Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

1030 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 06 Août. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Accès à 25 octobre 2021, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/862b854w70/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Jeudi 6 août 1914 5 centimes le numéro 58™ amiée - V 218 JOURNAL DE GAND ABONNEMENTS : BKWIQ01: 15 fr»** par an ; 7-50 «ti mol. 4 Inao t««r tn.fc note Pouf tétranger, le p. m j.j RÉDACTION & ADMINISTRATION : a RUE DE FLANDRE, S. GAND TÉLÊPHON E 665 ANNONCES» Toir le tarif au bas de la dernière page du journal. I Plus de Manifestations! Restons calmes ! Des excès regrettables ont été commis les I jours derniers : des bandes de tout jeunes I m» <">' parcouru le ville on chantant, — I L qui était toléré — et ont, saccagé des I établissements qu'ils supposaient tenus par I des Allemands — ce qui ne saurait l'être. Ces faits ne devraient pas se reproduire. On peut comprendre l'émotion de la foule I en présence de l'attaque aussi injuste qu'in-E croyable dont nous sommes victimes, en I présence de la violation de nos frontières I par ceux même qui avaient garanti notre I neutralité, et avaient insisté pour que le I Belgique prît toutes les précautions indis-I pensables pour maintenir et sauvegarder I l'intégrité de son territoire. Mais des représailles individuelles, des I actes de violences contre des particuliers ne ■ servent à rien. Craignons être iejustes à ■ notre tour ! Ils ne peuvent avoir pour résultat que I de rendre la situation plus difficile et ■ de compliquer la tâche des autorités qui I doivent, en ces moments angoissants, I répondre du maintien de l'ordre. Soyons calmes en présence du danger ■ imminent. Ne nous laissons aller à aucunes ■ violences ni entraîner à des actes reprô- ■ liensibles, Gardons notre sang-froid pour faire ■ face avec plus d'efficacité au danger exté-I rieur, qui compromet notre indépendance I et nos libertés publiques. Un arrêté du bourgmestre défend les I rassemblements et les cortèges. Que tous les bons citoyens se mettent ■ d'accord pour faire respecter cette défense, I et amener le maintien de l'ordre en notre ■ ville. Il est assez de préoccupations qui s'impo-I sent à nous présentement. Sachons conser-I ver intactes nos activités et nos énergies I pour faire face aux périls qui nous mena- ■ cent, et réservons ce que nous avons de t meilleur en nous pour apporter une aide I efficace et indispensable à ceux qui préparent les œuvres d'assistance, et s'efforcent à d'organiser ce qui sera indispensable de- II main pour le soutien des faibles, des aban- ■ donnés,.des blessés, de toutes les victimes ■ directes et indirectes de la guerre odieuse ! De calme donc, et du sang-froid! Ayons tous la préoccupation unique de R servir la Patrie, chacun dans la mesure de I ses forces et ses moyens ; ne nous laissons I pas entraîner par nos passions; mais à I l'heurè du péril, sachons faire face au ■ danger avec cette ardeur, mais aussi avec ■ ce calme, cette liberté d'esprit qui sont le ■ caractéristique des âmes bien trempées, et ■ qui nous permettront de nous rendre vrai- ■ ment utiles à nos concitoyens et à la dé- ■ fense de la Patrie. I — "F--\ LA GUERRE Le Plan allemand Les dernières explioations du ministre prussien Avant de quitter Bruxelles, le ministre ■ prussien voulant expliquer l'attitude de ■ son pays, a déclaré que l'état-major alle- ■ mand avait refait vingt fois le plan de ■ guerre et que, vingt fois, il avait dû recon- ■ naître que le seul moyen d'atteindre les ■ Français, était de passor par la Belgique, ■ — l'Allemagne, avant de s'attaquer à l'ogre ■ russe, voulant exterminer les forces fran- ■ çaises. I L'état-major anglais à Bruxelles. Du Peuple : L'Etat-major anglais vient ■ d'arriver à Bruxelles. Il est descendu à la ■ gare du quartier Léopold. I Des trains bondés de soldats anglais sont H passés à la gare Rogier. Les Anglais à Ostende. I Un matériel de chemin de fer important ■ aéléenvoyé, mardi, de divers point du pays H à Ùstende. B II y a de nombreux wagons pour le transport des voyageurs, des chevaux et des bagages. Onptévoit le débarquement de l'avant-garde du corps expéditionnaire anglais, j venant au secours de la Belgique, et dont le [commandement sorait confié au général I French. Les Anglais débarquent. Les régiments anglais d'Ecosse aurait débarqué mercredi sur un point de notre littoral.Les Troupes françaises entrent en Belgique Les troupes françaises sont entrées en Belgique par plusieurs voies. On comprendra que nous ne donnions Pas de renseignements sur les mouvements des troupes. Leurs forces sont imposantes. Dès maintenant, les états-majors belge français et anglais coopèrent. La France a marché vite. Son premier corps d'armée, dont le siègo du commandement est à Lille, est entré en Belgique, Mardi après-midi. A 6 heures du soir, les troupes françaises étaient aux portes de Tournai. Le 1er corps français compte un effectif °e 80,000 hommes. Ou annonce que tout le matériel des che mins de fer de l'Etat belge est immobilisé Des traius de troupes françaises son signalés à Tournai se dirigeant sur Char leroi. Les blessés allemands à Bruxelle Mercredi, 8 h. soir. Un train spécial a ramené à Bruxelles Nord 800 blessés allemands. Les pertes essuyées par le 7e corps prus sien seraient très importantes. Un socialiste aérostier militaire Noire confrère Louis de Brouckero, di Peuple, est parti hier après-midi en qualit d'aérostier pour la position d'Anvers. Conduit cruelle des Allemands à Visé. Les Allemands se sont conduits d'une fa çon incroyable à Visé. Ils ont fusillé beau coup de civils. Après avoir fait évacuer 1: ville, ils ont mis le feu. Ce sac est dû à la fureur des Allemand: d'avoir été rojetés du côté de la Hollande Exploit d'un soldat du 14e de l'gne Un soldat du 14e do ligne s'est jeté seu dans les rangs des ennemis qui poursui vaient ses camarades. Après avoir tué : coups de crosse quatre Allemands, il es revenu triomphant parmi ses camarades. Le nom de ce héros est Demolin. A Bysden Eysden, 5 août. — L'ambulance d'Eys den est comble. Le bruit court que les Aile mands, occupés à construire uu pont i Visé, ont subi de grosses pertes. Un aviateur tué Uu aviateur allemand survolait les trou pes belges. Celles-ci ont immédiatemen tiré sur l'aéroplane, qui a été atteint L'aviateur est tombé et s'est tué. L'envahissement du sol belge par les troupes allemandes. Bruxelles, 5 août. — L'attaque des Al iamands se dessina ce matin sur Barchou La cavallerie allemande évolue au Non de Liège, alors que l'infanterie allemandi essaie de passer la Meuse, mais elle es gênée par le feu des forts. Dans le Luxembourg belge Les Allemands font des reconnaissance en automobiles sur les routes du Luxeni bourg b^lge et des aéroplanes survolent li pays. Duel d'avions belges et allemands au-dessus de Liège. Constamment, des aéroplanes passen dans le ciel de Liège. On reconuaît les allé mands à leur forme spéciale. Des autres son montés par nos vaillants aviateurs. Leui escadrille est à Ans. Elle se compose de: lieutenantsMassaux, Haegemanset Legros qui pilotent des biplans Farman, avet respectivement comme passagers les lieu tenants Daumery, Galley et Notterman. Le sergent Crombez pilote un monoplat Deperdussin. Un aviateur allemand a été tué, par h tir du fort d'Embourg. Atteint par les projectiles d'un shrapnel, le « Taube » i piqué du nez sur le sol. On a vu, peu après, une automobile dans laquelle uu geudarmt transportait la dépouille de l'Allemand. Un duel aérien a eu lieu entre les ligne: des forts do Barchon et d'Evegnée. On vi au loin deux monoplans se poursuivre oi tenter chacun de prendre de la hauteur, ils arrivèrent ainsi à évoluer presque au-des^ sus l'un de l'autre, en virant en cercle: étroits. Soudain, on aperçut une chose blaneh< qui se développait entro eux; on suppost que c'était la fumée d'une grenade. Aucui des appareils ne tomba et leurs vols si perdirent. Les espions à, Anvers. Un détail indiquant l'intensité de l'espion nage à Anvers : mardi après-midi, ei moins d'une demi-heure, dix-sept automo biles remplies d'espions allemands son entrées à la prison! Parmi ceux-ci se trouvait le directeu d'un magasin qui aurait été surpris par uni sentinelle au moment où il s'approchai d'une voie ferrée. La sentinelle lui aurai cassé la jambe d'uu coup do crosse. Il paraît qu'un des membres, influents di la colonie allemande avait obtenu licenci d'établirun bain dans lesfossés de Capellen Plus d'express. Un télégramme d'F.tat annonce que li service de la correspondance privée pa express est suspendu jusqu'à nouvel avis Autour de Visé. On se bat toujours. D'Amsterdam, le 5. —- On mande di Mae8tricht que le combat à là frontièn belge continue. Ou entend distinctemen le canon. Le fou est visible du haut di beffroi. Dans la matinée, des aéroplane: et un dirigables ont survolé Maestricht Des masses de chevaux allemands sellé sont entrés en galopant en ville, la nuit. Il ont été capturés. Cinq milles nationaux allemands en fuit: oût passé ici et ont été embarqués la nui dans un train à Aix-la-Chapelle. L'ambu lance u'Eysden est comble. Le bruit cour que les Allemands occupés à construire ui pont sur la Meuse à Visé ont subi d grosses pertes. Le Roi Le Roi est parti à midi en automobil pour rejoindre l'armée. Il est accompagn de son cabinet militaire : général Jung bluth, général Hanoteau, commandan G-allet. Le Gouvernement Le gouvernement est parti pour Auvers t avec les archives. Le trésor est en sûreté. Arrivage de 80,000 sacs de farine à. Anvers, i Le transatlantique « Finland », de la Red Star Line, vient d'arriver à Auvers, . ayant à son bord quatre-vingt mille sacs de fariuo. Les pertes. Au ministère de la guerre on dit que nos pertes sont minimes et que celles de l'en-, nemi sont réellement considérables. '< La résistance des Belges stupéfie lés Allemands Nos troupes ont fait prisonnier sur la rive droite de la Meuse, au cours d'un engagement de cavalerie et de cyclistes, le capitaine allemand Forstner. Celui-ci a déclaré 1 qu'on ne s'attendait pas, parmi les troupes allemandes, à la résistance énergique des * Belges et aux mesures extraordinaires de ' destruction prises par ceux-ci. Les ponts de chemin de fer, les tuunels 1 et beaucoup de travaux d'art ont été dé-. truits, en effet, de sorte que les Allemands i ne peuvent actuellement employer contre t Liège de l'artillerie de siège sans de grandes pertes de temps. L'usage du chemin de fer leur est interdit. En outre, le pays oû marche l'ennemi a été vidé de tous les vivres. Les Allemands ' ne peuvent guère opérer encore de réquisitions du bouches importantes. i Un succès belge. L'artillerie détruit un pont construit par les Allemands, t Hier matin, les Allemands avaient remonté vers le nord, a proximité du gué de Lixhe, sur territoire belge, mais à l'extrême froutière. ils se mirent silencieusement à construire un pont sur la Meuse. Les nôtres veillaient, mais ou les laissa . faire. Quand le pont fut aohevé aux trois quarts, notre artillerie se mit à tirer ot en | quelques coups bien appliqués détruisit com- > plèteinent l'œuvre des Allemands, qui, sur-t pris par cette attaque inattendue, s'étaient précipitamment retirés. Héroïque charge de dos lanciers. 5 Uq escadron du deuxième lanciers a chargé plusieurs escadrons allemands. Les , cavaliers allemands ont fui dans ,1e plus grand désarroi. La Gar-le civique descend un aéro plane a lemand. — Oloq tués. La garde civique avait fait feu sur un aéroplane allemand; l'appareil est tombé à Hombourg (Aubol), Il contenait six AUe-^ mands. Cinq des aviateurs sont tués; le sixième est blessé et prisonnier. La lutte à Liège mercredi. 5 heures 20. La lutte à Liège a été acharnée. La situation est pour nous très bonne. Nous avons repoussé victorieusement tou-, tes les attaques des Allemands. Les ennemis qui ont pu dépasser les intervalles ont été répoussés par une contre-attaque héroïque d'une de nos brigades { mixtes. Cette brigade s'est couverte de gloire.' Les nombreux Allemands qui tentaient de franchir les intervalles ont été massa-' crés. Les Allemands expulsés de Liège. Quatre mille Allemands, hommes, femmes et enfants ont été expulsés de Liège. , Le spectacle était lamentable, mais la mesure était nécessaire à tous points de , vue. Autour de Liège. L"s troupes allemandes autour de Liège sont actuellement fortes de deux corps, soit de 80,000 hommes environ. Ces deux corps forment plusieurs colonnes sur les routes 1 qui mènent vers Liège et au sud de la " position. ' En outre deux autres corps suivent. Journez et Bologne creusent des t tranchées. t Mardi, vers 5 heures du soir, on put voir le député progressiste Journez et Joseph > Bologne, député de Namur, circuler en auto ' dans les rues de l'ardente et vaillante cité liégeoise. De temps h autre ilss'arrètaient et haranguaient la foule qui ne tarda pas à s'amas-! ser autour d'eux. Vous n'avez pas de fusils, "mes amis, disaient-ils, mais quand même • vous pouvez coopérer à la defense dé la ville. Venez avec nous à la Populaire. Vous y trouverez des pelles et des pioches. Tous ensemble nous irops eu avant des forts et nous y creuserons des tranchées. Ainsi dit, ainsi fait et plusieurs centaines de Liégeois s'en furent en avant de Fléron creuser des tranchées avec Journe? et Bologne qui maniaient la pioche avec ardeur. Liège tient bon Nos troupes repoussent l'attaque du VIIe corps prussien Les Allemands ont attaqué hier, mercredi matin, la position fortifiée de Liège avec grande v iolence. Mais nos troupes leur ont opposé une résistance acharnée. Une contre-attaque des Belges, développée avec le plus magnifique héroïsme, a eu 3 pour effet de refouler les assaillants; â Voici la dépêche, de source officielle, qui - nous apporte cette heureuse nouvelle : t Le Vile corps de l'armée allemande, qui comprend 40,000 hommes, a attaqué mer credi matin la position de Liège entre la Vesdre et la Meuse. Notre armée de campagne s'est portée à sa rencontre, a résisté à l'effort des Prussiens, puis a mené une contre-sttaque, qui fut couronnée de succès. Les Allemands durent lâcher pied Les nôtres commencèrent alors la poursuite, rejetant les Allemands vers le Nord. Vers cinq heures, plus un seul soldat allemand n'était visible. Nos braves soldats ont fait des prodiges de bravoure. ï Un seul escadron do lanciers a complètement détruit six escadrons de uhlans. Les Allemands ont subi de très grandes pertes.Plus de huit cents des leurs, blessés, ont été relevés par nos services d'ambulance.Nouveaux détails. Mercredi, à 9 heures et demie du soir, on annonce que le général Léman a remporté un succès complet à Liège. Pas une seule attaque allemande n'a réussi. Nos troupes n'ont pas fait une guerre de forteresse, mais elles ont manœuvré et fait, par conséquent, une véritable bataille de campagne.Les troupes belges ont donné avec une extraordinaire etdurance, étant donné qu'elles combattaient sur un front très étendu et qu'elles étaient attaquées énergi-quement partout. Le VIIe corps allemand a fait une attaque dans l'intervalle Vesdre-Meuse. Quarante nilleAUemands étaient engagés contre une division belge de vingt-cinq mille hommes. L'attaque a été repoussée, et la contre-attaque belge a remporté un succès complet. Le VIIe corps est en retraite, et une partie aurait passé en territoire hollandais. Les troupës belges seraient arrêtées à la ligne frontière. Les Belges ont ramassé 800 blessés dans les lignes allemandes. On croit que le second corps allemand, le X", fera une attaque de nuit. NOS RÉGIMENTS D'après les bruits qui courent, le 2' et le 22e régiment de ligne auraient été engagés cette nuit dans une rencontre avec l'ennemi. Les détails manquent. Kitohener ministre de la guerre d'Angleterre Le « Daily Telegraph » dit qu'il est fort probable que le comte Kitchener sera nommé ministre do la guerre. Un grand combat raval a eu lieu, écrit mardi soir le Star de Londres, eu vue des côtes de l'Ecosse septentrionale, Les blessés ont été débarqués à Comorty. Les détails manquent, La flotte anglaise. La flotte anglaise a mis le cap sur les ports allemands delà mer du Nord. Les Allemands s'emparent de Kibarty. Koenigsberg, 5 août. — Les troupes allemandes ont pris Kibarty. Les Russes se sont retirés vers l'Est, abandonnant leurs prisonniers. Les pertes allemandes sont peu importantes Les Busses cir Ilsquent l'argent allemand. Berlin, 5 août.— Les grandes banques d'ici, installées en Russi". ont vu leur avoir confisqué comme propriété de l'ennemi Révolte d'un régiment autrichien Paris, mardi, 4 août. 7 h. 5 matin. — Le correspondant du " Herald >. à Rome apprend qu'une mutinerie a éclaté en Bosnie, dans un régiment de Tchèques. Un régiment hongrois anéanti On annonce qu'un régiment hongrois a été anéanti en Serbie par l'explosion d'une mine. L'offensive serbe contre les autrichiens On mande de Rome au « Journal » : Une dépêche de Nisch au « Messagero » assure que les Serbes prennent l'offensive contre les Autrichiens. Combat sur la Driaa Uno dépêche de Vienne à Eîçcelsior » annonce que de sérieux combats sont engagés sur la Drina. La neutralité turque. Constantinople, 4 août. — Le gouvernement annonce que la Turquie observera la neutralité. Le parlement s'est ajourné jusqu'en novembre.La Roumanie reste neutre Bucarest, 4 août. — Dans une éditio11 spéciale, les journaux annoncent que le conseil de la Couronne s'est réuni et a décrété la neutralité de la Roumanie. Neutralité des Etats-Unis Washington, 4. — Le Président Wilson a lancé une proclamation concernant la neutralité des Etats Unis. Remaniement du ministère anglais. Londres, 5 août. — Chambre des communes. •— M. Asquith annonce que les ministres Morley et Burns ont démissionné Lord Beauchamp remplace M. Morley et M. Runciman remplace M. Burns. M. Asquith proposera demain le vote d'un crédit de 100 millions de livres sterling. CHRONIQUE LOCALE L'effervescence constatée à la suite de la déclaration de guerre de l'Allemagne semble s'apaiser. L'annonce du débarquement des soldats anglais et de la marche rapide des colonnes des troupes françaises ont inspiré confiance à notre population, elle ne craint plus de voir notre vaillante armée écrasée sous le nombre. Il y a bien encore une certaino nervosité mais elle n'est plus comparable à celle des jours précédents. Les excès commis par une bande de voyous et de pillards, auxquels s'étaient associés quelques inconscients trop jeunes pour apprécier l'absurdité de leurs manifestations ont prouvé que dans les circonstances actuelles il faut du calme si l'on ne veut ouvrir la porte aux plus graves abus. Le parquet est d'ailleurs décidé à sévir avec la dernière rigueur. Hier après-midi treize individus ont été arrêtés au moment où ils commettaient des déprédations et s'emparaient de divers objets. Les magasins des armuriers ont été fermés Dès mardi les armes et les munitions pouvant servir à la troupe, avaient éié réquisitionnées. Partout ont été collées des affiches officielles; appel au calme, fermeture obligatoire des cafés et cabarets à 10 h. du soir, avertissements du bourgmestre etc. Les comités du Croix rouge, de l'Association gantoise pour les recours aux soldats blessés, les propriétaires de cliniques et de dispensaires, d'hôpitaux privés, rivalisent de zèle pour l'organisation de lazarets. A l'hôtel de ville, au voisinage d'établissement appartenant à des Allemands, ont été placés des postes de garde-civiques. Néanmoins le mouvement est moins considérable en ville sauf toujours aux environs de nos deux grandes gares. Les bourgmestres deLedeberg et deMont-St-Amand, ont fait placarder des proclamations annonçant l'arrivée des troupes anglaises; ils recommandent à la population de bien recevoir ces auxiliaires. Le directeur du Wintergarten a mis son superbe local à la disposition de la croix rouge, le drapeau de celle-ci flotte à la façade du bâtiment. Le bureau de la plaine St-Pierre est littéralement assailli de personnes désireuses de s'enrôler dans l'armée. Plusieurs élèves-médecins, en troisième année d'études, offrent leurs services pour accompagner les troupes et se rendre aux avant-postes Ce midi ils regrettaient ne pas encore avoir obtenu l'engagement désiré, faute de savoir à qui ils devaient s'adresser à cet effet. Un comité central pour l'octroi de secours aux ménages frappés par la guerre, a été constitué à l'hôtel de ville, sous la présidence de M. l'échevin Heynderyckx. Les décisions du comité composé des troife groupes du Conseil communal seront publiées par la voie des journaux. Les dons seront reçus au secrétariat général du comité, à l'hôtel de ville, 1er bureau. Les concerts du Casino sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Le magasin de tabacs de Sohreiner, avenue tAlhert, a été complètement mis à sacs, hier. La police n'était pas en nombre. La garrle civique a fait évacuer les locaux. De nombreuses arrestations ont été faites. Ménagères, ouvrez l'œil ! des épiciers peu scrupuleux vous donnent des paquets rouges quelconques pour la véritable chicorée des Trappistes Vmcart. Ne vous laissez pas faire ! E Les Boy-Pcouts de la 1™ troupe de Gand seront mis à la disposition des autorités pour le service de renseignements et d'estafettes en ville. Les jeunes gens qui désireraient, encore faire partie de la troupe et adhérer au scoutisme dans un but patriotique, sont priés de se faire inscrire, au pins tard, demain jeudi avant 10 heures, chez le scoutmaster M. F. De Bliqui, 4 rue des Capucins. Le secrétaire, Le scoutmaster, R. Feyerick. F. De Bliqui. Le Comité : Le président d'honneur, Le président, F. Feyerick. F. J. Braun. Les membres : Em. Suppes, J. Voortman, M. Franck. En prése* 09 des événements le Wintergarten à fermé. L'établissement sera rouvert aussitôt le paix rétablie. Le coDseil civique de révision se réunira le jeudi 6 courant, à 10 heures du matin et à 3 heures de l'après-midi, au local de la Bourse du Commerce, à la Place d'Armes, pour y recevoir les engagements de volontaires pour la révision de la garde civique. Ceux qui se présenteront voudront bien, en vue de la rapidité des opérations, se munir d'une pièce quelconque, même dressée par eux-mêmes, portant leurs i>om, prénoms, lieu et, date de naissance, ainsi que leur adresse actuelle exacte. Messieurs les memhres effectifs et suppléants du conseil voudront bien considérer la présente comme servant de convocation des dites séances. Le Président, (S) L. Grenif.r. Maison Van Thorenburg. — (Voir 4"" page). Nos Chasseurs Éclaireurs. — Les chasseurs éclaireurs de la premièreVompa-gnie nous prient oé faire savoir à leurs familles qu'ils sont tous en bonne santé. I Le Oliocolitt Hardy, Vervlnrs, est «Xcnllflïlt 'H r,nmr»Jir«7, Avis. — Les relations postales entro la Belgique et l'Allemagne sont complètement suspendues. TOMATE CIRIO Nederlaud. — De Militieplichtigeu der Uchtingen 1914 en 1915 worden gelast zicli onmiddelijk in Nederland onder de wapenen te komen stellen zelfs zonder loting. (De Consul der Nederlanden te Gent). BANQUE DE FLANDRE Société Anonyme 33, Place d'Armes CAPITAL Fr. 6.000 000. RÉSERVES Fr. 0.000.000 COMPTES CHÈQUES (à vue) 3 %. COMPTES A (avec préavis de 15 jours) 3,25 »/„. COMPTES DE QUINZAINE pour la période en cours 3,00 "U Toutes opérations de banque. Location de Coffres-Forts Personnes malhonnêtes à, signaler au parquet. — On signale que des individus répandent le bruit que les billets de banque.n'ont plus leur valeur entière et cherchent à se les procurer en dessous de la valeur. Eu outre de3 commerçants tentent par des moyens frauduleux de provoquer la hausse des denrées alimentaires. Il importe que ces faits soient signalés au parquet et que les coupaDles soient dénoncés sans retard. OU 15 GEND (en face de la g-are du Sud), brasserie-concert-cinéma. Tous les jours, spectacle à partir de 3 heures. Distributions des prix. - Hier après-midi a eu lieu, au Palais ries Fêtes, la distribution de prix aux élèves de l'Ecole Wagner, rue de la Confrérie. Les prix généraux suivant ont été décernés : Section moyenne. — 3me année d'études. Prix d'honneur : Hélène, De Cock; 1rs prix généraux ; Irène Moulinas, Aima Van Peeren. 2e année d'étudns. 1rs prix générauK : Ivonne Eyckens, Maria Wynenbroot, Louise VanHoorde, Marguerite l)e Oeyter; le année d'études. Prix d'honneur; Yvonne Dubois; 1rs prix généraux ; Louise De Vleeschouwer, Irma De Biscop, Ilachel Van Belle, Angèle Bekaert (prix sp.) ; Section primaire. — 6e année d'etudes. 1rs prix généraux : Florine Boone, Elisabeth Campens (Ex œquo), Lisa Claeys, Simone Hoste, Hélène Luc, Jeanne Step, Georgette Kleyntjes. 5e années d'études. 1rs prix généraux ; Hélène Bouquet, Hélène Versmissen, Marguerite Naudts, Madeleine Snellaert, Ga-brielle Versmissen, Irène De Schepper, Alice Stenger. 4e année d'études. Prix d'excellence : Germaine De Meyer, Jeanne De Vos; 1rs prix généraux ; Marthe Troffaes, Jeanne De Langhe, Gisèle Holderbeke, Angèle Hendrickx. Angèle Steurbaut, Elisa Bayons, Joséphine Taccoen, Angèle Versmisseu. 3e année d'études. Prix d'excellence : Caroline Costers; 1rs prix généraux ; Anne De Vylder, Suzanne De Meyere, Fernando Van Meenen, Rachel Van Damme, Bill Kittelmann, Gabr. De Causmaecker,Yvonne Kint, Germaine Van de Sande, Juliette De Fyn, Madeleine Thieffry, Eisa De Clercq et Romatiie D'hooghe, ex aîquo, Louise De Croock et Mar. Van Leroerghe, ex a^quo. 2e année d'études. Prix d'excellence : Jeanne De Rudder, Julia Verhulst; 1rs prix génèranx : Yol. Van den B^rge, Marguerite Seron et Ililda Van Roo, ex aîquo, Marguerite Lnngerock, Suzanne Van de Walle. le année d'études. Prix d'excellence : Georgette Verheugen et, Willye D France, ex' aîquo; 1rs prix généraux : Thérèse Firquet, Racliel Schoenfeld, Diane Looues, Gabrielle Smeesters, Marie Berte, Robert Cordy, Philippe Taccoen, Isabelle uoene, Madeleine Bogaert et Yvonne Van Helder, ex œquo, Julia Teuwen. Pavillon du la Lys. De Bleye fr". Restaur, recornm. Dîners. Matelotte. Waterzoot. eu>, Ecole payante de demoiselles, rue des Foulous. — Ce matin a eu lieu la distribution des récompenses aux élèves de l'école rue des Foulons. En voici le palmarès; Section moyenne — 3e année d'études — Prix d'honneur : Irène Van Wontergttem, Madeleine De Poorter ; 1rs prix généraux : Anna D'Hossche, Irène Hublé, Juliette De Smet, Yvonne Wilbelm, Lea De Cavel, Estelle De Meulemeester, Louise Scliulze. 2" année d'études — Prix d'honneur : Yvonne Nevejan, Jeanne Cocquyt, Bertho Standaert (ex œquo) ; 1rs prix généraux : Mathilde Cocquyt,Marguerite Impens, Germaine Vercauteren. Angele Haezaert, Adr. Metdepenninghen, Mélauie Defenin, lïiviie De Jonckheero, Maria Cuypers, Giiberte Wynenbroot. le année d'études. 1rs Prix généraux : Madeleine Eemans, Madeleine De Bruyne, Hélène Mallebrancke et Jeanne Vogelaere (ex aequo), Angèle Bresous, Maleleine Pelfrène, Germaine Pulinx, GabrielleHoste, Martbe Schulze. Section primaire. — 6e année d'études, section A. Prix d'excellence : Paula Del-tombe, Yvonue Hynderyckx; 1rs prix geué-raux : Marthe De Geyteret Jeanne Trente-seau (ex aequo), Juliette De Clercq, Madeleine Collumbien, Franeine Boddez, Amande De Mey, Estelle Verbeeck. 6e année d'études, section B. Prix d'excellences : Helmne De Cavel, Céline Van

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire appartenant à la catégorie Liberale pers, parue à Gand du 1856 au 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes