L'indépendance belge

1459 0
23 februari 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 23 Februari. L'indépendance belge. Geraadpleegd op 06 juni 2023, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/t43hx16z52/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

d9e année • L'INDÉPENDANCE NO 47 ROYAU8VŒ-UIMI : ONE PENIMY BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE ; 5 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION : , TUDOR HOUSE. TUDOR ST.. B.C. 4. TELEPHONE: CITY 39E0 BUREAU A PARIS: 11, PLACE DE LA BOURSE. TELE.: 311-57 et 238-75 SAMEDI 23 FEVRIER 1918 En vente à Londres à 3 h. le vendredi 22 feVPÎet f3 MOIS, 9 SHILLINGS. ABONNEMENTS ; ] 6 MOIS. 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. Il AN, 32 SHILIÎINGS. hm——MMMEgmMecaaBgMj—■a«»'anift'Tgtr«m]^m»!mj—anTTmTTTWiTnni n m n—w—ii mum innim i LA SITUATION Vendredi, midi. La situation dans l'ouest est toujours la même. Plus se' prolonge l'expectative du mouvement offen'sif ennemi, annoncé pour le début de février et qui à fin de ce mois reste encore à venir, plus h fièvre de l'attente s'empare de not troupes bien décidées pour la *lutte stprème.. Pour l'instant l'activité se borne toti-j-mrs à des raids plus ou moins audacieux, qui de part et d'autre, permettant dp prendre des prisonniers, informateurs précieux sur les dispositions et les préparatifs de l'ennemi. Hier matin encore les troupes neo-zélandaises ont exécute un heureux coup de main à l'est du Bois dt Polygone, et les Français, qui la veille avaient fait 525 prisonniers dans 1 attaque surprise au nord de Bures en Lorraine, ont par un feu nourri de leur aitillerie, tenu en échec-l'avanee d'cclair-ei'rs ennemis, au nord-ouest de Reims. L'élargissement du front britannique à l'est de Saint-Quentin a eu pour premier résultat de rendre disponible à d'autres fins, un certain nombre de divisions françaises. Cette extension s'est accomplie sans que l'ennemi puisse l'en tiaver de la moindre façon, rien de cei. immense travail n'ayant été aperçu par ses observateurs. Les troupes .britanniques prennent ainsi chaque jour une part plus grande aux opérations .dans lesquelles elles s'assurent des succès appréciables, tels ceux obtenus par les troupes du général Allenby en Palestine, où une nouvelle offensive à porté nos Alliés a six kilomètres de Jéricho. Sur -le front .-méridional,, l'activité eombattive reste modérée et se limite à des actions intermittente d'artillerie dans le Val Gîudicaria (à l'ouest du lac de Garde) et à l'ouest du Yal de Brenta, amsi qu'à des rencontres de patrouilles. Par contre les aviateurs ont repris fiévreusement leur besogne, les Italiens et les Britanniques bombardant des objectifs militaires ennemis, tels les camp--a'aviation de La Comina, d'Aviano, de Vispadello, de Motta d.i Livenza, et la gare d'Innsferuck, les Austro-Allemands, fidèles à leurs méthodes bar-1 ares, s'attaquant aux villes ouvertes et jetant des bombes incendiaires sur les trésors artistiques de Padoue, de Vi-cence, de Mestre, et de Vénise. L'ours russe, livré à l'Allemagne par ïrotsky et consorts, n'offre aucune résistance au Teuton. Alors que les régiments allemands cantonné^ à l'île de Mqon, ont traversé le Sund sous glace pûur pénétrer en Esthonie et. occuper Lsal, les autres groupes d'armées allemands ont continué leur marche-parade vers Pétrograd, Moscou, et Kieff, sans essuyer un coup de feu ou peu s'en faut, s'emparant de tout ce qui est bon à prehdre en cours de route. Au dernier inventaire cité par les Teutons, le nombre des . prisonniers capturés depuis la rupture de l'armistice atteint près de lb,000 hommes dont un général com-1 landant d'armée, plusieurs commandants divisionnaires, et 425 officiers ù autres rangs. Le butin de guerre comprend 1,353 canons, 120 mitrailleuses, 5,000 automobiles, 1,000 wagons, p'usieurs chargés de vivj-es, des aéroplanes, et une' quantité incalculable de Biatériel de tout genre. L avance des Allemands en Russie edntinue comme on devait s'y attendre : 'a trahison a ouvert les portes et l'ennemi se hâte. Il a trouvé dans les Bolshévistes des associés comme jamais l'Allemagne n'en avait pu espérer. Trotsky, dès qu'il fut à l'abri à Tsarskoïé-Sélo, fit connaître le traité secret que lui, l'enne-nenii déclaré des pactes secrets, avait discuté avec l'Allemagne,dans lequel celle-ci réclamait 20 milliards d'indemnités. Ni annexions, ni indemnités : nous sommes loin de cette formule. L'Allemagne va tenir dans ses griffes Pétrograd et une c.emi-douzaine de provinces russes, et oe sera 1 occupation militaire 'pour nombre d années, ce sera la Russie vassale du Kaiser. Les Bolshévistes sentent maintenait la responsabilité formidable qui pesé sur eux et ils s'adressent au peuple russe, reconnaissant hautement que "dès que la classe ouvrière allemande montrait a cette heure critique qu'elle manquait de ferme résolution et d'autorité suffisante pour arrêter la main criminelle de son propre militarisme, nouë n'avions - I plus, disent Trotsky et Lénine, que le choix d'accepter les conditions de l'impérialisme allemand, jusqu'au jour où une révolution les modifiera ou les annulera.-Et en attendant que vienne le jour fameux de la révolution en Allemagne, "ce que l'on ne saurait prévoir avec certitude," les Commissaires du Peuple en Russie adressent un appel à tous les Soviets locaux et aux organisations de l'armée "pour arriver par tous les moyens à reconstituer l'armée. Tous les éléments pervertis, les maraudeurs et les lâches devraient être écartés de ses rangs et, en cas de résistance, exécutés." • Il est bien temps, quand la trahison permet aux Allemands de faire 10,000 prisonniers et de s'emparer d'un butin immense, dont 1,300 canons, en quelques jtfurs. 0 L'Autriche-Hongrie et l'Ukraine ont «igné un accord'qui compléterait et expliquerait le traité de paix en ce qui concerne l'annexic* du district polonais de Choira. D'après ce «./.iveau traité le district de Cholm ne serait pas nettement annexé à la République de l'Ukraine, et son avenir sera décidé par une commission mixte qui tiendra compte du vœu des populations. * Cette addition au traité est un réel expédient trouvé pour tâcher de calmer les Polonais d'Autriche. Le Dr Seidler en faisant part au Reichsrath de la conclusion du traité de' paix avec l'Ukraine, insista vivement sur l'utilité qu'il y avait à s'assurer les richesses alimentaires de l'Ukraine, et déclara que l'Ukraine ayant posé la cession du district de Cholm comme condition de la signature de la paix, il eût/ été ira p'ar-~ donnable de faire échouer les négocia-. tions en repoussant cette condition. Le Dr Seidler a annoncé également que la guerre entre-1'Autriche-Hongrie et la Russie était terminée, ainsi que le gouvernement de Pétrograd l'avait d'ailleurs déclaré. L'expédition militaire ( allemande à laquelle, d'accord avec notre allié, nous avons -décidé de ne pas pren- , dre part, a pour but, a-t-il ajouté, de . sauver de la destruction certaine les lia- . tionaux allemands d'Esthonie et de Li- : vonie qui ont lancé des appels de dé- , tresse ! Les Polonais n'ont pas été complètement rassurés par les déclarations du Dr Seidler et la situation paraît se compliquer. On sait que l'Autriche avait témoigné toutes ses sympathies aux Polonais. L'Empereur Charles n'avait-il pas déclaré que l'Autriche et la Pologne de demain seraient deux Etats frères? M. Czernin avait, de son côté, hautement ; approuvé le message du PrésMent Wil-son, préconisant la réunion de tous les territoires polonais. Or voici qu'est venu le traité de l'Ukraine, démembrant la ; Pologne et annexant un huitième du i royaume polonais. Ce traité a reçu l'approbation de l'Empereur Charles et il a été discuté par Czernin, lui qui promet- • tait encore aux Polonais, en janvier dernier, une solution favorable à tous < leurs desiderata. C'est donc une volte-'* faoe complète; c'est, en réalité, la sou- ■ mission complète de la cour d'Autriche' , vis-à-vis de l'Allemagne. , Naturellement, tous les partis polonais : protestent et leur opposition, jointe à : celle des Tchèques, va mettre le cabinet ; de Vienne dans une difficile situation. Mais il paraît que c'est à la manière forte : que l'on aura recours. On annonce, en effet, que l'Empereur Charles est décidé à gouverner sans le concours du Parlement, en invoquant l'article 14 de la : Constitution autrichienne, et en impo- ; sant sa volonté jusqu'à oe qu'une ma- ■ jorité puisse assurer le vote du budget ] provisoire. Mais l'opposition ne se tra-duira-t-elle pas alors plus énergique-ment?"L'Empereur Charles paraissait certes mieux avisé quand, ,en arrivant au trône, il reconnaissait la nécessité d'un gouvernement démocratique, et la solu- 1 tion qu'il adopte pour le présent conflit ( pourrait bien entraîner de graves consé- j quenoes, que nous verrions d'ailleurs < avec satisfaction. e * La réponse de l'Allemagne aux plaintes £ de l'Espagne a été, en somme, une fin de 1 non-recevoir. L'Allemagne attend le ré- < sultat des élections, pour lesquelles ses agents auront sûrement donné tous leurs i efforts. Nous espérons que ce sera en vain. I LA GUERRE EUROPEENNE OPERATIONS AERIENNES Les travaux de l'aviation britannique Le major Baird, en déposant le premier budget du ministère de l'aviation à la Chambre des Communes, a donné quelques détails suggestifs sur les travaux accomplis par les aviateurs. C'est ainsi qu'en un jour de l'année dernière, 127 batteries ennemies furent attaquées avec suqcès sur le front occidental sur les indications des observations aériennes ; 28 canons furent détruits, 80 furent endommagés et- 60 explosions furent provoquées dans des dépôts de munitions. Le même jour, trente-quatre batte.'ies furent également attaquées avec srcc& sur les indications de nos ballons captifs. En septembre dernier, sur le front occidental, 15,837 clichés photographiques ) ont été pris dans ies airs. Le même mois, 7,886 bombes ont été jetées dans des apératiôns de peu d'étendue sur le front Secidentâl, non compris l'Italie. En oc-tc bfe le nombre de bombes jetées fut de ! 5,113. Le poids total des bombes jetées ] au cours de ces deux mois.est de 238 ' tonnes. ' < En décembre dernier, 123,000 balles 1 an* été tirées dans l'attaque, par la voie 1 des airs, de troupes ennemies en marche ' du dans les tranchées ; en janvier,- ■ 209,000 balles ont été employées au : même usage. Les aviateurs britanniques ont exé-:uté 11 raids en Allemagne depuis le , 1er décembre, alors que l'ennemi n'est ( .aaivenu à effectuer que huit raids sur la ; jr_ande-Bretjign< < malgré le fait que • Londres est un "objectif beaucoup plus \ :acile à atteindre que n'importe quel but , sur lequel nous pourrions opérer en Al- ; emagne. , Garros et Marchai en Hollande Suivant les "Nouvelles" de La Haye, e lieutenant Garros, un des "as" français les plus valeureux, et le lieutenant Marchai, qui survola Berlin en 1916 et ]ui fut contraint d'atterrîr à 'quelques 1 mètres des lignes russes, se sont échappés d'Allemagne et sont arrivées en Rolande.LES MANŒUVRES AKTIVISTES I * Selon des nouvelles venues de Belg-i- : que occupée, les autorités allemandes du uvernement—général sont de plus en { plus inquiètes de l'extension et de la vigueur du mouvement d'opposition spontané de la population flamande contre -1 [es intrigues des aktivistes. Les fonctionnaires allemands entretenaient de- 1 Duis longtemps les autorités et le gou- ! pernement allemand lui-même dans l'il- 1 .usion que le mouvement aktiviste ren- < montrait des sympathies populaires una-aimes et que le démembrement de la j Belgique se ferait en quelque sorte de ^ soi-même. ( Présentement, par suite de l'énergie 1 îxtraordinaire des Belges, tant du peu- ' oie que les autorités constituées et des igsociations, cette supercherie est démasquée et malgré que toutes les libertés l'opinion, de presse et de réunion soient suspendues en Belgique occupée, la vérité se fait jour jusqu'en Allemagne, jrâce à la presse alliée et neutre. Berlin commence à se méfier et fait 'aire des enquêtes pour contrôler les rap-oorts que Bruxelles lui envoie. Toutefois on ignore encore si le groupe des adversaires de l'aventure sans ssue, où la politique allemande s'est en: imagée, sera assez fort pour dominer les ] sartisans de l'emploi de la force et de 'imposture. ] LA CONFERENCE SOCIALISTE < INTER-ALLIEE ! . ( M. Albert Th'ômas, en faisant connaî- 1 rque quelques délégués du Parti so- i ialiste français et de .la confédération s générale du travail n'avaient pu arriver j •ncore, déclara que le Parti socialiste c :t la confédération avaient eu depuis la guerre, non seulement une action parai- s èle, mais souvent même une action c :ommune. Parti socialiste français j dent presqu'unanimement d'adhérer à 2 me politique basée sur le Mémorandum 1 iritannique. J'espère, a dit M. Thomas, que la confédération du travail partagera notre point de vue ; certes, des imendments seront proposés par divers iélégués, mais le Mémorandum constipe une base excellente ; nous avons à stouver que nous sommes capables de :aire ce que les gouvernements n'ont pu faire. Ils n'ont pu produire un accord commun sur les buts de guerre ; à nous d'arriver à un accord sur les buts de 3aix, en partant d'un seill point de dé-aart, le droit. En partant de ce principe; lous pouvons espérer arriver à une poli-ique commune qui sera si interationale, si humaine, que les socialistes et les travailleurs des pays ennemis pourront .'accepter. M. Albert Thomas, qui avait été nom- , mé président du Comité de publicité et de rédaction-, est devenu membre de la Commission territoriale et a été rem-Dlaoé par M. Cachin. LES EVENEMENTS EN RUSSIE L'invasion L'invasion se poursuit, de la Baltique usqu'au Bug. En Esthonie, l'ennemi a )énétré de 32 kilomètres vers l'intérieur ; în Livonie, Wenden est dépassé; au :entre, entre Dvinsk et Pinsk, il y a jin rouvement général vers l'est; Minsk :si pris, ce que donne aux Allemands le x ntrôle de la jonction de$ lignes vers VIoscou et vers le sud; au sud l'ennemi i occupé Rovno. • ( Aide allemand en Flandre Quatre navfres sont arrivées d'Alle-nagne à Vasa avec des provisions, des ( :avaliers finlandais avant servi en Alle-nagne, des volontaires allemands, ] L00,000 fusils, un grand nombre de mi- ' railleuses, des canons de campagne et ' les munitions. On s'attend maintenant i une forte offensive de l'armée des gar-les blancs vers Tammerfors et Viborg. La reddition des inaximalistes Cinq, des Commissaires du peuple ont /oté pour la soumission aux conditions dlemandes, quatre ont voté contre. Lé-line fut le- principal avocat de la sou-nission.Un général assassiné Le général Yanushkevitch, l'ancien :hef de l'état-m'ajor général, qui était :cnduit' à Pétrograd sous escorte, a été ué à coups de fusil dans le train par des gardes rouges. AUTOUR de la GUERRE ALLEMAGNE 8 — On dit que les usines Krupp, pour c ;e mettre à l'abri des raids aériens, construisent de nouvelles installations sous t erre. • 1 3HINE 1 £ — La peste pneumomque continue ses Drogrès en Chine ; elle a fait son appari- J ■ion à Paq-ting-fu, menaçant ainsi Pékin ■V Tien Tsin- La mortalité est énorme, c ESPAGNE — On continue à échanger des notes I intre l'Espagne et l'Allemagne au sujet I lu torpillage de navires espagnols ou de îavires étrangers dans les eaux espa- h ;noles. Entretemps on apprend que le t econd secrétaire de l'ambassade aile- -e nande à Madrid subsidiait les fauteurs -v le désordre et les chefs de la propagande J-mti-royaliste. On annonce aussi que l'Es- ■ >agne a obtenu le rappel de l'attaché na-'al allemand à Madrid, l'organisateur 1 les opérations sous-marines allemandes ■" :n Espagne. ETATS-UNIS —: Dans 1' "Evening Standard," sir ?. E. Smith, revenu d'une mission en A Amérique, où il a pris la parole dans s juarante-quatre réunions et accordé C )lus de cinquante interviews, parle avec d idmiration et confiance de l'aide améri- r1 ■aine; il donne l'assurance que si les Al- p iés font un dernier effort pour résister h ion seulement aux tentatives de l'ennemi s^ ur le champ de bataille, mai$ aussi à sa r: >ronagande insidieuse, l'appoint améri- ain nous apportera la victoire certaine. V Parmi les travaux activement poussés, d ir F. E. Smith signale la construction n l un nombre énorme de moteurs Liberté n >our aéroplanes et la construction de d !60 destroyers. Disons à ce sujet que q 'amiral Jellicoe, dans un speech qu'il d •ient de prononcer, déclare que le des- h ,royer est- le meilleur antidote contre les lous-marins. FRANCE — On a découvert à Saint-Etienne .oute une organisation défaitiste établie >ar l'Allemagne. Un Allemand tenant; m débit de vins dans la ville et qui comptait beaucoup de militaires parmi sa îlientèle, a été arrêté ainsi que sa femme, m Espagnol, un Suisse et un dessinateur smployé dans une usine à munitions. Des >erquisitioits opérées au domicile de oe lernier ont amené la découverte d'un locument établissant sa participation à liverses grèves et d.'un permis valable Jour toutes les zones d'armée. Le "Fi-;aro" dit que l'objet de l'organisation :tait d'amener pendant l'offensive alle-nande des troubles insurrectionnels en plusieurs endroits du district. Récemment on avait découvert aussi en France divers pamphlets imprimés en Al-emagne et incitant les Français à la ré-•olution.GRANDE-BRETAGNE — A la Chambre des Communes il a st-é déclaré que, pour les mois de îïovem-ire, décembre et janvier derniers, le îombre de navires de plus de 1,600 ton-îes construits en Grande-Bretagne et nis en service était respectivement 22, Î1 et 11, soit en tout 54. Le nombre des îavires de la même catégorie coulés pen-lant les trois mêmes mois est de 42, 75, it 30, soit en tout 147. — Le nombre de recrues acceptées au ervice dans l'armée britannique pen-lant l'aimée 1916 e.3t de 1,190,075. — Le colonel lîepiugton et l'éditeur lu "Morniug Prï."t'' ont été condamnés ih.aeùn à £100 d'-amendé et aux frais, >our avoir 1,'j.i.ii écçii, l'autre publié, un irticle malgré l'interdiction de la cen-iure.— Nous avons demandé au ministère le l'alimentation ce qu'il fallait entendre )ar l'accumulation excessive des vivres, ■n anglais "hoarding." La réponse qui îous a été faite est vague.,11 est défendu, îous dit-on, et ce depuis le 9 avril 1917, l'acquérir telle quantité d'un article (u'elle puisse, à n'importe quel moment, aire en sorte que la quantité dont on dis->ose dépasse ce qui est nécessaire pour 'usage et la consommation ordinaires du nénage ou de l'établissement qu'on di-ige. L'ordre ne s'applique pas aux arides d'alimentation produits ou fabi |ués à domicile et en possession du pr<>-iucteur ou du fabricant, ni aux maté-iaux raisonnablement nécessaires à cette iroduction. En réalité, le contrôleur de l'alimen-ation s'est toujours refusé à définir exac-ement les quantités que l'on peut con-erver; c'est aux tribunaux à juger oha-ue cas suivant les circonstances. — Lord Northclifïe a été nommé direc-eur de la propagande en pays ennemi. 1 continuera à diriger en même temps es bureaux de Londres de la mission de uerre britannique aux Etats-Unis. APON — Le vicomte Isliii, le chef de la réente mission spéciale aux Etats-Unis, ient d'être nommé ambassadeur du Ja-«n à Washington. Î.USSIE -— MM. Russanoff, Ehrlich et. Su-homlinoff, délégués des partis révolu-ionnaire-socialiste et social-démocrate, t adversaires des Bolshévistes, se sont u refufeer des passeports pour Stook-olm par le gouvernement bolshéviste. DERNIERE HEURE M. Louis Franck condamné Nous avons annoncé que le député amand Louis Franck, échevin artver-Dis,'avait prononcé à une réunion du omité national de ravitaillement un iscôurs mettant en lumière la force de ^sistance patriotique inébranlable de la opulation belge, entièrement digne des auts faits historiques de ses ancêtres, :us les dominations étrangères anté-eures.L'autorité allemande le traduisit de-ant un tribunal militaire, qui le menaça c déportation. Toutefôis, les juges alle-iands n'osèrent pas donner suite à cette lenace et le condamnèrent à une amen-e de 1,000 marks. Le jugement porte ue, étant donné l'esprit d'opposition du éputé Franck, c'est la dernière fois que l peine d'amende lui est appliquée.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks L'indépendance belge behorende tot de categorie Liberale pers. Uitgegeven in Bruxelles van 1843 tot 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Onderwerpen

Periodes