La Belgique maritime et coloniale

1073 0
04 janvrier 1914
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 04 Janvrier. La Belgique maritime et coloniale. Accès à 31 janvrier 2023, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/4b2x34qt9k/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA BELGIQUE MARITIME ET COLONIALE REVUE HEBDOMADAIRE (iÇme année) Prix : 25 centimes (35 centimes pour l'étranger) ABONNEMENTS : BELGIQUE : Un an . . . 12 francs ÉTRANGER : Un an . . . 18 » Les abonnés pour 1913 ont droit, i\ titre <le prime, à une carte du Congo belge, de 85 sur 90 centimètre», en six couleurs. Comité de rédaction : Paul Mussclie, directeur : Ch. Hervv-Cousin, membre du Conseil sup. de la Marine, Ch. Maroy, L. Meganck, R. Vauthier, conseiller colonial, Kug. Gillon, ingén. des constructions navales, membre du Conseil sup. de la Marine, Van Bladel, J. Rousseaux, C. Smeesters, membre du Conseil sup. de la Marine, à Anvers, L. Teugels-Devos, membre de la Commission interprovinciale des Canaux brabançons, de Kercliove d'Exaerde, officier de Marine ; Ch. De Zuttere, secrétaire de la Commission de pêche marit. de la Flandre occidentale, à Bruges. Secrétaire-Administrateur : E. de BURBURE de WESEMBEEK. BIBLIOTHÈQUE DES ÉCOLES SPÉCIALES BU ECX1F CIVIL N^: — Dimanche 4 janvier 1914 RÉDACTION-ADMINISTRATION 8, rue de la Tribune, BRUXELLES Téléphone : B. 1807 BUREAUX A ANVERS : 22, RUE DES RÉCOLLETS SOMMAIRE : Colonnes L'année coloniale 1913 1 A propos de la prochaine ouverture du canal maritime de Bruxelles 5 Un nouveau bateau-phare français ... 9 Nouvelles et informations. 12 Le port d'Anvers et les tarifs de faveur des chemins de fer prussiens 19 Une belle fête . 24 Autour du monde 27 Bibliographie 28 Bulletin commercial 29 Tableaux des expéditions par paquebots-poste 32 Notes financièi'es 34 Avis divers 35 L'année coloniale 1913 ii L'Ancien et le Nouveau Monde. L'Asie,- selon le géographe allemand Supan, obéit à l'action de plusieurs courants civilisateurs aussi puissants qu'originaux qui prennent leur source dans l'Arabie, l'Inde et la Chine. Au point de vue spécial qui nous occupe et qui exprime l'effort synthétique d'expansion 'des puissances occidentales, il est permis, dans leur conduite à l'égard des peuples de l'Asie, de distinguer entre la. politique et la colonisation proprement dite. La première pousse certaines nations à introduire un système de gouvernement et d'exploitation économique chez les peuples qu'elles s'assujettissent en respectant leur personnalité. La seconde implique une implantation terrienne et racique qui, transforme les contrées soumises en annexes prolongeant simplement l'Europe. L'Inde anglaise, la Turquie, la Perse rentrent dans l'une des catégories, la Sibérie dans l'autre. Entre les deux, la Chine et plus encore le Japon maintiennent leur intégrité, et, tantôt par leur masse même, tantôt par la force et le prestige de leurs armes témoignent de la vitalité du monde jaune. Des événements de haute portée s'accomplissent, dans ces régions reculées, à l'abri de la curiosité générale. Tout au moins celle-ci s'arrête-t-elle aux limites de l'empire turc, en lequel paraît se résumer la question d'Orient. L'ébranlement terrible qu'a subi la domination ottomane dans les Balkans a entraîné, comme conséquence, de faire refluer sur son domaine asiatique l'attention intéressée des principales puissances européennes. Libérée du souci que lui infligeaient l'agitation et la révolte fatale des populations chrétiennes, la Turquie, croyait-on, en se repliant sur elle-même, retrouverait force et cohésion. Et de fait, en Anatolie, les Turcs forment un groupe ethnique homogène ou qui, tout au moins, possède une réelle supériorité numérique. Mais à côté, il y a l'Arménie, toujours prête à secouer un joug détesté, puis l'Arabie, avec la Syrie qui n'a cessé de s'insurger contre l'hégémonie des Osman-lis, et dans ces provinces les positions prises, les influences plus ou moins agissantes des missions et des communautés chrétiennes qui se réclament du protectorat religieux effectif ou de la protection de la France, de la Russie, de l'Allemagne, voire de l'Italie et de l'Autriche . C'est parmi tant île compétitions et de concurrences que l'Allemagne, avec une ténacité admirable, a réussi, avec le chemin de fer de Bagdad, à se faire investir par la Turquie, d'une sorte de tutelle économique sur la partie centrale de tout cet édifice branlant. Les vallées historiques du Tigre et de l'Euphrate, contrôlées directement de Constantinople, où l'influence allemande est plus solidement assise que jamais, voilà un résultat d'un type colonial plus ou moins inédit, mais dont la réalité ne saurait être déniée. Le danger d'une collaboration aussi étroite entre un « très fort » et un « très faible », c'est de ressembler trop à un. partage, à une liquidation qui ne laisserait plus rien de substantiel à ce dernier, et par contrecoup de précipiter les convoitises des tiers. A cet égard, l'Angleterre a marqué, depuis longtemps, ses desseins et ses volontés. Ce qu'il lui faut, c'est le contrôle absolu du débouché maritime de la Bagdad. Bahu, dans le golfe Persique, qui devient la voie la plus courte vers l'Inde. Le sultanat de Koweit, qui commande ce débouché, se transforme graduellement en un protectorat britannique, de même que la côte de l'Arabie. Protectorat dont les liens restent aussi lâches que possible, plus voisins de l'amitié et de l'alliance que de la domination, parce que les Anglais usent des plus grands ménagements envers les musulmans de l'Inde, aux yeux de qui les cités saintes de La Mecque et de Médine ont conservé tout leur antique prestige. Parallèlement à l'action anglaise,- et à la tentative de conciliation anglo-allemande, la Russie pèse de tout son poids sur la frontière arménienne. Un incident, même médiocre, la simple crainte d'être évincée de ce qu'elle considère comme sa mission historique, suffirait à provoquer de la part de la Russie une avancée soudaine. La population arménienne lui étant acquise, on ne voit pas bien qui pourrait présentement lui résister. De toute la partie septentrionale de la Perse, la Russie a fait ainsi une dépendance de l'Empire. La Syrie,' enfin, est pénétrée à un point qu'on ne croirait guère possible, vu la politique intérieure de la France, des idées et de la langue françaises - répandues par les ordres religieux relevant de son protectorat catholique. Dans l'ordre des intérêts matériels, ces luttes d'influence se combinent avec des concessions de chemins de fer, de ports et de quais, avec des emprunts et des commandes qui se justifient le mieux du monde, sans nul doute, mais qui constituent autant d'hypothèques prises sur l'indépendance et la souveraineté du pays qui les consent. C'est pourquoi l'avenir de l'empire turc, en tant que domaine de colonisation, et en raison de cette qualité même, nous paraît sujet à bien des aléas. Si nous portons à présent nos regards du côté de l'Extrême-Orient, les solutions prévues et escomptées y revêtent un aspect infiniment moins compliqué. Les partages politiques s'y poursuivent également, mais ils ne mettent en présence que peu de compétiteurs. La Chine, dans son énorme masse centrale, a échappé au dépècement. Elle a pu terminer une phase importante de sa révolution intérieure sans donner prise à des interventions étrangères, dans l'espèce au Japon qui passe pour avoir soutenu le mouvement révolutionnaire dans le sud. Youan-Chi-Kaï, le président de la république chinoise, est maître de la situation. Peu à peu, ses pouvoirs constitution-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique maritime et coloniale appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Bruxelles du 1905 au 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes