Informations belges

177 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 19 Mars. Informations belges. Accès à 25 octobre 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/bn9x061k4q/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 638 19 Mars 1918 INFORMATIONS BELGES Observation Important© Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelle» de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou ae leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe Adresser les communication» de serrioa : 29, rne Jacques-Louer, IHAVRB (,Set ne-Inférieure ) frsucc Un « Livre gris congolais ». — Le ministère des Colonies prépare un Livre gris congolais sur la guerre dans l'Afrique orientale allemande. Le document établira que les Allemands, en Afrique comme en Belgique, ont fait fi de lenrs engagements et méconnu leur signature. Les Allemands à Tournai en août 1914. — Un évadé de Tournai (Hainaut) a fourni les renseignements suivants : "Le 24 août 1914, les Allemands entraient à Tournai. Ils arrêtèrent le Collège échevinal et la plupart des conseillers communaux et imposèrent à la ville, sous menace de bombardement et d'autres peines plus terribles encore, une contribution de guerre de 2 millions de francs, sous le fallacieux prétexte que des civils avaient pris part au combat. En réalité, Tournai avait été défendue par une brigade de territoriaux français. " Durant la nuit, les Allemands emmenèrent comme otages à Ath, le bourgmestre, les échevins Derick et Delrue, les conseillers communaux et l'évêque, Mgr Walravens. " Les autorités restées en ville s'occupèrent, dès le lendemain, de remédier à la situation difficile créée par le versement de tout le numéraire. La population entière avait apporté à l'Hôtel de Ville, dans l'après-midi du 24 août, toutes ses ressources en or, argent et billets. Le numéraire faisait absolument défaut. " Les représentants des banques, y compris celui de la Banque Nationale, décidèrent de créer, à concurrence d'une somme de 2 millions de francs, des bons garantis par un consortium de toutes les banques qu'ils représentaient. " Le collège provisoire décida de son côté qu'au moyen de bons, la ville de Tournai rembourserait immédiatement les prêts faits par les particuliers à la ville pour le remboursement de la contribution de guerre, ceci d'accord avec le consortium des banques, qui ouvrit à cette fin un compte à la ville. " Les otages revinrent de captivité le 29 et le 30 août. " (xx). — Gratitude luxembourgeoise envers la Belgique. — La section centrale de la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg a émis l'avis que la nomination d'un Conseiller de légation près du gouvernement belge au Havre s'impose d'autant plus, que le gouvernement belge peut rendre de grands services au Luxembourg. M. le député Bech a rappelé que l'histoire diplomatique du Grand-Duché prouve que c'est à l'énergie de la Belgique, en 1867 et 1870, que ce pays doit le maintien de son indépendance et de sa neutralité. (xx). — Une opinion norvégienne sur la question belge. — La Belgique est devenue un danger pour VAllemagne. — M. le professeur Chr. Col-lin signe, dans le n° du 3 mars 1918 du journal « Tidens Tegn », de Christiania, un article intitulé : « Le danger belge ». Ci-après, on en lira une traduction : « La Belgique est devenue un danger pour son puissant voisin de l'Est. On peut dire avec assurance que les Belges sont et doivent être, dans une certaine mesure, un peuple dangereux pour leurs oppresseurs. Un peuple qui accomplit, obstinément et au milieu des plus grandes souffrances, ce qui est juste, est dangereux pour le peuple qui commet des injustices. Ce petit peuple veut empêcher la conscience d'un grand peuple de vivre en repos. Sa parole, dès qu'elle sera libre, sera un danger pour les hommes qui ont asservi et torturé ce peuple. La seule pensée de ce que les fils et les filles de la Belgique, nés libres, pourront raconter au monde, lorsqu'ils échapperont à la violence des généraux et des sous-officiers allemands, est propre à rendre nerveux quantité de gens de toute catégorie sociale chez les Puissances centrales. « La grande Allemagne est sans défense sur un point vital vis-à-vis de la petite Belgique. Elle ne peut pas renier les voix les plus nobles de son propre passé. Que peut répondre un Allemand, homme ou femme épris de justice, lorsqu'un Belge lui rappelle ces simples mots de Kant : « Ce qui est le droit, doit être sacré pour les hommes. Toute politique doit fléchir le genou devant le droit ? » Ces paroles qui datent de la plus grande époque intellectuelle que le peuple allemand ait connue, se dressent en accusatrices contre les hommes d'Etat et les généraux allemands, et se joignent à d'autres voix venues du grand passé de l'Allemagne. Elles continueront à retentir comme des cloches, qui ne peuvent être refondues pour créer du matériel de guerre, aussi longtemps que le peuple allemand ne retournera pas à l'esprit élevé de ses pères, qu'il a abandonné. »

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes