La Belgique maritime et coloniale

811 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 11 Avril. La Belgique maritime et coloniale. Accès à 27 septembre 2022, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/qz22b8zv2s/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

LA BELGIQUE MARITIME Prix : 25 centimes (3o centimes pour l'étrangei ET COLONIALE EVUE HEBDOMADAIRE (2ome anné N° 15. - 11=12 avril 1914 ABONNEMENTS : BELGIQUE : Un an . . . 12 francs ÉTRANGER : Un an - . . 18 » Comité de rédaction : Paul Mussclie, directeur; H. Baels, secrétaire-adjoint du Conseil supérieur de la Marine; R. de Kerchove d'Exaerde, officier de Marine; Ch. Dezuttere, secrétaire de la Commission de pêche marit. de la Flandre occ.;Eug. Gillon, ing. naval,membre du Conseil supérieur de la Marine; L. Hennebicq, président de la Ligue Maritime ; Ch. Hervv-Cousiu, membre du Conseil sup. de la Marine Ch. Maroy, secrétaire de la S. B. de la L.M. B. ; J. Rousseaux, C. Smeesters, membre du Conseil sup. de la Marine, à Anvers ; L. Teugels-Devos, membre de la Commission interprovinciale des Canaux brabançons; Van Bladel, secrétaire de la L. M. B. R. Vauthier, conseiller colonial. Seerétaire-Administrateur : E. de BURBURE de WESEMBEEK. RÉDACTION-ADMINISTRATION 8, rue de la Tribune, BRUXELLES Téléphone : B. 1807 BUREAUX A ANVERS : 22, RUE DES RÉCOLLETS SOMMAIRE : Colonnes L'exposition de pêche maritime de Boulogne 517 Dans le service des malles 522 Polémique 523 L'outillage du port d'Anvers 525 Nouvelles et informations 526 Cadets d'autrefois. 53+ Le trafic du futur canal de Bruxelles à Hasselt 53g Bulletin commercial 542 Notes financières 547 Avis divers 55o L'Exposition de Pêche maritime DE BOULOGNE Nos lecteurs ont appris, à la lecture de notre dernier numéro, qu'une exposition internationale des industries de la pêche maritime sera ouverte à Boulogne-siur-Mer le 15 juin 1914, pour une durée de trois mois et demi. L'entreprise paraît conçue dans des conditions qui la rendent particulièrement digne d'intérêt. Elle est organisée par lune société spécialement constituée à cette fin, sous le patronage de la municipalité et de la Chambre de commerce de Boulogne. Elle a pour objet essentiel de développer en France la construction et l'emploi des moteurs à pétrole pour les navires de pêche, de rechercher les installations frigorifiques les plus propres au transport du poisson et, enfin, d'améliorer l'industrie des conserves Des concours seront institués pour déterminer les meilleurs modèles de moteurs à mélange détonant et d'installations frigorifiques. En Outre, détail intéressant qui peut nous servir de leçon, on ne concédera pas seulement des prix aux moteurs de fabrication française primés, mais aussi des primes aux acheteurs de ces moteurs. Prix et primes seront prélevés sur un crédit spécial de 50,000 francs, une somme de 65,000 francs étant demandée par le gouvernement à titre d'encouragement accordé à l'exposition. 517 L'Allemagne, les pays du nord, l'Angleterre et maintenant la France subventionnent l'installation de moteurs à explosion à bord des navires de pêche. 11 ne reste plus que la Hollande et la Belgique pour suivre leur exemple, lequel a, d'ailleurs, été adopté depuis longtemps chez nous en ce qui concerne les industries et métiers bourgeois. La pêche seule a été oubliée. La question des moteurs semble donc dominer l'organisation de l'exposition. C'est elle qui en a été la pensée déterminante, car elle est primordiale pour les industries maritimes françaises. Depuis fort longtemps, les moteurs à explosion et à combustion interne sont en service, d'une manière pratique, dans les marines allemande et Scandinave. Tous les navires de pêche norvégiens et danois, exerçant leur industrie soit aux îles Féroé, au Doggerbank, aux îles Lofoten ou ailleurs dans la mer du Nord, sont pourvus d'un moteur. Les armateurs français ont été empêchés pendant longtemps d'entrer dans cette voie, principalement parce que les constructeurs nationaux ne sont pas encore parvenus à fabriquer des moteurs aussi robustes et aussi pratiques que ceux de l'étranger, et répondant complètement aux exigences de leur industrie. Cependant la question de l'emploi des moteurs en France, comme partout ailleurs, présente pour les navires de pêche un intérêt de premier ordre. L'industrie de la pêche, même celle qui se pratique dans le voisinage'des côtes, évolue complètement : de familiale qu'elle était encore il y a peu d'années, elle tend à devenir industrielle. La modernisation de son outillage s'impose. Or, pour moderniser cet outillage, les armateurs ont besoin d'être mis en possession de moteurs réellement pratiques. C'est pour arriver à créer, ou plutôt à inciter -les fournisseurs français à la construction de modèles de ce type qu'a été conçu le projet de l'exposition de Boulogne.Souhaitons que, sous ce rapport, l'en-5i8 treprise réponde aussi pleinement aux vues et à l'attente du gouvernement français et des intéressés que l'exposition de Kiel, organisée dans le même but en 1911, a donné satisfaction au gouvernement impérial allemand et au Deutscher Se\e fischerei nverein. Les applications du froid industriel au transport du poisson constituent une autre question intéressant au plus haut point la marine de pêche. Le développement qu'a pris l'industrie de ,1a pêche, dit M. G. de Goër 1, l'oblig4 d'une part, à aller chercher le poisson de plus en plus loin ; d'autre part, à multiplier ses débouchés à, l'intérieur des continents. Les 'perfectionnements des moyens de conservation ont pris une importance capitale ,et, pour cette raison, on peut dire que le développement et la prospérité de la pêche maritime sont intimement liés au progrès de l'industrie du froid et à la; vulgarisation 'de ses moyens de conservation.rLe procédé consistant à mettre le poisson en contact plus ou moins intime avec de la glace, a certainement rendu des services, mais il n'est applicable qu'à des conservations de courte durée et est irrégulier dans (ses effets ; on est en droit d'attendre du froid artificiel un concours plus précis et plus efficace. Au surplus, si la conservation du poisson à l'aide de la glace est possible et efficace sur les chalutiers lorsque ceux-ci font des sorties d'une dizaine de jours, elle devient aléatoire et onéreuse lorsque ces mêmes chalutiers sont appelés à descendre sur les côtes du Portugal, du Maroc et de la Mauritanie. Il arrivte aussi qu'un chalutier erre pendant plusieurs jours sans trouver un fond favorable à la pêche ; il finit par le rencontrer, mais trop* tard pour en profiter pleinement, car la soute à glace commence à baisser ; il faut rentrer au plus vite. 1 Dans ces conditions, il vient tout natu- 1 Ve Congrès des pêches maritime, aux Sables-.d'Olonne.5ig

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique maritime et coloniale appartenant à la catégorie Financieel-economische pers, parue à Bruxelles du 1905 au 1921.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes