Le messager de Bruxelles

970 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 10 Februar. Le messager de Bruxelles. Konsultiert 24 Februar 2020, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/rr1pg1jf62/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

LE MESSAGER DE BRUXELLES JOURNAL QUOTIDIEN. ÉCONOMIQUE & FINANCIER A.bonneznents : Fendant la durée de la guerre 3 francs par mois (Bruxelles et faubourgs) &VUI, _ Adresser toute sorrsaponâanse à I» direction du MEiSSAÊEIt SE BRUXËLL&S Aueune quittante ne sera vaisfele «! elle ne parte la signature mu directeur éu lovruml, "Rédaction et i%.clamiïil§»ti*atîoii : 1, du 1, Uruxelles. - Téléph. A 1610 Hôtel du Gouvernement Belge à Sainte-Adresse Il est des choses dont on parle toujours et •—■ comme dans YArlésienne — que l'on ne voit jamais. Tel l'hôtel du gouvernement belge à Ste-Adresse, près du Hâ-vre, immeuble très spacieux que représente notre cliché de ce jour. Les automobiles qui stationnent devant les' locaux où sont installés ceux qui, il y a six mois encore, conduisaient les destinées du pays, semblent indiquer que toute activité n'est pas éteinte chez eux- C'est de là que partent les ordres et les communications. Nous rappellerons que l'hôtel occupé aujourd'hui par le gou vernement belge tut gracieusement ; cre -leurs ïammes par îa socieie ue | uinems sciuu rc uui auquel u» <u-mis à la disposition des ministres et Paris-Plage qui fit aménager les bâ- j laient être destinés. E. Fonclos. LA GUERRE Les combats dans la région des dunes prennent de grandes proportions, et les nouvelles télégraphiées pat les correspondants des journaux hollandais confirment que les Alliés et les Allemands se canonnent furieusement au sud-ouest de Westende. Le Tele-graaf d'Amsterdam donne des détails 'au sujet de l'attaque faite par les Allemands contre les positions occupées par les troupes belges au delà de Lom-bartzyde et de Saint-Georges. On sait .qu'il y a quelques jours, les alliés prirent pied dans la grande dune que l'artillerie avait préalablement bombardée- Depuis lors, les Allemands ont renforcé leurs troupes de ce côté, et par des attaques furieuses reconquirent une partie de ce qu'ils^avgient perdu. Leurs efforts ont porté surtout contre les lignes belges. Du large, les navires anglais ont bombardé la côte aux environs de Westende. Le Handelsblad est informé de l'Ecluse qu'une action d'artillerie se poursuit depuis deux jours; on entend toute la journée le bruit du canon. Les Allemands continuent la lutte sans interruption. Les alliés sont en force, cependant, dant les dunes qui s'étendent entre Lombâertzyde et la mer, et près de Westende; leurs aviateurs ont lancé des bombes sur Knoc-ke. La dernière nuit, quatre aviateurs ont fait une reconnaissance le long de :1a côte; malgré le feu dirigé contre eux, ils ont pu disparaître vers l'est. Le même correspondant du Tele-graaf assure que toutes les opérations sont suspendues entre les dunes et Dixmude, où l'inondation s'est sérieusement étendue. A certains endroits, il y a deux mètres d'eau. Dans la région d'Ypres, le duel d'artillerie se poursuit-* Le comte Andrassy mettait ces jours derniers dans la Neue Freie Presse de Vienne les Italiens en garde contre d'entraînement du sentiment populaire. Le comte Monts entreprend, aujourd'hui, dans le Tageblatt de Berlin de les prévenir. Mais l'ancien ambassadeur allemand à Rome, en faisant ressortir les profits qu'il attribue au maintien de la neutralité italienne, croit devoir rappeler que « le Trentin est fortifié par la nature et par l'art -militaire i». La neutralité italienne est une attitude subordonnée aux circonstances et à la situation politique et militaire. Elle n'est influencée par aucune autre considération. M. Salandra a .reconstitué le ministère sur la base de la neutralité tant que les intérêts italiens ne seront pas lésés. M. Salandra et M- Sonnino ont proclamé le saint égoïsme de l'Italie pour affirmer que le pays n'a de devoir qu'envers lui-même. Ce devoir comprend aussi le souci du patrimoine de la nation. La fierté italienne se révolterait à l'idée de tenir de la bonne grâce du vainqueur une partie de ce que la nation peut s'assurer. Les impatients s'énervent de ces temporisations, d'autant plus que lies nouvelles relatives aux intrigues mettent leur sensibilité à de rudes épreuves. Mais quoi qu'on dise il ne semble pas qu'aucun fait nouveau soit survenu qui ait modifié les dispositions du gouvernement romain. * * * La bataille de Borjimow-Goumine a pris le caractère d'une lutte de Titans. Les deux adversaires sont également puissants, tenaces, intrépides. Le feu de l'artillerie est terrible. Les obus, les shrapnells, les balles que crachent des centaines de canons et de mitrailleuses font trembler la terre et la transforment en un véritable enfer. Les Allemands tirent avec une grande intensité. Près de la distillerie de Bor-jimow, les Allemands ont fait jouer plus de 50 mitrailleuses. * * * On télégraphie de Rome au Corriere délia Sera ces réflexions qui paraissent être celles mêmes des milieux dirigeants italiens ; Selon les dernières informations parvenues ici il semble que le conflit actuel tende à se généraliser dans la péninsule balkanique. Le point obscur est l'attitude de la Bulgarie- Si les aspirations nationales bulgares ont été clairement proclamées devant l'Europe par les hommes politiques les plus représentatifs de ce pays, la direction que le gouvernement de Sofia se propose de suivre pour réaliser ces mêmes aspirations ne se dessine pas avec la même clarté. Il est évident qu'en ce moment la question des réfugiés macédoniens devient dominante à Sofia. Cette question est certainement grave et douloureuse, mais ce n'est pas d'aujourd'hui. Pendant assez longtemps, le gouvernement de Sofia la laissait sous silence. Elle s'est réveillée au moment de l'avance autrichienne en Serbie, elle se ranime encore aujourd'hui tandis que sont en cours les négociations pour un emprunt à Berlin, et que d'autre part on annonce une reprise de l'offensive austro-allemande contre îa Serbie, surtout dans le but d'effectuer la jonction dgs forces des deux empires avec celles de l'empire ottoman à travers la Bulgarie. * * * L'armée russe est à l'ouest de Pil-kallen vers l'Inster ; elle a franchi I l'Angerap, autour de., lacs mazuriens où l'ennemi a accumulé des travaux de défense à proximité de Kœnigs-berg. Sur la rive droite de la Vistule; c'est sur la ligne Liuno-Biézoun que ces jours derniers des combats intéressants se sont déroulés. Les combats furieux que l'arm,.'-» '"^denburg a livrés à 'Bôïjimot,"ft CiufflLiinë,' à Voîia-chellowcka, jusque vers Skiernievice ont arrêté la marche des Russes. Dernières Dépêches La « Loin-don and North Western Rail-way Company » vient de supprimer le service des bateaux express entre Ilolyhead et l'Irlande. Différentes lignes de navigation ont suspendu leurs services dans la mer d'Irlande. Un dés rédacteurs du « Berliner Lokal Anzeiger » a interviewé un homme d'Etat italien. Celui-ci a déclaré, entre autres : Si la guerre actuelle devait entraîner de grands remaniements de la carte d'Europe, l'Italie poserait tout naturellement des conditions précises dams son intérêt personnel.Le « Daily Telegraph » mande de Londres qu'un steamer marchand, portant pavillon espagnol,; a été conduit dans la Tyne par des croiseurs anglais ; le bateau avait, paraît-il, de La contrebande de guerre. Amsterdam, 7 février. — Cet après-midi, un biplan français^ monté par deux officiers et muni d'une mitrailleuse, a atterri à Golynsplaat, dans la province de Zeeland. Les aviateurs sont internés. ' Marseille, 7 février. — Le Conseil général a voté le projet d'emprunt de deux millions de francs destiné à venir en aide .aux familles des mobilisés. Sur cette somme, 500,000 francs seront attribués aux réfugiés belges. Montbéliard, 8 février. — Le département politique a informé les gouvernements allemand, austro-hongrois et français que le bureau suisse pour le rapatriement des internés civils sera clos le 26 février. Le Havre, 7 février. — Le roi Albert vient d'adresser aux Etats-Unis une dépêche dont nous résumons ici le principal : « Avec une générosité et une délicatesse vraiment touchantes, les citoyens américains sont venus au secours de mon pays. Sans l'aide fraternelle des Etats-Unis, la famine se serait étendue comme un fléau sur mes provinces. Le peuple belge leur en demeurera reconnaissant. » Aux éminents diplomates qui se sont dévoués pour nous avec tant de sollicitude dans ces circonstances difficiles, et à tous vos compatriotes qui ont si bien organisé le ravitaillement, j'ai à cœur de rendre un hommage public. » Une fois de plus, la grande nation américaine, fidèle à sa tradition séculaire, a voulu s'associer à une œuvre de solidarité humaine. » Grand quartier général de l'armée belge, le 4 février 1915. » ALBERT. » Une stagnation complète règne dans le monde politique. L'agitation s'est calmée. II semble que le gouvernement roumain n'ait pas l'intention de renoncer prochainement à la neutralité. Tant que le gouvernement bulgare maintiendra son attitude actuelle, un mouvement en avant de la Roumanie ne paraît pas probable. Le ministre de Roumanie à Sofia, qui était ici depuis plus de quinze jours, est retourné à son poste. Il est chargé d'exprimer à la Bulgarie les sentiments de la Roumanie. Les bruits d'une prochaine entrevue des souverains de la Roumanie et de la Bulgarie et d'un prochain mariage entre les deux familles royales sont sans fondement.Londres. — Des négociations sont engagées entre lé gouvernement grec et un groupe de banquiers anglais pour une avance de oent millions de francs qui serait faite par l'intermédiaire de la Ban-d'Angleterre, avec l'assentiment du gouvernement anglais, bien entendu. Le « Handelsblad » annonce que les compagnies maritimes hollandaises s'apprêtent à tenir une réunion où seront discutées les mesures à prendre pour protéger le commerce maritime hollandais. Vaucebord-(Maine). — Un étranger, qui a tenté de faire sauter le pont du chemin de fer, a été condamné à trente jours de rxrison pour avoir endommagé une propriété de la ville, l'explosion ayant brisé plusieurs fenêtres. L'accusé a avoué sa culpabilité; le jugement a pour but, croit-on, de retenir le prisonnier jusqu'à ce que la question de son extradition ait été réglée. Mexico. — Le général Villa s'est proclamé président de la République du Mexique et a nommé trois ministres chargés de former le nouveau gouvernement. Rome. — Le major roumain Paolo Ce-ruopode,anu,qui assistait à des expériences faites avec de nouveaux explosifs, a été tué par l'éclatement d'une bombe. Londres. —• M. ,Neil Primerose, fils de lord Rosebery, est nommé sous-secrétaire parlementaire à l'office des affaires étrangères. M. Neil Primerose est âge de trente-trois ans. Rome. — Le pape a reçu en audience .particulière le major général russe prince Youssoupof, comte Soumarakof-Elston, général à la suite du tsar. Pétçograd. — M. Makiakoff, ministre de l'Intérieur, est nommé membres du Conseil d'empire, tout en conservant ses fonctions ministérielles. Rome. — Par décret du gouvernement royal italien, l'exportation de la colophane, des calcionamides,du cacao en grains, des machines-outils, de la fécule, de l'acide acétique, des acétates a été interdite dans le royaume. Copenhague. —• Le roi et la reine ont donné hier un dîner en l'honneur du ministre .de France, M. Edmond Bapst. A cause de la guerre, les souverains n'invitant pas touis les diplomates en corps, mais séparément. Les Anglais habitant Paris qui se sont engagés comme volontaires dans l'armée française, vont être versés dans le corps expéditionnaire anglais.. Paris, 7 février. —• Le ministre des Finances russe Bar^ et le .chancelier du Trésor anglais Lloyd George, sont partis pour Londres. Athènes. — Dans le but d'écarter toute menace de lock-out dans la flotte marchande, le gouvernement prépare un projet de loi inspiré des lois françaises et qui réglementera les relations des équipages •et des armateurs. Chicago. —« Le .steamer « Iowa » a été pris dans les glaces et a coulé à trois milles .au large dui port. Cinquante passagers et l'équipage se sont sauvés en marchant sur la glace. Nancy. — Un très grave accident vient d'arriver à Einville, importante localité de l'arrondissement de Lunéville. Un soldat territorial avait trouvé dans un champ dm voisinage un obus allemand non éclaté. Il résolut de convertir la fusée en un encrier, comme souvenir de la guerre, et porta son engin chez M. Go-bert, ferblantier. Il s'était mis à peine au travail qu'une explosion tuait net M. Gobert, tandis que lui-même tombait, le ventre ouvert par un éclat. Gaz c^èinc cependant sauver le militai te, qui a été transporté à l'hôpital. Hazebrouck. —• Un « Taube » .a de nouveau survolé la région flamande. A Cas-sel, il a été accueilli par les .canons des alliés. Une bombe, qui est tombée sans éclater, a provoqué une vive panique parmi les personnes présentes au marché hebdomadaire. Des bombes ont également été jetées par un avion ennemi à Hondeghem et à Wal-îon-Ga.p.pel ; elles n'ont causé ni "dégâts ni victimes. Washington. — On annonce que le général Carranza a donné au ministre d'Espagne à Mexico un délai de vingt-quatre heures pour lui remettre M. Angel D.e-claso, qui représente .auprès du général Villa le gouvernement espagnol. Le général Carranza accuse M. Angel Declaso d'avoir prêté au général Villa un appui actif et il menace d'expulsion le ministre d'Espagne si on ne lui livre pas M. Declaso. Buenos-Ayres. — Les journaux annoncent que le croiseur auxiliaire allemand « Woerman » a été coulé sur les côtes de la Patagonie par le croiseur britannique <c Australia ». L'équipage a été conduit aux îles Falkland.(L' « Australia » a un déplacement de 18,000 tonnes et une vitesse de 26 nœuds. Il est armé de huit canons de 180 et de seize de 110. Il est attaché "à la flotte australienne.) COMMUNIQUES Communiqué Officiel Allemand Berlin, 8 février, midli : Sur le front occidental Les combats autour de notre position au sud du canal (sud-ouest de La Bassée), continuent. Une partie de ia tranchée que nous avait enlevé l'ennemi ëst de nouveau reprise. Dans les Argonnes, nous avons enlevé une partie de ses fortifications. Sinon, rien de transcendant. Sur le front oriental A la frontière de Prusse orientale et en Pologne, sur la rive droite de la Vistule, il y a eu quelques petits combats locaux qui ont tourné à notre avantage. Sinon, il n'y a rien à signaler. Berlin, 9 février, midi : Sur le front occidental Il n'y a rien de spécial à signaler. Sur le front oriental A la frontière de Prusse orientale, il n'a eu de nouveau que quelques petits combats locaux heureux. Pour le reste, la situation est inchangée. Communiqué Officiel Autrichien Vienne, 9 février. (Communiqué officiel d'hier) : La situation en Pologne russe et en Ga* licie occidentale n'a pas changé, Sur l'a Dujanec, notre artillerie lourde borner da, par une situation de lumière favorable, la contrée autour de Tarnow, où elle fit du bon travail. On se battit hier aussi (fans les Car-pathes. Notre colonne continuant à avancer en Bukovine, occupa la vallée supérieure de la Suczawa et fit quatre cents! prisonniers. Communiqué Officie! Français Paris, 7 février. — En Belgique, sur i'Yser et sur le chemin Béthune-La Bassée, la journée a été calme ; à un kilomètre à l'ouest de Guinchy, une briqueterie a été occupée par l'ennemi, elle a été réprise par les Anglais. En Champagne, nous avons repoussé l'attaque d'un demi-bataillon au nord de Beau-Séjour, Mercredi 10 Février 1915 (Edition F. L. ti. — N° 90) C. -Le Numéro ÎO Cm6S 51me kmte — N° 40 —. , . ————— —— —— — — ■ . ' 1 i. . i . fmmagxi

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le messager de Bruxelles gehört zu der Kategorie Financieel-economische pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1895 bis 1946.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume