Le bruxellois: journal quotidien indépendant

458 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 25 Septembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 09 avril 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/kd1qf8m70k/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

2° Année. - N° 358 TIRAGE 75.000 CINC2 CENTIMES Ed" B ■■■■■■MM—— '"I —EiMB—B—i—|—M——a—B—M SAMEDI 25 SEPTfMBRE 1915 Le Bruxellois ABONNEMENTS: 13 6 12 Mois Bruxelles et Faubourgs. . . , . 2 fr. 4 fr. 7 fr. 12 fr. Province et Etranger . . . . . 3.50 8.50 15.00 30.00 i 1 »J" Journal Quotidien Ind.épendLant Rédaction, Administration, Publicité : Bureaux de vente paa? BruxelUe et Banlieue; BRUXELLES : 45, RUE HENRI MAUS 15, RUE DES TEINTURIERS Rédacteur en Chef: Marc de SALM Directeur de Vente: A. Gilliard / Faits-Divers et Echos ... la l;gne fr. 2.00 \ Nécrologie, Annonces commerciales » » 1.00 ANNONCES Annonces financières » * 0.50 ! Petites annonces ... la petite ligne » 0.20 » » ... la grande ligne » 0.40 a Demain le BRUXELLOIS paraîtra en SIX pages ; ( Le Port d'Arkhangel En quelques mois, le petit port du Nord s'est transformé en un foyer ardent, d'énergie, de capitaux, de travaux. Sur les quais de la Dwina septentrionale) depuis la place de Solovetz jusqu'au monument de Pierre-le-Grand et autour de la cathédrale jusque sur la perspective de la Trinité, s'élèvent des montagnes entières de ballots de coton d'Amérique, de meules, d* saumons, de plomb, d3 machines de toutes formes et de provenance anglaise, de caisses de Liverpool de dimensions prodigieuses et des monceaux de tonneaux d'Espagne. Sur toutes ces marchandises se lisent ces mots brefs, expressifs, telle une nouvelle devise de la Russie : « Yiâ Arkhangel ». Le port d'Arkhangel venait d'être ouvert à la navigation et déjà, comme par enchantement, ont surgi le long des quais des entrepôts, pouvant contenir 10,000 tonnes de grain, toute une longue galerie de succursales de firmes de Moscou, de Pétrograde, de Londres et de bureaux d'agences de transports et d'expéditions. Il semblerait qv.e l'attraction d'un aimant gigantesque ait concentré là, dans cette toundra du Nord, des capitaux par millions, des milliers d'hommes d'affaires et des centaines de milliers d'ouvriers : débardeurs sibériens, terrassiers de Vladimir, bûcherons de l'Onéga, constructeurs de radeaux et charpentiers qui arrivent de Kotlas, de Solvytehegotsk, de Yarensk et de Yologda par bateaux, remorqueurs et wagons de marchandises. Derrière eux, comme un nuage de saute-relies, avance toute la Cohorte de marchands, 4s spéculateurs, d'acheteurs et d'entrepreneurs. Dans cette foule multicolore qui peuple aujourd'hui Arkhangel, les différentes peuplades tranchent nettement entre elles et ies indigènes de ce pays côtier ressortent par leur silhouette solide. Qui sait si dans «ne dizaine d'années la destinée n'aura pas fait surgir Je s Yanderbilt ou des Rockfeller de la Russie, et si nous ne verrons pas sur la lointaine Ouklita ou dans le Mourman oublié quelque nouveau roi du naphte ou du plomb? La mer n'est qu'un côté du a Yiâ Arkhangel » ; l'autre est la Dwina septentrionale, qui doit assurer la continuité du grand voyage par le cercle polaire jusqu'à la Yolga. Au son puissant de la mélopée nationale Dovbincmehka, des communautés ouvrières entières déchargent sur les quais, au moyen de diables et de binards, les marchandises arrivées et regardent s'avancer au loin, de derrière l'île de Moïse, la file incessante de nouveaux navires et les innombrables radeaux de bois qui descendent de la Yytchegda. Il a été construit à Chouisk, pendant les 4 premiers mois de cette aimée, de nombreuses péniches de 90 m. de long destinées à la Dwina septentrionale et à la Soukhona. Les remorqueurs de la Volga emmèneront vers le Sud ces embarcations chargées des produits du monde entier. Sous la poussée de cette énergie de trafic, les institutions les plus languissantes d'Arkhangel se sont galvanisées; des dizaines de commissions, desquelles moisissaient des projets de jonction d'Arkhangt. avec le bassin de la Petchora, la contrée d'Olonetz et la Sibérie, se sont brusquement recueillies. La Société pour l'Encouragement de la navigation a demandé qu'on procédât à des recherches le long du Malom et du Y on g en vue de trouver une communication fluviale entre la Viatha et la Yolga moyenne et la Dwina septentrionale afin de mettre le port en relations avec tout l'Est de l'empire. D'autre part, on a remis en vigueur le projet oublié de réunion du lac d'Onéga avec la mer Blanche au moyen de canaux, de fleuves et de lacs, ce qui fournirait un nouveau débouché aux marchandises d'Arkhangel vers les contrées de la Baltique et de la Russie centrale. Enfin, l'unique voie ferrée construite en deçà du cercle polaire, celle du Mourman, renaît et a attiré vers elle, pour son achèvement, plus de 20,000 ouvriers ayant déjà signé un contrat. La Vie n'a point seulement englobé le mouvement maritime du petit port russe, naguère encore si peu connu, pour en faire un grand centre de transit, elle s'étend aussi sur son hinterland,le plus vaste du monde. On commence, en effet, à parler des richesses naturelles du pays : les gisements du Mourman contiennent 65 p.c. de plomb ; on a par ce chiffre une idée de la richesse du sous-sol dans ces régions. La va gue humaine augmente de plus en plus sur la route d'Arkhangel où aujourd'hui vien-neint converger les bateaux suédois, norvégiens, danois, anglais et américains. (Miner va.) K—a»n MMI Iihbm—— LISEZ EN 3> PAGE NOS REMSEIGNEME/NTS pour les personnes ( sans nouvelles de leurs parents | La Guerre Communiqués Officiels ; ALLEMANDS Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 24 sept. (midi). — L'activité de c l'artillerie et des aviateurs a augmenté hier j encore sur tout le front. Une attaque pro- c noncée au sud du canal de la Bassée par des c Anglais (blancs et de couleur) a échoué sous j Votre feu d'artillerie. A la côte, un aéroplane l ennemi a été abattu; le pilote a été fait pri- i sonnier. - ( Théâtre de la guerre à l'Est t Groupe d'armée du général feldmaréchal É von Hindenburg. Au sud-ouest de Lenneicaden, les localités ' de Rose et Strigge, qui avaient été évacuées É provisoirement, ont été reprises. Devant Du- c nahuTr/ d.'autres fnsspjL ' enc.s}TP été prises d'assaut. Un millier de prisonniers y ont été faits. Nos troupes se trouvant à c IVilejlca dans le flanc des Russes en retraite, c sont engagées dans un'combat acharné. De i vigoureuses attaques russes eurent à un en- c droit un succès momentané. A cette occas- c s ion nous avons perdu plusieurs canons dont J les servants persévérèrent jusqu'au dernier i moment. Le front- qui presse vivement Vad- i versaire en retraite a franchi la ligne Soly- t Olschany-Trabyiivje-Noivogrodek. t Groupe d'armée du général feldmaréchal l le prince Léopold d. Bavière. ' La résistance de l'ennemi est brisée sur i tout le front. Dans la poursuite, le secteur ( Serweh et au haut de KoreUischi et le sec- t teur Schara, a\ nord-ouest ci Kr'atschin, ont t été atteints. Plus loin, au sud, il y a encore I eu des co-mbats avec les arrière-gardes enne- J mies; 100 prisonniers et o mitrailleuses sont t tombés en nos mains.Les détachements avancés au nord-est et à l'est de Logiscldn du-,rent se replier devant une attaque'êhèefclan-1 te des Russes derrîere le canal Oginshi à la Jasiolcla. Ils amenèrent à cette occasion 2 officiers et 100 prisonniers. Théâtre de la guerre du Sud-Est Pas de changement. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Tienne, 2S septembre. —- A n front de la Galicie orientale, la journée a été généralement calme ; il y a eu des combats entre des détachements avancés. .-1 Vilswa et au Styr, il y a, sur plusieurs points ) de violents combats ; c'est ainsi qu'au sud-est de Ncwo-Poczajew deux attaques russes ont été re-! poussées avec des pertes sanglantes pour l'ennemi. \Un régiment d'infanterie ennemi, qui s'était avan- j cé au delà du Styr, près de Vembouchure de l'Ikwa dut repasser sur la rive est par une contre-attaque exécutée par nos troupes, infligeant à l'ennemi des , pertes considérables. Nos détachements se trou- , vont jusqu'ici à l'est de Lvsk ont ~etc rcïnstâllcs , dà'nsles Positions à la riiiTôTîéntale du Stur. ( Théâtre de la guerre italien Dans la région de frontière du Tyrol, il y a eu ' plusieurs petits combats. Des attaques de faibles ' détachements italiens dans le territoire de Tonale, ' ensuite au nord et à l'est de Condino, oni été re- ' poussés. Le.s hauts plateaux de Yielgcreuth et de ■' Lafraux se trouvait de nouveau sous le feu de l'ar- 1 iillcrie lourd' ennemie. Notre courageuse garnison ' du Monte-Ooston, qui avait maintenu pendant des ' mois cette montagne de frontière située loin au ' devan t de nos lignes, contre un' ennemi numérique- •' ment très supérieur, a évacué hier matin su posi- ' tion presque encerclée et attaquée par une supério- 1 rité de force dix fois plus grande. Les combats ' d'artillerie, dans le territoire des Dolomites conli- ' nuent avec une grande violence. Au front cle la Carinthie un détachement alpin essaya, avant-hier soir de déborder au Monte Peràlba ; il a été re- / poussé avec pertes. Au front du territoire de la j côte l'activité de nos troupes se borne à un feu (l'ar- i tillcrie et à quelques entreprises favorables cle la t guerre de position. L Aujourd'hui expire le quatrième mois de guerre i contre l'Italie. L'ennemi se préparait, durant ces l mois à exécuter des opérations de. grand style. Il_ t l'exécuta que des attaques contre des secteurs iso-és avec des forces allant.jusqu'à plusieurs divisions l'infanterie. Tout fut inutile. Notre front est plus ■lOÎlde que jamais. ITALIENS Home, 23 septembre. — Des entreprises auda-•leuses bien préparées yle la guerre de montagne mt été exécutés par nos troupes dans la zone mon-agneuse au nord-ouestide Cortino et d'Ampezzo, lans l'intention de chasser des petits détachements tnnemis qui s'étaient glissés à travers les petites •allées du massif de Tofuna et du groupe Cristallo :t qui inquiétaient notre garnison. Ces entreprises int pris une plus grande envergure dans le terri-oire deVristallo où le terrain aride et poussiéreux \t le nombre relativement considérable de routes l'accès favorisent l'installation de guet-apens,ain-i que ta résistance acharnée de l'ennemi, Malgré ■ela, les détachements eimemis furent refoulés peu' t peu de la hauteur vers les vallées de Falizon BoîteJ et Itienzo, grâce aux opérations methodi-mcs concentrées de nos, petites colonnes. Dans le >assin de Flitsch, nous avons repris le feu contre e fort de Rcrmann, dont il n'existe plus qu'une asemate d'où on tire e/icore quelques obus. Dans le erritoire de Gôrz, notre artillerie a ouvert un feu fficace contre les stations de San Fietro et Borgi ,'arinzia, où des mouvements de troupes ont été ignalés. Sur tout le restant du front, la situation st inchangée. FRANÇAIS Paris, 22 sept. (15 h.). — En Belgique, ■anonnade assez intense dans la région de ioesinghe. Dans les secteurs cl'Arras et VAgny, au cours de la nuit, vives fusillades nii ont provoqué de part et d'autre de vio-entes rafales d'artillerie. Entre l'Aisne et 'Oise, bombardement intermittent, dans les égions cl'Armancourt et de Loges. Actions' artillerie au nord du camp de Châlons, en-re l'Aisne et l'Argonne, et en Lorraine aux nvirons de Rechicourt, Xousse et Leintrey. Nos avions ont bombardé les cantonne-nents ennemis de Middelkerlce et un train ntre Bruges et Thourout.Un groupe de huit ■vions a bombardé efficacement la gare de lanihms jntx l" liqneJte^7&rd,va>-M.etz-y Paris, 22 sept. (23 h.). — Même activité ontinue de l'artillerie, au nord et au sud l'Arras, ainsi qu'entre la Somme et l'Oise. 1 u nord cle VAisne, bombardement violent !ans la région de la Ville-au-Bois, où nous wons contraint l'ennemi à évacuer un poste ortifié et l'avons occupé. En Champagne, anonnade réciproque en de nombreux /oints. Une patrouille ennemie, qui avait enté de pénétrer dans nos lignes, a été entiè-ement détruite. Action d'artillerie particu-ièrement intense en Argonne, aux lisières Je l'ouest et dans la région de Haut^-Che-•ciucliée. Sur les Hauts de Meuse, nord-ouest le Bouchet, nos batteries ont bouleversé les ravaux et provoqué une explosion dans les ignés ennemies. Canonnade également vio-ente en forêt d'Apremont, sur le front en Lorraine et dans les Vosges, clans les secours cle la Meurthe et de la Fave. ANGLAIS Londres, 21 sept. — Le rapport du géné-al French dit : L'artillerie allemande a nigrnenté, clans les deux derniers jours, son activité contre le front anglais. L'artillerie mglcuse a riposté avec succès. Le 20 septem-t. j, l'artillerie anglaise a incendié une parie du bois d'Houthulst. L'incendie provoqua une violente explosion. Le 19 il y a eu teuf combats aériens. Deux aéroplanes ont '■té abattus clans les lignes allemandes. Un Je ces aéroplanes est tombé entouré de flam-nes; le moteur de l'autre appareil a prit [eu. RUSSES Pétrograde, 22 septembre. —■ Dans la région au iord-ouest de Dundburg, nous avons chassé les Al-emcinds par une vigoureus-c attaque, de leurs tran-hées près du village de Muncze. Au sud-ouest et m surf de Dunahurg les combats au front de No-vo-Alexandroiosk jusqu'au lac de Drisiciaiy conti-ntent. L'arti.lerie lourde allemande a bombardé les secteurs isolés de ce front et a employé souvent les obus à gaz asphyxiants. Dans la région à l'est le Wilna, les combats continuent. Au front SBin-ahorù-Lida et dans la région du fleuve de Moloc-■■adz, ainsi qu'à l'est de Szczaro, des rencontres-nsignifiantes sont signalées. Au front Teremoiv-'.'odhaiez, à l'c t de Lusl;, l'ennemi prononça l'of-ensive et fut repoussé. Il y eut à diversreprises les attaques à la baïonnette. Nous avons fait en-nron 700 prisonniers et pris trois mitrailleuses, '.ors de la prise du retranchement dans la région du ■iUage de Slone. au sud-est de Tlusce. nous avons1, ait 50 prisonniers et pris beaucoup de cartouches ■t d'outils de pionniers. L,ors d'une escarmouche lu fleuve de Dzuryn, au sud-est de Czorthow, l'en-icrai fut refoulé au-clelà du fleuve. Nous avons fait i officiers et 200 soldats prisonniers. rétrograde, 23 septembre. — Au nord-ouest de Friedrichstadt, nous avons ait, lors de l'occupation du village de Strygg,clans a région de Birschallen, des prisonniers et pris de iombreuses armes. Les combats acharnés, à l'ouest le Dunabourg, qui ont, sur plusieurs point, mené i des combats à la baïonnette continuent encore., ïur quelques secteurs, l'artillerie ennemie déve-oppe un feu violent. Lors d'une attaque de nos roupes contre le village, de Leledoico (à l'ouest de a Molodetschno), les Allemands ont été refoulés par une violente attaque à la baïonnette. Nous avons occupé le village de Lebedowo et pris dix mitrailleuses, 1 canon, des obus et des prisonniers. Après une résistance acharnée nous avons pris, dans des attaques à la baïonnette la petite ville de Smor-gen. Nous y avons fait prisonniers 4 officiers et 250 hommes et avons pris 9_mitrailleuses, JjO vélocipèdes, des chevaux, des appareils téléphoniques et une installation. A l'est de Lida, l'ennemi qui avait passé la Gaivia, a été refoidé sur la rive droite de ce fleuve, dans un combat dans la région de la station de Gaivia. Dans la région à l'est du canal d'Oginslcy, l'ennemi a été refoulé du village de Lyscha Nous avons fait des prisonniers et pris quelques mitrailleuses. Au sud du Pripet et sur tout le reste du front, rien d'essentiel. Dans la Mer Noire, près du Bosphore, nos torpilleurs ont eu un combat d'artillerie avec le Goeben. TURCS Oonstantinoplcf 24 sept. — Dans la région cl'Anaforta, notre artillerie a provoqué par son feu dans les tranchées ennemies, devant notre aile gauche et au cap, un incendie qui a duré 2 heures. A Ari-Burnu, l'ennemi fit exploser dans la nuit du 21 septembre une mine devant notre aile gauche. Cette mine n'y occasionna que peu de dégâts, bientôt réparés. A Sedd-ul-Bahr, l'ennemi ouvrit le 21 septembre, au matin, un feu violent accompagné de lancements cle bombes contre notre aile gauche. Notre artillerie riposta et réduisit Vartillerie ennemie au silence. Le même jour, notre flotte a chassé trois destroyers russes du type Bystriy des ports houillers de la mer Noire. Sinon rien d'important. .*>-€>■>. Dernières Dépêches La mobilisation bulgare Milan, 24 sept. — On annonce de Rome au Secolo : Certains cercles très liés avec des" diplomates bulgares assurent que la mobili- «.fi tlATi ri o l a Rulrra7?i o o h ni tion immédiate de la Macédoine jusqu'à Mo-j nastir et que les opérations austro-allemandes contre la Serbie sont en corrélation avec cette mobilisation. Le ministre-président Radoslavof serait décidé à agir sans retard. Il aurait même l'intention de décliner une occupation passagère du territoire concédé par les puissances de la Quadruplice. Bâle, 24 sept. — Le Secolo, commentant la mobilisation bulgare, dit que la nouvelle a produit une impression extraordinaire en Italie. Les journaux ne l'admettent pas même, ce qui est le plus grave, et espèrent qu'il ne s'agit que d'une aggravation de la situation. Ils croient finalement que la Bulgarie se mettra du côté de la Quadruplice. L'ambassadeur bulgare à Rome a toutefois déclaré que la mobilisation se faisait en corrélation intime avec l'attaque austro-allemande contre la Serbie. Le gouvernement de Sofia est décidé à agir sans hésiter plus longtemps et sans prendre en considération l'offre de la Quadruplice d'occuper la Macédoine pour le compte de la Bulgarie. Le Corriere délia Sera considère la partie comme perdue. La Grèce s'est dégagée de son devoir d'allié, ajoute le journal, et il n'y a guère à compter sur la Roumanie. Le Corriere demande que la Quadruplice agisse immédiatement et énergiquement afin d'être à Constant-inople avant les puissances centra*' "les. Les moments sont précieux, il n'y a plus une minute à perdre. Bâle, 24 sept. — La situation balkanique inquiète au plus haut degré la presse parisienne. Tous les journaux publient des articles de fond pessimistes. Ils insistent sur la nécessité d'entreprendre une action énergique aux Dardanelles. Le Matin écrit, dans un leader article relatif à la question bulgare : En présence de l'attitude de la Bulgarie, une importante question se pose actuellement. Qui sera le plus fort? Nous ne devons pas cacher que la Bulgarie croit en ce moment à une victoire de l'Allemagne et de ses alliés. Les Bulgares se laissent influencer par l'étendue des territoires occupés en Europe par l'armée allemande. Ils peuvent se dire que les ressources des Alliés augmentent tons les jours, tandis que celles des puissances centrales ne peuvent plus se développer. Mais ils ne se le disent pas. S'ils y pensaient, ils ne seraient plus Bulgares, ils penseraient comme des latins, comme pensèrent les Italiens ou les Roumains. La mentalité bulgare est ainsi faite. L'heure décisive va sonner pour la Bulgarie. Pour modifier cet état de choses da jour au lendemain, on devrait pouvoir présenter un argument visible, frappant, comme par exemple une vigoureuse action militaire en Turquie ou un succès incontestable sur l'un des fronts. Personne ne doute que notre diplomatie ne s'appuyera incessamment sur une démonstration de ce "genre. Les préparatifs militaires en Bulgarie Rome, 24 sept.— D'après des télégrammes d'Athènes au Secolo, le trafic des marchandises a été suspendu la nuit de samedi sur tout le réseau de voies ferrées bulgares. Dimanche soir, le roi Ferdinand a signé l'arrêté qui ordonnait la mobilisation de cinq divisions. En même temps plusieurs régiments de cavalerie sont partis de Sofia avec des ordres cachetés. Tous les officiers bulgares qui se trouvaient en congé en France ont été rappelés. La nouvelle de la concentration de forts détachements de cavalerie bulgare à la frontière serbe est confirmée par des dépêches du Corriere clella Sera. Cependant on mande de Paris que M. Del-cassé a eu de longues conférences avec les ministres des Etats balkaniques. La situation n'aurait pas été éclaircie par ces entrevues. M. Delcassé et M. Grey échangent continuellement des dépêches sur la situation dans les Balkans. Les dépenses militaires françaises Paris, 24 sept. (ïïavas). — Le rapporteur général de la commission du budget de la Chambre a déposé un rapport relatif aux douzièmes provisoires pour le trimestre 1915. Les crédits ont dépassé 6 milliards de fr. Les dépenses militaires et les dépenses générales atteignent ainsi 80 milliards de fr. Les dépenses mensuelles sont augmentées de 1,300 à 2,070 millions. La classe 1917 est appelée en France Berlin, 24 sept. — Ainsi qu'il a été annoncé déjà, le gouvernement français a décrété l'appel de la classe 1917. Les jeunes hommes devront être sous les armes à partir du 1er octobre. Dans ce décret, il est dit que la classe de 1916 se trouve encore dans les dépôts mais qu'elle est complètement exercée. Elle sera envoyée au front l'automne prochain. Il doit être pris dès maintenant des mesures pour que l'on puisse disposer au printemps prochain de la classe 1917. A raison clu jeune âge de ces recrues, on a jugé qu'il fallait cinq mois TUW1r 'ïii'^■ - . Les classes tôer-teroo, qui devaient, être libérées le 1er octobre 1914 et le 1er octobre 1915, seront retenues sous les armes jusqu'à la fin de la guerre. Matériel de guerre pour la Serbie Salonique, 24 sept. — Des vapeurs français ont amené ici plus de 5,000 tonnes de matériel de guerre pour la Serbie. Dans courant de la semaine, les vapeurs Memphi. et Sainte-Pierre ont déjà déchargé dans U port de Salonique du matériel de guerre poui la Serbie et la Russie. Des trains partent sans cesse pour la Serbie. Le gouvernement a défendu l'exportation vers tous les pays. Des permis seront, délivrés exceptionnellement pour certains cas spéciaux. Troubles révolutionnaires en Russie Stockholm, 24 sep4. — Dans les faubourgs de Pétrograde, près de Wiborg, des manifestations, provoquées par l'ajournement de la Douma, ont eu lieu, le drapeau rouge fut arboré. Des cris « A bas le gouvernement! » se firent entendre. Le travail est arrêté dans un tiers des usines. « L'American » s'élève contre ies fournisseurs d'armes New-York, 2 ": sept. — Dans un article de fond, 1 & New-York American exprime l'opinion que l'Amérique ne peut, en aucune façon, aider à la prolongation de cette guerre effrayante. Il dit entre autres : « Des personnalités en vue disent que nous avons le droit moral de ne tirer qu'un profit imaginaire de la livraison d'or, d'armes et de munitions utilisés pour tuer des hommes et détruire le bien-être de l'Europe. Ils ne voient pas la contradiction qu'il y a à prier le Tout-Puissant afin qu'il rétablisse la paix et de pourvoir les belligérants d'engins meurtriers qui ne feront que retarder cette paix. C'est un point de vue vraiment surprenant. » L'agitation en Russie Stockolm, 24 sept. On mande de Pétrograde à Stockholm que 20,000 ouvriers se sont mis en grève dans les fabriques de munitions. L'état de siège « renforcé » a été déclaré. On not j que les partis de l'extrême-droite se prononcent ouvertement pour le rétablissement de la paix. M. Glukof pose carrément la question dans la Semstvina : a Devons-nous continuer la guerre, dit-il, indéfiniment? » . La censure des communiqués allemands en Angleterre Londres, 24 sept. — Le député Markhani avait demandé pourquoi les communiqués officiels allemands sont censurés et tronqués en Angleterre. Le ministre de l'intérieur a répondu que ces communiqués renfermaient souvent des passages pouvant influencer les neutres au désavantage de l'Angleterre. Le ministre a affirmé qu'il se refuserait toujours à laisser publier ces passages dans la presse anglaise.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes