Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle

979 0
26 January 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 26 January. Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle. Seen on 02 February 2023, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/j38kd1rm3d/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Lundi 26 janvier 1914 No 21 ABONNEMENTS i Ci at aa ito*. ni trio bases francs franc ANVERS . . 16.00 8.00 4.6C INTÉRIEUR . 18.00 9.60 5.2t EXTÉRIEUR . 30.00 15.60 8.0C On «'abonne à Anvers »u bureiu d iournal, et dans tous les bureaux de posi de Belgique et de l'étranger. — Les abonni ments partent le 1" de chaque mois et 11 peuvent dépasser le 31 décembre. BUREAUX ; Marché-aux-Œufs, 9' - ANVERS Téléphone i 2388 ANVERS-BOURSE INSERTIONS : La grande ligne 3 Annonces ordinaires .... 60 c,ne* Demandes et offres d'emplois . 40 * Convocations d'assemblées : une insertion . . la ligne 76 » deuxième insertion » 25 » Annonces financières » 1 franc Pour une série d'annonces et pour Us annonces d'émission, on traite à forfait. Les annonces sont mesurées au lignomètre. — Les titres se payent d'aprè9 l'espace qu'ils occupent L'administration et la rédaction déclinent toute respoffëabilité quant à leur teneur. >»l Le numéro : 5 centimes Finances, industrie, commerce, économie politique, variétés JOURNAL QUOTIDIEN DU SOIR nnt» rnmmnniratinn relative à l'admisiiitraticu on à ta rédadioa doit être adressée à M. J. BACOT, direcîsïîr-rédactsiir ee cfe f du journa ACTUALITÉS HOMMAGES OFFICIELS Obéissant à une pieuse inspiration notre confrère Paul Brault, rédacteu. du journal parisien Eclair, avait pri; l'initiative d'un mouvement tendant i glorifier la mémoire d'Hégésippe Simon Pour y mieux réussir, il avait consti tué un comité où des hommes publics consentaient à siéger. Un généreux dona teur ayant spontanément fait les frai: d'un buste, d'une colonne et d'une in scription commémorative, il devenai inutile d'ouvrir une souscription. L< rôle du comité se bornerait à organise] les fêtes d'inauguration pour lesquelles on comptait au moins sur la président d'un ministre, à distribuer les invita tions, à régler l'ordre des discours. Or prévoyait un banquet, peut-être prémé ditait-on un feu d'artifice. Sénateurs, députés, conseillers géné raux et municipaux répondirent à l'ap pel de M. Paul Brault. M. René Besnard ancien sous-secrétaire d'Etat des beau? arts dans le précédent cabinet, autorisé le rédacteur de I'Eclair à faire figurei son nom parmi les membres d'honneui du comité du centenaire d'Hégésippe Si mon. Il était heureux de « s'associer ains: à l'hommage rendu à cette gloire de no tre démocratie ». Il promettait d'assistei à l'inauguration du monument, et de prendre la parole au banquet qui sui vrait. M. Sarrien, ancien garde des sceaux ancien président du conseil des minis très lors de l'avènement de M. Glémen ceau, consentit à siéger au comité, mai; il n'osait s'engager pour les fêtes ni poui les discours. Il remerciait M. Brault d( lui avoir fourni l'occasion de rendre ui solennel hommage à Hégésippe Simon ce noble éducateur de la démocratie. M. Lintilhac, vice-président du sénat se signala parmi les plus empressés, e son adhésion en valait beaucoup d'au très. M. Lintilhac a, en effet, commence sa carrière dans l'enseignement et il s'es élevé à une chaire de la Sorbonne. Au cun autre mieux que lui n'était qualifie pour apprécier les rares services rendus par Hégésippe Simon à l'instruction pu blique. Il fut entendu qu'Hégésippe Si mon avait été un « précurseur ». On s'ac " corda à reconnaître qu'il avait largemenl contribué à développer en France les admirables créations de Lakanal. M. d'Aunay, ancien ambassadeur, as sista M. Paul Brault de son nom en lu exprimant le regret de ne pouvoir enga ger sa présence. M. Mazière, sénateur, annonça qu'i. assisterait avec plaisir aux cérémonies d'inauguration, mais qu'il renonçait- à 3 prendre la parole. Au total, une quarantaine de person nages essentiellement distingués rejoi gnirent le zélé .journaliste en l'assuran de leur patronage. Aucun ne vint siégei au comité, mais tous approuvèrent le: résolutions dont M. Paul Brault pri l'initiative. Des notes périodiques furen adressées aux journaux et, finalement l'apothéose d'Hégésippe Simon fut fixéi au 30 mars. Alors seulement, M. Paul Brault si décida à confesser que son héros n'avai jamais existé ! Il n'y avait pas d'Hégé sippe Simon. Le journaliste avait spé culé sur l'engouement des hommes pu blics pour les inaugurations de monu ments, et il avait froidement mystifié h représentation nationale. Aucun des sé nafeurs, des députés, des anciens minis très, des anciens ambassadeurs atteint: par sa circulaire n'avait osé avouer qu'i ignorait Hégésippe Simon. Aucun n'avai pris la peine de s'enquérir. De telle sorte qu'Hégésippe Simon devenait célèbre illustre, sans avoir vécu. Il est profondément regrettable que M. Paul Brault n'ait point poussé s< mystification jusqu'au bout. Nous au rions eu la cérémonie d'inauguration e nombre d'orateurs parlementaires se se raient partagé le devoir de louer conve nablement le glorieux défunt. Hégésipp Simon aurait eu son buste, et nous au rions vu des préfets, des généraux, de magistrats trinquer à sa mémoire véné rée. Le gouvernement aurait profité d' l'occasion pour distribuer des palmes e du ruban du mérite agricole, et peut être aurions-nous aperçu un centenair assez entraîné dans cette joyeuse super cherie pour prôner Hégésippe Simoi d'après ses souvenirs personnels. Il man que à cette histoire quelqu'un qui aurai connu le précurseur, l'éducateur de 1: démocratie. Hélas, M. Paul Brault, par excès d'in géniosité, avait rendu ce merveilleux dé nouement impraticable. Pour mieux sé duire ses correspondants parlementaires il avait à chacun d'eux signalé Hégé sippe Simon comme un compatriote, s bien que l'éducateur de la démocratie à l'égal d'Homère, se trouvait avoir pri naissance simultanément dans des ré gions différentes. Selon l'origine du sé nateur ou du député, le « précurseur était né à Dunkerque, à Marseille, : Nantes, à Nancy, à Bordeaux, à Brives la-Gaillarde ou à Condé-sur-Noireau, e chaque membre du comité vivait dan l'illusion que la fête aurait son départe ment pour théâtre. Les commissaires n se bornaient point à honorer Hégésippi Simon : ils se le disputaient ; ils se l'ar rachaient. Et cette circonstance ajoute au comiqu de l'aventure en nous révélant que ce graves personnages sont aussi ignorant en histoire locale qu'en histoire générale Naturellement, tous se défendent au jourd'hui d'avoir été mystifiés : tous ex [iliquent leur adhésion au comité Hégé sippe Simon par l'étourderie d'un secré taire. Ils auront quelque peine à nous en 1 persuader. Firmin Chari.erie. Dépêches télégraphiques (Service de VAgence HA F.-1S) DANS LES BALKANS Nouvelles de Constantinople CONSr.vNTiNOPî.e, 25 janvier. — [.e put: javelle oecuménique, accompagné d'une délégation ; du conseil du patriarcat, n été reçu hier par le grand-vizir et le ministre de la guerre, auxquels il a présenté ses doléances relativement 5 à l'emprisonnement de sujets grecs ottomans et au boycottage dont sont l'objet les Grecs , t en général. Les ministres ont promis de pren-» dre les mesures nécessaires. M. Lejesne, mem-! bre de la commission financière, va prendre la direction du cadastre. Asmi-bey, ancien ' préfet de police de Constantinople, est nommé : \nli d'Angora. En Albanie V\lona, 23 janvier. — L'ancien président du gouvernement provisoire. Ismail kemal-bey, part pour Brindisi. Il restera peu de temps en Italie. Il ira ensuite à Berlin pour y rejoindre le prince de Wied. Les Français en Grèce Paris, 25 janvier. — On signa aujourd'hui en présence de MM. Venizelos et Romands, ministres de Grèce, avec la Société de construction des Batignolles. une convention chargeant cette société d'établir le railway de raccordement Pirée-Athènes-Larissa et le i">P-way Mientaux. qui fera communiquer directement la Grèce avec l'Europe occidentale. Des dispositions et avantages spéciaux sont stipulés pour l'achèvement de la ligne dans 1"î plus bref délai. Elle sera exploitée au plus t1'rd dans dix-huit mois. Sa longueur sera de quatre-vingt-dix kilomètres à écartement normal. Le trajet Paris-Athènes s'effectuera en soixante heures. M. Delcassé décoré par la Russie Smnt-Pktersbourg, 25 janvier. — Le tsar a conféré à M. Delcassé. ancien ambassadeur de ' France a Saint-Pétersbourg, l'ordre de S-iint André, en récompense de ses efforts pour res ; serrer les liens de l'alliance franco-russe, i La glace dans le Danube ( Ismail gouvernement de Bessarabie). 25 janvier. — Le cours du Danube étant en ce moment obstrué par des masses de glace et de » neitre, il en est résulté ries inondations qui j ont causé de grands dégâts dans les localités de la i3essarabie situées sur les rives du , fleuve. De nombreuses maisons sont sous l'eau. Les autorités ont organisé des secours. De nombreux navires étrangers chargés de céréales sont immobilisés par la glace près ! d'Ismail, de Kiïia et de Reni. Une régie nationale des chemins de fer belges VI Dans le projet de la commission, comme nous l'avons dit samedi, la « responsabilité des ministres » des chemins de fer et des finances ne serait pas supprimée.Au contraire, l'intervention du minis-i tre des finances dans toutes les opérations engageant les ressources du trésor ou le crédit de l'Etat est hautement affirmée et maintenue. La responsabilité du ministre des che-; mins de fer sera certainement réduite de tout ce que le projet place dans le cadre i des attributions de la régie nationale ; ; mais sa mission sera avant tout une t « mission de surveillance » ; il demeurera responsable de la stricte observa- > tion de la loi. La nomination des administrateurs lui permettra de choisir des > hommes compétents. Son approbation t sera nécessaire pour que les budgets puissent être présentés au parlement et, par ce côté, il se trouvera en mesure de « diriger de haut notre politique des transports », au lieu de se perdre dans l le million de détails qui nous amènent le gâchis d'aujourd'hui. C'est tout ce que le parlement peut s exiger. [ Quels seront les rapports de la régie t nationale avec les ministres des chemins s de fer et des finances ? La lecture des divers articles de l'avant-projet nous l'indique.Les ministres des chemins de fer et i des finances proposent au roi la « nomination » et éventuellement la révocation t des membres « du conseil d'administration » de la régie nationale. Ces membres sont nommés pour six ans ; au nombre > de quinze, ils sont répartis en deux séries de sept et huit membres dont la plus 3 petite ne siégera, pour la première fois, que pendant trois ans. Les sortants peu-3 vent être réélus. Les membres du con-t seil d'administration ne peuvent appartenir au parlement, ni remplir de fonc-3 tions rémunérées par les pouvoirs publics. Les fonctionnaires qui seraient ap-î pelés à faire partie du conseil d'administration peuvent obtenir leur mise en t disponibilité. Ils conservent les droits i qu'ils ont acquis à une pension de retraite proportionnée à leurs années de service. D'après l'article 6, les membres du collège des commissaires, au nombre de sept, son nommés au scrutin secret : qua- - tre par la chambre des représentants et i trois par le sénat, pour un terme de trois ans. Ils sont rééligibles. Ils peuvent ap-3 partenir au parlement mais ils ne peuvent non plus remplir de fonctions rému- - nérées par les pouvoirs publics. > L'article 7 prévoit les vacances et re-i nouvellements de mandats. L'article 8 impose au conseil d'admi-t nistration de faire approuver le règle-5 ment organique par arrêté royal. Aux termes de l'article 9, les mem-î lires du conseil d'administration reçoi-3 vent un traitement fixe, déterminé par arrêté royal et qui n'est pas inférieur à quinze mille francs. Ils peuvent se voir 3 attribuer, sur l'excédent favorable du 5 bilan, un tantième qui ne pourra dépas-3 ser pour chacun d'eux, cinq mille francs. Les membres du collège des commissai- - res reçoivent des jetons de présence dont le montant, pour chacun d'eux, ne peut dépasser trois mille francs l'an. Les articles 10 et H règlent les délibérations et les nominations du bureau. L'article 12 détermine les garanties que devront fournir les administrateurs. Chacun d'eux doit affecter, par privilège, cinquante obligations de mille francs chacune de la dette belge ou d'autres emprunts garantis par l'Etal, à la garantie de sa gestion. L'article suivant spécifie que l'administration qui aurait un intérêt personnel et direct dans une opération soumise à l'approbation, du conseil d'administration est tenu d'en avertir le conseil et de faire mentionner cette déclaration au procès-verbal de la séance. Il ne peut naturellement prendre part aux votes relatifs à cet objet. Les administrateurs, aux termes de l'article 14, ne contractent aucune obligation personnelle relativement aux engagements de la régie nationale. Cela va de soi puisque c'est le ministre qui garde la responsabilité de la bonne gestion de la régie. Mais ils sont responsables, conformément au droit commun, de l'exécution du mandat qu'ils ont reçu et des fautes qu'ils ont commises personnellement dans leur gestion. Voici, d'après l'article 15, les limites de leur responsabilité : En cas de fraude, de négligence grave ou d'absence prolongée, ils peuvent être révoqués. Ils sont solidairement responsables envers la régie nationale ou envers les tiers de tous dommages et intérêts résultant, d'infractions aux dispositions des lois en vigueur ou du règlement organique. Ils ne sont déchargés de cette responsabilité, quant aux infractions auxquelles ils n'ont pas pris part, que si aucune faute ne leur est imputable ou si la faute d'un autre n'a pu leur être connue. L'article 16 prévoit la réunion du conseil général de la régie nationale, à la demande du ministre des chemins de fer ou à celle des commissaires. Ces réunions ont lieu au minimum deux fois par an en vue d'examiner le projet de budget, les projets de compte, de bilan et de compte de profits et pertes. La gestion journalière des affaires, selon l'article 17, ainsi que les délégations relatives à cette gestion peuvent être confiées soit à des membres du conseil d'administration, soit à des agents dont la nomination, la révocation et tes attributions sont déterminées par le règlement organique. C'est le collège des commissaires, aux termes de l'article 18, qui a la surveillance de la régie nationale. Les commissaires ont un droit illimité de surveillance et de contrôle sur toutes les opérations de la régie nationale. Ils peuvent prendre connaissance, sans déplacement des livres, de la correspondance, des pro-cès-verbaux et généralement de toutes les écritures. Ils soumettent aux chambres législatives au moment où les projets de bilan et de compte de profits et pertes sont déposés, un rapport relatant les résultats de leur mission, avec les propositions qu'ils croient convenables et lui font connaître le mode d'après lequel ils ont contrôlé les inventaires. (.4 suivre.) J. T. LE DEGEL Fini de rire, les patineurs sont depuis hier dans la désolation. Au parc, de bonne heure, la foule avait été compacte. Plus de promeneurs que de patineurs, évidemment, èt plus de boue que de glace. Mais, enfin, l'étang gelé avait repris cette physionomie animée, grouillante et pittoresque qu'il n'avait plus eue depuis les hivers fameux où l'Escaut, à Hobu-ken, avait- été bloqué par les glaçons. Vers midi, cependant, la foule était si grande que son poids fit remonter l'eau sur la glace, à travers les orifices qui s'y trouvaient pratiqués pour l'aérage du fond, où les poissons, en hiver, se tiennent tapis dans la va.se. Et ce fut bientôt le désastre. Vers une heure, rie larges flaques envahissaient la surface glacée, qui ne tarda pas à devenir impraticable. Aussi la police donna t elle l'ordre aussitôt d'évacuer le champ de glace. Pendant ce temps, le dégel, qui avait commencé dès le matin, s'accentuait, et tout espoir fut bientôt perdu pour les amateurs de glissades et de patinage. Si le vent ne se remet pas au nord, il est probable que ç'en sera fait de la glace pour cette année. Il en était temps, d'ailleurs, car il n'y a pas que des patineurs en ce monde, et la situation commençait à se faire très préjudiciable à. la navigation d'intérieur. LA REPRISE DES DARSES Samedi après midi, le collège s'est réuni en séance* extraordinaire pour examiner les clauses du contrat de rachat, des darses nouvelles et du tronçon de bassin-canal y affêrant, contrat qui a fait l'objet d'une proposition du ministre Helleputte et d'une contre-proposition de la Ville, en décembre dernier. On sait que la principale difficulté était née de ce fait que l'Etat ne voulait accorder A la Ville, autour des installations maritimes à racheter par elle, qu'une mince bandelette de terrain où Ton pourrait édifier les hangars. Cette manière de voir avait soulevé de sérieuses objections de la part de notre échevin du commerce, si bien que le collège s'est rallié à son avis, et a exprimé l'opinion qu'une bande de deux il trois cents mètres de largeur au moins, devrait nous être cédée par l'Etat au pourtour des darses nouvelles. Le collège a décidé samedi, qu'il proposerai! immédiatement le rachat de ces terrains, au prix que l'Etat y a consacré lui-même au moment des expropriations, plus les intérêts Lu Ville fera remarquer subsidiairement que les travaux qu'elle entreprendra dans la zone acquise par elle aura pour effet immédiat de faire augmenter la valeur des terrains adjacents de l'Etat. Cette proposition paraît à ce, point raison nable qu'il faut espérer qu'elle n'occasionnera aucun retard nouveau de la part du gouverne ment. II importe, à tous les points de vue, que l'outillage des darses puisse être entrepris flans le plus bref délai. UNE CHORALE HOLLANDAISE Le « Spoel's vocaal ensemble » est une société chorale composée d'une trentaine de membres dames et messieurs, habitant Schravenhague, et que dirige l'excellent chef de musique Spoel. Ce chœur, qui compte d'ailleurs de remarquables solistes, chante «A Capella », c'est-à-dire sans accompagnement. Il s'est acquis en Hollande une réputation qui lui valut le haut patronage de la reiue-mère, et lui vaut encore, ii toute occasion les applaudissements du public hollandais presque aussi difficile, en , ces matières, que le public allemand lui-même. Cette chorale chantait, hier après midi, au Cercle artistique, à l'invitation de la « Vereeni-ging vooi bescliaafde nederlandsche uit-spraak », et elle nous a donné un concert vocal dont garderont mémoire tout ceux qui eurent la bonne fortune d'y assister. M. Spoel, avec un sens très sûr, des ressources que présentent une masse de voix homogène et touffue, comme celle qu'il a su réunir, s'attache principalement à remettre en honneur les vieux ctiœurs patriotiques que nous ont légués les trésors musicaux de la renaissance et des deux siècles qui suivirent. Il affectionne les motifs graves, recueillis et quasi religieux d'un Valérius, dont sa. chorale hier, nous fit entendre : « Bede voor het vader-land », « Dankgebet » et « Loflied op den Hol-lander en den Zeeuw », qui tous respirent une ferveur et un enthousiasme que l'on chercherait en vain dans les cantates contemporaines. Un « Lied op het ontzet van Bergen-op-Zoom , rappelle la fameuse chorale française de la « Prise de Marignan », qui est célèbre. Parmi les romances anciennes, on a applaudi : « Ik weet een molenarinneke », <■ Vier weverkens », et une superbe chanson héroïque intitulée : « 't Ros Beyaert cloet zijn ronde », qui a obtenu un gros succès. Nous espérons que l'une de nos sociétés musicales nous fournira l'occasion bientôt de réentendre le « Spoel's vocaal ensemble », trop peu connu à Anvers. INTÉRIEUR L'inauguration des installations maritimes cJe Bruxelles Nous avons dit que la gelée avait compromis considérablement la ma relie des travaux des installation maritimes. 11 paraîtrait, à en croire Bruxellkh-Maritimi:, que cet arrêt aura des conséquences telles que la date de l'inauguration de Bruxelles-port de mer sera retardée, d'au moins deux mois. Elle était fixée, on le sait, au début du mois de juin. L'usage du chèque L'usage du chèque s'étend de plus en plus en Belgique : le rapport d'une de nos grandes banques bruxelloises nous apprend qu'au cours de l'année écoulée, elle a ouvert des comptes à plus de huit mille nouveaux dépo-; sauts ; le total des dépôts effectués a dépassé de 53 milions celui de l'année précédente. Par contre, les banques se sont ressenties du mauvais état du marché financier ; c'est ainsi que, pour cette seule banque, le montant des ordres de bourse, exécutés pour le compte de la clientèle, a été inférieur de 22 milions à celui des opérations conclues en 1912. Dans l'armée Le lieutenant général Léman, commandant l'école militaire, est nommé commandant de la troisième division d'année, dont le quartier-général est à Liège, en remplacement du général de t'Serclaes, décédé. Son successeur à l'école militaire sera le colonel Cuvelier. Au chemin de fer Le service de la traction et du matériel vient de décider d'organiser, à titre d'essai, des trains remorqués par deux locomotives, l'une en tête, l'autre en queue. Cet essai sera tenté à la suite des perturbations et des retards constatés sur les lignes de transport vers Athus. Les trains d'essais pourront remorquer 244 wagons alors que, habituellement, le maximum n'atteint que 133. La pension des ouvriers mineurs On sait que d'après les chiffres du ministre de l'industrie et du travail l'amendement Ma-bille en cas d'adoption par le sénat entraînerait une dépense de trois millions. La charge incombant au Hainaut atteindrait quatre cents mille francs. Il paraît que la députation permanente du Hainaut s'est émue de cette j er-spective et qu'elle fait en cè moment de vives instances pour obtenir le rejet de cette disposition.L'âge d'admission à l'école militaire Une nouvelle qui intéresse les futurs candidats à l'école militaire ; la chambre sera prochainement. appelée à voter un projet de loi en vertu duquel les limites d'âge pour l'admission à rétablissement précité (dix-sept ans au moins et vingt et un ans au plus) ne devront plus être atteintes, comme actuellement, « avant » la date des examens, mais au moment seulement de l'entrée h l'école militaire. Les élèves de celle-ci pourront donc, après leurs deux années d'études, être nommés sons-lieutenants à dix-neuf ans (âge minimum fixé par la loi) : ils ne l'étaient aujourd'hui, et au plus tôt, qu'à dix-neuf ans et quatre ou cinq mois. Grâce à cette modification, lesdits élèves pourront recevoir l'épaulette au même âge que certains sous-officiers qui. engagés a seize ans, peuvent se trouver, à dix-neuf ans, vu le grand nombre de nominations faites dans le cadre, dans les conditions voulues pour être nommés sous-lieutenants. Les Tramways bruxellois A dater du 1er février 191-4, le bénéfice de la correspondance sera étendu, sur tout le réseau urbain de la Compagnie des tramways bruxellois, aux cas spéciaux suivants : 1. Lorsqu'une ligne comporte une partie d'itinéraire à voie simple, formant boucle, le voyageur aura la faculté, montant en un point de la boucle (simple voie) avant le terminus, de prendre un billet de correspondance pour tout trajet direct au-delà du terminus, dans la même voiture ; 2. Dans les voitures faisant un service intercalaire sur une partie de ligne, le voyageur aura la faculté d'obtenir un billet de correspondance qui lui permettra d'achever le par cours entier de la ligne dans les voitures faisant le service de bout en bout sur cette ligne ; 3. Lorsqu'une partie de ligne est desservie par plusieurs services, le voyageur aura la faculté d'effectuer un trajet en empruntant successivement les voitures de deux services, moyennant le payement de la taxe de correspondance, malgré l'existence de voitures direc tes effectuant ce même trajet ; 4. Le voyageur usant de la correspondance aura la faculté de changer de voiture, soit ai point de jonction, soit au point dp bifurcatior de deux lignes, à la condition de faire coiv naître son choix au moment de payer le mon tant du prix de son parcours. Le poids du pair La commission spéciale chargée de l'exa men de la proposition de M. de PonthiNre tpn dant à protéger les consommateurs, et déci clant notamment que les débitants devr -ien peser le pain à la réquisition (le r.-icVM.e- v s'est réunie hier. Elle a décidé que la 1 i n serart applicable q''e dans les localités ni 'r-conseils communaux prendront un° ordrn rnnce de police conTorme au principe de !• proposition de M. de Ponthière. La tolénii«-< dans la différence sur le poids indiqué et l< poids réel a été portée par la section de trois à cinq pour cent. M. Ramaekers a été design.' en qualité de rapporteur Les exigenoes de Thémis Le budget du ministère de la justice pour l'exercice 1914 est fixé . 1° pour les dépenses ordinaires, à la somme de 31,378,400 francs ; 2 ' pour les dépenses exceptionnelles, à la somme de 870,000 francs. Soit ensemble à la somme de 32 milions 248,100 francs. Dans cette somme l'entretien des détenus intervient pour 1,325,000 francs: leurs salaires pour 235,000 francs. Le désarroi aux chemins de fer Les gardes et chefs-gardes se plaignent vi vement du surmenage dont ils sont victimes, — d'aucuns étant obligés, affirment-ils, d'assurer quinze et jusqu'à vingt heures de prestation. ils sollicitent une durée de travail ef fectif de soixante heures par s'en; line. <• Coin ; me remède immédiat, déclarent ils, il viendrait, dans les gares à désigner, et not >:r. ment à Luttre, Ma nage, Mmis, Sclveib -1<. Namur, Jeinelle, Louvain, Meirelbeke, Kinl; pois, etc. de renforcer le service des pl rr r-et réserves de telle sorte que certains confrères ne soient pas obligés, malgré toutes les considérations de sauvegarde personnelle et de sécurité du service, à poursuivre leur service alors qu'ils sont sur pied depuis 13 14. 18 ou 20 heures. Ce serait déjà une sensible amélioration. » Contre le trafic des pièces de cent sous L'administration des chemins de fer rappelle au public que les colis finances et nion-îvvies, pour lesquels les tarifs de marchandises édictent certaines conditions spéciales d'acceptation sont, par ce fait, exclus du transoort gratuit dans les voitures à voyageurs. Cette exclusion sera strictement observée à partir du Jer février prochain. Toutefois, les firmes commerciales et industrielles notoirement connues comme n'exerçant pas le trafic du numéraire pourront être admises à transporter, entre deux points déterminés du territoire belge, et jusqu'à concurrence d'un poids total de vingt-cinq kilogrammes, des colis pouvant être tenus en main et contenant les espèces monnayées nécessaires au payement de leur personnel, à leurs transactions etc. Une autorisation permanente leur sera fournie sur demande adressée au chef de station de leur résidence. La lutte contre les varons La. bourse aux cuirs vient- de fonder un prix international de vingt-cinq mille francs destiné à récompenser celui qui trouvera le j moyen physiologique, préventif pour détruire j les varons. On sait que ces larves, pondues par une mouche sur le dos du bétail, percent le cuir ; certaines peaux sont criblées de ces ! trous et deviennent semblables à de véritables écumoires. D'où grosses pertes pour l'élevage et la tannerie. Un membre a signalé que, dans certaines régions de l'Amérique, on enduit les bestiaux d'un produit spécial, de couleur rouge vif, quKles garantit du contact des mouches pondeuses. Le procédé doit être bon, dit un grand tanneur ; les peaux qui arrivent de là-bas ne sont pas endommagées par les varons Le mouvement de la minque d'Ostende Cette semaine, dix-sept chalutiers à vapeur, dont quatre étrangers, sont rentrés au port. Les deux plus belles pèches ont été rapportées par deux vapeurs anglais qui ont réalisé respectivement dix mille et onze mille francs. Deux chalutiers ostendais ont réalisé chacun sept mille francs ; les autres ont fait chacun de quatre mille à cinq mille francs. Il y eut j très peu de chaloupes à voiles, une vingtaine ! seulement, qui pour la plupart ont fait cha- ! curie de cinq cents à huit cents francs. Voici les prix payés cette semaine : soles, 95 francs les grandes, 100 francs les fines et 110 francs les petites, par 40 kilos : plies, 160 francs environ par cinq caisses ; grands églefins, 23 francs le panier, et 10 francs les moyens ; grosses raies, 3 francs pièce ; soles limandes, 14 francs le panier ; grondins, 2 fr. 50 le panier ; merlans, 3 et 4 francs le panier ; rougets, 18 francs le panier ; merluches, 5 francs le panier ; grand cabillaud, 7 francs pièce ; grands turbots, 20 à 25 francs pièce ; barbues, 7 francs pièce ; congres, 2 à 3 francs pièce. Quelques petites chaloupes ont rapporté des grandes quantités de harengs, capturés dans les parages de Dunkerque. Une d'entre elles a réalisé 2,600 francs en six jours. Ce que sera la régie des chemins de fer M. Arthur Verhaegen, qui présida la commission chargée par M. de Broqueville d'étudier la question de l'autonomie des chemins de fer et qui a conclu à la constitution d'une régie nationale, expose en ces termes ce que sera exactement cette régie, sur l'organisation et le but de laquelle plusieurs personnes se sont méprises : L'organisme projeté sera un èti'e moral que la loi substituera au ministre des chemins de fer en vue de la gestion des chemins de fer de l'Etat. La commission n'a pu donner à la régie nationale la forme, de la société anonyme, ainsi que l'a fait la loi instituant la Société nationale des chemins de fer vicinaux, l'existence d'une société anonyme présupposant le concours de plusieurs actionnaires. Ici l'Etat seul est intére-sé. La régie nationale, créée par la loi. pourvue par la loi de la personnalité civile, ou égard aux divers mandats qui lui seront dévolus, ne possédera rien en propre. Elle acquerra, détiendra et aliénera au nom et pour compte de l'Etat. Simplement chargée de la gestion dès chemins de fer de l'Etat, le législateur pourra, à tout instant, mettre fin à l'existence de la régie, si celle-ci lui parait manquer sa mission. La régie nationale sera, comme la société anonyme, dirigée par un conseil d'administration et surveillée par un collège de commissaires. Les ministres des chemins de fer et des finances, responsables. devant le parlement, de la gestion des chemins ne fer de l'Etat; nommeront, de commun accord, les membres du conseil d'administration de la régie nationale. Il y aura là. pour le pays, une très grande garantie de la valeur des choix qui seront faits. D'autre part, pour les ministres responsables de l'exécution -de la loi. il y aura, dans la faculté qui leur sera attribuée de choisir les administrateurs de la régie, des garanties de bonne gestion qu'ils s'efforceront de rendre aussi sérieuses que possible. La désignation de quatre commissaires par la chambre îles représentants et de trois commissaires car le sénat se justifie, d'un côté, par l'énorme importance du capital confié à la régie nationale, et, «l'un autre côté, par le souci d'apporter un sérieux contrepoids aux pouvoirs étendus conférés au conseil d'administration. CONGO Une mission La carte du Congo doit être complètement revisée ; c'est dans ce but que le roi a constitué, à ses frais personnels, une mission cartographique qui s'embarquera le 31 janvier à Anvers, à destination de notre colonie. Cette mission est composée de la manière suivante : le commandant Stinghlamber, de l'artillerie, ancien officier d'ordonnance de feu Léopold II; le commandant Seligman, de l'infanterie qui s'est occupé tout particulièrement-de l'installation de la télégraphie sans fil au Congo ; le lieutenant Stroobant, du génie ; le lieutenant Peeters, le lieutenant Molhaut, le lieutenant, Bech et le lieutenant. Fisette, tous de l'artillerie. Le roi a tenu à s'entretenir longuement, avant leur départ, avec les membres de cette mission ; c'est la raison pour laquelle samedi soir, ils avaient été invités à dîner au palais de Bruxelles. Les petits princes, le duc dp Brabant et le comte de Flandre, et la jeune princesse Marie-José assistaient an dîner, ainsi que le lieutenant général Jungbluth, chef île la maison militaire ; le commandant Preudhomme et. le commandant Gallet, officiers d'ordonnance ; le capitaine chevalier de Nève de Roden, attaché à la personne des jeunes princes et la baronne délia Faille, dame d'honneur. Les colis postaux pour le Congo 11 résulte d'une communication de monsieur le ministre des colonies que les départs des steamers transportant les colis postaux poulie Congo, auront lieu d'Anvers, au cours de l'année 1914, aux dates suivantes : 29 janvier, 19 février, 12 mars, 2 et 23 avril, 14 mai, 4 et 25 juin, 16 juillet, 6 et 27 aoOt, 17 septembre, 8 et 29 octobre, 10 novembre, 10 et 31 décembre. Pour profiter du plus prochain départ, les colis doivent être rendus à Anvers (Central) au plus tard la veille du départ du bateau,. avant dix-sept heures La houille au Katanga M. Xhignesse, ingénieur des mines à Liège e* de la société la Géomine, viendra mardi 27 janvier, à huit heures et demie, à l'amphithéâ-re de l'Institut supérieur de commerce, 41, rue des Peintres, faire aux membres du Club africain d'Anvers, cercles d'études coloniales, une conférence, avec projections lumineuses, ayant pour titre : « Comment on a découvert la houille au Katanga ». Le conférencier, qui ■ découvert le gisement en cause, nous parlera d'abord de la vie dure du prospecteur livré à lui-même, dans la brousse, de ses longues marches à travers plaines et montagnes, de ses équipées sur les fleuves et les lacs. Il nous dira comment, débarqué sur la rive du Tanganika, il fut amené à conclure à l'existence de la houille dans cette, région et comment il parvint à découvrir ce précieux combustible. Ensuite, il développera les moyens par lesquels il en assura la propriété exclusive à la Géomine : il nous démontrera la valeur et l'exploitabilité du gisement et indiquera par quels moyens il réalisa ce double but. En présence de ces richesses minérales facilement exploitables, il estime qu'il est. de tonte nécessité de créer un marché. Pour terminer, il nous dira quelques mots du chemin de fer des Grands Lacs et de celui que les Allemands ont créé au Tanganyika, ainsi que de la flottille de ce lac. Des cartes pourront être demandées à l'hôtel Métropole, rue Leys, ainsi que chez le portier de l'Institut de commerce. NOUVELLES MARITIMES Le mouvement du port d'Anvers du 16 au 22 janvier Pendant la période du 16 au 22 janvier, il est entfé au port d'Anvers 129 bateaux, contre 138 bateaux pendant la période correspondante de l'année passée, soit donc une diminution de neuf unités en défaveur de cette année. Nous devons évidemment attribuer cette diminution à la glace qui n'entrave pas encore, il est vrai, beaucoup la navigation maritime, mais lui fait cependant subir de grands retards. Notons en passant que le mouvement des voiliers continue à marquer une certaine progression. Il y a en effet déjà une augmentation de cinq voiliers en comparaison de l'année passée. Par suite de la diminution d'arrivages pendant la période sous revue, l'augmentation totale, qui se traduisait à la fin de la période précédente par vingt-six unités, tombe dons à dix-sept unités. Voici d'ailleurs la statistique depuis le 1er janvier : 1913 1912 Steamers 403 391 Voiliers 12 7 415 398 La glace dans le port de Riga Riga, 25 janvier. — Le vapeur brise-glaces Yermak a pu dégager treize navires emprisonnés dans les glaces. Il en a ramenés cinq dans le port. Les autres ont été poussés par le vent dans la direction du sud-ouest. Aujourd'hui, le Yermak et I'Hercule ont porte secours à dix -navires qui, après avoir quitté Riga le 19,, avaient été entraînés par les glaces flottantes. La tempête, le brouillard et la pluie rend la tâche des vapeurs brise-glaces extrêmement difficile. Un service Gênes-Calcutta Le consortium du port de Gènes a proposé au gouvernement l'établissement d'une ligne méditerranéenne Gênes-Calcutta, qui concurrencerait, la Société Veneziana Navigazione. La conférence de l'Atlantique Comme les informations venues de Paris au sujet de la conférence de l'Atlantique nord tendent à produire dans quelques cercles l'impression que toutes les lignes qui appartenaient jusqu'ici à la conférence formeraient, un nouveau pool dirigé contre la Hapag, la Cunard line lance aujourd'hui une déclaration suivant laquelle les stipulations de la conférence, auxquelles elle adhérait, expirent le 31 janvier. La Cunard line et les autres lignes britanniques ne partiperaient pas à la nouvelle convention conclue à Paris, laquelle englobe seulement le Xorddeutsoher Lloyd, -la Red Star line et la Holland-Amerika-line. Les frets vers l'Amérique du sud Les lignes de la conférence sud-américaine ont décidé de diminuer de 2 m. 50-5 marcs les frets pour ciments de Hambourg et d'Anvers vers Pelotas et Porto Alegre. Le trafic de l'émigration austro-hongroise Le directeur effectif du Norddeutscher Lloyd, M. Heincken, est arrivé à Vienne avec M. von Plettenberg, pour poursuivre avec le gouvernement les "négociations au sujet des affaires de l'émigration. A la Hapag Le directeur. M. Dallin, négocierait, dit-on, avec les autorités hongroises l'entreprise exclusive du service de l'émigration hongroise, le contrat de la Hapag avec le gouvernement hongrois, par suite de la dénonciation du Pool de l'Atlantique, étant, également dissous de ce chef. M. Ballin assumerait le service de tout le trafic, sous réserve que les autorités hongroises rendissent possible un contrôle sévère de l'émigration. L'agence Wolff remarque à ce propos : « D'après un renseignement de source autorisée, cette information n'est pas tout à fait exacte. Il s'agit simplement ici du fait que la Hamburg-Amerika-Linie a déclaré vouloir réglementer le trafic de l'émigration en Hongrie d'après la forme et les usages autrichiens. » Norddeutscher Lloyd Berlin, 26 janvier. — La Compagnie du Norddeutscher Lloyd a ordonné le changement aussi rapide que possible des aménage ments pour passagers de troisième classe et d'entrepont à bord du Kaiper-Wu.tîf.i.m-der-Grosse. Ce navire continuera à voyager entre Brème et New-York comme vapeur à grande vitesse et pourra recevoir 700 passagers de 3e classe et 1.600 d'entrepont- Chronique de l'aviation Londres, 25 janvier. — L'aviateur Le Temple s'est tué cet après-midi à l'aérodrome de Hendon. Avis et Communiqués Ville d'Anvers. Cabinet du bourgmestre. AI. le bourgmestre étant empêché, ne recevra pas le mercredi 28 courant. Algemecn Nedcrlandsch Verbond. AL 1p professeur T eo van der Essen donnera sa quatrième ieç ->n sur « les communes au moyen âge » le mardi •21 janvier, à huit heures et demie du soir, dans In salle d'études de l'Athénée royal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle belonging to the category Financieel-economische pers, published in Anvers from 1889 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods