L'indépendance belge

841 0
31 december 1914
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1914, 31 December. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 18 februari 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/rj48p5wd50/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L'INDEPENDANCE ANGLETERRE: ONE PENNY. BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES Administration et Rédaction, Tudor House, Tudor Street, E.C. t TELEPHONE: CITY39SO. . ">NDRES- 'EUDI 31 DECEMBRE m ""JÎMBir Consent,„„ „ P„oores. LA "NOTE" DES ETATS-UNIS. Mauvaise impression iniustifiee. La " Note " que les Etats-Unis vie nent d'adresser à la Grande-Bretag indique un état d'esprit qu'il est néc( saire d'étudier. Non pas que l'intenti de notre journal soit de critiquer ou d'à prouver les intentions de la grande pu sance américaine — mais parce qu'il < utile de dégager, en ces temps profonc ment troublés, ce qu'il y a de noble de grand dans toutes les actions int< nationales — et aussi ce qu'il peut trouver d'étroit et de dangereux dans c actions au point de vue du Droit et < la Justice... La Justice et le Droit ! Pauvres mo et pauvres choses, depuis quelques moi Mais le devoir de ceux qui prétendent 1 défendre, malgré tout, et d'exposer qu'ils recouvrent de grandeur et d'ir périssable beauté, est de faire jaillir lei éclat dans la cendre où ils gisent... La " Note " des Etats-Unis est fo Elle constitue une protestation cor merciale et, d'après ce que nous en co: naissons, elle déclare que " le devoir d' belligérants serait de protéger le cor merce neutre, et d'empêcher les perti financières de négociants innocents En effet, il faut toujours protéger 1< innocents... C'est là une sublime parole, émanatic du Droit qui élève l'humanité — et fa que celle-ci resplendit encore d'espo malgré les crimes qui se commettent. C'est une parole qui trouvera de l'échi surtout dans le cœur des Belges — < c'est une parole qui fait que des larm< brûlantes sourdront sous les paupières c milliers de nos compatriotes. Les Etas-Unis sont actuellement soi le gouvernement d'un homme que noi admirons — que nous admirons surtou non pas à cause des hautes fonctior qu'il occupe, mais parce qu'il sut metti dans les livres qu'il publia des pensée de haute philosophie, de philosophie qi prouve que ce chef d'Etat possède, e même temps que l'autorité politiqu( des qualités d'âme qui sont d'un valeur bien haute : il possède la facult de voir juste — et d'exprimer des per sées vraies sur les hommes et sur le choses. Nous ne rappellerons pas, à c sujet, quelques-unes de ces pensées -mais elles sont dans la mémoire de ceu qui aiment à connaître les production de l'esprit humain. La "Note," qui aujourd'hui produ: un grave souci, n'est pas adéquate à ce pensées—et peut-être faut-il voir en cec l'impossibilité pour un homme d'Etat d faire valoir ses volontés personnelles e: des matières d'un ordre particulier e qui intéressent les sentiments commer ciaux d'une nation. Et, nous le croyon fermement, elle n'est pas adéquate à l'c pinion générale de la population de Etats-Unis—cette population qui donn actuellement des preuves d'élévation d sentiments que chacun applaudit : 1 mouvement de compassion à l'égard d la Belgique meurtrie (une innocente qu'i faut protéger.—selon la belle parole re levée ci-dcssus), est de ceux qui ne s'ou blient pas, qui ne s'oublient jamais, e qui survivent aux pires déceptions. Nous respectons et nous admirons le Etats-Unis, nous, les Belges meurtris— meurtris par l'oubli chez autrui des rè gles de Droit les plus élémentaires—e qui sommes des " innocents qui n'euren pas la protection du monde entier"... Ah ! certes, les droits matériels de: commerçants américains sont respecta bles ! Si nous en avions le pouvoir, e devant la preuve d'une atteinte à ce: droits, nous serions les premiers à dé fendre ces intérêts matériels avec la sin cérité de tous ceux qui admirent la jus Mais, en ces moments affreux, le: en-1 Belges pensent aussi que leurs Droits rne moraux ont été piétinés odieusement par :es_ la Force... Et devront-ils se dire un jour que les ion , J . ~ droits moraux des petites nations neu- aP~ très s'effacent devant les droits matériels ns" secondés par la force, quand celle-ci est est détenue même par une noble nation?... dé- Ah ! qu'on nous excuse de dire toute et notre pensée—et de placer sous le grand er_ soleil de la vérité des situations qui font se la honte, parfois, des Nations!... " Le devoir des belligérants est de ~es protéger le commerce neutre et d'empèse cher les pertes financières de négociants innocents" indique la "Note" des Etats-Dts Unis... is i Nous, Belges, nous ne pouvons par-jes 1er de commerce et nous ne parlons pas, en ce moment, de pertes financières... Nous pensons, hélas! aux pertes qui, m" dans l'échelle de l'humanité, occupent 'ur le sommet : les pertes infligées à nos vies et à nos dignités! Nous pensons aux jr- crimes dont nous fûmes victimes — et contre lesquels toutes les protections ne se sont pas levées... Nous, Belgique, nation particulière->n~ ment neutre parmi toutes les nations, 'es nous avons vu nos droits puissants vio-m- lés... Toutes les protections se sont-elles les levées?... Oh! il n'est pas dans les intentions [es de la Belgique de gémir ! Elle a riposté aux violations par un cri de colère qui a retenti jusqu'aux confins du monde — on et elle ne gémit pas malgré ses souf- alt frances... Mais Elle pense, Elle voit, >ir Elle discerne ! Elle ne demande pas pitié. ... cette innocente, Elle réclame justice! io II ne faut parler de soi que le moins et possible — et nous nous arrêtons... Mais, en dehors de la situation de notre es • • pays, il y a des principes — des prin- cipes d'une élévation telle qu'il suffit de les énoncer pour que les hommes de us bonne foi, ayant au cœur le respect de us leur dignité autant que le respect de la ,j- dignité d'autrui, se rendent compte que l'honneur de l'humanité vaut qu'on les ns . / défende ! Ces principes, nous les enon- :e cerons plus loin. es Les Etats-Unis savent que, dans l'ap-ui plication des lois martiales, tout gou-3n vernement peut voir ses ordres mal ap-e, pliqués, dans le détails... C'est, en réa-!lp lité ce dont se plaint la puissance nord-^ américaine : elle ne veut pas que les bateaux de ses " négociants innocents " n" soient conduits dans les ports des Alliés. es S'il y a moyen d'obvier à ces erreurs ce d'application, les Etats-Unis ont raison — de réclamer amélioration—mais y a-t-il lx moyen?... Ne se trouve-t-on pas précisé-ls ment devant ces difficultés d'application contre lesquelles les gouvernements les mieux intentionnés ne peuvent rien?... I!t Nous sommes fermement convaincus que es si des fautes légères sont commises, la ci Grande-Bretagne n'y est pour rien, en }e intention. ,n Et c'est ici qu'apparaissent les grands £ principes dont nous venons de parler. Les Etats-Unis, gouvernés par un r" homme tel que M. le Président Wilson, 1S n'ignorent pas que l'enjeu de la guerre a- actuelle c'est la dignité individuelle de ;s tous les habitants de l'Europe—et, qui le sait? des habitants des autres parties j du monde, inclus ceux des Etats-Unis, si fiers de leurs libertés... Les Etats-Unis, connaissant la mentalité teutonne, ie qui s'est révélée plus affreuse qu'on ne d l'imaginait dans les faits de cette guerre, 2- ne se rendent-ils pas compte que c'est i- la liberté individuelle et toutes les as-pirations démocratiques qui sont visées par le militarisme allemand? Ne dit-on >s pas que Karl Liebknecht vient d'être envoyé à l'armée pour avoir émis sa pensée ~ récemment? Quel exemple démonstratif ! Et, dès lors, en présence des principes ît démocratiques qui sont en danger, les ît Etats-Unis, ne comprennent-ils pas combien sont petites leur préoccupations—et :s combien est douloureuse pour 'a Belgi-i- que la " Note" qui vient d'être connue? :t C'est ceia que nous voulons dire: la :s " Note " a impressionné profondément la Belgique... Celle-ci, détournant pour i- un instant son regard de ses plaies pro- ' 5- fondes—pouvait espérer voir ce regard se reposer sur un horizon ensoleillé de ' :s beauté et de.grandeur..* LE NOUVEL AN. »-«-• 3 L'Hommage de la Ville de Bruxelles au Roi et a la Reine. 5 Au nom de la Vilie de Bruxelles, le Collège Echevinal adresse, au Roi et à la Reine, l'expression | de ses souhaits respectueux les plus ardents. Soutenus par leurs sentiments patriotiques, sans crainte et sans défaillance, les Bruxellois aspirent au jour où ils pourront, dans leur antique palais communal, présenter leurs hommages au Chef glorieux de l'armée belge et à sa Compagne admirable qui, par sa bonté et son inlassable dévouement, a conquis tous les cœurs belges. MAURICE LEMONNIER, LOUIS STEENS, EMILE JACQMAIN, „ v GEORGE MAES, MAX HALLETT. * * * "L'INDEPENDANCE BELGE" jo'nt ses vœux respectueux à ceux de la Ville de Bruxelles, et se fait l'écho des ardents souhaits de bonheur de ses lecteurs. Ce nouvel-an est pénétré de la douleur des heures présentes—mais une joie y apparaît : celle de voir exprimer l'admiration de tout un peuple souffrant pour ceux qui le défendent... Et les vœux de tous vont aussi à la vaillante armée belge, aux vaillants soldats qui, la-bas, 'ans les tranchées, voient se lever l'aurore de l'année nju\cîk5 Espoir! Espoir !••• Cette année nouvelle nous apportera la libération et le réconfort... Et durant cette journée que tous les regards se tournent vers cet horizon de paix et de bonheur retrouvés ! LE BOURGMESTRE ADOLPHE MAX. Tous nos compatriotes auront dans ! . cœur et dans l'esprit, en ce premier joi de l'an, le souvenir du Bourgmestre t Bruxelles, Adolphe Max... L'hommage moral à rendre à cet homrr de bien constitue le plus noble des devoir —et si le bourgmestre restera ignorant ce jours-ci, de toutes les pensées qui vont vet lui, un jour viendra où il connaîtra les ser timents de ses compatriotes à l'égard de s vaillante conduite... Et ce jour est proch< souhaitons-le. L'année nouvelle, 1915, sera favorable la Belgique—et losque le Bourgmestr glorieux sortira de la prison où il est actue lement déten-u, on lui rappellera, là-bas dans la capitale belge, dans le décor somf tueux de " son " hôtel de ville, combie furent grands les sentiments qu'il inspir à ses concitoyens. En attendant ces jours heureux, nou pouvons donner quelques renseignement précis sur la situation du Bourgmestre ; jl ont été apportés par M. Joseph Prusek, se crétaire de l'Orphelinat nationaliste, arri vant de Bruxelles. Voici en quels termes : e Le mardi 15 décembre 1914, la veille de me .. départ de Bruxelles, j'ai rendu visite à M. Notaire Poelaert, sénateur de Bruxelles, e Je lui ai demandé s'il avait des commissio] pour l'étranger, me mettant à sa disposition poi les exécuter. c Monsieur Poelaert m'a demandé de tâcher < S voir un membre du Gouvernement belge afin < g l'intéresser au sort de M. le Bourgmestre Max. Monsieur Poelaert faisait observer qu'il li 'S semblait qu'on acceptait la situation faite à 1 i- Max, qui était cependant de nature à révolter 1< esprits les plus calmes. M. Poelaert avait reçu le jour même une car' du Bourgmestre. 11 avait lu une lettre adressi à M. l'avoué Max, qui naturellement avait é' ^ lue par la cuisine allemande ; M. Max écriva qu il venait enfin d'obtenir un tapis pour recoi e vrir le sol empierré de sa cellule. Poux tout m-_ bilier il a un lit, une table, une chaise. Dans la cellule voisine sont enfermés des cr 'i minels de droit commun. Le Bourgmestre e; i- traité absolument comme eux; le tapis était ] ^ première faveur qu'il venait d'obtenir apri maintes réclamations. Pour le reste, même pot a se promener, il n'avait droit qu'au couloir c l'étage où est située sa cellule, g Le Bourgmestre demande avec insistance d< juges, mais vainement. Il est emprisonné aloi S que les Allemands n'ont pas voulu lui en donne g la raison. Parmi les vœux les plus chers pour cett - année nouvelle, plaçons celui de la libers tion du vaillant bourgmestre de Bruxelles ! .s '' Et cette " innocente qu'il faut prot ' ger," selon les nobles paroles, et doi *' les pertes sont d'un pathétisme douloi reux, pouvait espérer aussi que la vi< lation du Droit par les forts contre 1( ' faibles serait évocateur de grand( ' pensées internationales et créateur c nobles défenses... Faut-il donc qu'el voie l'horizon s'embrûmer par le"grain annonçant une tempête financière et sar , grandeur?... s Non. Cela ne sera pas. Cela ne pet :S être. Les Etats-Unis constituent une n; t_ tion noble, une nation qui nous a moi :t tré qu'elle sait tendre les mains vers i- faible écrasé par le nombre... Et ne ? compatriotes peuvent se rassurer : j: a mais la mentalité des Etats-Unis ne s'i t loignera pour des questions financière r (ô vision de la Belgique à feu et à sang _ de la mentalité-sœur des Alliés ! d La mauvaise impression causée par 1 e "Note" est injustifiée, soyons-en ce: tains î CAMILLE ROUSSEL. NOTES DU JOUR. it i- > Le comte Bernstorff et M, Dernburg. e le {De notre correspondant.) Bordeaux, 22 décembre 1914. " En ce qui touche les affaires du d< hors, disait Richelieu, il importe de bie connaître ses ennemis; on est alors bie près de vaincre." 1_ Un des défauts des Français, ces qu; c rante dernières années, a été de ne p£ IS connaître leurs ennemis du dehors ( !" même d'ignorer ce qui se passait au-de] " des frontières ; nous en supportons ai jourd'huilesconséquences. Ilmesouviei '' qu'il y a cinq ou six ans, un grand joui nal de province, un journal radical-soci; a liste de Calais, écrivait à un de ses coi "- respondants parisiens : " Vous nous pai lez toujours de ce qui se passe à l'étrai Nous donnons ci-dessous la quatrième section des itinéraires de la London General Motor - bus actuellement en service a Londres, les faubourgs et la campagne. -*1 CHELSEA & SW1SS COTTAGE. ° 1 Toutes les 5 mins. Tarif 4d. (42 mins.) Via Redcliffe Gdns., Earl's Court Ed., Church St. Kensington, Pembridge Villas, Gt. Western Rd.. Cambridge Rd.. Belsizc Rd- 19+ CHARING CROSS & LADBROKE ÔL] GROVE. Toutes les 3 à 4 mins. Tarif 3d. (36 mins) Via Piccadilly Circus. Oxford Circns. Marblô Arcli, Edgware Rd., Praed St., Westbourne Grove. Archer St. TT2 RICHMOND & UVERPOOL STREET. Toutes les 4 à 5 mins. Tarif 7d. (87 mins.) Via She^n Rd,, Upper Richmocd Rd., Castle-nau, Hammersmith Rd., Kensington Rd., Piccadilly, Strand, Fl'-et St., Ludgate Hill, Cannon st . Queen Victoria St. 70* RICHMOND & PICCADILLY CIRCUS. Toutes les 3 à 4 mins. Tarif 5èd. (58 mins.) • Même itinéraire nu° le jours de semnine. 7A+ LIVERPOOL STREET & WEST J**' NORWOOD. Tontes les 4 à 5 mins. Tarif 3èd. (50 mins.) Via King Wi liam St., London Bdg., Borough, Elephan . Kennington Pk. Rd., Brixton Rd,, Atlantic Rd., Herne Hill Brockwell Pli., Nor-wood Rd. Q C* ELEPHANT & CASTLE & CHINGFORD MOUNT. Toutes les 7 à 8 mins. Tarif 6d. (82 mins.) Via Borough, London Bdg., Grac^church St., Bishopsgate, Shorediceh, Kingsland Rd.,Ridley Rd , PemburyRd., Lea Bridge Rd., Hoe St., Chingford Rd. WALTHAMSTOW (Wood St.) & CAMBERWELL GREEN. Toutes les 4 à 5 mins. Tarif 5èd. (73 mins.) Via '^hernhall St.. et comme No. 3S*. T2 WEST KILBURN & HITHER «>" GREEN STATION. Toutes les 8 mins. Tarif 6<i. (93 mins ) Via Bishops I?d., Praed St., Marble Arch, Gros-venor Place, Vauxhall Cross, Kennington Park, Camberwell Green, New Cross, Lewisham High Street. 71 ISLEWORTH & PECKHAM. " ' Tout. s le 10"mins. Tarif? 8d. (105 mins.) Vi* St. Mar?arets R<1., Richmond Bdg,' Upper Richmo d ' d., Wandsworth High St., St. John's Hi'l, Battersea Rise, Acre Lane, Effra Road, Half Moon Lane, G ove Vaîe, Rye Lane Hill Street. 77Af RICHMOND & HERNE HILL. J ' Toutes les L0 mins. Ta if 6d. (64 mins) Via môme i inéraire que le No. 37 entra ce3 deux points 37A* KAMPTON^ COURT & HERNE Toutes les 10 mins. Tarif 7d. (98 mins.) Via Chestnnt Avenne, Church Rd., Cross Deep, Riehmond Road. thençp ai No. 37 7Q VICTORIA STATION & LEYTON J0 GREEN. Toutes les 4 mins Tarif 5d. (67 mins.) Via Gr svenor Pl., Piccadilly. Cambridge Cir., Roeeberv Av., Ange', E^sex Rd.,Balls Pond Rd., Graham Rd., Mare St., Hackney, Clapton, Lea Bridee Rd. Une liste complète de tons les itinéraires en service ( st envoyée sur demande à L'Advertisin t Dept., The London General Omnibus <Co.,Ltd., Elec'ric RaSlway House, 94 Broadway, Westminster, S.W. lo ger, ça ne nous intéresse pas ; donnez. >e_ nous des bruits de couloir des chambres et des détails sur les discussions des a- groupes politiques." La grande politique étrangère d'où dè pendait l'avenir du pays, ça ne les in-st téressait pas. Des potins de couloir ei la des cancans de groupe, à la bonne heure. !s ça les passionnait. Quelle mentalité ! El [e les journaux ne faisaient rien pour réa> gir contre cette tendance lamentable. ;s Nous en sommes aujourd'hui bier jr punis. Essayons de nous rattraper en des-e sinant au fur et à mesure les silhouettes ( de ces ennemis du dehors contre lesquels nous devons lutter chaque jour. m Pour le moment deux de ces ennemis qui " travaillent " de l'autre côté de l'Atlantique à essayer de fausser l'opinion des Etats-Unis sont l'ambassadeur d'Allemagne, le comte Bernstorff, et son collaborateur, Dernburg. Le comte Bernstorff est un diplomate actif, très intelligent mais sans scrupules et d'une arrogance toute prussienne. Dès avant la guerre il s'était assuré le concours de plusieurs grands journaux américains où, au début, il multipliait les - articles, les informations et les inter-i views où la vérité était naturellement dé-i figurée. L'ambassade de Washington avait été transformée en une succursale - de l'Agence Wolff. Depuis, des observa-s tions lui ont été faites par le gouverne-t ment américain qui trouvait que ses i mensonges étaient trop violents et finis- - saient par compromettre les bonnes re-t lations avec les neutres ; le zèle du diplo- - mate prussien s'est un peu ralenti. Son collaborateur dans cette œuvre - quotidienne de fausses nouvelles est M. - Dernburg, ancien secrétaire d'Etat aux -^colonies ; c'est un homme dont l'acti- SSème annee. No. 345.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes