La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique

699 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 01 April. La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique. Konsultiert 18 Juli 2024, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/cv4bn9z533/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Acceptons provisoiremènt les sacrifices qui nous sont imposés et attendons patiemment l'heure de la réparation. Le Bourgmestre, Adolphe MAX. _ Envers les-personnes qui dominent par la force militaire notre».pays, a\ uns les égards que commande l'intérêt général. Respectons les règlements qu'elles nous imposent aussi longtemps qu'ils ne portent atteinte ni a la liberté de nos consciences chrétiennes ni à notre Dignité Patriotique. M'r MERCIER. BULLETIN DE PROPAGANDE PATRIOTIQUE — RÉGULIÈREMENT IRRÉGULIER ne se soumettant a aucune censure adresse télégraphique i KOMANDANTUil- BRUXELLES bureaux et administration ne pouvant être un emplacement de tout repos, ils sont installés dans une cave automobile ANNONCES : Les affaires étant nulles sous la domination allemande, nous avons supprimé la page d'annonces et conseillons à nos clients de réserver leur argent pour des temps meilleurs. LA VOIX D'UN RELGE. M. Jules Destrée, membre de la Chambre, écrit à 1' «Avant», grand organe socialiste de Milan, l'article suivant : Frères, « J'accuse! J'accuse ceux d'Allemagne parmi lesquels nous avons cru trouver des frères. Je les accuse d'avoir manqué à leurs devoirs de socialistes, d'avoir trahi notre confiance, nos traditions et jusqu-'à l'âme même de l'Internationale. Je ne vous demande pas de les condamner avec moi. J'ai trop de respect des droits de la défense pour demander une condamnation sans discussion et sans contradiction. Mais je vous demande de m'écouter, d'examiner les preuves que je possède, les reproches que j'adresse; les accusés pourront répondre s'ils le désirent et l'opinion prolétarienne jugera. Il est possible que des informations ultérieures viennent modifier quelques points de détail de 111011 appréciation, mais je crois utile, dès à présent, de formuler mes reproches qui sont doubles. Les socialistes allemands, en votant les crédits de guerre, ont trahi leur passé antimilitariste. Ensuite, approuvant la violation de la neutralité de la Belgique, ils ont trahi la foi des traités et l'amitié qu'ils devaient avoir pour nous. Nous aussi, socialistes belges, nous avons voté les crédits de la guerre, mais dans des conditions toutes différentes. Nous autres, nous n'avons pas déclaré la guerre contre personne, nous n'avons jamais songé à opprimer personne. Nous nous sommes trouvés dans la nécessité de nous défendre, ce qui est un droit essentiel et un devoir sacré! Aucun homme de bon sens n'hésitera à faire la distinction fondamentale qui existe entre une guerre voulue, d'agression et de conquête et une guerre imposée de défense et de libération. Je n'ignore pas que mes camarades d'Allemagne croient se trouver dans l'impérieuse obligation de se défendre contre le Tsarisme. On peut néanmoins avoir une opinion différente sur ce point. Pour autant que je connaisse les documents diplomatiques, 011 peu! penser que l'agresseur a été la vieille Autriche, soutenue par l'Allemagne. A mon avis, c'est bien mal à propos que l'Allemagne veut se faire passer pour victime et crie à l'agression russe. Mais je reconnais volontiers que l'antagonisme germano-slave est antérieur aux événements et que les socialistes allemands ont pu croire que l'Allemagne était menacée par la Russie. Je suis également disposé à admettre que, forcé de choisir entre l'impérialisme allemand et le tsarisme, ils ont pu croire que le premier était le moins détestable. Comme on \ oit, je fais un effort loyal pour comprendre leur état d'âme el trouver des circonstances atténuantes à leurs torts. » .Mais, on ne peut imaginer aucune atténuation pour ce qui concerne la violation de la neutralité de la Belgique. Ici le crime manifeste est sans excuse. Non, je prétends que les socialistes allemands sont en quelque façon responsables de cette violation. Ils oui laissé faire sans élever de protestations ni formuler de réserves. » Dans un moment comme celui-ci, où l'on sait que l'on assume devant l'histoire la plus grande responsabilité, le silence est une complicité. Et leur silence est d'autant plus odieux que le Chancelier de l'empire lui-même, a reconnu que la violation de la neutralité de la Belgique était contraire au 'droit des gens. iNous aurions voulu qu'une voix se fût élevée pour souligner celte confession, pour proférer un blâme, pour exprimer un remord. Mais rien ! Quatorze députés socialisles, il est vrai, se sont prononcés contre les crédits à la réunion tenue par le groupe parlementaire. Mais qu'importe. La foi qui n'agit pas n'est pas une foi sincère. Les quatorze ont suivi les autres par discipline prussienne. Ils sont aussi eoupables que les autres dans leur tacite approbation. « Laisser faire, laisser passer » est le type du crime que nous avons reproché à la bourgeoisie en matière économique. t ne protestation socialiste en un tel moment était tellement naturelle, tellement conforme à la tradition de Bebel et du vieux Liebknecht, que le bruit a couru que Charles Liebknecht avait été fusillé pour avoir élevé une belle protestation. Mais cela n'était pas vrai. J'en suis heureux pour Liebknecht, mais j'en suis fâché pour le socialisme. Pour l'honneur de la doctrine, je préfère un Liebknecht fusillé pour avoir protesté contre la guerre à un Liebknecht vivant et honoré pour l'avoir approuvée. Pour leur justification, les socialistes allemands affirment qu'ils 11e pouvaient faire autrement et que pour sauver l'Allemagne, ils ont dû sacrifier les droits de la petite Belgique. Cette explication implique la reconnaissance de la faute que je leur reproche. Je ne saurais assez dire combien ils ont abandonné toutes les traditions révolutionnaires et socialistes. La thèse de la nécessité, de la raison d'état, 11'est-elle donc pas l'excuse de la tyrannie. 11 y a cent ans, ne l'avons-nous pas combattue sous tous les régimes, dans tous les pays? La faculté de violer un droit parce qu'il y a intérêt, n'est-ce donc pas la négation de tout l'idéalisme socialiste? Enfin, la faiblesse de celui dont le droit se trouve \iolé, est-ce donc une excuse à la violation de ce droit ? Au contraire, le socialisme 11e s'est-il pas toujours fait une gloire de proclamer que le droit des faibles et des petits devait être respecté de la même façon que le droit des grands. Et dans ce cas spécial, s'il était permis à l'empire allemand de considérer comme négligeables les droits du petit peuple belge, était-il permis aux socialistes allemands d'oublier les socialistes belges?... N'avons-nous pas toujours été considérés dans l'Internationale, comme 1111 des grands partis de la doctrine nouvelle? N'avons-nous pas le droit de NUMÉRO 11 AVRIL 1915 PRIX DU NI MERO — élastique, de zéro à l'infini (prière aux revendeurs de 11e pas dépasser cette limite)

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La libre Belgique: bulletin de propagande patriotique gehört zu der Kategorie Clandestiene pers, veröffentlicht in S.l. von 1915 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume