L'indépendance belge

273 0
07 december 1917
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1917, 07 December. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 07 juni 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/z02z31ps0x/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L INDEPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION : BUREAU A PARIS : VFMnRFM FT ÇAMFM 7 FT R nFHFMRRF 1Q17 (3 MOIS, 9 SHILLINGS. TUDOR HOUSE, TUDOR ST., E.C. 4. 11, PLACE DE LA BOURSE. ÏCNUrtEUI Cl ÔM.WE.UI / Cl O UCUCIVIOnC 1311 ABONNEMENTS 6 MOIS, 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. téléphoné: city 18(1,1812 télé.: 311.57 et 238-75 En vente à Londres à 3 h. le vendredi 7 décembre ( 1 AN, 32 SHILLINGS. NOS BUREAUX DE RÉDACTION ET D'AD-mHlSTRATïON SONT ACTUELLEMENT TRANSFÉRÉS TUDOR HOUSE, TUDOR STREET, E.C. 4 (WHITEFRIARS). LA SITUATION Vendredi, midi. Les nouvelles des différents fronts n< sent guère réjouissantes ce matin : retraites locales dans les secteurs de Cambrai et du Plateau d'Asiago et développement des fraternisations sur le front russo-roumain.La première de oes opérations: abandon par les troupes britanniques du Bois de Bourlon, a été effectuée, nous annonce le communiqué du maréchal Haig, "à l'insu de l'adversaire qui, jusque très tard hier, semblait ne pas s etre aperçu du mouvement." Avant de se retirer, nés- alliés ont détruit ce qui restait des fortifications ennemies dans oe secteur. Il s'agit donc bien d'une "retraite stratégique," et le général Byng n'a pas hésité à s'y résoudre dès qu'il s'est rendu compte qu'il y avait avantage à le faire. Ainsi, dans deux circonstances, es général a prouvé qu'il possédait les qualités d'audace et de clairvoyance nécessaires à un commandant d'armée, et l'histoire le lui portera en compte. Pour les Allemands, cette retraite n'en constitue pas moins un succès stratégique, et on semble avoir été un peu pressé en annonçant que la contre-offensive de l'enr.erri avait échoué. Elle lui a coûté cher, c'est vrai, mais elle a écarté provisoirement le grave danger qui menaçait / iss lignes allemandes, et quel que soit le ' prix qu'ils aient payé — on évalue ses i psrBÊb à-près de 100,000 hommes — nos Tk adversaires ont réparé l'échec qu'ils 7 avaient subi. Le communiqué de Berlin confirme l'évacuation volontaire de nos alliés entre Mœuvres et Marcoing, et ajoute que. poursuivant l'ennemi dé près, les troupes gllemandes réoccupèrent les village? de Graincourt, Anneux, Cantaing et Noyelles, ainsi que les hauteurs boisées au nord de Marcoing, avançant leurs lignes rur une profondeur de quatre kilomètres et sur un frent de dix kilomètres. Nos ennemis disent que le total des prisonniers anglais capturés dans ce secteur atteint maintenant le total de 9,000, et il prétendent avoir pris en outre 148 canons et 716 mitrailleuses dans le courant de la bataille de Cambrai. Le dernier communiqué de Berlin dit que Marcoing a été également purgé d'ennemis, ce qui équivaut à dire que toute la rive orientale du Canal de l'Escaut ect à nouveau entre les mains des Allemands. La retraite italienne que nous annonçait le- communiqués de Rome et de Berlin constitue également un succès assez rinnble pour l'ennemi, qui est parvenu à réduire le saillant de Meletta que les variantes troupes italienne^ avaient jus-q\ 'ci réussi à défendre victorieusement. Le "léger recul" dont parlait hier !e rv,mruurnqré de Rome (abandon des portions de Badeneche et de Tondarecar) f. p:\-nis à l'adversaire (texte du communiqué italien) d'attaquer par . der-r~re les positions de nos alliés que les attaques de front des jours précédents n'avaient pas réussi à entamer. Successivement, les troupes alpines au-> trichiennes, soutenues par des divisions allemandes, emportèrent les Monts Cas-telgomberto, Fior et Meletta di Gallio ainsi que le Mont Miela, après quoi (communiqué autrichien) les positions italiennes du Mont Zo.no et les approches de Foza furent capturées. Tout le terrain au nord de Frenzela est, dit Vienne, aux mains des Autrichiens, qui ont capturé au cours de ces deux jours de lutte 11,000 prisonniers et plus de 60 canons. Les renforts envoyés par nos alliés sont, apparemment, arrivés trep tard et ont été soumis, se'lon la version autrichienne, à un feu de barrage efficace de la part des batteries autrichiennes situées sur la rive orientale de la Brenta. Nous ne saurons que par les communiqués ultérieurs quelles seront les conséquences de la situation nouvelle ainsi créée. Les nouvelles de Pétrograd et de Berlin confirment la conclusion d'un armistice, mais celui-ci n'est, à ce qu'il paraît, que de 15 jours et expire le 17 courant à midi. Le communiqué officiel allemand affirme que l'armistice englobe tous les front russes "depuis la Baltique jusqu'à la Mer Noire," et ajoute qu'il a été ratifié par les représentants militaires autorisés d'Allemagne, d'Autriche-Hon^rie, de Bulgarie et de Turquie, mais il paraît établi que dans' certains. senteurs, russes et roumains, les ordres de Krilenko n'ont pas été exécutés. On ne sait pas, notamment-, ce qui se passe exactement sur le front roumain, mais le correspondant spécial du "Times" attaché au grand quartier-général roumain, télégraphie que "les maxima-listes gagnent la haute main sur tout le front tenu par les Russes en Moldavie et en Bukovine." Une division, de la sixième armée a, dit-il, signé l'armistice, tandis qu'une autre a tiré sur les plénipotentiaires allemands, et sur le front de Moldavie et de Bukovine la fraternisation bat son plein. Le général Rogussa, commandant de la quatrième armée russe, a été arrêté sur l'ordre du gouvernement léniniste. Celui-ci n'est pas'encore officiellement reconnu par les gouvernements alliés, mais le chef de la mission militaire américaine a entamé des pourparlers officieux avec M. Trotsky, qui lui a déclaré que le gouvernement de Pétrograd désire une paix générale et non une paix séparée. Il a ajouté que puisque les négociations sont rendues publiques, les Alliés peuvent y participer par la suite ! L'organe gouvernemental russe "Prav-da" assure que la Russie ne signera une paix séparée que si une paix générale est impossible. En oe qui concerne les résultats des élections pour l'Assemblée Constituante, les nouvelles sont contradictoires, mais tout indique que les maximalistes sont décidés à un nouveau coup de force si les éléments modérés devaient l'emporter, et ceci n'est pas fait pour nous rassurer. m LE FRONT OCCIDENTAL LA BATAILLE DU CAMBRESIS Une retraite stratégique,—Légers progrès dans !e sud Londres, jeudi, 10 h. 49 du matin.— Dans la nuit du 4 au 5 décembre, nos troupes défendant le saillant formé par nos positions dans le voisinage de No-ye!les-sur-l'Escaut et du Bois de Bour-ion ont été retirées sur une courte distance, jusqu'à une position au sud-ouest de ces endroits. Cette retraite a ts exécutée avec succès, sans être enrayée par 1 ennemi qui, jusque tard lier soir, semblait ignorer ce mouvement. Avant cette retraite, les ouvrages Je campagne ennemis dans la région abandonnée furent , systématiquement détruits. De nouvelles attaques ennemies lancées hier soir dans le voisinage de La Vacquerie ont été repoussées. Un combat lçïal a continué! pendant la nuit, dans ces parages. Au sud-ouest du village, notre ligne a été légèrement avancée.* * * Londres, 10 h. 37 du soir. — Un combat local a de nouveau eu lieu aujourd'hui dans le voisinage de La Vacquerie, mais n'a apporté aucun changement dans la situation. Dans la région au sud du bois de Bourlon, des attaques ennemies peu importantes ont été rtpoussées avec des pertes sévères pour l'ennemi par le feu de notre artillerie et de notre infanterie.L'artillerie ennemie a été active à un certain nombre de points au sud de la Scarpe, ainsi que dans le voisinage d'Armentières. SUR LE FRONT BELGE Hôtes américains Le roi Albert a reçu, le 3 décembre, à son quartier général en Belgique libre, M. William Polarfd, de la "Commission for Relief in Belgium," qui visite en ce moment le front belge en compagnie de MM. Shaler et Green. Vaines tentatives de fraternisation Une lettre d'un jeune soldat belge au m front contient le passage suivant : "Les patrouilles deviennent amusantes. J'ai trouvé, dernièrement, un paquet de journaux "La Gazette des Àr-dennes" (journal publié par les Alle-i- mands.—-N.d.l.R.) et une petite lettre s que les Allemands avaient accrochée à ;- un grand piquet : 0 "Camarades, i- "Nous espérons que vous fîtes la i- paix encore cette année. Nous en ré-e jouirons beaucoup. Ne tirez pas, camarades, nous ne tirerons pas non plus, a Avec les mieux salus de vos camarades - allemands. s "C'est savoureux, mais je ne leur ' conseille pas de me tomber dans les mains, ils s'apercevraient que je suis '' bien décidé à tirer encore plus qu'avant. "Cette trouvaille m'a fait plaisir, car !' si nous souhaitons la paix, jamais un s seul soldat de chez nous ne commettra e une lâcheté de ce genre. Il faut que le moral soit bien bas." 'i SUR LE FRONT MERIDIONAL a La résistance italienne > Borne,jeudi.—Sur le plateau d'Asiago e la bataille .s'est renouvelée avec violence hier dès l'aube. L'ennemi, profitant des avantages obtenus le jour précédent f entre le mont Tondarecar et le mont ^ Badenecche, a poussé l'action jusqu'à un e degré extrême dans le but d'emporter a s revers le formidable bastion mont Castel-e gomberto-Meletta di Gallio, qu'il avait ^ dû renoncer a prendre de front. Le com-s bat s'esï poursuivi avec violence toute" la * journée, des Versants sud du mont Castel-gomberto jusqu'à l'éperon de Foza. e L'important effort de l'ennemi, ex-; écuté avec une supériorité numérique écrasante, rencontra une résistance opi-niâtre; de nombreuses contre-attaques furent livrées par nos troupes qui défen-e daient le point fortifié de Melette, le ter-k rain n'étant cédé que pied-à-pied. Sur le mont Fior et sur le irvnt Castel-' gomberto quelques troupes alpines qui étaient restées isolées préférèrent le glo-e rieux sacrifice d'une défense héroïque à 1 une éventualité d'une retraite incertaine.1 Une puissante tentative ennemie pour 1 emporter notre ligne de défense dans la vallée de la Brenta supérieure a été re-" poussée avec de lourdes pertes. 5 ; SUR LE FRONT RUSSE e Les hostilités suspendues 1 Un communiqué allemand dit: Le 5 t décembre les représentants autorisés des f armées allemandes, austro-hongroises, turques et bulgares, ont conclu par écrit - avec les représentants autorisés de 3 l'armé russe une suspension des hostili-t tées sur l'ensemble de leurs fronts mutuels et ce pour une durée de 10 jours, s. prenant cours le 7 dec. à midi. Cette , période sera employée à amener à leur s conclusion les négociations pour un ar-t mistice. Une partie des membres de la s commission est retournée en Russie pour b quelques jours afin de faire connaître oralement les résultats obtenus. Les » séances de la commission continuent. Un autre rapport allemand définit les fronts mutuels comme suit: "Les fronts allant de la Baltique à la Mer Noire, aussi bien que sur les théâtres turco-russes en Asie. Dans un ordre à l'armée et à la marine i Krylenko insiste sur la nécessité d'un - armistice sur le plus grand nombre pbs- - sible des secteurs du front russe, à con- - dition que des troupes allemandes ne soient pas transférées d'un front à : l'autre, notamment du front russe aux i fronts alliés. Le iournal "Pravda" pu- • blie le texte de l'armistice entre le 67e : division d'infanterie russe et la 31e divi- - sion d'infanterie allemande. Il n'y est nullement question du non-transfert de troupes vers d'autres fronts. L'agitation bolsheviste gagne du ter-: rain parmi les troupes russes du front _roumain. OPERATIONS NAVALES Les pertes sur mer Arrivées et départs des navires mar-: chands de toute nationalité et dépassant 100, tonnes (non compris les bateaux d< pêche et locaux), dans les ports di Royaume-Uni, pour la semaine finissam le 1er décembre à minuit : Arrivées, 2,174; départs, 2,133, con fcre 2,058 et 2,122 la semaine précédente Navires marchands britanniques cou lés par sous-marins ou par mines : de plu: de 1,600 tonnes, 16; de moins de 1,60( tonnes, 1, contre 14 et 7 la semaine pré cédente. Navires marchands britanniques atta qués sans suocès par sous-marins, 8, con tre 8 la semaine précédente. * * * Les statistiques des ports françai: pour la semaine finissant le 1er décem bre 1917 donnent 839 entrées et 816 sor ties, contre 909 et 803 la semaine précé dente. Deux navires marchands français d< plus de 1,600 tonnes et deux de moins d< 1,600 tonnes ont été coulés, contre troi: et un la semaine précédente. Deux navires marchands français om été attaqués sans succès, contre trois lé semaine précédente. Deux bateaux de pêche français ont éU coulés, contre un la semaine précédents * * * La statistique hebdomadaire italienm renseigne pour la semaine finissant 1< 1er décembre 1917, 362 entrées et 33Î sorties, contre 443 et 387 la semaine pré cédente. Un navire marchand italien de plus d< 1,500 tonnes et trois petits bateaux î voiles italiens ont été coulés, contre ur navire marchand de plus de 1,500 tonnes un de moins de 1,500 tonnes et un petil bateau à voiles la semaine précédente. OPERATIONS AERIENNES LE H AID SUR LONDRES Deux Gothas abattus Un raid a été exécuté sur l'Angleterr< jeudi matin,-par environ 25 aéroplanes Le premier groupe d'avions ennemis sur vola le comté de Kent à 1 h. 30 du matir et jeta des bombes à divers endroits et près de la côte. Un deuxième group< traversa la côte vers 3 h., et plusieurs ap pareils remontèrent le cours de la Tamist et d'autres pénétrèrent au-dessus di comté de Kent. Les deux groupes ci-dessus désigné: paraissent avoir exécuté des attaques pré liminaires afin d'attirer l'attention de: artilleurs et de détourner l'attention de: vigies de la défense d'attaques plus sérieuses qui devaient être livrées unt heure plus tard. En effet, entre 4 h. et 4 h. 30 deux groupes d'appareils ennemis traversaient la côte du comté d'Essex, et trois groupe: la côte du comté de Kent, se dirigeant vers Londres en suivant des voies convergeantes. Leur tactique semble avoir été de livrer cinq attaques simultanées sur la capitale, par le nord-est, l'est, et le sud-ouest. Un de ces groupes cependant fut complètement refoulé par le feu d'artillerie, et des autres pas plus de cinq ou six appareils parvinrent à pénétrer en ^eça de la périphérie de Londres. Une ou deux bombes explosives et un grand nombre de projectiles incendiaires furent jetés dans divers districts vers 5 heures du matin. Deux des appareils tombèrent, atteints par les shrapnells de la défense; chacun d'eux était occupé par trois aviateurs, qui ont été capturés vivants. Un certain nombre d'incendies se sont déclarés à Londres, mais tous ont été rapidement combattus par les pompiers de la métropole. Un certain nombre d'aéroplanes britanniques ont coopéré à la défense aérienne. Tous ont regagné leurs bases sans encombre. Sept tués et 22 blessés Les derniers rapports de la police signalent que trois personnes ont été tuées et 11 blessées dans la région métropolitaine de Londres, et que quatre personnes ont été tuées et 11 blessées en dehors de cette région. Les dégâts matériels sont peu importants. La version allemande Un communiqué de Berlin dit: Nos aviateurs ont bombardé les bâtiments du port de Calais, ainsi que Londres, Sheer-ness, Gravesend, Chatham, Douvres et Margate. LTn grand nombre d'incendies ont signalé l'efficacité de oes attaques. Calais et Dunkernue bombardés Le communiqué français de jeudi soir dit que des aviateurs allemands ont ieté ! des bombes sur la région de Dunkerque, dans la nuit du 5 au 6 décembre, faisant ; plusieurs victimes. Des bombes ont également été jetées - sur Calais au cours de la même nuit. Les aviateurs français ont jeté neuf - tonnes de projectiles sur divers objectifs s ennemis et notamment sur les gares et I dépôts de Lichtervelde et de Cortemarck, - sur les cantonnements et bivouacs dans la région de Laon, sur les dépôts de Rous- ■ sach, etc. > Un nouveau raid britannique en Allemagne Dans la nuit du 5 au 6 décembre les aviateurs britanniques ont bombardé avec succès l'aérodrome de Gontrode, où deux abris ont été atteints directement. D'autres bombes ont explosé parmi les , bâtiments avoisinant l'aérodrome. De , plus, ils ont jeté des bombes sur l'aéro-, drome de St-Denis Westrem et sur la gare de Douai. Jeudi, un nouveau raid a été exécuté L par nos aviateurs, en Allemagne. Tous les appareils britanniques sont rentrés de ; cette expédition, mais aucun détail n'a encore été fourni sur leurs exploits. De leur côté, les aviateurs de la ma-s ri ne britannique ont exécuté, le 5 dé-_ cembre, un raid sur l'aérodrome de , Sparappelhoek. De nombreuses bombes y ont été jetées, ainsi que sur un train quittant le dépôt d'Engel. Un Zeppelin britannique 1 Un dirigeable britannique de grand ' modèle est sorti pour la première fois 1 hier, et a survolé Londres, où il a attiré - la curiosité générale. Un combat aérien au=dessus de la Suisse On mande de Berne que dans la matinée du 6 décembre un combat aérien, dans lequel plusieurs appareils étaient engagée, a eu lieu entre Miittenz et Je Rhin. Deux bombes ont été jetées dans 1 le voisinage d'une école à Miittenz. Divers bâtiments de l'école et quelques maisons ont été endommagés. D'autre part, jeudi soir, vers 2 h. 30 du matin, un aviateur a jeté quatre ou ' cinq bombes près de Menziken, dans le canton d'Aargau. Les bombes sont tombées dans les champs. La nationalité de l'aviateur qui a accompli œ méfait est inconnue. •'* ti"? ■ mmufimuan' mwiw «HJ -.i-uawswww. mmwim jzrwBmm LES EVENEMENTS EN RUSSIE Pour fausser le résultat des élections La nuit dernière, le comité central des exécutif des Soviets a examiné un projet de décret proposé par Lénine au sujet de l'annulation des mandats des membres éius pour l'Assemblée Constituante. Lénine déclara qu'en Russie, vu le système de représentation proportionnelle et les inclinations des masses en ce moment, les membres de l'Assemblée Constituante ne pouvaient pas représenter réellemena l'opinion de leurs constituants. C'est pourquoi on devait pouvoir à chaque moment les révoquer et les remplacer par d'autres. M. Komaroff fit remarquer que le décret de projet était une manœuvre des Bolshévistes, dont l'objet réel était d'assurer la dissolution de l'Assemblée Constituante avant sa réunion. AUTOUR de la GUERRE BELGIQUE — Le bateau du Belgian ■ Relief, "Haelen," qui était porteur d'un sauf-conduit allemand et fut capturé le 3 novembre par un sous-marin allemand, est toujours détenu à Swinemiinde, malgré les protestations répétées de 'a Relief Commission et du Ministère des Affaires Etrangères néerlandais. ETATS-UNIS — Dans son rapport annuel au Congrès, M. McAdoo, secrétaire de la trésorerie, a déclaré que le coût de la guerre pour le peuple américain, y compris les prêts aux Alliés, pour les deux années finissant le 30 juin 1919, excédera 180 milliards de francs, et qu'il n'est pas impossible que l'on atteigne 250 milliards pour ces deux années. GRANDE-BRETAGNE — M. Lloyd George a pris un froid en revenant de Paris et souffre actuellement d'influenza. Il n'a pu sortir de chez lui hie.-i SSème année. No 289

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes