Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes

269 0
16 novembre 1918
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 16 Novembre. Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes. Accès à 17 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/mp4vh5d50r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

^'"*■"■ —"~^'*M*»lnrfiHMnnIl "|■! f , , , "iiii, iiMi iâii \wmmi\\w^àâukmmwLmm^mn NOSSE GAZETTE VEUX L'DJOU TOTES LES SAMAINNES ADMINISTRATION-RÉDACTION: SOESTERWEG 16fr' AMERSFOORT t « D n ht \i r u n \t m et ïit n *t o n tj t ci Comité de Rédaction : G. FONTAINE — E. LAMBRECHT — L. MARTIN S ABONNE M ENTS MENSUELS ♦ tt at t A "mtyi? Officiers etCivils 25 cents » • ilUbi^AJNL'iL Travailleurs . 15 „ î • "ÏTP À "NTPT? Officiers et Civils 75 centimes » ♦ r „ Sous-officiers et soldats 45 centimes . t Notre dernier numéro. „Amon nos Autes" se meurt, „Amon nos Autes" est mort! L'ordre de rentrer au pays est venu après quatre ans de misère et d'exil ! Nous allons revoir une Belgique souffrante et délabrée mais combien glorieuse dans sa victorieuse indépendance ! Le Boche s'en est allé dans la honte de sa défaite le bandit Guillaume a du fuir devant ses propres soldats, nos wallons de Liège ont pu ici en Hollande lui cracher à la face leur mépris ? Le droit" est enfin vainqueur et personnifié en la personne d'Albert l'Honnête, il est célébré ce 15 novembre. En remerciant tous nos fidèles camarades du concours qu'ils nous ont apporté nous voulons que le dernier cri de notre feuille soit Vive 1 a Belgique une et indivisible ! La Rédaction. L'Anarchisse. — Dja stu treus feies so l'pont di m'inarier, li pru-mire avou n'breune, li deuzimme. . . — Ahotte, savez valet c'est'ine advina qu'vos m'alez raconté là.. . — Nenni, c'est pus vite on ptit boquet di m'veie, pusqui vo n'avez nin l'air dè t'ni à longs contes, dji v'va raconter poqwè qui dj'sos vix jone homme magré mi. Ainsi s'espliquits à n'tave dè l'eantine, deux plan-■quets dè l'baraque. — Après avu fini m'timps d'chervice, dji m'dèris divaintrinn'mint qui l'meyeu qui dj'aveus st'a fé c'es-teut po esse comme les autes di m'mette li cwète ès hatrai. Dj'aveus tapé mes ouyes so n'pitite chervante di nosse wèsinèdge et les conv'nances fourits faites so l'cop. On liant'reut on ptit cop afize di s'kinohe et puis évoye po l'maison d'veie. Totes les sizes, dji coréve ad'lé m'moncœur et les ouyes divins les ouyes nos nos d'hits des doux mots d'amour. Qwand n's'estis nahis di c'djeu-là on passève si timps à aut'chwès. Elle mi mostrève les imadges di st'album et dji prindéve on grand plaisir à les louqui. Po l'eontinter, on djou dj'appwerta mi collection di cartes-vue et d'portraits dè rèdjumint. C'esteut des sov'nirs di Béverlo, wisse qui dj'esteut r'présinté mi battant en duel à l'bayonnette ou prette à s'intrer ès cachot. Tos les saudarts ont rawardé di ces imadges, mi dji t'néve tôt plein ax meunes et dji les aveu sogneus'mint rnettou divins n'padge di m'iivret d'mo-bilisation.Dj'arrive ad'lé m'erapaute, djè l'veus co battant des mains, qwand dji seteba fou di rn'potche mi live ricovrou d'pai d'âgne. Elle féve des èclameurs, chai mi trovant bin fait, là mi djugeant trop sérieux. Qwand elle ava djetté s'cop d'ouyes so mes portrait, voilà qui dji li mosteure mi binette à l'deu-zimme padge di m'iivret. Ça stu m'malheur, d'on côp volà qu'elle rodgihe, rissère li livret, mè l'rimette tôt m'dihant : „Vos r'ià vos affaires, Donné; à parti d'houye vos n'mettrez pus les pids chai, dji n'mi mareierè jamaye avu in'anarchisse," Et sins fé pus di complumints, elle si live, drouve li pwète po m'fé sorti. Dj'esteus à l'ouhe qui dji n'aveut co rin compris à çou qui m'arrivéve, dj'esteus trop estoumaqué. Qwand dji fourit on pau r'mettou dji tusa seul'mint çou qu'aveut stu.l'case dè malètindou. DEUXIINME ANNEE No. 12 PRIX: 3 CENSES ET DMEÏE 16 NOVIMBE 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Amersfoort du 1917 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes