L'indépendance belge

961 0
05 October 1918
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1918, 05 October. L'indépendance belge. Seen on 28 May 2022, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/hd7np1xh8g/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

L'INDÉPENDANCE CONSERVATION PAR LE PROGRÈS BELGE ROYAUME-UNI: 1 PENWV LE NUMERO 1 CONTINENT . . 15 CENTIMES HOLLANDE 5 CENTS I UNI ——II—Wll tll—M M———1!!■■■ H ■III—— — III Mi————>1 !■— ■!—! —M— mil— I I——I — — ——I————■■M——— — ——11—Mil ■ I II ■IIWIMIIMMMWIBMMW————— Bl m ——— Wl — T — ADMINISTRATION ET REDACTION: BUREAU A PARIS: &AEVIEOI S OCTOBRE 1918 f3 MOIS. 9 SHILLINGS TPDOR HOUSE. TUDOR ST.. E.C. 4 11. PLACE DE LA BOURSE . ABONNEMENTS J 6 MOIS. 17 SHILLINGS TÉLÉPHONE: CITY 3860 TELE.: 311-57 et 238-75 En Vente à Londres à 3 h. ie vendredi 4 octobre 11 AN. 32 SHILLINGS LA SITUATION La guerre Vendredi midi. Les Allemands combattant au nord du vaste front de bataille ont, croyons-nous, commencé la première étape ae la grande retraite, qui doit ies ramener à la frontière de leur empire. Ce mouvement de recul ne se fera pas sans coup férir, mais i ii n'est pas vraisemblable qu'il se prolonge sur un long espace de temps, nos adversaires ayant épuisé tous les moyens pouvant leur permettre des réactions : d'une réeiie envergure. fin Flandre, les troupes franco-belges, britanniques et américaines poursuivent, leur marche progressive, en dépit de la résistance ennemie et du terrain que les pluies ont transformé en un cloaque de boue et de fange, et nos bataillons valeureux ont réalisé jusqu'à présent une avance de plus de 16 kilomètres, mena-;ant très sérieusement les troupes allemandes qui se trouvent le long de la côte et à Ostende. On confirme que l'état-major ennemi a ordonné l'évacuation des autorités de notre reine des plages et que toute l'administration teutonne qui s'y était installée, s'est transportée "temporairement " à Bruges. Les opérations qui se sont développées ! le 2 octobre sur notre front ne semblent pas avoir eu un caractère dé grande ba-> taille, et le .dernier communiqué du ■ O.Q.G. belge ne signale que des combats locaux, au cours desquels nos fantassins onî eu l'occasion d'améliorer leurs positions. Le même bulletin signale que les tfoupes anglo-américaines ont réalisé une grande avance vers Menin, dont les faubourgs auraient été atteints et la capture de Gheluvelt, et confirme officiellement la prise de Bizet, au nord d'Armen ■ iieres, ainsi que l'occupation de la ferme "Seta Flencque, organisée en défense fortifiée, située âu nord de Hoiipline. Entre Arrftefltières . et Lens, l'ennemi s'est retiré sur une très grande profondeur, et son recul semble être loin d'avoir atteint la limite désignée par le haut-commandement teuton. Ce mouvement a été provoque par les avances alliées en Flandre et dans lé Cambrésis, qui débordent Lille, tant par le nord que par le sud. Le bulletin de Berlin d'hier après-midi annonçait l'évacuation par les troupes allemandes d'Armentières et des derniers quartiers qu'elles occupaient encore à Lens, tandis que les communiqué-de sir D. Haig rapportaient la poursuite serrée de l'adversaire sur tout le front de retraite—soit environ 32 kilomètres—et l'occupation successive d'Armentières. | de Fleurbais, de Bois Grenier, de Laven-tie, du Tillelo.y, d'Aubers, de Halpc-garbe, de Lorgies, de La Bassée, de Douvrin, de Benifontaine, de la cit; Sainte-Auguste, et enfin des derniers lambeaux de la ville de Lens. La chasse aux Boches dans la région artésienne a donné lieu à quelques combats d'arrière-garde qui ont permis à nos alliés d'infliger des pertes à l'adversaire e't de lui enlever des prisonniers. La poursuite continue, et il semble bien que les Allemande île s'arrêteront qu'aux approches d-Lille, si non plus loin. Hier nos alliés se trouvaient sur la ligne. • approximative d Avion-Vendin-le Vieil-Hantay-Wicres-Herlies et la rivière des Loyes, jusqu'à 'Armentiëres, et ils ne tarderont pas à atteindre les canaux de Douai et de Haute DSule, et, au nord, la Deule. Ceci les porterait aux proximités immédiates' de lourcoing, de Roubaix et de Lille, et, dans le sud, à très peu de distance de frouai, dès à présent menacé par ' avance britannique des deux côtés de la Scarpe. Sur le front d'attaque de Cambrai à Saint-Quentin les armées Byng et Ravv-linson, en coopération avec des unités américaines, ont livré de victorieux combats de Sequehart jusqu'au canal, au nord de Bony. Sur la gauche nos allié.' ont forcé le canal de l'Escaut à Gouy et ^ Le Catelet, capturant ces deux villages, ainsi que le plateau à l'est de ceux-Ç>- Des contre-attaques lancées dans après-midi ont été repoussées, et une lutte violente continue à se développer •^ans ces parages. Dans le centre une di v'sion anglaise a pris d'assaut Rami-court et Wiancotjrt, faisant plusieurs centaines de prisonniers, tandis que le1: Australiens perçaient la ligne l'on-sonime-Beaurevoir à i'ouest et au sud-ouest de ce dernier village. Marchant de avant, nos alliés, accompagnés d<: Tanks ont atteint les limites occidentales de Montbrehain, et ont occupé le plateau au sud et au sud-ouest de Beaurevoir Sur la droite des bataillons britanniques ont repris définitivement, semble-t-il, le village de Sequehart, qui la veille avaii changé plusieurs fois de mains, et ont repoussé de nombreuses contre-attaques. Dans la 'région de Saint-Quentin les troupes du général Debeney ont soutenu une lutte violente dans les positions Hin-denburg entre Sequehart et Lesdins, où l'ennemi a opposé une très forte résistance. Plus au sud les Français ont pris pied sur la voie ferrée à l'est de Saint-Quentin, et ont progressé tout en combattant à l'est du faubourg de Lisle. Entre l'Oise et l'Aisne l'armée Mangin maintient une puissante pression sui tout son front d'attaque, tandis que sur sa droite des régiments italiens continrent à progressr entre Soupir et Braye-eh-Laonnois, où ils ont augmenté considérablement leurs gains sur les hauteurs au nord de l'Aisne. Après, a\oir réduit de nombreux centres de résistance solidement organisés, ils ont atteint la ligne de Bois Quartier-Bois des Gouttes a'ur, • au nord de Soupir, et ont,occupé tout le vaste parc de Soupir. Au nord de la Yesle les unités du générai Berthelot, poursuivant leurs succès, ont enlevé Loivre et Cormicv. Dans la région de la Neuviilette deux furieuses contre-attaques allemandes n'ont produit aucune impression et nos alliés occupent a présent le canal de l'Aisne entre Concevreux et la Neuviilette. En Champagne, la lutte a repris'plus d'ampleur. Les troupes du général Gou-i »ud, assistée-- de, contingents américains, ont réalisé une, nouvelle et substantielle avance. A l'ouest elles ont „w«$stucé .ChaHera cs.ni.ro He, XQffa ferrées, d'où part la ligné orincipàte s.e l'Argonne à Grand-Pré. Les Allemands se sont dépensés en vains efforts pour chasser nos alliés des bois au sud-est d'Orfeuil. Leurs assauts ont été brisés par trois fois et finalement ont été repousses avec des pertes particulièrement sanglantes. Dans la journée d'hier nos alliés ont élargi leurs gains dans la région de Somme-Py. Brisant la résistance adverse, ils ont emporté la crête du Blanc-Mont et la ferme Medech, à cinq kilomètres au nord-ouest de Somme-Py. Dans ces derniers combats nos alliés ont fait plus de 2,800 prisonniers et ont capturé un nombreux matériel de guerre.^ Entre la forêt d'Argonne et la Moselle la Ire armée américaine a fait de nombreuses reconnaissances fructueuses et développé un vif feu d'artillerie sur les positions ennemies. En Albanie les troupes italiennes ont repris l'offensive mardi dernier, entre l'Adriatique et l'Osum. Elles ont "rapidement renversé la résistance ennemie et occupé dans la soirée du premier jour d'attaque, lç village de Fieri et la ligne de la S'emeni, de Sterbasi, à 8 kilomètres de la côte, au pont de Metali, et les hauteurs entre Yaniisa et Buvalicsa, ainsi que celles de Zitom, sur la gauche de l'Osum. Dans la deuxième journée d'offensive l'avance italienne s'est encore accentuée et étendue à toute la région du Sobranitsa-Carbadzijas. L'ennemi bat rapidement en retraite et brûle ses dépôts ; néanmoins, nos alliés ont fait des prisonniers et capturé une grande quantité de matériel. Hier,-les Italiens, poursuivant leurs succès des deux côtés de l'Osum, ont repris Berat et poussé en avant de cette ville. Leur marche continue victorieusement. Sur le reste du front macédonien il n'y a rien de nouveau à signaler en dehors de la retraite des troupes austro-hongroises au nord de la région des lacs. Les conditions de l'armistice sont, sem- * ble-t-il, strictement observées de part et d'autre. Le ministre des finances bulgare, qui a négocié l'armistice, est rentré à Sofia, accompagné, parait-il,'d'un officier français et d'un officier britannique. Les -journaux de Vienne et de Berlin publient des informations contradictoires sur les projets des empires centraux dans les Balkans, mais la plupart d'entre eux entrevoient la possibilité d'une résistance • armée de la' part de. troupes austro-allemandes dans 1e nord de la Bulgarie, pour défendre les abords du Danube et tenter si possible de sauver le chemin de fer de Bagdad ! ■ Les troupes du général Allenby continuent leur belle avance en Syrie. Le 2 octobre la cavalerie australienne, opérant â 27 kilomètres et demi de Damas, a capturé une colonne ennemie, faisant 1,500 prisonniers, et prenant'2 canons et 40 mitrailleuses. Jusqu'à présent nos alliés, dans leur offensive en Palestine et en Syrie, ont fait plus de 72,000 prisonniers.La politique Le chancelier allemand est désigné, c'est le prince Mq& de Baden, beau-frère du gendre du Kaiser, et que l'on repré-s-ente comme animé de sentiments démocratiques. Von Payer resterait vice-chancelier. Le secrétariat des affaires étrangères irait soit au comte von Bern-storff, soit au comte Brackdorff-Rant-*au, Erzberger devient secrétaire d'Etat pour la propagande. On fait la part belle à la Presse en appelant au sous-secrétariat d'Etat pour la'propagande Haase, du " Berliner Tageblatt," et Deutel-moser, chef du bureau de la presse aux affaires1 étrangères. Enfin, Scheidemann, socialiste, serait sous-secrétaire d'Etat sans portefeuille; en outre, le compagnon Legien aurait le ministère du tra-vail, et peut-être le portefeuille de l'intérieur irait-il au compagnon Ebert. C'est, on le \joit, un râinistère de concentration dans lequel toiAe,s les opinions seront représentées,, et sa constitution marquera dans l'histoire de l'Allemagne. Nous sommes,en effet, bien loin de la prédominance de la Prusse, et bien loin de l'esprit autoritaire, et réactionnaire qui régnait jusqu'ici dans les sphères gouvernementales. A la vérité, les sentiments démocratiques du prince Maxj de Bade, général de cavàlérie, élevé au ^ein d'une cour allemande, doivent êtrf fort tièdes, mais le voici, entouré d'hor-imes actifs, qui voudront jouer un rôife dans ces ijnoments tragiques. D'autre part., Hindenburg et Ludcn-cîï.ïrff- Ciîifrsv.-i -. errvs:, t p.»n «iottor-, leur ascendant sur le Kaiser et le Kron-prifiz.De là naîtront sûrement des frictions, des discussions et des déchirements, qui aboutiront à la dictature d'abord, à ia Révolution ensuite: ie soi tremble' sous lés pieds des Hohenzollern. ■ De .Sofia nous vient le texte officiel de l'annonce au public de l'armistice. Elle a été faite le 30 septembre. L'occupation par 'es troupes alliées continue sans on-; conrbre, et les négociations de la paix se poursuivent. A Vienne, au Reichsrat, commencent les débats sur les déclarations du premier ministre. Les socialistes démocrates ont déposé une motion pour que des négociations de paix soient entamées sur les bases suivantes : 1. L'établissement d'une ligue des nations ; 2. L'opposition à toute guerre économique ; 3. Pas d'annexions et la restauration de la Serbie, du Monténégro et de la Belgique ; 4. Pas d'indemnités ; 5. Un nouvel établissement de la question orientale sur des bases de libre détermination ; 6. Là rectification des traités de paiv de BresL-I.itovsk et «^e Bucarest; 7. Le règlement de ia question polonaise par -une assemblée constituante polonaise ; 8. La solution des contestations territoriales dans le sud sur une base du droit des peuples italiens et slaves méridionaux de disposer d'eux-mêmes r 9. La réforme des relations des différentes nations de l'Autriche avec l'Empire, sur la base de la liberté et de l'autonomie de toutes les nationalités. Nous^ comprenons que les Autrichiens | se contentent de ces propositions. Mais ils ne sont pas seuls et admettre oue la paix puisse se conclure sans que la Belgique et la Serbie, ruinées de fond en comble, soient intégralement indemnisées ne doit pas même se discuter. SUR LE FRONT OCCIDENTAL L'OFFENSSVE BELGE Le communiqué officiel Le Havre, 30 octobre.;—Dans la jour nés du 3 octobre les troupes français» et belges ont attaqué les fortes position; ennemies à l'est de Staden. Brisant 'a résistance des Allemands elles ont avancé leur ligne d'environ deux kilomètres et atteint les lisières de Hooglede ainsi que la route d'Hooglede à Roulers. Une violente contre-attaque menée par les Allemands à l'ouest de Roulers a été brisée et a complètement échoué avant d'aborder nos lignes. Dans la journée du 2 octobre une .auto-mitrailleuse belge a traversé audacieusement les lignes allemandes et pénétré dans Roulers. Malgré les feux violents dont,l'ennemi l'assaillait de toutes parts elle a traversé à nouveau les positions allemandes et est rentrée dans nos lignes. Dans la nuit du 2 au 3 nos reconnaissances opérant dans la partie nord du front ont ramené des prisonniers à la suite de petites opérations bien réussies. Notre progression sur Roulers Front belge, 3 octobre (d'un témoin oculaire).—Malgré le temps défavorable et la boue, où les canons et les camions s'enlisent, les troupes superbes du Roi Albert poursuivent magnifiquement leur effort-contre Hooglede, une grost-e commune, jadis de 4,800 habitants, au nord-ouest de Roulers, dont les confins sont atteints, et contre Roulers même. Aujourd'hui elles ont pris les hameaux du Moulin de Scherminke, de Meer-boomhcek, de Schiethoek, de Sehier-wind. Hier matin un régiment de chasseurs belges pénétra danS un faubourg de Roulers, emporté par son ardeur. Sa progression fut extrêmement rapide, et il se trouva bientôt en flèche exposé à une violente contre-attaque allemande. "Un bataillon de chasseurs momentanément encerclé tint bon jusqu'à ce qu'il, fut dégagé. Pendant ce temps le front belge à" proximité de la mer ne demeure pas inactif. Il y eut ctfce nuit dea coups de rr.ain.-; devant Lombartzijde ot' Sclioorbakke, hier devant Nieupcrt et Hainscapelle, d'eù l'on ramena de? prisonniers boches. Un télégramme ru Roi Les parlementaires belges ré'ridantfeu France et cî'J,n; la partie non occupée de la Belgique ont envoyé au Roi te télégramme sn'vant : "Les groupes parlementaires belge? résidant en France et dans la partie non occupée du pays, expriment leur admiration à l'armée nationale et son glorieux chef le Roi Albert. ' ' (?) P. NEVEN. \ 254,012 prisonniers et 3,669 canons Line addition au communiqué français de mercredi soir dit. Le butin capturé par les armées alliées opérant en France et en Belgique du 1er an 30 septembre s'élève à 2,844 officier-, 120,192 homme?, 1.600' canon;, et plus de 10,000 mit-aii leus?s. Le butin total pris par les armées alliées du 15 juillet an 30 sèptsmbre s'élève à • Officiers 5,518 Hommes 248,494 Canons 3,669 Mitrailleuses ... . 23,000 et plusieurs centaines de lance-mines. Si on ajoute à ces chiffres les 25,000 prisonniers faits récemment en Macédoine et les 70,000 prisonniers faits en Palesfuve et en Syrie, on arrive à un total général d'environ 350,000 prisonniers. Comment ils traitent les prisonniers L'ordre suivant émanant du quartier-général de Ludendorff a été. trouvé sur un officier allemand fait prisonnier: Vous êtes requis d.'exé«uter à l'avenir les instructions suivantes en ce qui concerne les prisonniers français nouvelle ment capturés : (1) Le cantonnement de tous les prisonniers, y compris les déserteurs, pendant plusieurs jours, au-tant que possible en plein air, en des endroits entourés de fils de fer bsrbelés avec aussi peu de nourriture que pos-ible. (2) La sai'ie néthndique de tous les objets do valeur appartenant aux prisonniers capturés, y compris ceux déjà dans les Camps, afin d'avoir des garanties pour la restitution des objets appartenant, à nos prisonniers. (3) Leur emploi aux plus durs,travaux, avec une augmentation des heures de travail. OPERATIONS NAVALES Canonnière britannique coulée L'Amirauté britannique annonce qu'uTie canonnière-torpilleur britannique a coulé le 30 septembre, à la suite d'une collision avec SB navire marchand. Un officier et 52 hommes sont présumés noyés. pPÉSATlOMS AÉRIENNES L'activité britannique Du Quartier-Général : 2 octobre. —- Nuages et pluie. Né'^n» moins 43 toilnes de bombes furent jetées par nos aviateurs. La jonction d'Aul-noy (sud de Valenoiennes) fut attaqué ei un train de munition sauta, tandis que du matériel Voulant était mis en feu; de grands dommages furent causés à ce centre de communications ennemi. "Les stations de Lille et de Valenciennes furent aussi violemment bombardées. 15 appareils ennemis furent détruits et 5 désemparés. Un autre fut forcé d'atterrir dans nos lignés. 9 ballons captifs ont été abattus. 8 appareils britanniques sont manquants. Un de nos appareils signalé hier comme manquant eût rentré: La nuit suivante.—Mauvais temps. 1 tonne de bombes lancée derrière les lignes ennemies. Les dommages à Francfort Le '"Ha âdelsblad" apprend qu'au cours du raid de la semaine dernière su,r Francfort une salle de c.oncerts dans la Kàiserstrasse et une cave servant d'abri en cas de raid ont été complètement détruits.AUTOUR ddaGÛËRiÉ ALLEMAGNE —- Un télégramme de Berlin à Amsterdam dit qu'une conférence présidée par le Kaiser a eu lieu cette après-midi au Palais du Chancelier. Y assistaient : le comte tlertliag, Hindenburg, ' le prince Max d'! Biden, Herr von Payer, Hèrr Friedberg, Herr von Berg, chef du cabinet civil du Kaiser, et plusieurs ministres. GRANÏ3E-BRETAGNE — M. Rou?sauoff,. membre, du comité central du Parti social révolutionnaire russe; M. Axelrod, du Parti social démocratique russe, et "d'autres socialistes russes sont arrivés à Londres. — L'épidémie d'influenza se fait sentir dans tout l'empire britannique, cau-sp.îrt r.otamment de sérieux ravages parmi la population de l'Inde et diminuant d'environ 10 p.c. la production d'or dans l'Aiiiquj du Sud. ITALIE — La Chambre italienne s'test, rouverte hiér jeudi. Trois, cents députés' étaient présents. M Orlando a prononcé un pa-trietioue discours. DERNIERE HÈURË Le communiqué britannique L'AVANCE SUR LILLE Londres, 10 h. 27. A la fin du combat d'hier nos troupe occupaient le plateau à 1,600 mètres au nord-est.de Séquehart (au nerd de St-Quentin) et avaient refoulé des contre-attaques ennemies a Gouy et à Le Catelet. Une nouvelle contre-attaque sur .Séquehart- a également été repous ce. Le nombre de prisonniers capturés par nous hier dans le.i opérations au nord de St-Quentin, dépasse 4,000 officiers et soldat.-.Durant la nuit des combats locaux se terminant à notre avantage ont eu lieu au sud-ouest de Beaurevoir et sur les • confins sud de Cambrai, Nous avons avancé légèrement nos postes au nord-e; i; d'Epinoy et repoussé une attaque ennemie sur un de nos postes au sud de Bia-che-Sa'int-V aast. Au nord de la Scarpe nous avons fait des progrès entre Oppy et Méricourt et, plus au nord, nos troupes avancées ont atteint le chemin de fer à l'est de Lens et la ligne général Vendin-le-Vieil, Wiii-gles, Bercleau, Fournes-en-Weppe, Hou-plines.Succès naval dans l'Adriatique •Une de forteresses autrichiennes de l'Adriatique a été forcée mercredi, vers midi, par _ des navires de guerre italiens et des croiseurs britanniques. Les navires alliés sont entrés dans le port de Durazzo, traversant le champ de mines qui le garde et ont complètement détruit les fortifications du port, ainsi que les dépôts contenant du matériel destiné à l'armée autrichienne opérant en Albanie. Un destroyer a été torpillé et coulé et un transport a également été détruit, ainsi qu'un bateau iéger qui se trouvait à l'an- . cre dans le port. 39e année ^0 23S

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'indépendance belge belonging to the category Oorlogspers, published in Londres from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods