Le bruxellois: journal quotidien indépendant

156 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 13 Fevrier. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 31 mai 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/3f4kk95v7t/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

3* Année. - N° 496. Edition B CINQ C1HTSNSS D1MANCHÊ 13 FÉVRIER 1916 ABONNEMENT POSTAI, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 A Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des , ; «bonnement FRlMliSTRliîLS; ceux-ci , ^prennent cours les ! * i Jakv. 1 Avril 1 Jciilit 1 Octob. | ' On peut s'abonner toutefois pour les ' • deux derniers mois ou même pour le I . dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois *'■ 3.00 >11:2.40 Fr 1.50-Mi. 1.20 o TIRAGE : 75*000 PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 2.00 Nécrologie j.oo Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 | PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne. .... 0.40 — o—- TIRAGE : 75=000 PAR JOUR | m Journal Quotidien Indépendant b tsra Le vaisseau de ligne français ? Suflren „ coule par un sous-marin Appréhensions anglaises au sujet de l'attitude des Etats-Unis Deniers Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre rte l'Ouest Berlin, 12 février (communiqué de midi > r— Apres un bombardement préparatoire de plus violents, dirigé contre une grande pai tic de notre front en Champagne, les Frai çais ont, le soir, passé à l'attaque à Vest à la ferme Maison de Champagne (au non. ouest de Massiges), et pénétré dans notre pe sition sur une étendue de front de moins d 200 mi tres. Sur la hauteur de Combres, non avons occupé le bord d'un entonnoir creus devant notre "tranchée par Vexplosion d'un mine française. Théâtre de la guerre de l'Est Des attaques tentées, en différents er, draits, par des patrouilles et aussi par de détachements peu importants de l'ennen. {ont été repoussées. Théâtre de la guerre des Balkans La situation n'a pas changé. Evénements sur mer Berlin, 12 février. — Un sous-marin allt mand a coulé le S février, à la côte de Syrie au sud de ITeyrouih, le vaisseau de lign français Suffren. Le navire coula en 2 m, I nutes. AUTRICHIENS Théâtre de la guerre russe Vienne, 12 février (d'hier). — L'activit des troupes de reconnaissance ennemies coh tre le front de l'armée de Varchiduc Joseph Ferdinand perdure. Nos détachennents d scaniti ont repoussé les Russes partout. Le 1 avant-postes du régiment hongrois n. 82 on . dispersé quelques compagnies russes. Théâtrs de la guerre italien Pas cVévénements particuliers. Théâtre de la guerre du Sud-Est IjCs forces de combats austro-hongroise qui avancent en Albanie, ont occupé le 9 cov rant la ville de Tirana et les hauteurs entf Freza et Bazar Sjak. ITALIENS Home, 12 février (comm. ojf. du 10). — Dai la région du Monte Cevidale, dans le Jlaut-Vel lin, l'ennemi a contrarié, au cours de la nuit d 9 février, par un feu d'infanterie nourri, nos potes à Campana CedeJi, sans cependant lui inflige des pertes. Dans la vallée de Lagarina, nousavor repoussé une petite attaque contre nos positior au nord de Mori. Vans le massif de Ta fana (à l (Boite supérieure), Vennemi a tenté, dans la nu: du 9 février, de grimper sur le premier sommet il en fut refoulé et tomba dans le précipice . Vlsonzo, la pluie et le brouillard ont paralysé Va* tivité de Vartillerie. FRANÇAIS Paris 10 février. — ( 15 heures.) — En Artoi le duel d'artillerie s'est poursuivi depuis la cot 119 jusqu'au chemin de Neuville à Thétus. Un lutte à coups de grenades nous a permis de cha scr Vennemi de quelques boyaux occupés par lui l'ouest de la Folie. A la tombée de la nuit l'ennen a dirigé sur nos positions du chemin de Neuville ta Folie, une forte attaque qui a été repoussé< L'ennemi n'a pu prendre pied que dans un des ti tonnoirs que nous lui avons repris précédemment Au sud de la Somme. au cours des actions de d< tail effectuées dans les journées d1 avant-liier 1 d'hier nous avons fait une cinquantaine de prisoi niers et pris deux mitrailleuses et un canon revo ver. Aucun événement important à signaler sur i reste du front. Paris, 10 février. — (23 heures.). — En Artoi au cours de la journée, nous avons continué à pri gresser à coups de grenades dans les boyaux l'ouest sic la Folie. Veux attaques ennemies, dir. j gées contre nos positions à l'ouest de la cote l/{ ont été complètement repoussées. Au nord du ch< min de Neuville à Thélus, l'ennemi a fait expU ser une mine dont nous avons occupé V entonnoi. Au sud de la Somme, une fraction d'infanterie et nemie qui tentait de déboucher a été rejet ce dar ses tranchées par nos tirs de barrage. Vans la r, gion de Beuvraigncs} notre artillerie a détruit u ■ bloclchàus et bombardé les cantonnements enn> {mis. En Champagne, un tir de destruction sur h (ouvrages ennemis vers la butte du Mesnil a dom; \ de bons résultats. En Wœvre, nous avons rxécu\ '. dans la forêt de Mort-mare, sur un saillant de l ' ligne ennemie, un bombardement violent qui a pr, , voqué l'explosion d'un dépôt de munitions, -li 1 jourd'hui, l'ennemi a lancé à nouveau deux obi : de gros calibre dans la direction de Btlfort. Noit artillerie a pris immédiatement sous son feu l'en \ placement, repéré hier, de la batterie ennemi' Nous avons en même temps exécuté une canonnao des établissements militaires de Dornàçh au sut micxt de Mulhous&A ANGLAIS Londres, 12 février (comm. off. du quart, génér. j britan. en France sous la date du 11). — Dix-huit aéroplanes ont entrepris un raid heureux contre 5 des baraquements ennemis à Tourhout. L'artillerie ennemie s'est montrée active à FauqueviUers et ~ en d'autres endroits. L'ennemi fit sauter une mi-e ne au nord-est de Givenchy; d-s dégâts ne furent •- pas occasionnés. Feu d'artillerie réciproque au >- sud du bois de Grenier. Nous avons attaqué des e batteries ennemies à Saint-Julien. * RUSSES e e rétrograde, 12 février. (Comm. off. du 10 févr., S h. du soir.) — 1 if feu d'artillerie et d'infanterie près de Riga. En différents endroits des détachements allemands d'ou-s vriers ont été dispersés par notre feu. Au ■ sud-est du château de KoJcenhusen, sur la T)una, en amont jusqu'à Friedrichstadt (21 km.), oji annonce u?ie activité d'artillerie, accompagnée de succès. A proximité de Ja-cobstadt Vartillerie allemande a violemment bombardé nos positions au Piclcstern et entre _ Livenhof et le fleuve Sussei. Dans le secteur de Dunaburg vif feu d'infanterie. Dans la e région de Tannenfeld les Allemands ont - bombardé nos tranchées avec des obus ronds et verts dégageant des gaz suffoquants. Dans la contrée du lac de Swenten nos éclairCurs ont occasionné deux explosions réussies, ont fait des prisonniers et ont capturé des armes e et des munitions. A Vest de Czermryn, entre Rowno-Luck, nos détachements se sont emparés d'une hauteur et o.<:t "epoiiszc e une contre-attaque prononcée immédiate-à nmet pa# Vadversaire. Au sud-est de Cebrow t (23 km. au nord-ouest de Tarnopol),nos troupes ont pris d'assaut une hauteur, Vont occupée et ont fait des prisonniers JJne contre-attaque des Autrichiens a été repoussée. Notre artillerie a jeté l'adversaire hors d'un entonnoir de mines au sud-ouest de Sajnus-_ zyn (24 km. à l'est de ZaleszczyJci). Sur les e hauteurs à l'est de Rarancze (12 1/2 km. au norcl-est de Czernowitz) l'ennemi fit sauter un foyer de mines.Les Autrichiens ont voulu en occuper Ventonnoir: ils en furent cepe-n-s dant empêchés par notre feu de grenades à i. main et notre infanterie. I TURCS r Constantinoplet 12 février. — Pas de change-^ ment essentiel sur tous les fronts. Dernières Dépêches - u vaisseau ae nus mips sinrei,, coolê par nn sobhmm Constantinopîe, 12 février (Agence Milli). — ^ Le vaisseau de ligne français SuffrCn a été coulé, le 8 février, par un sous-marin allemand à la hauteur de Beyrouth. Le Svffren couJa en 2 minutes. L'éqpipage, ee composant de plus de 800 hommes, a n'a pu être sauvé. à Appréhensions anglaises au sujet de l'attitude des Etats-Unis Londres, 12 février. — La pressa anglaise craint ' maintenant que Je danger d'une rupture entre l'Amérique et l'Allemagne eîst passé, quo M. Wil-^ son ne s'explique plus énergiquement avec l'Angleterre. Il cet utile qu'on s'en rende compte à temps avant qu'il soit trop tard. Le public an-c glaii? ne peut être si surpris et si irrité comme ij l'a été à l'époque où le président Clevcland en-'•} voya sa missive au sujet du Venezuela au Con-gros. La presse anglaise commente aussi avcc in-à quiétude le discours de M. Taffe, dans lequel celui- - ci a déclaré que l'Angleterre viole le droit des 0 gens. " La Roumanie décline des promesses de l'Entente s Sofia, 12 février. — Le journal Balhans-ha Poschta apprend de source digne de foi " quo les représentants de l'Entente, à l'exception de l'Italie, se sont présentés mi-jan-'] vicr auprès du ministre-président roumain , et ont déclaré que la llussie promettait à la a Roumanie la liberté religieuse et la liberté } d'enseignement en Bessarabie, si la Rouma-nie se mettait du côté de l'Entente, dès que s les opérations bûlgai'OràUemarides commen-■e cëraient contre Salonique. Les représentant,--i~ de l'Angleterre et de la France ont garanti '. cette promesse russe, liratianu aurait ré^on-e du que la situation sur les théâtres de la ■- guerre était décisivemeiut favorable aux Puissances Centrales et qi» l'entreprise de Salonique n'avait également aucune perspective de succès pour l'Entente. Le bombardement de Belfort continue Paris, 12 février. — D'après le communiqué français, l'artillerie allemande a lanct mercredi après-midi, entre 5 h. 30 et 6 h. 40, sept obus lourds sur Belfort et ses environs, L'« Appam » Rotterdam, 12 février. — On annonce do Washington à T Agence Router : Le comte Bernsdorf: a prié M. Lansing d autoriser VAppam à rcstei dans les eaux américaines pour un temps indéterminé, en vertu du traité prusso-américain de 1828. Le prince Oscar de Prusse Berlin, 12 février. — On annonce do Kœnisberg au Berlincr Lohal Anzeiger : Lo prince Oscar d< Prusse, blessé, est parti du théâtre de la guerre de l'Est pour Berlin. Guerre sous-marine Berlin, 12 février. — On annonce d'OTenpcst ai Bcrlincr Lohal Anzciger : On mande de Vienne au Pesti TLirlap : « Afin de paralyser J'actiyitc des sous-marins allemands dans la Méditerranée l'Angleterre a organisé une flottille d'une centaine do vapeurs de pêche dans la Méditerranée Ces vapeurs de pêche ont tous été armés et pourvus de filets en acier. Leurs canons sont cachés Quelques vapeurs ont déjà été coulés par Jes sous marins. » Le voyage de Briand Rome, 11 février. —- Ivf, Bi\a.id Bourgeois ci Thomas ont assisté avec leur suite au dojoûnei offert par M Barrère au Palais Farnèse. Après lf réception chez lo régent, chez le duc de Cônes MM. Briand, Bourgeois et Barrère ont rendu vi. site à M. Salanclra. Cette visite a duré trois heures. Ils ont rendu visite plus tard à M. Son ni ira Rome, 12 février. — Au cours d'une dé.'ibéra tion avec des hommes politiques italiens, M Briand s'est prononcé contre le projet soutenu pai la presse alUiée, de créer un parlement de l'Entente composé de plus de 100 membres. M. Thomp.s, mi nistre des munitions, qui accompagne M. Brianc dans son voyage, a élit à un collaborateur du Mes sagero, que l'offensive en Artois et en Champagne aurait démontré l'insuffisance de l'approvieion nement en munitions de J'Entente. Au sujet de prophéties du colonel Repington Amsterdam, 12 février. — Le Nieuws van dei Dag écrit : « Si nous admettons que les Allemand: veulent réellement prendre l'offensive, les Allié: ne sont jjas là où ils voudraient être. La situa tion stratégique et politique est- telle qu'ils doi vent attaquer s'ils veulent améliorer la situatioï militai:re avant les négociations de paix. Les Aile manda doivent encore toujours être chassés de h France, do la Belgique et de la Pologne. Il est sin gulier qu'on n'en lit rien dans les commentaire de la presse anglo-française. » En Afriqus Berlin, 12 février (Officiel). — D'après um déclaration officielle du gouvernement frança.i, parvenu à l'ambassade espagnole de Berlin, h blocus postal pour les prisonniers civils et mili taires allemands ayant été internés au Sénégal e au Dahomey a de nouveau été levé. La Grèce et l'Entente Londres, 12 février. — Le Daily News se fa i télégraphier d'Athènes que la déclaration fait-mercredi soir par lo prés'dent du conseil n'est nul lement do nature à améliorer les re'ations entr la Grèce et l'Entente. Le correspondant du jour na,l anglais constate en finissant qu'il a entend i dire en quittant la Chambre : <e Pas une seul« voix pour l'Entente ». Pertes anglaises en janvier Londres, 12 février. — La liste des perte: de Lloyd signale pour janvier la perte d: •39 navires, voiliers et navires côtiers. En Angleterre Londres, 12 février. — On annonce dn Cardiff au Mo min g Post : Dans le disftric charbonnier de la Galles du Sud, un non veau différend a surgi entre les ouvriers e les employés au sujet de la question du tra vail dominical. Le chef ouvrier Hartskori a déclaré dans le South W'ales Daily News qu'il désire ardemment que le travail cou tinue sans être troublé dia-ns'le district cliar bonnier. Mais il appelle l'attention des pro priétaire-s d*e mines sur ce fait que toute ten tative d'obliger les ouvriers à travailler 1 dimanche provoquerait également l'arrê du travail dans le district charbonnier. Le employeurs doivent prendre note de cet avei tissement. Le Daily Mail, dans un article d fond, s'oppose à ce que la défense de l'An gleterre contre les attaques aériennes, soi confiée à Frencli, qui a beaucoup d'autre devoirs. On doit au service de l'aviation, au tant qu'à la population, qu'un ministre spé cial a dû être nommé pour leurs besoins de l'aviation. Hypocrisie anglaise vis-à-vis de la Grèce Berlin, 12 février. — Le correspondant à Bucarest du Lolcal Anzeiger apprend de source autorisée, un fait qui prouve d'une façon positive le cynisme de l'Entente, notamment de l'Angleterre vis-à-vis des Etats neutres : Lorsque la Roumanie conclut, il y à quelque temps la vente de 80,000 wagons de froment à l'Entente, l'ambassadeur anglais déclara officiellement à Bucarest que l'Entente avait décidé de céder Salonique à la Serbie à la conclusion de la paix. Cela ne doit pas inquiéter la Roumanie, car comme' la Grèce a cédé, dans le temps, une zone dé-' terminée du port do Salonique, la Serbie, . propriétaire de Salonique, fera cette fois-ci la même chose vis-à-vis de la Roumanie, à la , demande de l'Angleterre!!? Inquiétudes françaises au sujet des succès des sous-marins allemands Genève, 12 février. — L'amiral français | Darquy déclare dans le Petit Journal qu'il est convaincu que les Allemands ont fait de grands progrès pendant les dix-huit mois de guerre, dans la guerre sous-marine et que dans le cas d'une bataille navale entre les flottes anglaise et allemande, il croit probable que les Anglais devront s'attendre à des 1 surprises désagréables. Aux Etats-Unis Washington, 11 février (Reuter). — On dit que le secrétaire d'Etat pour la guerre a démissionné parce que la grande majorité du congrès est opposJe à son projet d'armée continentale. Le sous-secrétaire d'Etat du département de la guerre, Breckinridge, a également démissionné. Washington, l'Tfévrier. — On s'attend à ce quo le gouvernement conseillera aux citoyens américains, à la suite de la note allemande au sujet des navires marchands armés, de ne pas voyager sur do pareils navires. Le gouvernement abandonnera son ancienne attitude. ETRANGER FRAXCE. — Les bénéfices de guerre en France. — Paris, 12 février. — La discussion du projet de loi 6ur Ja taxation des bénéfices de guerre viendra à bref délai. En effet, la commission du budget a approuvé les conclusions du rapport de M. Raoul Pérot, lequel va être, ces jours-ci, distribué aux députés. Ce rapport expose la nécessité et l'urgeneîe d'e I » créer des ressources xiour le budget, en raison des j 5 charges énormes et croissantes de la guerre. Les : recettes ordinaires sont forcément en moins-va-1 " lues. Il importe donc d'en créer de nouvelles, et! 1 la catégorio des contribuables tout désignée pour ■ en subir le poids est celle dont la situation finan-1 cière s'est améliorée pendant la guerre et grâce à - la guerre. ; M. Raoul Péret analyse et commente ainsii les dispositions du projet : Ce projet assujettit à une contribution extraordinaire toutes Jes personnes; ; et toutes les sociétés se livrant à des actes de coxn-; mer ce • il atteint le3 intermédiaires. La contribu- > tcon ne frappe que les bénéfices exceptionnels, - c'est-à-dire l'excédent du bénéfice net réalisé de-; puis le début do la guerre sur le bénéfice normal moyen, bénéfice moyen calculé sur Jes trois années ou exercices antérieurs à la déclaration de - guerre. Elle est progressive et on tient compte, x dans la progression, à la fois du chiffre du bénéfice exceptionnel et du rapport qui existe entre j celui-ci et le bénéfice normal moyen. Il y a donc un double tarif : l'un exraiparant une taxe qui j frappe les fractions successives du bénéfice ex- > eieptionnel, d'après l-e6 taux variant de o p.c., qui est celui applicable au bénéfice inférieur supé-rieuro à 500,000 francs ; l'autre établi à l'aide des mêmes taux, suivant que le bénélVe exception- ; nel dépasse d'un chiffre plus ou moins e^evé Je bé-» néfice normal. Le projet indique ensuite suivant quels procédés seront évalués le bénéfice normal et le bénéfice exceptionnel, la composition do la commission du , premier degré chargée de recevoir les déclarations ou de procéder aux taxations d'office et de la commissi on supérieure qui aura en cas de récla-^ mation à reviser les décisions de la première, Jes " surtaxes applicabJes en cas de déclaration in- 1 exacte. , Le projet de la commission est plus étendu que - celui du gouvernement en co qui concerne les as-. sujettis à La contribution extraordinaire. U applique celle-ci : 1° A toutes les personnes et société qui accomplissent ou ont accompli, à titre habituel ou acci-^ dentel, des opérations réputées par la loi actes de eCommerce ; 3 2° A toutes celles qui, sous une forme quelconque, prêtent ou ont prêté leur entremise moyen- 2 nant rémunération à l'accomplissement d'une opé- - ration commerciale ; t 3° Aux exploitants d'entreprises assujetties à la S redevance proportionnelle prévue par l'article - de la loi du 21 avril 1810. La contribution, extraordinaire est calculée sur la fraction du bénéfice net, réalisé pendant chaque période d'imposition, excédent le bénéfice normal moyen, d'après un doubie tarif'établi ainsi qu'il suit : 1° Sur Ja partie à l'excédent : Inférieur ou ogale à 1/5 du bénéfices normaJ, 5 p.c. ; comprise entre 1/5 et 2/5, 10 p.c.; entre 2/5 et 3/5, 15 p.c.; entre 3/5 et 4/5, 20 p.c. ; supérieure à 4/5, 25 p.c. 2° Sur h's fractions successives du bénéfice imposable ; Inférieure ou égale à fr. 20,000, 5 p.c.; com-priso entre 20,001 et 50,000, 10 p.c.; comprise entre 50,001 et 200,000, 15 p.c. ;coinprise entre 200,001 et 500,000, 20 p.c.; supérieure à 500,WXJ franc?, 25 p.c. FRANCE. — Les résultats de la mission de M. Itibot en Angleterre. — On annonce de Paris que M. Ribotj ministre des finances, qui, au commencement do la semaine s'était rendu à Londres avec le régent de la Banoue de France, a assisté au conseil des ministres qui s'esc.tenu vendredi.Il a exposé quo la bource de Londres sera ouverte aux valeurs françaises à ia condition que les transactions n'auront lieu que par l'intermédiaire de la Banque de France et de la Banque d'Angleterre, et que les sommes résultant de ces ventes seront employées au paiement de s achats faits en Angleterre. La Banque el'Angle-terro 60 mettra à la disposition de la Banque de •France pour lui faciliter l'obtention de crédits commerciaux. On a pris des dispositions en vue du paiement des achats faits par le gouvernement en Angleterre et aux Eiais-Unis. Des financiers suisses ont fait remarquer à propos de cctte communication, que l'on pourrait conclure d^s décisions prises, que les sommes mises à la disposition du gouvernement français par 1' « emprunt de !a victoire », sont tout près d'être épuisées cl que M. Ribot aur^t été obligé, pour se prexmrcr crédits inelispensables, do donner comme gage des valeurs françaises de premier ordre, comme par exemple les obligations de chcnr'ns de fer. FRANCE. — Le contrôle parlementaire. — Paris, 12 février. — Les comités de groupes do la Chambre française ont pris position vis-à-vis d.:-s proposition® socialistes d'assurei le contrôle du Parlement au moyen d'une commission permanente, composée de représentants de Ja Chambre et du Sénat. Ces propositions ont été rejetées. FRANCE. — La correspondance avec les provinces françaises occupées. — On annonce de Paris,- lo 11, que le ministre des affaires étrangères a fais savoir quo l'Allemagne s'est déclarée prête à servir d'intermédiaire pour échange de nouvelles av. o la population restée dans les provinces occupées. Cet échange de correspondances se fera par les soins de la Croix Rouge, via Francfort-sur-le Main. FRANCE. — Une concession aux marchands de vin. — Paris, 11 février. — Lo général Galliéni, ministre de Ja guerre, vient de faire une concession aux marchands de vin marseillais. 11 a autorisé les soldats eu congé, de pas-age dans une ville, à fréquenter les débits de boissons pendant les heurcîs où ceux-w sont normalement autori&és à rester ouverts. ANGLETERRE. — Saisre de journaux socialistes. — LondreG, 11 février. — En connexité avec la saisie du journal socialiste The WorJcer, à Gias-gow, trois personnes ont été arrêtées, accusé' s d'avoir répandu parmi la population civile, un sentiment révolutionnaire et avoir accru les difficultés élans la fabrication du matériel de guerre par la publiejation de circulaires. ANGLETERRE. — L'impôt sur les bénéfices de guerre. — Londres, 12 février. — Le Financial News apprend, par des milieux bien informés d'Amsterdam, ejue le chancelier de l'Echiquier proposera, lors du prochain budget, de porter l'impôt sur Jes bénéfices de guerre de 50 à 75 p.c. ANGLETERRE. — Lu crise du papier. — Londres, 11 février. — Pour la première fois, dimanche soir, dit l'Indépendance Belge, ia crise du papier, conséquence de la guerre, s'c-st manifestée élans toute sa beauté. Le World, édition du soir, qui avait toujours paru jusqu'ici en un format aux vastes proportions, s'est fait petit, tout petit,pour continuer Ja publication. ee Les lecteurs dominicaux ont accueilli cette feuille minuscule sans la moindre mauvaise humeur, s'inclinant devant les nécessités du temp.s. « Voilà donc un grand journal obligé de reculer d'un demi-siècle en arrière. » HOLLANDE. — A la Deuxième Chambre. La Haye, 12 février. — On a soumis à la Det> xièmo Chambre un projet de loi garantissant qu« la Hollanele elisposera d'une- manière permanent# de matériel naval suffisant. HOLLANDE. — L'interdiction de vendre des bateaux marchands. — La Haye, 12 février. — Le projet do loi élaboré en vue d'assurer un tonnage suffisant à la HoMande, interdit, sous peine d'emprisonnement, la vente ou la location de navires hollandais à l'étranger, à moins d'une autorisation expresse du ministre de l'agriculture, ele .l'industrie et du commerce. De même, il est strictement interdit de faire abandonner à un navire les eaux territoriales hollandaises pour le vendre. HOLLANDE. — La liberté des mers. — Rotterdam, 11 février. — Comme l'annonce de Londres le Maasbode, le Daily Telcgraph signale dans un article que Jes restrictions dans le commerce anglais, rendues nécessaires, atteindront gravement ies colonies, notamment l'Australie et lo Canada.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes