Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle

999 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 17 August. Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle. Seen on 27 November 2022, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/k649p2x90h/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Lundi 17 août 1914 No 190 Vingt-sixième année ABONNEMENTS: un an un seme. un trim*. francs francs francs ANVERS ■ ■ 15.00 8.00 4.50 Intérieur . is.oo 9.50 s.as EXTÉRIEUR . 30.00 15.50 8.00 On «'abonne à Anvers au bureau du inurnal, et dans tous les bureaux de poste ic Belgique et de l'étranger. — Les abonnements partent le 1er de chaque mois et ne peuvent dépasser le 31 décembre. bureaux: Marché-aux-Œufs, 9' - ANVERS Téléphone: 2388 ANVERS-BOURSE Finances, industrie, commerce, économie politique, variétés JOURNAL QUOTIDIEN DU SOIR Toute communication relative à l'administration ou à la rédaction doit être adressée à M. J. BACOT, directeur-rédacteur en chef du journal INSERTIONS: La grande ligne: Annonces ordinaires . . . 60 cme5 Demandes et offres d'emplois . 40 „ Convocations d'assemblées : une insertion . . la ligne 75 „ deuxième insertion „ 25 „ Annonces financières . „ 1 franc Pour une série d'annonces et pour Les annonces d'émission, on traite à forfait. Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se payent d'après l'espace qu'ils occupent. L'administration et la rédaction déclinent toute responsabilité quant à leur teneur. Le numéro : 5 centimes LE CONFLIT EUROPEEN LA GUERRE BELSO-ALLEMANDE La nuit à été calme aux environs de Tirlemont La situation générale n?a pas changé Les Français repolissent deux divisions allemandes à Dinant Les perspectives sont bonnes ;j'jrjtr?x-nxt*aKrxxeixœ£CfBanDm.-K£Z3czr- wn-innw iiimi ni ■■■«.■ imiiiibliiiiwii «■ miwimjLuua Ultimatum adressé par les Japonais aux Allemands L'ACTION MILITAIRE En Belgique LA SITUATKH HIER APRES MIDI Bruxelles, 16 aolt. — Voici le communiqué offlïieJ remis à la] presse à quatre heures et quart de raprèsmiiii : « La situation générale n'a pas changé depuis le dernier commtniqué. Devant nous, 011 11e signale aucune misse importante de troupes allemandes. Notre [innée n'est en contact direct avec l'ennemi en aucun point de son front. Dans l'enseiiule, 011 a l'impression d'un arrêt momentané dais les opérations. » LA NUIT A ETE CALME AUX ENVIFONS DE TIRLEMONT Bruxelles, 16 aoft. — La nuit a été calme aux environs de Tiiemont. L'ennemi se replie sur Herck-la-Ville wur. réparer ses forces. ENGAGEMENTS DE DETAIL Namur, 16 août. -4 La semaine dernière, au hameau de Ninave, éir les hauteurs de Chaud-fontaine, la grosse urtillerie allemande était établie pour bombaiier le fort de Chaudfon-taine. Un peloton eniimi montait la route conduisant à Ninave se tachant derrière une charrette de fourrage. Lei peloton fut aperçu par le fort de ChaudfontaW qui lui envoya quelques obus. Tous les li&nmes du peloton furent tués et la charrette dénolie. A Sauheid, hameauId'Embourg, trois automobiles occupées par tes officiers allemands, qui circulaient le long de la route longeant l'Ourthe furent bombatiés par lè fort d'Em-bourg. Un auto fut prédpité dans l'Ourthe. Les autres furent démolis. Vous les oécupants furent tués. On dit que presque jcurnellemeut de petits combats ont lieu autour des forts de la position de Liège et que chique fois l'ennemi est repoussé. Jeudi soir les Allemands' ont tenté l'assaut contre le fort LÔicin mais ils ont été repoussés. PATROUILLES ALLEMANDES MALMENEES Bruxelles, 16 août. — \ers trois heures de l'après-midi une patrouilj» de vingt uhlans s'est approchée de Gemblotx où elle esuentrée en contact avec la cavalele belge, ;qui\a ouvert le feu. Deux uhlans ojt été tués. 1 es autres ont pris la fuite. Versila même heure, à Grandley, près Gembloux, lue patrouillelalle-mande a essuyé le feu de1 110s soldats! Les ulilans ont pris la fuite. LE COMMUNIQUE OFFICIEL DE LA LEGATION FRANÇAISE A BRUXELLES.Communication de la légalon de Frarîcetà Bruxelles : L'attaque brusquée qui devait se produi ^ par la Begique et se terminerbar une marelà immédiate sur la France a échoué comm1! ' ■ concentration françaises se sont effectuées l'attaque brusquée des Allemands sur Nancy. A la suite de ces échecs, la mobilisation et la avec une régularité parfaite. Les mouvements de nos troupes sont bien coordonnés avec ceux de nos alliés. Le corps expéditionnaire britannique a débarqué. Dans la Manche, l'Atlantique et la Méditerranée, la maîtrise de la mer nous est assurée (complètement. Des mines ont été, dit-on, immergées par les Allemands dans la mer du Nord. La France et ses alliés se ravitailleront certainement et facilement. Les troupes françaises d'Afrique ont été transportées en France sans aucun incident. Le gouvernement français, comme le gouvernement belge, a expressément recommandé aux populations civiles de 11e pas prendre part aux hostilités. Tous les cas de participation de la population civile aux hostilités signalés par les Allemands, sont faux. Dans les Hautes Vosges les Allemands reçu lent et nos troupes continuent leur mouvement de progression. Elles ont brillamment enlevé plusieurs villages dont ceux de Blam-mont et de Ciney. Des colonnes allemandes comprenant 1111 corps d'armée bavarois se sont repliées lais-I sant des prisonniers, des blessés et des morts. Nous avons repris Thann. Le général von Deimling aurait été blessé, assurent les prisonniers. Nous avons pris 1111 drapeau allemand et un nouvel aéroplane. Les avions français ont jeté des obus à Metz sur les hangars Zeppelin. SUR LA LIGNE DE L'EST FRANÇAIS. LES FRANÇAIS REMPORTENT DE NOUVEAUX AVANTAGES. Paris, 16 août. — C'est au milieu de l'éclatement des projectiles et d'une canonnade ininterrompue que les lieutenants Cesari, Capral et Prudhomme, partis de Verdun vendredi chacun à bord de leur avion, réussirent à lancer leurs projectiles sur le hangar des dirigeables de Frascati. Ils sont revenus sains et saufs et ont été cités à l'ordre du jour de l'armée. Les Allemands commettent des actes de sauvagerie inouïs dans les villages de la Haute-Alsace, qu'ils évacuent notamment à Dannema-rie, où les Français ont trouvé les maisons incendiées et des cadavres d'habitants fusillés encombrant les rues. L'affaire de Blamont-Cirey a été particulièrement brillante. L'action fut chaude et bien conduite. C'est vendredi soir qu'une de nos divisions a commencé l'attaque du corps bavarois qui dut se retirer dans la direction de Sar-rebourg devant le double mouvement débordant des troupes françaises. Les Allemands ont subi des pertes sérieuses. Le moral des Français est excellent. On signale spécialement l'énergie de nos blessés et la confiance qu'ils conservent. Nous avons occupé vendredi l'important massif du Don011 où nous avons capturé plus de cinq cents Allemands. COMBAT FRANCO-ALLEMAND AUX ENVIRONS D'YVOIR Namur, 16 août. — Un garde civique arrivant de Namur dit qu'un combat est engagé dans les environs d'Yvoir entre troupes allemandes et françaises. Les détails manquent. Les trains de Namur à Binant ne vont plus que jusqu'à Gelinden. LE COMMUNIQUE QUOTIDIEN DU MINISTERE DE LA GUERRE DE FRANCE. Paris, 16 août. — Un communiqué du ministère de la guerre en date du 16 août, vingt-trois heures trente, dit : « Le mouvement en- avant se développe sur tout le front de Rechicourt jusque Sainte-Marie aux Mines. » Dans les Vosges nous avons enlevé Sainte-Marie-aux-Mines et nous avons progressé jusqu'à la région de Saint-Biaise. » Les troupes françaises qui occupèrent Do-non avant-hier ont avancé. Leurs progrès furent extrêmement rapides dans la vallée de Scliirgek, où nous fîmes mille prisonniers outre les cinq cents d'avant-hier. » De nombreux équipements ennemis ont été abandonnés. Nous avons pris dans cette région des canons de gros calibre, des canons de campagne et des caissons. » Dans la. région de Blamont et de Cirey nous nous sommes portés jusqu'à la hauteur de Lerquim. Nous avons enlevé un convoi d'une division de cavalerie allemande comprenant dix-neuf camions automobiles. » Sur la Meuse, à Dinant, nous avons repoussé l'attaque de .deux divisions allemandes qui furent poursuivies par la cavalerie française jusqu'à la rive droite de la Meuse. » Le moral, des troupes est excellent. Malgré les pertes subies dans les divers engagements les officiers français ont la plus grande peine à retenir leurs hommes. » Contrairement à l'espoir de l'Allemagne qui escomptait une défaite française décisive, rapidement amenée, lui permettant de se retourner ensuite contre la Russie, d'autres assaillants vont obliger l'Allemagne et l'Autriche à engager une lutte qui semble devoir prendre immédiatement de sérieuses proportions. » NOUVEAU SUCCES REMPORTE PAR LES FRANÇAIS DEVANT CIREY. SITUATION EXCELLENTE DANS LA HAUTE-ALSACE. Paris, 16 août. — Les Français ont remporté un nouveau succès devant Cirey où ils firent reculer encore le corps bavarois. Us occupent des positions avant la frontière.Dans la Haute-Alsace la situation est excellente. Nous tenons fortement le pied des Vosges. LA GUERRE AUSTRO-SERBE Les Serbes se défendent bien Nisch, 12 août. — Onze heures trente. — Depuis deux jours, le bombardement de Belgrade se poursuit avec acharnement. Les grosses pièces de siège envoient des projectiles sur toute la ville. L'université, la légation d'Angleterre et de nombreux bâtiments sont gravement endommagés. Plusieurs de ces derniers sont en flammes. Hier soir, de cinq à huit heures, les Autrichiens ont ouvert un terrible feu d'artillerie jetant seize schrapnels par minute. L'artillerie serbe a répondu pour la première fois et a réduit au silence l'artillerie autrichienne. Danfe la matinée, entre Obrenovatz et Belgrade, un combat s'est engagé sur tout le front. Sous le feu de l'artillerie serbe les Au--trichiens ont été obligés de changer plusieurs fois leurs positions et subirent de grosses pertes.M. Pachitch qui était resté plusieurs jours à Kragujëvatz est entré ce matin à Nisch. Le bombardement de Belgrade Nisch, 16 août. — Hier soir, de cinq à sept heures, les Autrichiens ont repris le bombardement de Belgrade. Plusieurs maisons ont été endommagées. L'artillerie serbe a réduit l'artillerie ennemie au silence. Ce matin, un combat d'artillerie s'est-engagé devant Obrenovatz de même que devant Belgrade. LES SERBES PRENNENT SOUHAGORA EN BOSNIE Nisch, 16 août. — Les Serbes, repoussant l'ennemi, ont occupé Souhagora, près de Wy-ehegrand et Bouyak, sur la rivière Lima. En face de Loznica, les Autrichiens ont jeté 1111 pont sur la Drina. ENTRE RUSSES ET AUTRICHIENS Les Russes repoussent régulièrement les Autrichiens .Saivi'-Pêtfrsbourg, 16 août. — La cavalerie russe a dispersé, le 13 août, aux environs de Kielce, huit cents sokols que soutenaient des détachements du 2e dragons autrichiens. Après un combat, l'ennemi a évacué Kielce et Chent--sin.Le même jour, des détachements de la première division d'infanterie allemande ont tenté une attaque sur le front Gator-Dajohrenx-Eydtkuhen-Kybeiki, niais ils furent repoussés après un combat d'artillerie. Le 14 août, une division de -cavalerie allemande avec de l'artillerie a attaqué les lignes russes. La cavalerie russe a forcé les Allemands à une retraite précipitée. Le 15 août, l'ennemi est revenu attaquer Eydtkuhnen, mais il fut de nouveau repoussé. Le même jour des escarmouches se sont produites à Kreitingen et à Alexaudrosk.Les troupes russes débusquèrent l'ennemi de plusieurs villages que les Allemands incendièrent pendant leur retraite. La cavalerie russe, après avoir repoussé des détachements d'infanterie et de cavalerie, a occupé Obetzko. L'ACTION NAVALE CAPTURE DE DEUX VAPEURS ALLEMANDS Tokio, 16 août. — Des croiseurs anglais ont capturé les vapeurs allemands Prince-Valdë-mar et York chargés de vivres et provenant de Samoa. NOS DÉPÊCHÉS Service de l'Agence Havas COLLISION ENTRE UN TORPILLEUR ANGLAIS ET UN VAPEUR HOLLANDAIS.Amsterdam, 16 août. — Les journaux publient l'information suivante que nous reproduisons sous les plus expresses réserves : Dans la nuit de vendredi le torpilleur anglais Bullfinch a été coupé en deux après une collision dans la mer du Nord avec le vapeur néerlandais Kinderdyk. Le Bullfinch a eu cinq hommes grièvement blessés et probablement plusieurs morts.La collision est attribuée à une fausse manœuvre du Bullfinch. L'ULTIMATUM DES JAPONAIS AUX ALLEMANDS Tokio, 16 août. Le gouvernement japonais a fait remettre au gouvernement allemand un ultimatum demandant au gouvernement allemand : 1" De retirer des eaux japonaises et chinoises ses bâtiments de guerre ou de les désarmer ; 2° D'évacuer dans le délai d'un mois le territoire du protectorat de Kiaou-Tcheou. Le gouvernement japonais se réserve de restituer éventuellement ce territoire à la Chine. Dans la déclaration accompagnant l'ultimatum, le Japon insiste sur la nécessité de respecter les intérêts en vue desquels fut conclue l'alliance anglo-japonaise ainsi que sur le désir d'éviter tous troubles dans les mers d'extrême Orient. Avant d'agir le Japon réglera son attitude de concert avec l'Angleterre. NOTRE ATTACHE MILITAIRE EN FRANGE DECORE Paris, 16 août. — Le major d'artillerie belge Collon, attaché militaire de Belgique en France, est nommé chevalier de la légion d'honneur. DEMENTI DE FAUX BRUITS REPANDUS PAR LES ALLEMANDS Saint-Pétersbourg, 16 août. — Les autorités allemandes ayant fait circuler le bruit que le gouvernement russe a organisé des bandes d'iiTéguliers sur la frontière où elles commettent des atrocités, le gouvernement russe publie semi-officiellement une déclaration disant que la Russie n'a pas formé de telles bandes et que le but de ces bruits est d'imputer aux Russes des violences et des excès que les troupes allemandes commettent elles-mêmes envers les blessés et la population paisible. LES ATROCITES COMMISES PAR LES ALLEMANDS EN FRANCE Paris, 16 août. — Quotidiennement parviennent à Paris des récits d'atrocités commises par les Allemands dans les villages frontière. Des uhlans ont abattu deux jeunes gens de dix-huit, à vingt ans qui cherchaient à s'enfuir et, quelques jours après, ils firent annoncer que les habitants devaient déposer les armes à la mairie, puis ils incendièrent des granges I et fusillèrent quiconque sortait dans la rue. Un rapport du commissaire de police donne j les noms des victimes et. énumère d'autres atrocités telles que l'incendie de maisons dans lesquelles étaient enfermées des femmes, le meurtre de soldats français blessés, etc. EN SUEDE Stockholm, 16 août.— La nouvelle classe des contingents annuels d'infanterie, deux classes d'artillerie et certaines catégories de cavalerie sont appelées sous les drapeaux à partir du 24 août. Le gouvernement a décrété le moratorium jusqu'au sept septembre. LE SOCIALISTE LIEBKNECHT Copenhague, 16 août. — Selon des dépêches de Berlin, le socialiste Liebknecht a pris du service dans l'armée. / LE MORATORIUM EN TURQUIE Constantinople, 16 août. — Le moratorium ottoman reporte à un mois toutes les échéances. Il ne comprend pas les coupons. L'AMBASSADEUR D'AUTRICHE QUITTE LONDRES Londres, 16 août. — L'ambassadeur d'Autriche, comte Men-sdorff, accompagné par le personnel de l'ambassade et trois cents Autrichiens' ont quitté Londres ce soir pour Fal-mouth, d'où ils se rendront en Autriche par mer. LES MOBILISABLES ALLEMANDS ET AUTRICHIENS EN RUSSIE Saint-Pétersbourg, 16 août. — On annonce officiellement que tous les mobilisables autrichiens et allemands résidant en Russie seront retenus jusqu'à la fin de la guerre dans quelques provinces orientales de la Russie d'Europe. Aucun ne sera envoyé en Sibérie. LES TROUPES EUROPEENNES RAPPELEES D'ALBANIE Rome, 16 août. — Le Messagero annonce que les puissances ont rappelé leurs détachements de Scutari. A ^ANVERS REMONTE DE L'ARMEE Le bourgmestre porte à la connaissance de ses concitoyens que-le président de la commission de remonte de l'armée siégera à partir de huit heures et demie du matin au hangar 28 des bassins du nord pour l'achat de chevaux de selle pour l'armée. Tous les intéressés peuvent se présenter au susdit officier. Les chevaux doivent avoir plus de trois ans d'âge. Le bourgmestre, J. De Vos. LE POIDS ET LE PRIX DU PAIN A la population Le bourgmestre, se rapportant à sa décision du 13 courant, attire de nouveau l'attention de la population sur le fait que le prix maximum du pain est actuellement fixé à 0 fr. 30 pour un pain d'un kilo. A partir du 17 courant, on ne pourra plus mettre en vente des pains qui ne

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle belonging to the category Financieel-economische pers, published in Anvers from 1889 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods