Informations belges

1349 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 07 Decembre. Informations belges. Accès à 16 juin 2024, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/gq6qz25t24/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 538 7 Décembre 1917 Informations Belges Dbservation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelle® de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (*) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (zzx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belçe. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser leB communications de aervioe : 89, rue Jacques-Louer, LE H AVHK (Seine-Inférieure) France; La Victoire d'un Aviateur belge. — (Front belge, 6 décembre 1917. — D'un témoin oculaire.) — Le dernier communiqué hebdomadaire belge a signalé que notre aviation de chasse avait effectué de nombreux raids importants et qu'un avion allemand avait été abattu à l'Est de Dixmude. C'est le 29 novembre que le sous-lieutenant De Neeff accomplit cet exploit. Voici le modeste récit que le vaillant aviateur a bien voulu m'en faire : « Je patrouillais à 4,200 mètres de hauteur. Soudain, j'aperçus sous moi, à 2,000 mètres environ, trois appareils allemands; je pique aussitôt vers eux et j'en attaque un. Il se défend bien Ce n'est qu'à la cinquième reprise que j'eus raison de lui. Il s'abattit devant nos lignes. « A ce moment, ses deux compagnons arrivent à la rescousse. J'attaque l'un d'entre eux. Malheureusement, avant que le combat ait été mené à bonne fin, ma mitrailleuse s'enraie. « Il ne s'agissait pas de me faire « contrer » comme on dit au « bridge >>, par deux adversaires alors que j'étais désarmé. Je rentrai donc chez moi. Vous voyez que mon engagement fut chose simple et peu sensationnelle. » Peut-être ? Mais chez le lieutenant De Neeff, la modestie le dispute à la vaillance; ne vient-il pas de le prouver ? La mort d'un aviateur belge. (Front belge, 6 décembre 1917. — D'un témoin oculaire). — Un accident, dont les raisons demeureront sans doute toujours inconnues, vient de faire perdre à l'aviation belge un de ses meilleurs pilotes de chasse, Pierre Braun, l'un des fils de M« Auguste Braun, l'avocat bien connu près la Cour de cassation et neveu du sénateur Alex. Braun, de Bruxelles, et du député Emile Braun, qui tient vigoureusement tête aux Allemands, dans ses fonctions de bourgmestre de Gand. Pierre Braun n'avait que vingt ans et il volait depuis trois ans déjà. C'était le « bambino » de son escadrille où tous adoraient cet excellent camarade, autant qu'ils admiraient le pilote expert comme pas ùn, en acrobaties aériennes, très hardi parce que très sûr de lui et d'un courage à toute épreuve. Mercredi, il était parti en patrouille au début de l'après-midi. Une panne l'avait obligé à descendre et il avait atterri sur la plage. Il avait échangé quelques paroles avec son frère, lieutenant aux projecteurs.La machine étant remise en état, Pierre Braun reprit l'air. Que se passa-t-il alors ? On l'ignorera toujours. L'appareil, qui se trouvait encore à faible hauteur, s'abattit soudain dans la mer, à deux ou trois cents mètres de la côte. Des barques se hâtèrent vers l'endroit où il avait disparu. Le père de l'aviateur s'était précipité l'un des premiers. Les recherches sont restées vaines jusqu'à présent. La mort fatale du jeune héros a jeté la consterna» tion parmi nos vaillants aviateurs. La Croix-Rouge amérioaine. — Son délégué visite le front belge.— Un éloge flatteur.—(Front belge, 6 décemdre 1917.— D'un témoin oculaire). — On sait que la Croix-Rouge des Etats-Unis a envoyé en Europe une mission dirigée par le major Murphy, pour organiser l'assistance qu'elle pourrait prêter à tous les alliés. Une section où se dévouent le major Bicknell et le commandant John van Schaick, de Washington, s'occupe exclusivement des militaires, des civils et des enfants belges. M. John van Schaick visite actuellement notre front avec le consul des Etats-Unis au Havre, Af. John Bail Osborne. Il appartient à cette aristocratie républicaine des descendants des premiers colons américains. Sa famille est originaire d'Utrecht, en Hollande, et émigra en 1639. Je lui ai demandé son impression sur ce qu'il avait vu. « Votre méthode d'organisation, m'a-t-il dit, est excellente. Tout va rapidement chez vous. Votre façon de traiter les affaires concorde avec la nôtre, plus que celle de n'importe quelle nation alliée que j'ai pu connaître. Quand on demande une réponse rapide on l'obtient. J'ai eu surtout l'occasion de constater cette qualité chez vos ministres et vos dirigeants. Mais je crois qu'elle ne leur est pas particulière. Soyez persuadé que c'est bien mon impression que je vous exprime et que je ne vous dis pal cela pour vous faire plaisir. » Je ne pus que m'incliner et dire ma reconnaissance pour cette appréciation si flatteuse.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes