L'indépendance belge

943 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 02 Janvrier. L'indépendance belge. Accès à 30 mai 2020, à https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/fr/pid/959c53fw6r/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

§&0 EN BEWS1CUE ET A PARIS C3 65» ANNEE Vendredi 2 et samedi 3 janvier 1914 administration et rédaction 17v rue desi Sable s, lîruxelleB BUREAUX PARiSIEMS : 11, place de la Bourse ABONNEMENTS : ÉDITION QUOTIDIENNE BEL&IQUE. Un an 20 ir. Emis. iOfr. 3 moi*, 5 fr. illIMtlHGiei.-Dj » 28 fr » 5 fr. » Ht. ETRANGER - 40 fr. » 22 tr. » lîfc ÉDITION HEEDOMADAIRE Intsmaticjala et d'Quire-mert *) PAGÏB, PARAISSANT LE MERCREDI Un an francs Sis mohM> ISS fraucti L'INDÉPENDANCE ■ O «f A Vendredi 2 et samedi 3 janvier 1914 Les annonces sont reçues* A BRUXELLES : aux bureaux du jou'aai. A PARIS : il, place de la Bourse, h LONDRES : chez MM, John-F. Jones & CP3 Jfi Snow Hill, E. C.-, à f Agence Havas, n° 14.% Cheapside E, G.; ei chez Neyroud & fils, Ltd^ jjos 14-18, Queen Victoria Street, et T. B. Browitf^ Ltd. n° 463, Queen Victoria Street. Jk AMSTERDAM : chez Nijgh & Van Ditmar, Rokin, 2• A ROTTERDAM ; même tirme, Wynhaven. 413, ALLEMAGNE, EN AUTRICHE-HONGRIE et Efr SUISSE, aux Agences de la Maison Rudolf Mossfi, ITALIE : chez MM. Haasenstein & Yogler, à Milan^ Turin et Rome. AfliEW-YORK : T.B, Browne. Ltd. L East 42nd Street* dois yilH'rTOTÇg PAB JOUE< —> SUL EASEf lilitill WKSERVAHÛS ÏAE LE SEOGISÊ3 . Edition du mMin Aujourd'hui , Revue politique. Le Nouvel-An. — En Belgique et à l'étrai ger. — Déclarations politiques à Bruxe les, à Palis et a Budapest. En Bulgarie. — Ouverture du Sobranié. -Manifestation antiroyaliste. — Le dis cours du trône. — Le nouveau présidenl Au Mexique. — Importants combats. —Si tuation critique des troupes fédérales. -Puits de pétiole confisqués. — Nouvel les diverses. En Albanie. — La proposition anglaise. - L'attitude des puissances. En Turquie. — La mission militaire all< mande. Lettre de Hongrie. En Belgique. — Paroles du Roi Chronique mondaine. Informations financières et industrielles. -Les réformes financières en Italie. — ï commerce du Brésil. — Nouvelles divei ses de nos correspondants. Les dépêches suivies de la lettre i sont celles qui ont paru d'abord dan notre première édition, publiée à 4 hei res de l'après-midi ; les dépêches luivie de la lettre B sont celles qui ont par d'abord dans notre deuxième éditior publiée à 6 heures du soir ; les dépêche suivies de la lettre C sont celles qui or paru d'abord dans notre troisième éd tion, publiée le matin. BRUXELLES, 2 janvier. Revue Politique Nous avons dit, il y a deux jours, qu i'ach.at, par la Turquie ou âreadnougl si Rio-de-Janeiro », en construction e Angleterre pour le compte ciu Brési constitue un incident important, uoi les conséquences peuvent être extrêm< ment graves. Les polémiques qui se pn duisent à ce sujet prouvent que uar tous les milieux politiques on uonne a l'ait de l'acquisition de ce dreadnoug) la même sîgnilication : on veut y vo l'intention de la Turquie de s'oppost au besoin par la force a l'attribution à Grèce de certaines îles de la mer Eg< gue les Grecs occupent par droit de coi quête, notamment de Chio et de Myi jène. Il est certain que, disposant du dreadnought de 32,000 tonnes, armé i 14 canons de 305, la Turquie reprendra l'avantage sur la Grèce dans la mi Egée. La situation qui existait au cou de la dernière guerre serait totalemei renversée. Que la Turquie désire êt: en mesure de défendre sa côte d'Asi cela se conçoit, mais qu'elle achète i dreadnought de 32,000 tonnes, alo qu'en bonne logique elle devrait cor mencer par organiser méthodiqueme: ses forces navales, cela dénote évider ment des intentions dont la Grèce a droit de s'inquiéter, surtout étant doni que la question des îles n'est pas réglé Le « Rio-de-Janeiro » n'est évidemme acquis dans ces conditions étranges qi pour permettre à la Turquie de pes éventuellement sur la solution de .question des îles. A Athènes, on prête la plus grani attention à cette affaire, mais on n paraît pas trop alarmé. Une note of cieuse publiée hier constate qu'il l'aud au moins six mois avant que le drea nought brésilien soit en état d'entrer i ligne, de telle sorte que le gouverneme grec a le temps d'étudier les moyens < l'air face à la situation nouvelle. La que tion de l'acquisition d'un navire ' guerre de force égale du « Rio-de-Jant ro» dépendra de l'attitude rue prend la Turquie, mais si les intérêts grecs trouvent menacés, le gouvernement hi lénique ne reculera devant aucun sac: fice pour garantir pleinement la sécuri du pays. On fait observer qu'en fin compte la Grèce aurait toujours le moy de faire en sorte que le dreadnoug acquis par la Turquie ne puisse quitt les eaux anglaises. Ce moyen, ce sers évidemment de déclarer la guerre à Turquie avant l'achèvement du « Rio-c Janeiro », qui ne pourrait alors quitt les eaux anglaises avec un équipa ottoman. Ce serait évidemment i moyen extrême et avant qu'on en arri là, les puissances interviendront cert ne/nent. Le dreadnought brésilien ne pour etre achevé avant le mois de mai; il fa dra un certain temps ensuite pour exi cer convenablement l'équipage turc, c il ne suffit pas de disposer d'un puissa instrument de destruction, il faut encc savoir s'en servir. Dans une batai navale, la valeur des escadres aux p ses dépend surtout de la valeur des éq pages. On prétend que .Reouf bey, commandant de la flotte ottomane c se trouve à Londres et qui serait chai du commandement du «Rio-de-Janeir se proposerait d'enrôler des mercenaii pour l'équipage du dreadnought, si tout en ca qui concerne te service l'artillerie. Si le fait se confirme, puissances dont les nationaux serait engagés de la sorte se trouveraient présence d une délicate question droit international, car il serait inadm sible que la Turquie fasse la guerre s mer avec le concours d'éléments étr; gers. Une autre question qui se pose et < présente, elle, un intérêt général cor dérable, c'est celle de savoir dans que mesure un a 1« droit de céder à autre Etat ayant l'intention de faine 1 guerre de puissantes unités navales e construction. Le fait pour un Etat sue américain de vendre à une puissanc européenne une unité navale coinm celle-ci est de nature à détruire l'équil bre et à bouleverser totalement la situ; - tion navale telle qu'elle résulte des pr< ,. grammes arrêtés par chaque puissant et réalisés dans des conditions déte: . minées. Il y a là certainement une que: _ tion qui doit préoccuper les grande nations si l'on veut prévenir des su: prises dangereuses. Faut-il rapprocher de l'incident d «Rio-de-Janeiro» la prochaine visite d M. Venizelos dans plusieurs grande • capitales ? Ces visites ont été décidée au cours d'un conseil des ministres qi s'est tenu mercredi à Athènes. Il se pei que l'on ait jugé qu'il y a intérêt à hâte ces visites de M. Venizelos du fait c l'attitude nouvelle de la Turquie, ma. - cas visites étaient décidées en princif s depuis quelque temps déjà, le prestig ' personnel de M. Venizelos et ses grai des qualités de diplomate pouvant ce , tainement contribuer à disposer favor. blement les puissances dans les que: ^ lions des îles. Le président du conse s grec quittera Athènes dimanche prt chain et il se rendra d'abord à Paris i à Londres. Il ira ensuite à Berlin et s passera probablement par Rome et pa 11 Vienne. Il est évident qu'il y a le pli i) grand intérêt, au point de vue grec, s ce que M. Venizelos prenne personnel^ t ment contact avec les' dirigeants de 1 : Triplice, car il pourra dissiper bien de préjugés et des préventions qui subsi: tent à Berlin, à Rome et à Vienne a ■ sujet de la politique grecque. La faço dont la Triplice traite la Grèce et dar la question des îles et dans la questio _ des frontières albanaises a suffisammei prouvé que, dans certaines capitales, o a méconnaît systématiquement les droi' ' et les intérêts vitaux de cette nation he lénique qui a mérité par sa vaillance d retrouver sa place historique en Europi P. _ Lt a LE ; Nouval-in à l'Etrange 1S u Paris, jeudi, 1" janvier. !(, M. Ppincarâ tint cet après-midi, à 1,'El; ij. sée, un cercle diplomatique â ioccasio .r du 1er janvier. Le doyen des amuass: ia deurs, Sir Francis Berne, formula les fél ■e citations et les vœux de ses collègues poi l- la France et con Président. j.. Sir Francis Bertie rappela que 1914 n le rétablissement de la paix, ajoutant qi 1© tout permet de croire qu'elle ne sera pi it troublée en 1SJ14. ;r M. Poincaré répondit que les souhai 'S pour le maintien de la paix répondaient lt la pensée constante du gouvernement Ira: ;-e çais, rappelant que la France depuis < e, longs mois ne cessa de collaborer aetiv n ment avec les autres puissances au mal rs tien ou au rétablissement de la paix et e a- pérait que toutes les nations vont enfin r lt couvrer avec la sécurité du lendemain i- liberté de travailler au développement < le leurs relations économiques et au progr lé de la civilisation. e. A l'issue de son cercle, M. Poincaré s'e: at {retint avec chacun des membres du corj !e diplomatique. pr *** la A l'occasion du Nouvel-An, le préside: le de la République a reçu des téiégrammi 'y de félicitations d'un grand nombre de so lî- verains et chefs d'Etat, notamment de l'ei ra pereur de Russie, du roi d'Angleterre, < d- roi des Belges, du roi de Monténégro, c :n roi de Norvège, du roi de Saxe, du roi ( nt Suède, etc. le Le chef de -Etat a reçu également d s- télégrammes de félicitations des coloni le françaises à l'étranger. . ) /â A BERLIN se Berlin, jeudi, t« janvier. ;1- L'Empereur et l'Impératrice ont reçu *i- mkli le corps diplomatique, qui lui a pi té sente ses vœux. (a) :le A BUDAPEST m M Déclarations politiques er Budapest, jeudi 1» janvier, 'it Le comte Xisza, président du conseil d 'a ministres, à l'occasion des félicitations c e" Nouvel-An que lui a adressées le parti < er gouvernement, a prononcé une allocuti ïu où il a dit : « Si, dans ma vie, je n'ai ri m fait autre chose que de briser les vilain v.e menées et les obstructions et de les av< rendues à jamais impossibles dans l aver au moyen d'un nouveau règlement de ra Chambre, je crois ne pas avoir vécu inu lement. (Vifs applaud.) Le président du oonseil a exprimé 1'. a, podr que l'opposition qui, au début, av. pratiqué la grève et qui, depuis, cepe ',p dant, a paru à la Chambre à l'occasion certaines affaires importantes, prend part d'une façon normale, ù une époq le cfui ne parait pas trop éloignée, aux d< ui bérations de Chambre. ' é II a déclaré qu'il était disposé à fa j „ tout son possible pour faciliter le retour vs l'opposition au travail normal. lr_ Jetant un coup d'œil rétrospectif sur cj0 période parlementaire écoulée, le présidi les du conseil des ministres a insisté sur ■xit loi en vue du renforcement de l'armée < en sera désormais terminée par un vote p de chain, il faut :'espérer, d'une nouvelle ai is- mentation du contingent de l'armée. Ap. ux1 les sacrifices importants, * a-t-il dit, q m- nous avons faits pour notre armée, ce ci occupera parmi toutes les armées lui trant en ligne de compte une position i si- accroîtra en r.ous le sentiment de sécui lie et donnera à notre diplomatie un puiss: un appui pour pouyoir agir. En môme ten a les perspectives d'une paix européenn il f augmenteront, oar rien ne saurait eiavai l- menacer la paix que si, dans . 1,'opi e 'nion publique de l'Europe, la confiance e e la force militaire de la monarchie, étai i- ébranlée. (a) i- Budapest, jeudi, 1er janv.er. )- Le comte Andrassy a déclaré commi e chef du parti de l'opposition, à l'occasio: > des félicitations du Nouvel-An que ira on i- adressées ses amis politiques, que le pai S lementarisme commandait que, le gouvei > nement ayant fait une loi sur la réform électorale, de nouvelles élections ers.=ieE u lieu. La Chambre des députés, a-t-il ajouta e n'est plus capable de réformer l'adminis S tration et d'exécuter des projets de loi d'i s ne pareille importance. Je crains que c li projet 'e loi n'ait seulement pour but- qu lt d'accroître la force du gouverneme.it r l'occasion des futures élections. :a) ® AU QulrtiriAL e Kouie, jeuui, 1er janv.er. e A l'occasion <-du iNouvei-An, les s<»Uve !_ rauis ont reçu cet après-midi, au Quataî les ciievaiiers de l'Annonciaue, les ué.ègï lions du Sénat et de la Chambre, qx\ s 5. sont rendues id Palais en voilure, escoi il tées de carabiniers, les ministres, les .ous >- secrétaires d Etat, des délégations de i'ai :t mee et ue la marine et ues administra il dons pudiques. Us ont reçu aussi lia: r soua pacha, président de ia municipalité d s Tripoli, et le cheikh Bushiri, cadi de Tr. à poli. Toutes ces personnalités sont ailée ensuite au Palais îYlargharita pour o'ïri a leurs souhaite à la reine-douairière. a) AU VATICAN u Rome, jeudi, 1" janvier', n A l'occasion du Nouvei-An, le Pape a ci S lébré la messe d-ns sa chapelle pàrlfi; n lière en présence de sa sœur et de que lt ques intimes. Il a reçu le cardinal Merr n del Val, qui lui a offert le premier exerr ,s plaire de 1' « Annuaire ecclésiastique» pou 1- 1914. e Le Pape a reçu de très nombreuses d< ?. pêches de souhaits des souverains et ces étrangers, des chefs des ordres rel gieux et de hautes personnalités. L' « Osservatore Romano » dit qu6 1 Pape, à l'occasion du Nouvel-An, a reç les souhaits personnels des rois d'Espagn • et de Belgique. (a) - Honveîles cls rÈirarïgi^ ;; ALBANIE n La proposition anglaise Lonures, jeuui, lOT janvier. Une note puisée dans les milieux dipl ie matiq.ues et communiquée aux journal is dit que les reptresenlauts à Londres de iripie-Alliance ont remis une note conjoi: Is te eu réjjonse à la note britannique. Cet à réponse déclare, on le sait, que ces put i- sances acceptent l'ajournemeiiit pinopo: ,e pour l'évacuation de l'Albanie par les trtf e- pes grecq-uies, pourvu que certaines gara. 3- lies soient données que la Grèce s'acqu s- tera de son cûté des obligations que le co: »- trat lui impose. ta Elle ajoute que la partie de la note bi le tannique relative aux lies de la met- Eg is fait en ce moment l'objet .de discussions que l'on fera connaître plus tard les déi i- sions prises. >s La note dit qu'on ne peut que se livrer des conjectures sur les vues de la Trip] Alliance, attendu que la note n'a pas enc re été discutée. Il convient de ne pas o i' bliex que la note britannique ne repous :3 en aucune façon l'idée de la question d lies. La question des lies de la mer Eg u- et celle de ' Albanie dépendent Tune lu l'autre. On n'a nullement l'intention d" so lu tenir qu'elles ne sont pas liées. Les go le vemements qui ont déjà donné leur répo se estiment que la question de l'évacuatii îs de l'Epire est plus urgente que celle de îs répartition à faire de ces lies, et comme 1 puissances se sont mises plus rapideme d'accord sur la question de l'évacuation, réponse do la Triple-Alliance ne porte q sur cette question, mais il ne faut pas pe ^ dre de vue que les puissances die la Trip: é" Alliance s'oecupont actuellement do ce des îles. Il y tout lieu de croire (pis les e puissances arriveront à s'entendre. (a) ANGLETERRE es LA QUESTION DES ARMEMENTS lu Importante déclaration de M. Lloyd Geor Londres, jeudi, 1er janvier. f1 Le « Daily Chronicle « dit que iVL Llo George a profité de ses vacances pour é1 dier notamment le problème des ara llr ments. Il autorisa le journal à publier ê 'r opinions. M. Lloyd George croit que moment actuel est le plus favorable d l" vingt dernières années pour diminuer 1 dépenses relatives aux armejments. 11 donne trois raisons : 1° La grande amél 111 ration dans les rapports anglo-alleman< n" 2° Les nations européennes concentre maintenant tous leurs efforts au renfori ru ment des armées de tenre.M.Lloyd George i ue convaincu que si jamais l'Allemagne av ;li" l'idée de contester la suprématie britan que sur mer, elle serait obligée d'y renc re cer pour ne pas négliger sa situation m taire; 3° Il y a un soulèvement contre l't pression militaire dans toute la chrétien 'a ei particulièrement dans l'Europe occidt int taie. Les classes industrielles sont sou l!| vées contre cette folie d'organisation rn lui tai.ra et, si tes libéraux négligeaient ro~ saisir l'occasion actuelle ils trahirai !g' gravement la confiance des peuples, 'ès On a demandé à M. Lloyd George ue n'appréhendait pas des froissements a* le- la France si l'Angleterre n'augmentait j :n- ses dépenses maritimes. fui M. Lloyd George a répondu : Je ne p ité concevoir aucune circonstance dans laqi int le les deux grandes, démocraties occiden ips les, la France et l'Angleterre, no jug s pas de leur intérêt de conserver les rel; tions amiatles qu'elles ont entre elles dt - puis dix ans et qui ont tant contribué a maintenir ia paix en Europe. t A la demande si, loin de vouloir voi l'entente affaiblie, il voudrait plutôt raffei mir les liens entre les deux peuples, ÏY : Lloyd George a répondu : Certainetmen i oui... (a) BRÉSIL A propos uu « rtio-ue-Janeiro » s Rio-de-janeiTo, vendredi, 2 janvier, t (Officiel.) Le gouvernement brésilien a pioposé au ' eoiisiruiteuia ce renipiacer le dreadnougl « Rio de-Jantiro » par un autre dreadnougn e confirme au nouveau programme nava e sans aucune peu-te peur ie Trésor. Les cor ^ structeurs pouvaient donc disposer librt ment du « Hid-de-Janeiro » sans auoune h tervention du gouverneanent brésilien. L proposition ayant été acceptée, le nouvea navire de guerre sera construit dans le - concilions mdiquées par le ministre de 1 i marine, la maison Armstrong ayant enU - mé, pour son propre compte, des -égocit e tions de vente du « Rio-de-Janeiro », qi - lui était retourné. (a) BULGARIE L'OU \jL\sj XJ\J ùUjiRANïE e InciUent antiroyaliste Solia, jeu-ut, 1er janvier, s La session lu Sonranié a été ouverte pa r le Roi en présence de ia lamule royale. , l'antree du souverain uans la soiie des su. ces, un député socialiste a crié : «A ba la monarcme 1 » Les députés des' autre partis ont immédiatement étoufié ce cri po !- des acclamations unanimes auxquelles ! public des galeries s'est associé. En ménj 1- temps, les députés socialistes ont quitté 1 y salle. t- Le Roi a lu ensuite le discours du trôD r et s'est retiré salué par les acclamation du public massé sur la place du Sobrani et sur tout le parcours jusqu'au palais. [. Le discours du trône Dans le uiscours du trûne, ie Roi a dit e " Après que, l'année dernière, ie peup u bulgare eut donné au monde le spectac e d'un effort militaire tel qu'on n'en ava pas encore vu jusque là et eût conquis, pi „ ses armes, la liberté, des populations a servies, notre patrie fut soumise à de no: y elles et terribles épreuves. Attaquée s multanement par les armées des cmq'lita voisins, ses fils durent combattre non poi des conquêtes ou des acquisitions ma: pour la conservation de notre propre ten mais si, au cours de la guerre, ie peup bulgare s'est illustré par des exploits sar 3." précédent, il s'est montré plus grand dar x le meilleur et les épreuves. Forcé de : a battre contre des adversaires ligues et di l" armées ennemies jusqu'aux portes mêrm le de la capitale, sans communication s* abandonne de tous, ie soldat bulgare combattu jusqu'au dernier jour et jusqu •l* la dernière neu,e. Il a interrompu la gue ■J" re sans avoir été vaincu. » Au nom de la Bulgarie, je m'inclii devant les cendres de ceux qui sont toi bés pour la Patrie et j'adresse mon sal aux combattants invincibleê. ie » Plus tard, lorsque nos ennemis s's tendaient à voir des désordres tels qu'i :i" bouleversement comme il s'en est produ: dans des circonstances moins tragique dans d'autres Etats, le peuple a suppor e~ toutes ces épreuves avec le plus grar °" sang-l'roid et une fermeté qui révèlent précieuses vertus civiques. » 'e Le discours motive ensuite la dissolutii du Sobranié précédent qui, élu avant 'e guerre, d'après l'ancien système élector; avait perdu le droit de se prononcer sur 1 u~ questions née pendant et après la guer u" et concernant les rapports de la Bulgar n~ avec les grande puissances. jD Le discours déclare que ces rapports so ® bons et que le gouvernement emploie to . ses efforts pou.' les rendre encore plus an la caux" Je Les relations avec la Roumanie ont é r_ reprises avec une égale bonne volonté d deux côtés. j Nous avons ensuite échangé des repr ^ sentations avec la Sublime-Porte, persu dés que le nouvel état de choses exclut 1 malentendus avec la Turquie et ayant ferme espoir que les multiples intérê économiques qui lient la Bulgarie à l'Ei pire voisin trouveront leur solution da: les bons rapports de voisinage et d'am. " entre les deux Etats. Nos rapports avec la Serbie sont éga' ■ ment en voie de rétablissement. u" Le discours du trône termine en exp ie" mont la conviction que le peuple bulgai après de glorieux faits d'armes et apr les épreuves traversées, est résolu à r< es taurer ses forces dans la paix et un tr es vaii durable et qu'il ne pense qu'à rempt ter sur le terrain de la paix et du progr ,°~ des victoires susceptibles de lui assurer IS: place d'honneur qui lui revient parmi 1 " peuples balkaniques. :st Le nouveau président Le Sobranié a élu président M. Vatche ai" gouvernemental, par 88 voix, après de ,n" tours de scrutin. L'opposition a déposé d ■''' bulletins blancs. 'P- . * ~ té, ,n_ L'exercice budgétaire expirant en < lc_ cembre, le gouvernement a déposé au i [j;. branié un projet de deux douzièmes pro jg soires. (a; ;nt — Le colonel Savoff est nommé ma s'il chai de la Cour. (a; "GC GRECE 1js La suprématie dans la mer Egée ,el- Athènes, vendredi, 2 janvier, ta- Plusieurs députés ont interpellé le g< :nt vernement ag; l'achat du dreadnoug i- « Rio-de-Janeiro » par la Turquie. M. Ve i- nizelos a confirmé l'achat, mais il a décla à ré ne pouvoir faire connaître les mesure: que le gouvernement compte prendre afir r de maintenir la suprématie maritime de !( Grèce dans la mer Egée ni les mesures qu 1. ont déjà été prises à cet effet. M. Venize t los a dit qu'il pensait que la situation ac taelle des questions nationales ne lui per mettait pas de divulguer les commande: navales qui avaient déjà été faites ni le: pourparlers engagés pour les commande: futures. Il s'est borné à assurer la Cham bre que la Grèce était décidée à maintenu * sa suprématie. Il a également donné l'as | surance que les hautes personnalités ma p ritimes de la Grèce étaient complètemen rassurées. (Applaudissements.) (a) ITALIE a On mande de Rome : Les prévisions dt u dépenses de la marine pour l'exercice 1914 s 1915 atteignent 257,420,000 lire et celles dt a la guerre 401,492,000 lire. t- Etudiant la question des impôts directs t- un journal estime que les deux tiers du re u venu national, soit environ 7 milliards, échappent aux impôts directs. (a) — « Excelsior » reproduit une dépéch de Rome annonçant que, sur l'ordre du Pa pe, .Mgr Merry del Val a adressé à tous le cardinaux une circulaire leur ordonnant afin d'éviter à l'avenir un scandale anale r gue à celui que provoqua le testament d: Y cardinal Rampolla, de déposer leurs testa ments, et généralement leurs document s secrets, chez le notaire du Saint-Siège, (a) JAPON e Treize condamnations à mort ' On mande de Tokio à l'« Humanité» L Treize personnes ont été condamnées i mort pour participation à un complot vi sant le pillage de l'île Formose. (a) MEXIQUE COMEATS SÉRIEUX Situation critique des troupes fédérales le New-ïork; jeudi, 1er Janvier, e Suivant une depéene de Présidio, dans 1 il Texas, les iieueues pressent les fédérau •r avec une telle vigueur autour d'Olmag j- que leurs de.ux généraux, prévoyant la poss î- î- bilité d'une défaite, ont pris leurs dispe ,s «liions pour passer aux Etats-Unis, u- Les pertes seraient considérables, s D'autre part, les rebelles ont somm •e tiueva Laredo de capituler avant minuit, le Pirasid'io (Texas), jeudi, 1er janvier, is Le commandant des troupes américaine is dit que 2,0UU à 3,000 fédéraux, qui défer it: dent Olinaga, sont si durement traités pc les rebelles qu'on s'attend d'un moment ib l'autre à les voir passer sur le territoii c. aes Etats-Unis. a Malgré la canonnade des rebelles, les fi u déraux occupaient encore les ' tranchée r- mardi à une heure avancée. On croit cepei dant qu'il est peu probable qu'ils aient ri ie poussé les rebeiies. De nombreux officiel tédéraux parmi lesquels se trouve le gèm n ral Caiavao, commandant des volontaire seraient parmi les morts. ^ La situation à Nueva Laredo t, Laredo (Texas), jeudi, 1™ janvier. Ce matin, les rebelles dirigèrent une a ,. taque furieuse contre Nueva Laredo. Dt IC1 deux côtés les mitrailleuses fauchèrent 1< je combattants. Le personnel de la Croi: Rouge a déjà recueilli 200 morts. Les perte u. fédérales ont été considérables. A un m> lu ment du combat les rebelles ont anéan toute une compagnie fédéx-ale. Les rébellt ;s se retirèrent vers 9 heures et doivent r re nouveler leur attaque cet après-midi. ie Puits de pétrole confisqués ut La Vera-Gruz, jeudi, 1" janvier. Js La compagnie des pétroles Aguila, ayai ,i_ été menacée par les rebelles de voir incei dier ses puits, a refusé de fournir de l'hui té pour les locomotives des chemins de fi ss mexicains. Les troupes fédérales ont e conséquence pris possession de l'exploit g. lion de la compagnie. a" Décret présidentiel BS ■e New-York, jeudi, 1er janvier. ts Suivant un télégramme de Mexico, le pr n sident Huerta a décrété que la période di ■js jours fériés, prescrite par lui, sera pror gée de quinze jours. Nouvelles diverses ,e- La Vera-Cruz, jeudi, 1" janvier. Le mécanicien dm train dynamité par l 0 rebelles a téléphoné que sur 50 soldats i ^ trouvant dans le train, 47 ont péri. La ci cu'ation est interrompue par suite de l'o a_ struction de la voie. r- • * * " Le vapeur anglais « Alabama », qui mis trente-quatre jours pour oirrive. ju e° qu'au littoral, ramène de Chihuahca ui soixantaine de réfugiés, espagnols pour plupart. Tampico, jeudi, 1™ janvier. ^ Deux h e m'es après le départ d'un vape es norvégien allant à Galveston avec quatc ze passagers, on a aperçu à l'horizon, dai la direction qu'il avait prise, une colom de fumée et on a entendu deux explosion lé- Cependant le vapeur norvégien a fait s >o- voir par télégraphie sans fil qu'il était i 'i- demne. (a) Troupes fédérales mises en fuite à Ojina ,g. New-York, vendredi, 2 janvier. D'aiprès une dépêche de Présidio, apr une attaque violente des rebettes penda trois jours, les fédéraux d'Ojinaga s'enfi rent à une heure avancée hier eoir sur territoire américain. Jl est encore impos: Ible de fixer les pertes, mais des deux côt elles peuvent être évaluées au moins à m le tués et blessés.. De nombreux fédérai blessés ont passé de l'autre côté du fleuve où ils sont soignés par la Croix-Rouge. A un endroit, trois cents fédéraux armés et non blessés ont traversé le lleuve. Malgré leurs protestations, ils ont été désarmés par les Américains, qui les ont obligés à re-. gagner le Mexique. La Croix-Rouge se sert d'une petite église comme hôpital (a). A Laredo D'après une dépêche de Laredo, ..es re» belles continuent à disputer aux fédéraux la possession de 'Nuevo Laredo. Pendant toute la journée d'hier, les positions n'ont pas changé. II y a deux cents morts sur la champs de bataille. (a} RUSSIE La lioerte ae la presse Saint-Péttersnôiiirg, vendredi, ^ janvier. , La c-oin&eii des ministres a approuvé la . lis-te suivante d'inlormatibns dont la publi-» ; cation est interdite à la presse en vertu dei Ja loi du 18 juiillet 1912 relative à l'espion^ nage - Informations sur les modifications pro* jetées et qui doivent être réalisées dans l'ar« mement des armées de terre et de mers sur la formation de nouveaux cadres mili-3 taires, sur les modifications de leui com-" position, sur l'armemeint des navires dQ 3 guerre en construction ou en projet, sur le^ ' évolutions des navires de guerre, 9ur laj quantité de munitions et autres approvi-* 1 sionnements pour le cas de guerre, sur l'é-" tat de préparation a la guerre, sur l'imper-3 tance des forteresses et ports de mer, etc.] en cas de guerre, suir les travaux en oour^ a exécution dans ces forteresses ou portai de guanre, et sur les projets de construc* tions navales, sur 'agrandissement ou la' . suppression des forteresses existantes, suc ^ les mouvements de troupes ou sur les exer-» cices de tir de la flotte, sur la marche oui les résultats des essais de mobilisaijon des armées de terre et de mer, sur la marcha ou les essais de mobilisation dans les pro* vinces-frontière, sur le refila de congé à! des militaires, ■ sur les rappels des soldats en congé ou des réservistes, sur le main-* tien sous les drapeaux des soUdats ayant fini leur temps de service, sur la disloca-. e tion des troupes à la frontière, sur le fret £ imposé à des navires. de commerce pour a être dirigés sur las ports de guerre ou suiî t- la concentration de ces navires dans le* ports. h Cette-liste entre en vigueur pou:1 ,imc rée d'un an. à partir du 14 août 1914. (a) é SERB5E — On mande de Belgrade : Le « Journal s Officiel ji publie la nomination comme mi-i- nistre de Serbie à Sofia de M. Tcholak-r Intitch, ancien consul général de Serbie al» à Caire. (b) TURQUIE i- La mission militaire allemande s Constantinople, jeudi, let janvier.- Dans les milieux allemands on dément absolument que des changements aient étô ^ effectués dans la mission mditaire aileman-< -- de. 3> Le. général Liman von Sanders commandera le 1er corps d'armée. Il aura la haute main sur l'instruction militaire. Pour toiïS autre rôle il reste placé sous l'autoritâ du ministre de la guerre. Les officiers allemands se placeront paE :S conséquent dans les rangs du 1er cotrps d'ar« s mée à titre d'inspecteurs. Da.ns les cercles officiels on déclare al}* >s solument définitive la constitution des poa-> voirs de la mission militaire allemande etf 'i toutes les nouvel'es transmises à l'étranger 's relativement à une prétendue modification, de ses pouvoirs seraient dénuées de fonde» ment. (a) Le nouveau dreadnought Constantinople, jeudi, T-r janvier, jj. On annonce ici que l'amirauté attend, 1_ dans le courant de mai prochain, le dread-le nought ii Rio-de-Janeiro » acheté en Angle* ,r terre. Le nouveau cuirassé prendra le nom n de «Sultan Osman ». (a) ■jinaiBiggujy i igBl Lettre ie Hongrie, '■ (De notre correspondant.) > De la délégation hongroise au parlement da Budapest. — Les Roumains de Hongrie à propos des rapports roumano.austro-hon-greis. — Chauvinisme el nationalisme îu. ribonds. — Ce que dit un député roumain. — La réponse au président du conseil. — Le problème des nationalités sera résolu* b- BUDAPEST, 17 décembre. Ainsi qu'il fallait s'y attendre, la minorité a profité de la réunion des délé-i gâtions à Vienne pour l'aire une opjpo-a sition en règle non seulement aux mi», s- nistres communs, mais encore au goûte vernement hongrois, je devrais dire: ta surtout au gouvernement hongrois. Elle» s'est ingéniée à faire dégénérer les questions austro-hongroises : affaires étran-ir gères, guerre, marine, etc., qui seules r- peuvent être traitées devant les déléga-ls tions,en questions purement hongroises, le de manière à pouvoir attaquer plus à s- son aisé le.président du Conseil et à a- continuer avec lui des controverses Q- pour lesquelles le parlement hongrois est seul compétent. 11 n'y a, d'ailleurs, :a pas lieu de s'en étonner, étant donnés les griefs nombreux qu'elle a ou croit avoir contre le comte Tisza. Une des -s raisons qui l'ont décidée à agir ainsi c"ests sans doute, l'extraordinaire réso-•i- nance qu'ont généralement les discours le qui se prononcent au sein des deux as-si- semblées qui portent te nom de délé-és gâtions. il- Seulement si, de la sorte, la minorité ix a réussi à i'airs .entendre bien loin au

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'indépendance belge appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Londres du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes