L'indépendance belge

321 0
23 september 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 23 September. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 13 augustus 2020, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/6688g8gd65/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

L INDÉPENDANCE CONSERVATION PAR LE PROGRÈS BELGE . . V r ROVAU ïVIE-OKïî f PENNY - LE NUMERO j CONTINENT. ,- ts CENTIMES l HOLLANDE*. , . ^ ..6 CENTS ■ ' - - ADMINISTRATION ET RÉDACTION : - BUREAU A PARIS : TUDOR HOUSE, TUDOR ST.. E.C. « 11. PLACE DE LA BOURSE TÉLÉPHONE:-CiTY 3960 TELE.: 311-57 et 238-75 LUNDI 23 SEPTEMBRE 1918 En vente à Londres à 3 h. le Samedi 21 septembre f 3- MOIS. 9 SHILLINGS, ABONNEMENTS |,6 MOIS. 17 SHILLING ci. LA SITUATION La guerre Samedi midi. Cette fin de sepjéiine nous apporte, d nouveaux bulletins de victoire. E: Orient les troupes de l'Entente ont rueill de glorieux lauriers en Russie, en Mace doine et en Palestine ; en Occident L grande bataille se poursuit sans relâche les Allemands et leurs complices subis sant partout des re\ ers significatifs. En Artois les divisions britannique ont exécuté une heureuse opération lo cale au nord-ouest de La Bassée, qu leur a permis de progresser sur un fron d'environ quatre kilomètres et de trans porter leur ligne jusqu'aux villages cl Rue de Marais et de La Tourelle, tout ei taisant une bonne centaine de prison niera. Une contre-attaque allemand* dans ces parages a été repoussée aprè: un vif combat. Plus au sud nos alliés on ramené quelques captifs d'expéditions di reconnaissances exécutées au nord-oues d'Hulluch, et ont refoulé des tentative: d'avance dans ce même secteur ains qu'au nord de Lcns. ■ Sur le front d'attaque les unités dt ' l'armée Horn« ont attaqué Mœuvres qui, après avoir changé plusieurs foi de mains, est finalement resté aux Bri tanniques, les Allemands ayant éprouvs dans ces engagements obstinés des per I tes les plus sanglantes. Entre Lempire e Epeh}' les bataillons du général Byns ont repris leur offensive dans la journéi de jeudi. Nonobstant une opposition dé-I sespérée et en dépit d'un feai infernal ou-[ vert sur eux par l'artillerie lourde et lef . H mitrailleuses ennemies, les valeureuse: j ■ phalanges anglaises ont avancé sur um i ■ profondeur moyenne de deux kilomètre* ■ iron, réduisant à merci la ferme Ma ! 1 lassise, qui avait été transformée pai I l'adversaire en une véritable forteresse. . ainsi que plusieurs autres postes forti-j liés et bosquets solidement organisés fai-| sant parti de l'ancien système défensil Dans la ,région de Saint-Quentin les r ■ Français ont capturé Essigny-Ie-Grand. ■ augmenté le nombre des prisonniers fait • dans ce secteur, et hier encore ils ont accru leurs gains à l'est de ce village. e sud de l'Ailette l'ennemi a tenté de I \iolentes réactions au cours de la nuit de < ■ jeudi à vendredi. Par cinq fois ses con- [1 H tre-attaques se sont brisées sur les nou- | velles positions françaises au nord d'AI- j ■ lemant et à l'est de.la ferme Moisy. Les bataillons teutons, qui éprouvèrent des * H pertes énormes, ne parvinrent à s'assu- j: ■ >'er aucun résultat. Dans la journée de I vendredi les divisions'du général Mangin i ont encore progressé sur le plateau de la g H ferme ]\Ioisy, faisant plusieurs prison- I mers. Nos alliés ont également gagné 's |ju terrain à l'ouest d'Aizy et au nord-est . H Au nord de l'Aisne l'artillerie a déve-■ loppé des actions d'une graftde violence à e' une tentative ennemie de traverser la » enle à Jonchery a complètement échoué, it H j En Champagne des détachemenFs de H ' armée Gouraud ont pénétré dans les I 'ignés ennemies au.nord-ouest de Souain ' ?n ont ramené des prisonniers, it' , Les communiqués relatifs aux opéra-tons qui se développent sur le front de I » œuvre et de Lorraine ne nous appren-I nent pas grand'chose, bien qu'il semble i- ■ 1ue d importants mouvements se dessi-' H nen' de ce côté. Le dernier bulletin amé-. ■ ric,a'n ne signalait, en effet, que des es-s»s répétés vainement par l'adversaire j "c s in-liltrer dans les positions du géné-I ra' Pershing, tant en Wœuvre qu'en Lor-I raine. Cependant, les journaux alle-1 mands annoncent que l'artillerie à lon-I Sue portée alliée a bombardé Metz et que !• cet evénement a causé une certaine con-1 H '':rnation. La presse boche, s'empresse I ' affirmer que ce bombardement était I Possible de tout temps, mais que les Al liés ne l'avaient pas tenté jusqu'à prt sent, parce que leurs opérations dan 3 l est ne comportaient pas ce point à leu 1 programme ! | Le dernier bulletin de Rome signal . une grande activité d'artillerie en diver j points du front méridional et une. noi Velle: attaque ennemie, repoussée ave . perté, au sommet de la \ allée du Serer au nord du Mont Grappa. En Macédoine l'offensive alliée pren "les proportions d'une brillante \ ictoire j Le 17 et 18 septembre les troupes Irancc l serbes et yougo-slàves ont lar'geme| étendu leurs succès. Les divisions bul a gares engagées sur le front d'attaque on ' battu en retraite sur la Tcherna dans 1 plus grand désordre, poursuivis de pré , par les Serbes. Ces derniers ont a'ttein ' ce cours d'eau et ont capturé la zon ~ montagneuse de Gyurov Kainen et 1 [ Chazerna, et ont traversé la Tcherna ^ Belashnitsa pour transporter leur lign au delà de la région de Rozhden, aint j que du massif des Blatets. L'ennçmi évacué la rive gauche de la Tcherna où il a incendié ses dépôts ,ef ,se ' camps. Toutefois, nos alliés se sont cm 1 parés d'un vaste butin abandonné pa ' lui et ont-capturé plus de 5,000 prison niers, ainsi que 10 canons, ce qui port à 10,000 officiers et soldats, et à 70 ca nons, les trophées cueillis jusqu'à pré ' sent sur ce front. Le 18 septembre, à 5 h. du matin, le divisions britanniques et grecques on ïléclenché une attaque de style sur le positions bulgares à l'ouest et à l'est di Ja<- Doiran. A l'ouests-du lac nos allié; ' ont capturé le système de tranchées ai ; sud de la ville de Doiran et ont avanc; 1 leur ligne d'environ deux kilomètres. Di -c,\ »tes contre-attaques lancées pa. l'ennemi lui ont permis de reprendre uni partie du terrain conquis sur Ta gauche mais dans le centre et sur la droite le; légions greco-britanniques ont mainteni tous leurs gains. A l'est du lac, après une avance dt nuit, nos alliés ont enlevé la ligne de; avant-postes ennemis. Au cours de ces opérations les batail Ions grecs se sont particulièrement dis tingués, et plus de 700 prisonniers on été capturés. Cette extension du fron d'attaque a pour but principal de retenii les troupes bulgares sur le front du la< Doiran et de les empêcher d'envoyei des renforts aux divisions ennemies bat tues par les Serbes. Ces derniers se son! rapprochés de 16 kilomètres de Poloshkc et sur leur gauche 32 kilomètres seulement les séparent de Prilep. Dans cette région les Bulgares et les troupes allemandes qui les soutiennent se trouven-dans les montagnes Selechka, où ils sont menacés d'être encerclés. Les opérations en Russie septentrionale prennent une excellente tournure pour les forces expéditionnaires de l'Entente, auxquelles se sont jointes les troupes loyales russes. Sur le front mour-man il y a eu récemment plusieurs rencontres entre des Caréliens et des volontaires- finlandais. Les troupes carélien-nes ont été partout victorieuses, faisant des prisonniers et prenant des mitrailleuses. Le. 18 septembre les Caréliens ont infligé une défaite sanglante aux bataillons ennemis commandés par des Allemands, à Ukhtinskaya, à environ 16C kilomètres à l'ouest de Kem et à 6'4 kilomètres de la frontière finlandaise. Dans ce combat l'adversaire, qui fut mis en déroute, subit des pertes considérables, tant en hommes qu'en matériel. En Palestine le général Allenby a remporté un très gros succès contre les Turcs. Nous donnons, d'autre part, des détails sur cette opération, qui fut admirablement conduite, nos alliés se déployant avec une telle rapidité qu'ils menacent de couper l'adversaire de ses principales bases de communications. I OPERATIONS NAVALES Steamer français torpillé j ■ steamer "Amiral Charner," de 1. ('l)mpagnie des Chargeurs réunis, allan fje Bizerte à Malte avec un chargemen s ■ rl,\chevaux et de matériel, ainsi que d' I l'^ssagerrs -de diverses nationalités, a éfa | '"pillé le 13 septembre. Six personne 1 H s.°nt manquantes. Quoiqu'atteint pa "Ux torpilles, le navire resta à flot peu I '"Nt trois heures après l'attaque; li H ,'jUs"®ttrin ne fut pas aperçu. OPÉRATIONS AÉRIENNES L'activité britannique i Le 19 : Nuages et vent violent; 2 aé- t ropl-ane® ennemis abattus et un dé sera- ^ paré. Aucun appareil britannique n'est , manquant ; 5 tonnes et detnie de bombes 7 lancées. Vol impossible la nuit. " Aux tableaux antérieurs, il faut encore ' ajouter un aéroplane ennemi descendu par l'artillerie dans la soirée du 18. ; Nouvel aéroplane allemand Des patrouilles aériennes françaises si gnalent l'apparition d'un nouveau tyj d'aéroplane allemarid trèe rapide < d'une grande mo'bilif de manœuvre. As français manquant s Le lieutenant- Boyea® qui avait a so r actif 35 victoires, est manquant. : ÏH PALESTSNE c Sanglante défaite turque > Dans la nuit du 18 septembre k . troupes du général Allenby ont déclencli une attaque générale sur le front enti le Jourdain et la mçr Méditerranée, j L l'est de la route de Jérusalem à Sichei - les divisions britannique? et indienne t ont avancé et coupé les voies d e communications turques partant d s Sichem vers le sud-es! Le 19, à 4 h. 3 L du matin, la principale attaque, à h c quelle participèrent des troupes frai e çaisets, fut lancée après un bref bombai 1 dément, entre Rafat et la côte. L'ir e fanterie fit des progrès rapides, ayaut dé j passé à 8 heures du matin, sur ce front r, tout le système défen-if ennemi, et péne tré sur une profondeur maximum de s kilomètres avant de >"élancer vers l'est . Les. dernières informations indiquen r que-la' jonction de chemin de fer de Tu' ~ Kefam a été occupée par l'infanteri 2 dans l'après-midi, alors qu'une brigad de cavalerie légère australienne avai atteint-Je chemin de fer et la grand'rout de Tul Keram à Messudieh, dans le voi s sinage d'Anebta, coupant d'important t détachements de l'ennemi en retrait s avec canons et transports. x Au même moment, une puissante oc , lonne de cavalerie britannique et in l dienne, ainsi que des troupes austra v liennes, se dirigeant vers le nord, .dans 1 plaine côtière, s'emp.-.raient de -la jonc * tion de î)-udeira (L.'jc.tera), à plus 30 "kilométrés de leur point de départ A l'est du Jourdain, un fort détache ' ment de troupes arabes du roi de l'Hed jaz, descendant sur la jonction du che min de fer turc de Deraa, arrachèrent le voies de cette ligne conduisant de ce cen ' tre vers 1-e nord, le sud et l'ouest. ' ' Des unités navales coopérant à l'a vanoe déblayèrent les routes côtières ; Vaide de leurs batteries. Les opérations continuent. Le 19 à 8 heures du soir, plus de 3.001 prisonniers avaient été comptés, de nom breux captifs étant constamment amenés D'énormes quantités de matériel ont éga lement été capturées, mais n'ont pas en oore pu être inventoriées. ' L'OFFENSIVE DE PAIX L'impression en Belgique occupée , La Haye, 18 septembre. Des nouvelles parvenues de Bruxelle: donnent d'intéressants renseignement, sur l'accueil.fait par la population belge à l'annonce des offres de paix de l'Aile magne. Les journaux de la capitale qui sont rédigés par des créatures de Ber lin, ont publié la nouvelle en gros carac tères avec des manchettes sensation nelles. On espérait évidemment frappe; l'imagination populaire et exploiter le sentiments de lassitude'que les souf frances endurées pendant ces quatre années d'occupation ont provoqués dan; toutes les classes sociales. Bruxelles a opposé à la manœuvre aile mande le même dédain, haut et calme qu'il avait gardé au' mois d'août 1914 à l'heur© où les troupes ennemies en traient eians la capitale. Ainsi qu'à ce moment, il n'y eut aucune explosion de colère, il n'y eut hier, ainsi qu'alors, aucun© manifestation d'acquiescement En 1914, les troupes allemandes défilèrent dans les rues toutes portes, toutes fenêtres cdoses; hier, la tentative poui influencer la population se heurta à une indifférence glaciale. Des nouvelles analogues parviennent de Gand, d'Anvers et des principales localités des Flandres. — (Le Temps.) Inutile hypocrisie L'Allemagne, après avoir préparé avec l'Autriche le coup de .la note autrichien répond officiellement à cette note et transmet au monde le texte de sa réponse. Elle dit que la démarche de l'Autriche correspond à l'esprit de conciliation dont a toujours fait preuve la quadruple alliance; tout en constatant que des démarches de ce genre n'ont pas rencontré d'écho auprès des puissances ennemies, elle exprime l'espoir qu'il en sera autrement cette fois, et informe l'Au- e triche que l'Allemagne est prête à parti-ifc ciper à l'échange do vues proposé. Nous le savions, farceurs ! La sincérité de l'Autriche n J.)e 1' "EVening Standard," à propos du récent discours de Czernin : "Le comte Czenûn est un homme intelligent, aussi "Hun" de cœur que n'importe quel "Junke-r," mais doué de manières et d'un parler suave. "Il y a environ un an, le comte Czer-:S nin, alors ministre des affaires étrangère"-d'Autriche-Hongrie, étonna le monde par un discours que le Président Wilson pourrait fort bien avoir rédigé: doux et raisonnable, respirant la charité et la n bienveillance envers l'univers, plein de s nobles aspirations vers une fraternelle e Ligue des Nations et le règne de l'éter-e nelle concorde. 0 "L'Autriejhe se trouvait alors en mau- - vaise posture. Mais un mois ou deux plus i- tard, survint le grand succès de Capo-•- retto et Czernin prit le ton d'un vain- - queur. Plus tard vint l'offensive d© mars et les vues de Czern'n devinrent impos- :, sibles à distinguer de celles du Kaiser. - Maintenant que la situation a tourné 8 à notre avantage, le même Czernin rou-. coule de nouveau des choses suaves sur t la Ligue des Nations, tandis que.Burian, - le bureaucrate réactionnaire qui dirige e les affaires étrangères d'Autriche, pro-e pose un calme échange de vues. t "Il n'y a qu'une seule manière de e traiter toutes les déclarations des diri- - géants allemands et autrichiens, c'est de s se refuser à croire tout ce qui émane e d'eux." CONFERENCE DES ; TRAVAILLEURS INIER-ALLIES , " La conférence des travailleurs et. so-«ireïàlistes inter-alliés a tenu hier sa séance _ de clôture. Après un débat mouvementé elle a _ adopté une déclaration combinée dont g voici les principaux points : (1) La guerre est un conflit entre les institutions autocratiques et démocrati- - ques. 1 (2) Les travailleurs feront tout ce qui est en leur pouvoir pour chasser l'ennemi du territoire occupé. •* (3) Les travailleurs s'opposeront aux forces ennemies aussi longtemps qu'elles • obéiront à leurs gouvernements militaristes.(4) Les travailleurs acceptent les 14 ^ propositions établies par le Président " Wilson, qui confirment leur propre mémorandum dans tous ses points essentiels.(5) Les gouvernements- alljés devraient-adopter ces principes par une déclaration politique collective. ; (6) Les travailleurs devraient être re-i présentés au congrès de la paix des gou-i vernements belligérants et tenir en même temps un congrès international des travailleurs. ' (7) Les travailleurs sont hostiles à tous traités secrets et à toute continuation de la guerre pour des buts qui ne . concorderaient pas avec les 14 proposi-} tions du Président Wilson et leur Mémorandum sur les buts de guerre. . (8) La conférence exprime sa satisfac-, tion au sujet des réponses des socialistes bulgares, hongrois, et autrichiens'au mémorandum précité. (9) Elle exprime son regret profond de la réponse des socialistes majoritaires allemands, qui crée'un obstacle à la ré-, union d'une conférence internationale. M. W. J. Bowen (Amérique), notifia à la conférence qui si une autre conférence, à laquelle des délégués ennemis seraient admis, était réunie pendant la , guerre, les représentants des Etats-Unis . n'y assisteraient pas. LES EVENEMENTS EN RUSSIE Les Cosaques du Don Un télégramme de Kieff à la "Kôl-nigehe Zeitung" dit que l'assemblée de l'armée du Don, qui s'est terminée le 13 septembre, a adopté une résolution approuvant la politique d© l'Hetman Krasnaff envers les Puissances Centrales, basée sur la satisfaction des intérêts mutuels, sans englober la région du Don dans la lutte pour ou contre l'Allemagne. De plus, la résolution fait bon aecueil aux intentions d'améliorer les relations avec l'Ukraine, exprime sa sympathie à l'«armé© de volontaires qui, avec celle du territoire du Don, combat conjointement les Bolshévistes ; demande des relations ,- oa- nn i i di n lh'jo plus étroites' avec le- teimfcoire. Kuban etr La formation d'un Etat Unique des districts de Don, ds Klihan de Ijjeïeii et, d'autres parties de la. Russie méridionale... Le généralissime tchèque Le ministre de Russie à Stockholm a reçu la dépêche suivante, eiatée d'Omsk le 14 septembre : "La Douma territ-orïale-a commencé à siéger le 10 septembre. L'état-major a été transféré à Tomsk. "La mobilisation s'effectue d'une manière très satisfaisante. "L'ordre est général. "De général ïvanoff a été nommé généralissime de l'armée sibérienne et a repris ses ©paillettes." Les Tchécoslovaques s'emparent de Perm On annonce la prise de Perm par le-3 Tchéco-Slovaques. D'autre part, le gouvernement de Samara a été transféré à | Oufa. AUTOUR de la GUERRE ESPAGNE — Un arrêt s'est manifestement pro* d^iit dans les négociations entre l'Espagne et l'Allemagne à propos du torpillage des bateaux espagnols et d© la récente note espagnole. IL semble que contrairement à ce qu'on avait annoncé, l'Allemagne s'oppose formellement à accorder compensation à l'Espagne en lui permettant d'employer les ; bateaux allemands internés. Comme î'Espagn® a absolument besoin de nayires, elle va devoir insister, et des diseussiorts sérieuses peuvent s'ensuivre. FRANCE — Un© collision de trains a eu dans 1© tunnel de Paey, sur la se Dijon-Laroclie du Paris-Lyon-Méditer-ranée. Il y a une cinquantaine de victimes dont au moins 30 morts. — L© gouvernement français vient de publier dan-s un "Livr© Jaune" le traité d'Alliance franco-russe. Ce document-prouve formellement que le caractère d© cette alliance était essentiellement dé»,i fensif et dément les ragote ennemis, affirmant que les ace»rds franco-russes étaient de nature à menacer l'Allemagne' d'une guerre offensive. GRANDE-BRETAGNE — Une grève des ouvriers de l'indus«> trie du exJton qui avait éclaté à Manchester, se terminera lundi, les ouvriers' ayant accepté la solution proposée par M. Lloyd George. La grève des ouvriers d© chemin de fer, qui paraissait imminente, sera évitée grâoe à un arrangement qui vient d'être, conclu. RUSSIE — Le gouvernement des Soviets a re» quis les représentants diplomatiques de l'Entente de quitt«r immédiatement la Russie, dit un télégramme dé Berlin à la "Weser Zeitung." Cette nouvelle confirme la nouvelle attitude adoptée par le gouvernement des Soviets, qui s© rapprochant de plus en plus de Berlin, a mis un frein aux massacres de ses adversaires russes, et concentre son activité à' la persécution des sujets de l'Entente. DERNIERE HEURE Vifs combats au front belge. Avec un© âpreté farouche, les Alle-^ mands disputent aux Belges les positions enlevées par le détachement d'assaut dans la nuit du 10 au 11 septembre*, d€ part et d'autre, de la route'de Kippe. s Dixmude. \ - Il y a deux nuits, les Allemands attaquèrent en force les garnisons belges installées sur le terrain conquis sur un large front, tant au nord qu'au sud. ; Ils échouèrent complètement. Le3 "stosstruppen" furent littéralement décimées par le feu de l'artillerie et de l'infanterie et ne purent même pas aborder nos positions. Au centre seulement après de furieus assauts l'ennemi parvint à pénétrer dan: - quelques postes, mais dès la soirée du 18, les Belges contre-attaquèrent. Après un© heure de durs et magnifiques combats, les troupes belges ont réoccupé tous les postes, ont fait une trentaine de prisonniers et capturé 2 mitrailleuses. Tout ce qui restait de la garnison allemande a été tus. 8§«i. année i 'Sko. 22¥

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Oorlogspers. Uitgegeven in Londres van 1914 tot 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes