La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

1823 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1916, 13 August. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Konsultiert 16 Juli 2024, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/028pc2vf9f/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Dimanche 13 Août 1918 a B C 0 JOURNAL QUOTIDIEN Le KTaxnéro : lO Centîxaea Année - N* 629 LA BELGIQUE PB IX DES ABONNEMENTS 2 mois (soûî, sapi.), fr. 4.60 [ I mois (août), fr. 2.30 tLcs demandes d'aSionmoment sont reçues EXCLUSIVEMENT aux guîchcis Ces lurcaux Je jicfctc. ADMINISTRATION ET RÉDUCTION &1* Montagno-PMx-Heehss-^otaffèrea, SFtTTXm:.USB BUREAUX i Dis 9 è 17 HEURES "K1X "Lil AHHUNOE!» ilos. MORESSÉE, Directeur r Pelâtes annonces ...... la ligne, 0.50 1 Réclame avant les annonces . . — 1.25 Corps du journal — 6.00 Faits divers —' 3.75 Nécrologie »-i 2-50 Coin do* Eleveurs •—• 1.00 «M-,-iwr»ariT--'r rî-TSWJ vxizm f!A Aujourd'hui : HUIT pages. LA GUERRE 74-V jour dis guerre L'ouragan de folie meuïiiraièrQ dC-chaâno depuis deux ans sur l'Europe sévit a\ec une violence croissante. Aux quat.e coins u.!u vieux continent mis à feu et a &aag9 les nation^ qui s'efforçaient, dans tjus les domaines, do pousser la civilisation à son plus haut de&ré, ne songent plus qu'à, poursuivre une œuvre de liaino et die mort. Les meilleurs élémen ts de leur popuiaû'jn s entrechoquent sur de vastes champs de bataille et s'entr' égorgent sans merci au cours uo combats atroces dont, le plus souvent, les conséquences sont peu inupcriontos et en tout cas hors do proportion avec le carnage qu'ils provoquent. C'est dans l Ouest surtout qu'éclate! aux yeux 1 inanité de cette interminable Jutie. Aux hécatombes entraînées depuis la, fin do février par les opérations cki véritable siège livre à V erdun par les Allemands, $3 s-ont ajoutas, depuis six semaines, les massacre? déchaînés par l'offensiive franco^DritanniViue en Picardie. Cette offensive dure exactement depuis quarante-trois jours, non comprise la semaine consacrée par les Alliés au bombardement de» posi ious de leur adversaire. Tout d'abord, die a valu aupe troupes anglaises et françaises des progrès assez rapides et d'e nature a faire croire que la guerre de manœuvres était sur le point de succéder à l'interminable guerre de trancîiées que £-'0 font, en Franco, les belligérants depuis octobre 1014. L'intervention do la cavalerie, officiellement annoncée par les dépêches de Londres et do Paris, ôtait bien faite pour renforcer cette opinion. Il a fallu bientôt en rabattre. Au lieu d'avoir à attaquer successivement des lignes moins bien fortifiées et plue mol lement défendues, les Alliés se sont trouvés devant do nouvelles positions tout aussi techniquement établies et énergiqueiiient tenues que les premières et, do la sorte, peut à petit, il leur a fallu on revenir à cette guerre dte tranchées . banale et monotone, si affreusement déprimante pour les trouy.es dont cl.e exige, .si elles veulent obteifir eb conserver le moindre avantage, des sacrifice épuisants et sans cesse renouvelés. Encore la signification de ces avantages est-elle le plus souvent très discutable. Qu'y aurait-ij en effet de changé si, par suite d'urne-nouvelle avance des Alliés ou d'un éventuel retour offensi»' des Allemands, la ligne de démarcation actuelle entre .les belligérants venait à être avancée ou reculée î Quelle déduc'ihwi pourrait-on tirer du fait qu'au lieu de voir citer fcurn&lesqéfit dans les dépCches les villages de Pozières, Barscnlin-, Longueval, Hem, Bolloy et tarées, on verrait apparaître dans la première hyipotlièse ceux de Courcele'tte, Martinpuich, Ginchy» voire môme les noms do Combles et de Péronne, ou dans la «seconde revenir les noms de Fri court, Mametz, Frise et Bec-quin^-ourt 1 Dans les deux cas, il s'avérerait que devant et derrière les nouveaux fronts délimités s'étendent sur une profondeur considérable d'autres positions que chacun dv^s adversaires c£$, prêt à défendre avec la môme opiniâtreté, et 'que les troupes belligérantes sont atteins, eu fim de compte, à un travail de Danaïdes... Voyez plutôt ce qui se pas&e dans la région de Verdun, autour de l'ouvrage fortifié de Thiaumont. Le 23 juin, ceb ouvrage a été enlevé parles Allemands. Depuis loi.-», il ne s'est pour ainsi dire pas passé de jour que les Français ne se s'^ent efforcés de le reprendre; à compulser leurs dépêches, ils ont à six reprises réussi à s'y r'i tst-1-ler et à six reprises en ont été rejetés. On ose à peine songer aux monceaux de cada/-vres qui se sont, durant cette période, entassés sur les ruines bouleversées de cet ouvrage si ardemment disputé. Et cependant, au nord' comme au sud de l'ouvrage de Thiaumont existent d'autres ouvrages et d'autres retranchements provisoires capables de barrer la route à chacun des partis. Il en résulte que la bataille pour la possession de ce fort à jamais et tristement célèbre, ne constitue et ne peut constituer qu'un des épisodes innombrables et) nullement décisifs de la lutte gigantesque qui se livre autour de Verdun. A tout prendre, il devient possible do soutenir que, dans bien des cas, 1 effort des belligérants ne vise plus un objectif stratégique nettement déterminé, mais qu'il ne cherche qu'à infliger à l'adversaire des pertes» capables- de provoquer son épuisement et de 1 amener à composé tioja; Dès lors, il est naturel que les esprits réfléchis ne soient plus éloignés de croire que l'Europe est engagée dans une gueito sans issue, qu'ils se demandent avec angoisse quand jaillira enfin la lueur qui permet tira d/ entrevoir, non pas une fin prochaine — co serait trop beau — mais seulement) une fin éventuelle et possible de cette affolante Bourse à l'abîme- Il est vrai que les esprits réfléchis sont devenus rares ! La passion exaltée et la haine implacable, réputées jadis mauvaises conseillères, sont trop souvent-, depuis août 1914, érigées eu vertus civiques sans lesquelles il n'est pas de par "triote digne de ce nom. Tel placide bourgeois, qui naguère „n'aurait pas fait de mal à ui>e mouche" et à qui la lecture du moindre ,,fait-divers" arrachait de* pleins, l:fc maintenant d'un ceil sec, dans son journal prt'f ié, la, narration des atrocités et des abominations sans nombre que la guene entraîne avec elle. Ou ne rôve plus que massacre et anéantissement. It y a deux mois il a suffi nue le Présidant Wilson fit mine de vouloir s interposer en faveur de li paix pour qu'aussi Bât divers journaux parisiens, connus il est vrai pour l'outrance de leruis opinions, -le rabrouassent sévèrement.P-ref, le nombr0 des pacifias '— nous •parlons de ceux qui ont la franchise do leur opinion — est si minime qu'on peut dire qu'ils ne comptent pas ; seul* ceux qui — comnnxlémonfc asvsis da.ns leur fauteuil cl n'ayant pas souci d'un époux ou d'un fils rismant tous les iours la mor. sur frr.nt •— sonfc partisans de la „guene au couteau'' ont chance de se faire écouter... * Ce n'ost pas seulement dans l'Ouesti que les ravages do la guerre dépassent les i>ré-visioitiî les plus pessimistes. Dans l'Esf, la lutte est encore autrement sanglante, est beaucoup plus meurtrière. Le caractère dès opérations s'y ressent du faut qu'en Russie la vio humaine n'a jamais eu la m&zne valeur que dans la plupart des autres nations européennes. Les méthodes militaires y sont en raison directe des autocratiques méthodes gouvernementales : visiblement, les chets de l'arm 'e russe n'ont nul souci d'épargner la vie de leurs soldats eîi ,,force. ».t' ■' les résultats à coups drhommes. Le sy stème leur a bien réussi pendant les; dix ou douze premiers jours de la grandie offensive qu'ils ont commencée le 4 juin. Ecrasant un eïfet les Autrichiens sous le nombre, ils ont ajouté ainsi une d'ilzaine de milliers de kilomètres cariés aux 11,000 qu, ils avaient toujours conservés eu Gali1-cie eft freo)nqui!s '^multanéra/jnrti à |peu près une m me étendue sur le» 280,01010 kilomètres carrés que leurs adlversoires, les Al'emands surtout, occupent sur leur territoire.Depuis lors, la lutte a chaugié de carac-t<Ve- Elle n'a plus enti-aîiné que de» rectifications du front austro^il'Xïmandl, déterminées sur le Stochod, en Volliynie et dan» le nordf-est de la Galicie, autant par des nécessités stratégiques que par la pression lie forces russes numériquement supérieures. En ce moment, la. ba-taifie cat reierenue arJerne et se concentre principalenient ea Volhynie, où l'effort des Kusse^ se heurte à une ré:ist'ince inébranlable, ainsi qu'en Galhcié dons le secteur de Zalocze et toute ta ïégion qui s* c tend des deiux cOt s d.a Diiiester «à l'ouest du Koropicc inférieur et de la ligne Tysmieni ea-Ottynia. Suriout dans ce dernier secteur, où ils viennent d'ocotiper Staniislau, il est manifoste que les Russes ont l'avantage du nombre.Toutefois, leurs progrès, dont nous avons Lier mesuré les principaux, sont devenus relative-ment plus lents et) restent plus localisés, da sorte qu'une certaine indécision subsisie a l'égard du plus ou moins de succès do 1- offensive russe. i * * * Dans le sud de l'Europe, une grande action qa développe sur Pisomuo. Dégagé des graves soucis que lui avaient créés, il y a trois mois, l'offensive entreprise par les Autrichiens entre l'Adig'o et la iBreatn, n'ayant con>ervé qu'un mince espoir, vu ,1e recul qui ea était résulté pour sa ligne de positions, d'envahir le Tyrol et d'atteindre Trente, l'état.-major italien a repris ses plans d'attaque sur l'Isonzo, qui visent à lui ouvrir In chemin de Trieste et où. s^s tentatives les plus résolues avaient été jusqu'ici tenues en échec. Cette fois, les assauts italiens dirigés contre les secteurs de Plava et de Gorz et contre le plateau de Dobe,rd!o ont abouti à un succès qu'avant-îiicr nous avons justement qualifié de notable. Gorz, en effet», est une ville de 25,000 habitants, dont l'occupation peut faciliter aux Italiens la préparation d'opérations ultérieures. Il faut retenir aussi que, par le faiti die son occui-paiion, le trafic du chemin de fer qui s;iit l'Isonzo jusqu'au nord do Gorz pour se diriger ensuite sur Tricste est coupé : il est vrai que la voie était déjà en plusieurs endroits tenue sous le feu des canons italiens et ne pouvait plus guère assurer un trafic régulier, filais, oonsidtrée on soi, la prisa de Gorz n'est ^*as un faib de guerre déci. sif, et la question est de savoir si Icô Italiens! parviendront à étendre vers l'e^t leurs progrès. * * * Dans les Balkans, c'est à peine si les ese-armouches signalées sur la |froutière gréco-buil^aro valent d'être signalées. L'at-t.ituide dereohef expecuante de la Roumanie est peut-être pour quelque chose dans> cette inactivité persistante de l'année alliée d!' Orient. Il y a quinze jours, nous avons ici môme, sur la foi de certains articles de journaux allemands, considéré qu'uue intervention de la- Roumanie aux côtési dèi l'Entente était entrée dans le domaine des possiijdl'it^s. La Roumanie a-t-clle estimé trop m.£locres les succès militaires obtenus depuis lors par les Russes! ? A-telle été impressionnée par les représentations diplomatiques très résolues des ambassa». deurs des puissances centrales- 'i Est-ce peut-être pour les dteux raisons à la fois $ Toujours est-il qu'aucun indice de aa proci'aaine intervention n'a plus été relevé. Au con>-traire, (tes indications récentes relatives à l'organisation et à l'exécution do certaines transactions commerciales que les ÎR)ou-mains ont conclues avec les puissances centrales, donnent à penser qu ils sonti plus que jamais décidés à ne s'engager dans le conflit européen que lorsque l'écrasement décisif de l'un de3 partis belligérants leirr permettra de Je faire sans risque ni péril. * * * Dans le Caucase, les éfvétaements militaires suivent une marche déconcertante. À la. suite de la récente contre-offensive russe, on avait vu les Turcs se replier jusqu'à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de la tigne Trôbizonde-Ensind^iani, et nous avions Supposé que d'autres nécessités militaires avaient décidé les Ottomans à rester sur la (Mensivq en Arménie. Q[r, on apprend' qu'ils viennent brusquement devancer leur aile droite vers le nord-est et que cette ma-BiœraivTe les a établis, au bout <ïe quelques jours, sur une ligne qui part du sud-ouest d'Ersindjan pour aboutir à l'efxtîrémité end1-ouest du lac de Van et sur laquelle ils ont occupé Musch et Bitlis. S'ils parviennent à faire de cette litrno une base d'opérations, leur situation d'ensemble dans le Caucase s'en trouvera notablement améliorée. En Perse, les Turcs continuent à dominer la situation. Ils y ont atteint Kengo-wer, d'où ils semblent vouloir se mettre en marche sur Hamadan^ 'En Mésopotamie, où règne une chaleur torride, l'inactivité dos belligérants persiste. Pour finir, il nous reste à# Signaler qu'en Egypte, l'attaque dirigée par les Turcs, à l'ouest d? Katia, contre les positions anglaises établies le long de la section nord du canal de Suez, n'a visiblement pas tourné à leur avantage, puisqu'ils ont dû finalement 6e replier v- ju'à l'ast rtA TCalio SUR MER 'Londres, 12 août : » " Lo „Daily Telegraph" annonce que les deux navires „Agenda" et ,,Prefercnce" ont sombré, apiès avoir été incendiés par le feu de l'ennemi# Londres, 12 août : Le schooner jjDemaris^ a été coulé. Londres», 12 août : Le voilier français ,uAnn<fttJe^L'arie,',Klo vapeur français ,,Henry-EliÊev, le vapeur „Robert'' €t le vapeur ,,St. Bprniardlo", de Griinsby, ont été- coulés. Les équipages! ont été sauvés. -, Amsterdam, 12, août : 1 Le vapeur danois „D'annevang?,,, allant cto Haparanda à Ilull avec une cargaison de bo'S équairis a été torpillé, d'avis Ja mer d'il ^orô:, par un sous-mo-rin. L'ét}.uipago a été sauvé. Berne, 12 août Le ,,Temps" mande de Toulouse que le vapeur espagnol „ Gfcnskogorta fMenndi" (3,0Gl tonnes), appartenant à kb Compagnie Solaqamar, de Bilbao, a été couilé, le 9 août, par un sous-marin austro-hongrois. L'équipage, composé de 24 hommes a été ramené à PortnYendres jpar déutx bar teaux de sauvetage. Le vapeur anglais ,,Baycraig,,, (?) a fL&-barque, à Ma-rseiKe, l'équipage du vapeur anglais ,.Impérial" (3,818 tonnes), récemment coule dans la Méditerranée. Lond'res, 12 août : Les ,, Central News" annonce que ,îo va^ peur ,,Ascara" est arrivé ù. Alger après avoir été attaqué par un' sous-marinj aliiev-mand^ qui a lancé 80 grenades contre lui. L'arrivée d'un croiseur-auxiliaire t'ranjçiais a» rais le sous-marin en fuite. Christiansand, 12 août : Le vapeur suédois ,,Enid", qui fait le service entre Christiansand et Hôgem*s, a recueilli l'équipage du vapeur „Ra.gnarok", de Bergen. Ce dernier navire était parti pour Rouen le 5 août au soir, chargé dé colis. Le 7 août, à La suite d'une q:cpiho-sion, il a coulé, en 2% minutes, -au miilieu de la mer du Nord. L'équipage avait ' été pris à bord d'un schooner suédois et transféré plus tard sur l'„Enid''. Comme 1 explosion s'e^t produite à î'ar-rière dm navire, le capitaine croit qu'elle n est pas due à une mine, mais ljden à unie machine infernale placée dans les soutes. Athènes, 12 août : Le wapeur ,,Eleu'ttheria", chargé de pétrole et ayant à bord 1,200 passagers, pour la plupart desi soldats démobilisés gi-eoa qui se rendaient de Salomque à Volo, a pris feu vis-à-vis det Skutlioas. Les machines ont fait explosion ; quarante personnes ont é13 tuées et beaucoup d'autre» blessées. Le (capitaine a réussi à renflouer le navire. DANS LES BALKANS Paris, 12 août : A la demanda du général Sarrail, on. lui a adjoint lo général Cordonnier, qui prendra spécialement- la diroîtion dea divisions françaises. Le général Sarrail oont-servera le cçmreandoment supérieur des foices des Alliés opérant cmie la région de Saloniquo. (Budapest, 12 août : On mande de iBucarost à „Azl Est" qu au dernier Conseil des ministres, lo gouvernement roumain s'est occupé d'une manière approfondie do la neutralité du pays. D'après les bruits qui courent^ le gouvernement hésita encore à faire une déclaration de neutralité. De l'avis du Conseil des ministres, la Eoumanio doit continuer à observer son attitude' expaotanie actueBe. Bucarest, 11 août : La Centrale roumaine (i'imiportations vient do conclure un nouveau contrat avec la Commission d'achat des puissajxceo centrales. Ce nouveau contrat, auquel les milieuK agricoles rouintains attachent une grande importance, est le troisième qui a ét': conclu depuis lo commencameat de la guerre. Les puissances centrale? ou# acqni? ainsi une grande partie do la rfcolt.i <3e cette anjiée, tant dos céréales que dte| légumi-neusds.Bucarest, 11 août : Un grand nombre d!e personnes, blessées lors de 1 explosion do la fabrique de poudre de Dudosti, sont mortes dos suites do leurs blctssures. Le nombre des morts a.tteint jusqu'à prrésèn.1 115; en outre, 130 blessés sont soignés d<uis les hôpitaux. L'enterrement de toutes les violâmes de la catastroplie a eu lieu samedi à 9 heures du matin au cimetière militaire, en jw'saice du Eoi et de la Reine. Bucarest, U août : Lo ^>-ndic de la -Boursi de cotte ville!, Filot:i, qui est l'auteur jjsriLuçijjal dés i&-tournementt gigantesques sommis au irr'.n-diee de l'administration des postes roumaines, est en fuite. Jusqu'à présent, on n'a pu découvrir sa piste. dépêches diverses IBerne, 12 août : Le „Bund" apprend que les pourparlers entre la Suisse et l'Allemagne seromt probablement repris la semaine ijroohainei à Berne. On anvisagera la question de l'échange do produits suisses indigènes oéà-tre des marchandises des puissbnecs centrales.^ » Berlin, 10 août : A propos di, profct de vente forcée do toutes les propriétés foncières allemandes situées dans les colonies anglaises du Ni;:er, lo «Borliner Lokal Anzeigar" apprcv.d de source autorisée que le gouvernement allé, mand a fait savoir récemment au gouvernement britannique qt.e si pareille mesure était teécutée, le palais bien connu de l'agent commercial anglais, sir Francis Oppenhci-mer, à Francfort-sur-le-Mein, serait imm - COMMUNIQUÉS OFFICIELS Ccmmuxiiqués des Puissances Centrales. Berlin, 12 août. — Officiel de ce midi : Théâtre de la guerre à l'Oucftt. Entre Thiepval et le bois des Foureaux, ainsi que prés de G'uillemont, d importantes torcciS anglaises ont passé à i'atûaque. Au nord d'Ovillers et près de Pozinros, elles ont été rejioussées par des corps à, oorps et par des contre-attaques. Au cordi db \BaKenn tm-loPetit et prés de Giuilleinont, les attaques ont échoué sous le feu de l'artillerie, de l'infanterie et des mitrailleuses. Entre Maurepas et la Somme,, une violenta attaque des Français s'est écroulée. Au norcûest do Hem, ils ont pénétré dans une petite partie de bois. Au sud de la Somme, une attaque partielle ennemie a échoué près de Barleux. A droite de la Meuse, pendtmù la nuit du 11 aoûtt, des attaques axéoutffes à l'aide de grenade à main au nord-ouest do l'ouvrage de Thiaumont et cie fortes attaques cVinfan-lerie dirigées hier soir sur l'ouvrage mêtoe ont été repoussées avec de fortes pertes pour le>s Français. Au sud de Leintrejy, une opération de patrouilles allemandes a réussi ; elles oa! fait des prisonniers. Théâtre de la guerre à l'(Es%. Front du feild-maréchal von Hindlcnbuit^ : Près de Dubczycze et sur le Struanin, à l'ouest du lac de Nobel eb au sud de Za-recze, des détachements russes ont attaqué en vain. Sur le Stoohod, à 1 est de Kovvei, au cours d'une courte attaque, nous avons fait prisonniers 170 Russes et ïious nous soniiues empares do plusieurs mitrailleuses. Des deux côtés dia Troscianiec, à l'ouiesU de Zalosce, de fortes attaques cnneimies ont été repoussées. Nos escadrilles d'avions ont trouvé ces derniers jours, sur le chemin do fer do Kowel-Sarny eh au nord de ce chemin de fer, de© objectifs importants constitués par do grands camps de troupes, qu'ils ont copieusement arrosés de leurs bombes. Au nord do Sokul, un avion russe a été descendu au cours d'un combat aérien. Front dlu lieutenant feld-maréchal archiduc Charles : Au sud de Zalocze, de violents combats continuaient encore au soir. Pour le reste, pas d'activité d!e l'infanterie au nord des Carpathes. Les mouvements de troupe» qui pnt commencé &3 poursuivent systématiquement. Dans les Carpathes, au sud de Zatie, au cours d& notre attaque qui progresse, nous avons fait prisonniers 700 hommes et nous nous sommes emparas de 3 mitraijlleusiee. Des deux côtés des hauteurs de lvapul, des troupes allemandes sont entrées en lice. Théâtre do la guerre dariS ks Balkarv?. Les faibles attaques partielle^ ennemies icnouveiées hijer' au sud du lac de Doiran, se soiit rapiflement éteinte^ 4>us le feu de notre arHilerie. * • * Vienne,. 12 août. — Officiel d'hier midi : ■Front russe.- Front des armées du Ueuteuant feldmaré-ohal archiduc Charles : Àu sud de Zabi'o, nos troupes opérant dans les Carpathes ont, do nouveau;, re-X)oussô de fortes attaques russes. Au nord-est do Stanislau et au sudi-ouest d'e Monas'terzyska, l'ennemi a renouvelci s:>s attaques avec des forces numériquement supérieures. Bien qu'ayant remporté" quelques avantages localisés, il a fini par c^re enrayé, h ia suite d'une lutte ardue. Nos forces combattant dans ce secteur sont en train daller occuper les positk>ns nouvelles qui leur ont été assignées en présence du nouveau groupement des forces ennemies.Les Russes ont occupé Delatyn) cit T^s-mienica. Sans combat, nous avons également évacué Stanislau. Front des armées du feidmaréthai\-géné-ral von llindenburg : Au sud-est do ZalcSze, les Russes, ayant attaqué en masse, ont été repoussas par nos contre,-attaques; ils ont essuyé un autre échec sanglant près do TrosoianieC. Près de KaiSovka, dans coude du Sto-chod, un détachement austro-hongrois a enlevé uno position avancée d'e l'ennemi. Sur le front des troupes commandées par le général Fath, l'adversaire ayant encore voulu passer le fleuve, ses tontatives) ont éè^ éèrasées par le feu de notre! artillerie. Front italien. Sur le front du territoire cTu littoral, lès Italiens oM i^nouvelé leurs efforts contre le secteur de «Plava. Ils ont également attaqué avec des forces considérables nos nouvelles positions sur les hauteur® à l'est de Gorz. Toutes ces attaqués ont été r-pous-«ées.Le même écîiec fut réservé à plusieurs attaques tentées par l'ennemi dans les Dolomites.Front du SudUEsfc, Escarmouches sur la Vojusa inf'rieure. "Partout ailleurs, rien d'important. Sur mer. Au cours de la nuit du 10 am 11 août, nos escadrilles d'hydroplanes ont renouvelé lour attaque contre Venise, bombardant intensivement l'arsenal, la gare, les ouvrages extérieurs et les forts détaché. En dépit d'une forte pluie d'orage nous avons pu constater d'une façon indiscutable (|ue l'attaque avait bien réussi et que des incendies avaient éclaté à l'arsenal oc dans 1rs installations de la gare- Uno lx>mbo a atteint en plein lo hangar à dirigeables de Campalto. En outre, les batteïies en position à Grado et près de 1 embouchure do l'Isonzo ont été efficacement bombardé os. En dépit du mauvais temps, qui nous gônaH beaucoup, en dôpifc aussi du feu violent ouvert par la défense spéciale do l'ennemi, tons nos avions sont reutr'g in-^mues. Coustai.tinople, 10 août. — Officiel dlu grand quartier général : Aucune nouvelle n'est parvenue du front qo l'Irak et du front persaci'. Sur lo front du Caucase, sur l'aile droite, nos troupes ont complètement! occupé les hauteurs situées au nord, à L'est et à l'ouest de Bitl'is. Au cours de la poursuite, elles ont été engagées avec les forces ennemies qui s'efforçaient de se maintenir dans le défilé àè Kaliowa. Une autre partie de nos troupes poursuit éner-gKluement l'enncnv, qui se retire ve<rs la rive occidentale du lac du' Van'. Au cours de la poursuite, nos détachements ont fait prisonniers vingt soldats ennemis an nordi de Musch. Des troupes ennemies défendant l'accès oriental du diefilé de tBuglam ont étté l'eïoulées dans la localité do Znaret', à l'est de ce dtfilé. Dans le seoteur d'Oluiott, la poursuite dé l'ennemi continue ; [)çar une atta/juc, celles do nos troupes qui opèrent dans la diivjclion de Ivighi ont repoussé vers lo nord l'ennemi qui tentait) de s'y maintenir. Le 27, juillet, nous avons occupé la localité de Kighi. Nous avons cornet S, au sud de Kighi, 80 morts ennemis», parmi lesquels deux capitaines. Au nord do Kighi, une do nos patrouilles, forte de huit hommes, a eu uno reucont: e avec uno patrouille e.uiemie forte de vingt hommes; ele a fnit prisonniers. Au centre et sur Parle droite, l'ennemi déploie une grande ac.iv.iité on vue do fortifier ses: positions. Par une attaque exécutée à 1 improviste avant-hier contre mie par Lie des positions ennemies, nous avons fait des piisonvien?-, nous avons pris du butin et nous avons chassé l'ennemi do cette position.- Uno contre-attaque russe a été repousséo; nous avons infligé dos pertes i\ l'ennemi. Sur lo front égyptien, pas d'événements à signaler. A en croire les prisonniers que nous avons faits au cours du combat livré près d'e Kalia, un régiment de cavalerie ennemie a «'té presque complètement exterminé. Tous les officiers ont été tuiés et trois canons d-'truits. Le 22 juillet', l'ennemi a perdu S avions tant au cours de combats aériens que par le foui de nos canons de défense. Dans les environs do Iluhammedieh et d'e Romani, notro escadrille aérienne a lancé avec succès plusieurs bombes de gfros et de moyen calibre sur un camp ennemi. Communiqués des armées alliées Parte, 11 aoûtî. — Officiel d!e 3 heures: Au nord de la Somme) notre artillerie a exécuté des tus de destruction efficaces sur les organisations ennemies. Au cours d'une opération de détail, nous avons fait des prisonniers et pris deux mitrailleuses dans un petit bois au nord-est d'ilardlecourt. Sur la rive gauche de la Mouso, r.ous avons - exécuté un coup do main sUr les tranchées ennemies à l'est do la côto 304 et ramené des prisonniers. Sun la rive droite, activité moyenne des deux artilleries. Escarmouches à la gro-nado au noixl-ouesd de l'ouvrage do Thiaumont.Canonnade intermittente sur le rcs'o du front. Aviation. — Dans la nuit du 9 au 10 août), nos escadlrilles ont 'bombardé les garos de Vouziers et) Bazancourt* » » * Paris, 11 août. — Ofticiel de 11 heures: Au nord de la Somme, l'après-midi a été marqué par une attaque brillamment, menée et complètement réussie de notro infanterie. Plusieurs tranchées ennemies ont éto» j)ris3s d'assaut par nos troupes, qui ont établi leur nouvelle ligne sur la croupe située au sud de Mauropas ot lo loi\£ do la route qui va de ce village à Hem. Un peu au nord du bois de Ilem, une carrière puissamment fortifiée par l'ennemi et douix petits bois sont tombés en not.ro pouvoir. Nous avons fait cent cinquante prisonniers valides ot pris dix mitrailleuses au cours do cette action. Au sud do la Somme, lutte intense des deux artilleries. Sur le front do Verdun, bombardement de nos premières et deuxièmes lignes de la région do Chattancour.t et diu secteur Thiaumont- F,ieury. Aucun événemenb important) à signaler sur le reste du trou t. * • 6 Londres, 10 août. — Officiel. La situation est inchangée. Noua aVons repoussé d'es détachements ennemis qui s'avançaient, au sud do Martinpuich. « * H» Rome, 10 août. — Officiel du grandi quartier général : Nos opérations flans les environs de Gorz continuent aveo succès. Les ponts ont été rétablis, et le passage de nos troupes sur la rive gauolio de l'Isonzo a été continué hier. La cavalerie et les cyclistes so sont avancés jusqu'à l'est "de la ville et ont éti accueillis par un violent feu vefaant des hauteurs environnantes et de la ligne d'e Vertogba. Nos vaillants escaefrons ont brilladnment chargé 1 ennemi à l'arme blanche s::r plusieurs points ; ils lui ont milité de fortes partes et ont fais quelques centaines do prisonniers. bXir le Karst, au cours d'une lutta violence et acharnée, nos vaillantes troupes ont pénétré dans des lignes ennemies, solidement fortifiées, établies au nord-»est du inonto San-Michelo et dans les environs de San-Marlino ; ellos ont occupé des petits bois. Dans les enxïroits où nous concentrons r.o3 prisonniers', nous avop.3 compté jusqu'à présent 2GS officiers et 12,072. hommes; d'autres prisonniers affluent encore. Cherchant vainement: à détourner notre atlantion ou à ralentir notre aotiviCé sur l'Isonzo inférieur, les Autrichiens ont tenté hier à l'improviste do violentes attaque9 ou bien ont dirigé de violents bombard'o-mento Sur différents points du re te du front. Pareilles opérations ont été exécutées sur le Tonale, dans les vallées de la •ludionrie, dans la, valK'e da Lagarina, sur le Pasubio, sur le monte . Çimono. dans la Nero). Partout nous avt\us maintenu solidement nos positions. « * » Pétrog'rad', 10 août. — Officiel de l'après, mid'i : Celles de nos troupes qui oui occupé la nvo droite du Koropteo ont donné do l extension à leur succès et se^sont ap!>ro-cines dur chemin de fer Mouasterzyska-Niz-niow, au confliieat de la Zlota-Lipa et eu Dniester. Dans la région de Tysmienica, nos vaillantes troupes poursuivent 1 ennemi, qi i se refre en désordre, et avancon'D vers lo nord et vers l'ouest; elles ont oècupié la rive occidentale de la BystrzycauNadwornianska. Nous avons occupé la gare do Chrypl iï* aitm'o à ô kilomètres au sud-ost do S't-v nislau, sur lo chemin de fer Nadvonia-Sia-nislau. L'ennemi a fait sauter tous !cvs ponts établis sur la rivière. Dans la régaon do Worochta, nos t:<>.i~ pes ont avancé de qr^elques ver tes s. :• !ea rivières Bialy-Ozoremosz et Zuczawa. + * * Pétrograd, 10 août- — Officiel du soir : A la rivière du Seretb, devant les villages do Nethpintsie et de Nossowoze, un violent combat sévit, f/js Allemands et les Autrichiens dirigent une série de conIre-attaques contre les l)ois que nous occupons devant ces villages. Jusqu'à présent, nous avons fait) prisonniers 20 officiels et 1,300 soldats. •Sur le chemin de for Monasterzislca-Niz^ niow, nos détaohoments ont légèrement progressé vers l'ouesti et ont atteint il Zlotar-Lipa à divers endroits. Us ont constaté - ne tous les ponts étaient détruits. Dépêches Diverses Vienne, 12 août : Lo. chancelier do l'Empire allemand» a été reçu en audience par l'ompexonr d'Aun triche. * * 4 'Berlin, 12 août : On mande du quarlier de la press-o au<-trichieane que d'importants tranapoits de trouves turques sont partis récemment p.o. r le front autrichien. Ils étaient composé® de solides hommes de 25 à 35 ans, originaires dies provinces asiatiques'. Nombre â'eatro eux ont déjà combattu sur le oanal do Suez ou devant Sa Ionique. « » * Péti-ograd, 11 août : Le commandant militaire de Pétrograd a ordonné que tous les sujets bulgiues., sans distinction d7âge ni do sexe, devront avoir quitté Pétrograd au plus tard le 23 août prochain. , ♦ * >:< Pétrograd:, 11 août : Le „Rusko':o Slovo'' annonce que lo ministre russe de l'intérieur a défendu à toute la presse russe d attaquer de nJimporto quelle façon le moine Raspoutine. ♦ Stoclcholm, 11 août : On mande de Pétrogïad! que la Société de l'Archange Saint-Michel, société monarchiste do l'extrême-droite}, qui, grâco à ses excellentes relations avec le gouverne-ment russe, constitue uno société politique très influente, réclame l'institution d'uiae commission se composant de savants et do politiciens, englobant des représentante de toute la droite jusqu'à l'aile droite des cadets, en vue de la préparation du mouvement en faveur do la paix. L'appel que la société a lancé à ce sujet est sigpé par un membre de La Douma, M. Pouirichiie-vitch, qui passe généralement pour l'homme do confiance du gouvernement ot qui a été plusieurs fois le porte-parole du gouvernement à la Douma. * * * La Ilayo, H aoûc : Le Vadcrlandscho Club a voté un ordre du Jour protestant contre l'attitude dm gour* vernemeni anglais à l'égard' des pêcheurs de harengs hollandais. * + * Amsterdam, 12 août : Les hommes do la classe die 1007 seront renvoyés en congé lo 1er octobre. * • * Londres, 12 août : A la Chambre des communes, lord Robert Cecil a déclaré, en réponee à a«c 'question, que le gouvernement allemand s'est informé sur lo point de sa,voir l'Angleterre serait disposée à faire l'échange de tous les citoyens allemands? et britanniques âgés de plus do 45 ans. Le gouvernement anglais s'est déclaré d'accord en principe, mais a posé certaines conditions, doi-.t la principale est quo les sn;ietsi britanniques internés en Allemagne devront être échangés contre un nombre égal de civils allemands prisonniers en Angleterre. ^ Paris, 12 août : D'après des informations rqjuieô dJo Londres, l'atiaquo faite le 1er août par des zeppelins a endommage à Woohvich le* dépôts de quinze sociétos de transport françaises.* * * Londres, 11 août : Le Congrès des syndicats ouvriers irlandais, réuni mardi à Sligo, a aiclopt'ï à Punanimité mie résolution empreinte d'un ,,profond mépris*' pour l'action àq M. Redmond', parce que celui-ci a accepta lo ILoino Rulo de M. Lloyd George sans avenir re u ctes ouvriers irlandais nxindat à cet effet. Cette résolution proteste ensuite contre la faiblesse du gouvernement et revend! p.o uus Irlande! libre et indépendante pour lies Irlandais.D'autre part, sir Mae Neill, membre du Sinn-Fein, qui avait ét<2 condamna à raison do sa participation à la rébellion et. qui avait été gracié, vient d'être élu président do la Ligue gaelîque, comme successeur du Dr Douglas Hyde. « * « Londres, 1.1 août : Le „Daily Càroniclo" annonce rçu'oni peu t. s'attendre avant peu à la démission rte lord Lansdo-wne. Ce départ ne serait pas d» i des molil's politiques et no '<3 trouverait aucunement en rapport avec lar question' irlandaise; il ne serait qna la eous<kiuence du mauvais était de snntié do

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume