Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

789 0
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1916, 05 Juli. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Geraadpleegd op 15 augustus 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/dn3zs2m608/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ANVERS, Mercredi 5 Juillet 1916 Le numéro 10 centimes Cinquante-neuvième Année - N° 17.657 DIRECTION & REDACTION : 14, RUE VLEMINCKX, 14 ANVERS Téléphone 3761 ■■ LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centimes Émissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignomètre.— Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. AVIS routes les heures renseignées dans notre journal sont indiquées d'après l'heure de la lour. Observations météorologiques de M. F. Aglhe, opticien, rue Léopold, 51. Tl A°Ve\e "3.1 ' "4 ir-Ven.. Nord. — Prévision : Va.iable. Astronomie 6 juillet tsttXÊbM îss^I'î-l" Ifflîiïîï:;».«sau»W«:»: Haute marée à Anvers Matin Soir 6 juillet ... 8 h.45 m I 6 juillet ... 21 h m l : ::: m; 1 :: I » : ::: 22 '■ ie :: [Hauteur du Rhin Pologne 3 juillet 3.20 m. Strasbourg 3 juill. —m Huningen . 3.01 „ Laulerbourg „ Kehl 3.70 Maxau .. — „ Mannheim 5.02.. Germersheim. - „ Caub „ 3,30. Mayeuce „ 2.0,. „ Ruhrort . 2 32,, B.ngen , -.80,, Duisbourg „ 2 - Coblence ,. 3.11 „ WaldshSI . - - Dusseldorl . 2.93 .. Lobith h 11.97 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar Francfort 3 juillet 2.28 m. Hcilbronn 3 juill. 0 80 m Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodeasee Trêves 3 juillet 0 69 m. Constance 3 juill. 4.86 m. PLUS GRANDES MAREES DE L'ANNEE 1916 Coefficient Fort de hauteur Philippe Anvers lie la marée Hauteur Hauteur n juillet 0 0,99 2,48 2,49 1 août * 0,78 1,96 1,97 15 août 0 1,07 2,69 2,70 30 août *0,88 2,21 2,22 13 septembre 01,08 2,71 2,72 29 septembre * 0,94* 2,36 2,37 13 octobre o u,99 2,48 2,49 28 octobre * 0,94 2,36 2,37 11 novembre O0,85 2,13 2,14 27 novembre * 0,92 2,31 2,32 11 décembre o0,76 1,91 1,92 26 décembre * 0,94 2,36 2,37 o Pleine lune. * Nouvelle lune. Port d'Anvers arrivages du 4 juillet Steamer Wilford 111, de Tamise. » Union V, de Bruxelles. » Tournai V, de Tournai. s l'Ai) Amstertam iv, de la Hollande. Allège Georges & Maurice, de Merxem » François, de Moll. » nelly, de Hérenthals. » Nètije, de Wanize. » aurore, de. W'anzie. » De Hf.rder, de la Hollande. » Tvvee Giîbroeders, de lia Hollande. » -jan, de la Hollande. » Drie Gebrôëders, d.e la HojUànde. » Vi.if («khroi:i)i:hs, de la Holfleuidie. » a m) ries, de lia Hollande. DEPARTS DU i JUILLET steamer Wilford iii, pour Tamise. » Telegraaf IV, pour la Hollande. ■ ■ Bateau-moteur Anna, pour Boom. Prinz Eitel Frietrich, pour Gand. I Allège Stanislas, pour Calloo. ». Gaston, pour Burght. » John, pour Burght. n Gustave, pour Iloboken. VVilhei.mina, pour Hobokeu. » Tvvee Gebroeders, pour Hoboken. » st. Antoine, pour Eyckevilet. . Torpilleur, pour Bruxelles .» François-Elise, pour Bruxelles. Le RoyAL, pour Bruxelles. .> Jordaens, pour Bruxelles. » Pkaraïlde, pour Bruxelles. » Rotterdam 97, pour Bruxelles. » Glaneur, pour Ga.nd. » ëlisa, pour Gand. >f .Ionge .Iosephine, pour Gand. » Décidé, pour Gand. » Emma, pour Baelenwezel. » Bonasse, pour Ryckevorsel. ». stad Meciielen, pour Molli. » Emile, pour oeleghem. » David, pour Gtieel. > Bruxei.ij.s, pour Hassedit. » Louis 5, pour Hacconnrt. » Camille, pour Liège. Mer Houleuse, pour Liège. » Jeune Afired, pour Liège Balancelle, pour Cou.iïet. » Vii.i.a, pour St. Ghislnan,. » Quo Vacis, pour Valenci.ennes (France). » Victoria, pour la Hollande. » Franciscus a 28), pour la Hollande. » PhiLomena, pour la Hollande. » Vischhandel, pour la Hollande. » Cano, pour l'Aile magne. .lonw'XA 2, pour l'Allemagne. » Rhe.wnia 20, pour l'Allemagne. " » Kronos, pour l'Allemagne. » Valerie 2, pour l'Allemagne. chronique judiciaire Cour d'assises d'Anvers. — 3° session. — Jury La 3° session de l'année 1916 est fixée au 10 cou-k Tant. Le sort a désigné les citoyens suivants pour faire | partie du jury appelé à juger éventuellement les [ procès criminels qui pourraient être portés devant [ la Cour : Effectifs : MM. H. Ommeganck, sans prof., I Calmpthout ; Henri Cassiers, .industriel, Grobben | donck ; Séraphin Bogaert, secrétaire connu., Borger ! bout ; Edm. Stoopen, fabricant, Anvers ; Jul. De I Boeck, brasseur, Boom ; Guill. Arts, tailleur, An -vers; Fr. Van Herwegen, courtier, Anvers; Fr. Hofl-I bauer, secrétaire coinin., Niel ; Gust. Maelfeyt, mai ■ • biind de bois, Anvers ; Fr. Vande Wouwer, négo- ■ ciant, Anvers ; Fr. Van Dyck, architecte, Anvers : P. Aloyse Devel, notaire, Rethy ; Hub. Block, négo m ciant, Anvers ; Jean De Jode, commerçant, Borger-I bout ; Jos. du Bois de Nevele, propriétaire, Eecke- ■ ren ; Jacq. Devos, ébéniste, Ma lin es ; Georg. Van m. .l" Hulst, pensionné, Anvers ; Jos. Goessens, ébé-K niste, Anvers ; Eug. Bernaerts, porteur de proc., ■ Anvers; Alex. Wildiers, ingénieur, Anvers ; Jul. ■ Beeckmans, propriétaire, Anvers ; Louis Vinck, bon ■F cher, Anvers ; Arthur Matthys, bourgmestre, Borgei -i i',° Gielis, jardinier, Wavre Ste-Cathérine ; | !• r Van Lrnden, négociant, Anvers; Liévin Gevaert, ■ industriel, Anvers; Jean Gilles, notaire, Hoogstra- ■ ten ; Henri De Block, commerçant, Boriihem ; Emile I lhys, courtier, Anvers ; Jos. Wyns détaillant \n-m vers. > - F Supplémentaires: MM. Pierre Goetbloet, ingé-K uieur, Anvers ; Louis Weckx, négociant Anvers ■ I Aug. Bodts, cabaretier, Anvers; Evariste'Janssens K négociant, Anvers. N. B. — L'un des jurés dont le nom est sorti, se | trouve dans l'impossibilité absolue d'accomplir ses ; fonctions : il est décédé... bien avant que la Ie Chambre civile ne se réunit pour composer la liste! Son I successeur était même désigné déjà... Voilà des choses qu'on ne voit qu'en temps de I guerre ! 1 Le défunt en question est M. Hoffbauer. La guerre et les droits privés Dans le Chapît/re iii de son ouvrage « La Guerre I et les Droits privés», Mc Paul Wauwermans, étudie ■ les « Dommages causés par l'ennemi ». Après avoir ■ passé en revue les principes généraux et les doctri- ■ aes de la Convention de La Haye qui n'a pas créé ■ un Code de la défaite, mais fixe ce qui peut être 1; considéré comme justifié par les nécessités et les I «sages de la guerre, l'auteur s'attaque à une ques-l non fort importante, celle du Recours contre la * commune- î Les réquisitions et les contributions régulières de ! l'occupant ne doivent pas être considérées comme des charges individuelles imposées à l'habitant — elles se distinguent à cet égard des actes, de pillage — mais comme des prestations forcées s'adres-sant à une collectivité occupant une portion déterminée du territoire occupé, puisque l'occupant ne peut atteindre l'Etat tout entier. Si l'occupant s'est adressé à un habitant déterminé, il n'a pas voulu l'atteindre personnellement. Cet habitant a acquitté une dette non de ses concitoyens en même temps que la sienne propre, mais d'une collectivité déterminée. S'il a été « negotiorum gestor », c'est de la commune.Les réquisitions sont en thèse générale une charge municipale : c'est l'intervention de l'autorité municipale qui enlève à la réquisition le caractère d'acte (le pillage ou de fortune de guerre. La loi du 10 juin 1793 définit la commune : « Une société de citoyens unis par des relations locales». Cette considération suffit à justifier la jurisprudence qui admet le recours de l'habitant contre la commune sans qu'il faille invoquer cette autre que « la Communauté de droits et devoirs qui existe entre les habitants d'une même commune est plus étroite que le lien politique qui unit les différentes communes et les rattache à l'Etat ». Cette théorie fournit également la justification des recours de commune à commune, da'ns les réquisitions qui intéressaient un groupe de communes, un canton ou un district. La loi allemande du 13 juin 1873 précise que ce sont les communes qui -sont les premières tenues vis-à-vis de l'Empire aux prestations et que les arrêtés de l'autorité civile compétente, selon les lois de chaque pays, en assurent la répartition — sauf les cas d'urgence. Mais ces réquisitions - et contributions peuvent également s'adresser à une agglomération de communes et même à une ou plusieurs provinces sans division entre elles. C'est par application de ces principes que la jurisprudence — par de multiples décisions — a reconnu que lorsque certain/ habitants ont acquitté les contributions pesant sur la commune, ils peuvent agir contre celle-ci, par analogie des articles 1236, 1372, 1375, 1099 et 2000 du Code civil, et par application du principe que « nul ne peut s'enrichir au dépens d'autrui ». Ils agissent au même titre que s'ils avaient acquitté les contributions en vertu d'une convention intervenue avec l'administration communale, et sans qu'il faille s'inquiéter plus que de raison si la réquisition a été transmise et exécutée par la voie régulière de l'autorité administrative ou remise directement au prestataire, ou encore s'attacher à la régularité des formas, à la délivrance de reçus. Les seules conditions du recours consistent en ce que la prestation concernait bien une commune, ou un groupe de communes déterminées; qu'à défaut d'acquit par celui qui en réclame restitution, elle eût pu être réclamée d'autres habitants, en vertu du droit de l'ennemi de s'approvisionner surle pays occupé, ou exercée d'office ; ou qu'une amende eût pu être infligée à la commune. Les règlements de La Haye qui posent le principe que toute réquisition doit être payée, ne détruisent pas cette jurisprudence et ne transforment pas le prestataire, atteint au hasard des réquisitions directes sur le territoire de la commune, en un créancier direct d'un débiteur indéterminé. Il fait une' avance pour compte de la collectivité qui supportera les risques du recouvrement. « En attendant le règlement définitif sur lequel la doctrine n'est pas établie, une responsabilité intermédiaire est nettement déterminée, c'est celle des communes ». L'on comprend aisément que l'occupant, devant- se procurer des denrées de nature déterminée — viandes, farines, draps — se soit, adressé à un boucher, à un meunier, à un drapier ; qu'en vue d'assurer ses transports, il ait recours aux louageurs ou aux concessionnaires de transport. La commune n'eût pas agi autrement, et il est' des cas où on ne pourrait agir autrement, si une personne a le monopole de certains objets ou de certains services — tel le gaz, l'électricité, les tramways. Mais ce monopole ne peut suffire pour leur imposer une charge sans partage. Le recours est basé sur l'intérêt de la commune — considéré comme groupement des habitants — à charge de laquelle les objets ont été réquisitionnés : des lors, le propriétaire, réquisitionné dans la commune qu'il habite, ne peut exercer un recours contre la commune voisine, à moins qu'il n'établisse que les denrées qui ont fait l'objet de la réquisition ont été fournies pour compte de cette commune ou qu'elle a profité de ces fournitures. Cette preuve devrait être faite non en établissant que les denrées ont été transportées et consommées dans une autre commune, mais en démontrant qu'elles ont été requises pour suppléer à l'insuffisance des denrées requises pour cette commune. Il est, d'autre part, indifférent que le fournisseur de la prestation soit habitant de la commune : i! suffit qu'il y possède un établissement et que la réquisition ait porté sur des objets et denrées existant dans cet établissement. Ainsi, l'on a considéré comme charge communale l'établissement d'une ambulance dans une ferme né faisant pas partie de la commune, parce qu'il était reconnu ' qu'à défaut de cet établissement, l'ambulance eût du être formée sur le territoire de la commune et aux frais de celle-ci. L'enlèvement de pains et de farines, celui de fia- i nelles pour le service d'une ambulance fournirent des solutions de responsabilité identique. Jugé de même de fournitures et confection de vêtements pour les besoins de l'armée par un fabricant dont l'atelier avait été réquisitionné à ces fins, sous peine de destruction de son matériel. Un voiturier est réquisitionné pour le service d'un officier ennemi. L'attelage vient à périr au cours du transport. La commune est déclarée responsable connue conséquence de la réquisition — à laquelle était d'ailleurs intervenu le maire. II. est indifférent que le prestataire se soit lui-même procuré ailleurs les objets réquisitionnés, par exemple dans un dépôt public. Il fut jugé ainsi à l'occasion de l'enlèvement de bois dans un chantier ou dans des docks pour satisfaire à des réquisitions. Il suffit à ces décisions de constater que « les propriétaires dépossédés ont procuré à la ville un grand bénéfice et contribué à la préserver des plus dangereuses éventualités : « la ville a profité de ces sacrifices », constate un arrêt de cassation, à l'occasion de tels faits. Peu importe que la prestation ait été fournie en l'absence ou en présence et avec le concours des autorités communales. S'il est certain que la réquisition intéressait la commune, 1 intervention du maire ou. d'un employé de i administration communale n'aurait eu d'autre effet que d'engager doublement la commune. "I ne distinction entre les fournitures effectuées sur réquisition directe de l'ennemi et celles sur réquisition du maire pourrait donner lieu aux abus les plus graves, puisqu'il suffirait de l'incurie ou du mauvais vouloir de l'administration pour rejeter tout le fardeau des réquisitions sur certains habitants à l'exclusion des autres ». Les contributions de guerre à charge des communes — et. destinées à remplacer les prestations en nature — donnent ouverture à un semblable recours si elles ont été acquittées par quelques habitants. Si la contribution avait été mise par l'ennemi sur un département, une province ou un canton, le chef-lieu qui aurait acquitté la dette pourrait réclamer à chacune des communes le remboursement, proportionnel de ces avances. C'est ainsi que, par voie de recours successifs, le département de Seine Inférieure fut tenu du remboursement d'une fourniture de draps sur réquisition du préfet allemand à la ville d'Elbeuf et remboursée par celle-ci au fabricant : les juges ont tenu compte de ce que le requérant, était le chef civil de l'occupation départementale et de ce que la réquisition déclarait viser le département.. Le recours des habitants contre 1a. commune est basé sur le paiement par un seul d'une dette incombant. à la communauté : le motif disparaît lorsque l'habitant n'a acquitté que sa dette personnelle. Ainsi en est-il non seulement lorsque la réquisition l'a frappé seul comme fait de guerre, mais encore l'orsqu'il n'a acquitté que sa part proportionnelle d'une prestation. Chaque habitant doit des prestations de logement. Il ne pourra exercer aucun recours, s'il n'a acquitté que celles que la commune a mises à sa charge par voie de répartition, et sans qu'il puisse invoquer que cette répartition ne correspondait pa.s exactement à ses facultés. Il en serait autrement s'il avait fourni au-delà de cjt-te prestation personnelle pour compte d'autres habitants absents. Par application de ce principe, il a été jugé qu'un hôtelier qui avait logé et nourri des officiers de l'armée d'occupation, a raison de la vo lonté de l'occupant de grouper l'état-major en un même local, avait un double droit de recours vis-à-vis de la commune et vis-à-vis des habitants qui étaient tenus de cette prestation, à raison de la répartition que la commune devait exercer à charge des habitants. En tous autres cas,les recours d'un habitant contre un autre habitant eût dû être écarté. L'obligation de rapporter soit un bon de réquisition, soit un récépissé des objets réquisitionnés n'a même pas été considérée ...comme une condition indispensable pour exercer un recours. Le demandeur doit justifier de la réquisition comme cela a lieu en cette matière, chacun devant justifier sa demande en justice. Mais cette justification peut être faite par tous les moyens de preuve dont disposent les plaideurs, tant en ce qui concerne le fait des réquisitions qu'en ce qui touche la détermination des quantités fournies et de leur valeur. On se trouve d'ailleurs en présence d'un cas de force majeure, la guerre et la réquisition de l'ennemi, qui, aux termes de l'article 1348 du Code civil, justifie l'admission de la preuve testimoniale. Si certains objets réquisitionnés étaient utilisés par l'ennemi et incorporés à la propriété d'un tiers, le propriétaire primitif ne pourrait les revendiquer. (Code civil, art. 566.) Ainsi fut-il jugé à l'occasion de matériaux employés au -rétablisemsent d'un pont de chemin de fer. Le principe d'équité oblige en tel cas celui qui profite de cette accession à une réparation s'appré-ciant en tenant compte de l'état des •matériaux au moment de la prise de possession et des avantages retirés de la construction à laquelle ils ont servi. Le surplus du dommage constitue un fait de guerre. A rencontre des réquisitions intéressant une collectivité, les réquisitions individuelles et les amendes infligées aux particuliers par les tribunaux militaires de l'occupant ne peuvent ouvrir aucun autre droit à recours ou réclamation que celui à exercer éventuellement contre les auteurs de ces actes ; il n'existe aucune communauté de droits ou de devoirs ni aucun rapport direct entre celui qui a subi la charge d'une fourniture forcée, d'un acte de pillage et d'exaction ou a été frappé d'une amende pour un acte personnel et les autres personnes habitant la commune. Les autres habitants n'ont, de ce chef, été exonérés d'aucune charge personnelle. La cause de la prestation n'était, point une obligation leur incombant. L'industriel qui aurait, vu réquisitionner ses stocks, non pour les besoins de l'armée d'occupation, dont on aurait enlevé les machines pour les transporter dans le pays occupant, qui aurait subi la mise sous séquestre de ses biens, n'a point été atteint comme habitant de la commune. s'il s'agti d'une amende infligée à juste titre à un habitant, il ne pourra que s'en, prendre à lui-même d'avoir dû le subir ; s'il est atteint injustement, il est victime d'un fait de guerre, d'un événement de force majeure. INFORMATIONS FINANCIERES BOURSE OFFICIEUSE DE BRUXELLES SÉANCE du 4 juillet. — Il y a un peu moins d'animation aujourd'hui ; une bonne partie des ordres aurait-elle été exécutée hier? C'est possible. En tous cas, si les affaires sont plus clairsemées, la fermeté prévaut plus que jamais au groupe charbonnier, et c'est bien tout ce que l'on peut désirer pour l'instant. Le Carabinier se maintient à 630-632,50, la cap. Charbonnages Belges est soutenue à 380, Ham-sur-Sambre est bien à 380, 377,50, 375, la cap. Laura progresse encore à 1220, 1240, et la dividende a bonne contenance à 606, 605, 600 ; le Rieu-dn-Cœur s'avance à 465, 475 ; le Trieu-Kaisin est indécis à 1210. 1205 ; l'Ouest de Mon© se retrouve à 910 ; Biélaïa à 14, 13,75 est plutôt stationtiaire ; le Couchant du Flénu se tient dans- les environs de 30 ; les Houil-lères-Unies vers 560; des demandes en Bois de Mi-cheroux à 875, en Espérance Bonne-Fortune à 525, en Fontaine-l'Eveque à 3500, en Gosson-Lagasse à 1960, en Monceau-Fontaine à 6800 et en Nord du Rieni-du-Cœur à 600. En rentes et lots de ville, les bons cours précédents se maintiennent aisément. Voici les cours : Rente Belge 3 %, 70,75-72,50 ; Bons du Trésor 4 % 1917, 101 ; Bous du Trésor 4 % 1919, 101 ; Congo lots, 76 ; Vicinaux 2 1/2 % 1885 lots, 99,75-100 ; Vicinaux 3 % mai, 73,25-73,50 ; Anvers 1903, 71-71,25 ; Anvers 1887 , 82,50-83 ; Bruxelles 1905, ex-coup., 67,25-67,50 ; Bruxelles 1902, 84,75-85 ; Gand 1896, 63,25-63,50 ; Liège 1897, 62,75 ; Ostende 1898, 56,50. Les obligations industrielles gardent, un bon mouvement d'affaires. On fait jusque 496,25 em 5 % Outrée, les 't 1/2 Houillères-Unies sont bien, vers 4i7,50, les 5 % Pétroles de Grosnyi sont recherchées vers (67,50, 470 ; le Port de la Havane est en progrès à 225 et l'Argentin 1900 se retrouve à 78,50. Au groupe bancaire, on rencontre argent en Banque de Bruxelles à 945, on relève les cours de 3375, 3400 en Banque Nationale de Belgique, de 270 en priv. et de 265 en ord. Crédit National Industriel. En valeurs de transports, les prix ont généralement bonne contenance. La jouissance Chemin de fer du Congo est demandée à 330 et offerte à 350, la div. Bruxellois est en reprise de 862,50 à 875, la div. Gand est offerte à 47,50, Kazan cote 140, la cap. Tientsin est bien à 710, la fond. Financière de Transports est indécise à 1000, et la priv. Vérone est à 107,50. D'autre part, il y a vendeur en div. Mutuelle à 395, en Tasohkent à 130 et acheteur en cap. Financière de Transports à 1025. .'Au groupe sidérurgique, les transactions sont peu abondantes. Angleur se traite à 765, la cap. Baume-Marpent fait 1315, la priv. Estampage du Donetz cote encore 325 , 327,50 ; la cap. Monceau est ferme à 202,50 et l'ord. est discutée à 145. En Ougrée, on bouge peu à 980, 975 ; en Providence Russe C on est-indécis à 212,50, 214, et on offre la Providence Belge à 2120. Les petites rubriques n'offrent toujours qu'un maigre intérêt. Il y a argent en Glaces d'Auvelais à 1550, la fond. Société Générale Belge d'Entreprises Electriques fait de 535 à 555, l'ordinaire Linière St-Léonard est ferme à 77,50, et on demande la priv. Produits Chimiques de Haren en nouvelle hausse à 80. Le groupe colonial reste empreint d'une certaine lourdeur. On offre le Congo Belge à 72, la. Kasaï est hésitante à 69.50, la priv. Katanga se tient, à 2330, la Lomàmi est à 260 papier, la cap. Union Minière est moins bien à 1290 et la Tanganyika est. discutée à 77, 76,50, 76. Au groupe des plantations, on retrouve les cours de 285 et. 235 respectivement en cap. et fond. Fauconnier, et ceux de 217,50 en Selangor et de 285, 290 en Soengei Lipoet. Peu de chose au groupe des diverses. L'Oxhydrique Internationale est à 87,50, 90 ; la div. Pétroles de Roumanie est offerte à 102,50, et la cap. Sucreries de Routstchouck se retrouve à 490. Les étrangers manquent également, d'activité. Kaï ping se tra.itie à 51,50, 51,75 ; les Nitrate Rails font 360, la. Rand Mines cote 130, la Brazilian Traction se retrouve vers 345, Porto-Rico est mieux à 110. 112,50, et la Dnieprovienne est en bonne voie à 2960. Enfin, la Rajah est offerte à 740. COURS DU CHANGE Rotterduvi, 3 juiillet.. — Londres, fl. 11,48 1/2; Rer-lin, fl. 4x3,67 1/2; Paris, fl. 40,82 1/2. Amsterdam, 3 juillet. — Londres, fl. 11,48 3/4 ; Berlin, fl. 43,65 ; Paris, fl. 40,82 1/2 ; Suisse, fl. 45,62 1/2 ; Vienne, fl. 30,35 ; Copenha.gue, fl. 69,60 ; Stockholm, fl. 69,65 BOURSE DE PARIS Paris, 3 juillet 3 juillet 30 juin 3 juillet 30 juin 3% rente française. 62 60 62 40 Est français. , Russie 1R89,Con.4% 72 30 Rio Tinto, parts .1760 — I760 — 41/2% Russie 1909 80 95 80 50 Mexique Int. 5% ' Serbie 4% 1895 — Lots Turquie . ——— Espagne 4%, Etr 99 5b 99— Change Berlin, cojrt Portugal 3% . . — 62 55 Chs«s.Amsterd..courl 245 50 244 50 Turquie 4% unifié . — 56 50 ChB®s.Londres,court 28 !3';:> 28 14— 8anoue ottomane . — - Escompte ... —— BOURSE DE LONDRES Londres 3 juillet | 3 juillet 30 juin 3 juillet 30 juin Consols. . 6'- 605/8 South. Railway. .25— Répuûiiq Argeitine. Union A . . .144— 1441/4 4% Brésil . . . — 5ô 1/4 Wab,,Dré. . . — — 4% Japon . . 73 1,2 73 V4 U. S. otee A. . — - 90 3/8 Japon 1905. . . 937/8 93 3/4 Amalg. C. , . . —— Mexique inter. . . Great Cobar. . . Pérou, ord. . . . 4 5'8 Columbia ... 45 — — — Pérou, préf. . . 24 7/9 Ver. Dip!. ... Portugal. ... 55 - - — Mexic. pr. . . . —— Russie 1889 . . 72 3,8 Rock Isl. . . . Marc, of A. . .191/4 18 - Randmine ... —— Turquie. . . . 5! — 51 '/8 Marine, pr. . 31,2% Uruguay. . 62 3/8 62 3/8 Shell .... 5% Uruguay . . Rio Tinto . . . — Acht. Top . . . î097/8 '09 3/8 Anaconda ... Préf. d° A . . - - Schib., préf. . . - Oenver.6 Rio Grande 14 7/8 !4 3/4 Schib., ord. . . — — Erie, ord. ... 38 1/4 381/4 Kon. Petr. . . Missouri . . . 51/2 — - Escompte . . . 5 3/32 d H 3/32 d Ontario A, . . 291/4 Argent . , . , 31 — 31 — South. Pacific . . 102 — BOURSE DE NEW-YORK î\ew York. 3 juillet. 3 juillet ' juillet 3 juillet '.juillet Hypothèques 3—-31,2 nomir., 3nlaro<£Western,or 2i Chans«s.Londr. C.T 4.76 40 4.76.40 Mortnern Paci.'., ord. '13 1/2-113 V4 Chs3 s. Lundr.60 d. v 4 /2. 4,72 Norfo.KiWes!ern,ord '311/4 131 — Changes. Paris vue. 5.91 — 5.9'— Norf.AWest.4%c.obi '35— 135 Change s. Berl n . 73 72 7/8 Pennsyivania, ord. 57 7,8 57 7,8 Argent . . . .65 - 65 - Philad. & Read., ord. 98 1/8 93 3/4 Philad.(£Read.,1cpréf 42 1'2 42 1/2 FONDS GreatNorthei r, 1 °préf '20 3/8 '20 — Amérique 2 p. c. obi 5.8 i/2 99 Texas A Pacific, ord. 12 12 1/2 Atch. 1. & S. F. '1 % 104 1/4 104% Southern Pacif., ord, 98 1,8 97 V4 Aich.T.ÂS. F. a ord 105 3/-^ 104 7/8 Southern Rail^., ord. 24 7/8 24 — Atc.T.AS.F.Mgb.4% 92 92— Southern Railw.,préf. 70 3/4 69 1/2 Atch.T.iS.F. a.p'éf. 98% 9-3 7/8 Union Pacific, préf. '^9— '37 3/4 Am. CarAFoundryor. 53 1,'.] 53 !/2 Union Pacif.4%, obi 96 7/8 96 1/4 Baltim. & Ohio, ord. 89 1/1 98 7/8 Wab.S'Louis&Pac ,0 Ml/2 14 1/4 Canad. Pacific, ord. 1805/8 '791,2 Wab.S'LouisAPac, pr 52— 511/8 Chesau & Ohio, ord. 63 62 Amalgamat.Copper,o — Chic. ifeNorth West. 0. ;/'9 1,2 128 — AnacondaGopper, n. 82 3/4 81 1/2 Chic.Milw.4St.Paul0 98 Vi 9' 1/2 U.S.SteelCorp..ord. 86 1/3 851,2 Rock Island ord. . 22 1,2 2 1/3 | U.S.SteelCorp.,préf. '17 1/4 1/4 Am.Smelt£Ref.C°,o. 94 92% U.S. Steel Corp.5% Bethl. Steel Corp.,ord 442 440 2« H. Obi. '05 1/8 105 — Oenv.i Rio Grande,0, 13-- 12 Americ.BeetSug.,ord 83 - 87 7/8 Erie Railway, ord. . 36 1/2 36 PB American.Can. ord. 53 - 52 - Erie Railw., le préf. 52 Vi 52- Unit. Sugar C», ord. 57 - 57 - Erie Railw., 2e préf. 44 44- Amer.Hide.ÊLeath.,pr 5i 5' - Ene Raiiw. Gen. Lien 74 -- 74 Amer. l e. £Tel.,oid, '28 1/4:128 -- lllinois Central,ord. !05 104 Am.Tel.4%conv.obl. 100 - 10213 Kans City South., ord 26- 2r- '<2 |ntern.Cont.Rubb^,o 10 1/2 "0 - Kan-.CitySouth.,pr. 59 - 59 1/4 |nterr.Merc.Mar.,ord 25 3/4 25 1/8 Louisv.4iNashv.,ord. i32 5/8 '325/8 ntern.Merc.Mar.,pr. 32 <18 90 7/8 Nat.Rlw.ofMex.,1 pr. 23 23 — |nt. Merc. Marine Nat.Rlw.ofMex.,2pr. 7% 7% 41,2%, obi. 105 5/8 105 1/8 fï'iss.Kans.£Tex.,orû 41,2 4 5/8 ; Pittsburg Coal, ord. 27 i 271,2 Miss.Kansas«èTexas Centra!Leather,ord. 56 1/4 56 3/8 28 h.g.-obl. 45 1.a 46- | lnterbor.Metrop.,préf 73 — 73 1/2 Missouri Pacific.,ord 6 % 3 3 4 1 lnterbor.;.'drop.,ord. '7 — j 17 :/4 M.-Y.Cenîr.4Huas,.o. 105 1,8 ^ 104 1/4 '• Siu.i; Cor.,ord. 133 1/2 j 133 1/4 i ! Mor....,om.St.Cora 561/21 Payement de coupons. — La banque Cassel & Co de Bruxelles paie les coupons de la Ville de Verviers 1873 échus le lr juillet 1916. Tramways de Rotterdam. — Les recettes du mois de juin écoulé s'élèvent à i!. 216.871,69, contre fi. 187.788,84 l'an dernier. La recette totale depuis le commencement de l'année est de fi. 2.456.180,59, contre fl. 2.153.927,81. Tramways de Moscou. — Par suite de l'impossibilité de communiquer avec la Russie, les pièces nécessaire à l'établissement du bilan 11e sont, pas encore parvenues. Pour la même raison, la société n'ayant pas reçu les fonds nécessaires au paiement des coupons d'obligation, ce service a été -suspendu depuis le lf novembre 1914. On sait toutefois que la municipalité de Moscou a versé les annuités qui permettront de régler cette situation à la fin des hostilités. Charbonnages de Laura & Vereeniging et :1e Wil-lem-Sophia. — Ces charbonnages ont leur siège d'exploitation dans le l.imbourg hollandais et. 'constituent Les seules sociétés qui aient été mises sous le régime de l'anonymat, le gouvernement hollandais s'étant réservé les différentes concessions charbonnières' et les exploitant pour son propre compte. Les ^charbonnages hollandais doivent se trouver' dans une situation privilégiée du $iit de la guerre, car l'exploitation a été normale, tant à la' mine Wilhelmina qu'à la mine Emma, et les travaux d'aménagements se poursuivent d'une façon satisfaisante à la mine Hendrickx, tandis que l'on a commencé l'exploitation de la mine Moritz. L'exploitation a été rendue difficile à certains "moments pa,r suite "du rappel sous les armes d'un grand nombre d'employés et d'ouvriers ; néanmoins, -l'exploitation a pu être poursuivie d'une façon assez régulière, malgré la pénurie du bois de mine et d'explosifs. Malgré ces facteurs défavorables, les charbonnages exploités par l'Etat ont laissé des soldes bénéficiaires assez importants pour l'exercice 1915. C'est ainsi que pour la mine Wilhelmina, le bénéfice a pu se solder ù 1.507.262 florins, pour la mine Emma à 681.138 florins, et à 27.884 florins pour les autres mines. Déduction faite des frais généraux et amortissements, l'exploitation a laissé un bénéfice d'environ 1 million de florins au bénéfice de l'Etat. En ces derniers temps, les prisonniers et les réfugiés belges en Hollande ont. pu s'engager dans les différentes exploitations minières, dé telle sorte que celles-ci ont dû pousser leur extraction pl. encaisser, par le fa.it même, de très beaux bénéfices. Malgré l'absence de renseignements, ayant la conviction que les charbonnages hollandais traversent une grande période de prospérité qui n'est, pas près de finir, on conseille de conserver leurs titres soigneusement en portefeuille. Compagnie centrale de l'industrie électrique. — Depuis quelques jours, l'attention semble se porter à n-ouveiu sur les titres de cette société qui fait partie dn groupe créateur de l'Electricité de .Saint-Pé-tersbouirg et -de différentes antres affaires d'éclairage tout aussi prospères. La Compagnie centrale de l'industrie électrique a pour objet de s'intéresser dans des affaires de tramways et d'électricité." parmi lesquelles 011 signale les affaires suivantes, dans lesquelles elle possède d'assez fortes participations : Eclairage Electrique de S'int-Pétersb'j.irg, Comp. ("én. Aux. d'Entreprises Electriques, Comp. Electricité Sofia et Bulgarie, Compagnie. Mutuelle de Tramways, Compagnie d'Electricité de Kovno, Tramways d'Orel, Braïla Tramways et Eclairage Electriques ; Compagnie Auxiliaire d'Electricité de Nantes, Tramways et Electricité de Bangkok, Imat.ra, Electricité de la Dendre. Suivant* en cela l'exemple donné par la Mutuelle des Tramways, la Financière des Transports et d'autres trusts tirés importants de Bruxelles, la Compagnie Centrale de l'Industrie Electrique a décidé, il y a deux ans environ, d'adjoindre à sa sphère d'activité. un nouveau-service ayant pour objet rentre-prise des travaux-de construction. Cette initiative lui a permis d'entreprendre différents travamx et entre autres d'assurer la construction -et l'installation des usines de l'Electricité de la Dendre et de ses filiales. T,'Electricité de la Société d'Electricité de la Dendre, constituée un peu avant, la guerre, s'est trouvée dans la situation d'avoir des travaux à faire, travaux qu'elle ne pouvait mener à bonne fin, ne pouvant arriver à faire appel ses actionnaires pour la libération de leurs titres. La Compagnie Centrale de l'Industrie Electrique a fait ce que l'Électricité de la Dendre ne pouvait faire, et en vue de parfaire ses installations sur lesquelles elle touche un pourcentage très intéressant, elle vient d'émettre des obligations à court terme 5 p. c. dont le produit servira à parfaire les installations de d'Electricité de la Dendre.Il va sans dire que la Compagnie de l'Industrie Electrique retirera de nombreux et importants bénéfices du fait de cette nouvelle branche de son activité, ce qui viendra, compenser très largement la moins-value d'intérêts qu'elle pourrait encaisser du fait de.s actions qu'elle possède en portefeuille. Les différentes entreprises dans lesquelles la Compagnie Centrale de l'Industrie Electrique est intéressée n'ont guère 'subi le contrecoup cle la guerre, et on. estime même que pour les entreprises de Saint-Pétersbouirg par exemple, la situation n'a fait que s'améliorer. Or, au dernier bilan de lia Compagnie Centrale de l'Industrie Electrique, nous voyons figurer pour mémoire 10.000 parts de la société Ima.tra, poste du portefeuille qui pourrait réserver d'ngréa-1 les surprises dans l'avenir. Société anonyme des Glaces Nationales Belges, à Saint-Roch-Auvêlais. — Les obligations portant les ■numéros 1 à 3200, émission du lr juillet 1895, sont remboursables par 500 francs, non compris les intérêts, depuis le l1' juillet 1916 et cesseront de porter intérêt à partir de cettç date. Compagnie du Chemin de fer de Braine-ie-Gomte et ses Extensions. — Le coupon d'intérêt des obligations n° 106, par fr. 7,05 (sous réserve de l'observation consignée à l'avis de payement.' du coupon n° 102), est payable à partir du 5 juillet- Société anonyme des Produits du Liège. — Les coupons n08 25, 26 et 27 des obligations 4 1/2 % de la société sont payables par fr. 5,40 à partir du 5 juillet. Société Minière et Industrielle du Tamega, société anonyme, à midi, au siège social, 10, place de Lou-vain, à Bruxelles. Comptoir Levant et Méditerranée (anciennement Tonnelier et Schepens), société anonyme, à Anvers. — Bilan au 31 décembre 1915. Solde débiteur, 55.937 fr. 76. Compagnie ottomane des Eaux de Salonique, société anonyme, ù Salonique. — Bilan au 31 décembre 1915. Recettes brutes, fr. 670.064,06. Compagnie mutuelle de Tramways, société anonyme, à Bruxelles. — Bilan au 31 décembre 1915. Solde créditeur, fr. 3.769,65. Tramways électriques de la Province de Salerne (Italie), société .anonyme, établie à Bruxelles. — Bilan au 31"décembre 1915. Solde débiteur, fr. 757.501,45. Société î?é;iérale de Produits chimiques et industriels, s-1 ci été anonyme, à Bruxelles. — Bilan au 31 décembre 1915. Bénéfices nets. fr. 18.706,31. Canal et Installations maritimes de Bruxelles, so ciété anonyme, à Bruxelles. — Bilan au 31 décembre 1915 Solde créditeur, fr. 228.835,68 Labor, société anonyme belge d'assurances et d'épargne, à Bruxelles. — Bilan arrêté au 31 décembre 1915. Solde débiteur, £1*. 49.827,38. Gaz provincial, société anonyme, à Gembloux. — Bilan au 31 décembre 1915. — Bénéfices nets, 2.673 fr. 14. Le Casino de Stavelot, société anonyme, à Stave-lot. — Bilan au 31 décembre 1915. Perte à reporter, fr. 2.204,81. Brasseries et Malteries de la Couronne et de la Plaine (ancienne firme Cii. Lamot), société anonyme, à Malines. — Bilan 1915-1916. Solde en bénéfice, 25.027 fr. 75. Cinéma Select, société anonyme, à Ixelles.— Compte profits et pertes au. 15 mars 1916. Solde en perte, fr 15.383,32. Malang Stoomtram Maatschappij, à Amsterdam. — Le dividende a été fixé à 6 % contre 6 % en 1914. Kediri Stoomtram Maatschappij, à Amsterdam. — Le dividende sera de 10 1/2 % contre 11 1/2 % en 1914. Vereinigte Deutsche Nickelwerke, à Schwerte (Westphalie). — On propose un dividende de 35 %. Thee Cultuur Maatschappij Tjitamboer. Le di vidende est fixé à 8 % contre 5 % en 1914. ASSEMBLEES ANNONCEES 7 juillet Société anonyme Le Sapin, à 2 heures de relevée, 56, rue de la Province, à Anvers. 8 juillet Société anonyme des Produits Réfrac ta ires, a Elorennes, à 12 heures, à l'Hôtel de l'Espérance, à Charleroi. 10 juillet Etablissements d'Ellicom, soc., anon., à midi, au siège social, à Reppel lez-Brée. Société anonyme des Ateliers de Construction et Chaudronnerie de et à ViesvilLe, à 11 heures du matin, au siège social, à Viesville. Société anonyme du Chemin de fer de Maeseyck, à 3 heures de l'après-midi, au Comptoir d'Escompte de Bruxelles, 57, rue du,Marais, à Bruxelles. 11 juillet Comptoirs en Chine, société anonyme, à 3 heures, rue de Hennin, 65, à Ixelles lez-Bruxelles. La Métallurgie Roumaine, soc. a 11011. belge; à midi, au siège social, 56, avenue de la Porte-de-Hal, à Saint-Gilles lez-Bruxelles. 13 juillet Société anonyme des Cristalleries de Manage, à 2 heures de relevée,, au siège social, à Manage. 15 juillet Société anonyme des Hauts Fourneaux et Mines de Halanzy, à 11 heures du matin, 30, rue des Croi sa des, à Bruxelles. Société anonyme Exploitations Pétrolières, à 3 h. de l'après-midi, Chemin des Cottages, 2, à Bruxelles. Société anonyme « Chiapas », ù 15 heures, au siège social, 38, rue de la Pépinière, à Bruxelles. 17 juillet Compagnie du Tramway Electrique d'Ostende-Littoral, société anonyme, à 3 h. 1/2 du soir, rue Marie-de-Bourgogne, 36, à Bruxelles. Brasserie Lourtie Dor, à 3 heures de relevée, au siège social, rue Vivegnis, 295, à Liège. Société anonyme des Charbonnages de Patience et Beaujonc, à 4 heures, au siège social, Paire de.s Marronniers, à Glain lez-Liége. Compagnie pour l'Industrie et le Commerce Extérieurs, soc. amon., à 12 heures, en l'étude de Me Poelaert, notaire, 47, rue Royale, à Bruxelles. Société anonyme des Boulonneries et. Ferronneries Sa.iiît-Eloi, à 4 heures de l'après-midi, au siège social, à CouroeLles-Motte. Comité provincial de Secours et d'Alimentation pour le Ilainaut, société coopérative, à 10 heures du matin, à L'Institut des Industriels du Ilainaut, place Warocqué, 18, à Mons. 19 juillet Compagnie des Ciments du Portugal, soc. anon., à 12 li., au siège social, rue Royale, 99, a Bruxelles. Acte déposé •J. Dedobfceleer et Z. Plume, société en nom collectif, à Braine-le-Comte. — Constitution. 11 est constitué entre parties, sous la raison sociale «1. Dedobbeleer et Z. Plume», une société eu nom collectif ayant pour but l'exploitation d'une fonderie et l'accomplissement de toutes opérations com-me.rciales s'y rapportant, telles que l'achat, et la vente de.s 1 ratières, produits et marchandises de cette industrie.Le siège de la société est à Braine-le-Comte, rue Hector Denis. Crédit Immobilier Sud-Américain CREDITO IMMOBILIARIO SUD-AMERICANO Société Anonyme établie à Anvers, Grand'Place, 9 Les actionnaires sont invités à assister ;ï l'assemblée générale extraordinaire, qui aura lieu à Anvers, Grand'Place, 9, le SAMEDI 22 JUILLET 1916, à 12 1/2 heures (H. C.). ORDRE DU JOUR : 1° Proposition d'augmenter le capital social de deux millions de francs, et de le porter ainsi à. dix millions de francs, par la création d'actions privilégiées du même type que celles existantes ; 2° Mise en concordance des statuts avec la loi nouvelle sur les sociétés commerciales ; modification des articles 5, 7 , 29, 33 , 34 et 35 des statuts. Pour pouvoir assister à l'assemblée les actionnaires en nom devront se faire inscrire 5 jours avant l'assemblée, et les propriétaires d'actions au porteur devront, 5 jours avant la réunion, déposer leurs actions au siège social, ou aux guichets de la Banque d'Anvers, la Banque de Commerce 011 de la Banque de l'Union Anversoise. Brasserie " LA VIGNE " SOCIETE ANONYME à MALINES La société se réunira en assemblée générale extraordinaire le MARDI 25 JUILLET, à 10 1/2 heures du matin,"au siège de la société, Cinq Coins, à Malines. ORDRE DU JOUR : 1° Réduction du capital social ; 2° Augmentation d.u capital réduit par l'adjonction d'actionnaires nouveaux ; 3° Modifications statutaires ; 4° Désignation d'un Conseil d'administration définitif et d'un commissaire. DETTE DIPLOMATIQUE DES ÉTATS-UNIS DU VENEZUELA EMISSION DE 1905 Les détenteurs des titres de l'emprunt sous rubrique sont invités à déposer leurs coupons échus le lr juillet, 1916, aux fins d'encaissement, aux guichets de : la Banque d'Anvers, à Anvers; et à la Direction der Disconto-Gesellschaft, à Anvers. ROTTERDAMSCHE LI.OYD Prochains départs de ROTTERDAM vers les ports habituels des INDES NÉERLANDAISES S/S " BESOEKI " . . . . 8 juillet (s. i.) S/S " KEDIRI " 28 juillet (s. i.) Pour frets et tous autres renseignements, tels que ceux concernant l'EXPÉDITION D'ANVERS, s'adresser aux Agents RUYS & CoM 9, Quai Van Dyck, Anvers.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires behorende tot de categorie Financieel-economische pers. Uitgegeven in Anvers van 1858 tot 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes