Le bruxellois: journal quotidien indépendant

239458 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 12 Juin. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 23 septembre 2019, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/zk55d8pq3m/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

4me Année - N. 97C ■ Ed. B «MCI EEITSilES Mardi 12 Juin 1917 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique el à l'Etranger n'acceptent que des abotmementsTRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillkt 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr. 3.00 - Mk 2.40 Fr 1.50 - Mk.l .20 TIRAGE :1§0.000 PAR JOUR Le Bruxellois Rédacteur en Chef : Re11 u Armand. ■ Journal Quotidien Indépendant nniw i—■ i—i—■■■!!■■■ m _ Rédaction, Administration, Publicité, Vente : ™ BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ANNONCES —. La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . . 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne. ..... 1-00 T8RAGE:lîO.GOO PAR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, 11 juin. — Officiel de midi ; Théâtre de la guerre a l'Ouest. Groupe d'armée du feld-maréchal prince héritier Rupprecht de Bavière: Dans le secteur d'Ypres, près de Nieupoit et à l'est d'Ypres, l action d'artillerie s'est accrue luer par moments considérablement. Dans le terrain d'opération à l'est de Wytschaete et de Messines, le feu est ''gaiement devenu plus intense vers le soir. Pendant la nuit, après de violentes vagues de feu, des compagnies anglaises se sont lancées contre notre ligne à l'ouest de Hollebeke et de Wambelce. Ehes ont été repoussées. Au sud de la Douve, des attaques anglaises, dirigées contre la poterie à l'ouest de Warnefon ont également échoué. Des deux côtés du canal de La Bussée et sur la ripe méridionale de la Scaipe, notre feu de destruction a ligaturé, près de Festubert, de Loos et-de Monchy, le développement d'attaques ang.aises préparées. Sui la route de La Bassée-Bét hune, au nord-est de Vermelles et près de HuUuch, des poussées de reconnaissance ennemies ont été rejetées. Groupe d'armée du Kronprinz allemand: Au Chemin des Dames, des détachements spécieux d'assaut, composés d'effectifs de régiments de la Prusse Orientale et de la Westphalie se sont élancés par un coup de main imprévu, à l'ouest de Cemy, dans les tranchées françaises, ont massacré lu garnison, en tant qu'elle n'a pas pris la fuite, et sont revenus en ramenant des prisonniers. Le feu animé qui a recommencé s'étend également sur les secteurs voisins, sinon il est toutefois resté minime. Groupe d'armée du duc Albrecht : Rien de nouveau. Théâtre de la guerre à l'Est. La situation est sans modifications. Front en Macédoine: Sur les deux rives du Vardetr et aux bords du lac de Doiran, engegements heureux de postes bulgares.BERLIN, 11 juin. — Officiel d'hier soir : Sur tous les fronts, de même que dans la boucle 'de Wylschate, journée calme. La guerre sous-marine. BERLIN, 11 juin. — Officiel ; Dans l'océan Atlantique,nos sous-marins ont coulé 19,600 tonnes de jauge,. Parmi les navires coulés figuraient entre autres : Le vapeur anglais armé « Harley » (3331 t.), avec un chargement de froment pour l'Angleterre ; le vapeur anglais « Bat-hurst » (2321 t.), avec une cargaison de copra el de noix de palmes; le troismâts anglais « St. Mirren » (1936 t.), avec unq, pleine charge de briquettes, destinée aux chemins de fer du Brésil, un croiseur auxi.iaire français (d'env. 4000 t.), et te vapeur italien « Eliofilo » (3583 t.), avec du minerai pour l'Angleterre. AUTRICHIEN VIENNE, 10 juin ; Théâtre de la guerre à l'est. En Galicie orientale l'activité combat ive russe a augmenté en plusieurs endroits. Théâtre de la guerre italien. Rien de nouveau à l'armée de l'isonzo. Dans la vallée de la Sugana et sur le haut-plateau des Sept-Communes, un violent combat d'artillerie s'est développé hier après-midi et a continué aujourd'hui dès l'aube en augmentant d'intensité. Une vive activité règne chez l'ennemi. Théâtre de la guerre au Sud-Est. Situation inchangée. russes CONSTANT1NOPLE, 9 juin. — Officiel : Grande activité des patrouilles sur le front du Caucase. Pour le reste, rien à signaler. BULGARES SOFIA, 11 juin. — Officiel : Front en Macédoine : Feu roulant temporaire et de courte durée de l'artillerie ennemie, dans la boucle de la Czerna. Durant la nuit, il y eut également un feu d'artillerie assez violent. Des détachements allemands ont exécuté avec succès des reconnaissances et ramené des prisonniers. Sur le restant du front, faible feu d'artillerie.Front en Roumanie: Feu d'artillerie assez peu nourri près d'Isaccea, fusillage et activité d'arti lerie isolée près de Tulcea. SOFIA, 9 juin. — Officiel ; Front en Macédoine : Opérations des plus restreintes sur tout le front. Dans ia boucle de la Czerna et sur le Do'oropolje seulement, l artillerie ennemie s'est montrée plus active. Au pied de la Bclasitza-Planina, engagements entre patrouilles. Une de nos patrouilles a ramené des prisonniers anglais, parmi lesquels un officier. Dans la plaine de Scrès, escarmouches entre détachements de reconnaissance. Grande activité des aviateurs sur tout le front. Des aviateurs ennemis ont lancé des bombes sur l'hôpital de Demir-Hissar. Front de la mer Egée: Plusieurs navires ont bombardé la nuit, pendant une heure, la ville de Casalla, ses environs el la ia-de de Charichaban. Sur ,e front en Roumanie, quelques coups de ca-ten ont été tirés sur Tulcea et Isaccea. FRANÇAIS» PARIS, 10 juin. — Officiel de 3 h. p. m. : Au cours de la nuit, actions d'artillerie courtes et violencessur diveis points du front, notamment dans ia région de Craonne-Chevreux. Des reconnaissances ennemies ont tenté d'aborder nos lignes vers le monument d'Hurtebise, au nord-est de Prunay et sur les deux rives de la Meuse, au Mort-Homme et au bois des Caurières. Aucune de ces tentatives n'a donné de résultat. De notre côté, nous avons exécuté un coup de main sur la rive gauche ^ la Moselle , dans .a région du chemin de fer de Thiaucouit. Nos détachements pénétrant dans les tranchées adverses sur plusieurs points ont infligé des pertes sé-îieuses à l'ennemi, détruit des abris et ramené une vingtaine de prisonniers. PARIS, 10 juin. — Officiel de 11 h. p. m. .* En Belgique, une vive action de notjx artillerie déclanchée dans le secteur de Nieuport-Bains a causé des dégâts importants aux tranchées ennemies. Sur le Chemin-des-Dames, des fractions ennemies qui avaient pris pied ce malin à la faveur d'un coup de main dans un petit saillant de notre ligne à l'ouest de Cerny, en ont été immédiatement rejetées. Quinze prisonniers dont un officier sont restes en're nos mains. Aucun événement à signaler sur le reste du front. PARIS, 10 juin. — Officiel de l'Armée d'Orient : fournée du 9 juin/ actions d'artillerie assez sérieuses, notamment sur la rive droite du Var&ar et sur le front serbe. L'aviation a été active de part et d'autre. Plusieurs combats aériens sur le front italien. Bombardement de Sevkah ( nord-ouest de Sé-rès) par les avions britanniques. RUSSE PETROGRAD, 8 juin. — Officiel ; Au front à l'ouest et au front en Roumanie, rien d ■ spécial à signaler. SlAsJOM ROME, 9 juin. — Officiel ; Dans le secteur de Gorizia, après un violent bombardement, les Autrichiens ont attaqué nos positons établies sui le Vodice, entre Sober et Vesbojba et au sud du Monte San Marco; ils'ont été immédiatement repoussés, ont subi des pertes et laissé que.qnes prisonniers enire nos mains. Un violent feu, dirigé !iier midi contre nos positions établies entre Salcona et les hauteurs de Tivoli, a été étouj/é par noire artillerie. Sur le Cwso, la canonnade réciproque a aussi été d'une grande intensité. Sur le reste du front, les opérations n'ont pas dépassé les limites habituelles. Hier midi, un avion ennemi, qui explorait nos positions établies à Vakolhna.a été descendu par le feu de~TU)s mitrailleuses sur le Vederetta di Cedec. ANGLAIS LONDRES, 9 \uin : Après une forte préparation d'artillerie, l'ennemi a prononcé une violente contre-c.ltaque contre la plus giande paiiie de notre nouveau front au sua d'Ypres. L'attaque s'est étendue depuis Siypes, jusqu'au nord du canal Ypres-Comines; elle fut prononcée avec des forces considérables composées de divisions ennemies fraîches amenées des réserves ennemies et exécutée avec une grande décision. L ennemi fut complètement repoussé sur tous les points par le feu destructeur de notre artillerie et de nos mitrailleuses. Le combat fut particulièrement violent à l'est de Messines el en outre près de Klein-Zillebekei au nord du canal. Kers minuit les attaques de l'ennemi se sent écroulés sur toute la ligne avec des pertes considérables. Nos troupes sent en possession de tout le terrain conquis par nous depuis le début de la bataille. La nuit dernière nous avons exécuté avec plein succès des entreprises sur un large front depuis le sud ae Lens jusqu'à La Bassée. Au sud de la hv.cre de Souchez nos troupes ont pénétré dans les positions ennemies sur un front de plus de 2 milles de long, et entrèrent dans les tranchées sur une profondeur d'un demi-mille. L'ennemi éprouva des pertes considérables. Nous avons fait plus de 70 prisonniers et capturé bon nombre de mitrailleuses. Nos pertes furent légères. Nous avons pénétré également a: ec succès dans les tran. chées ennemie^ au nord de ta rivière de Souchez, à l'est de Loos et au sud-ouest de La Bassée. Un grand nombre d'Allemands furent tués et tes installations de défense ennemies, portement endommagées. Nous avons fait 44 nouveaux prisonniers dont 3 officiers et capturé plusieurs mitrailleuses. Nos troupes ont pénùré .a nuit dernière dans la dernière pat lis de la ligne Hindenburg que f ennemi tenait encore à l'ouest de Bulleccurt et beaucoup d'hommes de la garnison ennemie ont été tués ou faits piiscnniers. Dernières Dépêches Les combats à l'Ouest. Berlin, 10 juin. — L'épuisement çks Anglais dans la boucle de Wytschaete, a continué le 9 juin, l'activité de l'artillerie s'est maintenue également ici dans de® prooprtions limitées; ce n'est, qu'au canal d'Ypres qu'elle augmenta dans la soirée contre les batteries allemandes au sud de Douve et dans les terrains situés à l'arrière. L'artillerie aMeman.de a dirigé un feu destructeur sur de§ tranchées anglaises combles dans la forêt de Pioegstcert, ainsi qu'au nord-ou^st de cette lccalié. Des essaie faits par les Anglais pour organiser leurs positions dans tes tea rar'ns conquis, ont ©te pris efficacement sous le feu de flanc de l'artillerie allemande dans le secteur d'Ypres, ainsi que scus les batteries allemandes au nord de Lifoe. Nou savons fait une contre-attaque couronnée de succès au sud-ouest de Hollebelse, qui nous a permis d'enlever aux Anglais plusieurs fusils automatiques. Sur tout le front d Artois, le feu d artillerie est pesté modéré le 9 jtisn. Nul'e part il n y a eu des attaques, d'infanterie consécutives. Icii aussi les taowdes pertes éprouvées par les Anglais au cours de leurs vaines attaques contre Lens le 8 juin, ont nécessité urv; pause de repos, ainsi que ne remaniement des troupes fourbues. Comme nous l'avo.-s annoncé ultérieurement, l'attaque a été prononcée sur une largeur d'environ 6 kilomètres par environ deux divisions canadiennes et une anglaise. Les combats ont été extracrdinaii-emen; acharnés et les pertes sanglantes des Anglais en sont la meilleure preuve. En déblayant le dernier nid anglais et le terrain d'avant-p'an, nous avons pu observer incontestablement ces pertes. Dans la région de Saint-Quentin, des patrouilles ennemies ont été repoussées à diverses reprises dans la nuit, et la matinée du 9 ju'n. L'après-midi du même jour, ur.e troupe spéciale d'attaque allemande a remporté un succès de passage près d'Alaincourt et en a ramené 16 prisonniers français où 3 mitrailleuses.Au front de l'Aisne, l'activité d'artillerie es; minime par suite du temps couvert. Ce n'est que sur le front de Malmaison, que les Allemands ont dirigé pendant tou'te ja journée un' feu continu de iourd calibre. Dans la nuit du 9 juin, une troupe d'attaque spéciale bavaroise a prononcé une attaque couronnée de succès contre Le Poteau. A louest de la Champagne, ainsi que dans le secteur de Verdun, de nombreuses patrouilles ont ramené, en accomplissant simultanément leur tâche, des prisonniers et des fusils à tir rapide, hors des tranchées ennemies. Les cheminots français reçoivent satisfaction. Genèvre 11 juin. — Les compagnies de chemins de fer françaises ont donné satisfaction à leur personnel, qui réclamait un minimum de cinq francs pour 10 heures de travaili ainsi qu'une aMocation d'un franc par jeur pou de vie chère. Une défense de la censure française. Gonève, 11 juin. — La censure française a défendu la reproduction du discours prononcé à la réouverture de la Diète dAlsace-Lorraine, par le président M. Rie.in. Le nouvel ambassadeur russe à Paris. Stockholm, 11 juin. — La nomination de M. Ma-klakoff, membre, de la Douma, au poste d'ambassadeur à Paris, est imminente. La candidature de Pleckanoff aurait donc êié écartée, contrairement à une autre dépêche de Stockholm . Terribles enets de l'attaque aérienne contre l'Angleterre. La Haye, 11 juin. — On mande de Folkestone au « Daily Mail », que l'attaque d aviateurs allemands de vendredi dernier aurait été prononcée d'utu hauteur d'au moins 15,000 pieds et que le résultat en aurait été terrible. Jamais les Zeppetins n'ont occasionné tant d>î dégâts. Les exoava.ic-ns creusées dans le sol par les torpilles aériennes auraient mesuré une profondeur de 10 p<iods, sur un périmètre de 28, Un chên<= a notamment été déraciné et lancé à 20 mètres (Le distance. "Une carrière rapide. Londres, 11 juin. — Le colonel anglais Erevberg a été promu général. 11 n'a que 22 ans e<t est décoré de .a croix Victcr.a pour sa bravoure extraordinaire et les capacités dont il a fait preuve à Beaucourt. il s'est distingué à Anvers et à GallipOii, où il a été bieseé. lia crainte d'un second Gallipoli. Londres, 11 juin. — Le périodique diï Londres «Truth» écrit : La flotte de haute mer ail'.^rmande ferme un grand appui moral et politique à l'Allemagne ; elle se réserve derrière la campagne des sous-marims et nous a imposé le maintien die la plus grande et de la plus coûteuse flotte qui ai'; jamais existé, avec toutes tes dépenses d'argent et d'hommes qui en sont les conséquences inévitables ; en outre, notre flotte exige qu'en lui réserve une grande partie Ae nos chantiers navals, qui auraient pu être destinés peur ia construction de navires marchands. Nous devons laisser à l'appréciation de ceux qui peuvent se rendre clairement compte des conséquences morales et poli.iques d'une pareille entreprise et des dangers qui peuvent en résulter, s'il est prudent d'étendre notre suprématie sur mer jwrcjtr'à la ligne des côtes de l'ennemi, derrière lesquelles celui-ci tâchera de conserver intactes ses forces navales. Une chose est hc<rs de doute : c'es; que nous ne pouvons en aucun cas nous expeser à un second Gallipoli dans la baie de Helgoland. La lutte contre le seïvice obligatoire au Canada. Le correspondant à Toronto du journal « The Times » télégraphie que la situation reste critique dans la province de Québec. A Montréal et à' Québec, des manifestations se sont produites contre le service obligatoire; les fenêtres de ia plupart des rédactions ont été brisées. Le haut-clergé et les autorités de la province s'efforcent de maintenir 1 ordre. Av Ottawa, on considère la situation politique ccmm-2 extrêmement grave. Le bilan de la guerre. Il vient de paraître en Allemagne une brcel-.-re intitulée « Die Bilanz des Kri-eges » (Le Bilan de ;& Guerre), qui, dans sa sécheresse, constitue un réquisitoire écrasant contre la guerre. Quand les trois premières années de la guerre seront accom plies, écrit l'auteur, qui signe Parvus, les pertes des belligérants s'établiront comme suit : Emprunts de guerre, 350 milliards de marks ; morts, 7 millions d'homees; blessés, 17 millions d'hemmes; invalides, 5 millions d'hommes; pertes causées par diminution des naisisances, 9 millions. Afin que les lecteurs se fassent urne idée exacte de l'énormitié de ces chiffres, l'auteur ajoute que, s'il fal'aï; payer en pièces de 20 marks les 350 milliards d.e frais de guerre, le total de ces pièces suffirait à ceinturer neuf fois l'équateur, et, si l'on voulait réunir en un seul ccnvoi les 7 millions de moi\s, ce convoi s'étendrait de Paris à Vladivo9:eck. Protestation grecque. Londres, 10 juin. (Reuter.) — On mande d'Athènes que la Grèce se propose de protester centre l'occupation de Janina par l'Italie. L'énigme grecque. On a appris à Londres que des bruits de toute sorte courent à Athènes. On racon.e, notamment, que les épistrates (téservistes), organisés en bandes, envahirent la zone neutre qui s'étend entre l'armée d'Orient et tes territoires soumis à l'administration royale. Oa assure aussi que les autorités loyales feraient des préparatifs suspects centre les Alliés. Emprunts anglais et serbe aux Etats-Unis. Washington, 10 juin. (Reuter.) — L'Agence du Trésor a payé à l'Angleterre 75 millions de dollars et à la Setbie un emprunt de 3 millions de dotars. La récolte américaine. On mande de New York, que la récolte de froment, que le dernier rapport officiel avait évaluée à 652 millions de boisseaux, ne permettra d'exporter que 20 millions de boisseaux, sojt 1,600,000 tonnes ; d'après les derniers calculs, la consommation du pays se chiffrera en effet par 600 millions de boisseaux, environ. Un nouveau cas « Baraîong ». Berlin, 11 juin. — Sous le titre « Le plus récent cas Baraîong », Karl Rcssner écrit de la cité flamande ce qui suit au « Lokal-Anzeiger » : Le chef de l'amirauté a communiqué que quelques mcTifcors anglais ont bombardé Ostende le 5 juin e1. que des forces de reconnaissance fortement supérieures accompagnant la marche des menitors, furent engagées dans un violent combat avec deux de nos torpilleurs de surveillance. A cette occasion, nC'.re « S-20 » a été eculé. Le cemmandan. anglais a ajouté à ce sujet : « Ncus nous sommes emparés de 7 survivants du contre-iorpilieur « S 20 >:. Le premier compagnon de botd Henri Schmidt qui se trouvait à bord de notre « S-20 » en qualité de chef de la canonnade, tint la mer p> ndant sept heures en luttant contre la mort. Repêché par un de nos hydro avions et porté à terre à travers les airs, où on le ranima, Schmidt raconta oe qui suât . S:pt hommes du « S-20 » furent pris à bord d'un canot ang'ais ; alors les Anglais interrompirent: leur œuvre de sauvetage. Ils avaient visiblement reçu ordre de ne ramener que sept hommes afin de les entendre. Deux sous-offlc'ers qui se cramponnaient au canot reçurent l'ordre de le lâcher aussitôt. Ils continuèrent néanmoins à se cramponner ; l'un d'eux dédara à l'officier du canot anglais, qu'il était Masse et qu'un éclat de grenade lui avait broyé La jaim-be. Pour toute réponse, un des matelots anglais lui appliqua un p'sto'et contre la poitrine et îui cria de lâcher aussitôt scus peine d'è.re t«é à bout ponant. Un second qui se cramponnait également au canot au moyen d'une crosse de pistolet, jusqu'à ce qu il reçut d'un matelot ang'ais des coups sur les doigts lâcha prise et retomba dans la mer. Voilà ce que Henri Schmidt a vu et entendu, après avoir tenté d'atteindre à la nage avec 20 à 25 attitrés Allemands, le canot ang'ais. Ce dernier annonça au destroyer que tout était fini et reçut l'ordre de retourner. I] vira donc eans se soucier du sort des hommes flottent dans 'a mer et lui criant au secours. Pourquoi on a besoin de l'Union. Berlin, 11 juin. — Richter Burpec diî Haitford, qui a assis1 é avec les délégués anglais et français aux séances du Conseil de défense américain, a déclaré, d'après le « New-York Times », que la situation militaire ot économique en Angleterre et en France a été exposée par les délégués de ces pays comme étant désespérée et que s'id n'y était pas remédié, l'Angleterre et la France étaient perdues. Si la guerre n'est pas gagnée avec raide américaine, les E.ats-Unis auront à supporter tous les frais de la guerre européenne. » Janina occupée par les Italiens. Rome, 10 juin. (Stefani.) — Janina a été occupée sans incident par les troupes italiennes. La ville et le pays 9ont complètement calmes. Le roi du Monténégro et le roi d'Italie, A propos des opérations récentes des troupes italiennes, le roi Nikiîa du Monténégro avait envoyé au roi d'Italie des télégrammes de félicitations finissant par ces mo'ts, gros de reproches : « J'espère que la main qui délivre les terres italiennes bientôt sera tendue vers mes infortunés montagnards. » A la suite de l'envoi de ce télégramme, dit l'Agence des Ba'kans, Le gouvernement constitué il y a trois mois par le roi Nikita, a présenté sa démission au souverain. La situation politique en Chine. Stockholm, 11 juin. — La « Rousskia Volja » apprend de Pékin, que la garnison de cette ville a nommé un ministre de la guerre provisoire. Les troupes de Pae-Tiag i-ou ont été transférées à Pékin. Touan-Tchi-Youi,ainsi que les femit.es de nombreux dignitaires et députés se sont -enfuies à Tien-Tsin. Le cours du papier chinois est en baisse constante. Dans le décret de démissiou(le Président déclare que Tcuan-Tchi-Youi a abandonné l'administration de l'Etat et les finances de ia Chine dans un gâchis complet. la diplomatie serbe. Copenhague, Il juin .— Les journaux al'iés as-sur, n; que le gouvernement serbe, réfugié à l'étranger. a l'intention d'établir sous peu une jé^ation de Serbie à Copenhague. Des ministres serbes serai et} également nommés à Stockholm et à Lisbonne. Les enfants belges en Hollande. Roosendael, 11 juin. — Jeudi, 500 enfants beîi ges sont de nouveau arrivés dans cette ville. De ces enfants, 110 ont été dirigés sur Flessingue, 40 sur Middolbourg, 53 sur Breda, 39 sur Eindhcven, 31 sur Arnhem, 160 enfants seront hébergés à Roosendael même, tandis que 80 autres ont été recueillis pour toute ;a durée de la guerre chez des particuliers, dans tout le pays. La révolution russe. Londres, 11 juin. — On annonce de Pétrograd à Reuter, que quatre régiments de la 7e armée a; sont muiinés. Les mutins seront traduits devant le Coni seil de guerre. Le mouvement finlandais. Zurich, 11 juin. — On annonce de Rome au «Per-! severanza» : L'agitation socialiste en Finlande prend une ■ XLensicn alainiante. Tous les fonctionnaires du Gouvernement provisoire ont été ar rêtés et la presse complètement supprimée, en dehors des journaux socialistes. Jjes élections communales à Pétrograd. Pétrograd, 10 juin. (Ag. Tél. St-Pétersb.) — Leg élections communales ont eu lieu pour la première fois, sur la base du suffrage universel. Les anarchistes russes. Le correspondant de l'« Associated Press » à Stockholm écrit ; Parmi les Russes qui quittent l'Allemagne, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, pour reiourner au pays, il y a naturellement beaucoup de patriotes, mais il s'y trouve aussi des agitateurs anarchistes. Un Américain de marque, arrivé récemment en Suède, venant de son pays, manifesta son étonne, ment au sujet du fait qu'à bord de son navire,beau-ccup de Russes avaient déclaré ouvertement qu'ils retournaient en Russie pour reprendre avec énergie la campagne anarchiste qu'on les avait contraints d'abandonner il y a quelques années. Une autre personnalité américaine, arrivant de Londres, raconte avec indignation que les nombreux Russes, à bord de son navire, parlaient presque exclusivement l'allemand entre eux. La nécessité d une paix à tout prix fut discutée ouvertement, tout comme ie p'an de contrecarrer autant que possible l'action du gouvernement provisoire. D'après des renseignements de source particulière, signalés par i'« Associated Press », un grand n. mbrr- de bartnis ie tournée en Russie, surtout ceux venant de Suisse, via l'Allemagne, auraient joué un îôie important dans l'affaire de Cronsbadt. EchauSourées à Moscou. Stockholm, Il juin. — A Moscou, ont eu lieu les funérailles de l'anarchiste Kclkcff, qui avait été tué par un soldat de la milice. Plusieurs milliers de personnes ont suivi le corps ; dans le cortège en remarquait des drapeaux avec ces inscriptions : « Toutes les terres aux paysans I Toutes les fabriques et tous les ateliers aux ouvriers! » Sur le pas-e.- i ; du ccnvoi funèbre, les passants et les officï-rg cnt été forcés de se découvrir, ce qui a donné Heu à de violentes échauffe-urées, au cours desquelles plusieurs personnes ont été grièvement blessées. Situation critique à Pétrograd. D'après une dépêche reçue par le « Corriere dcl!-la Sera », un mouvement inquiétant se fait jour dans la zone fortifiée de Pétrograd. Des matelots venus de Cronstadt ont exhorté la population de Lai capitale à fonder comme eux une république locale, et à reconnaître le Comité des ouvriers ©fc des soldats, au iieu du gouvernement provisoire. En cas de refus, ils ont menacé de bombarder Oranienbaum. Les artilleurs des forts de cette place çnt répondu en menaçant à leur tour de pointer leurs canons d© gros calibre sur Cronstadt. Des incendies ont éclaté dans plusieurs rues d'Oranienbaum. La popula^ tion énervée a accusé les propriétaires d'avoir allumé ces incendies afin de réaliser leurs policeg d'assurances et elle a essayé d'organiser des pogroms.LA GUERRE SOUS-MARIHE. Copenhague, 10 juin. — De Stockholm au « Ber-lingske Tidonde » ; Les deux voiliers suédois «He-lene » et « Aida » ont été coulés par- un sous-marin allemand. Un troisième vaisseau a été arrêté et a reçu l'autorisation de con.inuer sa rcuoe vers Raumc avec les équipages des deux vaisseaux coulés. DÉPÊCHES (Repioauttes ae i édition prèccaente.) L'offensive en Flandre. Commentaires hollandais. Amsterdam, 10 juin. — L' « Algenieen Handels-blad » écrit, au sujet de l'offensive près d'Ypres, ce qui suit: « De nouveau beaucoup de vi>.s humaines ont été sacrifiées pour' un succès de minime importance ». Mort du commandant ïte.tniond. Londres, 10 juin. (Reuter.) — Le commandant William Redmond, le frère du chef irlandais bien connu, est tombé à la bataLle de Messines. La crainte des attaques aériennes allemandes, Rotterdam, 10. — Du « Nieuwe Rotterdamsche Courant »: « A propos de la grande attaque aérienne contre Douvres et Folkestone, le « Daily News » soulève la question de savoir s'il ne serait pas possible, eu égard aux conséquences possibles, de transférer le siège du gouvernement de Londres vers une autre localité. » Le « Times » croît qu'il n'est pas impossible que de pareilles attaques aériennes soient répétées avec d'autres avions plus nombreux et de telle façon que l.s a.taques prennent pour ainsi dire le caractère d'une invasion ; plus que jamais l'Angleterre doit se déf.ndre contre pareille éventualité, et notarn- ■nxrt}* cpj'vir 4' uiu CLbjj-Q

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection