Le bruxellois: journal quotidien indépendant

1377 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 04 Août. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 26 septembre 2023, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/1n7xk85977/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

4— Année - N. 1023 - Ed. R CINQ CEHTMES Samedi 4 Août 191-7 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3,60 Les bureaux de poste en Belgique et ri l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 Janv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr.3.00-Mk,2.40 Fr1.50-MU.20 T8^Ari;ji0.000 CAR milR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.GO Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières... 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.53 La grande ligne 1.00 Rédacteur en Chef : Ketié Ariîiami Journal QacfâHsa laSégssâBai Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, TIRAGE HfO.OOO PAR JOUR Los feareaaax du « BRUXELLOIS » sont transférés à la HUE DE LA CASERNE, 33 et 35, â Bruxelles (près de la plaça Asisisesseas). COMMUNIQUES OFFICIELS BERLIN, 3 août. — Ofjiciei de midi : Xneatiô de ia guerre à l'ouest. Groupe d'armée du leid-maréehal général prince ùéntier fiupprecht de Bavière : Hier, par suite du temps pluvieux, le.combat d'etr tillerie, au front de bataille en Flandre, n a ét> particulièrement violant qu'à la côte et au nord-es d'Y près. Des poussées anglaises sur In rouie Nieu port-W estende et à t'est de Bixschoote ont échoué ainsi iiu,i< de vigoureuses attaques près de Lange marck. elouters, où s'était réfugiée mue gwruft partie de la population belge de la zone de com'oa devant le feu de leurs libérateurs, a été bombardé, par l'ennemi au moyen des canons des plus gro calibres. Des engagements aux avant-posies ai nord du canal de La Bassée ainsi que près de Mon chy et d'Havrincourt, se sont déroulés favorable ment puur nous. ufouyvj u aisaee du Kronprias allemand ; A l'ouest £ Alternant, sur la route Laon-Soissons des compagnies françaises ont pénétré temporaire ment dans l'une de nos tranchées; elles en ont éu aussitôt délogées de nouveau. Près de Cemy, no-troupes ont complété le succès du combat du 3-juillet. Elles se sont emparées par un coup de mail des positions françaises à l'issue m -ridionale di tunnel, les ont maintenues contre plusieurs contre aitaques et onc ramené de nombreux prisonniers Sur la rive gauche de la Meuse, des attaques fran ç aise s déclenchées dans la matinée et dans la soi rée après une vigoureuse préparation d'artillerie ont été repoussé es des deux côiés du chemin Malan court-Esnes. i'ûêatre de la guerre à l'Est. Groupe d'armée du ield-maréchal général tfïjnee Leopold de Bavière: Groupe d années du colonel-général von Boehm Ermolli : Combats localisés à l'est de Husiatyn. El dépit de l'opiniâtre résistance des Russes, non avons pris d'assaut pluieurs localités sur le cour inférieur au Zbrucz. La landsturm bavaroise s'es "distinguée particulièrement lors de lu conquête d< Kudrynce. Entre le Dniester et le Pruth, l'ennem résistait encore dans la matinée. Au début de l'a près-midi, il commença à céder et à se retirer sou la prèssiétf'du groupe du général d'infanterie Litz mann. Les villages en flammes au nord de Czerno witz indiquaient ta route qu'il av.|'î suivie. Ce ma tin, les troupes austro-hongroises du colonel-gêné rat Kritek, au sud du Pruth., ainsi que des troupe impériales et royales commandées personnellemen par Son Altesse Impériale l'Archiduc Joseph, com mandant de front d'année, venant de l'Ouest, on pénétré de nouveau dans Czernowitz. La capital de la Bucovine est délivrée de l'ennemiI Plus au sud, d'autres forces appartenant au Front d'armee du général colonel archiduc Joseph: ont percé dès hier les positions russes près de Slo boccia et de Daswidny. Czudyn> dans la vallée di petit Sereth, Faden et Falken, sur la Suczawa, on été prises. Des troupes austro-hongrois es se bat tant de maison en maison pénètrent plus avant dan Kimpolung. Dans les montagnes sur les deux rive de la Bistritua, nous avons également fait des pro grès en combattant. De nouvelles attaques de l'ad verseire contre le Mgr. Casinului ont été vaines e lui ont coûté des pertes considérables. BERLIN, 2 juillet. — Officiel : Temps pluvieux en Flandre et feu d'artilleri d'intensité variée. A l'est succès de combat a\ Pruth et au Sereth ainsi que dans les vallées d Suvzawa, Moldawa et Bistriiza. Sur mer. BERLIN, 2 août. — Officiel ; Quatre vapeurs et six voiliers ont été dû nouvea, coulés dans l'Océan Atlantique par nos sous-ma rins. Parmi eux figuraient le vapeur ovelais arm « Ramillies » (2,835 t.), avec une cargaison d 4,500 tonnes de houille. Le capitaine du vapeur été fait prisonnier. Des autres navires coulés troi avaient un cnurgemvnt ae marcnanaises diverses &UTRICHJBN VIENNE, 2 juillet : Theatre ae la guerre à l'Est. Groupe d'année du îeldmaréchal généra! von Mackônsea : Pas d'événements particuliers. front d'armee du colonel-général, archiduc Joseph : L'ennemi a attaqué à diverses reprises des de côtés de la vallée de Casinu. Nos vaillantes tri pes sont resites victorieuses en contre-attaque à la suite de corps-à-corps qui durèrent plusiei heures, Les divisions russo-roumaines durent retirer avec de lourdes pertes dans leurs positio; L'armée du colonel générai von Kôvess, gagne terrain en combattant. Les hauteurs à l'est à O goiessa à l'angle des Trois-Pays et la région nord de Kimpolung sont entre nos mains. Groupe d'armée du Général-Feldmaréchal Prince Léopold de Bavière: Les forces de combat du colonel-général \ Boehm-Ermolli, s'avancent contre la frontière ru; S.nmédlatement au sud du Dniester. L'angle î'embouchure du Zbrucz est en grande partie < $layé d'ennemis. Théâtre de la guerre italien. et Théâtre de la guerre aux Balkans. Rien à signaler. • t-f» j AT 6 wïïvss CONSTANTINOPLE, 3 août. — Officiel ; A la frontière persane et au front du Caucase nous avons infligé de lourdes pertes à l'adversaire au cours de plusieurs combats de patrouilles. Li vaillance d'une de nos patrouilles, commandée pat un de nos officiers d'état-major, jusqu'au loin derrière les lignes du front du Caucase, mérite une mention toute spéciale. F&A&Ç.ASS» PARIS, 2 août. — Ofjiciei ae 3 h. p. m. : En Belgique, le mauvais temps continue. Grandt activité de l'artillerie de l'est de Braye-en-Luon-nois à l'ouest de Craotuie. Dans la région d'Attentant, au cours d'une opération de détail,nous avons fait 24 prisonniers et pris une mitrailleuse. A l'est et au sud-est de Reims, l'ennemi a tenté deux coups de main sans résultat. Sur la rive gauche de la Meuse, violente lutte d'artillerie. Vers 9 heures du soir, l'ennemi a renouvelé sans résultat ses attaques dans le secteur du bois d'Avocourt. Des coups de main ennemis éms cette même région ainsi qu'en forêt d'Apremont, au sud-est de Saint-Mihiel, ont complètement échoué. Rien à signalet sur le reste du front. PARIS, 2 août. — Officiel de 11 h. p. m. : En Belgique, les tirs de notre artillerie dominai l'artillerie ennemie, dont l'activité manifestaii plus grande à l'est et au nord de Bixschoote, ont empêché toute tentative d'attaque ennemie. Deux attaques ennemies à l'est de Cemy ont été arrêtées par nos feux. En Champagne, rencontre de patrouilles au cours de laquelle nous avons fait des prisonniers. Lutte réciproque d'artillerie sur la rive g-m- une ae iu m inc. R'JSSE PETROGRAD, 31 juillet. — Officiel ; Au nord d'Husiatyn, des troupes ennemies, qw avaient passé sur la rive orientale du Zbrucz, sç sont emparées de deux de nos lignes de tranchées, toutefois, après un combat à ta baïonnette acharné elles en ont été rejetées et la situation primitive c été rétablie. Les tentatives faiies par l'ennemi poui franchir le Zbrucz dans les secteurs de Fukliany fi de Podfilipio ont échoué. Sous la pression de l'ennemi, nos troupes om évacué Zaleitzyki. Au sud du Dniester, l'ennemi a pris l'offensive contre le front de Zalesczyki-Siniatyn ; il a attaqué nos positions, qui ont changé de mains. L'ennemi a réussi à repousser nos troupes dam les environs d'Oroscheny et de Zastawna, près de Werenczanka et de Dorouschuiz. Au cours des derniers combats, lu 3e division de tirailleurs finlandais et le régiment d'infanterie a Proslcurof », qui a perdu presque tous ses officiers, se sont particulièrement distingués. Sur le reste du front, fusillades. Au sud de Riga, un avion ennemi a été descendu par le feu de notre artillerie. L'appareil a été détruit et les aviateurs ont péri. Une escadrille d'avions allemands a lancé des bombes sur les gares de Willejka, de Holbty et de Zamerich. front en Roumanie : Toutes li's attaques prononcées par l'ennemi au nord de Valeputna-Kimpolung ont été repoussées, au sud de la route seulement, il a réussi à refoulei légèrement nos lignes. A 10 verstes au nord-ouest de Soveja, les troupes roumaines ont conquis en combattant les positions fortifiées établies par l'ennemi sur la rive droite de la Puim, dans le secteur de Poyah, Sur le reste du front, fusillades. Front du Caucase: La situation est wenangee. ITALIEN ROME, 1 août. — Officiel : Dans la vallée de Chiese (Judicarie), entre U Baie Premonte et la Cima Patine, après une préparation d'artillerie, des détachements ennemis on attaqué hier matin à l'aube nos avant-postes; il', ont été repoussés ei ont subi des pertes sensibles Sur le reste du front, canonnades habituelles et engagements entre patrouilles. Dans la région de: montagnes, le mauvais temps entrave les opéra lions, ANGLAIS LONDRES, 1 août. — Officiel : Au sud du canal d'Y près à Comines, nous avoi amélioré cete nuit noire ligne par de petits cor bais. ( Nous avons efficacement repoussé des contre-c laques dirigées hier après-midi et le soir par l'e, t nemi contre nos nouvelles positions établies pr< s de la Basseville et immédiatement au sud du can , d'Ypres à Coinines. Plus au nord, à proximité ' la vcûe ferrée Vprès-Rouiers, notre artillerie t fait échouer ceite nuit une autre contre-aitaqt alelmande. Les opérations ont été contrariées par le ma-vais temps. Depuis hier midi, il pleut à torrents. Cette nuit, à l'est de Bois-Grenier, nous avoi exécuté une heureuse attaque. Sur la route Zillebeke-Zandvocrde, nous avoi 1 légèrement progressé. Les Allemands ont vainement tenté de nous e. z puiser de points importants. Toutefois, nous avoi été forcés de retirer nos troupes avancées de S julien. D'autre part, les Allemands ont r:ussi à p nétrer dans nos positions Les plus avtrvcêes établii piès de la voie ferrée Ypres-Roulers, Le nombre de prisonniers que nous avons fai hier dépasse cino mille. Dernières Dépêches Prise de Czernowitz PAR LES AUTRICHIENS Vienne, 3 août. — On mande du quartier-général de la presse : Ce matin de bonne heure, des troupes austro-hongroises sont entrées dans Czernowitz. La, bataille décisive en. Flandre. Milan, 3 août. — Du « Coriiarc délia Sera » : Les quatre cinquièmes de l'armée anglaise totale 9ont engagés en Flandre dans la bataille de décision.La bataille en Flandre. : Berne, 2 août. — Comme l'annoncent les journaux de Paris, l'année française en Flandre est commandée par le général Anthoiae. Les plans de conquête de la France. Stockholm, 2 août. — Du « Siockholmer Dag-blad » au sujet de la réponse de Ribot aux révélations du chancelier ; La réponse contient avant tou^ une confirmation des affirmations du chancelier die l'Empire, bien qu'elle ait la fonne d'un démenti. Elle ne conteste point 'qu'un accord ait été conclu entre Douaiergue et le Tsar par lequel l'Alsace-Lorraine est assurée à la Fr8ince> d'après les anciennes frontières de 1790. Le but du Dr Michaëlis était d'établir l'existence d'un traité conclu avec le gouvernement tsariste et de vastes plans de conquête aux dépens de l'Allemagne et de la Turquie ; or, ce but est atteint, abstraction faite de ce que la conquête préméditée servirait d'Etait-tampon au Rhin ou revêtirait la forme d'un protectorat en Sy-i rie. L'opinion d'un Français sur la République Française. Le rédacteur de la « Tranchée Républicaine » a ; reçu la lettre suivante de Romain Rolland : « Les premiers numéros de vote journal m'ont beaucoup intéressé. Ils mènerfit le bon combat. Mais je désire encore plus de clarté afin de pouvoir briser avec le passé. La question du temps présent ne regarde plus la politique des partis ni l'action républicaine. I' y a des républicains qui sont aussi réactionnaires que les moii-irchistes. La république ;/ de nos politiciens et de nos grands hommes d'affaires : l'oligarchie politiw-financière awee sa diplomatie industrialisée, est unie monarchie de ce , genre. Il ne s'agit pas de réformes, mais de la remplacer p«r ure véri;?Ve démocratie • par le règne du véritable peuple et non pas des personnalités qui l'exploitent, quelle que soit l'étiquette , politique dont s'affuble l'exploiteur. La démocratie française n'existe que de nom... » Comme l'amnonce le « Populaire du Centre » du 16 juillet, ta « Tranchée Républicain© » a été défendue pour trois semaiaes par la censure. Ministres français démissionnaires. : Bâle, 2 août. — On annonce de Paris au « Nouvelliste » de Lyon : A la suite des incidents qui ont eu lieu à la séance de la Chambre française de lundi soir, le bruit court que le ministre des colonies Maginot se retirera. Métin, actuellement sous-secrétaire d'Etat, reprendrait les fonctions de Maginot. Mort d'un ancien ministre français. L'Agence Havas annonce la mort de M. Pierre Baaidîn, membre du Sénat et ancîem minisire. Vers une crise ministérielle en France. Genève, 2 août. — Le « Pays » die Paris assure que la position de M. Lacaze, ministre de la marine, est très ébranlée depuis 'e dernier vote émis parla [ Chambre 'française. Le déficit des chemins de fer français. Berne, 3 août. — D'après un rapport de service, ; le déficit des chemins de fer de l'Etat français s'é-; lève, pour ia période du 1er août 1916 au 31 décem-i bre 1916, à 272 millions de francs; celui des compagnies de chemins de fer s'élève à 830 millions. On prévoit également un déficit considérable pour l'exercice 1917. Les compagnies de chemins de fer ont l'intention d'augmenter sensiblement leurs tarifs. L'Angleterre cause de la durée de la guerre, '■ Brlin, 2 août. — Du « Nieuwe Rotterdarnsche Courant » : Il apparaît de plus en plus nettement < comme un fait indéniable que ce n'est pas seule-î ment l'Angleterre qui mène la guerre, mais que c'est elle aussi qui la fait durer en dépit d© toutes ' les tentatives de paix de l'Allemagne et de toutes i les dispositions pacifiques de ges alliés. Lord Grey. Berlin, 2 août. — On annonce d'Amsterdam au « Berliner Lokal-Anzeiger » : D'après des nouvelles des journaux de Londres, l'ancien ministre des > affaires étrangères est si gravement malade qu'on désespère de le sauver. Démission de Henderson? Amsterdam, 2 août. — On annonce de Londres à Havas : Le bruit courait ce goir que le ministre , anglais Henderson se retirera. Il a été rappelé de Paris par une dépêche urgente. La retraite de Hen-t derson du caibinet affaiblirait beaucoup le caractère de coalition du ministère et aurait sans doute de graves conséquences. La position chancelante de Lîoyd George. La Haye, 2 août. — Du « Nieuwe Rotterdamsche ; Courant » : Le discours prononcé hier par Lloyd George à la Chambre des Communes témoigne de ; moins de certitude et de force qu'on n'est habitué d'en rencontrer chez le premier ministre. Il donne l'impression d'un homme qui sent le sol se dérober ï sous lui et conjure son entourage de le soutenir par amour pour la cause commune. Lloyd George est impuissant à énoncer des faits à l'appui de sa ; confiance dans la victoire finale. Comme il se trouve dans une situation très difficile, il est forcé d'implorer une confiance aveugle. Aussi Lloyd George, nuî rup.cuèrft avait si fort condamné l'attitude hési tante d'Asquith, a-t-il dû îaire 1 expérience qu'un homme doit non seulement savoir prendre, mais aussi donner. Il dit : « Le gouvernement délibérera avec ses collègues français m sujet de la situation qui se trouve dans une position identique. » Gela signifie donc un recul des difficultés, une attitude expectative. On peut voir par là que Lloyd George veut tenter s'il est possible de garder Henderson et attend pour voir quel est le parti le plus fort en Angleterre, celui de la paix ou celui de la guerre. Effectivement, il s'est produit une modification en Angleterre, à la suite de la décision de paix. La liquidation aes propriétés allemandes en Angleterre. L'Agence Reuter annonce que les grands bâtiments de la Hamburg-Amerika-Liniie, situés dans le "Westend, à Londres, ont été vendus à la Peninsular and Oriental Cy pour la somme de 60,200 'îv. st. M. Venizelos signe le traité de Londres. Le « Corriere délia Sera » apprend que, le 29 jûillet, M. Venizelos a notifié l'adhésion de la Grèce au traité de Londres, par lequel les Alliés se sont engagés à ne pas conclure une paix séparée. Accident dans une fabrique de munitions. Londres, 2 août (Reuter). — On annonce officiellement ; Un incendie s'est déclaré dans une fabrique de munitions d© la Galles du Sud. Les installations ont été endommagées; 6 personnes ont été tuées et 3 blessées. Qui s'oppose à la fin de la guerre? Copenhague, 1 août. — L'« Extraibiadtt » écrit dans un article de fond au sujet de la durée de la guerre : Quoi qu'il puisse arriver, il est certain que le japon sortira victorieux de la guerre, l'Amérique plus puissante et l'Europe ruinée. Chacun de ces faits ne contient-il pas un© provocation suffisante pour les puissances européennes d'accélérer la fin de la guerre ? On le comprend en Allemagne et on s'y déclare prêt à agir en conséquence. En Angleterre, on n© veut toujours pas le comprendre, on veut continuer la lutte à la Don Quichotte jusqu'à ce que le militarisme prussien soit écarté, ce qu'on doit vraiment qualifier d'unie lutte contre des moulins à vent. Car le militarisme prussien est déj„ écarté depuis longtemps : ce but militaire est donc atteint. Dans le monde, qui suivra la guerre actuelle, — même si la paix était conclue aujourd'hui et n'importe à quelles conditions elle serait faite — il n'y aura plus la moindre place possible pour le militarisme, sous lequel les peuples du continent ont gémi avant la guerre. Comme nous l'avons déjà dit souvent, il n'y a plus rien qui justifie encore la lutte. La guerre n'en continuera pas moins encore pendant un an. Pourquoi le bon sens triompherait-il tout à coup après que la démence a régné si 1 j-in O o —• L'Amérique et l'Entente. Washington, 2 août. (Reuter.) — Le Sénat a voté uno motion paT laquelle le Président est autorisé à entamer des négociations avec les Alliés au sujet de l'application de la loi sur le service personnel en ce qui concerne les sujets des pays alliés résidant en Amérique. M. Eoover contrôleur des vivres aux Etats-Unis. Amsterdam, 2 août. — L'Agence Télégraphique Néerlandaise apprend de Washington que le® deux assemblées du Congrès se sont mises d'accord sur la nomination de M. Hoover comme chef du département de l'alimentation, à la place de la Commission de trois membres, qui avait été préconisée par ÇûrliQt Le commerce américain. 1 Amsterdam, 2 août. — L'Agence Télégraphique Néerlandaise apprend de Washington que, d'après un rapport officiel, les importations et exportations américaines pendant l'année fiscale écoulée le 30 juin, ont atteint le record d© 8,958 millions de dollars.Le manque de charbon en Hollande. La Haye, 2 août. — A raison du manque de charbon, plusieurs grandes usines hollandaises ont dû fermer leurs portes, tandis que dans d'autres la fabrication a dû être considérablement restreinte. Internement de matelots allemands en Espagne En réponse à la question d'un député, M. Ribot a déclaré que le gouvernement espagnol aurait décidé d'interner l'équipage du sous-marin allemand qui est entré dernièrement dans le port de la Corogne. La neutralité péruvienne, i Berlin, 3 août. — De Berne au « Lokal-Anzei-i ger » : Le Congrès de la République Péruvienne a été ouvert par une déclaration de neutralité basée sur les bonnes relations entretenues avec tous les , pays étrangers. Le Président a déclaré la situation économique du Pérou excellente, les exportations . s'élevant à 400 millions de francs, et les importa-! fions par contre ne s'élevant qu'à 200 millions. Nouvelles nominations dans les ministères de l'Empire d'Allemagne, i Cologne, 2 août. — M. von Kullmamn, ancien i ambassadeur allemand à Constantinople, a été nom-: mé secrétaire d'Etat du département des Affaiies étrangères, en remplacement du Dr. Zimmermann. : La « Kôlnische Voikszeitung » apprend de source : autorisée que le premier bourgmestre de Cologne, M. Wallraff, a été nommé secrétaire d'Etat du département de l'Intérieur, au lieu du bourgmestre de Strassbourg, M. Schwander, dont on avait prévu la nomination à ces fonctions. Le sphinx russe, s Stockholm, 2 août. — De nombreuses iniorma-; fions particulières arrivées dans cette ville font res. sortir la situation grave qui règne en Russie et en Finlande. Des événements surprenants se' sont dé-; roulés ces jours derniers à Haperanda et dans la i vil le-frontière de Torneta, où pl usileiu/rs socialistes retour de Suède, parmi lesquels Mme Alexandre Kolongay, membre du Conseil des ouvriers, et 2C maximalistes, ont été mis en état d'arrestation. D'après 1© journal « Altanbladet » de Stockholm, plusieurs Suédois qui faisaient une excursion en canot sur le fleuve Tornea, ont essuyé des coups de fusils tirés par des gardes frontière russes, au point qu'ils ont dû se réfugier sur la rive finlandaise. Emprunt russe. Pétrograd, 2 août. — Les banques de Pétrcgrad ont consenti au gouvernement russe un emprunt de 400 millions de roubles pour le raviAillement et uni emprunt de 100 millions d© roubles pour la création d'un monopole de charbon. La guerre sous-marine. Amsterdam, 2 août. — D'apaès les journaux, les bateaux-phares «Doggerbank-Nord» et « Doggetrbank Sud» ont été transférés à 56° 19' de latitude nord sur 5° d© longitude est et 54° 47' de latitude nord sur 4° 8' 3" de longitude est de Gieenwich. DÉPÊCHES (Reprouuues ae t emuon preceaente.) '■ L'offensive en Flandre. Le secona jour des gtandes attaques en Flandre, le® Anglais n'ont réussi à progresser en aucun en, dioit, au contraire ils reperdirent même divers gains de terrain du premier jour. Le 1 août la pluie se mit à tomber à torrents et un calme remarquable i de 1 artillerie d'attaque anglo-fiançaise se manifesta. Cette accalmie u épuisement était causée beaucoup moins par ie temps couvert que par l'énergi. ■ que action défensive ues batteries allemandes. Du-, tant toute la matinée, les Anglais ne se massèrent qu'en vue de faibles opération^ d'attaque, telles . que des poussées de patrouilles au sud ûu canal de . Ni&uport et des attaques partielles à l'est de Oost-, taverne, qui furent nettement repoussées. Dans la région d'Hollebeke des préparatifs anglais furent reconnus a temps et une attaque projetée en cet endroit fut interrompue par notre feu de destruction. Ce n'est que vers midi que les Anglais reprirent le feu d'ardllerie contre le secteur d'attaque au jour précédent. Vers 2 heures un violent feu de destruction s'engagea depuis Bikschote jusqu'à la Lys et dégénéra vers 4 heures en feu roulant contre le secteur Langemarck-Hollebeke. Les Français qui s'étaient 'aissés aller le 31 juillet à combattrde 1 côté d'Australiens, de Néo-Zélandais ©t d'autres peuples auxiliaires auiglais, pour un but purement anglais, notamment la conquête de la côte flamande, ne participèrent point à l'attaque massée sur plusieurs rangs ae profondeur, qui se dléclancha le soir, vers 6 h. 30. Les attaques anglaises. furent particulièrement violentes contre LangemarcK. Par la mise en ligne de lance-flammes des deux côtés de la route, ils cherchèrent à s'avancer, ils furent néanmoins repoussés au cours de corps à corps acharnés et rejetés au delà du Steenbeek. Sur tous les autres points les at.aques anglaises furent éga.-lement vaines et riches en pertes. Près de St-julien l'approche des Anglais fut aussitôt entravée par une énergique fusillade. Près du Fr&keciberj et de Westhoek, on s'est battu avec acharnement, avec ce résultat que les Anglais furent rejetés partout en contre-attaque et qu© les lignes allemandes purent être avancées en de nombreux endroits. Le même sort fut réservé à des attaques anglaises entre Hooge et Hollebeke, où les rangs des Anglais qui s'avançaient furent pris de flanc sous le feu des batteries allemandes au sud de la Lys et subirent les plus lourdes pertes. Les attaques anglaises ont manqué partout de la décision du premier jour d'attaque. C'est avec peine et difficulté que leurs vagues d'assaut marchaient à travers 1© terrain détrempé. Toujours ils furent repris soua notre feu de flanc, de telle sorte que leur force et leur disposition à l'attaque furent brisées avant d'être atteintes d'une poussée irrésistible par li . contre-attaque allemande. Lors d© la reconquête des positions allemandes partiellement cédées le matin du 31 juillet, on put se rendre compte des pertes terriblement élevées dont les Anglais avaient payé leurs minimes gains de terrain aussitôt reperdus. Le champ d'entonnoirs de la zone de défense» est parsemé de tués anglais, qui furent fréquemment fauchés en rangs serrés. Berne, 2 août. — De Paris au « Schweizer Press-telegraph » : Du côté de l'Entente on suppose un remaniement des troupes allemandes en certains secteurs du front. En Flandre, le duel d'artilleri© a été d'une telle violence ces jours-ci, que la terre a tremblé de temps à autre dans un rayon ae 60 kilomètres. Le correspondant spécial de l'agence Havas au front britannique dépeint le bombardement de ces deux derniers jours en Flandre de la façon suivante : Le grondement des canons vous saisit et pourtant il vous réconforte lorsqu'on sait que ce sont nos canons qui remplissent l'air de leurs grondements. Les canons tonnent d'une manière effrayante. Souvent déjà nous les avions entendu à la Somme et à l'Ancre, mais cette fois leur grondement nous parut quatre ou cinq fois plus fort. L'ne violente activité d'artillerie qui n© le cède en rien à celle du nord, règne également à l'Ancre. Cologne, 2 août. — Les journaux milanais annoncent que la nouvelle bataille en Flandre est de loin) le plus grand effort que les troupes anglaises aient fait jusquici, au point qu'il serait difficile de faire davantage. Pendant des semaines entières les rou-, tes derrière le front ont été balayées par les canons. Dan® cette bataille les Anglais ont engagé à eux seuls un million d'hommes, auxquels les Allemands ont opposé des troupes numériquement inférieures eu égard à l'importance de la bataille. Pendant 15 jours, sans interruption le feu roulant, a complètement nivelé la première ligne allemande, de sorte que le premier choc de l'infanterie anglaise a rencontré une résistance relativement minime. Les défenseurs n'auraient laissé que peu dsi troupes dans les entonnoirs de la première ligne.; Des blessés anglais ont raconté que die nombreux jeunes gens combattaient dans les lignes allemandes. D'après l'opinion française, cette ban taille est !a plus violente d© tout© la guerre mon-i diale.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes