Le messager de Bruxelles

532 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 01 Septembre. Le messager de Bruxelles. Accès à 02 decembre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/cf9j38ms92/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

MERCREDI 1" SEPTEMBRE 1915 (Édition P. L. C N° 289 le Numéro «e vend exceptionneilament 11 CENTIMES 31m* ANNÉE. N" 239 LE MESSAGER DE BRUXELLES iRfMPMFNTÇ Bruxelles Banlieue et Provii aUUHluiulLilt lu elFaabouigi uervil par la pûj i mois. . . Fr. i.oo 1.50 1 ®oi». , . Fr. j.oo 4.<o S aoia. Fr. 3.5c I.50 ! in . . . F'r. lo.oo ié.00 JOURNAL QUOTIDIEN Administration et Rédaction : 45, Marché-aux-Poulkts, Brux. AVIS. — Adresser toute correspondance à la direction du " Mbssa.ûhr db Bruxbllbb „ Bureaux de Vente : , Quai du Chantikr, 1, Bruxelli P u I li i I TI ; 14* page, la ligne, fr. 0.30 3* u u » 0.50 2* t » » .'ï.GO Hécrol. la lie. 1,10 * Jndic. U lie. 0.1" ; Fiutncièr» : à forfait LE FRONT RUSSE. - RIGA C T- 5, ir,j Kl se ! //oÀf •' t'a pe» rfie pointillé( *s<? couvre px&r- Ici covAe n? % Courlande - Livonie La baie de Riga qui se trouve au! rement marécageuse. On n'y compte, centre de la carte que nous publions en effet, pas moins de trois cents lacs, aujourd'hui a une importance straté- une foule de rivières et un grand fleu-gique dont l'importance n'échappera à ve, la Duna, large de 200 à 400 mè-personne. Elle est bordée par deux très et qui va se perdre dans le golfe provinces russes, à l'ouest par la de Riga. C'est un pays de pluies où Courlande, dont le nom a déjà plu- le moindre orage grossit les maréca-sieurs fois été cité dans les différents ges d'immensités de boue, un pays communiqués, à l'est par la province malsain et monotone. de Livonie. Le golfe où s'est livré le La population en est, au point de récent combat naval a une centaine vue anthropologique, nettement dis-de kilomètres d'ouverture et environ tincte du reste des Slaves, la taille 125 kilomètres de profondeur; il est des hommes y est élancée, leur car-commandé par les deux îles d'Osel et nation de peau claire, leurs yeux sont de Dago. bleus, les cheveux blonds, le crâne as- La Courlande ou pays des Koures sez allongé, la figure ovale et le nez (peuplade finnoise qui a disparu de la droit. contrée), est un pays assez plat, dont La Livonie a elle aussi un sol peu le point culminant ne dépasse guère accidenté, sableux, le plus souvent ma-en altitude 200 mètres. Cette contrée, récageux, elle est aussi parsemée de très froide en hiver, est presque tou- lacs et est arrosée par les principaux jours brumeuse et les opérations mi- affluents de la Duna, l'Oger et l'E-litaires y sont très difficiles à con- west. C'est un pays de grande produire. La Courlande est particuliè- priété, à agriculture encore peu ac- ' tive. L'élevage a une tendance cepen dant à s'y accroître. Le paysan russi consomme peu de viande, il ne calcule ! pas au-delà du temps présent et croi ■ gagner à muer sa prairie en champ de ', céréales. De là une certaine stagna-' | tion dans, l'élevage, et même çà et lè I quelque recul. Aussi la Livonie est-> elle un pays pauvre. 1 II faut dire du reste qu'une portion . de la Russie agricole est soumise ai ; régime communautaire, ce qui lui esi plutôt défavorable. Cela est sensible pour les provinces dont nous nous occupons aujourd'hui. Le « mir », c'est-à-dire la commune agricole, partage 'en effet les terres arables entre les « âmes » masculines, en d'autres termes entre les mâles adultes de la communauté, les maisons et les jardins restant la propriété de la famille, les bois et les pâturages restant la propriété communale. Riga, dont il a été tant question ces derniers temps et sur laquelle se concentre l'attention de tous, est la capi-, taie du gouvernement de Livonie, sur la Duna occidentale, à 15 kilomètres • de l'embouchure du fleuve, dans 1< : golfe du même nom. C'est une villi ; excessivement importante de près d< . 300,000 habitants. Elle était avant 1; ; guerre le siège de l'Etat-Major du 3 ■ corps d'armée russe. Le développement considérable ai ■ cours de ces dernières années du ré-seau des chemins de fer russe, avai; beaucoup favorisé la prospérité commerciale de Riga. Riga exportait surtout des spiri-1 tueux, du lin, du chanvre et des bois Son trafic avec Anvers était considérable et chaque année plusieurs centaines de vapeurs débarquaient dani notre métropole des milliers de mètres cubes de sapins de Russie, inférieurs cependant en qualité aux sapins exportés de Norwège et de Suède. Riga exportait encore du suif, des peaux, des céréales. Elle recevait d'Europe du sel, du vin, des denrées coloniales, du coton et du tabac. L'industrie de la ville, à présent complètement arrêtée, était considérable : fabriques de chandelles, de savon, de cuir, de verre, moulins à huile, scie- ; ries, fonderies de fer, fabrication d' : draps fins et de velours de coton, raf : fineries de sucre, donnaient à Rig; l une grande prospérité. ' A présent tout ce pays est un im mense champ de bataille. A traver: 1 les difficultés matérielles du sol, à tra . vers les marécages, ayant à tout bou ; de champ à traverser des cours d'eat . qui s'étendent sur des étendues d< terrain immenses, les armées ont l mener des opérations considérables. Les noms que nous avons rensei-. gnés sur notre carte ont été ou seron , cités dans les communiqués ayan 1 trait à celle-ci. Nos lecteurs nous sauront gré de leur présenter, sans vaines surcharges, une carte détaillée et ce pendant claire, de cette région. »-o La Vitalité des Canons . —1— Dans la guerre actuelle on n'a peut être pas suffisamment attaché d'atten tion à la question, très importante cepen dant, de la durée des canons. Car les piè ; ces modernes ont une vitalité relative-- ment-restreinte. i Un ingénieur établit, la durée des pièces des divers calibres comme suit : Les canons légers des divers calibres ' peuvent tirer jusqu'à 6,000 coups, mais ' pour les pièces lourdes, 100 coups repré-t sentent un maximum. 1 Les pièces des navires de guerre ont une durée encore plus limitée. Par contre, les mortiers se maintiennent bien plus longtemps, et il est pro-. bable que nombre de ces engins pourront : supporter les fatigues de toute la guerre. La raison de cette différence dans la ; résistance des canons et celle des mor-. tiers est bien simple : Ce n'est pas le frottement du projectile contre les parois de l'âme qui les use, mais la chaleur que la nitroglycérine des charges développe et qui dépasse avec ses 2,800 degrés la température nécessaire pour faire fondre l'acier. Ces effets destructeurs de la chaleur se ■ manifestent tout naturellement bien dn- ■ vantage dans les canons à longue volée • ciue dans les mortiers.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le messager de Bruxelles appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Bruxelles du 1895 au 1946.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes