Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

637 0
20 december 1918
close

Waarom wilt u dit item rapporteren?

Opmerkingen

Verzenden
s.n. 1918, 20 December. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Geraadpleegd op 03 december 2022, op https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/nl/pid/348gf0nn1h/
Toon tekst

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

ANVERS, Vendredi 20 Décembre 1918 Le numéro 10 centimes 8 Soixante-unième Année - No 18 187 PRIX DE L'ABONNEMENT : PAYABLE PAR ANTICIPATION : Intérieur . . . . Frs 11,50 par trimestre. Hollande et Grand/ 1375 Duché de Luxembourg i " ' Autres pays de l'Union Postale Frs 16,— par trimestre. On s'abonne à tous les bureaux de poste LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces■ 50 centimes la petite ligne 75 centimes la ligne h 1,50 la ligne sur double colonne Émissions, Annonces financières el Adresses Industrielles et Commerciales : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au lignoinètre.— Le* titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent ADMIS PAR LA CENSURE AVIS AUX ABONNÉS Not43 avons l'honneur d'aviser nos abonnés lie la ville, que nous ferons présenter incessamment les quittances d'abonnement peur le premier trimeetra 1919, et nous les prions instamment de bien vouloir y réserver bon accueil dès la première présentation ; ils éviteront ainsi à notre personnel un surcroît de besogne par une nouvelle présentation. Astronomie 21 Décembre Communiqua par l'Observatoire Royal dt Belgique à llocle lez-BruxelIssi Lever du soleil 7 b 42 m. Notnr. lune le 3 déc. 15 k 19 Coucher du soleil 15 .. 39 „ Frem. quart.le 11 déc. 2 „ 31 Lever de la lune 20 „ 19 . Pleine Iuoc le 17 déc 19 . 17 Coucher de la lune.. .9 -18 , i Dern. que?!.le 25 déc. 6,31 Haute rnarée à Anvers Matin Soir 21 déc. ... 5M44m 1 2! déc ... 18k 3 a, 22 , .. 6 „ 22 . 1 22 » ... 18 „ 3« , 23 „ 6 ,56 . j 23 . ... 19 15 . Hauteur du Rhin Celogae 19 déc 2.92 m. Strasbourg 17 déc 2.85 « Mimingea 17 » î.10 „ Lauterbourg . — * Kehl » — „ Maxau „ — . Manabeia . 3.91 „ Gerraerslieim „ — , Caufc . 2.66 r Mayeoce , 1 40 « Ruhrert . 2.— , Bingen „ 2 22 , Dirisbottrg , 1,68 „ Coblence M 2 99 . Wai«Wriit „ — . Diisseidorf „ 2.63 . Lobith „ — „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar Francfort 17 déc. 2,22 m. H«H>ronu 17 déc. 1.20 i*. Hauteur de la Moselle Hauteur d« Bodecsee Trêves 17 déc. 155 m. Censtom* t5 ééc. 1 56 r». Observations météorologiques de M. F. Agtke, opUeien, rue Léopeld, 51. Anvers 20 déc. 1918, 10 k. du Mate. — Barewèke 749,5.— Tbef—être ceut. (max.) 4- 8. Thtrmoa. «wit. (aie.) + .4. — Phwtoaètr» : 1,2 mim. — Ve»t : Nerd.— Prèvieio« : PKiie. Port. d'Anvers ARRIVAGES DU 19 DECEMBRE 1918 Steamer Temschb 2, (le Tamise, avec 5 tonnes marchandises diverses. Bateau-moteur Drie Gebrofjqbrs, (le Bornhem, avec 15 tonnes marchandises diverses. Bateau-moteur Pierre Joseph, de Rupelmonde, avec 20 tonnes marchandises diverses. Allège Wijkdienst 8, de la Hollande, avec 642 tonne." froment. » Wijkdienst 9, de la Hollande, avec 864 tonnes •froment. « Maria, de la Hollande, avec 757 t froment. Apollo, de la Hollande, avec 1514 t. froment DEPARTS DU 19 DECEMBRE 1918 S/eamer anglais- Kurdistan, cap. Scroggie, pour Bon logne, sur lest. Jiateau-rnoteur Louis Ghémar, pour Bruxelles, avec 16 tonnes marchandises diverses, ïiateau-moteur Haine, pour Bruxelles avec Ï0 ton pommes de terre. Allège apaimna, pour Mèi'xem,. avec 304 t. froment. » Desponiblb; pour Lokeren, a-vec 150 t. farine. » Constance, pour Vilvorde, avec 100 tonnes marchandises diverses. » Robinson. pour Geernardsbergen, avec 2-20 t. farine. s. Lr Royal, pour Bruxelles, avec 130 t froment. * François B. A. .J., pouf Bruxelles, avec 347 t. charbon. * » Santa Té, pour Namur, avec 209 t. farine. » Yperen, pour Liège, avec 290 î froment. » AIjCYON, pour Liège avec 296 t. frement. DU 20 DECEMBRE 1918 Steamer anglais Khyber, rap. Pinckney, pour Rotterdam, sur lest. Evénements de mer Ada Peard. — Fernambouc, 12 décembre : La barque anglaise de. ce nom, de Bahia- à Cadix, s'est échouée à 15 lieues au Nord de Maceio. Aletha. — De New-York, 13 décembre : Le bateau ii vapeur de ce nom a coulé bas près de Hamiïton dans environ 20 pieds d'^nu. Corinthian. — De Yarmouih, 14 décembre : Le bateau à vapeur de ce nom ?'est échoué sur l'île de Brier. Des bateaux à vapeur partent d'ici pour prêter assistance. Il n'y a pas de passagers à bord. Eleni. — De Londres, î-i décembre : I.e steamer grec de ce nom a heurté le 10 courant une mine dans ia mer Méditerranée et fl coulé bas. Ella M. willey. — De San Juan R. P., 14 décent. : Le schooner de ce nom, avec une cargaison de ' charbons, s'est échoué à l'entrée du port et est } totalement perdu. Excelsior. — De Charleston, 12 décembre : Le bateau à vapeur américain de ce nom a été remorqué dans le port ayant les machines avariées. On débarque la cargaison. Le steamer sera remorqué à New-York. Hoogezand I. -r- De Havane, 12 décembre : Le schooner néerlandais de ce nom, de Oasilda à Key West, s'est échoué près le Cap San-Anlonio. Immeln. — Do St.-.lohn's N. F., 13 décembre : Le bateau à vapeur de ce nom, de -New-York à Rotterdam, est arrivé ici ayant une légère voie d'eau l'avant. Iris. — De Bergen, 11 décembre : Le bateau a va ; peur Iris, qui s'était échoué comme nous l'avons dit, a été remis à flot par le vapeur de sauvetage Achilles et parti pour Haugesund sans aide. Après avoir été examiné, il a pu continuer son voyage pour Newcastle. Jan Van Steen. — De Rotterdam, 18 décembre : Le bateau à vapeur de ce nom, de Hermôsand à Rotterdam, avec une cargaison de bois, s'est échoué le 13 courant près d'AJand. Le steamer se trouve aujourd'hui dans le port de Stockholm. Jinsen Maru. — De Nantes, 9 décembre : Le sien mer de ce nom, dans son voyage d'Amérique à Brest, s'est, échoué, comme nous l'avons dit. à environ 500 yards et a été avarié. L'équipage a abandonna le navire et a débarqué sur l'île d'Yen. Kong Bjorn. — De Saint Nazaire, 10 décembre : Le ] bateau à vapeur norvégien de ce nom, de Hâvre à Nantes, s'est échoué le 6 courant par un temps de brouillard sur La Blanche et peut être considéré comme perdu. ï/es mâts seuls sont visibles sur l'eau. Ophir. — De Gibraltar, 5 décembre : Le steamer de ce nom, à bord duquel, comme nous l'avons dit, le feu s est déclaré, est complètement perdu. Le bateau a brûlé pendant toute une semaine. De nombreuses explosions se sont produites. La cargaison se composait de benzine, de gazoline, de grenades. pertes mondiales. — Les journaux anglais publient une information de Paris, suivant laquelle les sous-marins ont coulé à fond au total un nombres de navires jaugeant ensemble 15.053.786 tonnes, des divers pays. En comparant avec le tonnage existant avant la guerre, le tonnage mondial a été diminué de 1.811.584 tonnes. pertes de vaisseaux danois. — De Copenhague. 15 déc. : Le Danemark a perdu pendant la guerre 250 bateaux à vapeur et 450 voiliers. Regina. — D'Ymuiden, 17 déc. : Le schooner néerlandais de ce nom, arrivé ici aujourd'hui de Wargôn (Suède), a eu par suite de gros temps 1a. voilure endommagée. Rudmore, Crown of Galicia. — De Gravesend, 13 déc. : Le steamer anglais Rudmore, en quittant le port, a été en collision hier soir près de Purfieet avec le steamer anglais Crown of Galicia. Le Rud more a coulé bas. Le Crown of Galicia est arrivé à Londres avec de notables avaries à la proue. Texas. — De Christiania, Il décembre : Le bateau à vapeur Texas, qui s'était échoué comme nous l avons dit, n'a pas encore été relevé. Du chargement fe&KVttMVJU. -t -g—WKX.-anL'^.'T:■ XV, !f^LrSOCS 1500 tonnes ont été transbordées sans être avariées. Les deux cales d'arrière et le fond d'avant sont envahis par les eaux. Six remorqueurs d'assistance sont sur les lieux. La valeur du navire est estimée à la somme de 5 millions de couronnes, et celle du chargement à 2 millions. Viking. — De Baltimore, 14 déc. : Le bateau à vapeur norvégien de ce nom s'est échoué près du cap Henry. navigation Cette, port de mer suisse Le Journal de Genève apprend de source autorisée, que Cette sera reconnu définitivement port suisse. Le projet sera présenté à la prochaine Conférence de la Paix. Le journal ajoute, que les habitants de la ville de Cette ont accueilli avec une grande joie la nouvelle en question. Reirait des monnaies allemandes (Arrêté-loi du 24 octobre 1918 et arrêté royal du y novembre 1918 concernant la circulation monétaire.)Dans le délai de six jours ouvrables à partir de la date inscrite sur le présent avis, tout détenteur de monnaies allemandes, de métal ou de papier, est tenu d'en faire le dépôt, avec bordereau déclaratif daté et signé. Déclaration et dépôt s'effectueront, soit à la Banque nationale de Belgique ou dans l'une de ses agences, soit dans un établissement financier délègue1 à cette fin., soit, chez le receveur de l'enregistrement, soit chez le receveur des contributions, soit au bureau des postes (à l'exclusion des sous-perceptions).Les billets à déposer devront être soigneusement dépliés, classés par coupures, groupés et liés par paquets de 20, 25, 50 ou 100 pièces, selon la quantité de chacune de ces coupures. Une seule et même personne agira pour le compte de chaque ménage ou famille et devra se munir de sa carte d'identité. L'échange des marcs contre de la monnaie nationale s'effectuera à raison de fr. 1,25 par marc, pour autant que le déposant se conforme aux prescriptions du présent arrêté. Il aura lieu, à concurrence de mille marcs, au moment du dépôt. Le bordereau déclaratif d'un dépôt dépassant mille marcs sera formé en double exemplaire, dont l'un sera, après vérification et visa du dépositaire, remis au déposant pour récépissé. Des formules seront à la disposition du public dans chacun des bureaux susmentionnés. Le dépôt et le bordereau déclaratif comprendront exclusivement des monnaies allemandes. Passé le délai de six jours prémentionné, la circulation desdites monnaies sera prohibée. (Affiché le 20 décembre 1918.) La succursale de la Banque nationale de Belgique avise les habitants de la ville d'Anvers, porteurs de monnaies allemandes (billets et espèces), qu'ils peuvent en elîectuer le dépôt prescrit par l'avis du ministre des finances aux guichets de la Banque nationale de Belgique, des receveurs des contributions, de l'enregistrement et des percepteurs des postes, ainsi qu'aux guichets des établissements ci-dessous : Banque d'Anvers, Longue rue Neuve, 22 ; Banque anversoise de fonds publics et d'escompte, Meir, 44 ; Banque centrale anversoise, Longue rue de l'Hôpital, 20 ; Banque de commerce, Longue rue de l'Hôpital, 9 ; Banque de crédit commercial, rue des Tanneurs, 36; Banque G. De Kinder, rue de la Giroflée, 2; Banque de l'Union anversoise, Marché-aux-Grains, 2; Banque d'épargne et de crédit, chaussée de Malines, 18 ; Banque générale • belge, rue Areijt>erg, 28 ; Banque populaire anversoise, rue Otto Venius, 17 ; Banque populaire pour l'arrondissement d'Anvers, Longue rue Neuve, 109 ; Caisse hypothécaire anversoise, rue des Tanneurs, 35 ; Crédit anversois, Courte rue de l'Hôpital. 42 ; Crédit bourgeois, Grand' Place, 23 ; Crédit foncier d'Anvers, avenue des Arts, 53 ; Crédit mobilier de Belgique, Meir, 48 ; Mr j. J. Le Grelle, rue de la Clef, 41 ; Société française de banque et de dépôts, Meir, 74 ; Société hypothécaire belge, avenue des Arts, 71. Les caisses des établissements de banque seront ouvertes de 9 à 12 heures et de 14 à 17 heures. L'échange pourra se faire dans toutes les installations indiquées ci-dessus le premier samedi après le jour de la publication et continuera les cinq jours ouvrables suivants. * (Communication de M. le bourgmestre). Le Prix Nobel pour la Paix Le prix Nobel, s'il faut en croire une correspondance de Christiania, ne sera pas attribué. Beaucoup croyaient qu'il serait, dévolu à Wilson. Le comité est d'avis qu'il y a lieu d'attendre à l'an prochain, et que dans le courant de 1919 il y aura probablement une circonstance plus favorable pour fixer le choix. Voici la quatrième fois, depuis que la guerre a éclate, que le prix pour la Paix, a été retenu, savoir en 1914, 1915, 1916 et 1918. On se rappelle qu'en 1917 il a été accordé au Comité international de 1a. Croix-Rouge à Genève. Les statuts de la fondation-Nobel exigent que le prix pour la Paix soit attribué au moins une fois par cinq années, à dater de 1901, et comme la dernière allocation a été faite, comme nous venons de le dire, en 1917, on peut attendre, si on le juge nécessaire, au besoin jusqu'en 1926. Les intérêts des sommes économisées sont employés à subsidier des institutions qui ont pour but de cimenter la paix et la fraternité parmi les nations. Ces jours-ci, divers projets ont été préconisés dans la presse ,en vue de l'allocation du prix pour la Paix. 1 Le professeur Colin avait proposé le maréchal Foch. D'autres avaient mis en avant le nom de M. Wil son, en considération des efforts faits par lui pour pacifier les diverses parties intéressées. L écrivain Vinsnes voulait destiner le prix Nobel pour un fonds spécial de secours aux Arméniens. Le docteur Bjarne Eyde a fait parvenir au Comité rvobel un manifeste tendant à gratifier du prix pùu.FrJa ,Paix» en 1914 Ia Serbie, en 1915 la Belgique, en 19lb la France, et en 1918 les Etats-Unis, ou respectivement le roi Pierre, le roi Albert, le ministre Clemenceau, le président Wilson. Le Comité Nobel étant obligé de s'en tenir à des propositions officielles, toutes ces voix particulières prêchent dans le désert et ne peuvent être accueillies qu a titre de sentiment personnel et d'appréciations partagés par un nombre plus ou moins grand de groupes particuliers. Ua nouveau venu à la vie économique LE SPITZBERG La nature, décidément, parait manquer de losi que dans la répartition de ses richesses. Voici que se révèle, sous le ciel polaire, et sous une terre ingrate, un des plus riches sous-sols que l'on ait encore inventoriés sur le globe. Escale de touristes, refuge de quelques tribus d'Esquimaux point d'atterrissage de baleiniers, point de départ d explorateurs, le Spiwbei„, notamment s:, côte occidentale, est en passe de-devenir une contrée industrielle d avenir. La prospection n'en a pas encore ete achevee, mais d'ores et déjà on a la certi tude qu une extrême variété de richesses minérales se cache dans les entrailles de la péninsule : charbon, minerai de fer de haute teneur, minerai de euivie, pyrites, amiante, molybdène, graphite,plomb, argent, or, marbre, sans parler d'importants dépôts de guano. Or, l'on paraît ignorer dans les milieux compétents, qu'autour de la découverte du Spitzberg in dustriel s'agitent des questions de premier ordre dont la solution peut avoir une répercussion sensible quant aux intérêts. En tout cas, le ravitaillement en matières premtè res de toute l'Europe septentrionale, Royaume-Uni inclus, peut s'en trouver bouleversé à bref délai. On n'a pas le droit nulle part de se désintéresser des nouveaux facteurs qui entrent dans la concurren ce économique mondiale. #•» On assiste depuis quelques années à une véritable « course au Spitzberg». Et pourtant ce n'est que de puis 1904, date à laquelle furent, découverts les gise ments de charbon, puis de minérais, qu'ont commencé les compétitions. Une entreprise américaine, l'Artic Coal Company, fut la première à développer les dépôts houillers de l'Ad vent Bay. Ses installations furent achetées, en 1916, par une compagnie norvégienne, la Strere Norske, qui s'est équipée pour une extraction de 1.000 tonnes par jour. Une autre compagnie norvégienne exploitait intensivement, depuis la guerre, les gisements de charbon de la Baie du Roi. Elle vient d'être évincée par la Northern Exploration Company, société anglaise jouissant d'une véritable investiture gouvernementale, qui revendique la propriété éminente sur plus de 2.000 milles carrés. Une firme suédoise exploite également la houille dans la haie de Bragance, avec des résultats commerciaux excellents. La Northern Exploration Company se dit intéressée dans cette affaire, en-tant, que propriétaire véritable. Cinquante navires, à chargement de charbon, ont atterri dans le port norvégien de Tromsœ, l'été dernier, en provenance du Spitzberg.Le gouvernement norvégien, si directement intéressé à la mise en valeur des houilles du Spitzberg. parce que la Norvège est. pauvre en charbon, parait avoir fait de grands efforts pour sauvegarder les intérêts de ses nationaux et. même pour établir une sorte de souveraineté sur certaines terres. L'installation à ses frais d'une station de télégraphie sans fil à Green Harbour, installation qui a coûté 1 million et demi, prouve que la Norvège n'était pas sans visées politiques sur le nouveau territoire. Elle semble avoir été éliminée par l'Angleterre.La Russie aussi revendiquait autrefois des droits de souveraineté sur le Spitzberg : l'Allemagne se les avait fait céder au traité de Brest-IJtovsk. Aujourd'hui l'Angleterrese fondant, sur un traité signé pa.-Jacques 1er et sur une occupation d'un demi-siècle, et représentée, par une société d'exploitation jouis saut de tous les attributs de la souveraineté, sur le modèle des sociétés d'exploration de l'Afrique du Sud et de la Rhodésie, paraît avoir les mains libres pour l'exploitation des vastes superficies aux richesses immenses. Les opérations de la Northern Exploration Cy avaient été arrêtées par la guerre. Une expédition fut envoyée au Spitzberg cette année même, avec le plein appui du Foreign Office. L'objet de l'expédition était de faire respecter le pavillon britannique contre toute violation des territoires revendiqués par la Couronne, de s'emparer des claims allemands, d'établir un campement permanent sur les terrains de la compagnie et d'organiser l'extraction du charbon et du minerai de fer pour le printemps de 1919. D'après une communication publiée ces jours-ci dans les journaux financiers de Londres, ce programme aurait été accompli de point en point. La compagnie contrôle la quasi-totalité des terrains charbônniféres du Spitzberg méridional. Les géologues norvégiens y avaient déjà localisé. 18 gisements. Les masses susceptibles d'extraction seraient en quantités pratiquement illimitées. Le charbon affleure la surface sur des kilomètres de long et la côte seule a jusqu'à présent été prospectée. Le charbon. serait principalement semi-bitumineux et conviendrait à presque tous les emplois industriels ou domestiques. «*» Il est de fait qu'en l'état actuel des choses, le charbon du Spitzberg jouira d'avantages naturels incommensurables, qui en feront un concurrent redoutable sur plus d'un marché du combustible. La compagnie n'a à payer aucune indemnité, taxe ou redevance quelconques. Les frais d'établissement sont extrêmement réduits : nombre de gisements sont- en effet quasiment à ciel ouvert ou à faible profondeur ; de longtemps on n'aura besoin de creuser de puits, ni d'installer d'appareils de ventilation. Le charbon est à même la côte, de telle sorte qu'aucun transport terrestre ne sera nécessaire. Les mines n'auront pas à lutter contre les nappes d'eau ou les couches aquifères. Avant la guerre, au temps où l'extraction était poursuivie par la compagnie américaine, le coût de production ressortait à 9 sh. 7 d. la tonne : or à l'heure actuelle, en Angleterre, les salaires seuls absorbent 12 sh. par tonne. Le débouché naturel du charbon du Spitzberg sera l'Europe du Nord : Norvège, Suède, Danemark. Rus sie arctique, toutes contrées démunies de . ûlle. La distance du Brésil Sound à Tromsœ est Ot. N milles, et du Bell Sound à la Côte Mourmano, — venue célèbre pendant, la guerre, — de 518 milles. Une concurrence sévère serait ainsi faite à la houille allemande, qui pouvait jadis disposer de 8.300.000 tonnes par an en faveur des pays Scandinaves et de la Hollande. Les ressources du Spitzberg en minerai de fer nous intéressent plus directement, nous et nos alliés. Plusieurs des meilleurs gisements britannique: sont, épuisés : d'autres nécessitent des forages à des très grandes profondeurs. •** Déjà devant 1a. guerre le minerai britannique nw soutenait plus que difficilement la concurrence, notamment la concurence du minerai de Scandinavie et, dans l'ensemble, le vaste empire est assez pauvre en minerai de fer. Or, l'on dit les gisements du Spitzberg prodigieux et quant à leur étendue ei quaut à leur qualité ; ils sont tous sous le contrôle de la Northern Exploration. Ils sont situés dans la baie de la Recherche, dans une formation de 2,000 pieds de haut e: de sept mille de large. Le ruinerai affleure le sol. Il se trouve là par millions de tonnes au bord de la mer, dans une baie aux eaux profondes. L'expédition envoyée cet été au Spitzberg en a rapporté plusieurs tonnes. Leur analyse a confirme les précédentes conclusions des experts : le minerai est peut-être le plus riche en fer qui soit au monde. Il n'est comparable qu'à ceux dé la Suède arctique, notamment au fameux minerai de Gelli-vare. La teneur en serait de 64,44 p. c. avec 0.02 p: c. de phosphore. Le minerai de Gellivare donne 63 p. . .. le minerai d'Espagne 50 p. c., le minerai d'Angleterre 35 p. c. L'importance des gisements de minerai de fer reconnus en France permet-'1 d'envisager d'ores et déjà une surproduction, quels que soient les progrès de son industrie métallurgique. La solution sera à trouver, 'nécessairement, dans la voie de l'exportation, et son client naturel devrait être l'Angleterre. Ses entreprises minières se heuteront-elles, sur les marchés anglais, à un nouveau concurrent disposam d'avantages naturels écrasants? Le point d'interrogation méritait d'être posé. L'obstacle principal à l'essor économique du Spitzberg sera probablement la monotonie et les difficultés de la vie sous cette latitude. Cet. obstacle n'est, cependant pas insurmontable Bien que rude, le climat y est sain, surtout pendant la saison d'été, durant laquelle le soleil brille d'un vif éclat. Pendant les six mois de jour conti nu, l'extraction peut être poursuivie sans interruption par équipes se relayant toutes les huit heures. Le travail peut être poursuivi pendant les six mois d'obscurité, sous la lumière électrique- La navigation reste libre de mai à octobre : elle pourra se prolonger grâce à la généralisation de la télégraphie sans fii et aux brise-glaces. Pendant la mauvais saison, on#pourra stocker. Il y a peut-être des exagérations dans Içs des criptions que font les représentants de la. compagnie d'exploration. Un fait cependant est certain : c'est qu'un nouvel et puissant facteur l'ait irruption dans le problème de la répartition des grandes matières premières entre les nations industrielles.informations""financières Emprunt hollandais. — Les Etats provinciaux de la Hollande septentrionale ont décidé de contracter un emprunt de près de 265.000 florins P.B. à 5 %, et un autre de 1.236.000 fl. pour l'amortissement- de celui qu'occasionnèrent les inondations. Crédit foncier de France. — Le Crédit foncier d. France, a annoncé, suivant un télégramme de Paris, un dividende-interim de 15 francs par action. Abattoirs et Marchés d'Anderlecht-Cureghem, société anonyme à Cureghem-Anderlecht — Bilan au 30 jfiin 1918. Solde créditeur fr. 458.370,25. Glaces d'Auvelais, société anonyme à Auvelais. —-Bilan au 30 juin 1918. Solde débiteur fr. 753.511,74. Société anonyme pour favoriser l'industrie agricole, à Sombreffe. — Bilan au 30 juin 1918. Solde j débiteur fr. 20.797,03. I j Manufactures d'épingles et d'aiguilles, société anonyme à Anderlecht. — Bilan au 30 juin 1918. Solde créditeur fr. 110.075,85. Compagnie auxiliaire d'Electricité, société ;rnony me à Bruxelles. — Bilan au 30 juin 1918. Solde créditeur fr. 350.561,45. Westflandria, société anonyme d'assurances à Ostende. — Bilan au 30 juin 1914. Solde créditeur fr .9.183,33. Courses d'Ostende Hippodrome Wellington, société anonyme à Ostende. — Bilan au 31 décembre 1913. Solde créditeur fr. 16.430,03. Sucreries centrales de Wanze, société anonyme, à Wanze. — Bilan au 31 juillet 1918. Solde créditeur fr. 511.729,48. La Belgo-Katanga, société anonyme établie à Bruxelles. — Bilan au 31 décembre 1917. Solde créditeur fr. 47.803,21. Compagnie d'assurances La Sauvegarde, société anonyme à Bruxelles. — Bilan de l'exercice 1P17. Solde créditeur fr. 19.257,97. Compagnie auxiliaire des Canaux brabançons, ciéî.é anonyme de travaux publics et d'entrepôts à Bruxelles. — Bilan au 30 juin 1918. Solde créditeur fr. 85.000,— Excelsior, société anonyme commerciale, industrielle et maritime, à Ostende. — Bilan au 31 août 1914. Solde créditeur ffr. 6.698,23. Les Ateliers du Rœuix, société anonyme nouvH'e à Le Rœulx. — Bilan au 30 juin 1918. Solde débiteur fr. 333.930,75. Santiago Company. — Les recettes nettes de la Santiago Electric Light and Traction Company ont été de 25.148 dollars, soit une augmentation de 6118 d. surplus, 12.194 d., soit une augmentation de 5774 d. 8ibi Eybat. — La Compagnie Bibi Eybat Petroleum Company indique pour l'exercice écoulé une production de 42.952 tonnes. (L'année précédente 18.581 tonnes). aux réceptionnaires et chargeurs de et pour la NORVEGE et la SUEDE Ces deux lignes de steamers reprendront leur service dans la première huitaine de janvier {sauf imprévus . Les agents, G. De Keyser & Co Canal St.-Pierre, (i \nvers mm—MMOB—aa——i——mgMM—a—Mu—an»—actamiHg—«a Banque Nationale de Belgique avis L'administration de la Ba.nquf Nationale nr Rw-giquk a l'honneur de porter à la connaissance de MM les Actionnaires, qu'une Assemblée générale extra ordinaire aura lieu à l'hôtel de la Banque, le lundi, 30 décembre 1918. à 11 heures, à l'effet de délibéré* sur sa proposition de permettre à la Banque, avec l'autorisation des pouvoirs compétents: 1° D'affecter à la formation d'un Fonds Spécial, par dérogation au 5° de l'article 43 des statuts ainsi conçu : « Le bénéfice net constaté au bilan est partagé de la manière suivante : - 5° aux actionnaires, le surplus à titre de deuxième dividende. » l'excédent bénéficiaire prévu par la disposition pr^ citée, tel qu'il ressortira du premier bilan qui sera dressé après l'assemblée : 2° De souscrire et de libérer complètement, au moyen de ce Fonds Spécial, les 50.000 actions d'une société anonyme à créer a Bruxelles, au capital de 25.000.(K»0 fr.. sous la dénomination de « Société Nationale de Crédit à l'Industrie -, et de répartir les dites actions entre les actionnaires de la Banque Nationale de Belgique, à raison d'un litre de la Société nouvelle pour une action de la Banque Nationale de Belgique. L'Assemblée générale se compose des actionnaires propriétaires de dix actions en nom, inscrites avant le 11 décembre 1918, ou de dix actions au porteur, déposées avant le 28 décembre 1918, soit au siège * social, soit à la succursale d'Anvers ou dans l'une des agences de la Banque en province. Les actionnaires peuvent se faire représenter par des mandataires ayant eux-mêmes le droit, de voter. L'Administration de la Banque Nationale invite instamment les propriétaires d'actions au porteur à effectuer en temps utile le dépôt de leurs titres : elle leur rappelle l'article 93 des Statuts, en vertu duquel l'Assemblée ne pourra délibérer valablement, <i le nombre d'actions représentées n'est pas de vingt-mille au moins. Le même article autorise les propriétaires de moins de dix actions à les réunir pour les faire représenter par des actionnaires ayant droit de vote. Les actionnaires qui ne pourraient assister à l'Assemblée trouveront des formules de procuration au siège social, à la succursale d'Anvers et dan» les agences en province. Le Secrétaire, Le Vice-Gouverneur Alb. e. Janssfa l. Van drr Rest Bruxelles Ip. f! <|p.r>ATYihrA "I<41N i Fat '£?"V" A "mo"'' , ALhXAJN DhK ,,R6m^:4s armateur et courtier de navires Entreprises de transports maritimes en général Spécialité : Grand et. petit cabotage, Mers d'Europe, Baltique, Nord d'Afrique, etc., autant que possible mais généralement par vapeurs belges de tous tonnages. Avis est donné par la présente que les services réguliers suivants seront immédiatement réorganisés aussitôt que les circonstances le permettront. l°) ANVERS-MIDDLESBROUGH-ON-TEES desservant tout le N.E. du Royaume-Uni. 2°) ANVERS-GRANGEMOUTH, service le plus économique desservant toute l'Ecosse Ces deux lignes belges ont été créées et régulièrement maintenues depuis 25 ans. Occasions régulières et nombreuses de chargements complets de et vers Londres et autres ports Anglais, Ecossais et Irlandais. seul exportateur du sable blanc de Campine de toute première qualité (best Belgian ^ilversand-) de la Société anonyme «Les Nouvelles Sablières » de "Moll (Belgique). Pour tous renseignements, MM. les industriels, importateurs et. exportateurs peuvent s'adresser dès maintenant à F ALEXANDER, 27, Rempart Kipdorp, 27 -- ANVERS SOCIETE GENERALE DE BELGIQUE Société anonyme établie à Bruxelles, 3, Montagne du Par# EMISSION de 31,000 lit de capital et 31,000 parts de réserve AVIS AUX ACTIONNAIRES MM. les actionnaires sont informés de ce c|ue, en exécution de la décision nrit« par I assemble» generaie extraordinaire du 5 novembre 1918, la Société générale d» B«ltiau« procédera a l'émission de 31,000 titres de capital et 31,000 parts d» réserve aux ol>use« et conditions énoncées dans la notice publiée au . Moniteur tielge . du 22 novembre 1»1S. Recueil ues actes et documents relatifs aux sociétés commerciales. —Acte n° 2021. EXTRAIT Di Le capital social est actuellement divisé en :îi 000 actions entièrement libérées, représentées chacune par deux titres: un titre de capital de fr. 1.058-20 ou 500 florins P.-B. et une part de réserve représentant 1/31.000® de l'actif net de la société après remboursement de fr. 1.058-20 à chaque titre de capital. En exécution de la décision prise par l'assemblée générale extraordinaire du 5 novembre 191#, la valeur nominale de chacun des 31.u00 titres de capital ci-dessus sera réduite ;i 1.000 francs par un remboursement de fr. 58-20, qui aura lieu à une date à fixer ultérieurement. Le capital sera augmenté par l'émission de 31.000 actions nouvelles, représentées connue les premières par 31.000 titres de capital d'une valeur nominale de 1.000 fr. et 31.000 parts de réserve. Après la réalisation complète de l'augmentation de capital et le remboursement de fr. 58-20 sur les anciens titres de capital, le fonds social comportera 62,000 actions représentées par 62,000 titres de capital d'une valeur nominale de 1,000 francs et 62,000 parts de réserve représentant 1/62,000® de l'actif net de la société après remboursement de 1,000 francs a chaque titre de capital. A partir de la date qui sera fixée pour la libération complète des actions nouvelles, celles-ci auront droit, comme les anciennes, mais « pro rata temporis » ; Pour le titre de capital, à l'intérêt statuta ; : j de 5 p. c sur le capital de 1,000 francs.1 Pour la part de réserve, au dividende à fixer par l'assemblée générale des actionnaires en conformité des art. 5 et 9 des statuts. Les actions nouvelles seront réservées, par préférence, aux actionnaires actuels, qui pourront souscrire : Un titre de capital nouveau pour chaque titre de capital ancien ; Une part de réserve nouvelle pour chaque part de réserve ancienne. Le prix d'émission des nouveaux titres est fixé comme suit : a) Pour les titres de capital : au pair de 1,000 francs, plus 50 francs pour les frais, soit ensemble 1,050 francs ; b) Pour les parts de réserve : au pair, c'est-à-dire à la somme à laquelle les parts de if-serve existantes rassortiront d'après les écritures sociales au 31 décembre 1918, plus les frais soit au prix de 2,500 francs par titre. Il est .appelé à la souscription : Sur les titres de capital : 300 francs par titre, soit 25 p. c. du capital plus les frais; Sur les parts de réserve : 700 francs par titre. soit 600 francs à verser au fonds social et 100 francs à titre.de provision pour les fiais. Le solde, *oit 750 francs par titre de capitad et 1,800 francs par part «le réserve, sera appelé ; LA NOTICE ■ j à une date à fixer après la cessation oUa ; hostilités, mais qui n'ira pas au-dèlà d'un an l après la signature des préliminaires de pair ; Jusqu'à cette date, il sera bonifié aux sous cripteurs, sur la partie du versement de souscription affectée au fonds social (250 francs par titre de capital ou 600 francs par part de réserve), un intérêt calculé au taux de 3 p c. l'an : cet intérêt sera réglé à la da'te à laquelle la direction appellera le second versement. Les actionnaires qui le désirent pourront, par anticipation, opérer des versements dr fonds en vue de la libération complète de* titres qu'ils auront souscrits. Sur ces versements, qui seront portés à un compte spécial, la Société générale bonifiera un intérêt calculé au taux de 3 p. c. l'an. Les versements pour libération complète qui n'auraient pas été opérés à la date prescrite seront passibles, outre des intérêts courus au taux de :5 p. c. l'an, d'un intérêt de retard cal-culé au taux officiel de l'escompte, minimum 6 p. c. l'an. Si, dans les trois mois qui suivront la date fixée pour le versement complémentaire. celui-ci n'a pas été opéré, la direction pourra prononcer la déchéance des ac-actionnaires retardataires et faire vendre publiquement leurs titres en Housse, sans autre formalité, par le ministère d'un agent de change à son choix. LES SOUSCRIPTIONS SERONT REÇUES : du 16 décembre 1918 au 15 janvier 191» à BRUXELLES : aux guichets de la Société générale de Belgique ; en PROVINCE dans les banques chargées du service d'agence de la Société générale de Belgique. Les actions anciennes devront être déposées ;i l'appui de la souscription ; elles recevront une estampille constatant les modifications apportées au capital et aux statuts de lu société. Les intéressés pourront retirer des formules de bulletin de souscription aux guichets des établissements désignés. Le délai de souscription sera prolongé jus qu'un an après la. signature des préliminaires de paix en faveur des actionnaires qui pourront établir que, par suite des circonstances ou des difficultés de communications, il leur a été impossible d'exercer en temps opportun le privilège attaché à leurs titres anciens. Pour les dits actionnaires, les versements appelés seront augmentés des intérêts courus au taux de 3 p. c. et d'un intérêt de retard calcule au taux officiel de l'escompte, minimum 6 p. c. La délivrance des nouveaux titres se fera aussitôt que possible après l'appel du versement pour libération complète.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dit item is een uitgave in de reeks Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires behorende tot de categorie Financieel-economische pers. Uitgegeven in Anvers van 1858 tot 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Toevoegen aan collectie

Locatie

Periodes