Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix

236 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 01 Juin. Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix. Accès à 23 fevrier 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/fj2988389r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LE TRAIT D'UNION BULLETIN DE GUERRE des Anciens du Collège Notre-Dame de la Paix Adrbsser toutes les communications à R. VAN BENEDEN, G. 13k POUR NOS PRISONNIERS Nous avons reçu : de Madame H. Brti 50 francs Madame M. Désmarès 30 » Une Dame anglaise 5 » L'Aumônier divisionnaire Y. Fallon. 50 » Lieutenant Roniedenne 5 » 11. Dupiéreux 5 » Ferd. Wasseige 5 » X 5 » R. V. B 50 » Nous prions nos amis de nous signaler les prisonniers auxquels ils désireraient voir envoyer des secours. ENCORE DN OUI NE LES OUBLIERA PAS ! (Suite) Devant le Conseil de guerre. — Condamné à huit mois de prison cellulaire. — Déporté pour la durée de la guerre. l'étais là, croupissant depuis deux mois et demi déjà, me demandant ce qu'il allait advenir de moi, lorsqu'un beau matin c'était le 14 Janvier — on m'avertit que le Conseil de guerre m'attendait. C'était la première station de mon calvaire—je dis calvaire, car jusqu'ici, je n'avais pas encore trop souffert. Sept officiers boches, grand gala, tapis vert, sabres, revolvers, paperasses, etc...., tout ce qu'il faut pour intimider ! On ouvre le feu.... Je n'y comprends rien! Ils me parlent boche ! A bout d'arguments, un intreprète arrive Celui-ci me traduit à sa façon ce que l'auditeur demande et lui donne mes réponses de même. Ce manège dure de huit à onze heures, sans que je puisse placer un mot de défense. J'apprends alors que je suis condamné à six mois de prison cellulaire, plus la prévention ; en tout, huit mois et demi. Motif: intention de passer la frontière ! Le « panier à salade » me reconduisit à mon nouveau domicile ! En Allemagne Trois jours après, je partais pour l'Allemagne, prison d'Aix-la-Chapelle, muni pour la journée de cent-cinquante grammes de pain. Antre de monstrueux personnages, de bandits, de vauriens. Nulle part, je n'ai rencontré d'êtres aussi peu humains; brutes dans l'âme. (On a raison de dire que Dieu leur mit un second estomac, ne possédant plus de f -r-rif ! ) t Leur premier acte fut de m'arraclier ce que je possédais, de me soustraire mes valeurs et de me passer les habits des criminels boches. Ensuite, au travail !" Pour ma part, je devais enfiler des boutons sur des plaques de carton, puis mettre des ressorts dans des boutons à pression ! Travail, sinon bête, démoralisant. Ajoutez à cela un silence rigoureux, des mauvais traitements de tout genre, une nourriture d'animaux : pain KK, 150 grammes ; 1/2 litre de gland torréfié, dénommé café ; un litre de soupe de betterave, maïs, pain bouilli, hareng et morue, etc.. . Les soupes sont en général relevées d'oeufs ou simplement de têtes de harengs ! Question de calories, prétendent-ils !... C'est tout pour la journée, soit juste de quoi ne pas mourir de faim. Je croyais passer là toute ma détention. Mais non ! Un beau soir, j'apprends que je vais être transporté à Cologne. En effet, le lendemain, j'étais dans la voiture cellulaire <1 ii chemin de fer, en compagnie d'un assassin et d'un « souteneur » boches. A Cologne, tous les honneurs m'étaient réservés. On m'attendait à la gare avec une paire de menottes.... nickelées, s'il vous plaît ! C'est ainsi, les poignets serrés à sang, que je fus conduit à la prison. Un honnête homme faiblirait à moins, s'il n'avait pour lui l'honneur de sou acte. N° 9. — JUIN 1917.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le trait d'union: bulletin de guerre des anciens du collège Notre-Dame de la Paix appartenant à la catégorie Frontbladen, parue à S.l. du 1916 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes