La Belgique maritime et coloniale

580 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 01 Februar. La Belgique maritime et coloniale. Konsultiert 11 August 2022, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/q23qv3gg35/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

LA BELGIQUE MARITIME Prix : 25 centimes (35 centimes pour l'étranger) ET COLONIALE REVUE HEBDOMADAIRE (2°™ année) îger) N° 5. — Dimanche 1er février 1914 ABONNEMENTS : BELGIQUE : Un an . . . 12 francs ÉTRANGER : Un an . . . 18 » Comité de rédaction : Paul Musscke, directeur; H. Baels, secrétaire-adjoint du Conseil supérieur de la Marine; R. de Kercliove d'Exaerde, officier de Marine; Ch. Dezdttere, secrétaire de la Commission de pêche maritime de la Flandre occidentale, à Bruges; Eug. Gillon, ingén. des construction» navales; L. Hennebicq, président de la Ligue Maritime ; Ch. Hervy-Cousin, membre du Conseil, sup. de la Marine Ch. Maroy, secrétaire de la S. H. de la L.M. B. ; J. Rousseaux, C,. Smeesters, membre du Conseil sup. de la Marine, à Anvers ; L. Teugels-Devos, membre de la Commission interprovinciale des Canaux brabançons; Van Bladel, secrétaire de la L. M. B., R. Yauthier, conseiller colonial. Seerétaire-Administrateur : E. de BURBURE de WESEMBEEK. RÉDACTION-ADMINISTRATION 8, rue de la Tribune, BRUXELLES Téléphone : B. 1807 BUREAUX A ANVERS : 22, RUE DES RÉCOLLETS SOMMAIRE : Colonne s Les conclusions de la Conférence Maritime ' 145 La revision de notre droit maritime. . . 149 Nouvelles et informations 161 Les habitations ouvrières au port d'Anvers 170 Les révolutions maritimes 171 Bulletin commercial r72 Notes financières ! 176 Avis divers ' 178 Les conclusions de la Conférence Maritime Internationale Notre distingué collaborateur, M. Emile Cammaerts, nous adresse de Londres, l'intéressante étude que voici sur les conclusions de la Conférence maritime internationale.L'article de M. Camm,aerts complète et met au point celui que nous avons déjà publié dans le numéro' de dimanche sur la même question : Londres, 28 janvier. Nous avons, au cours d'un précèdent article 1, exposé le but et la raison d'être de la Conférence maritime internationale qui a siégé, durant deux mois, au palais Saint-James. Il nous reste à résumer brièvement aujourd'hui, au lendemain de la conclusion de ses travaux, les mesures qu'elle compte prendre et les propositions auxquelles ses délibérations ont abouti. Comme je crois déjà vous l'avoir dit, les 113 délégués de la conférence représentaient les Etats-Unis, les' Dominions britanniques, les grandes puissances de la triplioe et de la duplice, l'Espagne, la Belgique, le Danemark, la Hollande, la Suède, la Norvège et le Japon. Pour le moment donc, ces pays seront seuls liés par les décisions de la conférence, lorsqu'ils les auront ratifiées. Mais diverses mesures ont été prises pour faciliter l'en- 1 Voir notre numéro du 14 décembre 1913. 145 trée, dans ce concert maritime, de tout pays qui en témoignerait le désir. C'est surtout de la Grèce et de la Turquie qu'il s'agit. Suivant le plan élaboré en Angleterre avant leur réunion, et qu'ils s'empressèrent de ratifier, les délégués se divisèrent en cinq comités, envisageant chacun la question de la sécurité des passagers en mer à un point de vue différent : construction, appareils de sauvetage, télégraphie sans fil, sécurité générale de la navigation (police des mers) et application légale des décisions adoptées. A côté de ces comités siégeait un comité général, présidé par Lord Mersey, ayant pour mission d'examiner toute question échappant à la compétence des autres comités. Ces divers comités furent à même de présenter leurs rapports avant la Noël. Ceux-ci furent ensuite incorporés dans un projet général qui vient d'être adopté à l'unanimité, par tous les membres de la conférence. Pour nous rendre compte de la portée des décisions prises', nous ne pourrions mieux faire que de passer rapidement en revue les rapports des divers comités tels qu'ils sont résumés dans le discours que Lord Mersey prononça à la conclusion des débats de la conférence. Sécurité de La navigation. Ce comité, présidé par Sir Norman Hill, a décidé d'organiser, aux frais des nations intéressées et sous le contrôle des Etats-U.nis^ ce qu'il appelle une lice-]hatrf>l, une « police des glaces ». Les bateaux chargés de ce service reprendront l'œuvre commencée, durant la saison des glaces 1912-1913, sous l'initiative des Etats-Unis. Ils auront pour mission de déterminer la limite des glaces flottantes à l'est, au sud et à l'ouest, et de rester en contact avec ir les icebergs, de manière à pouvoir avertir de leur présence tout navire passant dans ces parages. Cette petite flottille devra poursuivre les observations entreprises, l'an dernier, par le gouvernement anglais concernant la 146 vitesse et la direction des courants dans l'ouest de l'Atlantique, et la manière dont ils affectent le mouvement des glaces. Elle sera également chargée de détruire toutes les épaves dangereuses rencontrées dans la zone soumise à ses observations. Pour faciliter les communications entre Yîce-pntwi et les navires qui entrent en rapport avec elle, le comité propose d'adopter un code spécial. Conformément à la conclusion des débats de l'enquête qui suivit la catastrophe du Titanic, les capitaines sont forcés de ralentir considérablement, la nuit, la marche de leurs bateaux, lorsque la présence des glaces leur est signalée, ou de modifier suffisamment leur parcours pour contourner la zone dangereuse. Ils doivent aussi, dans la mesure du possible, ne pas s'écarter des routes qui leur sont assignées par la convention intervenue _entre les compagnies de navigation. Ceci, afin de rendre la surveillance exercée par la « police des glaces » plus efficace. Sécurité de construction. Nous ne pouvons entrer ici dans les détails techniques que comporte ce chapitre. Nous renvoyons le lecteur que la chose intéresse au compte rendu du discours de Lord Mersey, publié dans tous les grands quotidiens de Londres (n° de 21 janvier), ou au rapport de la conférence qui sera publié dès le 15 février prochain. Qu'il me suffise d'indiquer que le comité, tout en recommandant expressément pour les nouveaux navires l'usage de certains dispositifs — relatifs à l'emploi des cloisons étanches, etc. — n'exige pas que les navires actuellement en service e,n soient munis. Pour les « anciens navires », chaque gouvernement est libre de stipuler les améliorations qu'il croit pouvoir réclamer.Le comité insiste sur ce fait que le problème de la sécurité absolue de construction étant insoluble, il importe de ne négliger, dans la direction du bateau le mieux conditionné, aucune des précautions que l'on prendrait avec un autre. « Aucun 147

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Belgique maritime et coloniale gehört zu der Kategorie Financieel-economische pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1905 bis 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume