Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

618 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 22 Août. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Accès à 27 septembre 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/5t3fx74q41/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ANVERS, Mardi 22 Août 1916 Le numéro 10 centimes Cinquante-neuvième Année No 17.694 DIRECTION & REDACTION : 14, RUE VLEMINCKX, 14 ANVERS Téléphone 3761 Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centimes Émissions et Amonces financières-: Prix à'convenir Les annonces sont mesurées au li£nomètre.— Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent. AVIS Toutes les heures renseignées dans notre journa sont indiquées d'après l'heure de la Tour. Observations météorologiques de M. F. Agthe, opticien, rue Léopold, 51 Anvers, 23 août 1916, 11 h. du matin. — Baromètre 764. -Thermomètre cent (max)-r 19 —Thermom. cent. (min.1 +.12. -Pluviomètre: 2,1 m/m—Vent. N.-N -0.—Prévision : Variable, Astronomie 23 août Lever du soleil 6 h 42 m. Nouv. lune le 28 août 19 li.24 n Coucher du soleil 20 48 „ Prem.quart, le 5 sept. 6 „ 26 , Lever de la lune 1 56 „ Pleine lune le 11 sept. 22 „ 31 , Coucher de la lune.. .18 19 „ Dern. quart.le 19 sept. 7 35 . Haute marée à Anvers Matin Soïr 23 août ... i'2 K.54 m I 23 aoûl ... lb.34m 24 24 14 13 „ 25 l ... 2.,47 „ | 25 15 19 Hauteur du Rhin Cologne 19 août 192m. Strasbourg 19 août — a> Huningen . 2.48 „ Lauterbourg - . Kehl 3.03 „ Maxau .. — „ Mannlieim .. 3.88 „ Germersheim „ — Caub „ 2,16 „ Mayence „ 1 14 „ Ruhrort . 105 Bingen , 1.90 „ Duisbourg 0.68 Coblence 2.14 „ Waldshiit .. — .. Dusseldorl . 1.71 . Lobith 20 „ 10.50 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar Francfort 19 août 2.28ra. Heilbrono 19 août 0.48 m Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee Trêves 19 août 0.21 m Constance 19 août 4.18 m. Port d'Anvers ARRIVAGES DU 21 AOUT Steamer Wilford III, de Tamise. » Telegraaf VIII, de Bruxelles. » Amstel ii, de Bruxelles. » Union ii, de Bruxelles. » Telegraaf iii, de la Hollande. Remorqueur Blaton-Ath i, de Gand. » Pernig, de Gand. » Passe-Partout III, de Gand. » Hansa II, de Smeermaes. » Perat, de l'Allemagne. » Gebr. Wulf V, de l'Allemagne. » Schuder, de l'Allemagne. » Jacob, de l'Allemagne. » Gerntana i, de l'Allemagne. » Zar i, de l'Allemagne. » Zar II, de l'Allemagne. » Gerhard, de l'Allemagne. » Windspiel, de l'Allemagne. » Bornhofen u.Treess i, de l'Allemagne. Batèâ n-moteur Stad Mechei.en, de Moll. » Anna, de Niel. » Selma, de Boom. » Eclair IV, de Bruxelles. » Koophandel III, de Louvain. Allège Julia, de Burght. » Marie, de Bornhem. » Elise, de Bornhem. » Indomptable, de Boom. » Stephanie, de Malines. « Zélateur, de Vilvorde. » Vier Gebroeders, de Bruxelles. « Parana, de Bruxelles. » PharVh.de, de Bruxelles. » jeune Irma, de Bruxelles. » Jeune Raoul, de Gand. » Deyn/.e, de Gand. » Resnova, de Gand. » Louise, de Gand. » Moissonneur, de Gand. » Hector, de Gand. » Orsma, de Gand. » Raysdale, de Gand. » Albert, de Gand. » Eugénie, de Gand. » Bon Père, de Gand. » clémence, de Gand. » Sidonie 2, de Gand. » Simon Smits I, de Gand. » Thérèse, de Merxem. » Adèle 45, de Ryckevorsel. » Oscar, de St-Léonard. » Stella MAtutina, de Lierre. » Escaut, de Moll. » syha, de Smeermaes. » Céline, de Smeermaes. » Marie-Louise, de Smeermaes. » La Duchesse, de Smeermaes. » Jean, de Liège. » Jeune Alfred, de Liège. » Zoé, de Liège. » Réflexion, de Charleroi. » Franciscus, de Bas-Escaut. » Drie Gebroeders, de Bas-Escaut. » Marokko, de la Hollande. » Rijnvaart, de la Hollande. » Henri, de la Hollande. » St-Berthuin, de la France. DEPARTS DU 21 AOUT steamer Wilford iii, pour Tamise. » Telegraaf VIII, pour la Hollande. Remorqueur Hansa II, pour Gand. » Pernig, pour Gand. » Blaton-Ath I, pour Gand. Ulège Ostara, pour Hoboken. » Ceylan, pour Tamise. » Syra, pour Gand. » Aline, pour Gand. » La Duchesse; pour Gand. » Marie-Louise, pour Gand. » EDMOND, pour Gand. » ClArissa, pouf Gand. » Jeune Auguste, pour Gand. » Boma, pour Gand. » Albert, pour Looybroeck. » Op Gods Genade, pour Beersse. » Subito, pour St-Léonard. » Colette, pour Moll. » PhaRAïldè, pour Moll. » Parana, pour Jemeppe s/M. » Landjuweel, pour Ou grée. » MaakLand, pour la Hollande. » Mississipi, pour la Hollande. » Twee Gebroeders ;A 13), pour la Hollande. » Schielani), pour la Hollande. » Kortland, pour la Hollande. AVIS concernant la réglementation des céréales servant à la panification Par arrêté du S juillet. 1916, M1' le Gouverneur-énéral a saisi, à l'usagé exclusif de la population vile dans le territoire du Gouvernement-général, i récolte dés céréales servant à la panification, à artir de l'a sortie dé la terre. Les stocks de céréales uligèn'es des récoltes précédentes, qui se trouvent ncore dans le pays tombent aussi sous l'application e cette saisie. J'attire spécialement l'attention sur les points s'ui-ants : — Cultivateurs ayant moins d'un Ha. de superficie de culture Les céréales servant à la panification qui ont été icoltées par ces cultivateurs leur sont laissées pour >ur usage strictement personnel. Ils ne peuvent, ^pendant ni vendre, ni moudre eux-mêmes ce raiu. Pour transporter ces céréales au moulins, ils it besoin d'un passavant, qui leur sera remis par le Durgmestre. Cultivateurs ayant un Ha. et plus de superficie de culture 1. — Le cultivateur doit vendre au Comité Natio-11 : aussi bien les quantités calculées sur la base de estimation de la récolte, pour autant qu'elles ne lient, pas libérées de saisie, ainsi que l'autre grain isissable se trouvant en sa possession ; ce sont : les ocks restant des récoltes précédentes, les provi ons, qui ont été récoltées au dessus de l'estimation ; utes les semences économisées, le froment pour •opre usage et le seigle de fourrage et la farine li en dérive. Pour l'achat les prix suivants ont été ïés par Mr le GoUverneur-Général : >ur le froment fr. 26,— les 100 kilos » le seigle » 24,50 » » l'épea utre » 21,50 » » le méteil » 25,— » Ces prix s'entendent polir grain sec et de bontre lalité, et pour la fourniture sans sac. Le grain doit i cire livre iranco-wagon a la gare la puis proene ue ! la ferme ou être transporté vers le plus proche Bureau de dépôt de la récolte. Si le grain vaut moins, le prix sera réduit en proportion. 2. — Les demandes pour obtenir l'autorisation de garder plus de semence, pour l'extension de la .'ui-ture, doit parvenir, avant le lr novembre, par l'entremise du bourgmestre à la Commission provinciale de la récolte. Les bourgmestres recevront de plus amples renseignements à ce sujet. III _ Emploi du froment pour propre usage et du seigle de fourrage Des quantités froment et seigle, libérées de saisie, il ne peut être employé qu'un douzième par mois. Dans ce but, il est nécessaire de chercher tous les mois un passavant à la maison communale. Uniquement la quantité de froment, libérée de saisie peut être employée à nourrir les animaux, et seulement les bêtes à cornes. III. — Les céréales comme fourrage Il est strictement défendu, en vertu de l'arrêté de M1' le Gouverneur-Général d'employer du froment comme fourrage ; le seigle ne peut également pas être employé à nourrir les chevaux, les porcs, les ânes, les poules, etc. IW— Le commerce des grains L'achat et la vente des céréales indigènes, servant à la panification, et de la farine du pays sont uniquement autorisées au Comité National, suivant l'arrêté de Mr le Gouverneur-Général. Personne ne peut donc faire le commerce des céréales et de la farine indigènes en dehors du Comité National. V. — Transport de céréales et de farine Le transport des céréales ou de la farine sans passavant est défendu Les cultivateurs reçoivent du bourgmestre de leur commune des passavants, pour le transport de leur grain libéré de saisie, vers le moulin, et de la farine, du moulin vers la ferme. Pour le transport du grain et la farine étrangers, un passavant doit être demandé à la Commission provinciale de la récolte, à Anvers. Ceux qui contreviendraient aux dispositions de Mr le Gouverneur-Général concernant la réglementation des céréales servant à la panification, seront punis d'une peine de 5 ans au maximum et d'une amende de 20.000 marcs au plus. Les commandants allemands et les tribunaux militaires allemands sont compétents pour juger les infractions.Anvers, le 10 août 1916. Le Président de la Commission Provinciale de la récolte, d'Anvers, IV, t-trim AVIS Pour le ravitaillement en pommes de terre On signale d'un' peu partout, que certains cult.ivaleurs, alléchés par Les prix que leur proposent des commerçants ou des spéculateurs peu Scrupuleux, ont déjà arraché des pommes de terre qui n'étaient pas encore arrivées à maturité, pour les vendre, au mépris dès règlements'; Ces actes, inspirés par la plus basse cupidité, lèsent gravement l'intérêt général, car ceux qui s'en rendent coupables doivent sa voir que cette récolte prématurée abaisse notablement le rendement de leurs plantations. Ces pommes de terre sont non seulement moins grosses que celles qui ont atteint leur plein développement, mais encore leur qualité est fort inférieure et elles sont de mauvaise conservation. Le président de l'Administration civile de la province de Brabant s'est justement ému de ces pratiques et il vient d'y attirer l'attention de toutes les administrations communales de son ressort. Il importe, comme il le prescrit, de dire aux cultivateurs combien ils font de tort à eux-mêmes et à leurs compatriotes, en arrachant les pommes de terre avant ([ue les «fanes», devenues grises et jaunes, indiquant que le tubercule est enfin mûr. Evidemment, on eût pu recourir à la fixation, par voie d'arrêté, de l'époque de la récolte, mais on ne l'a pas fait parce que la variété des conditions économiques des diverses régions du pays imposait une certaine souplesse dans les mesures de prévoyance et que d'autre part l'intérêt des cultivateurs exigeait des ménagements, en ce qui concerne notamment l'arrachage des pommes de terre demi-hâtives. Pour Les variétés tardives, c'est-à-dire celles qui feront le fond de l'alimentation populaire cet hiver, le bureau d'approvisionnement eu pommes de terre a décidé de n'en commencer l'exploitation qu'à la mi-septembre. Tous les ordres nécessaires ont été donnés pour que la récolte et la livraison des pommes de terre de conserve ne puisse se faire, autant que possible, qu'à partir de cette date. CHRONIQUE JUDICIAIRE PUISSANCE PATERNELLE La dame H... demandait en qualité de grand'mère et de tutrice légale du côté maternel la restitution des enfants mineurs des époux V. B., le mari étant décédé dit-on, mais on ne produit pas l'acté de décès du mari. Le tribunal ne peut donc accepter la demande, la puissance paternelle ne pouvant être violée. Il faudrait pourtant que> la loi contînt des dispositions transitoires, pour sauvegarder les intérêts de l'enfant. DIVORCE. — EMPECHEMENT DE FORCE MAJEURE PROROGATION Si par application de l'article 227 du Code Civil, une seconde prononciation du divorce est inadmissible à la demandé de l'époux aux torts duquel !e divorce a été prononcé, il n'en est pas de même de l'admission du divorce poursuivi par cet époux dans la limite dés intérêts matériels et moraux. Postérieurement au jugement ordonnant une enquête sur une demande en divorce intentée par l'autre époux, le tribunal peut accorder à celui-ci une prorogation des enquêtes si elles n'ont pas pu être tenues à raison de circonstances de force majeure.C'est ce qui résulte d'un jugement prononcé par le tribunal civil de Bruxelles. Voici dans quelques circonstances le jugement fut rendu : L'épouse X... a intenté une action en divorce; le tribunal faisant droit à cette demande, lui a accorde le divorce aux torts du mari. Ce jugement, non frappé d'appel, fut exécuté et le divorce prononcé par l'Officier de l'état-civil quelques mois plus tard. De son côté, le mari avait également intenté une action en divorce et après le jugement susvisé et avant la prononciation du divorce par l'officier de l'état-civil, le tribunal a autorisé le mari à faire la preuve des faits qu'il alléguait à l'appui de sa demandé.C'est dans cet état de la procédure que le mari demandeur a sollicité la prorogation des enquêtes à raison des circonstances de force majeure qui l'ont empêché de produire ses témoins et quë la femme lui a opposé une fin de non-recevoir. Ainsi que l'a proclamé le jugemént, l'article 22? du Code civil déclare que le mariage est dissous par le divorce légalement prononcé ; il ne peut donc plus Solliciter la rupture du lien conjugal qui déjà était rompu. Lé demandeur, en interjetant appel du juge ment, pouvait empêcher que celui-ci passât en force de chose jugée et, par suite, rendre impossible !e prononcé du divorce accordé par le jugement rendu au profit de la femme, il aurait atteint lé but qu'il poursuivait et évité que l'on pilt lui opposer la fin de non-recevoir admise par le jugement ci-dessus rapporté. EXTERIEUR PAYS-BAS Les foires d'Utrecht C'est le 26 février 1917 que se tiendra à Utrecht la première grande foire hollandaise. Le gouvernement de La Haye a donné son patronage officiel à la foire qui durera jusqu'au 10 mars et sera annuelle. ANGLETERRE Les importations Reuter annonce que le journal officiel publie une nouvelle liste de produits dont l'importation sera défendue à partir du 21 août. La viande congelée D'après line statistique les quantités suivantes de viande congeléé ont été importées en Angleterre, pendant les deux dernières années : iyio iyi* Cvvts. République Argentine 3.394.275 1.343.403 Australie 1.245.762 1.551.001 Nouvelle Zélande 735.226 476.680 Etats-Unis 392.443 85.510 Uruguay 74.500 569.367 Autres pays 147.666 1.140 Total 5.989.872 4.027.106 Il est à remarquer qu'en 1915, l'Angleterre a cédé de grandes quantités à la France. La valeur des importations susdites en Angleterre était en 1914, d'après « L'Economiste français » de fr. 222 millions et en 1915 de fr. 448 1/2 millions. Le prix moyen de viande de bœuf congelée était en 1.914 de fr. 1,11 le kilo, et monta en 1915 à fr. 1,49. Au début de 1916, une nouvelle hausse assez considérable a été constatée.En général, la consommation de viande congelée en Europe a augmenté très fortement pendant la guerre. Avant les hostilités l'Angleterre était le principal consommateur de cet article. Au commencement de la crise européenne, l'Angleterre recevait 35 % de la production mondiale de viande congelée. ETATS-UNIS La marine marchande Les deux Chambres du Congrès ont voté le Bill de la flotte américaine, qui prévoit un crédit de 50 millions de dollars pour l'achat de vapeurs marchands.REPUBLIQUE ARGENTINE La hausse du fret En présence de la hausse constante du fret pour l'Argentine (le fret de l'Angleterre à Rio de la Plata, qui était encore de 15 sh. là tonne en 1914, s'élève maintenant à 150 sh., et a même, de temps à autre, dépassé 170 sh.) le gouvernement a annoncé officiellement que, plus que jamais, il faut songer à la création d'une marine marchande argentine, pour ne plus être, dans la suite, à la merci des influences du dehors. Le martyrologe polaire Nous avons annoncé que l'explorateur Shackleton ((tait parti de Punta Arenas, à l'extrémité sud du Chili, pour tenter, une fois encore, de délivrer ses infortunés compagnons enfermés dans l'île glacée et déserte de l'Eléphant. L'on songe à ce sujet à l'affreûx martyrologe que furent les expéditions polaires. Rappelons qu'en juillet 1897 les Suédois Strindberg-Frankel partirent en aérostat avec Andrée à la conquête du pôle Nord, que devait enfin atteindre en 1911 Cook. Leur ballon, I'Ornen (l'aigle), fut englouti et jamais on n'entendit plus parler des trois aéronautes. Après quelles souffrances, réduit à quelle faiblesse, le capitaine Scott a-t-il écrit les lignes solennelles où il dévoue sa mort à l'honneur de son pays, et à l'exemple que les Anglais doivent donner devant la dernière épreuve II périssait avec ses compagnons pour avoir attendu un compagnon malade. 11 le savait, il l'acceptait, et il attestait la postérité à qui il laissait un tel exemple. Après quoi il s'est assis, !a tête appuyée sur son journal, le dos appuyé au mât de la tente. Et il a attendu. Ainsi s'accroît le long martyrologe du Pôle. Il n'y a pas de drames plus atroces que ceux qui se sont passés dans les solitudes de glaces. Mais il n'y en a pas non plus où l'énergie humaine ait atteint une plus large mesure. Toujours on y voit l'homme lutter jusqu'à la limite de ses forces, et tomber, enfin, au bout d'un combat ou pendant des mois, dans les circonstances les plus atroces, sa volonté, plus forte que la nature, n'a pas fléchi un instant. Franklin, est pris dans les glaces pendant l'été de 1846. Déjà neuf officiers et quinze hommes sont morts, quand Franklin lui-même meurt le 11 juin 1847. Pendant deux ans, les deux bateaux de l'expédition dérivent lentement. Enfin, le 22 avril 1848, les survivants quittent le bord pour gagner la terre du Roi Guillaume et de là les-établissements de la baie d'I-Iudson Presque tous périssent. Quelques-uns pourtant atteignent sur des embarcations la rivière de Back. Mais c'est leur dernier effort ; c'est là à l'embouchure et dans une île voisine, qu'on retrouvera leurs cadavres ; ils ont lutté, et par des moyens horribles, jusqu'à la fin ; l'un d'eux a la longue vue sur l'épaule, son fusil chargé à ses côtés. La 0*:anneitk partit de San-Francisco le 8 juillet 1879, pour atteindre le Pôle par le détroit de Behring. En septembre, le bateau fut pris dans les glaces, et la lutte commença, menée avec une singulière énergie : exercice régulier pour les hommes, rationnement immédiat, aménagement meilleur du bateau, combat incessant contre l'écrasement par les glaces et l'envahissement de l'eau. De janvier à mai cette lutte fut terrible, sans que la régularité des observations en ait été troublée. En octobre 1880, les pressions de la glace recommencèrent ; l'équipage n'en monta pas moins un théâtre où l'on fêta la Noël. Et cette captivité dans les glaces mouvantes et opprimantes, avec la menace perpétuelle de la mort, dura jusqu'au II juin 1881, où à 4 heures une convulsion formidable de la banquise coucha le bateau de 22 degrés sur tribord. Une heure après, nouvelle secousse, la coque se fend, le spardeck se bombe, le navire commence à couler. L'expédition se trouva sur le pack avec deux cotres, une baleinière et quatre tonneaux de vivres. On partit le 18 juin, marchant au sud, et le 28 juillet on atteingnit enfin une terre inconnue où l'on campait. Le 7 août, avec les deux cotres, la baleinière et une tonne de vivres on se remettait en route vers les îles de la Nouvelle Sibérie ; on les dépassait le 12 septembre, la tempête séparait les embarcations. De Long, avec treize hommes et quelques jours de vivres, atterrit aux bouches de la Léna, et, ayant | enterré ses documents, reprit sa marche vers le sud. Cette marche est un épouvantable martyre. De temps ; en temps on tuait un renne, et cette nourriture prolongeait l'agonie de quelques jours. Quand on n'avait rien tué, on mangeait les saules arctiques qui végètent sur ces rives affreuses. Les uns après les autres, | du 7 au 31 octobre, les compagnons périrent, sauf deux qui étaient allés au Sud chercher du secours. Les expéditions heureuses ne sont guère moins affreuses. Le raid de Nansen et de Joluinsen sur la glace, en mars 1895, par un froid constant de 40 degrés, au milieu de blocs hérissés qu'il fallait gravir, avec la marche de retour jusqu'à l'archipel François-Joseph, le 7 août, est un prodige. Mais là ils reconnaissent que la banquise ne se dégagera pas de l'été. Seuls, presque sans bagages, ils prépaient donc un hivernage dans une hutte de 3 mètres sur 2, qu'ils font avec des pierres et de la neige. Ils abattent du gibier pour l'hiver, qu'ils passent en entier dans ce trou, vivant de viande d'ours, éclairés et chauffés par de la graisse de morse. Le 10 mai, ayant réduit encore leur équipement, ils s'embarquèrent sur deux kavaks. Une fois encore, ils faillirent périr ; leurs bateaux, mal surveillés, filaient à la dérive... Nansen, dans un effort surhumain, les rattrapait à la nage. Enfin, le 17 juin, ils rencontrèrent une expédition anglaise... Voilà le prodigieux ■effort de volonté que demande une expédition polaire. A quoi servent ces expédi-tions? demaildféra-t-on. 11 est bien aisé de répondre. C'est le Pôlé qui révélera la règle dés climats, lès-lois d'ès courants ét des vents, le secret de l'ossature terrestre, le mystère de son premier passé et les archives mêmes de la biologie. Tous les problèmes de la physique terrestre se résoudront au Pôle. Mais aucun île ses résultats ne dût-il être espéré, de tels exemples d'endurance ne seraient pas inutiles. Il semble que l'énergie une fois développée par les hommes ne se perde pas. Elle retourne au fond commun, au trésor collectif, et telle est un acquêt pour toute l'humanité. INFORMATIONS FINANCIERES BOURSE OFFICIEUSE D'ANVERS Séance du 21 août. — Les affaires à la réunion de ce jour sont restées fort peu suivies, de plus la présence de quelques vendeurs donne au marché une tendance plus lourde contre laquelle on n'essaye même pas de réagir. Beaucoup de cours restent, simplement nominaux ét la journée manque d'intérêt. Des offres pèsent encore sur la rente belge mai alors que les autres types de rente belge sont au contraire plus recherchés. En lots de ville les achats et les ventes se contrebalancent assez exactement pour laisser les cours en l'état. Belge 3 % mai, 71,75-72,75 ; Belge 3 % anglais, 79,50-80,50 ; Bon du trésor 4 % 1917, 100,75-101,75 ; Annuités 3 %, 77,75-78,75; Anvers 1887, 83,60-84,60; An vers 1903 , 70,65-71,65 ; Bruxelles 1905, 67,40-68,40 ; Bruxelles 1902, 86-87 ; Bruxelles Maritime, 63,50-64,50 ; Gand 1896, 64-65 ; Liège 1897, 65-66 ; lot du Congo, 78,50-79,50. Les tendances en fonds d'Etats sont plus hésitantes; à côté de quelques cours très soutenus se rencon- 1 trent en plus grand nombre des offres qui ne trouvent qu'une contre-partie peu empressée. Les Cé-ios dules nouvelles ne montrent plus la même vigueur J01 que la semaine dernière et ne dépassent pas 105,50-380 106,50, les L sont 108,25-109,25 et les K auraient encore 310 été placées à 93-94, les 5 % or restent à leur prix an-367 térieur de 105,25-106,25. Les petits postes d'argentins 140 fédéraux qui s'échangent n'amènent pas de changement dans les prix. Argentin 5 % 1886, 102,50 A. ; 106 le 4 1/2 intérieur 1888, 96-96,75, et l'extérieur, 95,75-dé 96,50. Le Buenos-Ayres Ville 4 1/2 1888 s'inscrit à les 94,50-95,50. Les autres Sud-Américain© n'ont pas été 14, plus activement traités et nous ne pouvons qu'indiens queir des cours qui auraient pu servir de base de né-de gociation. Uruguay 3 1/2, 74,75 P. ; Uruguay 5 %, le 89 P. La Céd<ule uruguayenne s'échange entre 99 et 16, 100. Chili 5 % 1911, 96 A. ; Chili 4 1/2, 92 nominal. )n- Brésil funding 5 %, 96,50-97,50 ; le 4 1/2 1883, 78,50 A. ; le 4 % 1910, 72 P., et le 4 % 1889, 73 A. 73,75 P. lée Rescission, 73,50 P. la Les dettes asiatiques sont parmi les mieux tenues, in- le Chinois 4 1/2 1898 varie peu entre 89,50 et 90,25 ; ce- le Japon 5 % Railway a acheteur entre 105 et 106 ; ait le 4 1/2 1905, 98,25-99; le 4 % 1905, 88,75-89,75. Lie. Parmi les fonds d'Etats continentaux les dettes roumaines ont encore une attitude faible et cependant le matériel offert n'est pas abondant. Le Roumain 1894 s'est échangé à 78-79, le 4 1/2 1913 a valu de 83 à 84, le 5 % 1903 était faible à 93,50 P.; Russe 1880, 50 79,50-80,50 ; Russe 4 % Nicolas, 83-Si ; le 5 % 1906, il'- 92,75-93,75 ; Portugais 3 % lrc série, 55,75 P. Les rubriques diverses ne donnent: pas davantage lieu à de nombreuses conclusions d'affaires. Les obligations foncières et les actions privilégiées de Sociétés foncières sont par continuation demandées, 'lir d'autre part on néglige les titres d'électricité et d'en-ta» treprises de transport. Privilégiée Immobilière Sud-ve Américaine 1027,50-1042,50, oblig. Hypothécaire du f'e- Canada 465-471, oblig. Banque Belge 477-482, Pasto-ri~ raie 472-478, capital Tramways de Rotterdam 105 P., !a capital Tramways d'Anvers 12."> P., capital Electri-'ur cité de l'Escaut 119 P. ;es En valeurs pétrolifères FAstra Roman# ne parvient pas à décrocher un cours fait, l'offre se présente a — 1300 mais la demande reste bien en-dessous de ce prix, (in est bien disposé en Grosnyi mais elles nie donnent lieu qu'à de modestes transactions, l'ordi- 011 naire a coté 2680-2717,50, la privilégiée est 2910 en-rï'u viron sans affaires faites. 'es En valeurs caoutchoutières la Federated s'inscrit :t'e à 590-597,50 environ, la Kuala Lumpur à 131-134, la :t Sennali à 46,75-48,25, parts Tjisalak 117,50-122,50. )U" Actions Tanganylka 72-74, obligations 192-194. BOURSE OFFICIEUSE DE BRUXELLES in séance du 21 aout. — La semaine débute dans des l'nt conditions relativement satisfaisantes ; les ordres lis sont, en effet, passablement nombreux. D'autre part, si les cours ne se rencontrent pas en quantité, ils se, font néanmains preuve d'une certaine fermeté et où c'est bien tout ce que l'on peut espérer pour lin-à stant. , . la Nos rentes et lots de ville n'ont pas un marche in s aussi actif que précédemment et les cours se soûle tiennent plus ou moins bien. Voici les cours : Bente iip beWe 3 %, 70 7/8-71 3/4 ; Bons du trésor 4 % 191/, lis 101-101 1/8; Congo lots, 79; Crédit Comm. 4 % 1916, au' 94,25; Vicinaux 3 % mai, 73,75; Anvers 1903, 70,2o-70 75 • Anvers 1887, 83,25-83,75 ; Bruxelles 1905, 67 3/8-i'v G7' 5/8 ; Bruxelles 1902, 86,50-86,75 ; Bruxelles Mari-)nt time, 64,25-64,50 ; Gand 1896, 63,25-63,50 ; Liège 1898, i a 05-65,25. ne De marché des obligations industrielles, de son ter côté, se montre aussi bien disposé que possible. Des all demandes continuent à se produire 'en 4 % Traiules ways de Livourne à 415, eu 5 % Tramways loscans ,-te à 460 en 5 % Charbonnages Hensi'es-Pommerceul a 500, en 5 % Grosnyi à 482,50 et surtout en 5 % lôle-de l ies de Konstantinowka qui s'inscrivaient vendredi à )nt 465 et qui se prennent aujourd'hui à 470. Ce prix est ,in amplement justifié d'ailleurs par la qualité de l'obli-tlj. gation. ies Affaires complètement nulles en actions bancaires. ,IU En valeurs de transports, peu de chose également, ,je mais la résistance domine en dividende Bruxellois I11S à 880 et en capital Espagne Electriques à 116,25. ...p Au groupe sidérurgique, toute l'attention se porte sur les titres russes. On se maintient en privilégiée Estampage du Donetz à .'.37,50, :'.38,75, et en divi-dende à 450, 455. La Providence Russe B est mieux ,.p à 535, 537,50, ainsi que la. C à 225, 227,50. La capital et la jouissance Tôleries de Konstantinowka sont ]pl également en progrès respectivement à 560 et 2300, 2325 ; ajoutons -que la capital reste demandée à 560. Les valeurs charbonnières ont bonne contenance p,. aussi. Le Biélaïa reprend à 11,25, 12,25 ; le Carabinier est bien à 695, 700 (on a fait 690 en ce deirnier titre vendredi), Courcelles-Nord est demandé à 2100, l'or-il inaire Gossoudarieff se retrouve à 258,75, le Grand conty reprend à 380, 385 ; le Hasard reste demande à 820, la dividende Laura est active à 675, 680, 685 ; V'.~ Mariemont est recherché jusque 2-400, les Réunis de Charleroi font 1390, le Rieu-du-Cœu/r cote 475 et VVil-llî lem-Sophia 575. A noter, d'autre part, des offres en Fontaine-l'Evêque à 3325 et en La Louvière-Sars a 1 200 après avoir coté 201,25. 11:1 Quelques transactions intéressantes aux petites rubriques. La capital Nitrates est en bonne voie à 84-84,50 ; l'ordinaire Bennert-Bivort. est à 460 pa-se" pieir. La capital Verreries du Donetz se tient à 345, ;0 347,50, 350 ; la jouissance est demandée à 2762,50, les Verreries de Mariemont s'avancent à 1600 et restent demandées à ce prix, la dividende Electricité de )n Rosario est offerte à 70 ; la capital Société Générale 011 Belge d'Entreprise» Electriques est à 805 papier et la At- fondateur Huileries d'Odessa est ferme à 27,50, 29,50. "e Les coloniales sont assez calmes mais soutenues les également. La dividende Belgo-Katanga est. à 65, 66. 67; l'ordinaire Katanga est- ferme à 2155, 2165, 2185, 2165 ; la capital Union Minière- a bonne contenance (,e à 1220, 1210, et la Tanganylka est hésitante à 72, LI1,1 72,50, 72, 71, 70,25.» Au groupe des plantations, on relève de la fermete f>s en Fauconnier en 280 et 230 selon le titre, et l'Hévéa l*V" reste à 150 argent. [lit Les valeurs diverses manquent d'activité. Les Ex-?ô" plosifs Favier font de 62,50 à 65, l'ordinaire Grosnyi es. est ferme à 2710, 2720, et la capital Sucreries Saint.-uf Jean est demandée à 57,50. Au compartiment étranger, la résistance domine ilf- un peu partout, sauf pourtant en Rand Mines, où 'a des offres se présentent à 135. La Barcelona se re-•'.() dresse assez vivement à 67,50, 68,50, 69,50, 69, et i'a- robliigation se maintient à 260. En Lujar, il. y a )el acheteur à 680, en Rajah on progresse à 800, en là Porto-Rico on est bien à 135, 136,25, 137,50, et en ira " Tôleries de Louvroil à 375 papier. ia- En Briansk, il y a acheteur à 420, en Dniepro-•es vienne on est ferme à 3040, ainsi qu'en Kolomna à Us 502.50. Enfin, la Tannerie de l'Azoff est demandée à en 1610. '(3S COURS DU CHANGE iè- Rotterdam, 18 août. — Londres, fi. 11,55; Berlin, ;nt H. 42,92 1/2; Paris, fi. 41,05. la Amsterdam, 18 août. — Londres, fi. 11,55 1/4 ; Ber-at- liai, 11. 43,— ; Paris, fi. 41,07 1/2; Suisse, fi. 45,85; ;nt Vienne, 11. 29,75 ; Copenhague, fi. 67,60 ; Stockholm, fi. 69,32 1/2. de Genappe-Eîectrique, société anonyme, à Genappe. re. _ Bilan au 30 avril 1916. — Solde créditeur, fr. Iés 6529,69. |r6 Fonderies de Fer Joseph Davin, société anonyme, à Andenne. — Bilan au 31 mars 1916. — Bénéfices, ^ II'. 12.994,22. B]s Frigorifère « Golfe de San Jorge », Puerto Deseado j'i (Argentine), société anonyme, établie à Anvers. — ies Bilan au 31 décembre 1915. — Créditeurs divers, fr. m1 30.860,52. ur Trafic congolais, société anonyme, en liquidation, à Anvers. — Bilan et résumé du compte de profits et — pertes au 31 décembre 1915. — Solde en perte, fr. 44.615,50. Les titres étrangers en Autriche-Hongrie. — On mande de Vienne que le gouvernement a déjà de-de puis longtemps invité les banques et grandes fir-la mes bancaires à lui fournir un relevé de tous les hé titres étrangers possédés par elles ou par leurs ye clients. I?1" Carrières réunies de l'Amblève, société anonyme, êt: à Martin-Rive. — Bilan au 31 décembre 1915, années uu 1914 et 1915. — Pertes en 1914 et 1915, fr. 39.124,76. Etablissements Cristel et Haurens, société anon., nt à Liège. — Bilan au 31 mai 1916. — Solde créditeur, fr. 22.944,12.. is, L'Equitable des Etats-Unis, Compagnie d'Assuran-n- ces sur la Vie, société anonyme, à New-York. Suc-,n- cuirsale belge, à Bruxelles. — Cinquante-sixième •n- compte rendu annuel pour l'exercice finissant le 31 0 ; décembre 1915. — Total de l'excédent en réserve, jo, fr. 456.366.874,58. Produits du Liège, société anonyme, à Bruxelles, îs; — Bilan au 30 septembre 1915. — Bénéfice brut, fr. n- 466.712,19. Riunione Adriatica di Sicurta, à Triëste. — Le dividende a été fixé à C. 160 contre C. 130 en 1914. Brasserie Saint-Joseph, société anonyme, à Ghlin. — Bilan au 30 mai 1915. — Perte sur exploitation, fr. 30:089,14. L'Economie; société anonyme, à Quaregnon. — Bilan au 31 décembre 1915. — Produit de l'exploitation, fr. 32.058,66. Deutsch Sud-Amerïkanische Bank, à Berlin. — Bénéfice net M. 1.780.075 contre M. 1.373.927 en 1914. Il ne sera pas distribué de dividende. « Old Rock », société anonyme, à Stavelot. — Bilan arrêté au 31 décembre 1915. — Solde créditeur, fr. 52,64. Caisse liégeoise de Change et de Banque, sociét ■ anonyme, à Liège. — Bilan au 30 avril 1916. — Excédent de l'actif sur le passif (bénéfice), fr. 17.692,95. « Cava », société anonyme, à Montegnée lez-Liége. — 4e exercicé 1915-1916. — Bilan au 29 février. — Balance débiteur, fr. 886,85. Charbonnages de l'Espérance et Bonne-Fortune, société anonyme, à Montegnée lez-Liége. — Bilan au 31 mai 1916. — Reliquat, fr. 19.000,—. Compagnie de navigation Franco-Danoise. — Cette société, qui vient de reprendre les 4 steamers de la Société Skandia, émet pour 1 million de couronnes de nouvelles actions au cours de 300 %-. La Suisse, Société anonyme d'Assurances sur la Vie et contre les Accidents, à Lausanne (Suisse). — Bilan au 31 décembre 1915. — Excédent des recettes sur les dépenses, soit bénéfices, fr. 82.215,29'. Société minière et industrielle du Tamega, société anonyme, établie à Bruxelles. — Exercices 1914 et 1915 réunis. — Hilan au 31 décembre 1915. — Créditeurs divers, fr. 68.861,66. Le Titan anversois, société anonyme, à Hemixem. — Bilan au 30 avril 1916. — Bénéfice de l'exercice actuel, fr. 1143,53. L'Aurore, société anonyme, à Saint-Gilles lez-Bruxelles. — Bilan et compte des profits et pertes arrêtés au 31 mai 1916. — Perte, fr. 7636,31. MEMENTO DE L'ACTIONNAIRE ASSEMBLEES ANNONCEES 23 août Forges et Usines du Nord, société anonyme, à Jeumont, à 15 heures, Grand'Place, 5, à Bruxelles. Société Internationale M. D. M., société anonyme à Anvers, à midi, rue des Paroissiens, à Bruxelles. 25 août Les Papeteries d'Ensivai et de Malmedy, société anonyme, à Ensival, à 11 h. 1/2, avenue de Tervue-ren, 2, à Etterbeek. Les Poudrières Belges, société anonyme, à 11 h. 1/2, au siège de la liquidation, 3, rue d'Arlon.à Bruxelles. Capsules Liégeoise, V. Francotte, May & Co, société anonyme, à 11 heures, au siège de la société, quai Orban, 26, à Liège. 26 août Société anonyme des Ateliers de Construction de l'Est, à 10 heures du matin, au siège social à Mar-chienne-au-PonVSociété en commandite par actions Lenssen & Co. à 2 heures de relevée, au siège de la société, 8, rue du Cyprès, à Bruxelles. Société anonyme La Céramique Moderne, à 12 h., au siège social, à Rebaix. A. E. G. — Union Electrique, société anonyme, à 11 heures, au siège social, 54, chaussée de Charleroi, à Saint-Gilles lez-Bruxelles. 27 août Société anonyme Distillerie et Vinaigrerie Jacquet, à Jumet, à 9 heures du matin, au siège social, à Gohyssart. 28 août Banque Nationale de Belgique, à 1 heure, en l'Hôtel de la Banque, rue du Bois-Sauvage, à Bruxelles. Société anonyme des Chaudronneries d'Ougrée, à 10 heures du matin, au siège social, à Sclessin. Compagnie Nationale du Littoral, société anonyme, à 4 heures, 8, rue des Palais, à Bruxelles. Etablissements Piron-Daurel, société anonyme à .lumet-Brulotte, à 4 heures, au siège social, chaussée de Bruxelles, 297, à Jumet. Les Nouvelles Sablières de Moll, société anonyme, à 3 heures, au bureau des Sablières, à Moll. Brasserie et Malterie de la Buissière, Société en commandite par actions J. Remy & Co, à 15 heures, au siège social. 29 août Les Raffineries Brabançonnes, anciennes Usines Henri Halkett & Co, société anonyme, à Molenbeek-Sainl-Jean, à 3 heures, à l'Hôtel de la Mutuelle des Syndicats réunis, 35, rue de Laeken. Société anonyme des Machines et Instruments Agricoles « Belgica », établie à Hérent, à 3 heures de relevée, en l'étude du notaire Delwart, rue du Commerce, 105, à Bruxelles. 30 août Grand Maison du Congo, société anonyme, à 5 h., au siège social, rue de la Croix-de-Fer, 125, Bruxelles. Belgian Electric Lighting Boards, société anonyme, à 10 heures du matin, au siège social, quai au Foin, 17, à Bruxelles. 1r septembre Société anonyme Belge des Mines d'Aljustrel (Portugal), à 3 heures de relevée, au siège social, 95, avenue des Arts, à Anvers. Manège sur la Fontaine, société anonyme, à 4 h. de relevée, au siège social, rue Lonhienne, 8, à Liège. 2 septembre Les Usines de Thisselt lez-Willebroeck, pour la Fabrication de Carreaux en Ciment et Pièces en Béton, société anonyme, à 11 heures, au siège social, à Thisselt lez-Willebroeck. 4 septembre Société anonyme des Ateliers Monard, à 11 heures, au siège social, à Marcinelle. 5 septembre Etablissements Scaldis, anciennement Jos. Van der Wielen, société anonyme, à 11 heures du matin, en l'étude de M0 Alphonse Cols, notaire, rue Guillaume Tell, 3, à Anvers. Société anonyme La Dinantaise, à 3 heures, à l'Hôtel Jules I-Ierman, place de Meuse, à Dinant. 10 septembre Brasserie de la Madeleine, société anonyme, à 10 heures, au siège social, à Jumet. 12 septembre Société anonyme des Mines de Plomb et de Pyrite d'Heure, à 11 h. du matin, en l'étude de M® Maurice Delvigne, notaire à Namur, 17, rue Godefroid. Usines de Thisselt lez Willebroeck pour la fabrication de carreaux en ciment et de pièces en béton Société Anonyme à Thisselt lez-Willebroeck constituée par acte passé devant Me Jos De Marré, notaire à Willebroeck et publié aux annexes du Moniteur belge le 20 janvier 1912 (acte 442). MM. les actionnaires sont convoqués en assemblée générale extraordinaire qui se tiendra au siège social à Thisselt lez-Willebroeck, le SAMEDI 2 SEPTEMBRE 1916, à 11 heures, afin de statuer sur l'ordre du jour suivant : 1° Communications diverses. 2° Modifications aux statuts. a) Augmentation du nombre d'Administrateurs de 3 à 7 membres (art. 12) ; b) nomination éventuelle de deux administrateurs ; c) augmentation du nombre de commissaires de 1 à 3 membres (art. 22) ; b) nomination éventuelle d'un commissaire ; e) fixation de l'assemblée générale au premier samedi du mois d'avril (art.. 26). Le Dépôt de titres devra se faire au siège social à Thisselt lez-Willebroeck ou chez Mr G. Berry, rue des 2 Eglises 10, Bruxelles, en se conformant à l'article 26 des statuts. Transports pour toute la Belgique de marchandises par service accéléré et à piix réduits snrpççpr ' 65, RUE SANDERUS, ANVERS. La maison s'occupe des formalités de sortie. 1

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Anvers du 1858 au 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes