenge se sont rendues Londres, mercredi soir. — Les opéra-tions.exéïutées depuis le 21 novembre ont été les suivantes : . , - Les détachements allemands qui ont été délogés de Simba, dans la vallée--du Ki-tangari, au sud-ouest de Lindi, sont signalés dans le Voisinage du fleuve Ro-vuina, à court de vivres et de munitions. (La Rovuma constitue la frontière entre l'Afrique orientale portugaise et allemande).Les détachements allemands sous le commandement du colonel Tafel, qui, suivant les - communiqués des 20 et 23 novembre derniers, marchaient au sud de la région de Mahenge (Jà 60 k. et demi au. sud-sud-ouest de Livale), ont été poursuivis par de petits groupes détachés britanniques vers le sud-est, dans là direction de Nevala (à 28 k. et demi au nord de la frontière portugaise), ignorant vraisemblablement que cette place était déjà entre nos mains. Le 27 novembre le colonel Tafel,. 12 officiers allemands, six officiers du service de santé, 92 soldats allemands (blancs), et 1,212 soldats noirs, ainsi que 2.200 autres indigènes, se s«it rendus Sans conditions. eFEBJITpS NAVALES ' Les pertes sur mer Arrivées et départs des navires marchands débouté nationalité et dépassant 100 tonnes (non compris les bateaux de pêche et locaux) dans les ports du Royaume-Uni, pour la semaine finissant 'e 24 novembre 1917, à minuit: 'Arrivées, 2,058; départs, 2,122, contre 2,531 et 2,463 la semaine précédente. Navires marchands britanniques cou-lé.\par sous-marins ou par mines : de plus ie 1,600 tonnes, 14; de moins de 1,600 lonne«, 7, contre 10 et- 7 la semaine précédente. . Navires marchands britanniques att-a-[ués sans stfccès par sous-marins, 8, coure 2 la semaine précédente. Aucun batea-u de pêche britannique n'a été coulé. » • Les statistiques des ports .français poux la semaine finissant le 24 novembre 1917 Ionnent 909 entrées et 803 sorties, contre 948 et 961 la'semaine précédente. Trois navires marchands français dt plus de 1,600 tonnes et un de'moins de 1,600 tonnés ont été cçulés, contre un la iôniaine précédente. Trois navires marchands français ont été attaqués sans succès contre un la semaine précédente. Un bateau de pêche français a été :oulé, contre deux (la. semaine précédente. * * * "* La statistique hebdomadaire italienne renseigne pour la semaine finissant le 24 novembre 1917, 443 entrées et 387 sorties; contre 322 et 300 la semaine précédente. Un navire marchand italien de plus de 1,500 tonnes et un de moins de 1,500 tonnes, ainsi qu'un petit bateau à voiles italien ont été coulés, contre un navire de plus de 1,500 tonnes la semaine précédente.30 bateaux allemands pour les Alliés .-'On mande de Rio de Janeiro que le Brésil à conclu un arrangement avec le gouvernement français pour l'utilisation, sous le pavillon brésilien, et pour une période d'un an, de 30 navires représentant 250,000 tonnes, sur les 40 bateaux ennemis internés au Brésil. Ces navires seront employés au transport de vivres dans les pays alliés, çt cet arrangement est déclaré être fait dans le but de "hâter la fin de la guerre." LA CONFEREKOE iiïEil-JILtJEE La Conférence qui s'ouvre aujourd'hui sera la plus importante quant' au nombre de pays représentés, et elle aura à.examiner des questions capitales. Seize pays y prendront part et enverront environ 70 délégués. Les Etats-Unis, le Brésil, la Cliihè, Cuba,-le Siam et la. Grèce seront- représentés pour la première fois à la Conférence. Les Etats-majors des Alliés >e réuniront en même temps à Versailles. Les délégués de la Belgique seront: MM. le baron de Broqueville, ministre, des Affaires étrangères ; De Gaiffier d'Hestroy. ministre de Belgique à Pto-ris ; le général Ruequoy, chef d'Etat-major général. LES EVEKEMEkTS EN RUSSIE La garnison de Pétrograd et les Bolshevistes , Le Conseil des ouvriers de Pétrograd, par l'intermédiaire du Comité militaire révolutionnaire, est actuellement maître de la situation, pour autant qu'qn puisse s'en, rendre'compte. On. signale que presque tous les ministres du gouvernement provisoire ont été arrêtés, à l'ex-, ception de M. Kèrensky. La. garnison tle Pétrograd, y compris les- troupes dans lesquelles on avait le plus de confiance, a donné son adhésion en bloc au Comité militaire révolutionnaire.Mercredi, à 3 h., la perspective. Xev-ski était calme et silencieuse et des patrouilles maintenaient l'ordre et arrêtaient des officiers cosaques. Les automobiles disparurent bientôt de leurs stationnement et, à côté de la'catîhédrale de Kazan, une auto blindée était prête à entrer en action. Tous les magasins étaient fermés. Quelques coups de fusils ont été tirés autour du bureau des téléphones et plusieurs personnes ont été bleôsées- La Banque d'Etat a été occupée par des troupes fidèles au Conseil des ouvriers. Au moment où j'écris, dit Je correspondant particulier du "Times,," je vois le peuple allant à se-S affaires tout comme à l'ordinaire. Personne n'est inquiet et personne ne pourrait s'imaginer qu'une nouvelle révolution «e développe. Un Congrès des Armées Les nouvelles suivantes ont été 'transmises par les bureaux de T.S.F. du gouvernement russe : - A tous les commandants-en-chef des armées sur les fronts septentrional, occidental, sud-occidental, roumain et caucasien : Le Conseil des commissaires du Peir-ple, de l'Armée et de la Marine convo que un congrès général des armées pour le 2 décembre 1917, qui sera.tenu à Pétrograd dans le but d'erganiser lu question des vi'vres et du ravitaillement. En vue de-ce congrès, nous ordonnons' l'élection immédiate d'un délégué dans, chaque division ainsi que dans ohaque groupe dè cavalerie et d'artillerie jfair sant partie d'un corps'' d'année. Les délégués au congrès doivent être choisis parmi les membres des comités de'ra--vitaillement de chaque division, -et les délégués, choisis doivent ,se trouver à Pétrograd le 2 décembre 1917. * (Signé) PODVOLSKY, Commissaire pour l'armée et la marine. Logements gratuits ! Le journal bolsheviste "Pravda-'' publie la minute d'un projet de loi relatif à la location des habitations. Suivant ce projet, tous ceux qui paient un lover de moins de 1,200 roubles (Fr. 3,000) par an, sont autorisés à ne pas payer leurs loyers pour ie,s six mois prochains. Les locataires occupant des appartements et des chambres -sont également libres" de ne' pas payer leur iloyeé- pour la même1 période. Les* expulsions ne peuvent avoir lieu que par'une décision d'un tribunal révolutionnaire. Chaque membre d'une famille doit pouvoir occuper une chambre, et le surplus doit être mis à la disposition des ouvriers habitant actuellement dans -des logements insalubres. Le comité militaire révolutionnaire, conjointement avec les conseils des ouvriers,' dressera immédiatement une liste des logements insalubres des au V les. habita.n-, si'vont' retirés pour être emménagés dans des chambres de maisons saines. Tous les hôtels et chambres garnies seront immédiatement repris par les conseils des ouvriers et plricés sous la direction de ' l'union dès employés d'hôtels. Les augmentations cle loyers sont interdites. Toute intervention dans la vie privée des locataires soit par les comités de logements, soit par les propriétaires, est Strictement interdite. Toute infraction 'a toi Par les propriétaires Qu.„te'nau-ciers d'appartement est . punissable d'une amende importante ou d'empri-sonnenient, peine qui sera infligée par un tribunal révolutionnaire. Troupes licenciées Suivant le-''Utro, ' des soldats sont rentrés dans leurs foyers à Moscou. Sur 11,000 hommes qui étaient casernés à Khodynka, il n'en ;reste que 500. A la caserne de Kliamovniki, quelques centaines d'hommes restent sur .18,000. 14,000 ouvriers ont quitté Moscou pour, la campagne. ^ LE SME DE RE6ENT SOïfiSE Les deux accusés Voisin' et Roche put comparu de nouveau hier devant le tribunal de police de Marlboroùgh Street. Parmi les témoignages intéressants figure .celui d'un jbolicier qui a fait certaines expériences de marche entre Charlotte Street, où habitait Voisin, le marché -de SmiMifield, où il travaillait, et Munster Square, où habitait la victime. On a-également produit devant le tribunal une porte présentant des taches de sang et qui provient de Charlotte Street; c'est la porte qui donnait sur ,1a cour. Un autre témoin appartenant a la police a donné lecture de la traduction de la reconnaissance de dette suivante, qui paraît être de l'écriture de Voi.siu : Londres, 15 août 1917. — Je reconnais avoir reçu de Madame Gérard £50 pour une durée de trois mois, du 15 août 1917 au 15 novembre 1917' pour laquelle je lui ai payé d'avance £2 d'intérêt.-^ Louis Voisin." Les deux accusés ont été maintenus- on état d'arrestation et comparaîtront de nouveau mercredi prochain devant le tribunal.- -DERNIÈRE MEURE Bruit d'un armistice russo-allemand Des télégrammes de l'Agence de publicité des anarchistes léninistes, qui constituent le soi-disant "gouvernement" à Pétrograd, sont arrivés à Londres ce matin, disant que les Allemands ont consenti en principe à une cessation immédiate' des hostilités. Cette nouvelle était inconnue à l'ambassade de Russie.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes