L'indépendance belge

541 0
02 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 02 November. L'indépendance belge. Seen on 10 July 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/td9n29qd2d/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

S5ème année. Ne. 296. L INDÉPENDANCE ANGLETERRE: ONE PENNY. BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES. Administration et Rédaction, Tudor House, Tudor Street, E.C. LONDRES, LUNDI, 2 NOVEMBRE, 1914. Conservation par le Progrès. APPEL AU DEVOIR. Le " Moniteur Belge " du 27 octobre a publié un appel chaleureux au courage des citoyens belges de 18 à 30 ans, les invitant à adresser leur engagement volontaire aux Consuls des pays où ils se trouvent réfugiés. Sera-t-il entendu? Quotidiennement des Anglais nous demandent pourquoi tant de jeunes hommes, non mariés, se trouvant p^mi les réfugiés, ne vont pas prendre rang dans l'armée. Le service n'est-il pas obligatoire en Belgique? " Oui," leur répond-on, mais il n'a pas d'effet rétroactif, et la loi militaire, ne datant que de l'an dernier, deux classes seules ont été atteintes par la nouvelle législation." Peu convaincus, ils hochent la tête : " Ce n'est pas un motif pour se dérober au devoir patriotique." Et comme un Belge faisait remarquer, froissé à tort dans son amour propre, que ce devoir n'empêchait pas des jeunes anglais de rester chez eux, il reçut cette réponse caractéristique : " L'Angleterre n'est pas envahie; si elle l'était nous combattrions tous jusqu'au dernier." Et les Anglais agiraient certainement comme ils le disent, d'un même élan. Les réfugiés de 18 à 30 ans, non mariés, ne devraient pas connaître d'hésitation, et de Hollande, d'Angleterre, des départements français, voler au Havre pour se mettre à la disposition du gouvernement. La guerre peut se prolonger, durer de longs mois. Avec quelles forces fermera-t-on demain les brèches faites dans les rangs de cette vaillante armée par tr-ois mois de campagne, sans répit, toujours au feu, sous les obus, les bombes et les shrapnels ? Toute cette jeunesse entend-elle être rayée du tableau de la coalition? Elle a pourtant au cœur la haine de l'Allemagne. Ne va-t-elle pas répondre aux crimes des Barbares? Ce serait la fin de la race si toute la génération actuelle ne montrait pas autant de décision, de virilité et de courage que nos soldats actuellement sous les armes. Et par son inertie même elle pourrait contribuer à l'écrasemem final de notre pauvre nation. Le devoir de tous ces jeunes gens, s'il: Ont le sentiment exact des choses, h dignité d'eux-mêmes, s'ils comprennent ce.qu'ils doivent à la mère patrie, c'est d'aller renforcer la classe de 1914, à qu ('on apprend le métier des armes et de marcher au feu quand ils seront instrui' t suffisamment. L Vivre dans l'oisiveté, dépendre de l'hospitalité française, anglaise ou hol [landaise quand la Belgique mutilée le-[réclame, c'est indigne des Belges aiman leur pays. Qu'ils se rendent au Havre, qu'il: prennent un fusil et s'ils ont du cœui qu'ils vengent leurs frères assassinés Ce n'est pas en se promenant dans le; 'grandes cités hospitalières, désœuvré; et inutiles qu'ils hâteront l'heure de ls libération et du retour dans leur foyers. Qu'ils y songent!... L'avenir esi ; sncorë chargé de nuages... Est-il possible que l'Allemand reste maître de notre pays? Non, cent fois non !... Mais poui > cela il faut que ceux qui sont valides, el peuvent rendre des services, prennent le fusil... , C'est une question d'honneur TRIBUNE LIBRE. Et puis ? Notre estimé collaborateur M. le sénateur La Fontaine a, dans un article paru dans notre numéro du 26 octobre, [jeté les germes d'une idée pacifiste qui paraît soulever une assez vive opposition—actuellement. Notre journal esti-: mant qu'en ce moment toutes les opinions doivent pouvoir se faire jour et se défendre, a ouvert ses colonnes à ceux qui combattent la proposition de M. La fontaine : à chacun de méditer en songeant à l'avenir sur les déux proposi-| tions qui auront été ainsi présentées. • Hàmpstead, 27 octobre. ! Monsieur le Directeur, La doloureuse impression qui m'est i restée après la lecture de l'article du sé-natei^ La Fontaine et Qu'il intitule " Et puis? " doit être certainement partagée par tous les lecteurs de votre estimable journal. Je n'ai pu résister au désir de vous écrire que des articles de ce genre, éclos lorsque la Patrie est en larmes, lorsque d'un bout à l'autre le sol de notre pays est jonché de morts tombés sous le coups meurtriers d'une nation qu'avec raison on a mis au ban de l'humanité, étrei-gnent péniblement le cœur. L'Allemagne des Goethe, des Kant et des Beethoven s'est couverte de honte en se ' lançant comme un apache contre notre vaillante nation~j 'estime avec beaucoup de Belges qu'il n'y a pas de distinction à faire entre les Allemands, ils sont tous complices du crime monstrueux qu'ils ont commis et croire que cette nation maudite va s'étonner des actes qu'elle a commis me paraît être le comble de la naïveté.Que reste-t-il des déclarations pacifiques qui nous faisaient croire que notre pays ne serait jamais attaqué? Si l'Allemagne se sent malade un jour, c'est qu'elle tremblera de peur sous les représailles qui, malgé tous les pacifistes, seront exercées contre elle sous peu. C'est bien mal connaître notre nation, race vaillante s'il en fut, que de croire qu'elle acceptera n'importe quelle reconnaissance, si elle est due au lâche adversaire qui n'hésita pas à recourir aux plus perfides moyens pour vaincre notre armée, et pour terroriser, massacrer, et essayer de déshonorer ensuite nos laborieuses et honnêtes populations. ' Nos enfants, nos arrière-petits-enfants, n'oublieront jamais le crime allemand. Aussi longtemps que ce nom germanique subsistera, il éveillera chez tout Belge digne de ce nom, le mépris qui s'attache à ceux qui n'ont même plus l'honneur des armes. Il serait superflu de démontrer que toutes les lois de la guerre ont été honteusement foulées aux pieds par les armées du Kaiser. Qui donc en doute encore dans le monde? Votre collaborateur se trompe quand ■ il écrit que l'infortune imméritée de no-: tre nation est supportée par elle avec stoïcisme.Ce que M. La Fontaine prends . pour du stoïcisme, c'est la certitude, la confiance absolue de tous nos compatriotes que le crime allemand ne restera pas impuni, et qu'au jour prochain de la reddition des comptes on fera payer à la horde sanguinaire les méfaits de tout genre dont elle s'est rendue coupable. Puisse M. La Fontaine se persuader • que tous les Belges, retiennent les no- ■ bles paroles que notre héroïque souve-; rain adressa à la "nation maudite."' - " Vous pourrez nous vaincre, a dit le Roi, mais nous soumettre, jamais." Nous sommes tous solidaires de notre Roi, auquel vont tous les cœurs belges. Notre nation, race forte, a écrit les pages de son histoire en lettres de sang. Ses oppresseurs s'en souviennent encore et n'en déplaise à Nf. le Sénateur nous n'avons pas dégénéré. Et puis, je conseille à votre honorable : collaborateur de ne pas persister. Sa : bonne foi mérite un meilleur sort. Que M. La Fontaine interroge donc les malheureux habitants de nos régions dévastées, les veuves, les orphelins et ce qui reste de notre héroïque armée, il sera édifié sur les blessures profondes de nos cœurs meurtris. Encore un mot avant de terminer. Je crois ne pas m'avancer trop en prédisant à celui qui voudrait essayer de provoquer une réconciliation entre la France et l'Allemagne un fiasco de dimension. Entre les Alliées il est né une indéfectible union que rien ne pourra détruire. Attaqués sans motifs ils ont dû se défendre—qui donc oserait proposer à la Belgique de manquer à ses devoirs d'Alliée? Dans notre belle capitale, foulée en ce moment par les hordes allemandes, nous possédons un joyau incomparable. C'est la square du Sablon—au fond du square se dressent les deux statues des comtes d'Egmont et d'Horne, je les revois d'ici, ces statues nobles et belles, douloureux souvenir d'une époque de domination étrangère en Belgique, symbole indestructible de la fidélité et de l'attachement inébranlable au sol de la Patrie, admirable leçon pour ceux qui failliraient au devoir. C'est dans notre his toire nationale que se trouvent les plus < précieux enseignements. Notre devoir contre la nation aile- i mande est la haine toujours, la soumis- | sion jamais ! O. D. B. Autre lettre. Londres, 27 octobre 1914. Monsieur, L'article de M. le sénateur Lté Fontaine me donne furieusement à penser, ' et m'échauffe la bile. L'Allemagne qui a commis le crime inexpiable de se pre- ' valoir du droit du plus fort aux dépens d'un pays incomparablement plus faible qu'elle, et qui n'a pas hésité à l'anéantir dans sa rage de brute contre la résistance osée, cette Allemagne n'est pas 1 l'Allemagne des Kant et des Goethe; soit dit en passant, elle ne saurait être ' l'Allemagne des Beethoven, puisque le maître était Autrichien. Elle ne se cou-vrira pas de cendres comme semble l'y inviter M. le sénateur La Fontaine ; l'Ai- ( lemagne qui a commis le forfait dont s'indignent les nations, ou la "kultur," ne s'est pas vouée au culte de la bru- , talité, est une nation dont les quelques honnêtes gens qu'elle comprend sont j égarés par un fanatisme aveugle, mais dont la grande majorité sont gens de sac est de corde, et qui ont à leur tête | le digne chef qu'il leur faut en la per-sonne d'un fou furieux. La peine du ( talion ne saurait lui être appliquée de , propos délibéré, mais le lui sera peut- j être au cours de la campagne, et ce 'seront les circonstances qui la lui infli- ( geront. M. le sénateur La Fontaine s'il- , lusionne étrangement en admettant la possibilité que^l'Allem.-i.-'i" làsfS quel- ] que jour de frapper, de piller, de brûler, , demande la paix, et, reconnaissant l'in- ( utilité de son infamie, comprenne que ] sa 'mission n'est pas de dominer, mais j de coopérer ! Coopérer! Ai-je bien lu? Votre sang , ne bouillonne-t-il pas dans vos veines de , Belge, à la pensée de coopérer avec un , tel peuple? Et à quoi coopérer s'il vous j plaît, M. le Sénateur? A souiller la Bel- j gique de la " kultur " germanique? ( Monstrueuse aberration ! due, sans doute, au déséquilibre d'un homme anéanti de souffrances morales. Eh bien, ce n'est sûrement pas-là le morale de la elgique a tout sacrifié au maintien de son indépendance, n'est ps prête à " coopérer " avec un peuple de valets, lâches et fourbes et dont la culture trouve son expression dans des pratiques de Mongols. Ce que la Belgique a perdu, au point de vue matériel, lui sera intégralement rendu pareeque ce sera le premier soin qu'auront les alliés de l'exiger des bandits qui se sont rués sur elle, lorsqu'ils auront été réduits à l'état d'épuisement que semble prévoir M. le Sénateur La Fontaine et auquel ils sont inéluctablement conduits par les armes des Alliés ; ce qu'on ne rendra pas à la Belgique par contre, ce sont d'abord sa population décimée et ensuite ses trésors d'rchitecture détruits à tout jamais ; pour l'expiation de ces actes de sauvagerie et de vandalisme, je me joindrai volontiers à M. le Sénateur La Fontaine dans un fervent appel à la Justice immanente. Mais la peine doit être proportionnée au crime et elle doit frapper le criminel dans ce qu'il a de plus sensible et pour les bas coquins que se sont montrés les Gouvernants et les représentants de ce qui passe chez euxpour la classe des intéllectuels, le seul châtiment qui convienne est d'abord la ruine matérielle et la mise au ban dans le concert mondial de leur culture sous toutes ses manifestations. Je ne sache pas que la Belgique doive revendiquer la haute mission de reconcilier les rivalités séculaires dont elle a tant souffert, comme le dit M. le Sénateur La Fontaine; cette mission ne lui appartient pas; j'estime qu'elle aurait un caractère don-quichotesque qui est entièrement contraire à la très haute dignité qui lui donne l'insurpassable vaillance dont elle vient de faire preuve. Veuillez agréer Monsieur, l'assurance de mes sentiments très distingués. UN LECTEUR. Nous tenons a repéter que les opinions émisés ci-dessus sont absolument personnelles. En ce qui concerne " l'Indépendance Belge " son opinion est bien nette; c'est qu'en temps de paix les populations intelligentes devraient se préoccuper d'avantage des questions internationales, avoir la haine.de la sfuerrel ït de ceux qui ont un intérêt de caste a a déchaîner—et, tout en ayant ces pré->ccupations, se faire suffisamment forts jour empêcher l'envahissement des Bar-jares. NOTES BORDELAISES. Puisque Paris est presque à Bordeaux depuis deux mois, c'est donc de la capitale de l'ancienne Aquitaine que je vais ;ssayer de recueillir pour les lecteurs de ' l'Indépendance Belge " quelque» 'notes" vues, quelques impressions /écues. Ah, certes, ce ne sont pas ces derrières qui manquent, tout sollicite l'attention concentrée et fait vibrer les nerfs sar un temps troublé, depuis les femmes les faubourgs bordelais qui, assises devant leurs portes par ces vesprées automnales encore belles ici, tricottent sans elâche des gilets de soldats, des mi- S aines, des chaussettes, tout un vestiaire I :haud qui préservera les chers combattants dans les tranchées, jusqu'aux nom-tireuses endeuillées qu'on rencontrent ians les tramways et qui échangent do-entes leurs tristes confidences. 1 Puis ce sont les menues anecdotes rap- ç portées du front par les blessés et qu'on ^ 'ecueille avec une sorte de religion at- j tendrie. Il faut entendre les Bordelais . :onter avec leur accent savoureux les îauts faits des enfants du pays, une I lamme d'orgueil dans les yeux. • t Nous avons aussi comme distraction le la rue, le passage isolé de quelques soldats anglais, dont on admire la belle 1 srestance et le confortable équipement ; a-population a pour eux une iorte d'amitié qui se traduit dans les longs regards }ui les accompagne ; on voudrait bien eur parler, leur dire qu'on est .fière de e es avoir pour alliés et amis, leur crier ■ au passage .un mot de bienvenue et on C s'arrête, maladroit gêné avec le regret c ie ne pas connaître l'anglais. Les quais sont aussi un grand but de promenade C jour les Parisiens curieux, c'est là qu'on f iébarque du matin au soir les provisions ie guerre de l'armée, les draps, - les ainages, le café et la* viande frigorifiée iont on a fésolu de faire un. essai. Le Manchester City en a amené cette semaine 3,500 tonneaux destinés à partir immédiatement sur le front. Enfin nous avons eu pour corser le menu de la vie bordelaise, les saisies des maisons austro-allemandes, à l'instar de Paris, où une ligue fonctionne déjà pour éloigner les Allemands de la France :t leur fermer les marchés. M. Lescouvé, procureur de la République en vertu des instructions ministérielles, s'est déjà occupé de recueillir es renseignements pour dépister , les maisons allemandes déguisées en maisons françaises, et pas mal ont déjà été fermées tant à Paris qu'à Bordeaux. L'important magasin de M. Heilbron-tier, le grand antiquaire parisien, dont es collections en objets d'art, meubles :1e styles, tableaux, occupaient tout un immeuble de la rue du vieux Colombier, se trouve parmi ceux qui ont été frap- j pés de séquestre. L'un d'eux, qui faisait e construire en face l'Opéra-Comique, un 1 immeuble entièrement élevé, destiné, r sans doute, à abriter un T.S.F., partage j le même sort, avec pas mal d'usines qu'on ne soupçonnait guère, vu leurs noms à consonnance française. La ligue anti-allemande reçoit les adhésions par milliers, les femmes en tête, et tous les adhérents s'engagent à ne plus acheter aucun produit allemand et à ne plus se servir dans aucune maison de :etteorigine. lien sera de même pour les trop nombreuses Gretchens, espionnes en jupon qui encombraient les cuisines françaises, sous l'étiquette de luxembourgeoises et d'Alsaciennes, et qui ramassaient pour les envoyer en Allemagne tous les petits secrets.des maisons où elles servaient; fini également le règne des garçons de c?fé^et. de restaurant arrivant tout droit de Munich ou Je Berlin. Quelques-uns même baragouinaient à peine le français, mais les hôteliers qui les employaient au rabais s'en préoccupaient peu, tel le personnel lu Grand Café de Senlis, maison qui a du reste été épargnée par la horde allemande, reconnaissance de l'ancienne va-etaille, sans doute. Le croiriez-vous, racontait un jour M. Maurice Herbette, qui était allé dîner S (Voir suite seconde page.), £ By Spécial t0 Appointaient if* t-he Q«een« Brompton Koad, Lonclon, S.W. R. BURBIDGE, Managing Director. D'un accès facile de toutes les parties de Londres, par omnibus et chemins de fer souterrains. es Magasins les plus complets du monde. fendant ABSOLUMENT TOUT te que peuvent desirer les lames, les messieurs, les en-ants et les domestiques, aussi tien pour l'ameublement que (oor les consommations de outes especes. /ETAGE DES OCCASIONS SPECIALES ist le rendez-vous favori des lames belges et françaises ; 'les s s sentent entièrement hez e'Ies dans un milieu des >lus agreabks. B.F. 942. Elégante Gsrnilure en imitation de fourrure ; peluche de toute première qualité, imitation de peau de tigre, avec tête au manchon et tour de cou. Doublée soie. La garniture, Prix : 10/6. 11 0 KhillinPR fi nAnnifiB i |V Î.F. 864. Echarpe n fourrure noire, Dup de Sibérie, première qualité, avec ête et queues dou-ilée de soie. Prix : 47/6 Manchons semblable : Prix : 49/6 -w B.F. 865. Etole en écureuil de Russie gris, longueur environ lm 40, doublée de fourrure. Prix: 25/9. Remise à domicile franco dans le Royaume -Uni, Un personnel d'interprétés ie tient continuellement, a Imposition des visiteurs.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'indépendance belge belonging to the category Liberale pers, published in Bruxelles from 1843 to 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods