Vive Nameur po tot

372 0
01 January 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 01 January. Vive Nameur po tot. Seen on 05 June 2020, on https://nieuwsvandegrooteoorlog.hetarchief.be/en/pid/q52f76772r/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No 6 Vive Nameur po tôt JOURNAL MENSUEL Directeur : Léon DEL.OOZ, G. 113 Calais. — A. T , 5, Rue de Valenciennes A nos Lecteurs 1° Nous prions les chers lecteurs de Vive Nameur po tôt, qui ne nous ont pas encore donné leur nouvelle adresse de le faire au plus tôt. Nous éviterons ainsi les retards et les erreurs dans l'envoi du journal! 2° Il serait désirable que dans chaque unité, un Namurois de bonne volonté recueille les nouvelles qu'il apprend de ses amis, nous tienne au courant des promotions et des distinctions obtenues. 3° Le journal est ouvert non seulement aux Namurois de la ville et des environs, mais à tous ceux de la province. Nous voulons intéresser et réconforter tous les Namurois qui sont aux armées. 4° Nous demandons les photographies et les cartes-vues qui rappellent notre cher pays. Nous pourrions par nos illustrations rappeler à l'œil et au cœur, les beaux coins du pays raosan et ranimer nos ardeurs par la pensée qu'il nous sera bientôt rendu. 5° Dura lex, sed lex : Impossible de continuer cette fois encore la liste des Namurois aux armées. LA RÉDACTION. A. Namur HISTOIRE ET ART En ces temos de guerre, notre pensée s'est naturellement portée et maintenue sur eeux des nôtres qui sont soldats. Détournons-là un instant de l'héroïque coin de la Belgique où lutte notre armée et laissons-ls errer, par delà les plaines des Flandres, vers les sites aimés de Namur, vers nos frères qui y vivent sous 1ë botte, se fixer la sur ceux qui. en temps de paix, s'ap pliquaient a magnifier la Wallonie par l'étude de sor histoire et de ses gloires, par le culte de son art. La aussi la mort a passé et fauché les plus beaus épis de la moisson. La Société Archéologique a surtout fait des pertes sensibles : l'abbé Schloguel, l'architecte Hucq, Léon Douxchamps et Alfred Henri ne sont plus. L'abbé Schloguel était cet artiste curé d'Hastière qui avait voué sa vie, ses capitaux et ses talents a la réédification et a l'ornementation de son église romane. Peu de temps avant la guerre, il nous avait été donné d'aller admirer ce bijou qu'enjolivais depuis peu le tryptiquede Donnay : notre visite coïncidant avec'une audition musicale de vieux chants grégoriens, nous avions vécu la une de nos plus pures impressions artistiques.... Hélas! les Vandales sont venus; ils ont fusillé le prêtre qui ne vivait que pour la charité et pour l'art et, dans son bijou d'église, ils ont mis parquer leurs chevaux.... L'architecte Hucq était un des membres les plus actifs de la Société Archéologique. Que de merveilles d'art existaient dans notre province, ignorées, et qu'il a fait connaître, au cours de ses nombreuses causeries faites dans la grande salle du Musée. Récemment, il avait dressé, pour l'agrandissement de ce Musée, des plans superbes qui avaient été adoptés par la Commission. Hucq était a Tamines, lors du passage des Boches, et, comme tant d'autres, tomba sous le feu des mitrailleuses, lâchement assassiné! Léon Douxchamps peut être, lui aussi, considéré comme une victime des atrocités commises par les Allemands en août 1914. Sa maison avait été une des premières incendiées et, dans les flammes, avaient été consumées toutes ses notes sur la noblesse et les lignages Namurois, notamment ses deux manuserits : « Le lignaigne de Daule » et « Les lignages du comté de Namur ». Léon Douxchamps en éprouva grand chagrin et devint malade. D'abord rétabli, il eut en avril 1915 une rechute de maladie qui l'emporta dans la tombe. Alfred Henri était l'historien de Bouvignes ; ses études sur cette ville et sur la famille Bouille sont de vrais chefs-d'œuvre de documentation. Si plusieurs des meilleurs historiens du Namurois sont morts pendant cette guerre, nous pouvons assurer également que notre patrimoine artistique a fortement souffert de l'occupation. Pour nous en tenir à la ville de Namur seule, nous dirons que l'incendie de l'Hôtel de Ville anéantit la majeure portie des registres paroissiaux datant du XVe au XVIII0 siècle, tous les tableaux du « Vieux Namur » de Franz Kegeljan et la majeure partie des toiles de maîtres qui ornaient les diverses salles et les couloirs et dont maintes .étaient signées de nos peintres Namurois. Perdu aussi dans cette incendie l'antique scel des comtes de Namur (du XIIIe siècle) dont malheureusement peu.d'empreintesavaient

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Vive Nameur po tot belonging to the category Frontbladen, published in Namur from 1916 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods