Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes

278 0
22 September 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 22 September. Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes. Seen on 19 October 2019, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/8c9r20sc45/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

NOSSE GAZETTE VEUT L'DJOU TOTES LES SAMAINNES ADMINISTRATION-RÉDACTION: SOESTERWEG W AMERSFOORT ! ABONNEMENTS MENSUELS T A tvttm? Officiers et Civils 25 cents : , : HULjijAJN USj Travailleurs 15 „ S G. FONTAINE — E. LAMBRECHT— L.MARTIN ; Trp a NPTr Officiers et Civils 75 centimes • l rivAnvJL Sous-officiers et soldats 45 centimes m ♦ Lîdge qui danse. Patois Liégeois. Dji creus bin di n'rin avancî d'trop tôt mettant nosse bonne veye di Lîdge â prumî rang po l'art dè l'danse, et qu'si nosse vîle cité Wallonne, n'a nin comme si grande soûr flaminde, Anvers, des sâlles comme des p'tits palâs d'glaces avou des orchestrions géants di tote baîte; l'art dè l'danse, Amon nos Autes, n'est nin mons k'nohou po l'càse. Dji n'vis djas'ret nin di nos grands bals wisse qui l'quowe d'harondge „est de rigueur" (ça ireut d'abôrd so nosse pitite gazette comme on côp d'pogne so in' ouye) wisse qu'on v'fole so les pîds et qu'après côp on v'vint trover tôt faut totes sôres di courbettes et d'simagrawes po v'dimander pardon po l'aguesse qu'on vs'a mitwè spaté. Tôt çoula c'est dè tape à l'ouye, on va là po mostrer s'novelle twèlette; les parints y minet leus djônès feyes po les aidî â trover 011 pârti. On y a èmantchi totes sôres di danses qui n'sont vraimint qui des porminâdes, sins nolle aute raison, qui d'aminer l'conversâtion so aut'chwè C'est tôt djuste si les dan-seus ni s'dimandet nin: „Seras-tu avocat ingénieur au médecin?" — „De combien seras'tu dotée?" E n'on mot on y fait di tôt sâf dè 1 bonne danse. Po m'part quand dji dis. Lîdge qui danse, dji n'veus qui nos salles, grandes ou p'tites, là wisse qu'on danse â catchet. Chaque qwârti dè l'veye a s'sâlle, mins âx fiesses di porotcbes on danse îuînme â catchet divins les pus p'tits câbarets dè qwârti. Leyant nos cours di danses di costé, nos principalès sâlles sont, sins r'dite: „Amon Lapôrt" et „Amon Fauconnier". Ces sâlles, comme totes les autes d'abôrd, ni présintet nolle ritchesse; quéquès tchèïrs tôt atou, âx meûrs et â plafond des guirlandes faites avou des ânnais d'papî intrèlahis et <ii totes les coleûrs. Comme grandeûr elles sont djuste à l'ideye po s'èttinde divins totes les coènes l'orchesse wisse qu'on compte cinq ou sihe musiciens. Cès la sont st'assiou so n'pitite estrade, on y veut habituel'ruint : piano, violon, vio loncelle, clarinette et piston. Ci n'est nin todis fleûr di musiciens, mins po l'cadence et po v'taper foû on boquet à l'oreye, i n'a nouk â l'zi prinde. Suvant l'importance dè l'salle, i n'a onk ou pusieurs lèveus d'catchets. I mettet sovint on p'tit veston blanc, comme nos bârbis. C'est todis des solides gaillârds qui sont tchergîs dè l'police dè l'sâlle et dè fer payî les danses. Ossu, qwand arrive ine „margaye" (dispute, bataye) i vs'appicet po l'cou po l'tiesse et vos estez pus vite foû qui vos n'y avez st'intré. Danser à catchet vout dire qu'on paye deux censes et d'méye à chaque danse, après chaque danse on djowe on „bis" mins comme ci boquet là si danse po rin, totes les tchëirs si vudet et tôt l'monde, mînme les lèveus d'catchets rouflet è l'èvoleye. A propros dè „bis" i m'arriva on djou n'pitite avinteure (mins n'allez nin l'dire âx autes savez, on m'mett'reut co bin so l'gazette). Mi qui m'pinséve fleur di danseu, dji dgè-rive po m'aller sayi avou „les professionnels". Franc comme on tigneux dj inteure on djou „ Amon Laport", mins à pônne è l'sâlle mi coûr battéve comme ine grosse caisse et mes djambes estîts tourneyes à cli-clottes. Pus d'ine feye dji m'avanciha, mins dji m'res-couléve tôt côp bon comme si n'aveut n'saqui qui m'ri-sètchive po l'fraque. Dj'esteus portant bin décidé. On attaque on „bis". Les ouyes serrés dj'appiça n'vîle tintche qu'esteut st'assiowe tôt près d'mi. Avou leyes pinséve-dju dji m'mettret so l'ton; mins dj'ava st'à fer à pus fwert qui mi, li vîle „cuyère" potchîve comme ine gazelle et tournéve comme on campinaire. Li danse fineye elle mi tapa à l'vol tôt „s'crèvintant" dè rire: „Si c'est po danser ainsi, va rs'en séze". Dji n'alla maïe pus „Amon Laport". C'est l'dimègne li pus grand djou, on k'mince à danser di l'après l'dîner et on toune quéqu'feye disqu'à meye nute. Les djônés crapautes qu'on y resconteure sont todis frisses et appétihantes. Elles n'ont portant mettou qu'ine pitite blouse blanke ou d'coleûr, ine cotte tote simpe les serrant à l'taye, et tchâsseyes di solés mo- DEUXIINME ANNEE No. 8 PRIX: 3 CENSES ET DMÈÎE 22 DI SEPTIMBE 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes belonging to the category Oorlogspers, published in Amersfoort from 1917 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods