La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

969 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 27 Octobre. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Accès à 07 avril 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/fx73t9f71t/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA MÉTROPOLE D'ANVERS, PARAISSANT PROVISOIREMENT A LONDRES. 21M ANNEE. MARDI '27 OCTOBRE 1914. N°- 300. LES COMMUNIQUES OFFICIELS FRANÇAIS. LES ALLEMANDS PASSEN1 L'YSER. UN REGIMENT ALLEMAND ANEANTI. PARIS, 2ô octobre.—Communiqué officia de 23 heures.—- L'action a continué dans les mêmes condi tions -que les jonxs précédents. Une batailh très "vaà&ente se poursuit entre Nieuport et h Lys~ Des forces allemandes ont réussi î passer l'Yser entre Nieuport et Dixmude. A l'ouest et au sud de Lille des attaques -vÎQ'lentes de l'ennemi ont été repoussées. Rien -a sâgnaler entre l'Oise'et l'Argonne, i T'exûeptian de légers progrès faits par nos trompes au nord-ouest de Soissons et dans la région. de Craonne. Un violent combat d'artillerie a eu lieu sui les Hauls de Meuse. Dans la Woevrc notre artillerie lourde commande aujourd'hui la route Thiaucourt-Nonsart-Buxerelles-Woin. ville, une des principales lignes de communi-oatîon allemandes vers St. Mïhiel. On signale qu'hier. dans l'Argonne. un régiment d'infanterie allemand tout entier a été ancarrii au cours d'une action engagée dans ies-bois an nord de la Chalade. NOTE RASSURANTE. PATïIS, 26 octobre.—On considère ici qu'il rte faut pas accorder trop d'importance au passade de l'Yser par les Allemands. Des avis reçus ce matin indiquent une avance générale des Alliés dans la région comprise entre Nieuport et YpTes, comme, du reste, à l'Est d'Arras. LES ALLEMANDS TENUS EN ECHEC SUR L'YSER. PERTES CONSIDERABLES SUR LA VISTULE. PARIS. 26 octobre.—Communiqué officiel de J.5 heures:— Pendant la journée d'hier notre front a été maintenu sur la ligne générale de Nieuport à Dixmude. Les forces allemandes qui avaient traversé l'Yser entre ces deux villes n'ont pu faire aucun progrès. Dans la région d'Ypres et de Roulers, et • entre Armentières et Lille, à l'ouest de La Bassée, et de Lens à l'est d'Arras, la ligne est prolongée vers le sud par une ligne, déjà indiquée dans des communiqués précédents. Dans les combats de ces derniers jours l'ennemi paraît avoir éprouvé des pertes considérables.A l'ouest de la Vistule et au nord de Pilitza les Allemands ont été repoussés sur Lowicz, Skierniewice, et Rawa, qui ont été enlevés par les Russes à la pointe de la bayonnette. Au sud de la Pilitza, dans la direction de Radom, des combats sanglants, ont eu lieu entre Russes et Austro-Allemands; ces derniers ont perdu dçs prisonniers et des canons. Au sud de Solec lés trouves russés ont forcé "un passage sur la Vistule, repoussant les autrichiens. Sur la San et au sud de Przemysl, des combats acharnés favorables aux Russes ont eu lieu. Une colonne autrichienne venant des Car-pathes vers Dolina a été mise en déroute. LE PLAN ALLEMAND. VERS CALAIS. PARIS, 24 octobre.—Le "Temps" rapporte qu'un de ses rédacteurs a eu l'occasion de parler avec une autorité militaire allemande. Celle-ci, ignorant qu'elle avait affaire à un Français, lui fait connaître quelques-uns des plans allemands. Le plan du grand état-major était de mettre la main sur toute la Belgique et de prendre-an des ports français de la Manche, Calais ou 3oulogne. Cette opération aurait eu pour but, •n cas de succès, l'ouvèrture d'une route, qui uirait permis aux troupes du Kaiser d'opérer ine nouvelle invasion, dont l'effet aurait été t l'influencer l'opinion publique française et de ]>ermettre d'essayer d'amener la 'France à conclure un traité de paix avec l'Allemagnê. Le but de Berlin, dont on parle partout en Allemagne, est de mettre fin à l'amiable âu différend avec la France pour permettre aux armées de se tourner avec toute leur énergie contre l'Angleterre, qu'on, considère comme un adversaire qui doit être battu à tout prix. La seconde opération projetée avait" Calais pour objectif. Les Allemands croyaient qu'ils auraient été à même de fatiguer sérieusement les Alliés, et ils tiendraient en réserve un grand nombre de surprises maritimes dans cette intention.—Exchange.—En vue de venir en aide à ceux des réfugiés belges qui ne connaissent pas l'anglais, M. G. E. Clark, directeur du Civil and Business Collège, 1, 2 et 3, Chancery-lane, donnera des leçons gratuites d'anglais, les lundis, mercredis et jeudis, fie six à sept heures du soir dans le hall du collège. —Le Gouvernement de l'Union sud-africaine a publié hier le traité conclu entre le chef boer rebelle Maritz et le gouvernement allemand, qui révèle un complot pour assurer l'indépendance de l'Afrique australe anglaise. Celle-ci aurait annexé Delagoa Bày. tandis que. l'Allemagne aurait pris Walfish Bay. Entretemps le colonel Van de Venter a battu les rebelles à Calvinia,, capturant deux mitrailleuses et faisant fll prisonniers. — JAi général von Moltke a été transporté très malade à Berlin. LE BOMBARDEMENT D1 LA COTE BELGE. 14 OBUS A LA MINUTE. 4000 ALLEMANDS TUES ET BLESSES. LONDRES, 25 octobre.—D'intéressants de I ta ils sur le bombardement des positions aile mandes sur la côte belge entre Nieuport c Middelkerke par une escadre mixte francc , anglaise, le jour anniversaire de la bataille d Trafalgar (21 octobre), ont été reçus à Douvre; Les navires furent en action, sans discor tinuer, pendant douze heures. L'action con , mença à 6 heures du matin, moment où l'ef cadre, faisant vapeur à environ deux mille (trois kilomètres) de la côte, se mit à bon 1 barder les tranchées ennemies situées à tToi milles à l'intérieur du pays. Les hommes restèrent à leur poste jusqu' six heures du soir. Le feu fut incessant, c on peut se faire une idée de sa rapidité par 1 fait que, pendant ce temps, un seul cuirass anglais tira rien moins que mille shrapnels e obus à la lyddite. Le feu de l'escadre fit un terrible carnag dans les tranchées, allemandes et les batterie le long des dunes; les vaisseaux des Allié réussirent notamment à détruire une batteri allemande d'artillerie de campagne, et dis persèrent un train de pontons allemands qu se réunissait pour forcer le passage de l'YseT Ils firent exploser une colonne de muni tions, tuèrent le général von Tripp et, tout soi ètat-major à l'ouest de Westende, et par 1; violence de leuç feu ils forcèrent l'ennemi ; évacuer ses positions devant Nieuport. Le feu était, si rapide que certains canon tirèrent quatorze projectiles à la minute. • Les dégâts effectués étaient parfaitemen visible à bord des navires. L'ennemi tenta d'obtenir la distance à la quelle se trouvaient les cuirassés en leur en voyant un aéroplane qui laissa tomber de bombes à fumée, mais cela ne lui réussit pas Les résultats du feu de l'escadre furent s terribles qu'à la fin de la journée toute la côt< belge, sur une distance de quatre milles, entri Nieuport et Westende, qui, au coinmencemen de l'action, était fortement occupée par l'en nemi, avait été complètement évacuée, et n< constituait plus qu'une masse compacte d< flammes et de fumée. On a signalé par après que les Allemand, perdirent, âu moins. 4000 tués et blessés dan: ce combat. ENORMES PERTES ALLEMANDES. 1500 MORTS. UN TAUBE ABATTU. PARIS, 26 octobre.—Les armées allemande: qui opèrent contre notre aile gauche sont coin mandées, entre l'Oise et la mer par le généra, von Bùlow, le kronprinz de Bavière, et le du< de Wurtemberg, ce dernier étant en Belgique Le général von Kluck reste sur l'Aisne. Les derniers engagements ont été très meur triers pour les Allemands. Sur le front oc cupé par la division anglaise on a trouvé plus de 1500 morts. Hier six cents prisonnier* ont été pris. Un aviateur français a abattu un aéroplane Taube. Celui-ci volait au dessus de Verdun où il jeta quatre bombes qui ne firent que d« légers dégâts à des maisons.—Central News. DES RENFORTS AU CENTRE. PARIS, 25 octobre —Depuis que la bataille de l'Aisne a commencé, l'armée du généra von Kluck" est restée sur cette rivière. Les modifications successives dans l'ordre de bataille ont amené à son aile droite des force* qui opéraient au centre et sur la gauche allemande.L'ennemi a subi de très grosses pertes depuis le début de la bataille dans le Nord de la France et, sur la côte belge. Dans l'Argonne, la bataille qui se poursuit au milieu (Je.la forêt a occasionné à l'ennemi de très lourds sacrifices.—Reuter. Un aéroplane français piloté par le caporal Strobek, accompagné du mécank-ien ' David, a abattu un Taube samedi à l'est d'Amiens. Les deux vaillants aviateùrs ont reçu la médaille militaire. L'ALLEMAGNE A FAIM. ENORME HAUSSE DES VIVRES ROME, 26 octobre.—D'après des nouvelles reçues ici, les effets de la guerre commencent à se faire sentir dans la situation économique de l'Allemagne. La viande de bœuf et de veau est rare et chère, de même que celle de porc. Malgré les immenses stocks, le prix des poulets a augmenté. Les œufs ont presque complètement disparu, et la vente de la viande de cheval devient énorme. Le pain blanc de première qualité est introuvable, et l'autre est fait de froment mélangé avec d'autres céréales, y compris de l'orge et des pommes dè terre. Dans beaucoup des régions pauvres le pain est remplacé partout par des galettes faites de farine de qualité inférieure.—Reuter. —A Cattaro le fort Vrmatz a été réduit au silence par la flotte française. — Les "Hamburger Nachrichten" annonçent que le pilote ' allemand Finger a été tué le 9 octobre eu France par un aéroplane ennemi à l'altitude de 2000 mètres. I ANVERS BOMBARDE. UNE STATISTIQUE OFFICIELLLE. ROOSENDAEL, 24 octobre (De notre correspondant, par courrier). Voici la statistique dressée par un fonctionnaire dè la police du nombre de maisons détruites par le bombardement d'Anvers:— RUES. Van Brée 11. de Vrière 6 aux Lits 15 v. Schoonbeke ... 3 des Peignes 7 Dierksens A Kroonenburg 10 Général Léman .... 2 des Gueux 4 De Witte 7 1 du Peuple 20 Général Van i- de Verviers 15 Merlen S d'Egmont 5 de la Porte 1 Lozane (courte) ... 9 de Bom 2 >. Verlat 4 Pruynea 1 Rodolphe '•'> de la Vigne 1 Stéphanie 2 do la Station Ballaer 4 (Berchem) 4 i- Sarlderus 4 Trois Rois (coin de s Anselmo 3 la Tue Troost) ... 1 du Moulin 3 Cobden 7 de la Paix 1 AVENUE. s Boudewyns 4 du Sud 12 Solvyns A PLACE. à St.-Roc h 2 Verte 3 t Poids de fer 2 MARCHES. - Q des Prédicateurs.... 5 au . Lait 2 • du Jardin 2 aux Souliers ...... 30 . d'Argile 1 aux Œufs 2 1 Cuylits 1 CHAUSSEE. Ommeganck A de Malines' ... ... 1 Les maisons 46 et 48 rue de la Duchesse sont 5 démolies, de même la Station de Berchem, les 0 4 et 6 de la rue de l'Agneau, le 60 de la rue des Peignes est également incendié, et-le No. 55 T que nous n'avons pas signalé précédemment. 1 Rempart du Lombard les 64, 76 et 78, dont la • maison de Teniers déjà relatée. Avenue du Sud, du 23 au 41 détruits. Rue du Grand Chien, 1 une école. Rue Van Brée, depuis la rue d'Argile i jusqu'à la rue Willems. Les façades de la rue i de la Justice ont été abîmées par la bombe d'un Zeppelin. ÀNVERS-LA-MORTE. HERR STRANDES VA ' ESSAYER DE LA REVEILLER ! i ; AMSTERDAM, 26 octobre.—Le corresponds dant du " Tijd " à Anvers télégraphie que Herr t Strandes, membre du Sénat de Hambourg, est - arrivé pour occuper son poste de gouverneur ? civil. ; Dans une réunion extraordinaire comprenant le bourgmestre, les échevins-, et le comité in-; tercommunal, Herr Strandes a déclaré qu'il i ferait tout ce qui était en son pouvoir pour restaurer la prospérité d'Anvers (sic).—Reuter. — I UNE CONDUITE QE GRENOBLE. ROTTERDAM, 23 octobre (de notre correspondant, par courrier).—Voici peu de jours un édile anvexsois, bien connu pour ses attaches avec les prussiens, a eu le toupet de venir à Rotterdam engager les " sinjooren " à regagner leurs foyers. On lui fit un succès peu ordinaire, et les oreilles de Monsieur l'Echevin tinteront encore longtemps du tintamarre dont furent acceuillis ses conseils pouY le moins inté-1 ressés. Il fut apostrophé ,de violente façon -par les auditeurs, dont, plusieurs demandèrent au beau parleur s'il était vrai qu'il avait un : gendre servant parmi les sujets d'Attila II. Pris au vif, le donneur de conseils se contenta de bredouiller quelques paroles confuses, jurant, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. Si le beau-père d'un traîneur de sabre prus-1 sien aura mis du temps à comprendre que le silence est d'or il ne lui en aura pas fallu autant pour comprendre que rien ne tue plus sûrement que le ridicule. LES ALLEMANDS EN BELGIQUE. EVACUATION DESSCHEN. AMSTERDAM, 25 octobre.—D'après le ' "Handelsblad " un train de marins allemands a quitté Merxcm dimanche matin. Immédiatement après à la gare et à l'église d'Esschen le drapeau belge fut arboré. Tous les soldats allemands ont disparu de la contrée.—Reuter. UN DUC ADMINISTRATEUR. AMSTERDAM, 26 octobre.—D'après un télégramme de Berlin le duc Ernst Guenther de Schleswig-Holstein a été nommé conseiller de l'administration allemande en Belgique. Le duc possède une connaissance approfondie delà Belgique, et il aura pour tâche d'aider à la réorganisation du pays.—Reuter. Note.—Il faut croire que la dite réorganisation n'est pas aussi commode qu'elle en a l'air, puisque le personnel de l'administration allemande est si fréquemment renouvelé. Nous doutons fort que les conseils d'un duc y changeront quelque chose ! LE MARECHAL VON DER GOLTZ ET LE CARDINAL MERCIER. AMSTERDAM, 26 octobre.—D'après un télégramme de Dusseldorf à la " Vœssische Zeitung," le maréchal von der Goltz, gouverneur-général de la Belgique, aurait rendu visite au cardinal Mercier. Ce prélat aurait promis d'user de toute son influence pour pacifier la population catholique de la Belgique et s'efforcer de restaurer l'ordre.— Reuter. Note.—Nous publions cette dépêche sous les plus expresses réserves. —On annonce de source anglaise qu'Ostende n'a pas été bombardé. Un monitor en reconnaissance,'attaqué par des mitrailleuses placées sur la digue, a simplement lancé trois obus sur l'Hôtel Majestic, où trois officiers du quartier-général allemand ont été tués. LES DERNIERES CARTOUCHES. 500,000 HOMMES ENCORE ! DES VILLES DE BLESSES. PARIS, 26 octobre.—Le " Matin " rapport qu'un membre du corps diplomatique suédois qui vient de parcourir l'Allemagne et a pass par Berlin, a communiqué ses impressions M. Pauliat, membre du Sénat français. — Ce qui m'a le plus&frappé dans toutes le villes allemandes que j'ai visitées, a déclar ce diplomate, c'est le nombre de blessés qu'o rencontre dans la rue. A Berlin, c'est littérale ment effrayant. Sur dix personnes qu'o rencontre, il y en a six qui sont blessées. " D'après des conversations qu j'ai eues ave des officiers, 1'AJ.lemagne serait épuisée. L seul rappel de troupes qui puisse encore éti fait est la dernière classe de recrues, qui n comprend que' 500,000 hommes. Ils seror rappelés sous peu. On les exerce déjà dan des camps, et il paraît que d'ici deux mois il seront envoyés en Belgique pour y termine leur instruction militaire." LA RETRAITE ALLEMANDE El POLOGNE. EVACUATION DE LODZ. PETROGRADE, 25 octobre.—Les Allemand évacuent en hâte Lodz, et se retirent sur 1 rivière VVarta. En ire Radom et Jvangorod, chaque fois qu les Russes poursuivirent les Allemands aprè une bataille, ils entrèrent en contact avec le Autrichiens, qui étaient évidemment employé par les Allemands à couvrir leur retraite. Cette tâche ingrate fut assumée par la plu grande part par les premiers corps autrichie: et polonais et par le cinquième corps hongrois —Central News. LE 'G0EBEN' ET LE 'BRESLAU. UN AVERTISSEMENT DES ALLIES. ROME, 26 octobre.—Un télégramm d'Athènes à la " Tribuna " dit:— Le " Goeben " et le " Breslau" on regagn en hâte le Bosphore. Les ambassadeurs de Russie et d'Angleterr ont informé la Porte qu'ils ne considèrent pa la vente de ces deux navires comme valable, e que les Alliés les attaqueront 1a. première foi qu'ils sortiront du détroit. L'ambassadeur de Russie a expliqué, dit-on les mouvements de la flotte russe dans 1; direction du Bosphore par le fait que le " Goe ben " et le " Breslau " avaient quitté les eau; territoriales turques.—Reuter. LA NEUTRALITE ITALIENNE MENACEE AMSTERDAM, 26 octobre.—D'après h presse italienne, des officiers du grand état major allemand ont fait une tournée d'inspec tion dans le Tréntin en vue d'un transport d< troupes et de matériel de l'Allemagne aux fin de tirer vengeance de la neutralité italienne. D'après un télégramme de Berlin, ce nouvelles seraient . de pures inventions.— Reuter. LE CHOLERA EN AUTRICHE. ROME, 26 octobre.—Des lettres reçues à Vienn< du front affirment que la Basse-Autriche est in lestée du choléra. A Vienne seule des centaine; de cas sont signalés chaque jour. D'autres ca: sont signalés en 'Hongrie. Une analyse de: eaux du Danube a décelé la présence du bacilli du fléau.—Central News. LA MISERE AU HAINAUT. Dans un document officiel communiqué à h presse anglaise, MM. Emile Devreux.- bourg mestre, et Emile Buisset, député et échevin d< Cliarleroi, arrivés à Londres, font un lamentable tableau de la situation dans la province dv Hainaut, qui compte un million et quart d'habi tants et importe le quart de ses subsistances. Les Allemands y ont fait des réquisitions er vivres jusqu'au 6 septembre, de sorte que le famine n'a pas tardé à régner. Les autorités ont dù installer plus, de ÎOC cuisines populaires dans le district de Charleroi. où 500,000 personnes sont nourries. En ces derniers temps, on n'a pu distribuer de pain que deux jours par semaine. Il reste poyr un mois de pommes de terre. Les mines ne travaillenl plus que deux ou trois jours par semaine. L'in dustrie est paralysée et les ateliers sont fermés, 800,000 personnes sont à charge de la charité publique. Les représentants du Hainaut font ur: chaleureux appel à la bienveillance des Alliés pour les fournir de vivres. . . . Voilà les horreurs que les Allemands ont semées sur notre malheureux pays ! —I/e Roi Georges V., accompagné d'un officier d'ordonnance, s'est rendu hier dans te Kent à Sittingbourne, à Sandwich, et à Ganter bury, où il .a passé les troupes en revue. —Un chercheur de mines russe a heurté une mine au large de Libau et a coulé. —L'ambulance anglaise, qui était allée en Belgique, est repartie pour le front. Elte établira son quartier-général dans un monastèr€ à Furnes. —Cent cinquante belges blessés, avec quatre officiers, sont arrivés hier matin à Brighton. venant de Southampton. Presque tous sonl légèrement atteints. —Un réfugié de Reims, interviewé par le corre spondant spécial du Standard à Paris, lui a dil que plus de 1200 habitants de cette ville avaieni été tués pendant les différents bombardements. LES BELGES A LONDRES. Les militaires belges de tout grade se trouvant actuellement en Angleterre sont invités à se présenter immédiatement soit au Bureau Militaire Belge de Londres (10, Fins-bury-square, E.C.) soit au Bureau Militaire Belge de Folkestone (Town Hall). Les militaires blessés ou qui seraient dans l'impossibilité de se présenter à l'un des deux bureaux précités sont priés d'y faire connaître leur nom, leur.qualité militaire et leur adresse e en Angleterre. Le délégué de l'attaché militaire leur don-é nera des instructions. à Les miliciens de 1914 de l'armée belge qui se trouvent actuellement en Angleterre sont priés de se présenter immédiatement ou de , faire cewinaître leur nom et adresse, à l'un e des deux bureaux militaires suivants: 10, ^ Finsbury-square, London, E.C., ou Town Hall, Folkestone. a Le délègue de l'attaché militaire leur donnera des instructions. Les Belges désireux de contracter un en-c gagement volontaire dans l'armée belge sont e priés de faire connaître leur nom et adresse , e en Angleterre, ou de se présenter à l'un des e bureaux militaires suivants: 10, Finsbury-^ square, London, E.C., et Town Hall, Folkestone.s Le Gouvernement belge accepte les volon-s taires de moins de trente ans. Les anciens r militaires désireux de reprendre du service ; sont acceptés jusqu'à quarante-cinq ans. ( UNION DES REFUGIES BELGES. Le Comité de la Belgica nous prie d'insérer les communications suivantes:—- 1. Le Comité, après s'être mis en rapport avec la Légation de Belgique, les Ministres de t'Inté- , s rieur et de la Marine de Belgique, persiste dans i sa décision de déconseiller formellement le retour ; dans les villes occupées par les Allemands. Il n'existe aucxin moyen efficace d'obtenir aux e Belges qui décideraient de rentrer dans ces villes, s la certitude de pouvoir en sortir à tout moment pendant l'occupation allemande. 2. Le " Board of Trade'' est sur le point de s constituer un comité anglais qui se chargera d'étudier la question du travail à fournir éven-s tuellement aux réfugiés belges et avec lequel le -j Comité de la. Belgica s'est mis en rapport direct. 3. Des négociations sont en cours pour les questions d'enseignement. Dès à présent, -tout étudiant en. droit de nationalisé belge sera autorisé à fréquenter gratuitement les cours de Gray's Inn, moyennant de se mettre préalablement en rapport avec M. le Dr. Blake Odgers, K.C., à ir>, Okl-squa.re, Lincoln's Inn, W.C., Director of Légal Studies. 4. Le comité convoquera très prochainement une assemblée géhérale eles membres de la Belgica, dès qu'if aura réuni un nombre d'adhérents suffisant et, vérifié s'ils remplissent les conditions d'admission prescrites. , Les réfugiés belges sont instamment invités à 3 faire parvenir leur adhésion au comité, qui siégera tous les jours ouvrables, entre 11 heures î et midi, provisoirement dans le local du Cercle Belge de Londres, au Royal De Keyser's Hôtel, Blackfriars. 3 5. Tous les réfugiés belges, même ceux déjà 5 enregistrés ailleurs, doivent se faire inscrire dans b le plus bref délai chez le Registrar-General, à ; Somerset House, Strand, où les formules à remplir sont tenues à leur disposition. 6. Les communiqués du comité seront régu-» lièrement publiés par les journaux, notamment i dans "L'Indépendance Belge" et dans la - Métropole anversoise (annexe du Standard). : Pour Belgica, Union des Réfugiés belges. Le Comité. , FUNERAILLES DE DEUX SOLDATS BELGES. Deux soldats belges, Van Homels, âgé de 30 ans, et Prosper Maertens, âgé de 28 ans, blessés - autour d'Anvers et qui succombèrent au London ï Hospital, ont été solennellement inhumés, hier ; matin, au cimetière de Brompton. Les deux cercueils, transportés sur des affûts de canon, étaient couverts du drapeau belge et 5 de nombreuses couronnes. 3jes honneurs furent - rendus par un peloton des Royal Sussex et par 21 clairons. En l'absence de famille et d'amis, la procession funèbre était suivie de M. le comte Van de "Steen de Jehay, de la légation belge, M. et Mme. Ch. Van Remoortele, et M. Ch. Van der Cruyssen. UN ACQUITTEMENT. Un de nos compatriotes, M. .leau l^e Mayeur de Merpris, artiste-peintre, a eu la désagréable surprise de se voir arrêter au moment où, sans la permission des autorités navales ou militaires compétentes, il prenait une esquisse du Tower Bridge et de 1a. Tamise. M. Le Mayeur avait péché par ignorance contre les " Defence of the Realm Régulations." Mais comme l'artiste-peintre était en même temps un vaillant défenseur de sa patrie, puisqu'il avait combattu à Mons et à Dixmude, le Lord Maire, devant lequel il dut comparaître à Mansion House, allégua les nécessités de la guerre, et puisque l'accusé était Belge, il s'éstima heureux de pouvoir l'acquitter. A L'HOPITAL SAINT ANDRE. 1 La duchesse de Vendôme, sœur du Roi Albert, accompagnée du prince et de la princesse Victor Napoléon, est allée visiter les soldats belges blessés, actuellement soignés à l'hôpital St. André, à Londres. Les royaux visiteurs furent reçus à l'entrée de l'hôpital par le directeur et le corps médical de l'établissement, qui les conduisirent à travers les salles où se trouvent ceux de nos héros blessés. Avec une touchante sollicitude les visiteurs s'informèrent de la bataille où nos soldats avaient été blessés et des ambulances où ils avaient été soignés, et prodiguèrent à tous les meilleurs encouragements. Une distribution de cigarettes faite par les soins des royaux visiteurs fut accueillie avec un enthousiasme facile à comprendre. —rD'après une dépêche de Nisch, une canonnière autrichienne a touché une mine devant Schabatz et s'est échouée sur la côte autrichienne de la Save. Les chaudières surmontées d'une coupole avec deux canons à tir rapide ont fait explosion. L'équipage et les blessés ont été sauvés. —Une dépêche de Pékin annonce que l'artillerie lourde japonaise a réussi apparemment à couler un croiseur autrichien mouillé dans le port de Kiaotchéou. —-Plusieurs instituteurs belges réfugiés en Anglf îrre ont déjà trouvé un emploi par la bienveillante enUejaisc de la "National Union of Teachers." MONITEUR BELGE DES 20, 21, 22, 23, ET 24 OCTOBRE. MINISTERE DE LA. GUERRE. ARMEE. Promotion.—Par arrêté royal en date du 26 1914, ont été nommés:— DANS L'ETAT-MAJOR GENERAL. Généraux majore.—Les colonels Hagemans, Jacqnet, Meiser. Bernheim. Gillain. Wiclemanfi, M.-J.-E., du corps d'état-major, sous chef d'état-major général de l'armée. DANS LE CADRE DES OFFICIERS SUPERIEURS DE TOUTES ARMES. Colonels.—Les lieutenants colonete Morel, Comte de Jonghe d'Ardoye, V. J. E. Depauw, E. P. J. Dcpauw, Dechesne, De Ridder, De Mey Caurin, Marchant, Sults, lx-lebuxe, Leestmam., Lotz, Collyns, Tiéchon, Flcbus, Delobbc. H.-F.-F., Mahieux. Lieuten»nt-colonois.—Les majors Dujardin, Sterpin. Lc-lèrre, Joostens, Baltia. Doneux, Lefcvro, Houeardy, Montîi-bert, Delcourt, Coqueis, Fourez, Tollen, Blairon, et Sirou. Majqrs.—Les <»pit aines-commandants Houart, Cleirens, Hoomaert, Thirifay, Buisseret, Simonet, Olaerts, Ver Eecke, -l Serst'cyens, Doutrepont. Reynaert, Donies, Tilkens. Laure>s, Mutton, Baudelet, Delbauvo, Pierard. Thonard. Haeglesteen, Do Saroye. Mey.s, Kesten.-;. Laureys, Mercier. Holvoel, Comyu, Munaut.. Bruyncel, Bartier, Jooris, Godenir, Delcourt, Ru quoy, Gheur, et Govaerts. DANS L'INFANTERIE. Capitaines commandants.—Les capitaines en second Bori<y\ Bochart, Dumont., Lebaigue, Pottio/., Thélic, Do Spiegelcire. De Pooter, Rollin, Proroost, De Neiff, Deom. Jacquet, Guillaume. Kons, Colart. Clavareau, Muguet, Debrez, Lelctrc, Honore, Hobsc.hette, Delfosse, Wébert, Hcllin. Tisseyre, Bin-quet, de Viller. Grand Champs, Tinant, Stevens, Karl, Cas-tiau, Donayer, Merten.s. Squevin, et BorgerhoW. Capitaines en second.—Les liejitcnauts Jacques, Mons. Tim-mermans. Van Daele, I-econte, Mùller, Veranneman do Water-rliet. DielTart, Van de Putto, Dcbroux. Linssen, Deppe, Hog-noulle, Jacques, Duvivier, Degée, Sandron, Goffoel, Jaumin, I.ardo, Labeau, Warisse, Bruyère. Ruftin, Trigaux, De Vulder. Deloge, Heenen. Deckmyn, Oewild*. Verstraete. De-waelc, Dona. Engels, Serrais, Vander Hofstadt. et Van Egjoo. Lieutenants.—Le.s sous lieutenants Gallez. Vidrequin, Bernard. Lisfranc. Crabbc, Vandeghinste, Malevé. Scheyraerls, 1-ambinet, do Biseau d« Hauteville, Tfenry, Vcrstraeten, Horchmans, Massart. Bothy, Bolleken6, Hcnncbcrt. Balon, et Duqueene.. DANS LA CAVALERIE. Capitaines commandants- l,es capitaines en second De-sroodl.. Baron de Viron. Bert-ouille, Albert, Van I-oo. Cher, de Nero de R»dcn. Van Waefelghem, Coupez, Comte de l.iede-kerke-Beaufort, Rothermel, et. Peteau. Capitaines en second. — l«es lieutena-nts Mortier, Renard, Mosselman du Chenoy. Lebrun, Ripet, Sillye, Jacminot, Du Bus. Scheid, et de Pierpont. Lieutenants.—Les sous-lieutenants Serrais et GofBnet. (A suivre.) NOS VISITEURS. Nous avons reçu hier après-midi, au journal, la visite de M. Jules Destrée, député de Charleroi, qui, en compagnie de notre confrère Léon Souguenet, de la "Chronique," est venu féliciter la Métropole de sa belle initiative. M. Jules Destrée, dont chacun connaît la haute compétence artistique, a pris en mains, depuis plusieurs jours, les intérêts des membres du barreau et des artistes résidant dans la capitale anglaise. On trouvera l'adresse de l'honorable député dans notre livre d'adresses des exilés. L'UNIVERSITE DE MANCHESTER. Le comte de Lalaing, ministre de Belgique à Londres, a reçu le télégramme suivant :— J'ai l'honneur de vous informer que le comité de l'Université de Manchester pour la réception des professeurs et instituteurs belges sera heureux de loger dès à présent tous instituteurs ou institutrices belges. Répresentant à Londres: Professeur Arthur Jones, Birkbeck Collège, Breams Buildings, E.C. (signé) Professor R. S. Conwa-ï. POUR LES EMPLOYES DU RAIL. Les employés du chemin de fer de l'Etat belgp se_trouvant momentanément en Angleterre, sont v priés de communiquer par lettre au " Railway Executive Committee," 35, Parliament street, Westminster, S.W. — ABONNEZ-VOUS ! L'abonnement au "Standard" coûte 3 sh. 3 par mois pour l'Angleterre et 4 sh. 4 pour l'étranger. Nous en adresser le montant. v J f TARIF DES ANNONCES. Rubrique : " Le livre d'adresses des exiles," 9d. la ligne. Pour toute autre ' publicité, tarif du "Standard." V __J LE LIVRE D'ADRESSES DES EXILÉS. DESTREE, JULES, député, Greville-road, St. John'e Wood. Docteur ch. cammaerts, d'Anveœ, 02, Lexham-gardcns, Kensington. W. HOLSTERS, J., tte de ligne, Hardewyck, Hol-, lande. JEAN FRANCQU1 est prié donner son adresse actuelle à E. de Cartier, 4, West Halkin-6treet, Londres. KLEIST, A., donner ad<resse à Mottay, Hôtel Continental, 20. Kleine straat, à Met Mme. OLIVIER FABRY. leurs enfants • d'Anrors, à Ga.rfiold House, 281, Wigan-road, Doa.ne, près Bolton (Lançashire). NAGELS-LUYTEN, (ïe de ligne, Hardewyck, Hollande NOLIS, FR., d'Anvers, et fils Lucien et Albert, 76. Matino-parade, " Anglesea House," Worthing. SOUGUENET, LEON, Indépendance Belge, Tudor House, Tndor street, E.C. SPIRLET-WILLAERT (Chevalier de), Strath- " more, Knoll-road, Dorking. ~yrRIENS (Mlle. M. .L), (>3, West Hill, Syden- EFFETS d hiver, CHAUDS, pour femmes, pouraût conrenir aux réfugiés belges. Prix 12s lld' valeur 21s.—S'adresser Eaton, 243, Camden-rood, N. HABILLEMENTS d'enfants et de jeune filles. On démande une DIRECTRICE pour une fabrique d'habillements à Londres. Doit pouroir dessiner des effete de c!ass« moyenne pour rente en grey. à \V«,t End. Doit aroir occupe une situation identique; la préférence c/*ra accordée à une pereonne parlant l'anglais.—Ecrire W. B., 1677, Standard Office, Fleet-6t., E.Ç. r . REDACTION DE LA METROPOLE. Pour tous renseignements s'adresser Fleeb Street, 132-4, où un bureau spécial est ouvert jusqu'à 19 heures. V J

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes