L'indépendance belge

621 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 03 Avril. L'indépendance belge. Accès à 28 janvrier 2021, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/vt1gh9cc85/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

mW?W CONTINENT : 15 CENTIMES ROYAUME-UNI : ONE PENNY il i^J ■ (HOLLANDE; 5 CENTS) L'INDÉPENDANCE I ADMINISTRATION ET REDACTION: „ FAKIbv MARDI ^ AVRIi 1Q1T 3 MOIS 9SHITLTNGS 1 ! 5, DANE STR., HIGH HOLBORN, W.C. 1. ' <311 57 et c t • 1 H à q h 1 1 j- X •• ABONNEMENTS : 6 MOIS* 17 SHILLINGS.} CONSERVATION PAR LE PROGRÈS. TELEPHONE : HOLBORN 1773-4 TELEPH.: { fss-'fl. E" W6"te 3 Londres à 3 h. le lundi 2 SLVrii. j. AN 3'2 SHILLINGS. J LA SITUATION. Lundi, midi. kenhayn qui a été chargé d'organiseï L.es troupes franco-britanniques on1 I fait d'importants progrès pendant les f dernières quarante-huit heures tant au nord de la Somme qu'au sud de l'Oise. Samedi, les Tommi-s 'étaient rendus maîtres des villages de Heudicourt, Mar-teville, Vermand," Soyécourt et Sainte-Emilie, ainsi que d'une série de postes avancés dans les environs d'Ecourt-Saiiit-JIein et de Hénin-sur-Cojeul, et 1« communiqué de dimanche soir signale leur présence à Savy, Vendelles, Epéhj I' et Peizière. Nos Alliés se trouvent dès maintenant | à moins de quatre kilomètres des faubourgs de Saint-Quentin, les troupes de | Sii' D. Haig ayant pris possession égale uient du Bois de Savy. La lutte, dans ce "secteur, a été très vive, l'ennemi étant bien retranché, el ses positions étant fortement gardées pai de multiples rangées de fil de fer barbelt t et des postes de mitrailleuses. De plus l'artillerie a été,très active et l'ennem ' a fait usage dernièrement de canons d< 420mm'. et d'un nouveau canon de cam p,agne dont la portée dépasse de deu: kilomètres celle des pièces de campagnt qu'il avait en usage jusqu'à présent. L'avance française, depuis samedi, est moins substantielle, mais néanmoins très satisfaisante si l'on tient compte d( la difficulté du terrain (pentes boisées" et de l'opiniâtre résistance que l'ennemi oppose à nos amis sur le principal front d'attaque, c'est-à-dire le secteur de Vre-gny-Margival.Samedi, nos Alliés enlevèrent brillamment plusieurs points d'appui à l'est dr; ce secteur et repoussèrent deux contre-attaques ennemies. Dans la nuit de samedi à dimanche, ik progressèrent au nord-est de Margi-\al, et dans la journée de dimanche une nouvelle offensive entre l'Ailette et la route de Laon les rendit maîtres de plusieurs points d'appui à l'est de Neuville-Bùr-Margival. Finalement, les Allemands durent rétrograder jusqu'aux confins de Vauxaillon et de Lafton. Au cours de ces derniers engagements, iejs Français capturèrent une centaine de prisonniers, dont deux officiers, ainsi que quatre mitrailleuses. A propos de prisonniers, il y a lieu de signaler que pendant les trois mois écoulés, les Anglais ont fait un total de 4,600 prisonniers, dont 1,239 dans le courant de mars, c'est-à-dire au cours de la retraite allemande. Rierï de particulier à relater du front russo-roumain, sauf la destruction, par nos Alliés, d'un Zeppelin, descendu dans la région d'Odobesti, et un raid de bombardement, par une escadrille russe, du port de Braila. La campagne macédonienne se poursuit méthodiquement. Les Alliés ont fait en huit jours 2,104 prisonniers, dont 29 officiers, et le butin. comprend six mortiers de tranchée et seize mitrailleuses.Comme le fait remarquer un communiqué officiel français, la région de Ko-ritza est maintenant purgée des bandes austro-albanaises qui l'infestaient, la jonction entre les troupes franco-italiennes s'est effectuée et la route de Santi-Quaranta à Monastir est libre et à l'abri de toute atteinte. ces résultats sont des plus importants. Sur le front italien (Carso), nos Alliés ont repoussé une attaque autrichienne, mais il ne s'agit là que d'une action locale, toute offensive d'une certaine envergure étant impossible avant plusieurs semaines. On dit cependant que l'ennemi prépare une grande attaque contre le front italien et que c'est le général von Fal- cene onensive. O11 connaît aujourd'hui l'identité du navire armé en course responsable de la destruction des bateaux de commerce dont 295 survivants viennent de débarquer à Rio-de-Janeiro. Il s'agit de la barque américaine "Passof Balmaha," jaugeant 1,571 tonnes, que les Allemands capturèrent au mois d'août 1915 pendant qu'elle faisait route pour Arkangel avec une cargaison de coton. Amenée comme prise çle guerre à C'uxhaven, la barque, rebaptisée "See-adler," fut transformée dans les chantiers allemands en vue de sa nouvelle mission. Le " Seeadler," accompagné d'un souS'-inarin, quitta l'Allemagne le 22 décembre, ayant à bord des approvisionnements pour une. croisière de huit mois et de grandes quantités de munitions.Comme le "Moewe," il réussit à- tromper la vigilance des flottes alliées, et c'est lui, croit-on, qui sema les mine» qui occasionnèrent la perte de plusieurs navires alliés à hauteur des côtes du Brésil. Jusqu'à présent, on connaît les noms de neuf de ses victimes, dont les survivants sont arrivés à Rio-de-Ja-neiro. Celles-ci représentent un tonnage total de 26,000, d'autres disent 38,250 tonneaux, ce qui, pour un navire d'aussi faibles dimensions, constitue un tableau de chasse fort coquet. Le "Seeadler," commandé par le comte Ukner, a un équipage de G4 membres. Son armement comprend deux canons de 105mm. et seize mitrailleuses. Il est, en outre, muni d'appareils pour la télégraphie sans fil. Sa présence dans l'Atlantique rend plus complexe encore la tâche, déjà si ardue, de la flotte des Alliés et montre combien est sérieuse la question des sous-marins et de leurs auxiliaires. Nous ignorons ce qu'il y a de vrai dans les rapports officiels publiés dans la presse allemande* qui affirment que pendant le mois de février'îe tonnage total (alliés et neutres) coulé a atteint 781,000 tonnes (alors que nos ennemis disent n'avoir escompté qu'un maximum de 600,000 tonnes); mais, en faisant la part de l'exagération allemande, il faut reconnaître que la , situation créée parla guerre au commerce maritime reste grave. La question se posé si le blocus des Alliés est suffisant et si le moment n'est pas venu de le resserrer. Le commandant Carlyon Bellairs, une autorité en matières navales, écrivant sur ce sujet dans le "Sunday Pictorial," estime que la politique suivie jusqu'3 présent par le Foreign Office à l'égard des-neutres ne répond ni au vœu de la nation ni aux nécessités de l'heure. "A quoi bon nous concilier des amis, si c'est pour perdre la guerre?" s'écrie-t-il."Ce qu'il nous faut, c'est, un Ministère des Affaires Etrangères prêt à suivre la tradition des "grands jours" de la nation et à aller carrément de l'avant." Selon lui, il y a quatre moyens pour remédier à la situation : le blocus de la Mer du Nord contre l'Allemagne "et les neutres" : le remplacement des tribunaux de prise par une espèce de "clea-ring-house" (ce qui permettrait de réduire au minimum l'immobilisation des navires considérés comme prises de guerre) ; la création, d'accord avec les Etats-Unis, d'un blocus financier (en refusant des crédits aux neutres qui font le commerce avec l'Allemagne); et enfin en restreignant la fourniture de charbon aux navires neutres et l'usage des câbles sous-marins .aux habitants des pays neutres. LA GUERRE EUROPÉENNE. Les Opérations Militaires. SUR LE FRONT OCCIDENTAL °nV:Tis rôf/enfe le lon^de riviè^ 1 de Cologne, et un<t conquis les villages de LES COMMUNIQUES DE SAMEDI feancourt, de, Herville et de Hesdecourt. . . . Plus au. nord, elles ont emporte deux 1<6S troupes britanniques occupent sept p0§tes ennemis dans le voisinage nouveaux villages Avance française d'Ecourt Saint-Mein, malgré une résis-au nord de Soissons tancé'opiniâtre de la part des Allemands. Les troupes britanniques ont capturé Un autre poste adverse a été envahi à Heudeeçurt vendredi soir, et ont pro- l'ouest de Henin-sur-Cojeul, par une gressé considérablement à l'est de ce vil- petit détachement britannique qui, lage, faisant des prisonniers et prenant après avoir tué ou capturé les hommes une mitrailleuse. Elles ont également de la garnison, est rentré dans ses lignes capturé les villages de Marteville, de emmenant ses prisonniers et une mitrail-\ ermand et de Soyécourt, et ont forcé leuse. 1 ennemi a évacuer le village de Sainte- Sur les autres parties du front bri-Amélie-qu'elles ont occupé. Samedi, elles tannique à signaler des raids heureux au nord-est de Neuville-Saint-Vâast,' à l'est de Loos et au nord d'Ypres. Les troupes françaises ont progressé 1 considérablement à l'est de la ligne Neu-ville-sur-Margival-Vrégnv et ont emporté de nombreux points d'appui, malgré une défense énergique de la part des Allemands. Deux contre-attaqeus ennemies dans la région au nord de Soissons ■ ont été arrêtées net. au nord-est de ' Vrégny. En Champagne, les Allemands ont vainement multiplié leurs tentatives : contre les positions recapturées vendre- ■ di par les Fran'ais à l'ouest de Maisor : de Champagne. Ces tentatives ont valu : des pertes sanglantes aux assaillants qui 1 ont laissé 80 prisonniers, dont deux offi-- ciers, aux mains de nos amis. L'artillerie française a dirigé un feu destructif sur les organisations ennemies : de la Côte 304. Un raid ennemi a échoué près d'Am-? merzviller (Alsace) et des patrouilles al- ■ lemandes ont ét dispersées dans la ré-: gion de Pfetterhausçn. Aviation. — Les aviateurs britanniques ont déployé une grande activité, ■ malgré le temps défavorable. Un avion : allemand a été contraint d'atterrir en ' mauvais état. Deux appareils britanni-> ques ne sont pas rentrés. Des aviateurs allemands ont jeté des 1 bombes sur la région de Dunkerque. 1 Deux civils ont été tués et trois autres blessés. LES COMMUNIQUES BRITANNIQUES. L'avance se poursuit — Quatre villages capturés — Prisonniers et butin. Londres, dimanche, 8 h. 25.—Au cours du mois de mars 1917, nous avons dans nos raids et opérations locales, ainsi que pendant la retraite ennemie, 1,239 .prisonniers allemands, dont seize officiers, et nous avons pris trois canons de "campagne, vingt-cinq mortiers de tranchée, soixante mitrailleuses, et un quantité d'autre matériel de guerre. Le nombre total de prisonniers allemands faits par nous dans les trois ' premiers mois de l'année 1917, est de 4,600 hommes, dont 79 officiers. Le village de Savy, à 6 kilomètres de Saint-Quentin, a été pris ce matin par nos troupes, après un combat important au cours duquel nous avons fait 61 prisonniers et pris deux mitrailleuses.Les pertes ennemies en tués et blessés ont été très lourdes, et soixante-dix cadavres allemands ont été comptés sur le front d'un seul <ba* taillon. Cet après-midi le bois de Savy, à 1,600 mètres au nord-est du village de ce nom, a été attaqué avec succès et est actuellement occupé par nos troupes. Nous avons également capturé, hier soir, le village de Vendelles, et, ce matin, les villages d'Epehy et de Peizière, faisant quelques prisonniers. De nouveaux progrès ont également été réalisés par nous au nord-ouest de Croisilles. Des détachements britanniques ont envahi les tranchées ennemies, la nuit dernière et ce matin, au nord de Roclincourt, au nord-est de Neuville Saint-VaaSt, et au sud-ouest de Given-chv. Quelques prisonniers ont été faits, et de nombreuses pertes ont été infligées à l'ennemi. Aviation.—Il y a eu, hier, une activité aérienne considérable, et un certain nombre de combats ont eu lieu. Deux aéroplanes allemands ont été détruit, et trois autres ont été forcés d'atterrir en mauvait état. Un de nos appareil n'est pas rentré. LES COMMUNIQUES FRANÇAIS. Progrès marqués au delà de l'Ailette Paris', dimanche, 14 h. — Sur la Somme et sur l'Oise, les duels d'artillerie ont été assez violents clans la région Roupy et sur le front d'Es-signy-Benay.Il y a eu des escarmouches entre patrouilles dans le secteur Folembrav-Coucy-le-Château.Au nord et au sud de l'Ailette nous avons r.x llisé des progrès marqués, la nuit dernière spécialement au nord-est de Margival. Des tentatives ennemies contre nos postes avancés au sud-est de Craonne, près de Vauquois et dans la région à l'ouest du Mort-Homme, ont complètement échoué. Nous avons fait quelques prisonniers. Aviation. — Malgré le temps défavorable qui a continué à prévaloir sur tout le front, nos patrouilles aériennes ont détruit, la semaine dernière, sept appareils allemands. Systèmes de tranchees allemandes capturés Paris, dimanche, 23 heures.—Entre la Somme et l'Oise,- il y a eu des ac tions d'artillerie intermittentes. Des échanges de feu d'infanterie plutôt vifs ont eu lieu aux avant-postes. Nous avons dispersé quelques patrouilles ennemies et nous avons fait quelques prisonniers. Au sud de l'Ailette, au cours de l'action offensive vigoureusement livrée, nos troupes entre l'Ailette et la route de Laon, ont capturé plusieurs systèmes de tranchées et organisé des points d'appui. A l'est de Neuville-sur-Margival, l'ennemi, après une défensive opiniâtre, a été refoulé avec des pertes sérieuses, jusqu'aux approches de Yauxilloo et de Laiffaux. Cent et huit prisonniers, dont deux officiers, ainsi que quatre mitrailleuses sont restés entre nos mains. En Champagne, l'artillerie a été très active de part et d'autre, à l'ouest de Maison de Champagne. Nos batteries ont pris sous leur feu quelques contingents ennemis qui étaient en marche dans cette région. SUR LE FRONT BELGE. LE COMMUNIQUÉ HEBDOMADAIRE. Les Belges font des prisonniers Le Havre, samedi.—Au cours de la semaine passée des détachements belges ont par deux fois, exécuté des coups de main sur les tranchées allemandes près de Steenstraete. Chacune de ces opérations a été dirigée énergiquement et a réussi complètement, grâce à la vigueur et à l'audace de nos troupes. Ayant pénétré dans les tranchées adverses, nous avons .infligé des pertes sérieuses à l'ennemi, et nos troupes sont rentrées dans leurs lignes emmenant de nombreux prisonniers. J Bombardements destructifs Le Havre, samedi. — L'artillerie belge a dirigé un feu efficace sur les ouvrages ennemis à Dixmude et à Het-Sas. Il y a eu des actions de mortiers de tranchée, de part et d'autre. SUR LE FRONT MERIDIONAL LE COMMUNIQUE DE SAMEDI. L'artillerie autrichienne a violemment bombardé les lignes italiennes à la limite septentrionale du Carso et dans le secteur de la Côte 144. Dans la région entre le mont Faite et Castagnavizza, les Italiens ont occupé un avant-poste ennemi, capturant des munitions et du matériel de guerre. Echec autrichien devant Gorizia Rome, dimanche. — Dans la région de Gorizia, dans la nuLt du 30 au 31 mars, après une violente préparation d'artillerie et de mortiers de tranchée, l'ennemi a lancé une attaque contre nos lignes au sm de Ste-Caterina. Il a été immédiatement refoulé Dans la même nuit, une tentative de raid sur notre position à l'est de Vertoiba est également restée sans succès. Von Falkenhayn organise une grande offensive Rome, dimanche. — Le correspondant de 1' "Idea Nazionale'' à Berne apprend que le général Falkenhayn se trouve actuellement sur le front autrichien, où il prépare une grande offensive. , LTn conseil des ministres important, a eu lieu hier. Le général Cadorna y a fait un exposé optimiste sur le matériel, sur le moral et sur les conditions stratégiques des troupes italiennes et y a exprimé sa confiance absolue dans la victoire.SUR LES FRONTS RUSSES. LES COMMUNIQUES DE SAMEDI. Suivant le communiqué de Pétrograd, des attaques allemandes d'importance secondaire au nord d'Illukst, et dans la région de Posftavy, ont été repoussées. Le communiqué allemand- signale un accroissement d'activité de la part de l'artillerie russe, spécialement dans les secteurs de Schtschara, du Stokhod et de la Zlota Lipa. Il affirme également que quelques entreprises allemandes au sud de Widsv et au nord de Nowiogrodec ont été fructueuses, donnant 75 prisonniers. LE COMMUNIQUE RUSSE. Un echec autrichien a Kirlibaba Pétrograd, dim^iiïehe.—Au nord-ouest de la montagne Kapul, nos éclaireurs ont dispersé un nombreux détachement ennemi et fait 19 prisonniers, dont deux-officiers.Dans la région de Kirlibaba, trois compagnies autrichiennes, appuyées par de l'artillerie, ont attaqué nos positions. Elles sont parvenues à pénétrer dans nos tranchées, mais en ont été immédiatement rejetées par notre contre-attaque. SUR LES FRONTS ROUMAINS 1 * s LES COMMUNIQUES DE SAMEDI Le communiqué russe dit que l'artillerie russe a bombardé avec succès des monitors allemands qui s'efforçaient de s'approcher de Galatz. Le communiqué de Berlin signale dea raids dans les tranchées russes à la frontière roumaine, au cours desquels plus de deux cents prisonniers auraient été capturés. LE_COMMUNI2UERU8SE, „ UN ZEPPELIN ABATTU Nombreuses attaques aeriennes Pétrograd, dimanche. — Un dirigeable ennemi a été mis en flammes par nos aéroplanes et notre artillerie, dans la région d'Odobestchi. Une de nos escadrilles aériennes a fait un raid sur Brada. Des bombes ont été jetées sur le pier, les docks et les entrepôts, provoquant de grands incendies. SUR LE FROIT MACEDONIEN. LES COMMUNIQU" FRANÇAIS. Les mensonges bulgares Salonique, samedi. —■ Contrairement aux déclarations faites par le communiqué budgare, nos troupes ont maintenu toutes leurs positions dans la région du lac Prespa et, le 29 mars, elles ont repoussé une faible attaque ennemie. 2104 prisonniers en luit jours Paris, dimanche.—Le communiqué suivant, concernant les opérations françaises en Macédoine pendant les mois de février et mars, a été publié hier par le ministre de la guerre: "Malgré les difficultés causées par l'hiver, des actions sur l'aile gauche de l'armée d'Orient ont été conduites avec un succès complet. "Le but des premières opérations était de déblayer la,région de Koritza des bandes austro-alba,naises,., ppur effectuer une jonction entre l'armée d'Orient et les forces italiennes à Val-lona et de rendre libre la route de Santi Quaranta à Monastir. "L'union entre les troupes françaises et italiennes est à présent complète."En huit jours, 2,104 prisonniers, y compris 29 officiers, ainsi que six mortiers de tranchée et seize mitrailleuses sont tombés entre nos mains." EN MESOPOTAMIE. Les combats au nord de Bagdad—Deux villes captureés. War-Offic-e, samedi. — Depuis le 19 mars, nos forces opérant au nord et au nord-est de Bagdad ont été activement engagées, refoulant les troupes ennemies restant toujours dans cette région et élargissant et consolidant leurs positions. Au cours de leur mouvement! convergeant vers Khanikin, nos propres troupes et les colonnes avancées russes ont rencontré des difficultés considérables, dues au nombre des petits canaux et rivières, a,u-dessus de la plupart desquels des ponts ont dû être construits, à la neige, à la dévastation du pays par les Turcs et aux formidables obstacles de la passe Peitak. Dans cette direction, des forces turques considérables ont été rencontrées par nos troupes. L'ennemi a opposé une résistance opiniâtre, au cours de laquelle nous lui avons infligé des pertes -'très sévères et capturé un nombre considérable de prisonniers, ainsi qu'une quantité de vivres et d'approvisionnements.Le 23 mars, nous avons occupé Shahrpban, après un vif combat. Le 25 mars il y a eu un combat sévère sur la rivière Dialah, aux environs de Jebell-Hamrin et dans la direction de Kizil-Robat, l'ennemi étant sévèrement châtié. Deltawah et Sindiya, régions riches et productives à environ 56 kilomètres au nord de Bagdad, sont à présent occupées par nôs forces, qui se trouvent ici, en présence du restant de l'ennemi battu à Eut, renforcé de nouvelles unités. Fulluyah, à 57 kilomètres et demi à l'ouest de Bagdad, sur l'Euphrate, a été occupé lo 14 mars, les forces turques ont offert une légère résistance et battent en retraite dans la^ direction de Hit. Les Turques battus, battent en retraite War Office, dimanche.—Une tentative ennemie de mouvement convergeant du Shatt-el-Adhéim et Deli- (Suite à la 4e page.)

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes