Informations belges

485155 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 06 Fevrier. Informations belges. Accès à 06 août 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/2f7jq0x048/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 597 6 Férrier 1918 INFORMATIONS BELGES Observation Importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelle* de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les oommunioations de servioe : 29, rue Jacques-Louer, LE UA.VRE (Selne-lnférieure) frauce (xx) — L'Ordre de la « Reconnaissance française » à la reine Elisabeth. — M. Poincaré, président de la République française, a prié le roi Albert de Belgique de remettre à la reine Elisabeth, au nom du gouvernement, la médaille de la « Reconnaissance française. » (xx) — Le Président de la République française décore le général Léman. — Le Président de la République française a reçu, le 4 février 1918, le général Léman, à qui il a remis le grand cordon de la Légion d'honneur, en souvenir de l'héroïque défense de Liège. L'Indépendance et la prospérité du Congo belge. — La Gazette générale de VAllemagne du Nord (n° 32 du 18 janvier 1918 — Beiblatt, Morgen-Ausgabe) a publié, sous le titre : « Projets économiques au Congo balge », un article où elle réédite la fable qu'une partie du Congo belge aurait été donnée en gage à l'Angleterre. A en croire ce journal, cette fable serait la vérité même car « un démenti officiel n'a paru nulle part jusqu'ici •. Le ministère belge des Colonies, interrogé à ce propos, déclare ce qui suit : « La fable est absurde. II est vrai que le Congo belge a pu placer un emprunt de 90 millions en Angleterre au cours de cette guerre : mais, pour sûreté de cet emprunt, il n'a dû gager ni territoire, ni recette, ni mine, ni rien que ce soit. Bien mieux, l'Angleterre, à plusieurs reprises, a promis à la Belgique son concours pour lui assurer, au moment de la paix, l'intégrité de son territoire colonial.« La fable a été démentie officiellement, dès qu'elle eut été publiée dans la presse allemande. Le démenti officiel a paru dans la publication Informations belges, éditée au Havre (no 223 du 21 janvier 1917). Il a été reproduit dans les journaux belges paraissant en Hollande, dans plusieurs journaux hollandais, notamment le Nieuwe Rolterdamsche Courant (n» du 28 janvier 1917) et dans la plupart des grands journaux des pays neutres et alliés.Mieux encore, la Gazette de Francfort du 27 août 1917 (édition du soir) y a fait allusion. « Y faut-il revenir ? Les finances du Congo belge sont absolument distinctes des finances de la Belgique. Or, le Congo doit pourvoir aux nécessités de son développement économique. Ce développement, par le fait môme de la guerre, a atteint rapidement des proportions inespérées. Jamais le marché des nroduits snécifiauement coloniaux et des produits miniers du Congo n'a connu une telle prospérité. Dès lors, la colonie belge devait investir un plus gros capital dans son entreprise. C'est ce qu'elle a fait. Mais, pour obtenir du gouvernement britannique l'emprunt de 90 millions, il ne lui a fallu donner aucun gage spécial. L'Angleterre a confiance dans l'activité et la bonne foi de son emprunteur. Cet emprunt n'est pas, d'ailleurs, l'indice d'une situation embarrassée, mais bien l'indice d'une prospérité rapide. L'industriel dont les affaires s'étendent, accroît, lui aussi son capital-action ou sen capital-obligation ; il emprunte, mais son emprunt prouve sa richesse. 11 en est ainsi du Congo. « L'article de la Gazette Générale de VAllemagne du Nord contient d'autres erreurs. « A l'en croire, le ravitaillement du Congo, à partir de juillet 1917, aurait été confié aux Etats-Unis d'Amérique et la Compagnie de navigation Elder Dempster assurerait le serviee entre New-York et la côte africaine. « D'autre part, une Société américaine se serait établie dans la région de Kasaï pour y exploiter des minés de diamant. « Par là, le journal allemand veut, sans doute, donner à entendre que le Congo belge tomberait, en quelque manière, dans une certaine dépendance économique vis-à-vis des Etats-Unis. « Obligés comme toutes les colonies d'outremer de chercher au dehors une partie de son ravitaillement en vivres, en matières premières et en outillage, le Congo fait des achats aux Etats Unis comme il en fait en France et en Grande-Bretagne, comme il en faisait, en temps de paix, eu Belgique. Mais, en revanche, le Congo vend à ces pays et leur vendra de plus en plus ses produits coloniaux et miniers. Il n'y a rien là qu' « un jeu commercial normal et fécond, d'autant plus que, de plus en plus, le chiffre de ses exportations du Congo dépasse celui de ses importations car, chaque jour, la Colonie belge se suffit davantage à elle même (en 1916: importation: 46,391,000 fr. ; exportation : 129,203,030 l'r). « Ajoutons que ce n'est point la Compagnie maritime Elder Dempster qui assure les transports Amérique-Congo.« Ajoutons encore que la Société qui exploite des gisements de diamant au Kasaï existe de longue dâte ; elle a été constituée du vivant de Léopold II et ses capitaux sont belgo-américains. «Economiquement riche, militairement victorieux, le Congo belge est le signe sensible de la disgrâce allemande en Afrique. Ainsi s'explique le dépit de la presse d'outre-Rhin qui se traduit par des renseignements faux et des anDréciations inexactes ».

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection