Le bruxellois: journal quotidien indépendant

249 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 21 Juin. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 24 janvrier 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/086348hx19/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

3™* Année - N» 622 - Ed. B CINQ CENTIMES Mercredi 21 Juin 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉO. H Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.G9 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'3cceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les Uanv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour les doux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois F'- 3.00 - Mk 2.40 Fr.1.50 - Mk.] .20 TIRAGE : 75,000 PAR JOUR Le Bruxellois Rédacteur en Chef : Maro de S A I, Af tournai Quotidien indépendant Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES — La ligne Faits divers et Eclios . fr. 2.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES I.a petite ligne 0.20 La grande ligne 0.50 T1RÂCSE : 75.000 PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, 20 juin. — (Communique de m'di.j : Théâtre de la guerre à l'Ouest La situation, générale, n'a guère changé, l'rès de Bouvraigne et de Nicder-Aspach, des patrouilles allemandes ont exécuté des coups de main heureux. Nos aviateurs ont intensivement bombardé les installations militaires d" Beryucs, pris de Dïtvkerquc et de Sou/tiy (au sud-ouest de Verdun J. Théâtre de {a guerre à l'Est Armées du ieîdmarëclial-géni>a! ven liindcnbnrg : Des détachements allemands ayant attaqué sur le front au sud de Smorgcri jusqu'au delà de Cary, ainsi qu'aux environs de Tanazyv, ont ramené prisonniers 1 officier et H3 hommes et capturé Jf. mitrailleuses et 4 lance-bombes. A l'ouest de Koladoti (au sud du hic Na-roez), un biplan russe a été forcé d'atterrir et détruit par le feu de notre artillerie. Nous avons lancé des bombes sur les installations du chemin de fer près de Vilejka. Urinées du feldniaiéctaal-général prince Léopold de Baviere : Nos aviateurs ont renouvelé leurs attaques contre la voie ferrée de Ljachevitschi à Luni-niec.Armées du générai von Lissingen : De vigoureuses att'iques russes contre notre position près du canal au siul-ouest de Logis- ■ chin, se sont écroulées sous nos feux de barrage j les liasses ont essuyé de lourdes pertes. L'ennemi a continué ses tentatives contre notre ligne de front sur le Styr, jirès de linlki et à l'ouest de là, mais, en général, ses efforts n'ont abouti à aucun résultat. Le combat est particulièrement violent près de Gruzic.tyn. Dans la région comprise entre la route ds Ko-vel à Luck et ia 'Turya, nos troupes, ayant brisé en plusieurs endroits la tenace résistance des liasses, laquelle était particulière ment ojnniâtre aux environs de Kisielin, ont progressé en combattant. Au sud de la Turya, nons avons fait échouer des attaques enne-nùa. Les Susses n'ont -pns -corrt^nxé- h-vr mar che dans la direction de Gorochov. Armée du général comte von Boîhmer : La situation n'a pas changé. Théâtre de la guerre aux Balkaas Ij'ennemi a lancé des bombes sur des localités situées derrière, notre front, sans cependant causer de dégâts. BERLIN, 20 juin. — Officiel : Le 10 juin, près d'Arensburg, sur le golfe de Riga, un de nos hydro-avions a attaqué à coups de bombes deux- contre-torpilleurs russes, d >nt l'un fut atteint en plein. Evénements, aériens. BERLIN, 20 juin. — (Officiel) : Le 19 juin, un de nos hydro-avions a attaqué à coups de bombes, dans la baie de Riga, près d'Arensburg, deux contre-torpilleurs russes et a louché en plein l'un des deux. AUTRICHIENS VIENNE, 19 juin. — Ofjiciel de ce midi : Théâtre de la guerre russe Dans la Bucovtne septentrionale et dans la Galicie orientale pas d'événements spéciaux à signaler. Au sud-e*t de Lupeszno, l'ennemi a attaqué nos*, positions avec des fol-ces numériquement très supérieures aux nôtres. Sans faire appel à ses réserves, Je régiment d'infanterie il. J/Jf, qui a fait ses preuves, appuyé par une achon a'artillerie des plus efficace, a repoussé les colonnes d'assaut de l'ennemi, profondes de neuf rangs. L'ennemi a subi de lourdes pertes. Vue attaque nocturne entreprise dans cette région a également échoué. Près de (Urochoiv et de "Lockaczy, nous a-i-'ins repoussé de fortes contre-attaques russes.Sur le Sto'chod supérieur, du terrain a été gagné. Théâtre de !a guerre Lailea Hier* au soir, les Italiens ont rec nnmencé l ur très violent feu contre nus positions entre la mer et le monte Dei Sci Busi. Une tentative faite pir l'ennemi pour avancer près de Selz a été immédiatement arrêtée. Dans le secteur septentrional du haut plateau de Doberdo, de vifs combats de mines et de grenades à main se sont livrés. Sur le front des Dolomites, une attaque nocturne de l'ennemi a échoué près de Ru-■freddo.Sur le front entre la Brcnfa et l'Asticô, nos troup''s ont de nouveau rcppiissé de nombreuses attaques italiennes, notamment une forte attaque du mont Melcttà. Au sud de Busiuollo, nous avons conquis la crête la plus proche. Trois contre-,iltaques de l'ennemi ont échoué. Au cours de ces combats, nous avons fait prisonniers plus de 700 Italiens, parmi lesquels 25 officiers, et nous avons pris srpt mitrailleuses et un lance-hom-bes.Théâtre de la guerre Sud-Est. Duds d'artillerie, pendant ces derniers jours sur la Vojusa inférieure. FRANÇAIS F4RIS, 19 juin, 3 h. p. m. (officiel) : Au sud de la Somme, un co-up de. main de l'ennemi dans la région de Lihons a complètement échoué. Sur la rive gauche de la Meuse,, l'ennemi a bombardé activement les pentes sud du i Mort-Ilomme et la région de Chattancourt. r Notre, artillerie ci partout répondu par des r, tirs de barrage et des contre-préparations ef- c ficaces. t Sut la rive droite, une attaque ennemie prononcée contre nos positions au sud de la r côte 321 a été repoussée par nos fevx. s PARIS, 19 juin, 11 h. p. m. : t Entre l'Avre et l'Oise, deux détachements t ennemis, après un vif bombardement, ont t tenté d'aborder nos lignes; ils ont été repoussés à coups de grenades. Sur la rive gauche de ] la Meuse, lutte d'artillerie intermittente. A Sur la rive droite, le bombardement a été violent au nord de l'ouvrage de Thiaumont tt dans les secteurs de Vaux-Chapitre et de r Souville. t Une escadrille ennemie a lancé de nom- c breux projectiles sur un village au sud de r Verdun où se trouvait un camp de prisonniers ennemis. Plusieurs de ces dernirs ont été tués ou blessés. Journée calme sur le reste du front. ANGLAIS LONDRES, 19 juin. — Hier, le temps plus ^ favorable a -provoqué une grande activité des ( aviateurs, qui était à remarquer notamment j chez l'ennemi. Un avion anglais en tournée de c reconnaissance a attaqué huit avions ennemis et a forcé deux d'entre eux à redescendre dans ^ les lignes ennemies. Il y a eu en tout 30 com- j bats aériens, mas sans aucun succès décisif. v Au demeurant, le calme a régné au front ces dernières 2.) heures. t RUSSES ( PETROGRAD, 1S juin. — Sur le front ^ elc l'armée du général lîrousiloff, l'ennemi, ^ opposant une vive résistance, a effectué de nombreuses contre-attaques que nos troupes ont repoussé avec succès. Serrant de près l'adversaire dans diverses directions, elles conti- cl nuent de progresser, faisant des prisonniers et enlevant du butin. w ^ Hier, à If heures de l'après-midi, les trou- r pes élit général LctscTmrsttr~ont entevt a ns- ^ saut la tétc du pont de la vdle de Czern-ovitz sur la rive gauche du Prut/i. Après un com- ({ bat acharné pour la possession des jjassages du 3 Pruth, dont l'ennemi avait fait sauter les ^ ponts, nous avons occupé la ville de Czerno- p vitz. Nos troupes poursuivent l'ennemi qui a commencé la retraite vers les défilés des Carpa- j thes. Au cours de la j.irise de la tête de pont ^ nous avons fait plus de 1,000 prisonniers et j dans la ville même nous avons capturé des ca- ^ nons. ^ On annonce les détails suivants, qui se sont ^ déroulés sur le restant du front : Les troupes r du général Kaicdin repoussent les attaques opiniâtres de l'ennemi, exécutées par des Al- ^ lemànds, revenus de la frontière française. Dans la région du village de Godomeze sur le ^ Styr, un furieux combat est déchaîné.Des pri- l sonni\ers allemands et austro-hongrois ari-i- ^ vent par groupes. Jusqu'à présent nous avons ^ compté 70 officiers et 2,000 soldats, ainsi que 5' mitrailleuses. j Les Allemands prononcent des attaques furieuses contre le village de Swidneki, sur la rive droite du Stochod, que nous leur avons enlevé. Nous avons repoussé ces attaques,mal- ? gré le feu d'un train blindé ennemi. Quelques centaines d'hommes d'un régiment de cosaques j ont attaqué par le flanc, sous le commande- ^ m nt de leur chef Smyrnow, l'ennemi, qui a- vitit saisi l'offensive, et ont fait prisonniers • 2 officiers et de nombreux soldats allemands. Dans la région de la rive droite (à l'ouest ' de la Strypa) au nord de Buczacz, l'ennemi a ^ jwis l'offensive. Accueilli par notre feu ccn- centré il a cependant dû se retirer dans ses ® tranchéts. Sur le front septentrional, dans la •égion de * l'oies je, et sur le front de la Duina, violent feu d'artillerie dans différents secteurs. Notre artillerie a cav-é de graves dégâts aux tranchées adversaires et aux ouvrages ennemis si- c tués sur le front de Du insk et au sud-ouest du r lac de Narocz. a ITALIENS lt ROME, 1S juin. — Le combat continuel tt < acharné qui se livre autour des jiositions, que 1 nous tenons occupées le long du bord méridional du bassin d'Astago, fournit la preuve que 1 l'ennemi poursuit opiniâtrement le dével jp- i pement de. son projet d'offensive primitif. Ses c attaques continuelles et furieuses donnent la .< preuve que tes événements, qui se déroulent j sur le front oriental n'ont pas diminué l acti- t vité combat t: vi de l'ennemi au front du Tren- s tin, dont il n'a effectué jusqu'à prési-it aucun retire t de troupes. Il ne pourrait encore ( moins faire ceci à l'avenir à la suite de notre cmtre-offens've énergique, qui y a > 'é eléelan-chée-.Au cours de la journée d'hier entre l'A dige j et l'Astico, activité ds notre artillerie et de c nos détachement s. qui ont atcaq-ié des postes 1 avancés ennemis et les ont mis en faitet en c capturant des armes et de la munition. A u c sud-ouest de VA va go l'ennemi a ieniuvdé a- c vec vigueur ses efforts acharnés pour se fmyer > un chemin à travers nos lignes, prineijtaUmtnt entre le Monte Lemerle et le Monte Magna hoschi. Il a été repoussé à chaque reprise, en c subissant de graves pertes. i Entre les vallées Frenzela et Marcemna, la ioussée en avant de notre infanterie perdure, endue difficile par la violente .anonnade tn-emie e tpar ses positions fortement retran-hées, installées dans un terrain boisé inijira-icable et garnies de nombreuses mitrailleuses. D'après des renseignements com pi t'oi'in taies nos courageux chasseurs alpins ( nt fait pri-onnicrs au cours du combat du 10 tirant, '06 hommes, dont 7 ofjiciers et ont capturé •ne douzaine de mitrailleuses, en sus de ia oat-erie déjà annoncée. Dans la vallée de la Sugana, de nouveaux ••rogrèi de nos troupes à gauche du to'rtni de laso. A l'Isonzo des combats d'artillerie. Dans le secteur de Monfalcone nous ai on s epoussé dans la nuit du 16 au 17 juin des ccn-re-atiaques ennemies, qui avaient jour but 'e reprendre les positions, ocnqunes aupa-■ivant par nous. ~>oaoaSSSEX»«>- Dernières Dépêches Troubles en Hoiianda Amsterdam, 20 juin. — De grandes mani-estations provoquées par lo renchérissement t la pénurie des vivres eurent lieu, hier, à Amsterdam. A différentes reprises il y eut es collisions entre la foule et la pâlies, qui, u marché aux légumes, a même dû être ren-:■ rcéo de eo'.dats pour pouvoir rétablir l'ordre, .es chariots de pommes de terre et de légu-ies, à destination des magasin® de détail, ont û, pour parer à toute agression, être escortés e militaires dans leur trajet jusqu'à la Jraiid'l'lacie. La polios a fait afficher une ■rocJaination qui interdit toute manifestation liblique, à dater de os jour. Les Etals-Unis et le Mexique Amsterdam, 2Q jiiin. — Un journal d'ici lande do Londres : Dans une déclaration du jus-sccTétairo ds la. guerre américain il est it que la mobilisation des milices ne signifie as nécessairement la guerre avoc le Mexi-ue. Les troupes ne franchiraient la frontière ■)1 m;** .r)ar<t la i-fint» oursuivre les bandits. Comme on manda de Buc-nc6-Ayres au Times » que la population des Etats sud-méricains sympathise avec les Mexicains, ans les cercles officiels cep&udant,on est pour !s Etats-Unis. L'Entente et la Roumanie Berne, 20 juin. — Le développement de offensive russe donne l'occasion au «Temps» e s'occuper de nouveau de l'attitude de la toumanie. Le journal écrit : Si la Roumaie garde trop longtemps une attitude expec-ante, elle pourrait facilement manquer le on moment. Il est certainement dans l'inté-êt des Alliés que la Roumanie intervienne; ependant il serait également pour la Rouma-ie môme de la plus haute importance de 'assurer une place au congrès de la paix qui ransformera la carte du monde, afin d'éton-Ire considérablement son territoire. L'ar-angement net de l'incident de Marmornitza ©vrait tranquilliser complètement la Rou-îanie au point de vue des intentions de la tussie. Ru front de l'Irak Coiiistantinople, 20 juin. — Les récents accès des troupes turques contre les Russes la frontière turco-persane, attirent à nou-eau l'attention sur ce front de guerre, où ?s Russes auraient voulu amener la jonc-ion avec les Anglais sur l'Irak, jonction uc le3 journaux de l'Entrante pendant quel-ue temps représentait comme accomplie. Les ournaux turcs soulignent l'importance de e succès, qui dorénavant rend impossible auta jonction des deux armées et font res-artir en même temps les dévastations causes paroles Russes, qui ont détruit la cou-oie du mausolée d'Imam Hussein et les lires sacrés. Divergences au sein «a Cabinet anglais Londres, 20 juin. — Le « Times » annon-e que les discussions au sujet d'un arrange^ •veut provisoire- des difficultés irlanda ses, qui fait des progrès favorables, auraient amené en dissentiment au sein du Cabinet. Une parie du Cabinet est opposée aux propositions ;e Lloyd Georges. U est possible que quelques ninistres do 11 hc n t leur démission. L-ondres, 20 juin. — Reutsr annonce que 3 renforcement de la garnison japonaise dans ? nord ds la Chine est une mesure de pruden-e, à' laquelle on a recouru à cause de la mort le Yuan-Shi-Kai, pour protéger la colonie aponaise et les étrangers. Les nouveaux con-ingeiïts comptent environ 600 hommes et ont destinas à Pékin et Tieutsin. Le Japon . expédié ces renforts sur la proposition de uniques ministres de l'Entente à Pékin. La sitaaiion à Verdun Copenhague, 20 juin. — « Birschawija Vjedomasti » annonce de Londres que le oumal « Observer » prétend qu'une aide* in-lirocte ou directe de l'Angleterre pour la France est considérés- comme résultat immé-liat du dernier conseil de guerre tenu à Lon-Ire-s. La situation à Verdun est regardée omnie extrêmement grave dans les cercles nilitaires français et anglais. Opinion d2 M, Clemenceau Berne, 20 iuin. — Dans l' « Homme En-haîné », M. Clemenceau fait observer au su-et de la séance secrète à la Chambre françai se : « Autrefois, le Parlement pouvait toujours se prononcer quoi qu'il advînt. La grande différence, c'est qu'il doit maintenant se taire. Je sais bien que le fait d'avoir cou-science d'une telle situation doit, dans tous les cas, entraîner la lourde responsabilité,' mais le seul résultat qu'on puisse y voir, c'est que la Chambre en tant que critique, est en quelque sorte bâillonnée. » Par opposition, M. Clemenceau promet de continuer de toutes ses forces, et fût-ce au prix d'un danger pour lui, la luttre contre un tel gouvernement. La séance secrète à ia Ciisnsbre française Les journaux français publient les informations suivantes sur les séances secrètes de vendredi et de samedi derniers : La salla était assombrie par d'épais rideaux; peu avant deux heures, le Cabinet au complet, sauf M. Viviani, prit pla-ce au bano des ministres. Il n'y avait que très peu de vides aux bancs des députés, dont beaucoup avaient interrompus leur service militaire au front pour particlper à la séance. A 2 heures 40, ouverture de la séance. Le premier orateur, le député Maginot, développe pendant une heure et demie son interpellation, à savoir par quelles mesures et quel commandement supérieur à Verdun le Gouvernement espère s'assurer la victoire. Après lui, M. Fabre critique la défense de Verdun dès le début de la bataille en question. A la séanoe de samedi, qui dura depuis 2 heures de l'après-midi jusque tard dans la soirée, le grand discours de M. Briand a donné lieu à une réplique de M. Varenues au nom des socialistes. Mais il va sans dire que toutes les insinuations des journaux concernant la teneur positive des délibérations ont été étouffées par la censure, qui a d'ailleurs fait parvenir à tous les services de rédaction des avertissements spéciaux. La seule impression qui se dégage à la lecture des articles de presse, c'est que, à la séance secrète, il s'agissait non seulement de fixer si Briand resterait ou ne resterait pas au pouvoir, mais de l'avenir de 1a France entière. Les leaders de la gauche au Sénat ont décidé riu'il v aurair également une séance sénatoriale secrei/e-, » itn? «aie d„,\, jeudi prochain. Une séance secrète au Séaat français Genève, 20 juin. — A la suite d'ufie décision du bureau et du comité directeur de la gauche démocratique, et des groupes radicaux et radicaux-socialistes du Sénat, les membres de ces groupes se réuniront samedi en vue de tixer la date, à laquelle on déposera une demande de réunion du Sénat eu comité secret. Détournement de cuivre destiné à l'armée française Berne, 20 juin. — Le « Petit Journal » est informé d'Amiens que la police de cette région est sur la trace des auteurs d'un important vol de cuivre, soit 2,000 kilos, détournés au préjudice de l'intendance militaire. De nombreuses arrestations ont déjà été effectuées.Etats-Unis contre Mexique Washington, 20 juin. — En même temps que la mobilisation des miliciens a été ordonnée par le Gouvernement pour le service à la frontière mexicaine, l'Amirauté a envoyé plusieurs navires de guerre pour apurer la protection des sujets américains aux deux côtéa du Mexique. Impression suisse sur la Conférence économique de l'Entenie Genève, 20 juin. — Le « Journal de Genève » écrit au sujet de la Conférence Economique tenue à Paris : A Genève, on ne peut dissimuler une certaine inquiétude en considérant la déclaration d'un dos participants à cotte Conférence ; en effet, il en appert que les conclusions de celle-ci font voir aux nations neutres que leur propre sécurité leur imposera de rejeter tout accord avec les Puissances Centrales et de s'aHicr à l'Entente ; c'est là une conception de la neutralité qiii donne beaucoup à réfléchir, aussi espère-t-on bien qu'elle n'aura pas prédominé à la Conférence susdite. Nouvel appel de fonds ita'.iens pour la guerre Borne, 20 juin. — Le « Moniteur Officiel » publie un décret de l'Intendance gouvernementale, comportant la proposition d'un nouvel appel de fonds de 400 millions de lire pour les besoins de la guerre. Fortifications réclamées par les Suédois Copenhague, 20 juin, — Une information des « Karlskrona Tidningen » annonce que, dans le sud de la Suède, on a rédigé une pétition au Gouvernement suédois pour appeler son attention sur la nécessité de pourvoir la côtî d '-Heisingborg do fortifications permanentes. Dans les milieux militaires on est, depuis longtemps, persuadé qu'il y a lieu d'ériger dos ouvrages fortifiés sur celte partie du littoral, d'où l'on pourrait ainsi commander tout ie détroit du Sund, dont la largeur, à Heisingborg, ne dépasse pas 4 kilomètres.Condamnation d'un journaliste gensaaojiliobs Copenhague, 20 juin. — La Cour Suprême a confirmé hier le jugement rendu par la Cour martiale conlre l'ex-clief d© la police à Randers, Lilicnskjold, et appliquant à celui-ci une amende de 500 couronnes, à cause de l'article par lui publié et de nature à exciter la population contre la nation allemande. Pionniers allemands et prisonniers français Berlin, 20 juin. — Un collaborateur de la « Gazette de Voss » a eu l'occasion de rencontrer dans un train de la Croix-Rouge allant de Genève à Berne de3 prisonniers allemands venant d'Angleterre. « Ce qui caractérise particulièrement ces soldats, dit-il,c'est le soin et ia propreté extra-ordinaires de leur miss extérieure. Cette propreté est pour eux une vertu innée; toutefois, ils sent,redevables du bon état de leur uniforme à leur patrie, qui les a pourvus de tout le nécessaire. On y attache un© importance d'autant plus grandie après avoir rencontré, au lac de Thoune, des prisonniers français qui, même des semaines après leur arrestation, n'ont pas un seul fil propre sur le corps; on ne s'étonne d'ailleurs plus des circonstances défectueuses qui régnent dans les camps de Français, lorsqu'on voit à quel point coux-ci sont délaissés par leur pays. » M. Mkbahelles décoré Sofia, 20 juin. — M. Michahelles, qui avait été jusqu'à présent ministre d'Allemagne en Bulgarie, a été reçu en audience d'adieu par le Roi qui, à l'occasion de son départ, lui a conféré la Croix de St-Alexandre de Ire classe. Agitation ouvrière à Hogaut Berne, 20 juin. — Le « Petit Journal » annonce que dans l'important bassin minier d'Hoyant les mineurs réclament impérieuse ment une augmentation de salaire, en motivant leur réclamation par la cherté croissante des vivres et des prix de la houille. Outre l'augmentation de salaire, ils demandent une meilleure réglementation des heures de travail ainsi que des réductions de loyer conformes aux dispositions légales. Grève dans la marine marchanda Berne, 20 juin. — Le « Petit Journal » est informé de Madrid que les équipages des navires marchands qui se trouvent à Barcelone, Gijon, Bilbao, Huelva et Valence se sont mis en grève. lia réclament 50 p. c. d'augmentation de paie et, vu les dangers croissants pour la navigation, ils demandent- à bénéfi-«for d'rro L- vî» ^— Dépêches REPRODUITES DE L'EDITION PRECEDENTE) Le Nouveau Cabinet Italien Rome, 20 juin. — (Officiel.) — L agence Stefani annonce que le Roi a signé aujourd'hui un décret fixant, comme j.uit, la composition du nouveau cabinet italien . Boselli, chef du cabinet; Sonnino, aifaires étrangères; Orlando, intérieur; Colosimo, colonies; Sacehi, justice; Meda, finances; Carcano, trésorerie; Fera, postes; Morrone, ;;uerre; Co-rai, marine; Ruflini, instruction publique; Bonomi, travaux publics ; Arlotta, chemins de fer et transports maritimes; Raineri, agriculture; Genava-, industrie, arts et né tiers; comme ministres sans portefeuille MM. Bisso-lati, Bianchi, Comandini et Scialoja. Tous ces ministres ont prêté le serment au Roi ce matin. ilugaic-ntatlons des primes d'assurances en Norvège Chrisli&iiia, 19 juin. — La compagnie norvégienne des assurances maniâmes de guerre, qui a perdu du fait des derniers sinistres maritimes plus de 17 miiiions de couronnes ainsi que tout sou fonds de réserve, travaille actuellement sur une balance en perte de 10,000 couronnes, probablement on sera obigé d'augmenter les primes d'assurance. L'Angleterre ne révèle pas toutes ses pertes en navires à Sa basaiHe navale Berlin, 10 juin. — Un voyageur de nationalité neutre, revenu de Londres à Bergen, après avoir fréquenté de3 cercles compétents de la presse anglaise, a annoncé au correspondant de la « Gazette de Voss », à Christiania, qu'à Londres ce n'est un secret pour personne qu'à la bataille navale du Skager-Rack, la flotte anglaise, a subi des pertes supérieures à celles figurant jusqu'alors au communiqué officiel. Cette fois encore, de même que lois du coulage de 1' « Audacious », on a suivi le vieux procodé consistant à baptiser tout simplement d'autres navires du nom des grands vaisseaux de bataille perdus.Les représentants de la Presse et du Parlement qui auraient refusé de participer à cette tromperie, auraient reçu de l'Amirauté une déclaration très catégorique et impérative, comme quoi tout autre procédé serait inadmissible non salement pour des raisons d'ordre militaire et politique, mais encore plus pour des motifs d'ordre intérieur qu'extérieur; un aveu complet des pertes pourrait facilement ébranler la confiance et la discipline des equipages et de l'armée de terre, d'autant plus qu'ils éprouvent déjà, de même que ia nation anglaise, un choc nerveux par la mort de Lord Kit-chener. Officiellement, l'Angelterre se garde bien de dévoiler toutes les circonstances de oette mort. Il est indéniable que, même parmi les chauvins du groupe Lloyd George, cetta catastrophe jointe au résultat do la batailla navale ont fortement atténué le désir de con« tinuer la guerre; sans aller jusqu'à dire que dans les cercles gouvernementaux on est fatU gué de la continuer, il se manifeste uno raw

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes