L'indépendance belge

429 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 02 Avril. L'indépendance belge. Accès à 28 novembre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/4746q1t946/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE; 5 CENTS) ADMINISTRATION ET REDACTION: 5, DANE STR., H1GH HOLBORN, W.C. 1. TELEPHONE : HOLBORN 1773-4 BUREAU A PARIS : 11, PLACE DE LA BOURSE. (311-57 et TELEPH.; {238-75. LUNDI 2 AVRIL 1917. En vente à Londres à 3 h. le samedi 31 mars. f 3 MOIS, 9 SHILLINGS. ) ABONNEMENTS.-] e MOIS, 17 SHILLINGS. >• Conservation par le Progrès. (. 1 AN, 32 SHILLINGS. J LA SITUATION. Samedi, midi. Pour la première fois depuis la guerre les socialistes allemands, majoritaires aussi bien que minoritaires, ont. voté contre le gouvernement, (à propos du budget), et cet événement est considéré dans les milieux politiques allemands comme le début d'une crise parlementaire qui pourrait avoir des conséquences graves dans un avenir très prochain.L'accord des deux groupes socialistes est dû aux déclarations du chancelier de l'empiré qui. cédant à la pression des hobereaux, conservateurs et agrariens, a refusé de donner satisfaction aux socialistes sur la question de la réforme électorale en Prusse. Nous avons tout lieu de nous réjouir de l'intransigeance et de l'esprit, "impolitique" du chancelier, car la fissure qui vient de se rouvrir dans le bloc parlementaire allemand est le symptôme de la désagrégation, qui, tôt ou tard, fera crouler le .militarisme prussien, dernier bastion du régime autocratique en Europe. , Le même chancelier qui, il y a. quinze jours, s'écriait: "Malheur aux hommes d'Etat qui refusent de tenir compte du signe des temps et qui s'imaginent, après cette catastrophe pouvoir reprendre leurs travaux au point où ils les ont laissés," refuse de tenir les promesses formelles faites au début de la guerre. Alors que le roi de Bavière (comme l'a déclaré le député Huiler) a reconnu que le peuple allemand est mûr pour le suffrage universel pur et simple, M. de Rcthmann-Hollweg estime cette réforme dangereuse et inopportune tant que la guerre n'est pas terminée. Le Chancelier se.range ainsi aux côtés des général von Kleist, des comte von Roon et autres conservateurs irréductibles qui, à la Chambre des Seigneurs de Prusse, n'ont pas craint de dire que l'octroi du suffrage universel pur et simple en Prusse équivaudrait à l'instauration du régime républicain, qu'il fallait jeter de l'eau sur l'enthousiasme brûlant de la nouvelle orientation, que la Prusse, noyau de l'Empire allemand, serait vouée à la ruine par l'introduction d'un système électoral démocratique, et que le but suprême de la guerre était de maintenir et de protéger par-dessus tout la Couronne et la Monarchie ! On le voit, le fossé qui sépare les éléments démocratiques en Allemagne des réactionnaires conservateurs et militaires devient plus profond que jamais, et il y a gros à pârier qu'en Allemagne comme en Russie, malgré les résistances des éléments réactionnaires, c'est l'esprit démocratique qui l'emportera finalement sur le césarisme. Parlant de la Révolution i-usse, le chancelier a affirmé que l'empereur Guillaume, après la guerre japonaise, avait conseillé au Tsar, "victime de sa tragique culpabilité," de ne pas résister plus longtemps aux demandes justifiées de son peuple. Le Tsar, aujourd'hui, pourrait retourner l'argument à son impérial cou sin qui n'est pas plus réformiste que l lui, mais l'allusion du chancelier n'est, ■ en réalité, qu'une tentative, plus ou :■ moins habile faite pour gagner à l'Alle-i magne les sympathies de? hommes nouveaux qui gouvernent à Pétrograd. Berlin espère encore toujours détacher la Russie de ses Alliés et le chancelier, en déclarant que l'Allemagne n'entend pas intervenir dans la politique intérieure des autres Etats, et que ! son unique désir est de vivre le plus ; rapidement possible en paix avec la ! Russie, n'a d'autre but que de soutenir i les efforts des extrémistes russes qui - veulent la paix à tout prix. Mais le gouvernement provisoire russe ne semble nullement enclin à se laisser ' entraîner dans cette voie. Il 'est au con- ■ traire, à te point anxieux d'échapper i aux intrigues germanophiles qu'on le - dit prêt à transférer le siège du gouver-t nement à Moscou, où les influences pro-i germaines sont moins prononcées qu'à ' Pétrograd. 1 Entretemps il a lancé une nouvelle proclamation annonçant la constitution 2 d'une Pologne indépendante qui, grâce 3 au suffrage universel, pourra se pro-1 noncer librement sur le régime futur 3 qu'elle entend se donner. ; En ce qui concerne les relations de l'Allemagne avec les Etats-LTnis, le chan-; celier s'est borné à répéter hypocritement que l'empire n'a jamais désiré et , ne désire pas faire la guerre à la 'grande • république. La nouvelle offre de paix à laquelle certains s'attendaient, ne s'est pas produite. Elle eût d'ailleurs été sans objet, le président Wilson, soutenu par l'immense majorité du peuple américain, étant résolu à ne tenir compte d'au-, cune proposition allemande qui ne soit précédée par l'abandon de la politique sous-marine inaugurée par l'Allemagne. Le président Wilson, dans son message au Congrès, se contentera d'énu-mérer les nombreux acte3 d'hostilité commis par l'Allemagne et déclarera qu'en fait l'état de guerre, voulu par l'Allemagne, existe depuis le 31 janvier. Le Congrès n'aura plus, par -conséquent, qu'à reconnaître officiellement l'existence de l'état de guerre comme il l'a fait précédemment dans des'circon-stances analogues. Il n'y aura ainsi aucune déclaration formelle de guerre, pas plus qu'il n'y en eut lors des autres conflits armés dans lesquels les Etats-Unis ont. été entraînés dans le passé. L'avance britannique sur Cambrai continue. . Nos Alliés ont occupé hier trois nouveaux villages au nord de Roi-sel, et ne se trouvent plus qu'à seize kilomètres environ de la ville. Quant aux communiqués de Paris, ils ne signalent que des duels d'artillerie entre la Somme et l'Oise. Cependant, en Champagne, ils ont repris aux Allemands les éléments de tranchée qu'ils avaient perdus il y a quelques jours ■ rlans le secteur de Maison de Champagne, et ont fait, au cours de cette opération, G3 prisonniers. Rien de particulier à signaler des autres fronts. LA GUERRE EUROPÉENNE. Les Opérations Militaires. SUR LE FRONT OCCIDENTAL LE COMMUNIQUE BRITANNIQUE. Nouvelle avance britannique vers Cambrai. — Trois villages capturés Londres, vendredi, 9 h. 25. — Nous avons occupé les villages de Ruvaul-court, de Sorel-le-Grand et de Fins, et nous avons gagné du terrain, après un vif combat, dans le voisinage d'Hendicourt, où nous avons fait quelques prisonniers. Ce matin, au point du jour, une attaque ennemie contre nos positions au sud de Neuville-Bourjonval a été refoulée avec pertes pour l'assaillant. La nuit dernière, nous avons pénétré dans les lignes allemandes, à deux points, à l'est de Neuville-St.-Vaast, et nous avons infligé des pertès à l'ennemi, tout en faisant dès prisonniers.L'artillerie a été active de part et d'autre, à un certain nombre de points, au cours de la journée. A l'est de Vermelles, notre artillerie lourde a atteint plusieurs fois un train allemand. LES COMMUNIQUES FRANÇAIS. Vif combat à la grenade en Champagne Paris, vendredi, 14 h. — Entre la Somme et l'Aisne la nuit, a été calme aux avant-postes. Il n'y a pas eu d'événements importants à signaler sur le reste du front, à l'exception d'un très vif combat à la grenade dans le secteur de Ma isons de Champagne. Succès français en Champagne Paris, vendredi, 23 heures. -— Au nord de la Somme et entre ce fleuve et l'Oise, l'artillerie ennemie a bombardé nos premières lignes a certains points. Nos batteries ont vigoureusement répondu. Il n'y a pas eu d'action d'infanterie. Au nord-est de Soissons nous avons fait des progrès' dans le secteur de Vregny-Margival. A l'ouest de Maisons de Champagne une vigoureuse contre-attaque livrée par nos troupes nous a permis, ce matin, de rejeter l'ennemi des tranchées dans lesquelles il avait pris pied le 28 mars. Nous avons fait 63 prisonniers au cours de cette action. Il y a eu une canonnade intérmit-, tente sur le reste du front. SUR LE FRONT BELGE. Heureux coup de main à Steenstraete Le Havre, vendredi.—La nuit dernière, un détachement, belge en reconnaissance a pénétré dans la première ligne allemande au pont de Steenstraete. Une lutte très vive s'est engagée et s'est terminée avec des pertes sérieuses pour l'ennemi qui a abandonné quelques prisonniers aux Belges. l Le massif de Saint-Gobain La ligne idéale, tirée d'Arras à 1 Vailly-sur-Aisne, qui marque à peu près le front acquis des opérations, est échan-, crée dans sa partie méridionale par le . vaste massif forestier étendu entre • l'Oise et son affluent l'Ailette, et dont ; l'ennemi toujours tient les abords à la - manière de ceux d'un bastion. Ce massif est celui de Saint-Gobain, 1 formé de la basse forêt de Coucy, allongée du nord au sud entre Tergnier et ' Coucy-le-Châteati—de la haute forêt du 1 même nom, toute montueuse au nord d'Anizy-le-Château—et enfin de la vaste | forêt même de Saint-Gobain, étalée autour de cette petite ville et poussait ses ramifications dans la direction de Laon. Toutes armées qui veulent contourner cette région profonde de couverts épais . doivent emprunter ou le couloir de , 1 Oise, ou celui de l'Ailette que ferme à sa naissance la position de Laon. Aussi, dans les années qui séparèrent. 1870 de 1914, avait-on ébauché l'organisation de deux zones fortifiées, l'une autour de la Fère, et l'autre autour de Laon. Les forts alors construits sont aujourd'hui (sauf deux pris par les Français près de La Fère) aux mains de l'ennemi : et, précisément ceux du sud de Laon, qui seuls furent terminés, font face à nos propres troupes. Il en est ainsi notamment du grand fort de La-niscourt, qui bat Anizy-le-Château en même temps que les lisières orientales du massif entier de Saint-Gobain. Il est évident que le commandement allemand ne doit pas être'disposé a abandonner sans hautes luttes des positions naturelles aussi importantes, favorables aussi bien à de longues défensives qu'à des concentrations dissimulées en vue d'offensives éventuelles en toutes directions. Jusqu'à nouvel ordre, et quelles que soient, les fluctuations de la ligne ennemie aux plateaux du Cambrésis, on doit donc admettre que le massif de Saint-Gobain représente, à l'extrémité méridionale de la retraite allemande, un réduit autour duquel Hindenburg au besoin fera pivoter son front. — Le Matin. SUR LE FROUT MERIDIONAL Sanglante defaite autrichienne sur le Carso Rome, vendredi. — Hier, il y a eu un feu d'artillerie intermittent tout le long du front, étant plus vif dans la vallée de la Lagarina et sur le Carso. Après une préparation violente et prolongée, un détachement ennemi a tenté de prendre d'assaut notre position sur le Mont Faili (Falji Hriby, sur le Carso), mais il a été repoussé et presqu'entièrement annihilé par le feu de nos mitrailleuses. Plusieurs assauts successifs ont été également infructueux, grâce à l'opiniâtre résistance^ de nos troupes. L'ennemi a subi des pertes sévères. Nous avons fait quelques prisonniers. SUR LES FRONTS RU8SE8. Une attaque de gaz russe Pétrograd, vendredi. — Nous avons livré une attaque de gaz et un bombardement à l'aide d'obus chargés de gaz à 20 k. et. demi au sud-ouest de Baranovitchi. • Une attaque allemande a échoué sur ; le canal Oginsky. Pas de grands combats avant la fin du dégel ! Suivant un télégramme Reuter de Pé-: trograd, M. Rodzianko a informé les membres de la Douma que la situation au front ne laisse en rien à désirer et que toutes les informations affirmant que les lignes ont. été brisées ne sont pas vraies. Aucune opération décisive, a-t-il dit, ne peut être attendue dans un avenir rapproché à cause du dégel. L'ennemi cependant, malgré le dégel, concentre ses forces tout le long du front. SUR LES FRONTS ROUMAINS LE COMMUNIQUE ROUMAIN. Activité d'artillerie Jassv, jeudi.—La situation est in-e changée sur tout le front.. Dans la région au nord de Dorna Vatra sur le front occidental moldave, g dans la région des vallées du Cashinet et de la Susitza, ainsi que sur la Putna il y a eu une canonnade et un feu de x mousqueterie. Des reconnaissances ennemies ont été lepoussées dans la vallée du Sashin. > Sur le Sereth, notre artillerie a dispersé des détachements de travailleurs s ennemis. L'ennemi a bombardé nos positions e au nord de Cotulluny et de Mihaléa. e SUR LE FRONT MACEDONIEN. LE COMMUNIQUE BRITANNIQUE. Nombreux raids t War Office, vendredi. — Il n'y a pas eu d'opérations de grande enver-^ gure sur les fronts occupés par les e forces britanniques à Salonique, au cours de la semaine qui vient de finir. Des raids ont été faits à différents l- points dans les lignes ennemies et r quelques prisonniers ont été faits. s Une tentative de raid ennemi" sur f nos tranchées a été refoulée. Nos aviateurs ont été très actifs et > ont notamment, refoulé une escadrille e ennemiie qui tentait une attaque sur 1 nos communications, e — . EN PALESTINE. s La recente victoire britannique s Un communiqué turc déclare que la t bataille des 26 et 27jnai aux environs t de Gaza s'est terminée par une brillante - victoire turque. Le communiqué britan-i nique publié hier annonçait que les i troupes britanniques avaient remporté la victoire, faisant 900 prisonniers et - capturant tout Un état-major ennemi. ^ OPERATIONS NAVALES. 1 i * s Canonnade au large de Lowestoft L'Amirauté britannique annonce: Dans la nuit du 28 au 29 mars, une canonnade fut observée à quelques ki-1 lomètres de la côte de Lowestoft. Nos ; navires de patrouille furent envoyés sur la scène, mais on n'aperçut rien de l'ennemi, qui avait disparu. Il n'y 1 a qu'un steamer britannique du nom de "Mascotte" et il n'est pas armé. On croit que le communiqué allemand se rapporte à un de nos chalutiers de patrouille nommé "Mascot." Version allemande 1 Dans la nuit du 28 au 29 mars, un détachement de nos forces navales croisa l dans la zone barrée au large de la côte . sud de l'Angleterre. En dehors du stea-, mer armé "Mascotte," qui fut coulé à coups de canon, aucune force combat-' tante ennemie ni aucun navire marchand ne fut aperçu. Sept hommes du " "Mascotte" ont été faits prisonniers. l La guerre sous-marine. — Satisfaction allemande Amsterdam, 29 mars, -r- Suivant un télégramme de Berlin, le secrétaire d'Etat pour La marine, l'amiral von Ca-pelle, a fait aujourd'hui une déclara- ■ tion confidentielle devant la Commis-i- sion du Reichstag, dans laquelle il a i affirmé que tout ce qu'on attendait de la guerre sous-marine a été pleinement réalisé. L'amiral von Capelle a ajouté qu'il était prêt, à opposer aux affirmations ennemies les faits réels, qui comportent de grands succès et de très petites pertes.— , Reuter. Les pertes sur mer 3 Entrées de navires dans les ports 3 français pour la semaine finissant le 25 mars: 874 contre 920 pendant la se-,, maine précédente. Départs: 793 contre 914. Navires marchands de plus de 1,600 t tonnes coulés par mines ou sous-marins : 2 contre 6. Navires de moins de 1,600 . tonnes: 5 contre 6. Attaqués sans suc-3 cès:l contre 3. Navires de pêche coulés : x 7 contre 15. t ■ ETATS-UNIS. s A la veille du Congres ■ Le Congrès des Etats-Unis se réunira i lundi et on s'attend à lui voir déclarer e que l'état de guerre existe avec l'Allemagne et prendre les mesures que lui proposera le Président pour la défense des intérêts des Etats-Unis. Vendredi, le Président a tenu son dernier conseil de cabinet avant le Congrès et, suivant un communiqué semi-officiel, les questions.soumises à la discussion reconaissent le péril auquel seraient exposés les Etats-Unis dans l'éventualité d'une victoire de l'Allemagne sur les Alliés. Un télégramme sans fil a été transmis des Etats-Unis au Wolfî Bureau à Berlin, disant dans les termes Tes plus catégoriques que les Etats-Unis reconnaissent l'imminence de la guerre et affirmant que la nation est derrière le Président, quelle que soit l'attitude qu'il décide prendre. M. Brand Whitlock detenu Le correspondant New-Yorkais du "Daily Telegraph" dit que d'après des cablogrammes parvenus aux Etat-Unis, M. Brand Whitlock, ministre des Etats-Unis à Bruxelles, et tous les membres américains de la Commission for Relief in Belgium, seront "détenus" par les Allemands pendant quatre semaines après la fin de leur travail, afin de -détruire leur "valeur d'informatiotn," c'est-à-dire l'importance stratégique des nouvelles qu'ils pourraient avoir recueillies.On sait que les Allemands appliquent en ce moment ce régime à tous les neutres qui sont autorisés par eux à sortir des territoires occupés : ils sont "is-dlés," c'est-à-dire, ils sont privés de leur liberté pendamt tout un mois et coupés de toute communication avec l'extérieur. La nouvelle de ce traitement a produit aux Etats-Unis un sentiment de véritable exaspération. SUEDE. Le nouveau cabinet Le ministère Hammerskjôld n'ayant pu se mettre d'accord avec l'opposition, le Roi a accepté sa démission.. Un nouveau cabinet a été constitué comme suit: M. Cari Swartz, premier ministre; l'amiral Lindman, affaires étrangères; M. Stenberg, justice; M. Sydow, intérieur; M. Carleson, finances; le colonel Okerman, guerre; 'le commodore Ericson, marine; M. Hammarstrôm, instruction publique et cultes; M. Dahlberg, agriculture; MM. Falk> et Ericson, ministres sans portefeuille. — Times. NOUVELLES DIVERSES — Une école 'de navigation sous-marine a été ouverte à Constantinople par les Boches au profit de leurs amis turcs; les candidats-élèves seraient nombreux. — Le ministre de la Guerre en Italie a publié un décret autorisant la révision des recrues précédemment exemptées et dont l'exemption peut être attri buée à des influences. — Le "Telegraaf" apprend que des bombes ont été jetées sur Zeebrugge mardi dernier. Un hôtel employé comme quartier militaire a été atteint et un certain nombre d'Allemands tués. — M. Jules Carnbon a été nommé secrétaire-général du ministère des affaires étrangères dans le cabinet Ribot. Il occupait les mêmes fonctions sous le cabinet Briand. En cette qualité il est autorisé à signer pour le ministre. — Malgré tous les appels faits à leur cœur et à leur raison, plus de 3,000 ouvriers employés dans des chantiers maritimes et des usines de munitions à Barrow, .refusent de reprendre le travail avant d'avoir obtenu ce qu'ils demandent.— La "Neue Freie Presse" dit que la visite à Berlin du comte Czernin, ministre des affaires étrangères d'Autriche, a notamment trait aux événements de Russie, les Puissances Centrales n'ayant pas de motifs d'hostilité qui ne sera plus panslaviste. - Un ordre en conseil autorise les chefs de police, à fermer, sur instructions d'un secrétaire d'Etat, tous restaurants et débits fréquentés par des étrangers ennemis ou des étrangers indésirables, ou qui, tenus par un étranger, seraient conduits d'une manière indésirable. — On annonce de Buenos-Ayres, en date du 27 mars, que l'exportation du blé sera interdite à partir du 28 mars. '— Les Boches excusent le torpillage du navire-hôpital "Asturias" en disant qu'un avertissement général avait été donné le 31 janvier et que d'ailleurs l'Angleterre se sert des navires-hôpitaux pour transporter des troupes et munitions (ce qui a été officiellement démenti à diverses reprises). 88ème année* No 79

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes