Informations belges

485283 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 12 Octobre. Informations belges. Accès à 06 août 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/w66930pw9g/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

M* 483 12 Octobre 1917 Informations Belges Observation importante Les difficultés iahérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des noureles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est «eulement possible, en certaias cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de lear searce première de publication. Oa aara donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suftsants de rente, ri* pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pa être contrtlée sur source. (xxx) signifie : Iaformation de source officieuse eu officielle belge. Les aotes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucan sigae. Adre»»er le» eommunioatien» de serrioe : 39, roe Jacques-Louer, H.K HAVRB (Seine-lnf.) France Le Congo-Belge pendant la guerre. —Interview de M. Reakin, ministre de» Colonies. — A l'occasion de la prise de Mahenge, le 9 octobre, qui fait pendant à la prise de Tabora dans les fastes militaires des coloniaux belges, M. Renkin, ministre des Colonies, a fait les déclarations suivantes : « L'effort militaire au Congo a marché de pair arec l'effort économique. «Au moment où la guerre éclata en Afrique, tout était à faire pour la mener à bien. Conformément à l'acte de Berlin, la Force publique n'était pas un instrument de guerre, mais une force de police. Sa réorganisation s'imposait ; il fallait remanier les unités, les former en vue de la guerre, appeler les réserves, donner à l'armée un puissant cadre européen, la doter d'un matériel moderne, l'équiper à nouveau, créer les multiples services qu'exige une grande campagne, pourvoir à la défense des lacs, s'efforcer d'en arracher aux Allemands la maîtrise et pour cela installer au lac Tanganika une escadrille d'hydravions, y transporter une artillerie puissante et des bateaux, y construire un port, y monter et y lancer un grand steamer, faire construire et lancer sur le lac Kivu une canonnière et un canot à moteur, qui les forceraient à quitter l'île Kwidjwi dont ils s'étaient emparé» par surprise, construire mille kilomètres de lignes télégraphiques, assurer l'armement et l'approvisionnement de l'armée en vivres et en munition^, améliorer les routes anciennes et en créer de nouvelles. «Mais le succès couronna nos efforts. Nos frontières furent opiniâtrement défendues jusqu'en avril 1916, tandis qu'au Cameroun un contingent belge participait avec les forces franco-britanniques à la conquête de cette colonie et qu'en Rhodésie eten Uganda, nos détachements secondaient nos alliés britanniques dans la défense de leurs frontières. «En 1916, l'offensive contre l'Est africain allemand commence. «Les Belges occupèrent tout le Nord-Ouest de la «olonie allemande, les rives du Tanganika jusqu'aux environs de Bismarkburg et le 19 septembre, ils prenaient Tabora, réalisant ainsi la conquête de 200,000 kilomètres carrés de territoire ennemi. A l'heure actuelle, dans le bassin du fleuve Rafiji, en liaison avec nos alliés britanniques, nos troupes refoulent les forces allemandes qui se défendent encore dans l'Est africain. «Au point de vue économique, la guerre a provoqué au Congo une crise fort courte. «Les importations s'arrêtèrent un instant. Malgré l'effort réalisé par le Gouvernement belge pour assurer la neutralisation du bessin conventionnel, les Allemands attaquèrent le Congo belge. «La crise fut bientôt surmontée par les mesures prises par le gouvernement pour faciliter les transports et les transactions. «La réorganisation administrative du Congo s'est poursuivie malgré la guerre. Le nombre des postes et partant le nombre des administrateurs territoriaux en sont augmentés. Les mesures propres à enrayer la maladie du sommeilfurent renforcées. «Le* travaux de construction des lignes de chemin de fer ont continué. La Compagnie des Grandi Lacs a terminé,en 1915, la ligne de 270 kilomètres qui relie Kabalo, sur le Haut Congo, à Albertrille, sur le lac Tanganika et qui rendit les plus grands services pendant la campagne de l'Est africain. «La ligne de 400 kilomètres qui doit relier Bukama, situé sur le fleuve, à Elisabethville, — chef-lieu de la province de Katanga — est sur le point d'être achevée. «La colonie a construit J,130 kilomètres de lignes de chemin de fer, au cœur de l'Afrique equatoriale, en une période relativement courte. «Un chantier de constructions navales a été créé au Havre, pour construire les unités fluviales nécessaires au développement du trafic et le programme prévu est entré en voie de réalisation dès 1916. «Plusieurs unités ainsi construites siont déjà en service en Afrique, à l'heure actuelle. «Plusieurs nouveaux postes de T. S. F. et près de 2,000 kilomètres de lignes télégraphiques ont été construits pendant la guerre. «Les mines de cuivre du Katanga, qui en 1914 avaient donné 10,720 tonnes, ont élevé leur production à 22,000 tonnes en 1916 et l'exportation prévue pour 1917, est d'environ 30,000 tonnes de métal. «Les mines d'or du Kilo et de la Moto, dans la Prorince Orientale, ont fourni 1,800 kilogrammes en 1914 et M,200 kilogrammes d'or en 1916. «Dans le district du Kasai, une Société où un groupe d'Américains,est intéressé, extrait des diamants. La production qui était de 18,000 carats en 1913 est passée à 54,000 carats en 1916 et l'évaluation du produit de 1917 est de 85,000 carats. «Au point de vue agricole, les premiers mois de 1918 donneront à la Belgique 20,000 tonnes de riz produits au Congo. «En 1916,22,390 tonnes de noix palmistes, 3,850 tonnes d'huile de palme et 3,017 tonnes de caoutchouc ont été l'appoint fourni aux usines de guerre rips Alliés» «Les exportations qui étaient de 53 millions en 1914. ont passé en 1915 à 72 millions et en 1916 à 129 millions de francs, «Le produit de l'impôt indigène, cependant très modéré, puisqu'il varie entre 12 et 3 francs par an et n'atteint que les indigènes adultes, a passé de 8 millions — chiffre de 1914 — à 12 millions de francs en 1917. »

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection