Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut

427 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1916, 01 April. Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut. Konsultiert 21 November 2019, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/5q4rj49j07/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Deuxième Année. N° 9. Avril 1916. PATRIE! Journal non censu é paraissant comme, ©ù et quand il peut Ils lurent barbares el menteurs comme toujours. » (< Jamais une femme ne m'a parlé sur ce ton », dit le Roi. « C'est, reprit-elle, que vous n'avez jamais parlé à une Liégeoise. » Les Bons Voi ins Parmi le< garantie- !ont I. Bethmanxx-Holhveg veut entourer la reconstitution de la Belgique figure celle de la protection de la Flandre contre l'influence française et la libre évolution du peuple flamand. Est-ce M. von Bissing qui lui a soufflé cela? Pense-t-il qu'à ce prix le.s Flamands deviendront les « bons \oisins » que l'Allemagne souhaite el qui pourraient aider au rapprochement que les assaillant- d'hier jugent indispensable ? Si Bcthmaim-Hollweg pense que ces doucereux appels à un peuple que ses soldats ont frappé et <pie son administration opprime auront quelque écho, il se trompe. I ne hirondelle ne fait pas le printemps, rappelait un jour le chancelier; quel ues traîtres flamingant- ne sont pas le peuple flamand et, bien qu'au témoignage de M. von Bissing les Belges soient des enfants mal élevés, ils connaissent le sort réservé par l'Allemagne aux Danois du Schleswig-Iiolstein, aux Polonais de la Prusse orientale, aux Français de Lorraine pour s'i■ aginer la condition qui serait faite aux Flamands sous la botte prussienne.Si quelques flamingants étaient tentés d'oublier l'histoire contemporaine et disposés à se laisser gagner par de fallacieuses promesses, il y a encore des juges... en Angleterre. M. Asquiih disait le 10 avril qu'on pouvait difficilement s'imaginer un cynisme plus éhonté que celui dont témoignait le dernier dis-cours du chancelier. Après avoir incendié nos églises, pillé nos villes, ruiné nos campagnes, l'Allemagne compte sur nous pour collaborer avec elle, « en bons voisins ». Non, mais je le répète, pour qui nous prend-elle ■ Le rire désarme, a-i-on dil, mais peut-on vraiment rire devant une naïveté aussi colossale doublée d'une impudence plus kolossale encore. Ah, les bandits ! j Les affaires sent les affaires Décidément, « neutre » rime avec « pleutre », quand on considère l'attitude de la Hollande. Pendant que l'Allemagne torpille ses vaisseaux, y compris le « Tubantia », puisqu'il est établi aujourd'hui par des techniciens que c'est une torpille Sçhwartzhopf qui l'a coulé, les Pays-Bas nommaient comme consul-général de Hollande à Berlin et en remplacement du freiherr von Briedlan-der, nommé membre de la Chambre des Seigneurs de Prusse, un capitaine de réserve de l'armée allemande ! Elle confie la représentation de ses intéi-êts au sujet d'une nation qui lui prodigue aujourd'hui des assurances mielleuses, mais qui l'avalerait demain si les Alliés étaient vaincus. Voilà la politique de M. Cort van der Linden. Non seulement il supporte toutes les humiliations du matamore teuion, mais il baise la main qui le frappe, heureux déjà qu'elle ne l'étrangle incontinent. Et nous n'avons pu lire, du moins dans les journaux qui nous parviennent, aucun commentaire désobligeant pour le gouvernement au sujet de cette honteuse nomination. Ce qui vexe davantage les Hollandais, c'est qu'on attente à leur porte-monnaie. Ainsi l'autre jour, deux dames néerlandaises revenant d'Allemagne furent délestées, à la station-frontière, d'une pièce d'or de 25 florins aux lieu et place de laquelle elles reçurent 42.50 Mark, le mark étant calculé au cours de 60 cents. A la station suivante,par suite de la différence du change, leurs mark ne valaient plus que 17 florins. Ces petite- vexations-là semblent mécontenter beaucoup plus les Hollandais que les grands principes qui se heurtent dans le conflit actuel, et si on les laissait, scandaleusement s'enrichir au détriment de l'un ou l'autre groupe de belligérants, peu leur importe que triomphe en Europe la liber-j té ou la tyrannie, eux auront fait leurs affaires. I! n'ont pa< changé depuis 1830 !!! C est un devoir pour tout patriote de faire circuler ce journal auprès du plus grand nombre possible de lecteurs.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Patrie!: journal non censuré paraissant comme, où et quand il peut gehört zu der Kategorie Clandestiene pers, veröffentlicht in S.l. von 1915 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume