L'indépendance belge

1451 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 18 Juli. L'indépendance belge. Konsultiert 09 Februar 2023, https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/de/pid/wp9t14vr0m/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

ï iO Gemimes EN BELGIQUE ET A PARIS C 55' ANNÉE Samedi 18 juillet 1914 ADMINISTRATION ET REDACTION 1 7't, rue de» Sables, Bruxelles BUREAUX PARISIENS : 11, place de la Bourse ABONNEMENTS : ÉDITION QUOTIDIENNE BELSp. Ut su 29 tr, G mois, 10 Ir. 3 mai«, 5 (f. UIMOliRSiÊr.-IU » 23 ir. » ;5tt. » Sir. ttaiffl »_Mlr. » 22 fr. » Sfe ÉDITION HEBDOMADAIRE IhiîrnitiOBlll it d'ûuire-merï 10 PAGES, PARAISSANT LE MERCREDI Un au 'azi francs jgis: mois.1 *; frauc» L'INDÉPENDANCE BELGE 32GIS ÊDTriOTïS PAU Jût&. — SIX PASES ÎOXSIRYATICX PAR IX PHQGS23 — Édition du matin X3 lOO | Samedi 18 juillet 1914 Les annonces sont reçues. à BRUXELLES : aux bureaux au jotrjaC à. PARIS : il, place de la Bour:e. & LONDRES î Chez MM. John-F. Joues à C3, i# ^ Snow Bill, E. C.; à f Agence Eavas, «° i43^ Cbeapsicie E, CL; et chez Neyvoud & Fils, Lfcd* H0314-18, Queen Victoria Street» et T. U. fcrowiity ï.td, u° 163. Queeu Victoria Street, ft AMSTERDAM : chez Is'ijgii & Van ûitniar, Roiia, g# £& ROTTERDAM ï même lirme, Wynhaven, 113# ^ALLEMAGNE, EN AUTRICHE-HONGRIE et m SUISSE, aux Agences de ia Maison Rudolf Mossfi» jft ITALIE : chez MM. Ha^seiistein & Yogler, à Mila^ Turin et Rome. »fllïiEW«ÏORK : T.B. Browue. Ltd. t. Eûst42ad StraeS* -A.il jour à'hui : Revue politique. Au Mexique. — Les constitutionnalistes res-lent intransigeant^: — L'attitude des Etats-Unis. — La ïensure. Eu Bulgarie. — La situation politique. En Espagne. — Incidents à Barcelone. En Italie. — Combat en Cyrénaïque. En Roumanie. — Nouveaux incidents de frontière. Lettre d'Espagne. Notes du jour, par J.-D. En Belgique. — Encore le 'flamingantisme. Chronique mondaine. Journal de Tous. Tribunaux. — L'affaire Wiimart : dis-neuvième audience. Les Théâtres à Paris. Metal-Exchange de Londres. Informations financières et industrielles. — Nouvelles diverses de nos correspondants.Les dépêches suivies de la lettre A sont celles qui ont paru d'abord dan: notre première Édition, publiée à 4 heures de l'après-midi; les dépêches suivies .de la lettre B sont celles .qui ont paru d'abord dans notre deuxième édition, publiée it B heures du soir; les dépêche; suivies de la lettre C sont celles qui 011 paru d'abord dans notre troisième édi lion, publiée le matin. BRUXELLES, 17 juillet Re^ue poétique M. Po'incaré s'est- embarqué à bon du cuirassé « France » et l'ait route ac tuellement pour la Baltique. Il va l'air visite, on lu sait, au Tsar et dus sou verains des Etats Scandinaves. Dire qu cette rencontre du président de la Hé publique française et de l'empereur d' 'Voii-ssie resseW'ova- encore les liens qu existent entre les deux pays, c'est, un constatation banale qui résulte pou les moins prévenus des laits eux-mê niés. Les; relations entre Paris et SainI Fétersbourg sontaussi étroites qu'elle peuvent l'être. Au cours des événement des trois dernières années, l'action d': plomatique des deux gouvernement s'est constamment affirmée en parfait harmonie, en accord non moins par fait avec l'action diplomatique de 1; Grande-Bretagne, qui complète le grou pement de la Triple-Entente. 11 l'au s'en réjouir sincèrement puisque 1 maintien de la Triple-Entente est un des conditions essentielles du maintiei de l'équilibre européen, suprême garan île de la paix. La visite que M. Poincaré fait actuel lement en Russie , a donc un caractèr d'une confirmation de cet état de chc ses. Il existe entre la France et la Rus sie un accord militaire et un accord no val; on ne voit pas quel nouvel accori pourrait être ajouté à ceux-là. Ce serai une erreur, par conséquent, d'attendr des conversations qu'auront Nicolas 1 et M. Poincaré des effets inattendus Les grands problèmes qui s'imposen actuellement à l'intention de l'Europ offriront d'ailleurs aux deux chefs d'£ tat des thèmes naturels à des échan ges de vues fort intéressants et il es aisé 5. comprendre que la crise orien taie, par exemple, sera examinée ave toute l'attention qu'exigent les grand intérêts de la Russie et de la Franc dans l'Orient européen. Ce qu'il faut écarter délibérémenl c'est l'idée que la visite de M. Poincc ré à Nicolas II puisse constituer un menace à l'adresse de n'importe queil autre puissance. Elle ne comporte pa plus une menace pour qui que ce soi que les fréquentes rencontres de Gui: laume II avec François-Joseph ou Vit tor-Emmanuel n'en comportent pou les puissances qui évoluent en dehoi de la Triple-Alliance. A notre époque une rencontre de chefs d'État ne "pet modifier les bases de la politique extf rieure des grandes puissances. Elle n' que la valeur do la confirmation d'un situation de l'ait préparée de longu date par la diplomatie et dont les effet se font sent-r chaque jour avec suif samment de précision pour que persor ne; ne puise se tromper sur sa porté générale. La visite de M. Poincaré Nicolas II attestera ainsi, une fois d plus, que 'alliance franco-russe cor serve toute sa valeur pratique qu'o voulut lui assurer à ses débuts. Le congrès préparatoire des sociali: tes français au grand congrès intern; tional socialiste qui va se réunir à Yier ne a vu se produire une fois de plu un débat sur la question de savoir que le serait l'attitude du prolétariat orgi nisé en cas de guerre. Le socialism étant pacifiste par ses aspirations g( nérales, il est très naturel qu'il rcche che les moyens de prévenir dans la mi sjre du possible tout conflit, armé. E France, les socialistes révolutionnaire cieient trouver ce moyen dans la l'o: mule de la grève générale avec le ri fus pour les prolétaires de marcher au frontières. Cotte idée de déchaîner 1 guerre civile, pour empêcher 1a guen extérieure peut sourire au premiei abord à des gens qui estiment- que pc-v vouloir la fin il faut vouloir les moyen: mais en réalité celte idée ne résiste pc ua instant à un examen sérieux. Deu pays étant en guerre, il faudrait a la certitude absolue que le prolét-a organisé dans chacun dès deux p veiiill© vraiment résister à la guern - soit en mesure, ensuite, de parah s la mobilisation générale par la gi générale. Si l'on prend comme exen la France et l'Allemagne — puis . c'est la menace d'une guerre entre deux puissances qui hante tous les prit-s en Europe — croit-on que le ] : létariat français et le prolétariat ; mand auraient absolument la mi attitude et suivraient lo mot d'ordre pourrait donner dans de telles cire stances l'organisation internationale socialisme ? Depuis le début du vj t-ième s'iècle, il ne s'est pour ainsi i pas écoulé une seule période de ci . années sans que la lourde voix du non fit entendre sa voix; or, jamai: prolétariat organisé n'a pu empêc une seule guerre. Nous avons l'int conviction que lorsque la patrie trouve en cause, même les éléments - plus ardents du socialisme révolut' naire « marcheraient » en toute c . science, parce qu'il est des heures les théories, les principes et les rC i généreux s'effacent tout naturelles 3 devant le sentiment du devoir à acc plir. Le fait, pour un congrès intei tional socialiste cle se prononcer p 5 la grève générale en cas cle grève n 1 donc que d'un intérêt très relatif. C , une manifestation un peu vaine, qui s résisterait pas une minute à l'expér. t ce. Ce qui est curieux à noter, c qu'au congrès préparatoire franç c'est M. Hervé, de la « Guerre social l'homme de l'antimilitarisme, qui s t prononcé le plus énergiquement c tre la formule de la grève générale cas de guerre — et il a eu le. cour - de dire a ses amis quelques rudes v tés qui ont 1e don de dégonfler sin ! lièrement la phraséologie révolut f naire. M. Hervé, qui veut bien aller congrès de Vienne, mais non pas p aller y chanter 1' « Internationale > j indiqué qu'à son avis 1e moyen le [ sûr d'empêcher une guerre francc 'e lemande, ce serait de poser fran< ment- la question de l'Alsace-Lorra p Le débat sur ^impérialisme au coni ■_ socialiste de Vienne promet d'être i ressant. LA Situation au Nexique ;s s La censura e Mexico, jeudi, IG juill • - Le gouvernement soumet toutes les a pêches"reçues et envoyées h une cen i- rigoureuse. it- g Les constitutionnalistes sont intransiga e Montrey, jeudi, 1G juill n Les constitutionnalistes disent que 1; tuation n'est pas changée pour eux. exigent la capitulation sans conditior 1- toutes les troupes du nouveau présider] 'e )- L'attitude des Etats-Unis Washington, jeudi, 1G juill l" Le président Wilson ne reconnaîtra c; nouveau président du Mexique, ni ai ; autre gouvernement qui n'aura pas fl nommé régulièrement. Il gardera l'expi tive et, si le général Carranza arrive i '. accord avec le gouvernement au suje J la transmission du pouvoir à Mexicc î' président Wilson reconnaîtra l'admirn J" tior, qui résultera de cet accord. 't Huerta se réfugie 1_ à bord de navires de guerre étrange !C is Puerto-Mexieo, vendredi, 17 juill -e Les femmes qui accompagnent M™' h ta se sont rendues à bord du croiseur ( gl-ai-s « Bristol » et, en cas de troc il quelconques, les hommes-s-e rendront i3 tement à bord du croiseur anglais oc le croiseur allemand « Dresden ». is On annonce qu'un autre croiseur t parti de la Vera-Cruz pour Puerto-Me: 1- Les commandants du « Bristol » et c- a Dresden » auraient reçu l'ordre de ir ner abri, en cas de nécessité, à Huert :s à sa femme. On croit que Huerta se e, dra à bord du «' Dresden ». il Les constitutionnalistes au:: portes de Mi 'a Alexico, vendredi, 17 juill le Doux trains venant de Cclaya et ti le portant des troupes con-st-itutionnal t-S sont attendus ici depuis la nuit d-ernièr i- :l- Prisonniers politiques libérés ■f Le président Carbajal a ordonné la lil d tion immédiate- do tous les prisonniers Ie litiques. Le président Carbajal in se retirerait en faveur de Carrans Washington, vendredi, 17 juill s_ De président Carbajal aurait inform/ iN fic-i'eusement le gouvernement des lî jj. linisl qu'il a l'in'étition de démissionne 1S faveur du général Carranza. Les intentions du général Carranzs cl- ie Monterey, vendredi, 17 juidl é- Selon certains fonctionnaires constitu nalist-es, le général Carranza ne reconn g. pas les dettes du général Huerta lors ;t! aura formé une administration. js Cette déclaration a été faite en répor rl certains bruits selon lesquels les gouvi e. ments étrangers auraient demandé, par iX tremise de Washington, que le générai la ranza consente à reconnaître ces dette re Le général Car.anza a déclaré que la r d i t ion sans conditions des fédéraux e: ir seule basa sur laquelle des négocia s avec les fédéraux pour l'entrée des cc is tutionnalisles ;. Mexico puisse réussir, ix Le général! Carrai" za déclare que s 1 Miuon roir fédéraux ne capitulent pas, il sera obli riat d'envoyer des troupes à Mexico pour ma: ays tenir l'ordre.. î et II fait faire des préparatifs à cet égard. 'Ser Le départ d;u général Gonzalès de Casti ève dans la direction du sudT avec ses troi iple de troupes, est très "significatif. . I ces Retraite des troupes fédérales es- Mexico, vendredi, 17 juillet. >ro- Les troupes fédérales ont évacué la Gr lie- daîajara et Aguas-Caliantes et se sont cc :me centrées à Celaya. Elites ont égalemie: que évacué Cuermcraca, ce qui a p< on- mis aux troupes du général Zapata d'e du procher à vingt kilomètres de la capitale. ! ne- ]jj:e L attitude des Etats-Unis 2UX Les Etats-Unis ne reconnaîtront le go ca- vernement constitu-tionnaliste qu'après s le règlement satisfaisant de toutes les réclam her tions relatives à la révolution. imo Les troupes américaines ne quitteront Se Vera-Cruz que lorsque toutes les difficuit les auront été réglées. ( ■on- Washington, vendredi, 17 juillet, on- M. Carbajal ayant informé officieuseme oii ie gouvernement des Etats-Unis qu'il a l'i ves tent-ion de démissionner en faveur du f eut néral Carranza, M. Brya-n aurait déclaré >m- M.Gastcllot,ancien sénateur,qui apportait na- message, contenant cette déclaration, q our bien que les Etats-Unis ne reconnaisse 'est par M. Carbajal, ils étaient- amiçaJome 'est disposés à son égard et applaudissaient- ne ses efforts nour réfr.htir la rwiiv l e"~ ■!—!!! 3U«; L. A on- Question Albanais en âge gUl; A DURAZZO on- Durazzo, jeudi, 10 juillet, au Les insurgés se sont emparés aujov our d'hui de Spittal, localité sit-uée sur une c ', a line à l'ouest de la ville. Ils y ont insta. ilus des retrancliemc-nts et leur quartier génér !-al- Un parlementaire fut envoyé aux insurgi :he- mais ne fut pas reçu par les postes av£i Lne. cé qui lui Confisquèrent sa moiitlire. ! [rès parlementaire étant retourné chez les insi I'é- gé, ceux-ci fui remirent des lettres pour i ministres de France, de Russie, d'Italie „ d'Angleterre, lettres qui n ont pas eié re» ses jusqu'à présent. '• Le général Dewèer est rentré de Valo avec l'intention de démissiioimer. eLa commission de contrôle a décidé maintenir les fugitifs à Valona, Les mesures militaires de l'Italie Rome, _ vendredi, 17 juillet. ,t Les journaux continuent à enregistrer : mouvements de troupes et de navires,: m: 5Ure ils expriment en général l'avis qu'il s'a aj là plutôt d'un effet moral à produire. l.e «Messaggero» fait remarquer que l'i snts cupation de Valona par les Epirotes ne si rait être que provisoire et que, pour ce [ si_ i'ftalie ne devrait pas s'engager dans u j)s expédition militaire. . de IjO « Corriere Jeila Serra » estime que t. (a) gouvernement d'Athènes,. même s'il le v< lait, ne pourrait pas arrêter les'bandes-E rotes. M. Zographos lui-même n'a plus c ' cun pouvoir pour vaincre l'opposition ( pas s es' manifestée contre le traité d-e Corft icun été A VALONA îeta- Valona, jejidi, tG juillet ■ 10 heures soir. — On annonce que - °e Epirotes, avec quatre canons, forcent : ; tuellement le passage de Logara. Ije ma, 5 ™- albanais Husni, aidé du chef d'état-rna; ,,:i' Ivhilan, a piis le commandement de la p ce qu'occupait le major Sçhleuss. Ahm rs Effendi a pris le commandement des tri pe.s du gouvernement. La ville est caln -L (a uer" L'attitude de l'Italie angles Rome, vendredi, 17 juillet, éga- Le « Giornale d'Itslia » émet, à titre d'1 . du pothèse, l'idée qu'une division navale i lienne pourrait, faire acte de présence à A est lona et à Corfou. du *3 lioyveîles de i'Êtrangei (r) : :sic0 ALLEMAGNE ;t. Le roi d'Italie assistera aux manœuvi ans- allemandes istes jje Rome à 1' « Echo de Paris » ; I -■ journaux de Berlin ont publié hier la n< velle que le roi d'Italie assisterait, au m d'août prochain, aux manœuvres impéria iéra- allemandes. Cette nouvelle est exuete et po- conlinnée aujourd'hui à Rome de sou. officieuse il ist curieux de constater c l'annonce du prochain voyage en Aller a gne du roi Victor-Emmanuel n'a pas e( donnée avant par' la presse italienne, ç , yj, une fois encore, s'abstient de tout comm ja[g_ taire à ce sujet. Comme on s'en souvient, r en bruit que le roi d'Italie, assisterait aux gr; d, des manœuvres allemandes a été lancé plusieurs reprises ces dernières anné mais chaque 'ois il a été démenti. Il n f,[ sera pas (i:.- môme cette fois-ci; on croit c l'archiduc-héritier d'Autriche, Charles-Fr UOI1- çois assistera aussi aux grandes manœuv ai fil 1 mpérial-es, qui prendraient ainsi le earact d'une manifestation tripliciste. * Un « Zeppelin » îranclilt ia frontière tus 1 en- Qar. Berlin, yend-rtKli, 17 juillet 3. La « Gazette Berlinoise de Midi » annoi red- que lo dirigeable militaire « Z-l\* », ay< ;t la franchi la frontière russe mardi, près Lions Piotrovitz, des soldats russes ont tiré < nsti- coups <îe fusil qui, d'ailleurs, n'ont pas teint le bàllon. Celui-ci est revenu à Aile i ies teiu* du matin ■— - ge Lœ « Z IV » est ie même ballon qui a a n. terri à Luné ville l'an dernier.; ( ANGLETERRE Mariage du prince Louis de Bourboi b) Londres, jeudi, 1G juillet. Le d. Daily Mail » annonce le mariage o prince Louis de Bourbon, cousin du roi A phonse XIII, et de miss Béatrix-M-ari a- Harrington, de Londres. (a n- it La grève des mécaniciens de marin r- Londres, jeudi, 1G juillet, p- Le comité exécutfi du syndicat des niée: b) niciens de la marine et des constructeui maritimes a ténu aujourd'hui une réunie dans laquelle il a été décidé de faire de u- cendre à terre tous les mécaniciens ; le trouvant à bord des paquebots touchés ;« a- le présent conflit. Une politique vigoure se va être menée à l'effet de terminer cet la grève d'une façon satisfaisante, le plus r; és ipidement possible. Diverses délégations s b) ront envoyées en province à cet effet, (a « AUTRîCHE-HONGRiE n- ■é- — La u Gazette de Vienne » publie . à rescrit- suivant adressé à l'archiduc Fréd je rie : « En votre qualité d'inspecteur d'à le niée le plus ancien en grade, je vous plai n( à ia disposition du haut commandemen Ht décret spécial réglera votre siluatic 4 vis-à-vis des autorités militaires. Vous êt< jjj en conséquence relevé de vos fonctior de commandant supérieur de la Land-veh s Je tiens à reconnaître l'activité, le Jévou mont que vous avez déployés pendant sej ans et je vous en exprime mes remerei ments. » 0 La u Gazette de Vienne » publie la lis des distinctions accordées aux membres e la maison militaire de feu l'archiduc Frai çois-Ferdinand. (a) On mande d'fschl : Après avoir été reç en audience par l'Empereur, avec lequel" r. s'est entretenu pendant une heure, farci M_ duc Charles-François-Joseph est parti pot l]£ Gmunden, où il va rendre visite au print j] Alphonse de Bourbon et à la princesse s ,a' femme. Il reviendra dans l'après-midi à Re n* chenac. ( BULGARIE ir- La situation politique Sofia, jeudi, 1G juillet, il- M. RaUSSlavOff aéclare que ies i-nefs e l'opposition et le gouvernement considère; na lo vote de l'emprunt comme acquis. M. Pi doslavotï annonoe que d'après ses inform de tions des attentats seraient projetés cont: a) lui par quelques-uns de ses collègues, ajo tant qu'il les tiendra personnellement coi: me responsables en cas de complot évei Luel. es Les chefs de l'opposition répondirei ils qu'ils ne pouvaient considérer le vote d'hi git comme valable et ils protestèrent énerc quement contre l'accusation de vouloir : je- servir de procédés révolutionnaires. î u- Radoslavoff a annoncé qu'il déposera d [a, main un projet concernant la suspensic ne du procès concernant les ex-ministri stamboulovistes. Je L'opposition publie une note disant qu'el >u_. considère <p.ie l'emprunt ne fut pas lég pj_ lement voté. (a) •u" Nouvel incident de frontière ^ ' Sofia, jeudi, 1G juillet. , j La nuit dernière, une compagnie rouinc ne a cerné un poste-frontière sur la fro: tière de Varna à Dc>britcli, sans aucui provocation, ^es Bulgares se retirèrent es revinrent après le départ des Roumain ic- Personne n'i été blessé, or Sofia, vendredi, 17 juillet, or ie ministre de la guerre a envoyé < la- nouveaux ordres aux unités militaires < et- la frontière pour leur ordonner de s'absten >u- de tout acte pouvant provoquer de no ie. veaux incidents. ( ESPAGNE Incidents à Barcelone lJr" ' Barcelone, vendredi, 17 juillet. ;a" L"n groupe cle radicaux' s'est réuni d a- v'ant l'hôtel de ville pendant la séance < (b) conseil! municipal, afin de demander l'ère tion d'un momument à Ferrer sur la pla de l'Hôtel de Ville. La police, qui avait ë t renforcée, a arrêté une vingtaine de pc sonnes sur lestfuelles on a trouvé des a mes prohibées. -* " * A la séance du conseil municipal, 1 es. conseillers radicaux ont essayé de donn lecture d'une proposition demandant 1' Gs rection d'om monument à Ferrer. Le mai s'y est énergiquement opposé. Les ra< eaux ont alors protesté. Le maire réplaqi que la loi municipale s'opposait à une tel 1"! proposition. Parmi les personnes qui o fSl" été o^rrètées sur la place de l'Hôtel de Vill 'ce se trouveraient deux anarcliistes militant Lue % GRECE ul, _ On mande de Salonique ; Deux mi] j'n- Grecs expulsés de la Thrace occidento ie sont arrivés aujourd'hui dans un état 1 in- grand dénuement. Avant leur départ, 1 à ont été obligés par les autorités bulgar es, d'acquitter les droits de leurs passepor 'en - -W ue ITALIE in- •es L'état du duc d'Aoste -re Naples, vendredi, 17 juillet. .(a) - Voici le bulletin publié sur la santé . duc d'Aoste pour les dernières vingt-quai heures : se n La température a varié entre 3S°5 1J9"3. Le pouls est plus fort, fl oscille ent ice 100 et 110. Les fonct'ins abdominales s'; 1(1t compli-scnt normalenicni.Albumine 1/101 ies Pas d'expédition en Albanie at- Rome, jeudi, 16 juillet. 11s- La « Tribuna » exprime l'avis que i mouvements -le trouves signalés, de dive t- côtés ne sauraient faire présager une exf 3) dition en Albanie^ (a! Rome, vendredi, 17 juillet, Une note officieuse déclare dénuées fondement les nouvelles relatives à des cc centrât-ions ou expéditions de troupes.. ( u En Cyrénaïque 1- Benghazi, jeudi, 1G juillet. }. Prévenu qu'un campement de rebelles I trouvait près cle Gerd-es, le général Gc zaga est parti, cle Buz-agal le 13 juillet ; e soir avec une colonne formée d'infanter. de cavalerie et d'artillerie. Le lendem-ai 1. près du défilé de Lezza, aux environs ■s Gerdos, il a. engagé le combat contre d'il n portants groupes de rebelles, évalués p suite de renforts successifs à 700 ou S ;e hommes à pied et à cheval. Les rebell ;j. ont été dispersés. La vallée de- Gerdes 1- été occupée et le campement incendié. ; e 15 juillet, la colonne, après avoir détri i. le puits d'Omcinati, est rentré à Buzagi Les pertes de l'ennemi sont de plus 1 150 hommes. Les Italiens ont eu cinq tu et onze blessés, tous Askaris. (£ ROUMANIE 5' Incidents bulgaro-roumains Buk-arest, jeudi, 1G juillet. Hier, des Bulgares tirèrent sur une se f tineile roumaine près de Turtukaia. Pe d-ant la nuit des sentinelles bulgares n rèrent sur une patrouille à Kuiundjuk, li-s du dernier incident. Les Roumains ripe s tèrent et les Bulgares s'enfuirent. ja l RUSSiE 3- La visite de M. Poincaré Odessa, vendredi, 17 juillet, .e Une députation de la colonie françai e est partie pour Saint-Pétersbourg, où e. 1- va saluer M. Poincaré. ( Saint-Pétersbourg, vendredi, 17 juillet, u M.. îsvolski, ambassadeur de Russie J. IA113] OOO UU1VC,. 5 i- ir Kaspoutins a été opéré avec succès e Saint-Pétersbourg, jeudi, 16 juillet a Raspoutine, dont l'état semble s'être air i- liori, a manifesté, dans un télégramr 3) adressé à mie nauto personnalité, ses se timents au sujet de l'attentat dont il vie d'être victimel dans les termes énergiqu mais peu parlementaires que voici ; u U charogne quelconque m'a poignardé. » ig Ca lolégramm-. a été publié do 1 s le «C<M •t rier de Saini-Pét.--rsbourg », qui ajoute q j. Raspoutine a été transporté à 'lumen, bord d'un bateau. Un brancard avait i •e préparé pour lo transporter. Heureuseme j. pour Raspoutine, sein fils eut l'idée de s'e 1- sevrer de la solidité de ce brancard; à pei 1- y eut-il pris place que l'appareil se brisa deux. it Une messe a été dite à Pokrovské au ir ;r ment du départ du bateau, à bord d-uqi i- aucun autre peessager n'a été admis, et 1 >e cloches de l'église ont sonné à toute volée f. Raspoutine, dès son arrivée à Tumen, e- été opéré: l'opération a réussi, n Le journal « Outro Rossy » publie une d ■S pêche du moine Iliodone, le rival de Raspc Une, qui dit en substance- : n Kliion 'e Gousseew a toujours, considéré Raspouti comme un criminel aussi redoutable po l'Etait que pour l'Eglise, et elle considér; son entreprise de châtier Raspoutine coi me un devoir sacré pour elle et pour 1 autres jeunes filles outragées par lui. L'a née passée, elle avait déjà voulu le tue 1_ mais Raspoutine avait été prévenu, et si plan n'avait, pas abouti. Raspoutine parait hors de danger. C'e s" du moins ce qu'ont déclaré les médeci réunis hier soir en consultation. Ce mati en tout cas, Raspoutine s'est beaucoup i |e téressé à la lecture des journaux qui i e a été faite. Il a manifesté le désir die re ^ trer à Saint-Pét-ers' ourg pour y achev sa guérison et il quittera Tumen samedi ' dimanche. Le choléra Saint-Pétersbourg, vendredi, 17 juillet. D'après une information officielle en. d; du 15 juillet, on a constaté dix-neuf cas g_ choléra clans trois cercles du gouven :u ment de Podolie. Il y a eu dans le gouvi c_ nement d'Astrakan, du 25 mai au 15 je -e let, quarante-sept cas de peste, dont qe [4 rante-deux suivis de mort, I'. SAiNT-DOMINGUE L'insurrection Washington, vendredi, 17 juillet. ;s Le commandant du croiseur américc ;,r « Tennessee » annonce la prise de, S é- Cristo et de Vana, localités de la hanlie re de Saint-Domingue. Les étrangers habita li- la capitale craignent une attaque de ia ville. (; SERBIE e, Convocation de troupes s- Budapest, vendredi, 17 juillet. On mande de Serajevo au « Pcsll Lloyd », que le gouvernement serbe a ce [e voqué plusieurs classes de la réserve cc je stituant, une force totale de 70,000 liomnu le L'armée serbe se trouve dès aujourd'l ls presque sur le pied de guerre. En mêi „ temps,on procède au déplacement des tre (s pes de la nouv elle Serbie. p Démenti officiel Belgrade, vendredi, 17 juillet, Contrairement à l'information d'un joi nal de Budapest, concernant des préparât militaires extraordinaires auxquels on lu livrerait en Serbie, 011 déclare îormeJleme: re clans les hautes sphères serbes autorisé qu'on n'a pris aucune mesure militaire < et soit de nature » justifier le moins du mor re l'information du journal en question. K), Incident de frontière Belgrade, jeudi, 16 juillet Le 14 juillet, des gardes-frontière at quèrent des soldats serbes réparant es blockhaus de Viljekolo, que le traité rs Bukarest donne à la Serbie* i TURQUIE A LA CHAMBRE Ie Le gouvernement a présenté à la Chambre un projet de loi demandant un crédit extraordinaire de 5 millions de livres pour les armements en vue de se garantir contre toute éventualité. Le projet a été renvoyé à la commission du budget. n_ La Chambre a abordé ensuite la discus-sion du budget de la guerre. Le ministre, .. Enver pacha, a rappelé les infortunes après n' lesquelles il a pris la direction du rninis-, ' tère de la guerre avec le devoir de l'éorga-. n_ ni-ser l'armée et la mettre en état de répa« rer les m-aUieurs subis. J'ai' dû mettre à qq la retraite quelques camarades qui, sortis gS il y a une quarantaine d'années des écoles, a ne pouvaient apprendre les systèmes mo-g dénies. J'ai dû les remplacer par des offi. ciers jeunes, capables de travailler. Par suite de la perte de territoires, l'armée au-jg paravant trop grande, a été réduite. L'ar-mée au moment de la guerre n'était pas. 'j bien coimnandée et n'a pas pu remplir son devoir. Le ministre espère que grâce à la nouvelle organisation, elle pourra faire c-e qu'elle n'a pas pu faire dans le passé.Avec les budgets ordinaire et extraordinaire, on arrivera à l'état désiré. Certainement, la n- Chambre aurait accepté un budget plus n- grand, mais le déficit budgétaire aurait h- augmenté. Le ministre termine en expri-5U niant l'espoir que. l'armée saura défendre s_ le pays. (Applaudissements.) ) La Chambre a voté ensuite sans discussion l'ensemble du budgetj s'élevant à 8 millions do livres.: (a) s Lettre d'Espagne (De. notre correspondant} à a) LA SUSPENSION DES CORTES-- MADRIÛ, 11 juillet» é- Interrogé par les journalistes espa-t ne gnols et par les députés des opposi» n- tions sur lo décret de suspension des nt Cortès, .M. Dato a très franch-eimenl es avoué qu'il croyait se trouver en pré.* ue sence dune suspension des séances des Chambres appelée à durer au moins r- jusqu'à la mi-octobre, époque à laquella ie un décret royal convoquera les Cortès à pour une nouvelle session ordinaire de-: rté vant durer au moins jusqu'à la fin de nt l'année. C'est dans cette session que la is- gouvernement espère faire voter d'abord; ae le projet de budget et les lois financiè-en res pour l'exercice 1914. M. Dato espéra faire voter, à la même époque, son fa-.0- meux projet de loi pour doter des res-tel sources nécessaires la seconde escadre^ es ainsi que le vaste projet cle réorganisa-. tion de ia marine dont le ministre, vice-a amiral Miranda, a esquissé les traits principaux au Sénat. Ce ministre est é- déjà parti pour s'embarquer à Saint-Sé-u- bastien sur le yacht royal « la Giralda »: ig pour accompagner Leurs Majestés dans ju la première ét-aipe de leur villégiature i ar Saint-Sébastien, à Gijon, à Santander,, lit jusqu'au moment où il sera remplacéi n- Par M. le ministre d'Etat, marquis dô e3 Lema. n. Jusqu'au dernier moment, les grou-i r P.es républicains, à la Chambre, ont pie-r-i ^ sisté dans leur a^Uucle d'obstruction systématique aux projets de crédits ;st pour la marine, les constructions nava-39 'es et les travaux clans les arsenaux, où n~ le minisire a failli être obligé de con-n' gédier trois mille hommes au Ferrol ui et autant à Carthagène et à Cadix. La n_ ministre dé la marine et le président " du conseil ont essayé de transiger poun gagner du temps en ajournant le projet cle crédits pour la seconde, escadre, et en se contentant^ pour le moment,, d'une quinzaine de millions de pesetas,; permettant de continuer les travaux île dans les chantiers du Ferrol. Lo groupa de républicain socialiste a essuyé de l'aire ie- obstruction même à ce minimum de, ;r- concessions pour la marine, et 011 a vu il- des républicains de la-minorité conjonc-:a- tionniste, qui comptent dans ses rangs a) des hommes sérieux comme MM. Azca-rate, Peclregal, Galdoz, Lomana, Sal-yatella, faire de l'obstruction systématique avec des agitateurs professionnels comme MM. Pablo Iglesias, Soriano et consorts. La Chambre a fini par don-in ner gain cle cause au gouvernement et in à la marine. M. l'amiral Miranda ne ue désespère pas de triompher — lors du nt vote définitif cet hiver — des résistances la que les groupes cle la démocratie espa-0 gnole opposent à tous les'projets de dépense pour la marine et l'armée dus à la politique espagnole au Maroc et aussi pour satisfaire aux ïiécessilés et. exigences de l'entente iïanco-anglo-espagno-le, er qui 11e plaît guère aux républicains ??-n- pagnols de toutes nuances, ni aux con-'ii- tribuables. L'attitude du parti libéral ?s. dynastique, dont le chef- M. le comte mi de Romanonès a fait récemment un ne voyage dans les territoires espagnols •u- du nord do l'Afrique, a été tout, aussi 0 significative; tant dans son hostilité à l'égard des crédits demandés pour les constructions navales qu'à l'égard de la politique de pénétration au Maroc. Du. ir- rant l'absence de M. de Romanonès, le ils ché-f chargé de la direction du parti lise béral, M. Villanueva, a eu soin de lais-it, ser entrevoir au gouvernement de M. ss Dato et aux oppositions que, dès cet [ul hiver, les libéraux feront cause com-de mune avec les gauches démocratiques ;b) contre les crédits sollicités et que le ministre de la marine, M. Miranda, a évalué devoir s'élever au moins à trente-irois millions par an pendant dix ans. ta- Le ministre croit pouvoir encadrer ces le crédits dans ses budgets annuels au de chapitre de la marine à partir de 1915. 3) Les républicains annoncent qu'ils re-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel L'indépendance belge gehört zu der Kategorie Liberale pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1843 bis 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume