La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres

219 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 22 August. La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres. Seen on 07 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/zs2k64c07s/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA MÉTROPOLE IONEPENNY «nilT- CIHQ CENTIMES BOLLARDE : VIJF CENT CONTINENT : DIX CENTIMES PARAISSANT PROVISOIREMENT^ A r LONDRES Bureaux : 43, Chaneery Lane, W.C.2 — Téléphoné : Holborn 212. ABONKKMEXT 1 mois 3 «h. ; 3 mois, t ah. 24MB ANNEE MERCREDI 22 AOUT 1917 No. 234 LA GRANDE GUERRE I FORTE OFFENSIVE ITALIENNE Victoire française a Verdun I CALME EN ESPAGNE v' ■ L'offensive italienne commencée de fa-H. si inattendue, autant pour les Alliés pour l'ennemi, vient d'être couron-Mt des meilleurs-"succès. Suivant le der-Bl communiqué le nombre de prisonniers s'élève jusqu'ici à 7-5°° sans compiler une centaine d'officiers et le butin est ^ftnsidérable. ■Cette offensive continue les succès de la ■ gn du mois de mai quand sur le même ^R>rit le général Cadorna captura plus de ^K.ooo prisonnier^ et embrasse la ligne K| va de Monte Nero, dans les Alpes ^juliennes, jusqu'à peu de distance de [ San Giovanni à quelques centaines de litres de ta côte du golfe de Trieste, en lisant devant Tolmino, derrière Plava, L- Gorizia, Castagnevizza et Jamiano. ■Le terrain entre Tolmino et la mer Imprend trois régions qui sont très lif-Irentes d'aspect et de constitution. Cel-K du nord est très montagneuse et très ■oarpée; elle mesure en ligne droite, de tolmino au mont San-Daniele, qui tom-bt brusquement sur la plaine de Gorizia, Hhe trentaine de kilomètres. Celle du sud pst un pays de plateaux calcaires dénu-■s, le Carso, qui s'étend bien au delà du champ de babille actuel- La région ■jntrale, le plus étroite de beaucoup, est Kèlle des environs de Gorizia. Elle n'of-Sfire que des difficultés de terrain moyennes. Mais il est impossible d'y progres-Rser vers l'est tant que les deux autres «ions, celle du nord et celle du sud, Km la dominent partout, restent aux mains de l'ennemi. ■La précédente offensive italienne a eu ■rtout pour objectif la région sud, le plateau du Carso, d'où elle a balayé les I'ichiens sur un vaste espace en proleur. Là, les deux armées sont à éga-de terrain, mais la nature calcaire iol, percé d'innombrables cavités na-lles, est très favorable à une défense à pied. Les Autrichiens refoulés vent toujours en arrière de leurs i perdus de nouveaux abris faciles à nager à peu de frais et qu'il faut Jurs réduire à coups de canon, ance fût-elle même poussée très loin, ïnvirons de Gorizia n'en resteraient moins difficiles à tenir en raison de ituation dominante de l'ennemi re-:hé dans la région nord. ïïre Tolmino et la plaine de Gori-l'Isonzo coule au fond d'une gorge rpée. Cette gorge a été franchie sur eurs points lors de la dernière offen-: Plava et les hauteurs qui la domi-immédiatement, et en particulier le Met du Cucco, ont été enlevés par les ens. Le mouvement s'est étendu à £ au mont Santo, l'un des plus im-Mts sommets vers la sortie de la ; principale zone d'attaque actuelle e Plava à la mer, où après ^voir tra-; la première ligne ennemie, qui fut bêtement détruite, les troupes de Ca-3 exercèrent une forte pression sur emi qui résista de .façon opiniâtre. 1 nord d'Anhovo, en face de l'Ison--t un peu au nord de Plava sur 'a errée qui va de 'Gorizia à Tolmino, taliens après avoir su'rmdnté bril-lenf- toutes les difficultés du terrain résistance de l'ennemi, réussirent er plusieurs ponts-de bateaux sur le e et s établirent sur" la rive opposée. " ndant compte de la difficulté de sa •• 'e général Cadorna s'est servi (amment de la seule arme qui pût jeement l'aider, notamment l'aéro--< en effet, au cours de la bataille, il Gèrent? mo!n.s.de 208 ^ions qai erent les ^ positions et les concen- ?! ennemies, les autres attaquant , ats à l'aide de leurs mitrailleuses. ici le général Cadorna n'a pas en- <u mention de la participation des * a a bataille mais. sans aucun dou ■ [ mortiers de tranchée belge et les élaboration." °nt U"e Préd?U" SSS miIitair€ générale ne se bor-iPendant pas front Leg qui s'étaient soigneusement préparés ont organisé une attaque sui grande échelle devant Verdun, le célèbre tombeau des espoirs allemands. Combinée d'une part avec l'offensive italienne et d'autre part les attaques incessantes en Flandres cette attaque fait ressortir mieux que des paroles l'unité d'action sur tous les fronts, unité qui sert en même temps à alléger la pression ennemie en Roumanie et en Russie. Nos positions au nord de Verdun, écrit l'expert officiel français, n'étaient pas encore telles qu'elles exigeassent un élargissement. De fait les brillantes opérations du 24 octobre et du 15 décembre 1916 qui nous avaient rendu les forts de Douaumont et de Vaux s'étaient bornées à la rive droite de la Meuse et il importait, en rejetant les lignes ennemies en arrière, d'écarter toute intention que les Allemands pouvaient encore couver de reprendre l'attaque contre Verdun. C'est dans ce but que l'attaque de lundi a été faite. Elle n'était (nous l'avons dit voici quelques jours) pas imprévue. Outre les allusions qui ont été faites aux préparations françaises par les bulletins de Ludendorff et par les journaux allemands, le rythme régulier du bombardement préparateur laisse à peine de la place à une surprise. Sur un front de 18 kilomètres s'éten-dant des deux côtés de La Meuse depuis le bois d'Avocourt jusqu'à Bezonvaux les troupes se rendirent maîtresses de tout le système de défense ennemi sur une profondeur allant de 1.500 à 2.000 mètres. Outre les gains en terrain qui sont considérables par suite du caractère dominant des positions conquises le nombre de prisonniers allemands jpon blessés est extrêmement élevé,puisqu'il n'est pas de moins de 4.000. Après avoir ainsi gagné leurs objectifs les troupes interrompirent prudemment leurs progrès en vue de procéder à une nouvelle préparation d'artillerie avant d'entreprendre une nouvelle avance. Cette tactique a donné des résultats trop décisifs tant au peint de vue de la légèreté des pertes qu'à celui de la sécurité de l'av.ance pour que le haut commandement français, soucieux d'épargner les hommes, n'y adhère résolument. Sur le front de Moldavie la bataille continue dans la région d'Acno et d'Ouestchi; dans la soirée de lundi l'ennemi réussit à occuper des tranchées roumaines près de la rivière Slanitz, rejetant les Alliés vers le sud-ouest d'Ocna. Dans la région de Focsani l'ennemi prit l'offensive des deux côtés de la voie ferrée de Focsani à Ajud et il réussit à occuper les tranchées de première ligne' à l'ouest de la voie ferrée, mais à la suite d'une contre-attaque il en fut rejeté; à l'est de la voie ferrée les Roumains durent céder sous la pression ennemie et se rejeter vers Meresesti. En Espagne, la situation est calme; aucun trouble ne s'est plus produit et les ouvriers retournent généralement au travail. Pour les Flamands Nous réclamons la traduction de tous les documents historiques Quantités de faits qui serviront à nos historiens et à nos enfants à dresser contre l'Allemagne impériale le réquisitoire de la civilisation contre ses assassins ne sont, malheureusement, publiés qu'en français. Il importe que, dans les bibliothèques du pays flamand, tous ces documents puissent être consultés par le peuple. Il faut que nos confrères flamands qui auront, avec nous, à révéler tout ce qu'une presse suspect^— et qui connaît le prix du silence — a pu cacher à ses lecteurs puissent, sans travail préparatoire ingi%t, contre-battre ce qui pourrait rester du travail de nos ennemis. ' Nous convions les députés flamands à appuyer de toute leur énergie patriotique une demande entièrement conforme à leurs revendications les plus légitimes. Le Pape et la paix allemande Les catholiques italiens Milan, 19 août. — La presse catholique italienne s'est jetée dans une bataille de mots pour l'exposé du Pape avec autant d'énergie que s'il s'agissait d'une décision ex cathedra. Elle va même jusqu'à accuser la presse libérale d'" appuyer un programme jusqu'auboutiste intransigeant. C'est la première fois qu'elle adopte une telle formule patriotique, et son attitude est rendue plus évidente par le fait qu'en agissant ainsi ses seuls compagnons sont les giolittistes et les socialistes officiels. Les giolittistes, avec le discours-programme d'après-guerre de leur chef et l'allusion du Pape aux ii. massacres inutiles " se livrent à une frénés.ie de rhétorique pire que tout ce qu'on a vu jusqu'à présent. La Stampa, dans un article de fond largement censuré, a pris texte hier de cette phrase malheureuse pour faire un sombre tableau des maux dont les interventionnistes accablent l'Italie. La plus grande part de l'opinion publique, cependant, reste fermement en faveur d'une guerre victorieuse, et la ventilation inusitée de ces vues fait beaucoup de bien. Les ^exagérations des neutralistes ont fait mauvaise impression, et cette occasion a donné lieu aux raisonnements les plus fermes en faveur de la cause pour laquelle les Alliés se battent. Deux points en faveur de la note papale ! sont peut-être dignes de mention. Le premier, .c'est que l'argument du Pape pour l la restauration de la Belgique ne peut manquer d'influencer grandement les catholiques espagnols, dont la majorité a jusqu'ici exclu tout à fait cette solution ; le second, 1 ainsi que la Tribune le fait ressortir, c'est que e'est la première fois depuis que l'unité de l'Italie fut accomplie, que le Saint-Siège se réfère au roi d'Italie comme tel, et que " c'est la première fois que l'Etat italien est nommé, non pour lui reprocher l'usurpation, mais pour indiquer en termes amiraux un arrangement dans son intérêt D'après la Tribunet -ce fait constitue juridiquement la reconnaissance pleine et entière du statut de l'Italie selon le droit international. — Times. Une question aux Communes M. King a demandé lundi à la Cham-. bre des Communes si une note avait été reçue de Sa Sainteté le Pape engageant les belligérants à examiner des conditions de paix et si les gouvernements alliés conféreront à ce sujet avant d'envoyer une réponse. Lord R. Cecil, secrétaire aux Affaires étrangères a répondu : La réponse aux deux parties de la question est affirmative.Réponse préliminaire de la Grande-Bretagne Rome, 20 août. — La Grande-Breîa-gne a été la première des Puissances à répondre à la note papale sur la paix. Le comte de Salis, ministre britannique, a été reçu par le cardinal Gasparri et lui a remis une note disant que le gouvernement britannique accusait réception de la note pontificale, qu'il examinerait dans "un esprit de sérieux et de bienveillance.Le cardinal Gasparri déclara sa satisfaction de cette prompte réponse et exprima l'espoir que les belligérants admettraient que les quatre propositions fondamentales, contenues dans la note papale avaient déjà été approuvées par les chefs de leurs gouvernements et par des ministres responsables de Grande-Bretagne, Russie, France, Allemagne et Autriche, cependant que la note du président Wll-son du 18 décembre 1916 sous-entendait tout ce qui est contenu dans le programme du Pape. — Reuter. Les écoles et les séminaires roumains de Hongrie fermés On télégraphie de Budapest à la Gazette de Francfort que le comte Apponyi a décidé que toutes les écoles roumaines de Hongrie resteraient- fermées jusqu'à nouvel ordre à partir d'octobre prochain, date de la rentrée des classes. Le ministre adresse aux évê-ques une circulaire qui ordonne également la fermeture de tous les séminaires ou écoles normales où les instituteurs de langue roumaine se préparent â l'enseignement. La circulaire constate que, dans le cours de la guerre, le patriotisme de la population roumaine cultivée s'est révélé insuffisant. Ce manque de loyalisme paraît être le résultat du mauvais enseignement dans les écoles roumaines. On n'insiste pas assez sur les devoirs communs de tous les sujets hongrois. VERS LA REPARATION UN "OFFICE DES DOMMAGES DE GUERRE" Le Moniteur des 15-18 août publie le rapport au Roi et les arrêtés royaux suivants : MINISTERE DE LA JUSTICE Office des dommages de guerre. Création. RAPPORT AU ROI Sire, Le souci d'assurer la réparation la plus complète des dommages causés par la guerre a amené le gouvernement, dès ,1e début des hostilités, à étudier les mesures les plus pratiques pour faire dresser, aussitôt que les circonstances le permettront, l'inventaire de ces dommages et pour déterminer le montant de l'obligation qui incombe, de oe chef, directement et principalement à l'envahisseur, notamment par application de 1 article 3 de la 4e Convention de La Haye du 18 octobre 1907. Dès ce moment aussi, le gouvernement a envisagé l'étude des propositions qu'il sera amené a soumettre, dès qu'il le p>ourra, aux Chambres législatives, afin d'arrêter les règles qui présideront à cette réparation. A l'occasion et au cours même de ces études, il nous a paru que la^ nouveauté, l'importance et la complexité des problèmes à résoudre justifiaient la constitution d'un organisme unique chargé de poursuivre les travaux commencés, de préparer les solutions d'ordre législatif et administratif et d'en surveiller l'exécution.Le projet d'arrêté royal, que j'ai l'honneur de soumettre à Votre Majesté, crée cet organisme qui prendra le nom d'Office des dommages de guerre. Il précise ses attributions. Dans leur généralité, celles-ci englobent toutes les matières qui se rattachent à la solution de la question des dommages de guerre. J'ai l'honneur d'être, Sire, de Votre Majesté, le très respectueux et fidèle serviteur. Le ministre de la Justice, H. CARTON DE WIART. Sainte-Adresse, le 9 août 1917. ALBERT, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut, Revu l'arrêté royal du 29 juillet 1893 et les arrêtés royaux ultérieurs qui ont modifié l'organisation de l'administration centrale du département de la Justice, notamment l'arrêté royal du 27 décembre 1913 ; Sur la proposition de notre ministre de la Justice, Nous avons arrêté et arrêtons : Article premier. — Il est créé au ministère de la Justice une 8me direction générale qui prendra le titre d'Office des dommages de guerre. Les attributions de ce service sont fixées comme suit : Formation des dossiers des réclamations de toute nature formulées contre les gouvernements et les particuliers ennemis à raison des dommages causés aux personnes et aux biens en territoire national ; Formation dés dossiers des réclamations de toute nature formulées contre les gouvernements et les particuliers ennemis par des Belges à raison des dommages causés à leurs personnes et à leurs biens dans des pays ennemis ; Formation des dossiers pour les travaux législatifs, renseignements à fournir aux sectons et aux commissions des Chambres législatives'; Préparation des 'ois et des instructions générales concernant la constatation, l'évaluation et la réparation des dommage| de guerre ; Rapports à présenter aux Chambres sur l'exécution de ces lois; Etude des questions de droit concernant la matière, sur référé des autorités ; Examen des décisions administratives et judiciaires sur la matière; Etude des travaux législatifs et doctrinaux dans les pays étrangers ; Relations avec les organismes officiels étrangers ; Publications relatives à la matière ; Travaux statistiques. Art. 2. — Notre ministre de la Justice est chargé de l'exécution du présent arrêté. Donné en notre quartier général, le rs août 1917. ALBERT. Par le Roi : Le ministre *de la Justice, H CARTON DP WTART ALBERT, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Sur la proposition de notre ministre de la Justice, Nous avons arrêté et arrêtons : Article unique. — M. Luckx, directeur général au ministère de la Justice, est chargé de la direction de l'Office des dommages de guerre. Notre ministre de la Justice est chargé de l'exécution du présent arrêté. Donné en notre quartier général, le 15 août 1917. ALBERT. Par le Roi : Le ministre de la Justice, H. CARTON DE WIART. o—o Le manifeste des ouvriers anglais pour la paix Le Comité exécutif du Labour Party a rédigé un long manifeste pacifiste dont le texte sera discuté et, probablement voté par le Congrès du Labour; nous croyons utile, à titre documentaire, d'en donner ici une analyse. Le manifeste commence par rappeler la déclaration de la Conférence des socialistes alliés de février 1915, demandant l'indépendance pleine et entière de la Belgique et de la Pologne, et affirmant sa " résolution inébranlable de lutter jusqu'à la victoire pour accomplir cette œuvre de libération ". Le manifeste indique ensuite les termes plus ou moins bien définis d'un accord général, que nous résumons comme suit : 1. Ligue des Nations. — Institution d'une Ligue des Nations (y compris l'Allemagne) qui établira en temps et lieu une Haute Cour et une législature internationales. 2. Restauration des pays ravagés par la guerre à l'aide d'un fonds international auquel tous les belligérants contribueront dans des propositions déterminées, entre autres, par leur responsabilité aux yeux d'une commission internationale, dans les dégâts effectués. '3. 'Enquête sur les atrocités. — Institution d'une Cour internationale de réclamations et d'accusations qui s'occupera des pertes (Je vie ou de propriétés et particulièrement du meurtre des marins et qui accordera des dommages et intérêts à payer par le gouvernement ou les personnes coupables.4. Belgique. — Paiement par l'Allemagne de tous les dégâts causés et restitution de la souveraineté entière et sans restrictions du royaume. 5. Balkans. — Pleine restauration de la Serbie et du Monténégro, et réorganisation de toute la péninsule (sic). 6. Alsace-Lorrame. — Les provinces conquises pourront " satisfaire leur inflexible désir d'être réunies à la République française ". Le principe du plébiscite, admis par les socialistes français, est donc rejeté. 7. Italie. — Restauration de l'Italie irré-dente; arrangement pour l'Adriatique et la mer Egée. 8. Pologne et Luxembourg. — Pleine liberté de décider de leur propre sort (Le cas n'est pas exclu d'une réunion du Luxembourg à la Belgique). 9. Palestine. — Les Juifs doivent être mis partout sur le même pied que les citoyens des pays dont ils possèdent la nationalité et pouvoir s'il le désirent se rendre en Palestine, Etat autonome sous garantie internationale. 10. Empire ottoman. — Les territoires ottomans auxquels il ne serait pas praticable d'accorder l'autonomie seront administrés par une Commission internationale de la Ligue des Nations. Constantinople port libre.11. Afrique éauatoriale. — Toutes les colonies européennes entre le Sahara et le Zambèze seront administrées par une Commission internationale de la Ligue des Nations. 12. Relations économiques. — Pas de guerre économique après la paix. ——-o—o Le colonel Michaelis parlerait Amsterdam, 19 août. — La Gazette de l'Allemagne du Nord (officielle) annonce que le lieutenant Michaelis, chancelier impérial, parlera au sujet de la note papale à une réunion du comité central du Reichstag, mardi. M. de Kûhlmann, ministre des Affaires étrangères, a retardé son voyage à Munich, sans doute pour assister à cette réunion. — Rpu.fpy

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La métropole d'Anvers: paraissant provisoirement à Londres belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods